Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Reprise relations sexuelles

Besoin d'aide
#

X (invité)

le samedi 23 avril 2022 à 16h20

Bonjour,

J'avais posté il y a quelques temps pour faire part de la demande de ne pas jouer sur les sentiments en manipulant etc.

Cela fait maintenant un peu plus d'un an que j'ai quitté mon ex et un an et demi grosso modo que je n'ai plus de relations sexuelles.

Plusieurs personnes ont tenté de me séduire depuis le début de mon célibat mais je n'arrive tout simplement pas à passer le cap.

Quelles que soient les personnes qui ont tenté de m'embrasser ou voulu commencer une relation, des warnings se mettent en place et je mets un terme au processus.
Ces warnings sont soit des détections d'incertitudes liées à la personne (pas assez comme j'aimerais en gros), soit plein de pensées automatiques (ça va être l'horreur en gros).
On peut résumer ça plus simplement : je fuis toute relation intime.

Le moral va beaucoup mieux et je suis dans un poste à forte responsabilité, dans lequel j'ai réussi à progresser.
Donc si le moral est ok et que mon job est pleinement enrichissant dans tous les sens du terme, je ne comprends pas pourquoi je bloque complètement ni comment y remédier.

Avez-vous déjà vécu ce type de désert et avez-vous des solutions pour y mettre un terme ? Plus d'un an sans relations sexuelles alors que je suis jeune ne me semble pas normal et je me sens dépourvu de solutions.

#
Profil

bonheur

le dimanche 24 avril 2022 à 12h07

Bonjour X,

Si je comprends, ce qui te bloque (ce sont tes mots), c'est l'impossibilité d'accorder ta confiance et la volonté de ne pas accepter les personnes stéréotypées.

Si la complication vient du fait que tu aspires à une sexualité, alors offre toi cette sexualité sans les complications. Renseigne toi sur le libertinage. La sexualité juste pour l'apprécier, sans le reste. A minima y réfléchir.

#

x (invité)

le lundi 25 avril 2022 à 10h26

En fait ce qui me bloque c'est que je vois des signaux d'alertes que je refusais d'écouter avant et maintenant je les écoute.

Par exemple, quelqu'un qui dit quelque chose incompatible avec ma conception d'une relation saine.

Sauf que parfois, les énoncés sont clairs (cas par exemple d'une personne qui est en train de se remettre d'une rupture et qui veut juste une relation mouchoir) et même là ça bloque.

Pour le libertinage, c'est pareil : je devrais me forcer alors que plein de pensées m'assaillent à ces moments-là. Est-ce que la personne ne va pas m'annoncer qu'elle a une MST grave par exemple.

Je vois des images défilées de mon ancienne relation lorsque quelqu'un tente de me séduire et cela me bloque complètement.

Je n'arrive effectivement plus du tout à faire confiance et cela prend des formes de mini crises d'anxiété.

#
Profil

bonheur

le lundi 25 avril 2022 à 10h39

:-( En effet, ce doit être difficile à vivre. Je suppose que les séquelles de ton passé sont trop envahissantes.

Je ne suis pas une professionnelle. Je trouve cependant bien que tu es ces signaux d'alertes et surtout que tu les écoutes. En revanche, s'ils surgissent systématiquement, ça doit en effet être extrêmement désagréable à vivre. Pour ce qui est de la santé, tu te dois de prendre soin de toi et il existe des "bonnes pratiques" pour se protéger. Et en plus, quand on se protège soi, on protège les autres de soi. Je sais que ce n'est pas si simple. D'autres ici auront peut-être d'autres informations, d'autres idées, un autre discours.

En attendant, sache qu'il y a toujours une issue, une solution. En parler ici, c'est déjà une bonne chose.

#

x (invité)

le mardi 26 avril 2022 à 07h23

Pour les mst, malheureusement, les préservatifs n'empêchent pas le risque puisqu'il peut y avoir déchirure ou le préservatif s'enlève. Cela m'est arrivé avec une personne qui 3 mois plus tard m'a montré un test mst positif au vih (pas de transmission au final et j'ai réussi à passer outre après cet événement désagréable).

Oui je comprends que tu ne sois pas professionnel. Le problème c'est que le psy que je vois me dit que c'est normal que ça prenne du temps et que je ne fasse plus confiance.

Mais cela m'inquiète de ne pas réussir à avoir une vie normale.

Du coup, si jamais quelqu'un a traversé une situation similaire et qu'il a réussi à s'en sortir, je suis preneur de la méthode.

#
Profil

bonheur

le mardi 26 avril 2022 à 12h02

@X je suis contente que tu sois en bonne santé. Evidemment, qu'après une telle expérience, il est difficile de continuer à vivre l'esprit libre et serein. Je suis également de ses personnes qui considèrent le temps comme un allié. Il faut s'offrir du temps.

Désolée si je te parais "cru", mais il reste l'auto-satisfaction. Ne me répond pas à ce niveau-là, je me doute que tu sais. Je l'indique pour démystifier cette sexualité qui à mes yeux est la meilleure, pour peu que l'on laisse son imaginaire s'y associer.

Certaines personnes vivent l'amour uniquement sous la forme d'une tendresse, voire de caresse, sans l'acte que tu redoutes. C'est une forme de partage qui existe. Un peu comme la câlinothérapie, qui ne devrait pas à mon avis, se nommer ainsi. Pour moi, c'est plus une âme qui entre en complicité avec... une autre âme.

Je ne conçois pas cela comme une méthode. Plutôt comme une interaction que tout le monde devrait autoriser de s'accorder. Et puis, ça fait du bien réciproquement. Personnellement, je suis en faveur de cela. Se sentir bien dans les bras d'autrui, sans rien attendre d'autre. Ne pas enfouir son soi intérieur et diffuser son aura. Et puis, comme le dis la chanson de Michel Violet "y a quelque chose qui bouge sous mon ceinturon", et bien c'est simplement le vivant qui t'habite. Ca passera. Tu prends soin de toi plus tard. Si déjà, la confiance de la tendresse pour elle-même subsiste, ou revient, c'est une étape et pas la moindre.

#

x (invité)

le samedi 30 avril 2022 à 09h03

Oui merci. Avec mon psy je vais tenter une approche tcc pour tenter de lutter contre les pensées négatives liées à la sexualité. Mais ça prend beaucoup de temps et je commence vraiment à flipper là-dessus.

Je n'arrive plus à avoir envie d'embrasser. J'ai peur que la personne soit fondamentalement toxique, violente physiquement ou psychologiquement.

Depuis que j'ai quitté mon ex, mon désir sexuel est à zéro. Je recherche juste des câlins sympas et ça personne n'en veut.

Je voulais me forcer à coucher mais même là-dessus je bloque : toujours une excuse différente pour ne pas y aller (pas assez jolie, elle a telle défaut ça ne le fera pas etc) pour bien laisser les femmes dans la zone amitié.

Je souris, je discute comme si la personne qui me drague est une amie et ça s'arrête là.

Et quand je sens une vague motivation pour mettre en place un processus de drague, j'enchaîne des cauchemars pendant plusieurs nuits.

Le psy me dit que c'est normal que ça prenne du temps et que je dois y aller à mon rythme mais c'est vraiment très lent je trouve.

Et mine de rien, c'est peut-être con, mais j'ai l'âge où je voulais avoir une famille et je sens que cela m'échappe. C'était pourtant mon rêve d'avoir une famille heureuse.

Enfin bref. j'aimerais réussir à reprendre une activité normale malgré mes pensées de merde.

Quelqu'un a une formule magique ?

#
Profil

bonheur

le samedi 30 avril 2022 à 10h49

X
Je recherche juste des câlins sympas et ça personne n'en veut.

Il existe la câlinothérapie. Une activité que j'aurai aimé développer, sauf que personne n'est prêt à subvenir aux besoins d'une personne qui fera juste des câlins. Aussi, il y a la possibilité de dérives, puisque l'objet est de créer une intimité d'âme à âme, donc dans une forme d'isolement.

Il y a à se réconcilier avec la tendresse et la proximité. C'est vital et pourtant il y a là un malaise sociétal. Il faudrait casser la spirale. La tendresse, le câlin, pourraient ils devenir un luxe, à l'avenir ?

#
Profil

lau93

le samedi 30 avril 2022 à 16h45

salut à toi @X
J'avais écouté ça https://amoursplurielles.com/tendresse-calins-et-s... : Ateliers Câlin comme le suggère @bonheur :-)
Pour en faire un job, il faut en faire une "thérapie": à mon avis c'est beaucoup plus bénéfique que la guérisiologie ^^ . La seule limite est de créer une charte pour évacuer les chelou pourraient manipuler pour obtenir des faveurs sexuelles.
Peut-être oser demander à tes rencontres " seulement un câlin"? Il n'y a pas de normalité sexuelle c'est la bonne nouvelle, être en connexion par un câlin ce n'est pas "anormal", le sexe n'a pas besoin de passer forcément par toutes les étapes "classiques" diffusées par un système très patriarcal: les émotions et sensations partagées lors de câlins sont déjà hyper positives. Sans doute une réminiscence de ceux qui prenaient soin de nous tout bébé?
Je vous rejoins donc toute les deux sur l’intérêt des câlins, j'ai la chance d'avoir un amoureux qui les apprécie autant que moi :-)
Vive les câlins!
Bonne aprem
Lau

#

x (invité)

le mercredi 18 mai 2022 à 07h50

Bon, je suis allé hier chez une médecin généraliste pour un mal de dos. Très étrange, c'était la première fois qu'elle me voyait et elle m'a parlé au bout de 5mn des abus et des agressions sexuelles.
Elle m'a même donné une lettre pour voir une sexologue (au bout de 10mn j'avais accepté de lâcher que ça fait 1 an et demi que je n'ai pas eu de rapport sexuel).

Petite question : ça se voit sur notre tronche ce genre de choses ? Comment a-t-elle pu deviner ?

Au fûr et à mesure de son monologue (qui se voulait bienveillant mais pour lequel je n'avais rien demandé du tout), j'ai senti à nouveau le poids et les pensées qui tournent.
Résultat : en plus des rêves quotidiens avec cette ex, j'ai apparemment crié très fort un "fait chier" qui a réveillé ma coloc qui est venue me réveiller pour vérifier si tout allait bien.

C'est pratique l'anonymat des forums quand même pour dire des choses que l'on n'arrive pas à dire ailleurs.

#
Profil

cactus

le mercredi 18 mai 2022 à 13h38

Bon, ça fait plusieurs fois que je me dis que je vais répondre à ton fil, donc allons-y.

x
Très étrange, c'était la première fois qu'elle me voyait et elle m'a parlé au bout de 5mn des abus et des agressions sexuelles.
Elle m'a même donné une lettre pour voir une sexologue (au bout de 10mn j'avais accepté de lâcher que ça fait 1 an et demi que je n'ai pas eu de rapport sexuel).

Petite question : ça se voit sur notre tronche ce genre de choses ? Comment a-t-elle pu deviner ?

Je ne crois pas que ça se voie sur nos têtes non. C'est peut-être indiqué dans ton dossier médical ??

Pour revenir sur l'absence de rapport sexuel dans ta vie actuellement, est-ce que ça te manque en fait ? Je veux dire : tu en souffres de ce manque de sexualité avec une tierce personne ? (je te parle pas de contact physique axé simplement câlins mais du sexe en lui-même).

Parce que là, si tu n'en souffres pas en soi, j'ai un peu l'impression que tu te mets la pression pour coller à l'injonction sociétale "faut faire du sexe, sinon c'est que tu as un problème/que tu n'es pas normal".

Sauf qu'en fait, c'est une injonction. Y'a des gens qui vivent très bien sans faire de sexe avec d'autres, parce que, pour plein de raisons, c'est tout simplement pas leur truc.... (et c'est ok).

#

x (invité)

le jeudi 19 mai 2022 à 22h47

Si c'est dans mon dossier médical, je comprends pas comment ça a pu arriver là ce machin...
Mais oui c'est la seule explication possible.

Si ta question est : "est-ce que tu es asexuel", non je ne le suis pas. Enfin, je ne l'étais pas. J'avais plutôt tendance à l'inverse.

J'en souffre, oui et non... J'ai l'envie d'avoir envie. Je vois des femmes qui sont belles, qui peuvent me plaire, mais je les vois comme si elles étaient dans un film : il y a une distance, une sorte de filtre qui fait que je ne suis pas touché émotionnellement, sensitivement.

J'éprouve juste de la gentillesse en fait, c'est très étrange. Je souris, parle, réponds, envie d'avoir envie d'aller plus loin puis ça s'arrête.
Je dis des phrases gentilles soit juste pour être gentil soit pour draguer un peu, mais même lorsque c'est pour draguer, rien dans mon corps ne montre de désir ni d'envie, c'est juste des phrases dites comme ça... parce qu'il n'y a pas d'envie.
Des phrases bidons du style "ta coupe de cheveux te va bien" et pas envie de donner plus.

J'ai aussi immédiatement des pensées réflexes : et si cette personne était manipulatrice ? Et si cette personne était violente psychologiquement, physiquement ou sexuellement ?
Et ça me coupe directement.

Du coup, je ne peux pas dire que j'en souffre. La douleur je l'ai éprouvé pour d'autres choses mais pas réellement pour cela. C'est vraiment comme si je voyais la vie des sens à travers un film.

J'aimerais pouvoir être à nouveau acteur.

#

x (invité)

le jeudi 19 mai 2022 à 23h01

Désolé Lau93 de ne pas avoir répondu. Je viens sur ce site lorsque je repense à des choses d'une façon plus intense que d'ordinaire.

Je me sens dans une sorte de champs de coton, je crois que cette chanson rend bien la distance, le filtre dont je parle (sans l'effet tristesse) : https://www.youtube.com/watch?v=_yN6uO3vFao

#
Profil

bonheur

le dimanche 22 mai 2022 à 10h37

@X,

Il existe des personnes qui ont ce don de l'observation et qui font mouche à tous les coups. Cette médecin en fait peut-être parti.

Crois moi, sans faire de généralités, je ne connais personne qui est une vie super géniale tout le temps. Aussi, considérer la sexualité comme une donnée constante ? D'après moi, rien n'est figé et stable. On peut très bien avoir une période d'asexualité et une période de "gourmandise".

Peut-être dissocier ta libido et tes envies intrinsèques ?

Je dirais qu'il faut faire attention à ne pas utiliser. La difficulté des relations humaines est ici. Ne pas se concentrer uniquement sur soi et ce à quoi on aspire. Et ça, je pense que ça peut t'aider, un peu.

Sache que les manipulateurs-trices sont peu répandu-es. Ces personnes sont minoritaires. Le hic, reviendrait à être un aimant à ce type de personnes. Aujourd'hui, tu sais que ça existe. Je crois que tes "alertes" se déclenchent rapidement et que c'est un handicap. Demander à ton thérapeute si c'est possible que tes maux viennent de là ? (en partie)

#
Profil

Lonely_Jazzman

le dimanche 22 mai 2022 à 13h38

Salut ! Je me retrouve beaucoup dans ce que raconte .

Pour moi ce que tu décris ressemble à de l'asexualité: le manque de désir envers d'autres ainsi que les warnings.
Je ne cherche pas à te coller une étiquette quelconque mais à te présenter d'éventuels éléments de réponse/réflexion.

Il est important de savoir que l'asexualité est un spectre fluctuant qui peut présenter des phases sexuelles intenses.
Il n'est pas plus anormal d'avoir envie de sexe que de ne pas le désirer. 😁

Je suis moi même asexuel, depuis toujours. Le sexe ne m'intéresse absolument pas, me dégoûte presque et personne ne m'attire sur ce biais là. Actuellement ça change avec une rencontre où tout ça me fait envie et c'est un plaisir que de pratiquer 😉 et il a fallu que je l'accepte et que j'en parle avec ma partenaire.

De ce que tu décris tu me semble être plus à la recherche de sensualité et de tendresse que de sexe pur actuellement. Et c'est tout aussi chouette !
Il faut apprendre à ignorer la "pression sociale", le dogme de la société sexuelle si elle ne correspond pas 😊 (ça rejoint ce qu'on dit les camarades plus haut)

Tout ça pour dire que tu as le droit d'être comme tu es, de ressentir ce que tu ressens et d'accepter le fait que ça peut varier.
Ça demande du travail sur soi, une introspection et savoir ignorer le dogme cité plus haut !

Et petite précision, de part mon parcours je peux témoigner du manque de connaissance du "corps médical" sur l'asexualité. Toujours garder l'esprit critique sur ce qui nous est dit (dont mes propres propos 😁) et ne pas prendre pour acquis un argument.

Si tu veux de la lecture sur tout ça n'hésites pas à demander j'en ai à la pelle 😁

De tout cœur avec toi !
Lonelyjazzman

#
Profil

bonheur

le dimanche 22 mai 2022 à 14h00

@Lonely_Jazzman.
Je n'aurai pas mieux dit (+)

#

x (invité)

le mardi 24 mai 2022 à 21h39

Non Lonely Jazzman, j'ai jamais connu cet état avant. J'ai 30 piges maintenant. Si j'avais été asexué je l'aurais su avant...

Ou alors on le devient ?

Honnêtement, à quoi sert la vie sans amour ?

#
Profil

Lonely_Jazzman

le mercredi 25 mai 2022 à 09h54

Ce n'est pas tant question d'être ou ne pas être que je voulais souligner.
Encore une fois je ne veux pas ni coller d'étiquettes ni t'imposer quelconque vision des choses.

L'idée que je voulais dégager c'est que c'est à 10000% ok d'avoir des périodes de sa vie où notre envies changent.
Toutes les envies sont concernées, l'envie de sortir, travailler, d'aimer tel ou tel plat, un morceau de musique spécifique, de sourire, de faire la gueule ainsi que le sexe.

Pour moi ce que je ressens vis à vis de ton témoignage c'est qu'actuellement tes envies sexuelles sont différentes de ton habitude.
Et que c'est difficile de l'appréhender, parce que c'est nouveau et inconnu. Du coup ça"dérange" la conception des choses initiales.

Pour moi il faut que tu te poses la question de "est ce qu'actuellement, j'en ai envie ?".
Et ta réponse doit être ce que tu ressens, non ce que tu penses.
Puis il faudra la poser à nouveau cette question, plus tard. Et la réponse pourra être différente 😁

J'ai le même âge que toi avec le parcours inverse sur l'aspect sexualité.
Et en ce moment je me pose cette question et la réponse est différente de d'habitude. Et je l'accepte même si c'est totalement l'opposé de ce que je ressens de base.

Et pour ta dernière question (vaste sujet d'ailleurs ^^) je pense que l'amour est nécessaire pour vivre. Le bonheur lui est, indispensable, les relations amoureuses, elles, sont dispensables.
On trouve de l'amour ailleurs que dans "l'Amour amoureux":
Passer du tps avec les gens que l'on aime, faire la cuisine, un art...

Force à toi, je pense comprendre ce que tu traverses, c'est pas facile mais ça ne pourra qu'être constructif côté introspection ! 😁😁

#
Profil

ninitemoignage

le mercredi 25 mai 2022 à 11h36

Message modéré pour la raison suivante : non respect de la charte.

#

x (invité)

le mercredi 25 mai 2022 à 23h11

merci de répondre et de faire part de ton expérience...

Ce dont j'ai envie c'est d'amour, de me sentir respecté, écouté, de faire ce que j'aime aussi. Pas d'être quelqu'un qui est un essuie-tout et que l'on jette une fois que cet essui tout a fini de soigner les (pseudos?) blessures de l'autre.

La sexualité, je crois que je suis arrivé au stade où cela me fait fondamentalement peur en fait.
Une peur qui me fait fuir tout contact prolongé avec les femmes.

C'est drôle, hier j'ai revu par hasard une coloc d'une amie qui m'a recueillit à la petite cuillère il y a un an. Elle avait drôlement embellie et son âme semblait avait gagné en profondeur.

Elle était ravie de me revoir alors qu'elle m'avait hebergé sans me connaître en train de sombrer dans l'alcool. Elle était (très) étonnée du poste que j'occupais après avoir tant plongé.
Voir l'étonnement et la joie chez l'autre de ma position sociale m'a peut-être aussi nourrit narcissiquement.

J'ai eu "envie d'avoir envie", de faire l'amour avec elle, mais je conçois toutes les emmerdes qui peuvent surgir après coup, ne serait-ce qu'après un coup d'un soir.
Et du coup... Je reste à faire le clown derrière une vitre.

pour la personne qui a eu son message de supprimé : je ne sais pas ce que tu as écrit. Si c'est de la méchanceté gratuite ou autre volonté de faire mal, merci de trouver une autre victime.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion