Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Ma chérie aimerait "rencontrer" un autre.

#
Profil

Romy

le jeudi 06 novembre 2014 à 04h35

Non, ce n'est pas moche du tout! Tu ne peux pas être un champion du polyamour du premier coup! Pour avoir été dans ta situation, je te comprends tout à fait. Tu as le droit de faire part de tes conditions et de ton modus operendi pour passer à travers cette étape plus difficile. Tu fais des efforts, tu donnes, et elle doit te soutenir en retour. Je te comprends de vouloir le rencontrer. Ça risque de crever sa bulle, il sera probablement même jaloux de toi. Mais c 'est la réalité qu'il verra. Le fait qu'il fréquente une fille qui est déjà dans une relation amoureuse. Ça le forcera lui aussi à faire des choix et assumer ses décisions en pleine connaissance de cause. Puis si ça se trouve, vous allez peut-être bien vous entendre ;)

#
Profil

Romy

le jeudi 06 novembre 2014 à 04h40

Je reviens toujours à ça, mais dans ton cas ça me semble particulièrement pertinent: regardez ensemble César et Rosalie de Claude Sautet!!! Le duel, l'humour, la souffrance, l'amour... Tout y est.

#
Profil

Caline

le jeudi 06 novembre 2014 à 06h19

Stone, tes posts me parlent beaucoup.
Tes sentiments sont tout à fait naturels, c'est une réaction saine.
Crois- moi, si l'on ne réagit pas ainsi, comme toi ou comme moi, l'autre pourrait commencer à se poser des questions.
Je t'explique , en bref: ( je pourrais écrire un roman)

Mon compagnon, avec qui j'ai vécu en couple, chez moi ( je l'ai accueilli) est entré dans les amours plurielles depuis 1 an et demi.
Il en est deja à sa deuxième relation amoureuse.
J'ai souffert de cela, mentalement, physiquement et surtout dans mon cœur.
J'ai fait mes premiers pas en ne sachant pas vers quoi j'allais...
Beaucoup de peurs se sont réveillées, qui sont à l'origine de puissants sentiments de colère, de jalousie, de vouloir posséder l'autre pour soi seul.

Aujourd'hui, je peux dire que je trace mon chemin, plutôt je prends le chemin qui me semble le mieux convenir.
Je souffre moins mais encore toujours qaund il part avec son autre amoureuse.
Là, maintenant ils sont partis pour fêter son anniversaire à deux.
Ils sont en plein NRE.

Mais j'apprends à lui faire confiance, j'apprends à céder de la place pour l'autre, il sait que je l'aime toujours, lui me dit qu'il m'aime toujours mais autrement.
Pour fêter son anniversaire à deux, nous sommes partis un week- end dans les Ardennes belges avant la date dite, nous avons passé 3 jours de grâce, ou l'un s'occupait de l'autre et vice versa.
Il me remercie souvent pour cette nouvelle liberté amoureuse que je lui laisse et qu'il me retourne, à sa manière. Il me dit qu'il m'aime pour ce que je suis, pour tout làmour que je lui donne dans ces moments et c'est réciproque.

J'aime aussi quelqu'un d'autre... Mais c'est plus compliqué, il est marié et père de 3 enfants et ne désire pas s'engager dans une relation plus suivie.
Nous nous voyons donc peu mais les rencontres sont là, il sait que j'ai des sentiments pour lui et vice versa.
C'est un ex qui est resté longtemps un ami un vrai à qui je confiais mes soucis.
Il a voulu se rapprocher de moi et j'ai accepté, en éprouvant la même chose de mon côté.
Je ne sais pas non plus où cela va aller mais je profite de chaque seconde, chaque millième de seconde quand je suis avec lui.
Sa femme ne sait rien. Il ne désire pas, pour l'instant, lui parler de cette situation entre nous.
Mais mon compagnon le sait et il respecte ma relation, tout comme moi je respecte la sienne.

J'aimerais un jour, qui sait, rencontrer un autre homme, que je ne connais pas pour tenter d'aller plus loin encore dans les amours plurielles.
Et renouveler cette expérience de NRE, quand je vois comment ça booste mon compagnon, je voudrais connaître ce meme sentiment.

Encore te dire que je doute encore bien souvent, je me demande sans cesse si c'est bien le bon chemin que je prends, si je ne me trompe pas.
L'essentiel est de garder la tête hors de l'eau et de se RESPECTER soi et de sentir si quand ça va trop loin, de tirer la sonnette d’alarme.

Le plus gros désavantage des amours plurielles, c'est le partage du calendrier.
Organiser nos moments de rencontre en tenant compte des activités de l'un et de l’ àutre, ce n'est pas toujours évident. J’ai demandé une pause de 3 semaines pour le laisser lui voir son amoureuse comme il désire et que nous fassions le point quand on se reverra. Cela se fait sans tension, ni conflit. Il continue à rester en contact avec moi par des petits messages bienveillants.

Je dois bien souvent mordre sur ma chique quand il me dit : ce week- end la, je ne serai pas disponible, je serai avec mon autre amoureuse.
Heureusement que j'ai ma famille, mes amis, mon propre réseau de connaissances que j'avais deja avant que nous nous rencontrions.

Mais quand on se revoit, il me montre toujours autant d'amour, peut - être même plus qu'avant .
Avant , quand nous étions installés dans une routine conjugale... Les pantoufles et la télé sont des tue l'amour, à petit feu.

Il me dit si souvent, t'es une femme formidable de me laisser cette liberté que tu n'as pas choisie au départ mais p- ê qu'un jour, c'est moi qui lui dirai,à mon tour, cela.
Pour l'instant, , je lui dis ok mais moi je reste là où je'' suis", je n'ai pas besoin de plus.
Et notre relation avance, petit à petit.

Mais crois - moi, quand nous nous revoyons, c'est toujours la fête pour nous deux.
Bonne chance Stone dans tes débuts, je te souhaite beaucoup d’amour.

Et Romy a raison, c'est un si beau film, César et Rosalie. Ce qui est magnifique, c'est cette amitié sincere, profonde qui naît entre les deux amants - amoureux de l'héroïne, qui à la fin du film s'en va pour les laisser eux seuls et qui revient quelques temps plus tard, vers eux... La dernière scène est sublime, elle les aperçoit par la fenêtre qui donne sur le jardin, eux ne la voient pas, si l'un des deux, elle pousse la grille et entre dans la propriété. Et on ne sait pas ce qu'il en advient... Liberté est laissée a chaque spectateur d'imaginer la fin qu'il souhaite pour le trio amoureux.

Le livre de Benoîte Groult, journal à 4 mains, p- ê ringard mais si d'actualité encore aujourd'hui, Il
parle aussi de ce partage entre deux hommes et deux femmes. C'est un sentiment humain d'en aimer plusieurs, c'est un élan du cœur vers l ’ autre, tout en continuant d'aimer celui ou celle avec qui on est installé dans la relation, aimer différemment mais mieux, peut- être?

Le livre de Eric - Emmanuel Schmitt " les perroquets de la place d'Arezzo" parle aussi des relations multiples, à divers niveaux, tout cela au travers d'un scénario quotidien on ne peut plus banal mais qui est, dans ses mots, révélateur d'un renouveau amoureux tellement bienfaisant.

Belle journée a toi. Porte - toi le mieux possible.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Ginette

le jeudi 06 novembre 2014 à 09h23

Concernant la dernière phrase sur le respect de ses "secrets", on peut se demander si cela ne fait par partie d'un petit jeu entre vous, tu semble tirer un certain plaisir à cet exercice...
On imagine que si ton attitude la dérangeait, ta belle t'aurait envoyé aux pelotes (??ça existe cette expression ??) depuis longtemps...
Les sssecrets, c'est sssecret...Après ce ne sont peut-être pas des secrets que tu découvres sur son portable : sachant son amoureux fouineur ta chérie efface certainement les traces, et laisse ce qui est susceptible de t'amuser le plus !!
Je comprends en revanche ton envie d'exister aux yeux du couple qu'elle forme avec son nouvel amoureux : il faudra peut-être que tu en passes toi-même par d'autres rencontres pour qu'elle t'envisage, comme un homme qui peut aussi la délaisser...ça doit être assez sécurisant ou grisant ces 2 amours, dont toi qui es très présent...au point de menacer d'un duel en piscine (reste là ou tu as pied...on ne sait jamais...)...

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 06 novembre 2014 à 12h22

stone
En plus tout le monde s'exprime tellement bien que je n'ai même pas l'impression d'être sur internet. Est ce que le polyamour concerne principalement les classes supérieures éduquées, ou rend il ceux qui le pratiquent bons en orthographe ?

Des classes éduquées peut-être, mais disons que les classes moyennes y sont très bien représentées, pour ce que j'ai pu en voir.

Après, c'est sûr que sur le forum on croise pas des majorités silencieuses en train de causer - ya une limite aux paradoxes. Les majorités qui en pensent pas moins, et qui respectent la famille, le salon de l'auto, la foi du charbonnier, le JT de Pernaut et Amélie Poulain. Comme elles disent rien, elles ont souvent raison, ces majorités-là. On s'étonne encore que le monde soit pas sur de meilleurs rails, depuis le temps qu'elles existent !
(désolé, minute pamphlet facile, parce que la question de "qui en parle" demanderait pour être bien traitée des données qu'on a pas. Quand on est dans une démarche pragmatique où nous-même on est en pleine exploration, on ne peut répondre à des questions globales que par du questionnage de préjugé).

L'autre biais, c'est que pour travailler sur soi et sur ses sentiments et les exposer, on en vient à faire un peu attention à ce qu'on écrit... on sent que c'est important.

Enfin, c'est assez courant sur ce genre de forum, il y a pas pas de gens qui n'écrivent pas ou peu mais qui sont là... Il n'écrivent pas ou peu parce que ce qui est déjà là peut être intimidant, ou que quelqu'un leur a même demandé "steuplé, fais pas trop de textos, et ajoute des sauts de lignes".
La langue française et l'éducation qui l'enseigne sont des cadres assez vexatoires. C'est moins facile en français de participer à des débats un peu développés, je crois, qu'en espagnol ou en anglais, où la langue est moins capricieuse.

Bref, tout ça pour dire que si sur le forum, ceux qui écrivent sont ceux qui savent écrire, c'est un mécanisme qui ne dépend pas forcément de la nature du polyamour, mais plutôt de la façon dont on travaille dessus ici.
Si le PA s'inscrit plus dans le temps, s'il devient, comme certains le redoutent, une mode (pas moi, je deviendrai juste plus misanthrope), on retrouvera dans la pratique poly les mêmes types de personnes que ce qu'on retrouve dans, je sais pas, l'intérêt pour le Feng Shui, la cuisine maison ou le BDSM. C'est une question d'amplitude du phénomène.

(merci pour cette occase de réfléchir sur la question de classe. Je sais pas si c'était l'intention, mais ça reste un sujet intéressant, donc j'ai sauté dessus avec joie. Il y avait aussi eu ce fil de discussion, ya pas longtemps, sur le même sujet. Disclaimer : je m'y suis lâché et je dis plein de grands mots chiants).

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 06 novembre 2014 à 13h17

stone
Avec les filles j'ai jamais été Brad Pitt, c'est sans doute ça qui me rend jaloux ou réticent.

Si ça peut te rassurer, les gens que je croise dans le milieu poly ne correspondent ni plus ni moins que les autres aux canons des magazines. Yen a des biens (non c'est pas ça que je voulais dire), yen a des petits, des grands, des gros, des maigres, des beaux des moches.
Et oui, tous font des rencontres. Pas plus facilement ou plus difficilement qu'ailleurs, je crois.

stone
Mais il y a un autre truc qui bloque. Je pense que je cherche quelque chose, une relation, une fille, où la question ne se poserait pas. Une âme soeur. J'aime ma chérie... Mais ce n'est peut-être pas elle.

Arf, la princesse charmante, les amants destinés...
Je vais pas te parler du côté improbable, ni du fait que si on est voué à aimer "en vrai" qu'une âme, mais que celle-ci existe, alors aussi bien se tourner vers un dieu ou un autre, quitte à croire à des lois invisibles, autant viser haut, on a moins de chance de perdre l'idée de vue !

Non, ce que je veux plutôt dire, c'est qu'avec l'âme sœur, on a un genre d'idéal consolateur quand on est pas en couple avec, idéal un peu bloquant si on a le caractère pour (je suis comme ça, moi, même si c'est dans un cadre différent), et aussi tyrannique envers les gens avec qui on va avoir une relation : mon âme sœur, tu ne peux être que l'excellence ! si tu l'es pas c'est que
- tu mets de la mauvaise volonté à être ce que je désire que tu sois,
- ou que je me suis planté, donc je retourne au magasin, et si yen a pu, je vais avoir une bonne excuse pour me lamenter en disant que c'est la faute au destin (et un peu à l'autre) si j'ai pas bien aimé ce que j'ai rencontré.

stone
J'aime risquer de la perdre. J'aime regarder son téléphone en secret de temps en temps. J'aime découvrir les messages qui pourraient être compromettant. Mon Coeur s'affole, je dois accuser le coup.

Je crois que c'est pas bon pour une relation, de fouiller dans l'intimité de l'autre à son insu.
Je comprend que tu apprécies le côté romanesque, les secousses d'émotion. Mais en pratique, au delà de faire joujou avec ta sensibilité, ça te met dans la position d'être Juge, partie, et flic. Quand elle te dira "ne t'inquiète pas", tu pourras répondre : tu me mens parce que tu sais que tu fais le mal.
T'auras gagné, t'auras raison, mais pour que ça te rende plus heureux, je crois que c'est une très mauvaise piste.

Pour être heureux dans ta relation, faut que t'aies confiance en toi, et confiance en elle. Ca n'est pas un truc forcément constant, parce qu'il y a plein de moments d'une relation où on a plus peur que confiance. C'est valable pour elle aussi (sinon elle aurait sans doute pas eu besoin de faire de cachotteries).
Pour que la confiance soit solide, il faut que la compréhension et l'écoute mutuelle le soient aussi.
Ca veut dire que de ton côté, tu dois demander, dire ce que tu ressens directement, pourquoi, comment. Et de son côté elle pareil. Et vous trouvez, au fur et à mesure, le compromis, et plus tard la complicité et la confiance de faire un truc à vous qu'était pas évident au départ.

stone
Je crois que j'ai besoin de ça. Que les choses soient claires, pour tout le monde. J'aimerais que ma chérie me dise ce qu'elle fait. Qu'elle lui dise que j'existe.

Est ce que c'est moche ? Devrais je respecter ses secrets ? Ne pas imposer mon envie de transparence ?

Non, l'attente de départ, demander à l'autre de te dire et te montrer où tu en es, et de pouvoir décrire une partie de la situation, c'est pas moche, c'est même parfaitement souhaitable. Le polyamour fonctionne avec un consentement de l'autre, mais pour consentir, on doit être un minimum informé de ce à quoi on consent.

Après, dans l'honnêteté, chacun n'a pas les mêmes besoins. Certains veulent pouvoir savoir dans quelle position, comment t'as réagi, la marque des sous-vêtements, sur quel meuble... Bon. On peut pousser ça maladivement loin ! D'autres préfèrent connaître le principe et refuser toute manifestation physique de ce qui se passe, s'arranger avec sa conscience pour savoir sans savoir, quitte à ce que la conscience fasse loucher.

Tu vois, quand je te parlais de contraintes fortes, hier ? Du fait que c'était pas une question de se satisfaire à toute vitesse ? Ben là, t'en as une balaise, de contrainte : pour que ça marche, faut vraiment écouter l'autre, lui proposer des choses qui le respectent et qui nous respectent en même temps. Non, c'est pas toujours facile, même avec plein de bonne volonté, parce qu'on est pas assez les mêmes d'un jour à un autre pour être certains que ce qu'on a compris une fois marche la suivante.

Comme dans plein de trucs de relation amoureuse, ça aussi, mais avec l'idée qu'on a décidé de laisser le monde extérieur influencer certains aspects du "petit monde pour deux", et avec des phénomènes sentimentaux. Autrement dit, on accepte de tenir compte dans la vie amoureuse, de ce qui se passe déjà aussi dans la vie familiale, amicale, parentale : les moments où on est plus sur la promesse qu'on va rester les deux seuls maîtres à bords. Parfois, cette promesse tient. Parfois, c'est d'autres engagements qui vont garantir que la relation tienne.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Caline

le jeudi 06 novembre 2014 à 14h13

Siestacorta
Si le PA s'inscrit plus dans le temps, s'il devient, comme certains le redoutent, une mode (pas moi, je deviendrai juste plus misanthrope), on retrouvera dans la pratique poly les mêmes types de personnes que ce qu'on retrouve dans, je sais pas, l'intérêt pour le Feng Shui, la cuisine maison ou le BDSM. C'est une question d'amplitude du phénomène.

Le PA est déjà une mode, oh, que je déteste cette étiquette, je préfère parler d’amours plurielles, comme François Simpère.

Siestacorta, tu développes vraiment bien. A quand ton prochain bouquin sur les amitiés plurielles? Ou sur le misanthropisme? ;-D

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 06 novembre 2014 à 14h35

Caline
Le PA est déjà une mode,

Ca peut le devenir, mais pas tout à fait. Il faudrait que tu retrouves des trucs de PA un peu partout régulièrement.
On est juste à l'étape où c'est possible de tomber sur du contenu PA dans un média ; mais de là à ce que tu voies quelques pipols qui en causent, plusieurs films ou séries où c'est un sujet récurrent, quelques gros débats sur le sujet dans les talk show... non, c'est pas encore ça.

D'un autre côté, même si je sais que les médias déforment toujours, et que trop de gens qui parlent d'un truc qu'ils connaissent pas c'st pas mieux que de pas en parler assez, le côté "personne connait mon truc donc il est plus authentique", c'est assez insatisfaisant aussi...

#
Profil

LuLutine

le jeudi 06 novembre 2014 à 18h41

RomyTu souffriras, mais en parlant beaucoup avec ta chérie, ça finira par s'estomper. Si vous êtes amoureux, les choses finiront par se placer au bon endroit.

Oui alors non. A te lire Romy, on pourrait croire que ça se passe toujours comme ça. Mais non. Parfois on parle, on est amoureux, on s'aime même (parce qu'être amoureux et s'aimer sont deux choses différentes dans mon vocabulaire), et pourtant ça ne marche pas.
Evidemment, j'espère (comme toi probablement) que dans le cas de stone, ça marchera. Mais on ne peut pas en avoir la certitude...

Siestacorta
(tiens, Romy, ça faisait longtemps didon)

Toi aussi t'as pensé ça ? :P

stone
Mais est ce que construire un couple ce n'est pas basé sur la fusion de deux identités ?

Si quand deux personnes se "mettent en couple", elles fusionnent et deviennent donc une, laquelle des deux a disparu ? (Cette réflexion n'est pas de moi)

stone
Mes vieux, 70 ans bientôt, ils s'aiment toujours, ils partagent tout, ce sont les personnes les plus heureuses que je connaisse.

Et moi les personnes les plus heureuses que je connaisse sont polyamoureuses.
Bref on ne peut pas se fonder sur un (ou des) exemple(s).
Chacun choisit ce qui est le mieux pour lui/elle.
Il n'y a pas de "modèle universel du bonheur".

stone
Est ce que le refus de partager n'est pas un syndrome de notre société individualiste, compétitive, capitaliste ?

Cette phrase me semble en contradiction avec la précédente. Partager, ce serait donc être polyamoureux, non ?

Je pense que plusieurs polyamoureux répondraient volontiers "oui" à ta question : le monoamour est un symptome de la société capitaliste ! (Possessivité quand tu nous tiens.)

Siestacorta
Et la personne qui zappe d'une relation à l'autre, d'un consommation à l'autre, elle va déplaire à tous les polys qui attendent d'elle qu'elle propose aussi une forme ou une autre d'engagement. Pas plus que les autres, on n'aime être rejetés ou négligés.
S'il n'était pas possible de s'engager dans le cadre polyamoureux, de partager, je crois que la plupart des gens ne le tenterait pas ; mais en plus, qu'on aurait même pas vu l'intérêt d'en faire un cadre spécifique : pour ce qui est de baisouiller, consommer, ne pas écouter les attentes de l'autre, la vie amoureuse existante était déjà largement assez fournie comme ça.

Je cite parce que je voulais juste plussoyer !

#

stone (invité)

le vendredi 07 novembre 2014 à 01h03

Merci pour vos conseils et vos recommandations cinématographiques et littéraires.
Je trouve stimulantes les relations que vous décrivez, la liberté, et la complicité renouvelée. Et j'éprouve aussi de la douleur à la lecture de certains témoignages sur le forum, en me mettant à la place des protagonistes. De celui qui attend l'autre.
Je vais voir ce que ça donne avec ma chérie. Je vous tiens au courant!

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 07 novembre 2014 à 07h29

TIens, une lecture qui permet de voir venir et esquiver quelques embûches...

stone
Et j'éprouve aussi de la douleur à la lecture de certains témoignages sur le forum, en me mettant à la place des protagonistes. De celui qui attend l'autre.

Te place pas d'emblée dans une position où tu seras nécessairement la victime des circonstances. Met toi dans la position de celui qui entame et demande un dialogue, propose des cadres (en évitant autant que possible les écueils décrits dans le lien ci-dessus). Et commence à prendre en main ce que tu vas faire du temps disponible pour toi, des épanouissement personnels que tu peux avoir en dehors de ta vie de couple.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

Aikijutsu1956 (invité)

le mercredi 17 décembre 2014 à 11h37

Message modéré pour la raison suivante : Multi.

#
Profil

MagentadeMars

le mercredi 17 décembre 2014 à 11h52

Je suis perplexe et me demande ce que je dois faire ! !

Pour moi, tout le problème réside dans le mot "dois". Ce ne serait pas intéressant de commencer en te demandant ce que tu veux faire ?

Car des qu'on pense "devoir", on risque de penser plutôt "mais qu'est-ce que vont penser de moi les autres ?" et là, tu es perdu... il y a tellement des autres et ils ont des avis contradictoires, et eux même ils n'ont pas réfléchi à ce qu'ils imaginent d'être correcte. On cherche finalement à conformer aux préférences du curé de ton arrière grande-mère qui se sont propagées à travers les générations à constituer les codes moraux de la famille.

Eh bien, la collègue de ta femme te plaît ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion