Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

J'aime deux hommes… et je dois faire un choix que je ne veux pas faire. Au secours

#
Profil

Bergamote

le lundi 24 novembre 2014 à 21h07

x

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Clown_Triste

le lundi 24 novembre 2014 à 21h44

Oui, je comprends ton interrogation. C'est évidemment la raison pour laquelle tu te poses tant de questions.

Et j'ai conscience qu'en te répondant, ce sont aussi mes propres réactions, mes propres expériences passées (dans une situation un peu de ce genre) et mon propres ressenti qui jouent.

A titre personnel, donc, je trouve mortifère de renoncer à la demande express d'un tier à quelque chose d'à priori positif en soi (pouvoir aimer) et que je sens devoir vivre pour suivre ma trajectoire de vie personnelle.

A mon sens, ce n'est pas Tilleul le problème. C'est le fait que tu peux aimer quelqu'un d'autre que Romarin mais que celui-ci a décidé que pour lui c'était catégoriquement impossible si tu souhaitais pouvoir continuer à vivre ta relation avec lui.
C'est son droit, bien sûr. Il connaît ses limites, sans doute. Je l'espère.

Ceci dit, à titre personnel encore, je n'arrive pas à comprendre et j'ai donc du mal à accepter qu'on cherche à limiter, interdire, empêcher quelqu'un que l'on aime de vivre des choses qu'elle souhaite vivre (et qui, je le répète, ne semblent pas destructrices ou dangereuses en elles-mêmes).
Tu parles de ton amour immense pour Romarin.
L'amour qu'il te porte est-il aussi immense ?

En gros, mon intuition me souffle que si tu fais le choix d'abandonner le fait d'aimer (et de vivre cet amour) quelqu'un d'autre tant que tu seras en relation avec Romarin, tu vas t'amputer d'une partie de toi-même non pour une raison que tu comprends et acceptes intellectuellement et émotionnellement mais pour une raison qui compte pour quelqu'un d'autre.
En gros, ce sera ta décision mais basée sur ses arguments et ses limites.
J'ai du mal à imaginer que tu puisses être heureuse ainsi sur le moyen ou long terme.
(Mais je suis peut-être totalement à côté de la plaque car chacun de nous vit les choses différemment).

Quoi qu'il en soit, tu as raison de prendre ton temps et de ne rien décider à la va-vite.

Je te souhaite d'arriver à trouver la meilleure décision pour toi sur la durée.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

aviatha

le lundi 24 novembre 2014 à 22h01

Clow Triste
Ceci dit, à titre personnel encore, je n'arrive pas à comprendre et j'ai donc du mal à accepter qu'on cherche à limiter, interdire, empêcher quelqu'un que l'on aime de vivre des choses qu'elle souhaite vivre (et qui, je le répète, ne semblent pas destructrices ou dangereuses en elles-mêmes).
Tu parles de ton amour immense pour Romarin.
L'amour qu'il te porte est-il aussi immense ?

Parce que c'est une vision erronée des choses. On ne souhaite pas interdire à l'autre, ce n'est pas le mono qui interdit et le poly qui est libre et fringant, merci pour mon allergie au manichéisme. On cherche une certaine forme de relation, celle dans laquelle on est épanoui et heureux. Chez les monos, elle a telle forme, chez les poly, elle a telle autre, point. Parfois, il y a un terrain d'entente possible, parfois non. Et je trouve un peu fort de café de se demander si celui en face nous aime vraiment simplement parce qu'il n'est pas capable d'être heureux dans la configuration dont nous on a besoin.
Ce qui est considéré comme une "amputation de soi-même" par un poly qui reste par contrainte dans un cadre mono a son exact miroir chez un mono qui accepte par contrainte un cadre poly.

#
Profil

Clown_Triste

le lundi 24 novembre 2014 à 22h10

C'est "marrant", aviatha, parce que justement je pensais à toi en écrivant ses lignes. Et en disant que Romarin, sans doute, connaissait ses limites.
Même s'il me donne l'impression, à la lecture des témoignages de Bergamote, d'avoir tranché rapidement quant au fait que c'était catégoriquement impossible. Alors que toi tu les as longuement mises à l'épreuve.
(Mais c'est mon interprétation).

C'est vrai que mon propos ne s'applique pas exactement à la situation. Dans mon souvenir, Romarin n'a pas cherché à interdire directement les choses. Il a plutôt manifesté le fait que pour lui ce n'était pas envisageable.
Dans le fond, j'y vois quand même une forme d'interdiction indirecte.
"Pour que notre relation puisse continuer, tu dois renoncer par avance, t'interdire, d'en avoir d'autres".

Et tu as raison : la forme de relation nécessaire au bien-être et à l'épanouissement peut être différente. C'est d'ailleurs mon sentiment ici : je l'ai dit dans ma première intervention, je pense que leurs besoins pour être épanouis dans la relation ne sont pas compatibles.
D'accord aussi avec toi avec l'idée qu'un cadre dommageable peut être aussi dur à vivre pour l'un que pour l'autre. Même si le côté "amputation" me semble plus évident pour une personne qui renonce à des activités et des relations spécifiques (on voit plus clairement qu'elle se "coupe" de quelque chose). Mais dans le fond, nous sommes bien d'accord.

J'ai fait attention à ne pas dire que Romain l'aimait ou non "vraiment". Car je ne sais pas ce que c'est qu'aimer "vraiment". Je pense qu'on a tous nos définitions.
Et j'ai envie d'inciter Bergamote à se poser aussi des questions sur les limites de l'amour de Romarin (elle sait beaucoup mieux que moi ce qu'il en est).

Enfin, je le redis, ma réaction est teintée par mes propres ressentis. Elle ne prétend ni à la neutralité absolue ni à la sagesse, d'autant que je ne vois les choses que par le petit bout de la lorgnette.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

ScottBuckley

le lundi 24 novembre 2014 à 22h13

Bonsoir Bergamote,

D'abord sache que je suis de tout coeur avec toi face à ton dilemme actuel.

Ensuite, comme tu as peut-être pû le lire sur le forum, il y a des personnes qui commencent à organiser des ' cafés polys formule confidentielle ' ( /discussion/-TD-/Deemandeeeez-Le-cafe-poly-Formule... ) .

Si tu sens que ça pourrait t'aider que l'on en organise un par ici pour toi en Midi-Pyrénées, en petit comité (3 à 8 maxi ?), à Toulouse, par exemple en décembre ou janvier, fais signe et indique moi les dates & heures qui toi t'arrangeraient, pour voir ce que l'on peut faire .

Et bien sûr c'est toi qui pourra aussi inviter ou non une ou des personnes qui te sont proches pour participer à cette discussion spéciale, pour t'aider à y voir plus clair, à prendre le temps et à infuser les bonnes choses pour que ça décante au bon moment,
... sans prendre de décisions ' sous le coup des hormones ' ( j'aime beaucoup ce message de prudence & d'expériences de Françoise 'Aimerplusieurshommes' , et elle sait de quoi elle parle, elle vit ses amours plurielles depuis + de 30 ans je crois ! ) .

Aimer soi & les autres cela prend du temps...

Et apprendre à savoir ce que l'on veut soi dans la vie, et ce que l'on est soi-même (se connaître soi intimement, être au plus juste de soi-même, de ce qui nous dynamise, trouver cette lumière intérieure...), prend aussi du temps (+) , nécessaire à la construction de notre identité .

Voilà, je me tiens à ta (& votre) disposition, n'hésite pas à m'envoyer un message perso pour avancer sur cette idée de discussion bienveillante & sans écran, si elle te tente .

Et tiens bon !

#
Profil

Pinklady

le lundi 24 novembre 2014 à 22h53

Bonjour Bergamote, en te lisant je me disais qu'il serait peut être plus facile pour vous tous que chacun vive séparément . Vivre sous un même toit entraine souvent un sentiment de propriété de l'autre. Personnellement j'ai fait le choix de vivre seule ainsi je peux mener mes relations plurielles, quand elles le sont, de façon plus libres.Une façon de retrouver sa liberté et cela n’enlève rien aux sentiments , bien au contraire.
Bon courage à toi , recentre toi sur tes propres besoins.
On ne peut aimer en se sacrifiant.

#
Profil

Juliejonquille

le lundi 24 novembre 2014 à 22h59

Bergamote, je ressens la même chose en ce moment. J'ai la tentation de tout laisser tomber, d'abandonner car j'ai peur de perdre mon Romarin. :-(
C'est tellement lent, si lent...

Je te conseille d'aller à un café poly ou même de demander un café poly formule spéciale (en petit comité).
J'y suis allée plusieurs fois avec mon mari et cela fait du bien de parler et aussi de voir des gens qui le vivent bien ou vivent la même chose.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Chupapink

le lundi 24 novembre 2014 à 23h21

Je confirme ce que dit Juliejonquille, aller à café poly fait du bien car on se sent moins seule et je trouve que ça permet de comprendre des sentiments ou des réactions qu'on ne comprend pas justement parce qu'on se sent seule.

J'ai eu l'occasion de participer à un café poly formule spéciale, et c'est encore plus revigorant. Le fait de pouvoir parler plus librement et d'avoir des avis et des sentiments personnels d'autres personnes qui peuvent comprendre ce qu'on ressent est très positif sur le moral et sur la vision des semaines à venir. Mais c'est vrai qu'une fois le pied dedans, il devient difficile de prévoir au delà quand on avait l'habitude de prévoir loin.

Essaie peut-être de ne penser qu'à toi, à ce que tu voudrais "toi", qu'est-ce que tu as envie de vivre. C'est ce qu'on m'a posé comme question plusieurs fois, et au début, je ne savais pas trop répondre. Mais une fois que tu arrive à savoir ce que tu as vraiment envie finalement, et bien (je vais pas dire que ça roule tout seul) mais ça va mieux. On culpabilise beaucoup moins, mais je sais que c'est pas forcément facile à faire, surtout quand on aime et qu'on ne veut pas perdre cet amour.

#
Profil

LuLutine

le lundi 24 novembre 2014 à 23h32

Clown_Triste
Je pense que beaucoup ici sont passés par des dilemnes et des moments douloureux comme ceux que tu affrontes.

On parle de moi ? :)
Présente !

Clown_Triste
Sans pouvoir t'offrir la soluce magique qui résoud tout, je crois pouvoir dire que tu trouveras toujours ici écoute et soutien à distance (autant qu'un forum puisse le faire).

Je plussoie et sur-plussoie. (Been there, done that)

Clown_Triste
Quoi qu'il en soit, tu as raison de prendre ton temps et de ne rien décider à la va-vite.

(+) (+) (+)

#
Profil

MagentadeMars

le mardi 25 novembre 2014 à 17h02

aviathaEt je trouve un peu fort de café de se demander si celui en face nous aime vraiment simplement parce qu'il n'est pas capable d'être heureux dans la configuration dont nous on a besoin.

Peut-être. Mais logiquement, on peut demander s'il t'aime sans condition. Selon les évidences, non.

Alors "vraiment" ne va pas... c'est peut-être pour cela que l'on parle de l'amour inconditionnel.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 25 novembre 2014 à 18h01

non, "vraiment" et "inconditionnel", quand même, pas la même chose.
Et "vraiment" est pas vraiment une catégorie amoureuse, je crois :-D

#
Profil

aviatha

le mardi 25 novembre 2014 à 18h05

Oui, mais dans ce cas les poly non plus n'aiment pas sans condition, selon toute évidence. Et il ne viendrait pourtant à personne l'idée ici de dire à Bergamote que, si elle n'est pas capable d'être heureuse dans la configuration dont lui a besoin, elle ne l'aime pas vraiment (et tant mieux).

@Clown Triste
Il est vrai qu'il est (manifestement) allé bien plus vite que moi. Cela dit, je suis assez mal placée pour affirmer qu'il faut tester les limites plus en profondeur, vu que la seule conclusion que j'ai pu tirer de plus d'un an de "mise à l'épreuve", c'est que j'aurais dû écouter mon ressenti viscéral dès le premier jour, je me serais épargné un long chemin de croix. Peut-être que parfois les évidences nous semblent des évidences pour une bonne raison... Et au contraire, je trouve ça réaction (à Romarin) plutôt saine : "je ne te juge pas, je ne dis pas que c'est mal, je ne te retire pas mon amour, simplement si tu veux continuer dans cette voie-là, ce sera sans moi". Je vois mal comment il pourrait faire plus respectueux d'elle tout en respectant son propre ressenti.

#
Profil

MagentadeMars

le mardi 25 novembre 2014 à 20h43

Il y a quand même une différence entre "je t'aime quoi que tu fasses" et "je t'aimes quoi que tu m'imposes".

#
Profil

Bergamote

le mercredi 26 novembre 2014 à 00h05

x

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

ScottBuckley

le mercredi 26 novembre 2014 à 00h25

Bergamote
( ... )
Sur la question de l'amour inconditionnel : pour moi, le seul amour inconditionnel est celui des parents pour l'enfant.

( ... )
En tout cas, merci pour vos messages de soutien, ça me fait chaud au cœur.

De nada Bergamote, c'est tout naturel !
Et d'ailleurs cette proposition d'un futur café poly formule confidentielle pour toi (à 2 ou +), elle est valable encore au moins un an, donc prends ton temps pour respirer et oxygéner ta vie, dans la mesure du possible ne te précipite pas dans tes décisions.
Infuse encore.... Accueille toi d'abord, prends toute la place qui est la tienne .

C'est très beau & très juste ce que tu dis sur l'amour inconditionnel (ci-dessus), et en effet, à l'égard d'un ou plusieurs enfants, c'est ce que l'on doit leur offrir ' no matter what ' , quelque soit les aléas de la vie, parce que c'est un engagement à vie que d'en mettre au monde .
Et cela peut souvent être un magnifique engagement ( à condition de le faire surtout pour l'enfant, et non pas pour faire semblant de "recimenter / sauver le couple" avec un baby-pretext, surtout Pas ).

#
Profil

Bergamote

le mercredi 26 novembre 2014 à 22h50

GreenPixie
Accueille toi d'abord, prends toute la place qui est la tienne

Tu sais, j'ai l'impression de n'avoir fait que ça depuis presque trois mois, penser avant tout à moi et à mes désirs sans penser aux conséquences et aux souffrances que ça pouvait créer...
A l'heure où j'écris, Romarin m'a dit qu'il n'en pouvait plus et qu'il allait sûrement partir. Tout ça ne tient plus qu'à un fil et c'est atroce....
Trois jours plus tôt, on s'était dit que la seule option qui nous restait si l'on voulait "sauver notre histoire", était de quitter le village tous les deux et de nous installer ailleurs... Option qui me paraît assez folle mais que j'essaie/j'essayais d'envisager quand même...

#
Profil

ScottBuckley

le jeudi 27 novembre 2014 à 02h53

Bonsoir Bergamote,

Désolé mais ma phrase n'était que la 1ère partie (d'une phrase + longue à venir plus tard, mon accès à internet est parfois aléatoire), d'où le " d'abord ... " .

Voici le ‘ ensuite ’ , du moins d'après mon ressenti :
Il me semble qu'il faudrait posément dessiner et/ou écrire les scénarios envisageables & tes attentes (en termes de relations avec Romarin, pour commencer...) , et demander à Romarin d'en faire de même...

> je connais des couples ( lors de désaccords ou crises ) qui ont réalisé quelque chose que je trouve fort pratique & super riche et intéressant, inédit, que j'appelerai là des ' contrats à bases réciproques ' , c'est à dire que les deux écrivent & dessinent chacun-e de leur côté sur une grande page (ou plusieurs pages) leurs attentes relationnelles ( avec vraiment moultes détails ! en tout cas avec autant de précisions que ceux-ci nous semblent essentiels pour une relation à deux, ouverte ) .

Ensuite, ils et elles comparent ce qu'ils et elles ont envie, ce qu'ils & elles ont écrit & dessiné :
>> leurs attentes, leurs désirs,
- leurs moments de solitude seul-e ou d'exclusivités à deux souhaités,
- leurs projets & rêves (voyages, vacances, habitat partagé ou non, enfant(s)...) ,
- le temps & les heures ou week-ends qu'illes ont envie de partager ensemble (seul-es ou avec d'autres autour),
- leurs métiers (et ce que cela implique dans leur vie de couple ou dans leur relation),
- leurs valeurs & philosophie de vie, leurs loisirs,
- leurs grains de folies, leurs désirs de sensualités, de sexualités, d'émotions,
- de découvertes de ceci ou cela dans la vie...

Chaque être est unique : on n'a pas les mêmes projets et désirs avec chaque chéri-e, pas les mêmes souhaits d'engagements ou de légèretés, à courts, moyens ou longs termes, d'où la nécessité de coucher cela par écrit, crayon de bois & stylo en main .

Rien que pour soi seul-e, cet exercice est déjà génial, car il permet de faire le point sur ce que l'on considère comme essentiel à un instant i dans notre vie ( ex. : là fin novembre 2014, + à l'âge de 20, 30, 40, 50 ans ou autre âge / cycle de notre vie ) , et sur ce qui pourrait être nos bases de vie, nos Essentiels à soi, pour soi d'abord, & pour vivre en relation avec quelqu'un .
( ex. : ' Qu'est-ce que je veux faire de ma vie actuelle et future pour l'année à venir ? et avec quelles personnes je veux partager ceci ou cela ? ' )

Les différents couples que j'ai croisés et qui ont rédigé ces ' contrats à bases réciproques ' s'y sont tenus sur la base de ce qu'illes avaient en commun dans leurs pages (et ont dû s'accorder à écarter ou revoir les choses qu'illes n'avaient pas en commun, enfin pour résumer cet exercice à affiner lors de chaque relation importante à nos yeux) .

Cela leur sert de point de départ & d'ossature pour construire la suite de leur relation, et illes reviennent sur ces contrats quand un point ne leur convient plus, pour en discuter avec l'autre ( cela peut être tous les 3 mois à chaque saison, ou une fois par an, ou moins, ou plus souvent ) .

Cela permet de se dire les choses de façon enfin explicite dans de nombreux domaines où on ne s'était jamais exprimé ( " ah bon ça aussi toi ça t'excite ? comme dans la joliment coquine BD Fraise & chocolat d'aurélia aurita ? partageons-le ! .. je croyais que c'était pas ton truc ça ... Ravie de découvrir cette autre partie de tes désirs (+) ! " ) .

Il y a des monoamoureux/ses qui ne discutent jamais de leur contrat d'exclusivité sentimentale et/ou sexuelle, car pour elles & eux, c'est " évident " (je cite) : leur attente implicite & donc non-dite, silencieuse, est que leur partenaire n'aime que lui/elle, et illes ne voient même pas l'intérêt d'en discuter, ou trouvent ce sujet & terrain trop sensibles, dangereux...

... Alors que pour moi au contraire c'est le fait de ne pas en parler et de taire les choses, de rester dans les non-dits, qui me donne l'impression (dans une relation trop asymétrique) de marcher sur un terrain de mines anti-personnels !

La violence des non-dits dans les couples ( et qui sait s'il y en a ! ) , c'est comme si L'homme invisible vous donnait lâchement des coups de poings dans le ventre, à des moments inattendus de la journée : ça fait mal mais on ne voit pas d'où ça vient, c'est une violence & une petite bombe + intense encore du coup car on ne voit pas comment la désamorcer, on ne voit pas les fils conducteurs, l'origine des douleurs .

Et alors on me dira que " ouais mais ça prend du temps d'écrire & dessiner tout cela " ...
eh bien oui : aimer quelqu'un ( et même s'aimer soi ) cela prend du temps, cela demande parfois de coucher par écrit des désirs jusque là non-dits , cela demande de la communication relationnelle + + OUI !

mais c'est aussi cela aimer : prendre du temps pour l'autre, pour lui dire qui l'on est soi, et ce que l'on a envie de partager avec lui ou elle en ce moment.

En tout cas Bergamote, si cela te parle, n'hésite pas à le dire ( et à me demander + d'infos si tu le souhaites par mess@ge perso ) , car il me semble que ce pourrait être ( conditionnel ) une piste (parmi d'autres) à explorer
( mais ce n'est que mon humble avis & ressenti )

#
Profil

Bergamote

le jeudi 27 novembre 2014 à 10h36

x

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Juliejonquille

le jeudi 27 novembre 2014 à 11h41

Même si vous prenez "du champ", pour faire baisser la pression, ce n'est peut-être pas la fin de tout. Est-ce que vous pourriez faire un break juste pour réfléchir chacun de votre côté ? Faire retomber la pression, l'urgence... sans que ce soit définitif.

Je suis aussi dans une situation de pause, break avec mon mari. On fait le deuil de notre relation hyper fusionnelle et il fallait un peu de distance. C'est difficile aussi.
Je pars avec ma fille en vacances chez ma belle-mère pour le laisser seul trois semaines.

En fait, ce n'est pas entre tilleul et romarin que tu choisis. C'est quelle vie, quel type de relation et finalement qui tu es et ce qui te correspond sentimentalement.

L'exercice de la feuille est intéressant car il te pousserait à chercher plus loin que la situation présente.

La tentation est grande devant le sac de noeuds de tout couper avec des ciseaux plutôt que de commencer démêler les fils un à un. Surtout qu'on ne sait pas en commençant si ça va donner quelque chose. On a envie d'être fataliste et de ne pas perdre du temps à cette corvée douloureuse.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 27 novembre 2014 à 12h10

Juliejonquille
En fait, ce n'est pas entre tilleul et romarin que tu choisis. C'est quelle vie, quel type de relation et finalement qui tu es et ce qui te correspond sentimentalement.

+1.

>Bergamote, pour approfondir ça, c'est : si tu entérinais la rupture avec Romarin et allais avec Tilleul, est-ce qu'ensuite tu penses rester poly, ou ça se passerait de la même façon que si tu ne t'étais pas posée la question du polyamour : en mode "l'histoire qui est venue après" ?

Parce qu'au delà même de tes attentes, te projeter (ou pas) en poly "en général", ça te permet de définir tes besoins dans la vie, indépendemment de ce que tu ressens en ce moment en envies, manques, frustrations, doutes, amours... Pour être à même de dire à l'un comme à l'autre pourquoi tu demandes ceci ou cela, il faut que ça vienne de ta façon de voir la vie, pas de la situation de "mais il m'a dit... mais lui réagit... mais alors lui".
Tu peux pas décider seule de la suite, mais tu peux dire clairement de quoi tu as besoin dans la vie (pas de Qui, de Quoi), de quoi tu ne te passeras pas, et ce que tu n'accepteras pas de faire.
Ca ne rend pas les choses plus douces à ressentir, mais être au clair sur la personne qu'on est, sur notre façon de fonctionner en général (et pas juste maintenant, j'insiste, ce qui va/peut se passer avec tel ou tel, pendant ce temps de réflexion, n'est pas pertinent), sur cette personne qu'on propose aux autres d'aimer - soi-même - c'est un repère qui permet de pas se contredire face aux autres, et de pas regretter les choix qu'on savait ne pas nous correspondre.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion