Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Réactions à l'article

L'individualisme et le polyamour — La mauvaise influence

#
Profil

Minora

le lundi 02 avril 2018 à 23h28

Au secours, je viens de découvrir que je suis une anxieuse-soucieuse... :)

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 03 avril 2018 à 17h39

On est nombreux dans ce cas.

#

Zion63 (invité)

le dimanche 19 août 2018 à 18h19

Bonjour à tous,

Je me permets d'intervenir après avoir pris connaissance de vos échanges suite à la publication du message de FredCLK.
Je souhaiterais contribuer en donnant mon point de vue en tant que libéral au sens philosophique du terme et en tant que polyamoureux.

Ce qui me semble créer la polémique davantage que le débat dans cet échange vient du fait que Fred a cherché à politiser le sujet du polyamour. À sa décharge, peut-être tout à fait inconsciemment.

Il revendique dans la description de son profil être socialiste ou du moins prôner des idées socialistes en se définissant, je cité : "contractant du pack poly-fémino-veggy-gauchiste". Au moins les choses sont claires et sans ambiguïté. Chacun a bien entendu le droit de défendre ses idées et en tant que libéral, même si je ne les partage pas toutes, je me battrai pour que Fred puisse les défendre.

La démarche polyamoureuse relève fondamentalement d'une démarche individualiste. Elle ne peut être imposée par quiconque à quiconque et ne peut être inscrite dans un quelconque schéma dirigiste de société.

Or, le socialisme exècre toute initiative émanent d'individus qui se permettraient d'être libres contre la doctrine édictée par la pensée unique qui doit éduquer l'Homme nouveau.

Il est donc tout à fait naturel que Fred s'inquiète de se retrouver en minorité dans cette communauté car même si chaque polyamoureux n'agit pas en parfaite connaissance de la cause libérale ni avec un quelconque sentiment d'appartenance à cette philosophie, la démarche de chaque polyamoureux étant de nature purement individualiste, elle rentre forcément en opposition avec les idées que Fred défend.

Il souhaiterait vivement y introduire une bonne louche de notions collectivistes pour se sentir un peu plus à l'aise et pouvoir justifier par des sophismes grossiers sa position ambivalente de socialiste-individualiste !

Je précise que l'argumentation utilisée par Fred (sans aucun doute honnêtement convaincu du bien fondé de sa démarche), au-delà de s'appuyer sur des sophismes, fait preuve d'une profonde méconnaissance de la chose libérale et peut-etre même de la doctrine socialiste...

Il est par exemple simpliste et fallacieux d'assimiler l'individualisme à l'égoïsme. Je me revendique libéral, mes idées ne sont ni à gauche, ni à droite, pour autant je me considère comme étant généreux et attentif aux autres.

Ce site n'est pas l'endroit pour débattre des idées politiques et je vais m'arrêter là concernant ce sujet.

Ce qui me rassure, c'est que la majorité des participants ne s'est pas laissé piégée par la tentative de politisation du sujet par Fred et beaucoup, sans revendiquer ou défendre une quelconque position politique, ont simplement réagit en expliquant qu'ils ne se retrouvaient pas dans son article en tant que polyamoureux et c'est tant mieux !

Libéralement vôtre,

Philippe

#

Kruldeyd (invité)

le lundi 20 août 2018 à 08h57

Or, le socialisme exècre toute initiative émanent d'individus qui se permettraient d'être libres contre la doctrine édictée par la pensée unique qui doit éduquer l'Homme nouveau.

Il faut arrêter la moquette.

#
Profil

Zion63

le lundi 20 août 2018 à 11h15

Ah bon ?
"En politique l'homme nouveau fait référence au résultat théorique des utopies concernant l'humanité entière : communisme révolutionnaire, communisme libertaire, nazisme, écologie politique."
C'est l'essence même de l'idéologie socialiste. On peut persister à le nier ou comme vous faites, à le moquer, la réalité est ce qu'elle est et les faits sont têtus...

#
Profil

artichaut

le mardi 21 août 2018 à 16h47

Zion63
"En politique (etc)"

une citation non sourcée, ne présente a peu près aucun intérêt

Zion63
Fred a cherché à (etc)

Pourquoi parler à la place de @FredCLK ?
Untel veut dire que, Untelle à cherché à dire que…
Je ne vois pas ce que ce type de diatribe apporte au débat.

Zion63
La démarche polyamoureuse relève fondamentalement d'une démarche individualiste.
(…)
chaque polyamoureux étant de nature purement individualiste

Voici un point de vue très subjectif… très individualiste, et très libéral…

#
Profil

FredCLK

le mardi 21 août 2018 à 17h07

Moi ça va, je vis super bien le polyamour collectiviste/altruiste/socialiste dans ma bulle de gauchistes animalistes. Et tout le monde aime beaucoup ça.
Ce qui me désolerait, ce serait que les "nouvelles" personnes qui découvrent le polyamour le découvrent -uniquement- par la description qu'en fait le camarade Zion, qui m'avait semblé majoritaire (et il le confirme, pour peu qu'on lui accorde du crédit). Je ne doute pas que ça puisse convenir à certains, mais pour être libre il faut pouvoir faire des choix, et donc connaitre des alternatives ou pouvoir les inventer.
Alors oui mon texte est politique. Je veux donner aux gens plus de liberté. Je suis un fieffé libéral x-D

#
Profil

Zion63

le mardi 21 août 2018 à 20h13

@artichaut :
- En effet,ma citation est non sourcée, il s'agit d'une synthèse d'un (long) texte du site "marxiste.fr" qoui fait référence à l'homme nouveau.
- Je ne parle pas à la place de Fred, j'interprète ce qu'il me semble avoir voulu dire... C'est l'intérêt d'un forum, n'est ce pas, d'échanger et de chercher à comprendre les points de vue des uns et des autres ? D'ailleurs, dans son dernier post, celui-ci confirme bien que c'est ce qu'il a voulu dire.
- Mon point de vue est certe très subjectif mais j'apprécierais que l'on me donne les arguments pouvant démontrer que la démarche polyamoureuse puisse être initiée autrement que de manière individuelle plutôt que de chercher à me stigmatisatiser "gratuitement"...

@ FredCLK :
Très heureux de ne pas avoir dénaturé tes propos, très heureux pour toi de savoir que tu vis bien ton polyamour à ta manière et encore plus heureux pour cette ouverture vers la liberté de chacun ! ?

#

FricWadJir (invité)

le mardi 21 août 2018 à 22h40

une citation non sourcée, ne présente a peu près aucun intérêt </blockquotequote>

Ben oui, faudrait quand-même pas que ça se voit trop clairement que son immense liberté d'esprit le limite à répéter dogmatibêtement Wikilibéral.

#
Profil

Zion63

le jeudi 23 août 2018 à 00h27

@FricWadJir
Il s'agît de Wikiberal et non de Wikilibéral...
Je ne pense pas qu'il y ait de honte à reprendre des informations émanent de ce site ou d'un autre d'ailleurs !
Je ne vois pas le rapport avec la liberté d'esprit ou le dogmatisme ! Assertion ridicule...
Je ne considère pas avoir la science infuse ni être un grand intellectuel et je pêche mes idées et informations dans les livres que je lis et sur les sites internet que je consulte, je ne crois pas être une exception en la matière. Je me source sur wikipédia, wikiberal, libre.org, marxiste.fr, tnova.fr, j'en passe et bien d'autres (où est le dogmatisme si ce n'est dans la teneur de vos propos ?) Je ne comprends pas pour quelle raison je ne pourrais pas reprendre certaines citations qui me paraissent opportunes ?
C'est par ailleurs ce que je fais en lisant régulièrement les informations et échanges sur polyamour.info dont je me sers pour alimenter le débat lors de mes discussions sur le polyamour. Cela m'a d'ailleurs beaucoup aidé et m'a permis il y a tout juste un an de comprendre l'état dans lequel je me trouvais et ainsi enfin pouvoir mettre des mots sur des ressentis qui m'étaient jusqu'alors totalement inconnus.
Je dois avouer qu'en m'inscrivant sur le site, je pensais trouver une ouverture d'esprit beaucoup plus grande compte tenu du sujet abordé et des valeurs défendues !
Je n'imaginais pas que prôner la liberté puisse être source de tant de discrimination alors qu'il ne me semble à aucun moment avoir attaqué qui que ce soit...
Je n'ai fait que porter un jugement sur un article qui de mon point de vue politisait à tort le sujet du polyamour et me voilà cloué au pilori pour avoir malheureusement contribué sur un sujet qui me tient à cœur ! Incroyable... Il n'y a pourtant pas de quoi fouetter un chat...

#
Profil

PolyEric

le jeudi 23 août 2018 à 13h47

Ce que je ne comprend pas Zion63, c'est ta certitude que le socialisme est incompatible avec l'individualisme ou l'esprit libertaire.

A mon avis, ce n'est qu'une partie du socialisme qui est directif collectiviste à l'ancienne, éventuellement une petite moitié si tu veux, et encore, ça devient super rare cette frange du socialisme, même si elle fait beaucoup de bruit.

Il y a de nombreux socialistes et même de nombreux communistes qui sont libertaires, même parfois accusés d'êtres trop libertaire ou trop anarchistes, donc je ne vois pas trop d'où viennent tes certitudes.

Même d'un point de vue économique, les socialistes prônent plutôt le libéralisme économique avec seulement des gardes fous pour éviter les abus. Le socialisme est aujourd'hui très libéral sur le plan économique.

De plus, on a une petite expérience en France, car dans les années ou les socialistes étaient au pouvoir, y compris avec des communistes dans le gouvernement, je n'ai pas vu la société dériver vers le collectivisme dirigé, loin de là, je l'ai plutôt vu s'orienter encore plus vers l'individualisme. Un peut comme si le socialisme était devenu le soutient de chaque individu, un petit peu plus prononcé pour le moins aisé, et encore il y avait de quoi rester sur sa faim. Il ya eu aussi des mesures vaguement libertaires, style PACS ou "mariage pour tous" (étant entendu que le mariage n'est pas le must des libertaires mais bon c'est un soutient de la liberté des minorités quand-même, c'est loin d'être dirigiste)..

A l'opposé, avec le président actuel, qui a pourtant une vue très orientée sur la liberté et le soutient de l'individu, avec un point de vue économique très libéral, on assiste à des pertes démocratiques, à une gouvernance très dirigiste, avec un soutient très prononcé des individus les plus aisés au détriment de la marge de manoeuvre des individus les moins aisés, donc moins de liberté pour ces derniers qui sont mêmes parfois méprisés, etc.

Certes, la frange des "individualistes" me parait fortement majoritaire chez les polyamoureux, ça crève les yeux effectivement, par contre, à mon avis, il y a une bonne dose de socialistes dans le lot.

Personnellement je crois beaucoup à une sorte d'individualisme en collectivité, c'est à dire une collectivité qui s'appuie énormément sur la liberté des individus mais qui reste très collective en même temps, et c'est vrai que je suis très minoritaire en ce sens, mais de très nombreux polyamoureux sont quand-même venus voir (même pas peur).

Du coup, tes évidences ne me crèvent pas les yeux.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

gdf

le vendredi 24 août 2018 à 08h12

Il y a plein de façon d'aborder la liberté, et on peut être "libéral" (au sens de partisan de la liberté individuelle) de différentes manières. Pour rappel, en français "libéral" est principalement attaché au monde économique et désigne en général "la droite" mais en anglais "liberal" est plutôt attaché au social, et designe en général "la gauche".
Aux US, les LGBT et autres défenseurs de minorités sont accusés d'être "liberals".
En général, historiquement, le libéralisme économique va de pair avec un conservatisme social, et vice versa, ce qui peut donner l'impression que quelqu'un défendant les libertés sociales sera forcément un anti-liberal économique, et vice versa.
Fort heureusement, le monde s'ouvre, et on a le droit d'avoir des opinions un peu plus subtiles, afin d'éviter les conclusions rapides "socialiste => dirigiste".

#
Profil

FredCLK

le vendredi 24 août 2018 à 10h09

En tout cas ça me rassure sur le dosage de mon texte : au début les commentaires me disaient que j'attaquais des moulins car le polyamour n'était pas tant imprégné d'une mouvance individualiste. Maintenant les commentaires assument que c'est le cas (et même en défendant que ce serait indissociable du polyamour). :-P

#
Profil

gdf

le samedi 25 août 2018 à 07h15

FredCLK

le polyamour n'était pas tant imprégné d'une mouvance individualiste. Maintenant les commentaires assument que c'est le cas

J'allais répondre, puis j'ai rejeté un coup d'oeil sur les premières page, et ce que j'allais dire était déjà écrit dans le premier message de Siesta

Siesta
Ca réduit beaucoup l'individualisme au néo-libéralisme, au consumérisme, à une pensée libertarienne...

Sans relire toutes les pages, je crois qu'il y a surtout eu une critique sur l'amalgame entre individualisme et égoïsme/consumérisme, de même que plus récemment zion63 fait l'amalgame entre socialisme et dirigisme.
Ce que je retiens de tout ça, c'est que tous ces concepts sont de toute façon à géométrie variable, et laissent chacun tellement de place à interprétation qu'il y aura de la place pour chacun à s'y reconnaître ou à les rejeter d'une façon ou d'une autre...

#
Profil

Zion63

le lundi 27 août 2018 à 12h58

@PolyEric et @gdf :
Pour faire simple, le libéralisme consiste à laisser le maximum d'initiative aux individus et à faire en sorte que l'État prenne le moins de place possible dans la vie quotidienne des citoyens. Pour les libéraux, la présence de l'État doit se limiter aux fonctions régaliennes qui font sa raison d'être lors de la constitution d'une nation (lorsqu'un groupe d'individus se déclare "citoyens" d'un même pays) c'est à dire lorsque est décidée la mise en commun d'un certain nombre de moyens et de règles propres à garantir et préserver les droits naturels de chacun (droit de vie, droit de liberté, droit de propriété et droit de rechercher son propre bonheur). Le tout sans jamais nuire aux propres droits d'autrui qui constitue le principe de non agression du libéralisme.
Oui les idées dites de "gauche" sont souvent associées à une certaine idée de la liberté mais malheureusement une liberté souvent limitée aux mœurs. Or, il n'est pas logique de limiter la liberté. Soit on est libre soit on ne l'est pas. On ne peut pas déclarer vouloir la liberté pour ceci ("ceci" qui s'applique à celui qui réclame la liberté en question, en général...) et vouloir imposer des restrictions pour cela ("cela" qui n'impacte pas la vie quotidienne de celui qui en réclame la règlementation, en général...).
Le libéralisme n'est pas "contre" les idées de gauche et "pour" les idées de droite. Le libéralisme est contre une présence trop grande de l'État qui "vit", il ne faut pas l'oublier, aux dépens des citoyens...
Le libéralisme n'est pas une jungle sans règles, au contraire, les libéraux classiques (car il y a plusieurs courants dont les anarchistes) sont favorables à un État doté de moyens efficaces pour défendre les droits naturels cités ci-dessus. À savoir une capacité de défense de la nation afin de préserver notre propriété et notre liberté et une justice efficace et simple qui devrait faire de l'application des Droits des citoyens un rempart contre les lois qui se multiplient et s'accumulent jusqu'à devenir incompréhensibles voire contradictoires et qui nuisent à la fluidité des échanges entre les individus. L'objet d'une Constitution n'est ni plus ni moins d'édicter les règles de fonctionnement de la nation pour préserver les droits des citoyens et éviter que certains ou l'un d'entre eux ne s'accapare tous les droits (monarchie ou dictature). Enfin, c'était la volonté initiale des rédacteurs mais quand on voit le fourre-tout que c'est devenu on a du soucis à se faire...
Opposer sous couvert de libéralisme droite et gauche, surtout en France, n'est pas opportun. Les deux (ex-) grands partis français sont dirigés par des étatistes convaincus qu'il faut un état "fort" pour imposer leurs idées, ils n'ont rien de libéral. Évidemment, si l'on s'oriente vers les extrêmes c'est encore pire... Ne pas oublier qu'au 18ème siècle, les libéraux siégeaient à "gauche" dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale... En ce qui concerne le parti du gouvernement actuel il n'a vraiment rien de libéral. Bien-sûr, il est taxé par les uns de "néo-ultra-turbo-libéralisme" pour les réformes entreprises afin de "libérer" la croissance. Mais il ne s'agit que d'une nécessité vitale pour lui qui ne va servir qu'à maintenir un niveau de rentrées fiscales suffisant (impôts, taxes et autres cotisations) pour continuer à entretenir le fonctionnement du mastodonte qu'est devenu l'État.
Il y a toujours quelqu'un (un politique en général) pour vous expliquer que l'on a besoin de l'État, qu'il est là pour nous protéger et qu'il sait mieux que nous ce qui est bon pour nous. Cela part toujours de bonnes intentions mais le discours est toujours biaisé. Ce qui est donné à l'un est pris à l'autre, c'est de la spoliation légale. Qui accepte sincèrement que son voisin viennent lui dicter son mode de vie sous prétexte qu'il sait ce qui est bon pour lui ? Pourquoi l'accepter de l'État ?
Bref, le débat est long mais les choses sont relativement simples en fait. Le problème dans notre pays c'est la méconnaissance du libéralisme au sens philosophique du terme et aussi l'inculture généralisée des mécanismes de base de la création de la richesse.
Et l'intérêt de nos dirigeants dirigistes est de nous maintenir dans ce flou artistique pour continuer à nous faire gober n'importe quoi... Qui a entendu parler de Frédéric Bastiat par exemple ?
Il faut faire preuve de beaucoup d'intérêt pour la chose afin de se documenter et aller chercher l'information juste. Heureusement, aujourd'hui internet permet la diffusion d'informations au plus grand nombre, même s'il faut faire le tri.
Et il revient à chacun (chaque individu) de le faire par lui-même !

Désolé pour la longueur du texte...

#
Profil

PolyEric

le lundi 03 septembre 2018 à 09h07

C'est plus clair comme ça, en effet.

La phrase qui affirme que "l'État vit aux dépens des citoyens" reste quelque peu orientée car même en considérant les frasques, les détournements et les gaspillages de l'état, la plus grosse partie du budget revient quand-même aux citoyens. La phrase me semble également un brin démagogique dans la mesure ou elle s'appuie sur la difficulté naturelle de chacun à voir que les choses gratuites (les routes, les hôpitaux, les écoles, l'armée et j'en passe) sont en fait payées par les impôts et par les cotisations sociales, toutes ces taxes ne servant pas uniquement à nourrir l'état, mais étant utilisées fort judicieusement à améliorer la vie de la collectivité, donc la vie de chaque individu, et ceci quelque soit le type de gouvernement en place. Vu qu'il faut bien nourrir ceux qui travaillent à produire ces choses pour la collectivité, il reste peu d'argent perdu. La partie qui ne revient pas aux citoyens reste faible, et c'est justement pour cela qu'elle est si facile à détourner, puisqu'elle reste quasiment invisible des citoyens même lorsqu'elle atteint des sommes incroyables.En résumé, ta phrase participe à la confusion et tente par ce biais de détourner les pensées collectives saines pour tenter de les amener vers des pensées individualistes exacerbées qui ne seraient pas meilleures pour l'individu au final.

Quand à l'individualisme qui serait le moteur du polyamour, on pourrait dire la même chose du socialisme, car il est évident que toute idée collective est poussée par un individu, puis un autre, puis encore un autre, qui cherchent tous leur propre bien individuel.

Par ailleurs, seul un individu, puis un autre, puis un autre, peuvent avancer à contre courant des idées collectivement ancrées en portant leurs propres idées individuelles, qui ne changent la société que lorsqu'un socle commun (donc forcément collectif, même sans le vouloir) se crée autour de ces idées individuelles (ne serait ce que par la juxtaposition banale des individualités).

Par suite, l'opposition entre individualisme et collectivité reste foireuse à la base des concepts. C'est plutôt "toute forme de collectivisme voulant uniformiser les individus" qui reste incompatible avec l'individu. Et le libéralisme exacerbé fait partie de cette forme de collectivisme qui voudrait que tous les individus raisonnent de façon uniforme (de façon individualiste). Par suite, l'individualisme exacerbé est une des formes du collectivisme dirigé.

Le polyamour doit continuer à garantir à l'individu la liberté d'être "collectiviste non dirigiste", autant que d'être "individualiste", deux notions qui ne sont pas finalement très éloignées.

#
Profil

calinou696

le lundi 03 septembre 2018 à 10h43

Excuse moi, tu fais un raisonnement pour expliquer que au départ 3 et 4 sont des chiffres différents, mais que par un savant calcul tu arrives à démontrer que 3 = 4.
Je pense que c'est parce qu'à la base tu n'as pas bien compris les significations de collectivisme et d'individualisme.

Pour m'être interessé au sujet pas mal d'années, il faut :
Ecouter les définitions de chaque terme par ceux qui s'en revendique.
Regarder les expériences de pays qui ont testé les formes qui s'en sont rapprochés le plus.

Pour le collectivisme : urss, allemagne de l'est, cuba, venezuela (on exclut les dictatures) pour ce qui me vient à l'esprit tout de suite.

Pour le liberalisme, on a jamais eu de pays qui l'ont appliqué totalement. Pour savoir ceux qui s'en rapprochent le plus, on peut prendre par exemple l'indice de liberté + le degré de liberté économique (mais d'autres indices de libertés existent), par pays.

Entre les 2, on a la plupart des pays comme la France.

En gros, parce qu'en fonction des années et des gars au pouvoir, ca change un chouïa.

#
Profil

calinou696

le lundi 03 septembre 2018 à 13h56

Pour moi, le polyamour, les amours libres, la non-exclusivité, etc, s'inscrit dans la philosophie liberale, c'est purement individualiste : chaque individu, en fonction de ses envies, tisse les liens amoureux, les liens sociaux, qu'il souhaite, en s'affranchissant des règles de la communauté/société.
Les règles, ca peut être les lois, les règlements, (édictés par l'Etat, les administrations...) mais aussi les traditions, les coutumes, (la famille, la religion) etc..

#
Profil

PolyEric

le mardi 04 septembre 2018 à 00h16

Le fait de s'affranchir des règles de la communauté/société est en soit une sorte de règle que se fixent de nombreux polyamoureux de façon plus ou moins prononcée (d'ailleurs on parle souvent de déconstruction dans les cafés polys).

Les règles se créent chez les polyamoureux, ne serait ce que la règle qui consiste à assumer ses relations multiples (cf la définition), on y trouve aussi l'égalité des genres et le respect des individus, tout ceci constitue des règles qui sont nécessaires pour être reconnu au sein des autres polyamoureux, par exemple dans les cafés polys.

Que tu le veuilles ou non, ce n'est pas ta règle mais une règle que tu peut choisir de te fixer. Tu ne pourrais peut-être pas te la fixer dans d'autres sociétés sans avoir de gros problèmes, donc c'est une règle que la société d'ici t'autorise officiellement à te fixer, et également une règle que la société d'ici tolère plus ou moins bien dans les moeurs mais bon, ça passe quand-même en restant discret).

Par ailleurs, tu es loin d'être le seul à t'appliquer cette règle donc ta démarche n'est pas aussi individuelle que tu le décrit. L'ensemble des gens qui font comme toi, finissent par créer par leur nombre de plus en plus grand une sorte de mouvement collectif qui change la société. Les polyamoureux et autres amoureux libres qui t'ont précédés on ouvert une voie que tu agrandis peut-être malgré toi mais qui servira aux générations futures. C'est donc une oeuvre collective même si tu la ressent comme une démarche individualiste sans te soucier des autres. C'est de l'individualisme de groupe ou "une oeuvre collective de fait" si tu préfères.

Concernant le terme de collectivisme, que j'utiliserais soit disant de façon détournée de son sens primaire, tu peut bien le remplacer par le mot que tu veux. C'est seulement l'idée que j'essaie de faire passer, une subtilité de raisonnement, et non pas des idées toutes faites. Ce n'est pas parce que je n'ai pas compris tes définitions que j'arrive à des conclusions surprenantes et qui paraissent illogiques (alors qu'elles le sont si tu regardes bien). En fait, c'est plutôt parce que je joue avec les mots pour montrer leur absurdité que cette absurdité apparaît.

Je maintiens que prêcher l'individualisme auprès de tout le monde est, contrairement aux apparences, une action qui tente de diriger la collectivité, et donc une démarche "collectiviste" (à remplacer par le mot que tu veux). Un acte militant à ne pas confondre, certes, avec "faire ses choix individualistes dans son coin" comme tu le faits, ce qui n'a effectivement que des effets secondaires sur le plan collectif, effets secondaires qui changent la société petit à petit quand-même, mais bon, secondaire et peut-être non recherché, donc non dirigiste, je veux bien l'admettre.

L'individualisme à l'intérieur d'un groupe collectif est-il une démarche individualiste ou une démarche collectiviste ? C'est ça ma question :-) .

Et ma réponse est :

- c'est une démarche individualiste à condition que l'on ne milite pas pour l'individualisme à tout crins sinon ça devient "collectiviste dirigé",

- c'est une démarche individualiste qui a des effets bénéfiques sur l'organisation de la vie en collectivité.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

calinou696

le mardi 04 septembre 2018 à 07h53

My fault, c'etait trop évident pour moi alors je ne l'ai pas précisé, alors je le fais :

" s'affranchissant des règles de la communauté/société lui impose .

Evidemment, tant qu'on est libre de choisir les règles qu'on s'impose à soi même cela ne pose aucun soucis.
Ce qui pose problème c'est les règles que les autres imposent à l'individu., contre sa volonté, qui restreignent sa liberté.

Répondre

Lire l'article

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion