Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Nouvelle et en pertes de repères

#

Christophe (invité)

le dimanche 08 juin 2014 à 15h04

Pardon (fausse manipulation)
Après si c trop dur on verra. Elle a pris sa "décision" seule, c comme ça qu'elle se voit vivre maintenant, elle remet 15 ans de vie en question en disant que finalement elle s'est menti a elle même durant toutes ses années et moi je comprend finalement qu'elle n'était pas heureuse et pas elle même avec moi...enfin, moi je n'ai pas véritablement mon mot a dire dans cette histoire : maintenant je ne peux que soit accepter soit refuser...

En tous les cas merci de vos réponses encore une fois cela me fait me questionner sur moi et sur mes véritables envies et cela ne peut être que bénéfique je l'espère ...

#
Profil

aviatha

le dimanche 08 juin 2014 à 15h22

Je rejoins ceux qui ont déjà posté, en insistant sur un fait: elle dit qu'elle s'est menti à elle-même pendant 15 ans et que maintenant elle veut s'écouter, soit, et si vraiment c'est ça, c'est une très bonne chose qu'elle le fasse. Maintenant, il ne faut pas tomber dans le travers inverse: que toi tu te mentes à toi-même pour accepter ce changement.
Donc tu as raison, prend ton temps et pose toi les bonnes questions. Et parmi elles, il y en a une qui est sans doute la plus centrale, c'est faire la distinction entre "je peux vraiment vivre comme ça" et "je veux vraiment vivre comme ça". Et crois-moi, accepter parce qu'on a vraiment pas envie de se séparer de l'autre, alors qu'on ne veut pas vraiment vivre comme ça, à terme, ce n'est rien d'autre qu'un long chemin de croix.

Au passage, comme je l'avais déjà dit à homme parti, heureusement que mon ex ne s'est pas contenté de prendre une décision comme ça et de me mettre au pied du mur en me disant qu'il ne reviendrait pas en arrière, il aurait juste pris ma main dans la tronche sans que je cherche plus loin. Je trouve ça d'un irrespect total...

Mais comme tu dis, le questionnement ne peut que être bénéfique. Ca aide à être sûr de ce qu'on veut ensuite. Je citerai ici le cas de LuLutine et le mien (nous avons un peu le même mais en miroir). Après différentes expériences (et quelques bons coups sur la tronche), elle s'est dit qu'elle refuserait toujours de revenir à la monogamie, car pour elle c'est une mort au ralenti. Mon expérience à moi (qui par des côtés ressemble à la sienne, et ça nous étonne à chaque fois) me fait juste dire que le poly est quelque chose que je ne pourrais jamais vivre sans que cela me fasse une extrême violence et que n'importe qui entendant partager un bout du chemin avec moi retrouvera ses affaires sur le pallier et la porte close dans la minute où il/elle évoquera sérieusement cette éventualité.

#

(compte clôturé)

le dimanche 08 juin 2014 à 15h34

J'ai eu aussi cette curieuse impression de m'être menti à moi-même (et ceci durant presque 20 ans). D'avoir regarder autrui avec les yeux de l'amour tout en me voilant la face pour ne pas admettre la vérité. C'est très con ce genre de ressenti et de mise au point avec soi-même.

Pour moi aussi, ne plus vouloir me mentir, fut une première étape et pas la plus simple à titre personnel.

#
Profil

Leolu

le dimanche 08 juin 2014 à 16h02

La question qui m'intrigue toujours autant depuis que je m'intéresse au polyamour :
Qui aime-t-on, en définitive ?

Notre couple ?
Ou la personne en face ?

Le lien lui-même ?
Ou une personne libre qui a choisi de nous aimer ?

Quoiqu'il en soit, bon courage et bon retour à une sérénité future. :-)

Sur le débat de "se mentir", "supporter" ou "accepter" :
Je pense qu'il y aura toujours un dilemme entre "ne pas faire de mal à l'autre" et "vivre vraiment sa vie". Ecouter ou s'écouter ? Pourquoi et quand ?

#
Profil

gdf

le dimanche 08 juin 2014 à 16h59

J'aime pas trop l'expression "se mentir à soi même". Quand on change de modèle, ça ne rend pas forcément faux les modèles précédents. Pour prendre un exemple dans le domaine des sciences , les lois de la physique quantique n'annulent pas les lois de la physique traditionnelle. Quand on travaille sur des corps célestes, la loi de la gravitation suffit. Quand on se met à travailler sur des particules il faut des lois plus précises, mais les corps célestes continuent de se contenter de la gravitation.
Quand on est en couple pendant 15 ans et que ça se passe bien, ça dit plein de choses sur le monde dans lequel on vit. Au bout d'un moment, on découvre un nouveau domaine, qui enrichit le précédent, mais ne le rend pas forcément inapplicable. Ce qui nous rendait heureux avant peut continuer à nous rendre heureux. On ne se mentait pas avant. C'est juste qu'on ne connaissait que partie de la vérité.

Gdf

#

(compte clôturé)

le dimanche 08 juin 2014 à 17h54

Leolu j'aime ce que tu dis car à mes yeux tu dis vrai. Oui, comme je l'ai déjà faire remarquer il y a soi, l'autre et le lien qui ne peut s'entretenir qu'à deux. On peut donc s'aimer sans que le lien soit viable en lui-même.

Perso, dans ma relation primaire, j'aime tout. Aussi bien l'autre que le lien, mais aussi le couple, la vie commune, les projets communs (enfants maison, etc). Dans mes relations secondaires, j'aspire aujourd'hui à bien connaitre l'autre pour que m'assurer que le lien sera pérenne.

Gdf : non ça ne rend pas faux les modèles précédents, évidemment. Sauf qu'une personne qui "dormait" depuis longtemps et qui se réveille en sursaut, se trouve mieux, plus en phase avec elle-même une fois réveillée, n'aura plus envie de se rendormir. Clairement oui, je me suis menti à moi-même, j'ai mis un masque sur la vrai nature de certains liens du passé. Je n'ai pas su, ou pas pu, voir la vérité alors qu'elle était sous mes yeux. Le passé est le passé, mais mon avenir ne peut plus mettre de masque. Fini le carnaval de "je dois considéré l'autre comme un copain et pas plus". Non, non, non, fini ce temps là. En écrivant cela, je pense à des hommes, que j'ai perdu de vue (c'est mieux ainsi afin qu'ils puissent rester dans la norme et vivre paisiblement, sans questionnement) parce que la vie est ainsi. Ils ont été dans ma vie, dans mon coeur, et le resteront à jamais, point. Et oui, involontairement, "je me suis menti à moi-même". C'est les mots justes pour me décrire et même mon mari a compris cela, alors...

Je n'ai aucun esprit scientifique mais je suis sûr de mon évolution intérieure.

#
Profil

LuLutine

le lundi 09 juin 2014 à 04h30

Christophe
Généralement c'est quand il n'y a plus d'amour que l'on souffre ...

Je suis en total désaccord avec cette affirmation.

Christophe
je la sens aussi plus attentive et plus démonstrative vis a vis de moi que durant les 5 dernières années de notre vie de couple et j'aime ça mais je ne peux m'empêcher de penser que cela est du a sa culpabilité vis a vis de moi...

Pas forcément de la culpabilité.
Ca peut être :
- par gratitude (plus positif que la culpabilité non ?) envers toi, parce que tu n'essaies pas de t'opposer à ce qu'elle a envie/besoin de vivre,
- ou parce qu'elle est heureuse, tout simplement !

Tu n'as pas pensé à ces possibilités ?

#
Profil

bodhicitta

le lundi 09 juin 2014 à 18h19

gdc68
C'est très con ce genre de ressenti et de mise au point avec soi-même.

Pour moi aussi, ne plus vouloir me mentir, fut une première étape et pas la plus simple à titre personnel.

Je pense qu'il faut savoir être honnête avec soi méme avant de pouvoir l’être avec les autres! et c'est pas le plus facile :-/

#

(compte clôturé)

le lundi 09 juin 2014 à 19h23

Non, pas le plus facile. Surtout quand il faut "rétablir notre propre vérité", faire part de notre constat... :-/

#

christophe (invité)

le lundi 18 août 2014 à 11h03

Bonjour à tous,

Huit mois on passé depuis que ma femme m'a annoncé son envie d'aller vers le polyamour... huit mois très dur pour moi (et pour elle) car mouvementé avec des hauts et des bas. Si il y a encore quelques semaines j'étais presque prêt à accepter son polyamour (elle a rencontré quelqu'un il y a quelques semaines avec qui elle a franchi le cap) aujourd'hui je ne sais plus.

Je me sens perdu et non respecté dans mon couple, parce que si on est un couple mono-poly on reste quand même un couple. N'étant pas quelqu'un de très sur de moi dans le domaine sentimental mais comprenant son envie d'ailleurs j'ai voulu mettre en place quelques règles, un cadre pour être en quelques sorte rassuré... cela n'a pas marché.
Mais demandes étaient simples : préservatif, rentrer dormir à la maison et pas de vacances avec ses amoureux... ces demandes me paraissaient peu par rapport aux concessions que je faisais en la laissant vivre son polyamour (pas pleinement certes diront certains...) mais cela n'a pas fonctionné. Son envie de liberté, d'émancipation a pris le dessus et les règles ont étaient transgressées...
Pour moi si on est un couple certaines décisions doivent être prise à deux, imposer les choses a l'autre sans négociation n'est pas viable, les règles de bases auraient pu évoluer au cours des années et de ma confiance en moi mais ma compagne veut tout et tout de suite, elle ne veut plus me "rendre de compte", elle ne veut pas que je lui dise quoi faire et comment faire... Elle prend ma démarche contre elle et contre son besoin de liberté alors que je lui demande simplement de faire un pas vers moi...
La nous sommes arrivé à un point ou ce n'est plus possible de vivre comme cela, nous avons décidé de faire une pause.
Au final je ne suis même pas sur que le polyamour soit la réponse à son besoin d'émancipation mais c ce qu'elle a trouvé comme réponse... je n'ai jamais était quelqu'un qui l’empêchait de faire des choses (sorties, activités..) elle a toujours fait ce qu'elle voulait d'autant qu'elle est têtue et persuasive et que lorsqu'elle décide quelque chose elle l'obtient généralement... mais ce n'est pas assez...
Aujourd'hui j'ai compris que ce ne serai plus possible de vivre une relation poly-mono pour moi. Et je ne suis pas particulièrement attiré par le poly donc... pas par le fait de rencontrer d'autres personnes mais par le fait que notre vie s'organise maintenant autour de ça, qu'il n'y a plus que le polyamour dans nos sujets de conversations, que l'on se dépêche de mettre dans notre agenda commun les jours on elle sort et que l'on soit obligé de caler une dates pour faire un truc en amoureux...

Lors de notre derniers clash, nous avons écourtés nos vacances... j'avais besoin d'elle besoin qu'on parle même si on s’engueule besoin qu'elle me rassure encore plus que d'habitude, besoin qu'elle me demande pardon, besoin qu'on pleure ensemble dans les bras l'un de l'autre... au lieu de ça elle est parti voir son amant et à passé la nuit avec... je vois bien qu'elle n'en peut plus d'être avec moi et Je suis malheureux parce que je pensais notre amour plus fort que tout mais le polyamour est en train d'avoir raison de nous, de notre famille...

Je suis a la recherche d'alternative, de compromis qu'elle pourrait au moins envisagé ! Comment on fait ceux d'entre vous qui ont une mono poly??? avez vous des règles ?

#
Profil

aviatha

le lundi 18 août 2014 à 15h02

Pour autant que je me souvienne, il n'y a pas vraiment de mono-poly qui marche ici (gcd68 est un cas un peu à part, puisqu'elle est polyaffective et monosexuelle, et on dira ce qu'on veut, que le sexe n'est pas un élément central blablabla, ça joue quand même. Beaucoup).

Si ma mémoire est bonne, et sinon merci de me contredire aux autres, la plupart des mono-polys ici sont en cours de décision, mais globalement on a deux cas:
- ceux qui ont accepté le poly de leur conjoint en finissant par le devenir eux-même (je pense à Katouchka, entre autres)
- ceux qui sont restés mono et qui ont fini soit par partir (homme parti en est le meilleur exemple, je crois que son divorce est en cours) ou par se faire jeter (ça c'est moi).

Comme dit LuLutine, "le monopoly c'est fini pour moi". Je vais être franche (et sans doute un peu défaitiste), moi aussi je pensais notre amour plus fort, moi aussi j'ai essayé de comprendre, d'accepter, moi aussi j'ai posé des règles sensées me protéger et me faire me sentir en sécurité, qui ont elles aussi été transgressées. Si j'ai appris une chose, c'est que, quand on a déjà fait beaucoup d'efforts, il faut savoir arrêter avec les gens égoïstes (comme je sais que ça prête à confusion, je ne dis pas que les polys sont égoïstes, simplement il y a des gens, comme ta compagne et mon ex, qui le sont). Alors demande toi qu'est-ce que elle a fait comme efforts pour toi quand tu en faisais pour elle. Si tu n'as pas de réponse, et qu'en plus elle ne veut pas parler, juste, crois-moi, arrête avant que ça te fasse plus de mal que ça n'en a déjà fait.

Courage

#
Profil

LuLutine

le mardi 19 août 2014 à 14h10

Bonjour Christophe,

Pour ma part tout ce dont je peux témoigner c'est que j'ai été dans une situation mono/poly avec un amoureux A, que nous avions en effet des accords, à savoir :

- je (moi) ne fais pas de projets de famille avec d'autres (il reste donc ma relation primaire/principale),
- je ne passe pas globalement plus de temps avec une autre relation intime qu'avec lui,
- je le préviens quand une nouvelle relation démarre,
- je lui dis à chaque fois que je vais voir quelqu'un d'autre.

Les deux derniers points m'avaient été demandés (pour ne pas dire exigé, concernant le dernier, mais j'ai accepté...) par A.
Le premier, c'est moi qui le lui avais "offert" (proposé) d'entrée de jeu, quand nous avons parlé de faire des projets de vie ensemble.
Le deuxième, je le lui avais promis pour le rassurer, car il avait peur que je passe "plus de temps avec un autre" (ou formulation équivalente).

J'ai toujours respecté ces quatre engagements. En octobre ou novembre 2012 j'ai discuté avec un ami (connaissance), nous avions envie de nous rapprocher sur un mode plus intime. Avant qu'il ne se passe quoi que ce soit, j'en ai immédiatement parlé à A qui l'a mal pris, je cite : "T'as vraiment besoin d'avoir 36 mecs ?"

Pour moi, cela sonnait comme "T'as vraiment besoin d'avoir 36 amis ?". Non, je n'ai pas besoin d'avoir 36 amis (en fait j'en ai sans doute plus que ça, mis à part que je ne les possède pas, mais on va garder le verbe "avoir" par facilité de langage), cela dit je suis ouverte à la naissance de nouvelles relations et je ne vois pas le problème. Pour un(e) polyamoureux(se), les relations intimes ne dérogent pas à ce principe d'ouverture.

De plus, dans chacune des relations intimes que j'entretenais, je passais (et passe encore) souvent un, deux ou trois mois - parfois beaucoup plus - sans voir la personne. Donc ce n'était pas comme si ça prenait beaucoup de temps sur mon emploi du temps. En revanche - à partir du moment où A s'est trouvé dans la même région que moi - je voyais A une à deux fois par semaine minimum (nous n'habitions pas ensemble).

En fait, tout comme aujourd'hui je passais la majorité de mon temps libre toute seule, entre autres parce que A n'était pas souvent libre aux mêmes horaires que moi, mais aussi parce que j'avais besoin de ce temps seule...

Plus tard, en avril 2013, une nouvelle histoire s'est nouée avec un polyamoureux, j'en ai donc naturellement informé A, qui l'a mal pris et après environ un mois de discussions infructueuses (et des insultes infondées de sa part, même s'il a fini par s'excuser entre temps), a coupé les ponts définitivement (il n'a répondu à aucun message depuis ; je te rassure je n'ai pas insisté 50 fois non plus, ça ne sert à rien).

Voilà pour mon témoignage.

La différence éventuelle d'avec ta compagne, c'est que j'ai respecté mes engagements, que j'étais prête à discuter d'autres engagements (sauf l'exclusivité, ou alors très temporaire) mais qu'au lieu de réussir à me dire ce qui n'allait pas et ce que je pourrais faire pour le rassurer, il a préféré partir (mais après tout, y avait sans doute rien à faire, sans doute que mono/poly ça ne fonctionne pas, point barre...).

Je dis bien la différence éventuelle, parce que j'ai une question pour toi Christophe :

Les engagements/limites dont tu parles avaient-ils bien été discutés avec ta compagne, s'était-elle bien engagée à les respecter ?

En effet si elle n'estimait pas s'y être engagée, il y a peut-être un malentendu ?
Tu dis "j'ai voulu mettre en place quelques règles, un cadre", mais tu ne peux pas imposer unilatéralement (sinon, dans mon cas, A m'aurait imposé l'exclusivité, tout simplement !).
A aucun moment (il me semble) tu ne dis que ta compagne était d'accord avec ces "règles", qu'elle les avait acceptées. Et ça me pose question...

Sinon, pour compléter la réponse d'aviatha :

aviatha
on dira ce qu'on veut, que le sexe n'est pas un élément central blablabla, ça joue quand même. Beaucoup


Je te rejoins là-dessus dans le sens où le sexe est quelque chose d'absolument pas central pour les poly...mais il l'est souvent pour le "mono" de l'histoire !
Et en ce sens, c'est en effet souvent quelque chose qui pose problème.

Cela dit, pour d'autres ce sont les sentiments qui en posent. Ils se disent "ok si mon/ma compagne a des sex-friends, des histoires de cul, mais je ne veux pas qu'il/elle vive une histoire amoureuse avec quelqu'un d'autre"...
En gros ils sont ok pour des aventures sans trop d'implication voire du type libertinage, mais pas du polyamour.

aviatha
Si ma mémoire est bonne, et sinon merci de me contredire aux autres, la plupart des mono-polys ici sont en cours de décision, mais globalement on a deux cas :
- ceux qui ont accepté le poly de leur conjoint en finissant par le devenir eux-même (je pense à Katouchka, entre autres)
- ceux qui sont restés mono et qui ont fini soit par partir (homme parti en est le meilleur exemple, je crois que son divorce est en cours) ou par se faire jeter (ça c'est moi).

Comme dit LuLutine, "le monopoly c'est fini pour moi".

Non c'est pas ça la citation, c'est "Je ne jouerai plus au monopoly" ! :P
Et je suis très loin d'être la seule à le dire, même si les gens que je connais qui l'ont dit ne l'ont pas forcément écrit ici...

Pour tes deux cas, je suis plutôt d'accord, je ne connais pas de contre-exemple (un couple mono-poly qui ne serait dans aucune des deux situations citées, sur la durée).
A moins peut-être (mais je n'en connais pas sur une longue durée) des couples où le poly aurait renoncé à vivre d'autres histoires ? Troisième possibilité mais qui oblige là encore l'un des deux à se renier et à souffrir en silence...donc pas viable à mon sens. (Même si bien sûr on connaît toujours des gens qui, dans une circonstance ou une autre, ont accepté de souffrir toute leur vie...perso j'ai pas envie d'être à leur place ! Je ne suis pas maso !)

#
Profil

aviatha

le mercredi 20 août 2014 à 18h57

@LuLutine

Désolée, j'avais plus l'expression exacte en tête, et un peu la flemme de me taper n pages pour la retrouver :-P
En effet, je n'ai pas cité la troisième possibilité parce que pour moi ça équivalait à séparation tôt ou tard, donc ça revenait dans la deuxième catégorie (pronostic qui se confirme, puisque manifestement Jojo va divorcer lui aussi :-/ )

Et quand tu dis que le sexe n'est pas central pour les poly... oui et non. Souviens-toi de Cendre quand elle expliquait que son mari disait pouvoir supporter qu'elle ait d'autres amoureux si ça n'allait pas jusqu'à l'acte mais que pour elle c'était inenvisageable, donc bon.

#
Profil

anges

le samedi 23 août 2014 à 20h02

Bonjour Christophe,

Si si, il y a des relations mono-poly qui fonctionnent très bien. C'est notre cas depuis 2,5 ans. Mon mari est poly-acceptant, mais complètement mono (pour l'instant - il dit qu'il n'a pas d'énergie pour d'autres femmes) et je me suis révélée poly début 2012. Voici ce que je pratique afin de "protéger" / rassurer mon mari:
- pour voir mes amoureux, j'essaye le plus souvent de ne pas prendre du temps sur notre couple, mais sur mes loisirs (à la place de mes cours de sport) ou sur mon travail (le midi, le soir en sortant moins tard) (même si c'est pas toujours optimal pour moi),
- je ne pars pas en vacances avec eux (même si j'en ai très envie),
- je profites pleinement de l'instant présent (si je suis avec mon mari, pas de mail, de texto ou de coup de fil à mes autres amoureux et vice-versa),
- je ne dis pas tout à mon mari (même si je lui parle souvent d'un autre de mes amours),
- je lui dit souvent que j'ai une chance immense d'être avec lui, puisqu'il comprend bien mon besoin d'épanouissement extérieur à lui (et je le pense vraiment, j'ai de la chance et il est génial !),
- je le prends beaucoup dans mes bras et je le serre bien fort, je lui dit que l'aime.... (enfin ça se passe naturellement, je ne le fais pas pour le rassurer, mais j'ai remarqué que ça y contribuait beaucoup),
- je fais beaucoup (plus qu'avant) l'amour avec lui (là aussi c'est venu petit à petit et naturellement, sans doute parceque le polyamour m'a "décoincée", et là aussi j'ai remarqué que ça le rassurait de se sentir "meilleur amant" par rapport à avant) (désolée d'entrer dans des détails aussi personnels, mais il me semble que c'est important dans la relation de couple).
Bon voilà, ce sont des choses qui fonctionnent pour nous, je te laisse réfléchir à ce qui pourrait marcher pour vous.
Par ailleurs, en te lisant, je te conseillerais de bien EXPRIMER TES BESOINS (plus que tes limites que tu as déjà exprimées me semble-t-il). Essaye de ne pas utiliser des formules négatives comme "je ne veux pas que tu fasses ci ou ça", mais plutôt "j'ai besoin de toi /d'être dans tes bras / de passer du temps avec toi / d'avoir de nouveaux projets avec toi / que tu respectes les règles fixées, etc." Il faut que tu sois le plus précis possible dans l'expression de tes besoins. L'as-tu habituée jusqu'ici à écouter tes besoins et es-tu sûr de les lui indiquer clairement?

Bon courage à toi, et à vous, je vous souhaite de trouver votre chemin, si possible ensemble.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 24 août 2014 à 04h04

aviatha
@LuLutine

Désolée, j'avais plus l'expression exacte en tête, et un peu la flemme de me taper n pages pour la retrouver :-P

Hihihi, je pense que l'expression est sur mon profil ;)

aviatha
Et quand tu dis que le sexe n'est pas central pour les poly... oui et non. Souviens-toi de Cendre quand elle expliquait que son mari disait pouvoir supporter qu'elle ait d'autres amoureux si ça n'allait pas jusqu'à l'acte mais que pour elle c'était inenvisageable, donc bon.

Ben, ça dépend ce qu'on appelle "central". Et surtout, "important" et "central" c'est différent. Et enfin, j'ai l'impression qu'un(e) poly ne vit pas les choses de la même façon selon sa situation et/ou son "ancienneté" (voir plus bas).

Pour la question de la "centralité", en fait je crois qu'on peut tomber sur le problème suivant (je vais schématiser à mort, je préviens ! Je note P le poly, M le mono) :

P : "Le sexe n'est pas central !"
M : "Ben d'accord, c'est pas central, donc tu peux bien t'en passer non ?"
P : "Oui mais alors si tu ne trouves pas cela central, ce n'est pas non plus un problème que je couche avec d'autres ou pas !"
M : "Ah si, c'est un problème, le sexe est central pour moi !"
P : "Bon, mais alors tu comprends forcément que ce soit important pour moi d'en avoir la possibilité avec d'autres ?"
M : "Mais tu as dit que ce n'était pas central !"
P : "Et toi que ça l'était..."

Bref on tourne en rond !

En fait, pour P le sexe n'est pas "central", il n'en reste pas moins "important". Mais pas "important" au point que le fait de le partager avec d'autres puisse avoir un impact sur sa relation avec M (puisque ce n'est pas "central" !)...
Au contraire, pour M c'est "central", ça a forcément un impact...

J'ai tendance à penser que dans l'ensemble, le sexe est quelque chose de moins central pour un certain nombre de polyamoureux que pour une immense partie des "mono".
En exagérant un peu (bon d'accord, un peu beaucoup), si je dis que le sexe est central pour moi, ce serait presque comme dire qu'aller au ciné, ou bien aller me promener, est central pour moi. Tu vois l'idée ?
Je ne demande pas la permission d'un(e) partenaire pour aller au ciné, ou me promener (que ce soit seule ou accompagnée). Au mieux, je l'en informe. Je ne lui demande pas non plus de permission pour faire l'amour avec quelqu'un d'autre... (Au mieux, je l'en informe aussi, oui ;) )

Bien que "se promener" (ou "aller au ciné") ne soit pas "central", je ne m'imagine pas être obligée de ne le faire qu'avec un(e) partenaire, et devoir demander une "permission" pour le faire avec quelqu'un d'autre ou seule...

Ce que j'ai remarqué aussi, c'est qu'au fil du temps, oui, le sexe devient beaucoup moins central pour moi qu'il ne l'était auparavant.
D'un fonctionnement "mono", on ne devient pas poly d'un seul coup comme ça, du jour au lendemain, dans un état qui serait "figé".
J'ai évolué, progressivement, et aujourd'hui je ressens le sexe comme beaucoup moins central pour moi qu'il y a cinq ans (lors de ma première relation "supplémentaire") et même moins central qu'il y a un an (alors que je sortais à peine du "monopoly" et que sans doute, une partie de moi avait envie de "tester" cette nouvelle liberté).

Paradoxalement, quand on sait que c'est possible, qu'il n'y a pas de limites a priori, je crois qu'on "court" beaucoup moins après ça...
(Je ne veux pas généraliser, cependant je ne pense pas être la seule à "fonctionner" comme cela.)

Paradoxalement toujours, c'est lorsqu'il y a un(e) partenaire qui nous dit "J'aimerais mieux que tu ne le fasses pas" qu'une partie de nous se dit "Et mince ! Mais j'ai envie moi !" ; on se sent "limité(e)" et on a peut-être beaucoup plus tendance à vouloir "sauter" sur la moindre "occasion". Je précise que ce n'est pas forcément conscient...

On pourrait sans doute reformuler ça ainsi : "Si tu veux que quelqu'un ait envie de quelque chose, le meilleur moyen est probablement de le lui interdire !"

En résumé, il peut être question d' "ancienneté" (après un certain nombre d'expériences, on ressentirait moins le besoin d'en faire d'autres, même si on n'y est pas fermé(e) bien sûr) mais aussi de situation (en relation avec une personne mono/jalouse, on se met un certain nombre de barrières, mais du coup lorsqu'on entame une relation, on n'aurait pas envie de "se priver")...

@anges : pour moi ta situation n'est pas un cas de "monopoly".
En effet, ton mari conçoit et accepte que tu fréquentes d'autres personnes ?
Même s'il n'en ressent pas le besoin ou l'envie pour lui, je le définis donc comme un polyamoureux.
Tu dis toi-même qu'il déclare ne pas avoir l'énergie pour d'autres femmes...ce qui sous-entend bien que le jour où il estimerait avoir l'énergie pour, il envisagerait éventuellement de vivre d'autres relations...

Oui, pour moi ton mari est poly !

Il n'en reste pas moins que tes conseils me semblent valables, pour rassurer n'importe quel partenaire, "mono" ou "poly" ! (Ben oui, qui a dit que les poly n'avaient pas besoin d'être rassurés ?!)

#
Profil

anges

le mardi 26 août 2014 à 20h12

Lulutine,

j'ai discuté de ce fil et de ton post avec mon mari hier et il me confirme bien qu'il se considère comme mono. Il est poly-acceptant, mais il est mono dans les faits. Cela évoluera peut-être, mais pour l'instant notre fonctionnement de mono-poly perdure depuis 2,5 ans.

Par ailleurs, je voulais préciser à Christophe que si notre fonctionnement est aujourd'hui harmonieux, nous avons aussi connu une période d'incertitude et d'insécurité (principalement ressenties par mon mari, mais qui m'atteignaient aussi par effet miroir et sentiment de culpabilité), avec pleures, peurs, douleurs viscérales, sentiment d'extreme solitude et terreur du qu'en-dira-t'on. Donc Christophe, ta réaction et tes craintes me paraissent tout à fait légitimes et fondées, d'autant que ta compagne semble submergée par la ferveur des nouveaux convertis. Je vous souhaite néanmoins de parvenir à cheminer ensemble. Si tu as besoin d'échanger en MP, n'hésite pas.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 26 août 2014 à 20h21

Ce qu'on sait, c'est qu'il peut y avoir autre chose après la période des craintes et des coups de stress. Pas toujours, mais on est plusieurs à pouvoir témoigner que c'est pas parce qu'il y a de la peur maintenant qu'il yen aura toujours. Comme en montagne, c'est pas parce que tu grimpes difficilement en voyant que ton petit chemin que le panorama derrière vaut pas la peine, d'autant qu'après en plus c'est plus facile.

(je précise que cette métaphore est pas de moi, je crois que je l'ai piquée à IsaLutine, qui elle-même la tenait de sa grand-mère, qui elle-même la tenait de sa grand-mère, qui elle-même la tenait de Francis Cabrel).

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

MagentadeMars

le mardi 26 août 2014 à 21h31

je me demande s'il n'y ait pas deux définitions possible d'un mono :
1. Il ou elle ne veut plus qu'un-e partenaire ;
2. Il ou elle s'oppose à l'idée des relations plurielle.

Donc une personne se disant "poly-acceptant" se trouve dans la première catégorie. Le problème, ce serait plutôt catégorie deux...

#

Christophe (invité)

le jeudi 28 août 2014 à 15h37

Merci pour vos témoignage ... Je suis désolé je ne viens qu'épisodiquement sur votre forum car j'essaie de ne pas penser a cela tout le temps.
Pour répondre a vos questions et redéfinir ma position je pourrai dire que je ne crois pas au polyamour. Pour moi quand j'aime une personne je ne pense qu'à elle et j'ai envie de faire le plus de choses possible avec elle (en gardant une liberté tout de même ce qu'on faisait : sortie chacun de notre côté , loisirs...). Je ne pense pas que l'amour soit éternel mais je pense que c un sentiment qui "s'entretient" en essayant de monter a l'autre qu'on
L'aime qu'on le désire ... Je sais que ma compagne recherche des choses qu'elle ne trouve pas chez moi (toutes ses relations sont par exemple du milieu musical une passion qu'elle ne partage pas avec moi...) mais je n'arrive pas a être poly acceptant comme vous dites.
J'ai essayé pourtant d'où ma Demande de mise en place de règle du type :
-pas de découchage (le fait qu'elle rentre a la maison me rassure et me donne l'impression d'être important pour elle)
-pas de vacances avec ses relations
-capotes obligatoires (ça c elle qui le disait)

Et finalement a Chaque fois elle a détournée ces règles parce qu'elle souhaite rester libre et ne veut aucune règle... Car pour elle qui dit règles dit plus de liberté . J'ai beau lui rappeler que l'on reste un couple et qu'un couple signifie des compromis elle ne veut rien entendre... Nous n'avons pas les mêmes attentes. Pour moi je pense qu'elle a trouvé le polyamour comme solution a un problème plus important mais qu'elle ne se rend pas compte du mal qu'elle fait autour d'elle. Elle est un peu égoïste elle veut tout... Mais je suis désolé je reste persuadé
Que dans la vie on ne peut pas tout avoir... De toute façon a force de parler je me rend bien compte que je ne suis pas capable d'accepter cela et que elle ne fera pas machine arrière donc la séparation devient de plus en Plus présente dans mon esprit ... C malheureux car je l'aime mais je ne peut pas vivre en souffrant a chaque fois qu'elle sort ...

#
Profil

MagentadeMars

le jeudi 28 août 2014 à 15h50

Christophe
J'ai essayé pourtant d'où ma Demande de mise en place de règle du type :

(....)

Et finalement a Chaque fois elle a détournée ces règles

Il n'est toujours pas claire qu'elle se soit mise d'accord sur ces propositions de règles ?

Eh bien, je vais être brutal : tu veux qu'elle fasse ce qu'elle ne veut pas faire. Je trouve tout à fait à son crédit qu'elle ne prétende pas.

Alors, on arrive à la question : tu n'aime pas son comportement. Tu dis l'aimer beaucoup. Tu l'aime suffisamment pour accepter ce qu'elle est ? Apparemment non. Ok, mais d'où vient ton droit de parler de la force de l'amour, et les compromis qu'exige un couple si ton amour n'est pas au niveau que tu fasses des compromis ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion