Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Un Naufrage

Témoignage
#

durga (invité)

le vendredi 10 janvier 2014 à 20h48

Salut a tous

Je suis une monogame . En couple depuis ...30 ans bientot
Dans notre contrat ou plutot engagement initial, il ne fut pas du tout envisage des relations exterieures.
Il y dix ans nous avons ouvert la relation a des aventures erotiques.
Mon amour avait besoin de connaitre d autres femmes et c est quelque chose que j ai entendu . De mon cote je n ai pas eu le desir de nouveaux partenaires.
Il y a une semaine il me confie qu il aime une autre personne et m aime toujours autant, que cette relation lui , nous sera benefique , que nous pouvons en parler tous les trois. Me demande de la lui laisser vivre. La communication entre nous est fluide et ouverte et respectueuse .
Et pourtant il m est impossible de repondre a sa demande. Je ne peux pas. C est un chagrin devastateur . Je me retire , je renonce a nous.
Etroitesse d esprit , manque de generosite , d amour?
Je ne sais . Mais c est une grande souffrance pous tous.

je serai eclairee par vos retours s il y en a
Merci

#
Profil

KittyN

le vendredi 10 janvier 2014 à 20h54

je te soutiens de mon coeur ~~
car l'amour est une source de jouvence
ton chéri a besoin de se sentir jeune comme avant et l'amour le fait revivre
je suis 100% persuadé qu'il doit encore t'aimer très fort, mais quand on rencontre une personne qui nous plait beaucoup, refuser d'entrer en relation est ultra difficile.....
peut-être pourrais-tu commencer à parler de ce que tu ressens pour chéri, mais aussi essayer d'écouter ses vraies raisons.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 10 janvier 2014 à 21h03

Non, Durga, ce n'est ni de l'étroitesse d'esprit, ni un manque de générosité ou d'amour. Telle que vous racontez votre histoire, ce n'est pas non plus de la jalousie. C'est un chagrin d'amour, avec toute la violence que revêt ce chagrin, le plus injuste de tous: vous n'avez rien fait de mal, vous vous êtes même efforcée de comprendre les désirs extérieurs de votre compagnon, alors que vous même n'en avez éprouvé aucun. En d'autres termes, vous êtes amoureuse d'un seul, et voici que ce seul n'aime pas que vous alors que vous n'aimez que lui. Cela vous semble si injuste que c'en devient insupportable.
Contre un tel chagrin, n'essayez pas de lutter, mais de l'apprivoiser, de comprendre- en en parlant avec lui- pourquoi votre chagrin est si intense alors que votre compagnon vous aime toujours et vous le dit, alors qu'il ne vous ment pas, qu'il ne veut pas vous quitter. La réponse est en vous, dans votre histoire, dans le fait que vous avez sûrement le sentiment d'avoir tout donné et même un peu plus alors que lui "vit sa vie". Demandez vous, demandez lui, ce que ce nouvel amour dans sa vie lui apporte et vous enlève. Peut-être découvrirez vous avec surprise que cela ne vous enlève rien mais au contraire enrichit votre relation de couple en vous permettant de mieux comprendre l'homme que vous aimez. Peut-être lui aussi découvrira-t-il des choses de vous qu'il n'avait pas soupçonnées.
Vous allez traverser une période difficile dont il est impossible de dire comment elle se conclura, mais une chose est sûre: la conclusion dépend essentiellement du regard que vous porterez sur cette situation actuellement si douloureuse.

#

durga (invité)

le vendredi 10 janvier 2014 à 21h07

Nous avons beaucoup partage et discute a coeur ouvert.
Cette nouvelle relation lui offre un sentiment de stabilite et de dynamisme . Il pense que cela lui apprendra l empathie , l attention a l autre ect. Un peu comme un disciple et un maitre.Il a le sentiment d un lien quasi incestueux , entre frere et soeur. Que cela le fera " grandir ".....
Je ne lui demande pas d y renoncer. Mais c est quelque chose que je ne peux pas vivre a ses cotes.

#

durga (invité)

le vendredi 10 janvier 2014 à 21h11

a " aimer plusieurs hommes"

Je suis touchee de votre reponse. Beaucoup.
Oui c est un grand chagrin d amour et cela me fait du bien que vous l ayez senti.
merci a vous

#

(compte clôturé)

le vendredi 10 janvier 2014 à 21h15

Avant de dire de manière définitive de quoi il s'agit, il faut aussi donner le temps au temps: après 30 ans de relations monogame (ou plutôt monoaffective), un changement de telle portée n'est pas facile à digérer en une semaine!

#

(compte clôturé)

le vendredi 10 janvier 2014 à 21h33

Le conseil de Le-prince-charmant est sage.
S'interroger sur soi est aussi positif.

#

durga (invité)

le vendredi 10 janvier 2014 à 22h06

Je vous remercie de vos retours . Cela donne un peu de clarte.

#
Profil

mimik

le vendredi 10 janvier 2014 à 22h25

bonsoir Durga je suis marie depuis 7 ans ma femme m'a annoncé bien que je l'avais prevu qu'elle etait amoureuse de mon ami alors si j'ai un petit conseil a vous donné c'est de beaucoup parle et je pese mes mots et meme si vous pouvez parler tous les trois certains diront l'amour peut soulever des montagnes d'autres diront on ne peut pas tout accepter par amour le principal c'est de discuter je me tiens a votre disposition si vous souhaitez parler j'ai perdu 7kg je sais de quoi je parle l'amour peut faire souffrir!!!!toute mon amitié

#
Profil

Leolu

le samedi 11 janvier 2014 à 01h20

Tout d'abord, c'est une réaction tout ce qu'il y a de naturelle et normale. Aucun manque de générosité ni d'étroitesse d'esprit. On se sent toujours déchiré lorsque notre conjoint ne nous aime plus (ou qu'on le perçoit comme tel). Et cela fait plus mal que de ne plus aimer soi-même et de devoir "faire quelque chose".

Cela fait peut-être encore plus mal, aussi, lorsqu'il dit qu'il nous aime encore mais "d'une autre façon". Car enfin, qu'est-ce que c'est que cette "autre façon" ? Une simple habitude, une complicité du quotidien, le souhait de ne rien changer à la situation actuelle, d'avoir une base de repli bien pratique et non engageante?

Ou réellement une tendresse et une douce complicité qui demeure et qui manquerait beaucoup si elle disparaissait ?

Seule l'absence et l'éloignement permettrait d'en avoir la preuve. Celle-ci pourrait se présenter sous la forme d'une séparation amicale mais définitive (...sauf si, plus tard, peut-être... ?), elle peut aussi se présenter sous la forme d'une séparation temporaire, avec ou sans date-limite.

Mais quoiqu'il en soit, tu découvriras la solitude et l'obligation d'assurer et de guider ta vie par toi-même, sans aide ou conseils extérieurs.

Ce qui peut être une très bonne chose, une libération, et la redécouverte de ton individualité et de tes capacités à faire ta vie d'une façon bien plus satisfaisante. Qui sait ? Trouver un nouveau compagnon qui n'aurait d'yeux que pour toi, et non le regard toujours porté "ailleurs" comme actuellement ?

Car l'envie d'autonomie de ton conjoint t'oblige à toi aussi de te retrouver autonome (encore un grief ;) !).

A côté de l'autonomie totale, comme avec une séparation, il y a le polyamour qui est une nouvelle forme d'autonomie... pas tout à fait absolue, elle. Et c'est bien ce qu'il te propose. Sauf que pour en découvrir tout l'intérêt, il est plus satisfaisant de profiter aussi soi-même de cette semi-autonomie. Et dans ce cas, le conjoint actuel pourrait même s'avérer être un "fil à la patte", gênant pour cette nouvelle relation. Et imposer une fois de plus une séparation.

Car quoi qu'il en soit, et à moins de tirer un trait définitif sur toute vie sentimentale, il faudra trouver un nouveau conjoint. Alors qu'il y en a un là, tout près, qui est encore "un peu" amoureux...

Serait-il plus satisfaisant d'en trouver un qui serait "beaucoup" amoureux ? C'est peut-être un choix plus radical et qui permettrait donc plus de liberté et d'épanouissement...

Mais ce sera TON choix.

#

couple en reflexion (invité)

le samedi 11 janvier 2014 à 02h02

Bonsoir.

Cela me rappelle le sujet polyamoureuse pas assumée dans lequel homme parti n'a pu accepter ce genre de situation. Je t'invite à la lire car tu trouveras diverses interventions très constructives.

#
Profil

aviatha

le samedi 11 janvier 2014 à 02h50

Même si j'approuve couple en réflexion, je te conseille aussi (sans doute un peu en parallèle) de jeter un œil sur mon propre (Paumée avec un polyamoureux), qui aura le mérite de se rapprocher plus de ta situation: chez homme parti, tout le monde n'a pas été honnête dès le début, et cela contribue à sa souffrance, ce qui n'est pas mon cas, moi qui est été informée depuis le départ et chez qui tout s'est toujours fait dans la franchise.

Au passage (je sais JE SAIS, je suis une montagne de susceptibilité écorchée, je sais ^^ ) mais certaines réactions (qui reviennent régulièrement dans ce genre de situation ont tendance à m'énerver un piti peu.
En tête, que la résolution du problème dépend avant tout du regard qu'on porte dessus. Non, non, non, non et non, je ne suis absolument pas d'accord, parfois on peut y réfléchir, beaucoup, longtemps, et comprendre l'autre en face (les autres, s'il y a nouvelle histoire, il y a au moins deux personnes à comprendre) et déborder d'affection pour eux et recevoir leurs intentions, leurs ressentis et leurs envies comme parfaitement légitimes, et tout regarder avec bienveillance, et savoir pertinemment que cela ne nous rend pas "moins quelque chose", et qu'on fond ce serait un mode de vie qui pourrait exister, même sur le long terme, on peut parfois porter le regard le plus doux avec la meilleure volonté du monde, c'est toujours les tripes qui auront le dernier mot, et si elles hurlent "non, je refuse" rien de tout cela n'a de poids contre leur révolte.

Et je pense que, quand on aspire à être en accord avec soi-même, il est bon de s'en souvenir.

#

durga (invité)

le samedi 11 janvier 2014 à 07h14

Il ne m aime pas un peu ou autement. Il m aime tout court . Sa sincerite n est pas en doute. Il n est pas emporte par la passion d une jeune femme , en proie au demon de midi. Cette rencontre est importante pour lui et elle , en termes de croissance mutuelle , de decouverte de soi et d amour sans aucun doute. Choisir lui parait injuste, et comme je le comprend. La vie , dit il, lui a fait deux merveilleux cadeaux.
Au nom de quoi renoncer a l un des deux?
C est la que ma liberte entre dans la balance, entre ce que je peux vivre ou pas.Ma raison comprend mais en effet , le ventre dit un non ferme.
Cela semblera peut etre pueril , mais je crois que j aurais pu accepter si ma ligne jaune absolue avait ete respectee.
Ce que j ai toujours pose comme impossible , c est de partager le sommeil avec une autre , le sommeil et le reveil.
C etait notre jardin , a mes yeux...
Bon , sentimentalite un peu niaise d une epouse toujours tres amoureuse de son homme.
J ai demande pour nous une separation sans contact de trois mois pour retrouver un peu de paix emotionelle. Je verrai alors si les portes s ouvrent ou si je me separe de lui.

#
Profil

Caline

le samedi 11 janvier 2014 à 08h47

30 ans de vie en couple ne s'effacent pas comme ça, d'un coup de baguette magique.
Je vis la même expérience que toi, Durga, sauf que j'ai moi vécu 5 ans avec mon compagnon avant qu'il n'ait une autre relation.
J'ai cru pouvoir accepter la situation à force de me raisonner, à force de me renseigner sur le sujet, à force de me convaincre... À force ...
Peine perdue, j'ai réalisé, après une grosse panique, que le cœur et les tripes ne suivaient pas.
Un tel tsunami ont fait retentir un signal d'alarme en mon Moi intérieur.
Tout cela pour te dire: vas- y doucement, écoute- toi d'abord et dis- toi ce que tu désires au profond de toi - même.
Nous pouvons continuer d'aimer notre partenaire mais nous ne devons pas nous oublier, nous.
Nous sommes endroit de demander tout le respect que nous méritons.

Bon courage et n'hésite pas à partager sur ce forum, ils sont super les participants.
P

#

phoenix (invité)

le samedi 11 janvier 2014 à 09h50

Pour apporter un éclairage différent :
25 ans de vie de couple mono où ma jalousie me handicapait, faisait de moi une personne que je n'aimait pas. ensuite, une thérapie fait taire mon ventre qui hurle, grace à l'hypnose. aujourd'hui, je vis avec le polyamour de celui que j'aime toujours. moi même je me permets quelques histoires parallèles. et la vie est belle. courage pour cette tranche de vie difficile.

#

durga (invité)

le samedi 11 janvier 2014 à 13h08

Je ne pense pas etre jalouse. C est le deuil de l unique et de l unicite
Car il y a dans les gestes et surtout dans l intimite partagee une replique du meme. Sollers ,Julia Dominique, cela fonctionne en poly fidelite , mais n est ce pas un accord du depart? Comment distinguer une nature poly amoureuse d un deuxieme amour. Il me semble , a vous lire ,et je suis reconnaissante de votre delicatesse et respect a tous , que le poly amour est une philosophie de vie qui exige une somme d altruisme . Respect inconditionnel de l affect de tous les partenaires , une ouverture de coeur qui est un exercice de haute volee.
Et pourtant je m interroge , et cite " Qui dans l intensite du desir ou de l amour , sait assez bien se quitter pour etre l autre?
Qui distingue si peu le mien du tien qu- il ne sait meme pas qu 'il donne quand il donne, qu' il reçoit quand il reçoit?''( pierre freuga.
Qui peut demultiplier un tel don? Qu est qui est offert?
A l autre , aux autres partenaires. Pas de jugement dans mes propos , juste des questions...
L amour monogame est il une serieuse maladie infantile , un desir nostalgique du paradis uterin?Le poly amour est il une autre tentavive de ce besoin de completude que nous portons tous et qui ne se trouve qu en soi meme?
Bah , je deraille un peu , a mettre sur le compte de mon desarroi.

#
Profil

Leolu

le samedi 11 janvier 2014 à 15h22

Je suis impressionné par ton ouverture d'esprit et la compréhension profonde que tu as des besoins de ton compagnon adoré (qui te le rend bien). Je dois donc réajuster mon raisonnement. Il est effectivement pleinement amoureux de toi et toi de lui. Votre seule différence vient de l'unicité d'une part, et de la multiplicité d'autre part, de cet amour.

Mon expérience m'a prouvé que la séparation de l'amour de sa vie (famille et couple de longue durée) bouleverse considérablement notre notion de l'amour. Et tout particulièrement lorsque ce n'est pas l'amour en lui-même qui est remis en question (idem pour moi).

Le couple tel qu'il nous a été vendu au départ, c'était l'unicité : l'union totale de deux âmes qui forment une entité idéale, plus forte, plus solide, plus épanouissante, prête à tous les défis et toutes les réussites. Ce schéma n'occulte pas vraiment la nécessaire individualité de chacun, mais cette dernière reste tout de même accessoire et un peu à la marge, tellement la vie se trouve remplie d'activités et d'obligations mutuelles.

Lorsqu'on quitte ce cocon, on débarque dans la grande aventure de la séduction "de milieu de vie".

Et c'est bien souvent une jungle dans laquelle on découvre que l'amour, les amours, n'ont plus du tout la même intensité et profondeur qu'auparavant. Certes, il peut y avoir de la passion, un magnifique renouveau amoureux et intime... mais, et ceci tout particulièrement lorsque notre premier amour fut idyllique, rarement aussi satisfaisant que l'amour-fusion qu'on a connu (ou alors sur du très long terme et après moultes recherches hasardeuses).

On découvre alors une nouvelle sorte d'amour dont on n'avait pas idée. Un amour au pluriel, sujet à évaluations et à doutes, on s'aperçoit que chacun le perçoit différemment et il faut s'adapter à ces nouvelles donnes. Et c'est très déstabilisant ! A ce moment, l'amour Mystique et Unique s'est perdu bien loin de nous et on est obligé de reconsidérer la chose en diminuant ses prétentions.

Et c'est là que le polyamour semble à présent avoir quelques vertus...

On s'aperçoit que l'unicité la plus stable c'est soi-même, mais que cela n'empêche pas de vivre de merveilleuses histoires. Des histoires uniques mais successives, ou même... pourquoi pas ? Des histoires entremêlées. Voire UNE longue histoire qui en croise d'autre sans pour autant s'arrêter (ou même une longue histoire unique et définitive, cette fois-ci).

Sauf que pour en arriver à comprendre ça, du fond de ses tripes, il faut bien souvent avoir connu "la jungle". Parce que les tripes d'un amour fusionnel, c'est une autre réalité... qui justement est en passe de s'arrêter.

"Maladie infantile, nostalgie du paradis utérin" ? Non, juste la recherche d'une réalité qui n'est plus si majoritaire que ça... Et ça fait mal (les âmes qui nous ressemblent semblent ne plus exister. Il n'y en avait qu'une et je l'ai perdue...).

Quant aux raisons qui font que le don de soi, le parfait altruisme, peut être démultiplié sans s'affadir et apporter plaisirs (et souffrances)... il y a dans ce forum de nombreuses références à lire.

#
Profil

aviatha

le samedi 11 janvier 2014 à 15h47

Encore une fois, mais peut-être suis-je la seule, en quoi l'unicité du couple, "l'union des âmes" (comme tu appelles cela si joliment :-) ) est-elle incompatible, ou au moins un frein, à la nécessaire individualité de chacun ?
Certes, elle peut l'être assez facilement, quand cette union était justement une fuite de l'individualité (peur d'être seul, autonome ou que sais-je), mais c'est à mon sens loin d'être un rapport "automatique".
Je suis dans un couple comme ça depuis... 6 et demi dimanche prochain (ah la vache !), ça n'a en rien gêné mon individualité et mes envies (j'ai fini le conservatoire, j'ai passé les auditions du cours florent, je prépare la classe libre, j'ai passé mon master, je prépare ma thèse, j'ai déménagé, rencontré plein de nouvelles personnes...) ni même, ce que je trouve importe, l'expression commune des individualités (j'écris toute seule, mais on écrit à deux aussi, et on est plutôt bons).
Moi la jungle, je l'ai faite avant de le rencontrer lui. J'ai observé, j'ai vécu, j'ai aimé, j'ai méprisé, je restée, je suis partie. Je ne pense pas que ce soit du coup un "cocon", c'est un choix, le choix de ce qui est le plus adapté à nous, de ce qui nous rend heureux tout simplement, et on a le droit de vouloir être heureux, et de protester quand on arrache ça.

#
Profil

Leolu

le samedi 11 janvier 2014 à 16h42

Aviatha : tu raisonnes en polyamoureuse convaincue et "naturelle". J'ai essayé, de mon côté, d'exprimer l'état d'esprit d'un "mono" ayant connu l'amour Mystique et Unique (d'autres l'appellent "romantique" ou "walt-disneyien" ;) ). Et l'ayant connu dès le tout départ.
30 ans de vie commune : on peut supposer que chacun n'a pas connu beaucoup d'amours multiples avant de se lancer dans ce "Marathon" (smiley).

Par ailleurs, la "jungle de séductions" qu'on a pu connaître à 20 ans n'a plus rien à voir avec celle qu'on découvre après 40 ou 50 ans. Je t'assure que ça surprend énormément ! Pas seulement parce qu'on n'a plus l'habitude de séduire, mais surtout parce que les personnes rencontrées sont étonnement "formatées", avec des individualités très fortes et très ancrées qu'il est difficile d'accorder avec les nôtres sans d'énormes efforts mutuels. Rien à voir avec l'insouciance et la témérité des vingtenaires ! (bien sûr, les plus âgés de ce forum vont protester parce qu'il y a de multiples exceptions ;) )

Quant à l'individualité qui reste vivace même au sein d'un couple mono de longue date. Je n'en doute pas (le compagnon de durga a même connu pour lui seul l'esprit libertin, par exemple).
Mais cela n'a rien à voir avec l'individualité totale et "primaire" : celle qui prime sur des amours qui ne semblent que secondaires. Le simple fait d'habiter chez soi en célibataire, par exemple.

Selon ce schéma de pensée, donc, il peut être difficile d'imaginer que l'individualité d'un couple puisse aller jusqu'aux amours séparées...

#
Profil

aviatha

le samedi 11 janvier 2014 à 17h18

Euh... je suis une mono convaincue et naturelle, en fait. Voilà :-)
Après, j'admets parfaitement que le fait d'avoir "vécu" avant ou pas influe notre ressenti, sans doute ce serait pire pour moi si je n'avais pas trainé un peu partout avant.
Quand à la jungle de séduction de 40 ans, n'étant pas encore là, je m'incline et bois tes paroles ^^
Et je vis chez moi, et lui aussi, même si on est ensemble depuis plus de 6 ans (et je ne suis pas prête de le supporter dans la maison que moi, j'ai un côté territorial), pour autant, il y a individualité, ce qui est très respecté de part et d'autre chez nous, et déséquilibre de la relation. Parce que la relation, elle, implique 1) que tout le monde s'y retrouve 2) une expression de son individualité dans un cadre commun. Si ce que je veux, c'est qu'on soit à deux, et que c'est ce que tu veux toi aussi, tout le monde s'y retrouve, c'est cool. Si ce que je veux, c'est qu'on soit à deux, mais que toi tu veux être avec moi et elle et elle aussi, moi je m'y retrouve plus, et ça marche pas.
Plus largement, je pense qu'on a tort de résumer la vision d'une relation à "moi+toi" (ce qui fait qu'on se dit "mais tant que ça ça reste, il est où le problème ?"), la vision d'une relation, c'est l'envie d'un mode de vie partagé, et quand on ne partage plus le même désir, peu importe ce qui "reste", ça coince.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion