Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Histoire avec un ex

#
Profil

Siestacorta

le samedi 26 avril 2014 à 00h23

lakpom
Est-ce qu'un adultère ce n'est pas un peu un poly qui ne s'assume pas ? Pas forcément "polyamoureux" remarque, mais qui sait qu'au moins il peut avoir envie d'avoir d'autres expériences à côté, que ce n'est pas un crime...

Ce n'est pas un crime d'aimer plusieurs personnes, mais si il n'y avait pas de vrai problème, pourquoi mentir ?

Aimer plusieurs personnes semble être un point commun entre adultère et polyamour, mais les intentions d'une personne qui fait l'un ou l'autre sont probablement différentes (quelle suite peut-on envisager en mentant et sans mentir), et les conséquences encore plus.
Ne serait-ce que parce que son mensonge à un "légitime" peut te pousser toi à agir différemment de ce que tu ferais avec un amant qui n'entretient pas de mensonge.
Tu peux accepter ça, il ne s'agit pas de morale ; mais à la différence d'une histoire poly, un adultère, c'est un tiroir dont les limites ne dépendent que d'une personne. Si tu veux continuer, tu peux. Mais demander autre chose, c'est à se demander pourquoi il a menti s'il est possible de ne plus mentir, soit demander qu'il rompe en mode mono en série.

lakpom
si on faisait des statistiques, j'ai un à priori sur le fait qu'il y aurait un pourcentage plus élevé d'hommes poly que de femmes poly

Ce serait peut-être vrai en terme de gens qui fantasment sur l'idée (sans passer à l'acte parce qu'avoir plusieurs amants youpi, mais laisser l'autre faire pareil, harg), mais en terme de gens qui tentent une première fois et de pratiquants de plus longue date, c'est plutôt faux.

Dans les café poly, la proportion hommes-femmes est approximativement équivalente, et la participation des femmes sur ce forum est assez forte (en proportion de témoignages, en proportion de message c'est autchose).

A mon idée, les hommes ont plus d'intérêts à être adultère que poly, parce que c'est une situation presque acceptable socialement pour eux et qu'ils peuvent y cumuler plus de pouvoir sur les évènements.
L'image vertueuse de la bonne épouse, de Lafâme, pousserait plus vers le polyamour les femmes qui ressentent plusieurs attirances : elle gagnent quelque chose en image sociale à faire une démarche d'honnêteté plutôt que de tromper ou de se frustrer : le "droit" d'avoir plusieurs amours leur demande cela en plus, même si, au départ, "ce n'est pas un crime".

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 26 avril 2014 à 13h21

Je plussoie Siestacorta.

Il y a aussi à tenir compte des personnalités et des particularité de chacun-e. Certains cachent, dissimulent, mentent aussi facilement qu'ils respirent et d'autres non. Si je prends mon cas, les cachotteries, tromperies, mensonges, non-dits (volontaires), sont ce qui pourrait me mettre le plus en colère et à mes yeux la non acceptation de l'amour est le clou du spectacle, macabre et riche en malhonnêteté. Par contre, pour certains, c'est leur quotidien et c'est intégré à leur équilibre personnel. Aussi, certains ne veulent pas savoir, tout simplement, même s'il le pressentent. Tout se sait un jour...

Sur l'adultère je peux conseiller "les hommes, l'amour, la fidélité" de Maryse Vaillant. Aussi, une pièce de théâtre que j'ai adoré et dont le thème principal portait justement sur la notion de vérité dans les amours multiples : "La vérité" (avec Pierre Arditi).

#
Profil

lakpom

le lundi 28 avril 2014 à 18h54

C'est sûr qu'une relation qui engendre nécessairement du mensonge ne peut pas aller bien loin et d'autant plus pour moi qui ne supporte pas ça. D'autre part ce serait assez ironique de lui demander de rompre avec sa copine alors que c'est elle qui ne supporterait pas qu'il ait une relation avec quelqu'un d'autre, pas moi. Totalement d'accord avec ce que vous dites! Pour moi si je dois cacher des choses à quelqu'un, il y a forcément quelque chose qui se casse d'une façon ou d'une autre.
Sinon il y a du nouveau depuis la dernière fois; je l'ai revu hier, je ne suis pas allée vers lui, il n'est pas venu vers moi; du coup je lui ait demandé s'il avait décidé qu'il ne se passerait plus rien, ce à quoi il m'a répondu "déjà à la base il n'était pas censé se passer quoi que ce soit". Je crois qu'il va falloir que je me forge une grosse carapace sinon je vais vivre l'ascenseur émotionnel H24^^

#

(compte clôturé)

le lundi 28 avril 2014 à 20h12

Je pense que ça rejoint ce que l'on disait. Si je peux t'aider à passer le cap, j'ignore comment, mais oui, se faire une raison, je pense serait bien. Aussi, prendre du recul, je dirais, d'une certaine manière...

#
Profil

lakpom

le lundi 28 avril 2014 à 20h51

Oui il vaut mieux pour moi, et surtout que j'arrive à penser à moi avant tout, sinon je vais y perdre des plumes si ce n'est pas déjà fait ^^ Merci pour tous ces conseils en tout cas :)

#

(compte clôturé)

le lundi 28 avril 2014 à 21h19

lakpom
...je vais y perdre des plumes si ce n'est pas déjà fait

Il est difficile de ne pas perdre de plumes dans un tel cas. L'important, ce sont celles qui repousseront :-D , telle la roue d'un paon <3

#
Profil

LuLutine

le mardi 29 avril 2014 à 03h40

lakpom
Le souci c'est que même si elle est "officielle", ils ne sont en couple que depuis peu, tandis que j'ai été en couple avec lui pendant 2 ans et demi et que donc techniquement on a construit plus de choses ensemble.

Oui mais comme tu le dis c'est elle "l'officielle" et même pour tout le monde (ou du moins la majorité, certains de vos amis étant peut-être dans la confidence ?), la seule !

Que vous ayez "techniquement construit" plus de choses en deux ans ou cinq ans ou même dix ans ne change rien à ça, tant qu'il décide d'être en couple exclusif (du moins, présenté comme exclusif) avec elle.
Donc oui, tu es probablement sur un siège éjectable, et comme tu le dis, prendre les choses comme elles viennent, lâcher prise en somme, me semble une bonne idée. Etant donné que tu n'envisageais pas de projets d'avenir avec lui si j'ai bien suivi (pas supportable de vivre ensemble, etc.), ça n'est pas bien dramatique. :)

Comme le dit gcd un projet de vie peut prendre le pas sur le reste dans ce genre de contexte. Et pour l'instant il n'est pas parti pour en faire avec toi, mais éventuellement avec elle (éventuellement, parce que leur histoire est trop récente et que c'est donc trop tôt pour le dire, mais il n'en reste pas moins que c'est avec elle qu'il est "en couple", c'est loin d'être négligeable ; penser aussi peut-être - mais je ne le connais pas, je suppose juste - qu'il n'assume pas l'éventualité de relations plurielles et là s'il y a un jour un doute sur votre relation, tu es d'autant plus sur un siège éjectable...pour ma part je refuse tout net ce genre de situation, mais c'est un choix personnel).

lakpom
Pour moi si je dois cacher des choses à quelqu'un, il y a forcément quelque chose qui se casse d'une façon ou d'une autre.

Ouaip pareil, raison pour laquelle je refuse ce genre de situation. Ce qui ne veut pas dire que ce soit facile, car dans tous les cas :

gcd68
Il est difficile de ne pas perdre de plumes dans un tel cas. L'important, ce sont celles qui repousseront :-D , telle la roue d'un paon <3

(+) (+) (+)

lakpom
Est-ce qu'un adultère ce n'est pas un peu un poly qui ne s'assume pas ?

Euh non rien à voir justement. Le fait d'assumer est inclus dans le poly. Donc si t'assumes pas, t'es pas poly. Bon c'est résumé mais on t'a un peu répondu déjà, je développe pas.

Siestacorta
A mon idée, les hommes ont plus d'intérêts à être adultère que poly

...et je connais au moins un homme qui semble être arrivé à cette conclusion ! ;)
M'enfin bon, ça n'en fait pas une statistique...
En tout cas ton raisonnement Siesta me semble sensé.

#

(compte clôturé)

le mardi 29 avril 2014 à 10h32

Entre adultère et poly : et bien un poly n'aurais jamais qu'il ne devrait rien y avoir...

#
Profil

lakpom

le samedi 03 mai 2014 à 19h38

Vous avez raison; mais c'est vrai que c'est difficile de se dire qu'il vit cette situation surtout parce que les "normes" de la société veulent que ça fonctionne comme ça. Mais bon je pense aussi que, commençant juste une relation avec cette fille, il n'a pas envie de remettre tout ça en question, puisque ça remettrai en question sa relation avec elle. Je trouve ça tellement absurde au final: les monos se "mettent en couple" et sont pour les plus éclairés parfaitements conscients qu'ils ne peuvent pas dire dès le départ qu'ils "aiment" vraiment l'autre (à part s'ils ne se disent "en couple" que le jour où ils savent qu'ils s'aiment", ce qui paraitraît plus logique); et en même temps ils se disent "si jamais rien ne se passe mal, dans quelques temps je vais être amoureux, après j'aurai envie de vivre avec l'autre, et après j'aurai envie de me marier et d'avoir des enfants" et si ces envies ne viennent pas, il faut tout arrêter. C'est comme vivre au présent tout en mettant la charrue avant les boeufs.
J'aimerais bien connaître votre raisonnement; au vu de mes réflexions actuelles je ne me vois pas commencer une relation "libre" en considérant nécessairement que la personne que j'aie rencontré en premier sera ma relation "principale". Je me dis que peut-être un jour, avec quelqu'un, les envies d'aller plus loin, de fonder une famille, viendront, mais pas forcément avec le premier qui me dira "ok allons-y on vit une relation libre". Je ne sais pas si je suis très claire... Sachant que je sais qu'un jour je voudrais avoir des enfants, si jamais je vis plusieurs relations, je n'aurai toujours pas envie de comparer. Du coup la personne avec qui j'éduquerai des enfants ne pourrait pas être celui que j'aime "le plus" puisque les amours sont différents, mais plutôt la personne avec qui je suis le plus en phase au niveau de l'éducation et de l'éveil des enfants.
Je suis un peu hors sujet là mais en gros ma question c'est : Comment "sélectionnez-vous" la personne avec qui vous voulez un enfant? Est-ce que c'était simplement le "premier arrivé"? Ou est-ce que vous viviez plusieurs relations et qu'avec l'une des personne vous vous êtes dits que vous auriez envie de vivre ça? Pour les polys mariés, qu'est-ce qui vous a décidé à vous marier avec cette personne plutôt qu'avec quelqu'un d'autre?

#
Profil

LuLutine

le samedi 03 mai 2014 à 22h55

lakpom
les monos [...] se disent "si jamais rien ne se passe mal, dans quelques temps je vais être amoureux, après j'aurai envie de vivre avec l'autre, et après j'aurai envie de me marier et d'avoir des enfants" et si ces envies ne viennent pas, il faut tout arrêter.

Parle au prince charmant de sa théorie de l'escalator :)
Je crois qu'il sera d'accord avec toi ;)

lakpom
Comment "sélectionnez-vous" la personne avec qui vous voulez un enfant ?

Au feeling. ;) Et donc pas forcément le "premier arrivé".
Mais bien souvent, nombreux sont ceux d'entre nous qui ont commencé par une relation exclusive, et donc souvent avec le père/la mère de leurs enfants. Dans ce cas c'est plus un état de fait au moment où on découvre le poly, qu'un choix fait en tant que polyamoureux...
Pour ma part j'avais des projets avec quelqu'un avant que nous devenions non-exclusifs (même si la décision concrète, je dois dire, était intervenue après notre découverte du polyamour, nous en parlions quand même avant, bien que de façon plus hypothétique et j'étais donc restée fidèle à ce projet avec lui en priorité). Comme j'ai un grand sens de l'engagement (et aussi, que je souhaitais une famille avec lui, sinon même en tant qu'exclusive je ne me serais pas engagée !), il était évident que je n'allais pas (du moins, pas sans son consentement) faire ces projets avec quelqu'un d'autre, et qu'il resterait prioritaire.
(C'est lui qui a rompu il y a deux ans, c'est pourquoi j'en parle au passé.)

Aujourd'hui toutes les relations que j'entretiens ont démarré sur des bases polyamoureuses et sont sans engagement particulier (autres que l'honnêteté, la sincérité, le dialogue etc.), donc si je fais des projets "impliquants" (comme avoir un/des enfant(s), donc) avec quelqu'un, il y aura une part de feeling mais aussi une grosse part de discussion.
Le dialogue...aussi essentiel dans les relations exclusives d'ailleurs, mais la différence entre les exclusifs et les poly, c'est que les premiers l'oublient parfois un peu je trouve...

#
Profil

lakpom

le mardi 06 mai 2014 à 19h46

C'est quoi cette histoire de théorie de l'escalator? :)
C'est sûr qu'en commençant par une relation exclusive avant de s'ouvrir au polyamour le choix est certainement plus logique. Totalement d'accord avec ce que tu dis et je pense que je suis totalement en phase! Du coup là j'ai un petit nouveau que j'avais pas trop vu venir, heureusement on avait pas mal discuté déjà donc il savait à quoi s'en tenir; il sait où j'en suis avec mon "ex"; et j'avais envie de me confier aussi à ce dernier il l'a très bien pris (bon pareil il se doutait qu'il n'allait plus désormais être le seul et l'unique à mes yeux, et de toute façon vu sa situation il a rien à dire lol). Bref, je crois que du moment qu'il y a le dialogue, la sincérité, tout va bien; je me sens en phase avec moi-même c'est le principal! Autre chose, mon ex a "re" craqué, bien plus facilement que d'habitude; (après que je lui ai raconté mes "aventures", je le prends comment?!)

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

lakpom

le mardi 06 mai 2014 à 19h49

Ah question existencielle autre qui a aussi peut-être déjà été abordée (si c'est le cas j'en suis désolée...); mais, comment vous gérez si par exemple vous passez une soirée où plusieurs de vos "relations" sont présentes? (au niveau du comportement vis à vis de l'un, de(s) (l')autre(s)...

#
Profil

LuLutine

le mercredi 07 mai 2014 à 23h22

lakpom
C'est quoi cette histoire de théorie de l'escalator ? :)

Ben en gros, dans le monde "mono", en plus de l'exclusivité, il y a une certaine suite d'étapes à respecter dans une relation.

Par exemple, un des fonctionnements assez classiques (du moins, dans les milieux "mono" que j'ai fréquentés) : tu rencontres quelqu'un, vous vous plaisez. Premier rendez-vous. Si ça colle bien, d'autres rendez-vous suivent. Vous devenez de plus en plus intimes. Vous dites à tous vos amis que vous êtes "ensemble", et/ou "en couple". Au bout de quelques semaines ou mois à être "ensemble", puisque ça marche bien, vous décidez d'emménager ensemble. Au bout de quelques années, vous vous pacsez ou vous mariez. Puis vous faites des enfants...

Dans ce fonctionnement, si à l'une des étapes l'un dit à l'autre qu'il ne veut pas passer à l'étape suivante, et/ou qu'il veut revenir à une précédente étape, ça va très mal se passer pour lui...l'autre va interpréter ça comme une rupture, même (probablement).

Bref, en gros ça correspond pas mal à ce que tu disais (et que je citais dans mon message).

Pour quoi "escalator" ? Parce que c'est comme sur un escalator, tu ne peux pas revenir en arrière...

Bon, j'espère ne pas avoir déformé la pensée du prince charmant (s'il passe par ici il pourra confirmer ou infirmer), c'est du moins ce que j'en avais compris.

lakpom
Bref, je crois que du moment qu'il y a le dialogue, la sincérité, tout va bien;

Oui, par contre le dialogue doit bien être dans les deux sens, la sincérité aussi...
Je sais bien qu'on ne peut pas dialoguer tout seul hein, mais parfois on se rend compte après coup que l'autre ne dialoguait pas vraiment...
Donc, 100% d'accord avec toi : si le dialogue et la sincérité sont employés par tous les protagonistes.

lakpom
je me sens en phase avec moi-même c'est le principal !

(+) (+) (+)

lakpom
comment vous gérez si par exemple vous passez une soirée où plusieurs de vos "relations" sont présentes ? (au niveau du comportement vis à vis de l'un, de(s) (l')autre(s)...

Dans la mesure du possible (et si j'ai anticipé le truc) j'en discute avec eux/elles avant que ça se produise, pour savoir s'ils/elles seraient mal à l'aise que je fasse telle ou telle chose avec un(e) autre (embrasser, prendre dans les bras, par exemple).
En pratique, actuellement mes relations "pas seulement amicales" ne concernent que des poly ou non-exclusifs qui soit me voient seule soit vivent sans trop de problèmes (ou alors ils le cachent bien !) le fait que je puisse être démonstrative avec un(e) autre partenaire.
Donc récemment je n'ai pas eu à en discuter.

Une fois il y a quelques années, je n'avais pas posé la question à un partenaire, et je n'avais pas anticipé qu'un autre partenaire présent aussi ce soir-là viendrait me rouler une pelle pour me dire bonsoir, juste devant celui qu'il savait être un partenaire plutôt exclusif...
Ce dernier ne l'a pas bien vécu et comme il savait aussi qu'il ne serait pas le seul ce soir-là, je lui ai demandé après coup "Pourquoi ne m'as-tu pas dit que tu ne le supporterais pas ? J'aurais pu anticiper en convenant avec lui de faire autrement." et il m'a répondu "Je ne le savais pas moi-même."

Cet exemple pour dire que parfois c'est l'expérience qui t'apprendra ce qui fonctionne ou pas avec tel(le) ou tel(le) partenaire...les erreurs nous font progresser. Et des erreurs tu en feras, et les partenaires que tu fréquentes aussi. :) L'important c'est la bienveillance, pour continuer dans le dialogue et la sincérité comme tu le dis, à faire évoluer vos relations du mieux possible.

#
Profil

bodhicitta

le jeudi 08 mai 2014 à 09h35

personnellement j'ai l'attitude qu'aurait une amie, plutôt discrète de toutes façons, m'enfin c'est vrai que ça dépend, mais quand j'ai envie d'étre démonstrative, je le dis, demande à l'instant T (plus ou moins discrètement): "j'aimerai t'embrasser :-/" et suivant la réponse je le fais ou non.
Suivant le partenaire, que les idées de non-exclusivités lui semblent naturels ou non: si il ne le sait déja je lui dis bin "tu vois un tel là-bas, c'est un de mes chéri, ça te gênerait si je vais lui faire un bisou?"
Moi je vois au fur et à mesure parceque méme si à une soirée précédente il n'y avait pas de soucis p t etre que ce jour là, dans cette soirée il n'est pas dans le méme esprit

#

(compte clôturé)

le jeudi 08 mai 2014 à 11h03

siestacorta
A mon idée, les hommes ont plus d'intérêts à être adultère que poly,

Je crois aussi. Dans les nombreuses lettres que j'ai reçues, pas mal d'hommes me disaient que le polyamour leur semblait bien compliqué et qu'ils trouvaient plus simple de "tromper" leur régulière, avec des justifications genre: "tant qu'elle ne sait pas, elle ne souffre pas" "vaut mieux cloisonner les choses" ou "si elle l'apprenait, elle me quitterait/me tuerait/se tuerait." Du reste, j'ai fréquenté un certain nombre d'hommes au départ adultères, qui à la longue ont parlé de moi à leur compagne... et ça s'est plutôt bien passé dès lors qu'elles avaient la certitude que je n'allais pas leur voler leur mec. Les femmes polys aiment ce concept sans doute pour des raisons éducatives (le sexe est pardonnable s'il s'accompagne d'amour, sinon c'est beurk :) ), d'autre part parce que le mensonge leur pèse, enfin parce qu'elles n'envisagent pas les relations uniquement sur le thème "on dîne, on baise", vite monotone et frustrant. La variété des amours plurielles, de la passion torride à l'asexualité tendre en passant par l'amitié amoureuse, les hugs collectifs et j'en passe leur plaît bien.

#

(compte clôturé)

le jeudi 08 mai 2014 à 11h17

aimerplusieurshommes
La variété des amours plurielles, de la passion torride à l'asexualité tendre en passant par l'amitié amoureuse, les hugs collectifs et j'en passe leur plaît bien.

(+)

@ Lakpom, regarde dans tes indésirables car je t'ai fait une réponse en message privé.

#

(compte clôturé)

le jeudi 08 mai 2014 à 11h18

J'ajouterais qu'ici, le mot le plus employé est "communication", suivi de "dialogue" et qu'il paraît que la phrase qui terrifie le plus les hommes est "Arthur, il faut qu'on parle". :-D

#

(compte clôturé)

le jeudi 08 mai 2014 à 11h23

Je me permet de rappeler ici le livre de Maryse Vaillant "les hommes, l'amour, la fidélité". Il est extrêmement pertinent et intéressant.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 08 mai 2014 à 13h57

bodhicitta8
quand j'ai envie d'étre démonstrative, je le dis, demande à l'instant T (plus ou moins discrètement) : "j'aimerai t'embrasser :-/"

Sauf que là pour moi ce n'est pas la question. La question c'est lorsque tu as envie d'embrasser A et que B ne le supporte pas (comme tu l'évoques plus loin).
C'est à B qu'il faut demander la "permission", pas à A (cela dit, je l'espère bien que tu n'embrasse pas A sans son consentement ! ;) ).

bodhicitta8
Moi je vois au fur et à mesure parceque méme si à une soirée précédente il n'y avait pas de soucis p t etre que ce jour là, dans cette soirée il n'est pas dans le méme esprit

Oui, ça peut bouger et c'est pas toujours évident à gérer.

#
Profil

lakpom

le mercredi 14 mai 2014 à 22h09

LuLutine
Ben en gros, dans le monde "mono", en plus de l'exclusivité, il y a une certaine suite d'étapes à respecter dans une relation.

Par exemple, un des fonctionnements assez classiques (du moins, dans les milieux "mono" que j'ai fréquentés) : tu rencontres quelqu'un, vous vous plaisez. Premier rendez-vous. Si ça colle bien, d'autres rendez-vous suivent. Vous devenez de plus en plus intimes. Vous dites à tous vos amis que vous êtes "ensemble", et/ou "en couple". Au bout de quelques semaines ou mois à être "ensemble", puisque ça marche bien, vous décidez d'emménager ensemble. Au bout de quelques années, vous vous pacsez ou vous mariez. Puis vous faites des enfants...

Dans ce fonctionnement, si à l'une des étapes l'un dit à l'autre qu'il ne veut pas passer à l'étape suivante, et/ou qu'il veut revenir à une précédente étape, ça va très mal se passer pour lui...l'autre va interpréter ça comme une rupture, même (probablement).

Bref, en gros ça correspond pas mal à ce que tu disais (et que je citais dans mon message).

Pour quoi "escalator" ? Parce que c'est comme sur un escalator, tu ne peux pas revenir en arrière...

Effectivement! C'est ce qui me gêne au final dans l'idée d'être "en couple" ou même de considérer une relation comme "principale" en misant sur un hypothétique franchissement d'étapes dans le futur, plutôt que de considérer la relation comme "principale" parce que simplement, elle l'est devenue naturellement avec le temps, et que toutes les "étapes" ont été naturellement franchies en quelque sorte. Après on peut aussi totalement remettre la notion d'étapes en cause, puisqu'après tout, tout le monde n'a pas forcément envie de vivre avec quelqu'un un jour, tout le monde n'a pas forcément envie de se marier un jour, ni même d'avoir des enfants (bien que l'on vive dans la société de la famille idéale un couple, 2 enfants, un chien ^^).
Pour ma part je sais que j'ai envie d'avoir des enfants un jour (bon allez, je le dis, j'ai 21 ans^^); mais pour moi, établir aujourd'hui une nouvelle relation comme "principale" reviendrait à dire "je ne sais pas où notre relation va aller, ce que vont m'apporter les autres relations que je pourrais vivre, mais en tout cas il n'y a qu'avec toi que j'envisage hypothétiquement de fonder une famille"; et donc quelque part de faire une sorte de promesse sans aucun fondement, sur laquelle on reviendra si on se rend compte qu'au final on ne peut pas la tenir, ce qui n'est pas sans conséquences^^.
Après, ça a l'air de rassurer pas mal de monde de se dire que "si tout se passe bien, c'est avec cette personne que je réaliserai tels ou tels projets", mais à mon avis cette "certitude" et cet aspect "rassurant" n'a pas vraiment de sens; on ne planifie pas comment évoluera une relation, on ne le contrôle pas, et à mon avis, il vaut mieux l'accepter dès le départ (ce qui implique que ce n'est pas un "drame" ou qu'aucune rupture ne s'impose par le simple fait qu'on ait pas envie d'aller plus loin dans la relation).
Concernant l'intérêt des hommes à être plutôt adultères que polyamoureux, j'ai bien du mal avec ça. Mais c'est parce que je n'arrive plus à concevoir que qui que ce soit ait des "droits" sur qui que ce soit d'autres. Je ne vois pas l'intérêt d'une relation d'amour si elle n'est pas faite de confiance et de sincérité, et libérée de tout tabou. Bien entendu je ne parle qu'en mon nom, mais vraiment, je ne supporterai pas que quelqu'un me donne l'illusion et me fasse croire quoi que ce soit qui est faux.
Qui plus est, si j'ai une relation amoureuse, je voudrais que l'autre sache qu'il peut tout me dire, et que s'il me raconte les choses, ce ne soit pas parce qu'il s'en sent obligé, mais parce qu'il a envie de partager et de se confier à moi. Ce qui implique de respecter aussi son intimité s'il y a des choses qu'il ne veut pas raconter; le principal étant de ne pas mentir à l'autre, tout simplement...
Si certains trouvent le polyamour compliqué, finalement, ça me fait un peu sourire. C'est l'exclusivité qui est compliquée, à mon avis; quoi de plus simple que de se laisser guider par ses envies et son coeur, d'être libre, d'aimer l'autre sans vouloir le posséder et sans lui imposer de rendre des comptes, sans devoir faire constamment des concessions pour "s'ajuster" à l'autre et que le "couple" fonctionne sous prétexte que "si ça ne marche pas, il faudra repartir à zéro avec quelqu'un d'autre^^"?
Niveau hommes/femmes je crois que de toute façon il est vain de faire des généralités, surtout dans la société dans laquelle on vit ou la plupart des gens répondront que de toute façon, l'amour non-exclusif c'est juste "pas possible".
En ce qui concerne la présence de plusieurs amants lors d'une même soirée, au final je me dis que si l'une des personnes ne l'accepte pas, c'est certainement qu'elle n'est pas prête à vivre ce genre de relation; je ne dis pas qu'il ne m'arrivera jamais de ressentir la sensation de jalousie si quelqu'un avec qui je vis une "relation particulière" embrasse par exemple quelqu'un d'autre au cours d'une soirée. Je crois cependant que si cela arrive, c'est qu'il me reste un travail à faire sur moi-même et que je n'ai en aucun cas le droit d'imposer à l'autre de changer son comportement en fonction de cela; ce qui serait quelque part, un petit point pour la magnifique valeur que l'on nomme possessivité. Je crois que, quel que soit son degré, (et même si le fait de choisir ou d'accepter de vivre une relation non-exclusive est déjà un grand pas en faveur de la liberté, de la tolérance et d'un amour selon moi plus sain) la jalousie reste un problème que l'on a avec soi-même...
Ce qui ne veut pas dire que la personne jalouse ne peut pas en parler à l'autre, au contraire même, mais plutôt que l'autre l'aide à accepter et à comprendre ce qui lui fait mal exactement. Dans un couple mono, ça reviendrait à expliquer à l'autre en quoi ça n'est pas grave si l'autre a des ami(e)(s) du sexe opposé (ou en tout cas du/des sexes correspondant à ses "orientations"), et que même si ça le/la fait souffrir, il faut apprendre à l'accepter.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion