Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment faire évoluer ses relations affectives ?

Bases
#
Profil

ScottBuckley

le jeudi 12 décembre 2013 à 18h39

Bonjour,

Avec la vie qui avance, des naissances, des déménagements, des changements d'emplois, de choix, nos relations affectives évoluent, se stabilisent, se rapprochent, et/ou s'éloignent.

Et pourtant, il y a certaines personnes que nous aimons bien, et avec lesquelles nous aimerions faire évoluer nos relations affectives, par exemple pour redéfinir la relation que l'on a avec elles (changer de rythme, de couleurs, de nuances, de partages...).

Comment faire ?

Comment, - si on le souhaite - , les nourrir, les faire évoluer vers plus de partages, d'affections, de confidences, de tendresse, voire d'intimités et.ou de sensualités ?

Comment l'exprimer (avec ou sans communication verbale ?)

Comment leur dire qu'on les aime, tout en nourrissant notre autonomie affective ?

Car aimer n'est pas posséder l'autre.

Voici quelques modestes questions ouvertes, à ce sujet :

• A) Avez-vous envie de faire évoluer vos relations affectives ?

• B) Si oui lesquelles ? (amicales, amoureuses, sensuelles, avec ou sans étiquette...)

• C) Avec quels souhaits, jeux, désirs, sens, danses, défis, créativités, et.ou rôles, directions ?

• D) Comment vous y prenez-vous pour les faire évoluer ? (propositions, partages, expressions, attitudes, paroles, temps accordé, communication verbale ou non verbale, arts, vacances...)

> Au plaisir de vous lire & de partager ensemble nos expériences, nos idées, nos envies et messages à ce sujet !

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 12 décembre 2013 à 23h02

Un truc qui me gêne un peu, c'est qu'une relation se fait à deux. Ce n'est peut-être pas ton intention, mais on pourrait penser en te lisant, que la question se pose unilatéralement...

Ca me semble très casse-gueule à moi, de dire "je vais faire évoluer la relation"...

Pour moi, on ne "fait" pas évoluer une relation, la relation évolue !

Bien sûr que ça va dépendre de nous, mais aussi de l'autre, et pardonne-moi encore si je te comprends mal, mais j'ai la désagréable sensation en première lecture que tu ne tiens pas compte de cet autre !

Alors oui, on peut avoir envie (voire très envie, voire très très très envie... ;) ) qu'une relation évolue. Mais on prend en compte l'autre quand même (enfin je pense, on est sur un forum de gens civilisés ici ;) ) !

Pour ma part, me rapprocher de quelqu'un dont j'ai envie de me rapprocher ne me pose pas de souci. Si la personne est mal à l'aise, et dit ou montre clairement qu'elle préfère s'éloigner, je respecte cela, et j'agis en conséquence. Si au contraire elle se rapproche aussi, nous faisons évoluer la relation, à deux.

Et alors là, ta question me semble caduque, parce que la relation évolue, donc si on arrive à la faire évoluer, on n'a pas besoin de se demander "comment la faire évoluer ?", puisqu'on y arrive ! :P

Bon, je pense donc que ta question concerne plutôt : comment je fais moi, de mon côté, pour favoriser une évolution possible dans un sens qui me plairait/conviendrait ?

Mais comme dit plus haut, ça me semble pas bien compliqué, je suis moi-même, je parle de mes envies, plus ou moins explicitement, et je vois ce qu'il y a en face...!

Du coup euh, je comprends toujours pas trop ton fil de discussion ^^ :P

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 12 décembre 2013 à 23h59

J'allais dire la même chose que LuLutine ! (+)

J'ajoute que pour certaines de ces évolutions, il n'y a clairement pas de recette magique...

#
Profil

ScottBuckley

le vendredi 13 décembre 2013 à 02h24

LuLutine
(...)
Bon, je pense donc que ta question concerne plutôt : comment je fais moi, de mon côté, pour favoriser une évolution possible dans un sens qui me plairait/conviendrait ?

Mais comme dit plus haut, ça me semble pas bien compliqué, je suis moi-même, je parle de mes envies, plus ou moins explicitement, et je vois ce qu'il y a en face... !

Du coup euh, je comprends toujours pas trop ton fil de discussion ^^ :P

Hum hum, LuLutine, ce n'est pas parce que c'est "pas bien compliqué" pour toi que ça l'est pour tout le monde.... : on est sur un forum poly, bienveillant, avec des problématiques affectives ouvertes, complexes, qui sont loin du plan-plan binaire "les ami-es platoniques d'un côté, l'amour et le désir fixe de l'autre côté de la porte".

Les relations affectives d'une personne poly et/ou qui se pose un certain nombre de questions sur sa vie affective (très) mouvante sont loin d'être simples à faire évoluer.

Pour s'en rendre compte, il suffit de regarder autour de soi, ou sur ce forum : le curseur de nos relations bouge Ou peut bouger en permanence, et parfois de façon radicale (séparations, violences, voire disparitions...).

C'est facile et très à la mode de dire ' m’enfin soyez vous-même! ', sauf que c'est Tout sauf évident de savoir qui l'on est à 100%, d'avoir un regard vraiment objectif sur soi, et pour ma part je suis en partie différent en fonction de l'environnement, de la ou des personnes qui se trouvent en face de moi, de ce qu'elle vient de traverser (un deuil, une rupture), de l'ancienneté ou fraîcheur de notre relation, de l’énergie lumineuse qu’elle dégage !...

Un livre de Jean-Claude Kaufmann (sur l'invention de soi, sur l'identité, sur ce ' je est un autre ' comme il l'exprime, en s'inspirant d'Arthur Rimbaud) m'avait plu d'entrée de jeu, et il y disait très justement que de nombreux médias et personnes nous exhortent à ' être soi-même ', mais qu'il n'y a rien de plus compliqué au final qu’être soi, car notre ' je ' et ses règles changent en permanence, tel un tricot fait-maison changeant de forme, de couleurs, de nuances... Un jour une personne peut se croire homosexuelle, et un autre jour se révéler bisexuelle, et toute sa vie en sera bouleversée.

Et nos relations affectives et/ou amoureuses peuvent nous amener à changer en soi-même, en notre être intérieur, pour plaire, pour se faire entendre, à travers des voies & voix qui peuvent être très différentes les unes des autres (un voyage partagé, des confidences, une chanson, une invitation au cinéma, une danse, une oeuvre d’art, la transition post-disparition...).

Les relations affectives ne sont Pas ' égalitaires ' , et la nature de la relation et son évolution peuvent ainsi fortement dépendre de ' Qui fait le premier pas ? ' .

Or j'ai entendu de très nombreuses copines et femmes me dire qu'en matière d’approche et/ou de séduction (plus ou moins explicite), il était hors de question qu'elles fassent le 1er pas (pour différentes raisons, notamment : a) pour ne pas paraître pour une "fille facile" ; b) pour ne pas se prendre un rateau ; c) parce qu'elles sont trop timides ; d) parce qu'elles ne pensent pas mériter telle personne ; e) parce que la tradition veut que ce soit à l'homme de proposer, et à la femme de décliner ou d'accepter...)

L'art de relationner est quelque chose de très subtil (voir à ce sujet le livre ‘La Salope éthique’ : vous l'avez lu à ce sujet ?), qui se compose avec soi (qu'est-ce que je ressens pour cet être aimé ? vers quelle relation je voudrais tendre ? comment lui dire ?), puis avec l'autre (comment cet être aimé a perçu ce que je lui ai exprimé, au fur et à mesure de nos échanges, de nos rencontres ? quel est le prochain pas que je pourrais amorçer ?).

Comme dirait une amie poly, les personnes qui la croisent dans différents contextes ne la voient "pas du tout de la même façon", selon que le contexte est professionnel, familial, amical, sportif, une réunion associative, un café poly, un moment ludique le jour, très festif et déguisé la nuit, ou autre encore.

Nous sommes des êtres sociaux, et notre existence pleine n'a pas un sens complet si on ignore la relation à l'autre.

Ainsi, cette amie pourrait très bien ' être soi-même ' et entière avec différentes personnes, tout en changeant de nombreuses fois d'apparences, de caractères (plus ou moins sérieux, plus ou moins délirant) durant cette période de temps.

Je me reconnais assez bien dans son caractère puzzle & multi facettes, car elle ne sait pas toujours comment elle réagira à telle proposition audacieuse précise, en fonction du contexte, et qu'elle évolue malgré tout sans peur vers des chemins inconnus, sans trop d’a priori ni cases préjugées.

Une partie de son ' soi intérieur ' ET de ses relations sont imprévisibles. Là où certaines personnes mettraient des ' stop! j'ai peur : on recule et on reste en mode statu quo linéaire! ', elle se & nous questionne, écoute, argumente, réécoute, évolue, et avance à pas de chat, tantôt calme et posée, tantôt hyper sociable & avec toujours une personne unique en tête ou un réseau avec qui te mettre en lien : elle m'impressionne agréablement, et j'en suis très admiratif.

Et elle est loin d'être la seule de mes relations à avoir ce côté multi facettes, une belle personne et avec malgré tout ce côté iceberg, en grande partie immergée, telle une montagne que l'on voudrait approcher sans savoir par quel côté l’aborder.

> Voilà pourquoi j'ai créé ce fil de discussion : pour comprendre comment me rapprocher de telles personnes (+) , qui font bien partie de mon paysage affectif, depuis des années, et qui me troublent tout à la fois.

Il est donc + qu'évident à mes yeux que la relation évoluera en fonction de l'un-e Et de l'autre, donc oh non je n'oublie pas ' l'autre ' , je dis simplement que ça part souvent d'abord de soi, de notre désir de faire évoluer la relation, de notre action ou ré-action qui veut bouger aussi.

Il va de soi que les personnes pour qui tout va très bien et qui n'ont aucun souci de ce côté là ne sont peut-être pas concernées par ce fil de discussion... quoique ! : je parie qu'autour d'elles il y a des ami-es qui leur ont confié des expressions de sentiments difficiles, des évolutions pas évidentes, des tournants relationnels pas évidents à négocier à 45° ou 90° (en évitant les virages à 180° ou autre qui nous envoient dans le décor).

>> Et donc > je cherche des témoignages & retours d'expériences de personnes qui, face à une situation de relation affective assez précise, ont réussi à progresser Ou sont restées bloquées (par une case affective, ou un obstacle), et qui ont essayé des pistes ou expériences concrètes pour faire avancer cette situation.

> Vos cas précis, vos freins, vos pistes & idées, vos suggestions détaillées et concrètes, votre imaginaire.... sont + que les bienvenus !

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

bodhicitta

le vendredi 13 décembre 2013 à 22h43

Justement, ça y est j'ai vraiment "réussi" à sentir évoluer la relation, avec mon ours chéri.
J'ai eu mes 1ers "je t'aime" et répétés toute la nuit...
Pour en arriver à cette sorte d’honnêteté émotionnelle sentimentale, hay dans mes quelques exemples vécus, c'est le temps qui aide, j'ai rien trouvé de mieux. Prenant soin de l'harmonie.
Sinon, avant ça, au tout début, un contact physique m'a aidé, c'est la main dans le dos, qui peut nous donner beaucoup de renseignements.
Oui si le courant passe, on le sent ! et c'est une sorte d'ouverture sans qu'elle soit lourdingue.
Et on peut en faire passer des trucs dans une main sur le dos...

#
Profil

Anarchamory

le vendredi 13 décembre 2013 à 23h29

GreenPixie
Pour s'en rendre compte, il suffit de regarder autour de soi, ou sur ce forum : le curseur de nos relations bouge Ou peut bouger en permanence, et parfois de façon radicale (séparations, violences, voire disparitions...).

C'est certain. Mais de ce que les relations bougent, sont floues, etc. il ne s'ensuit pas nécessairement qu'il soit nécessaire et utile de les faire bouger.

GreenPixie
Il va de soi que les personnes pour qui tout va très bien et qui n'ont aucun souci de ce côté là ne sont peut-être pas concernées par ce fil de discussion...

Je ne pense pas que ça soit une question d'aller très bien et de n'avoir aucun souci de ce côté là... car je suis très loin de me considérer comme un tombeur, et je considère être quelqu'un qui a pas mal galéré avec l'"autre sexe". Pour autant, je me sens plus proche du discours de LuLutine que du tiens, me semble-t-il (ça n'a pas toujours été le cas, je te rassure tout de suite). Sans vouloir commenter chacune de tes phrases, ce qui ressort c'est une vision un peu "joueur de dames" (sans mauvais jeu de mots ;) ) : si je bouge tel pion, elle va bouger tel pion, si je bouge un autre pion, elle va bouger cet autre pion, et du coup je bougerai tel autre pion, elle bougera cet autre pion, elle me mange trois pions, je lui en mange cinq et je vais à dame...
Être soi-même, je ne pense pas que ça soit équivalent à se connaître (en 3ème personne) soi-même, du coup, tout le monde peut être lui-même, à partir du moment où il ne cherche pas compulsivement à l'être ;)
Si tu veux bien me permettre une comparaison : quand tu conduis une automobile, tu n'es pas en train de conscientiser chaque geste que tu fais (tourner le volant, débrayer, enclencher la vitesse, mettre le clignotant, appuyer sur l’accélérateur, freiner, etc.) avant de l'accomplir ; tu le fait directement, et c'est bien plus efficace comme cela. C'est comme si le véhicule devenait un prolongement de toi-même. De même, je pense que ta relation à autrui gagnerait sans doute à ne pas reposer sur une conscientisation préalable, une stratégie, etc. mais à se vivre directement, comme si cette relation à autrui était semblablement un prolongement de toi-même (et d'autrui aussi bien sûr) et non pas un objet extérieur à toi que tu analyserais comme une culture microbienne sur une boite de Pétri...
Paradoxalement, pour atteindre ton objectif, il faut t'en détourner, cesser de t'en préoccuper, cesser de te faire souffrir à cause de lui, cesser de craindre le rejet érotique ou amoureux...
Je pense que le potentiel qu'à un individu A de plaire à un individu B dépend bien davantage de l'individu B que de l'individu A. Certes, A peut très bien réussir à se rendre déplaisant par un certain nombre de comportements qui, pour le coup, sont assez objectifs... mais je crois qu'il n'y a aucune suite précise de comportements verbaux et gestuels qui permettent de susciter à coup sûr (ou du moins à coup probable) le désir / l'amour de B pour A.
Il faut donc compenser cette absence de règle magique de l'attraction, par une vie sociale riche qui augmente la probabilité de rencontrer des gens à qui l'on peut potentiellement plaire.

En conclusion :

GreenPixie
> Voilà pourquoi j'ai créé ce fil de discussion : pour comprendre comment me rapprocher de telles personnes (+) , qui font bien partie de mon paysage affectif, depuis des années, et qui me troublent tout à la fois.

Comment t'en rapprocher ? Eh bien en t'en rapprochant :) Comment te rapproches-tu d'une personne qui t'intéresse intellectuellement ? En entamant des échanges intellectuels avec elle... Comment te rapprocher d'une personne qui t'intéresse affectivement ? En entamant des échanges affectifs avec elle.

Et à mon avis, si tu perçois un blocage, ce n'est pas parce que tu auras mal fait quelque chose (je pense d'ailleurs que tout timide soient certaines personnes, elles ne sont quand même pas en sucre...), ça sera simplement que cette personne n'est pas intéressée (au temps T en tout cas) par ce que tu lui proposes. Au moins saura-t-elle que tu es potentiellement intéressée par un échange affectif avec elle, et du coup, peut-être viendra-t-elle d'elle-même vers toi si elle change d'avis (enfin ça semble assez sensé).

#
Profil

Anarchamory

le vendredi 13 décembre 2013 à 23h35

GreenPixie
Or j'ai entendu de très nombreuses copines et femmes me dire qu'en matière d’approche et/ou de séduction (plus ou moins explicite), il était hors de question qu'elles fassent le 1er pas (pour différentes raisons, notamment : a) pour ne pas paraître pour une "fille facile" ; b) pour ne pas se prendre un rateau ; c) parce qu'elles sont trop timides ; d) parce qu'elles ne pensent pas mériter telle personne ; e) parce que la tradition veut que ce soit à l'homme de proposer, et à la femme de décliner ou d'accepter...)

Je pense que dans le milieu poly, lequel semble globalement assez anarchiste, féministe et pro-sexe, les points a), et e) doivent assez peu se rencontrer...

#
Profil

ScottBuckley

le samedi 14 décembre 2013 à 02h28

MetaZet
Je pense que dans le milieu poly, lequel semble globalement assez anarchiste, féministe et pro-sexe, les points a), et e) doivent assez peu se rencontrer...

... Hum, détrompe-toi MetaZet : certaines normes subies peuvent être aussi fortes (voire plus encore ?), chez certaines personnes, même dites " polys " . Certaines personnes pourraient, inconsciemment, chercher "le prince charmant" ou "sa princesse unique pour la vie" dans la diversité de ses relations plurielles et expérimentales. Cette période n'aurait alors été qu'une 'passade' .

Je ne suis pas sûr que beaucoup de femmes (et d'hommes) puissent se libérer facilement par exemple du surpoids de cette fichue et vrraiment stupide tradition qui dit que "dans la séduction, c'est à l'homme de faire le 1er pas".
En tant qu'homme, cette tradition me pèse lourdement, plaçant sur moi la responsabilité de presque tous les démarrages de premiers pas vers des femmes, or je rejette la domination masculine, y compris ici.

En +, cette tradition crétine et sexiste est limite insultante pour les personnes homos, car comme le dirait une belle amie : entre deux femmes, ou entre deux hommes, qui devrait se conformer à cette "tradition" dominante pour séduire ? La personne la plus "masculine" ? La "butch" par exemple ? A bas cette tradition, qui place la femme en position d'attente passive, qui lui interdit de choisir qui elle veut Vraiment et (pro)activement : une tradition à déconstruire petit à petit et à abolir.

A mes yeux, il n'y a que les exemples concrets et vraiment très précis qui me parlent, des vécus, les vôtres, dessinés jusque dans des détails, les notes de tête de parfums...

A ce jour, et de plus en plus, quand on me donne des conseils sous la forme de ' généralités ' (larges, pas précis, valables soi-disant pour tout le monde), ça ne me parle pas ou très peu, car je me reconnais de moins en moins dans la "norme" affective officielle, norme qui prétend trop souvent être "la bonne et la seule" (ex. : le monoamour, exclusif). Le pire absolu étant quand on fait passer une norme culturelle historique pour quelque chose de " naturel " : là je dis très vite stop! , car la Nature n'a pas d'intention.

C'est comme si on me disait " Oh vous savez les gens sont ainsi " , " Oh mais les gens sont peureux " (sic), etc. : cela inclut trop de millions de personnes différentes et toutes uniques, cette terrible expression indivisible " Les Gens " qui me donne des frissons négatifs quand je l'entends à présent.

Je l'ai trop entendue, elle a déjà pû me contaminer (dans ma manière de penser & m'exprimer, par le passé), et je n'en veux plus dans les conversations que je partage, car elle est négative, fausse, déresponsabilisante (ce serait "la faute des autres", pas de soi), et donc destructrice.

Idem : quand je parle de relations affectives subtiles, en mouvements intérieurs de chaque côté, si on me dit : " pour aller à la montagne, vas-y en voiture ou en train ", ça ne me parle pas, car je ne parle ni de véhicules motorisés, ni de montagnes, ni même d'animaux : je parle d'ami-es proches et de nouvelles connaissances.

Et je ne cherche Surtout Pas de "formule magique / générale" (ça n'existe pas à mes yeux).

Car non, je ne suis pas d'accord, l'art de relationner que je recherche ici n'a Rien d'une partie de Jeux de dames, ni d'Echec & mat, ou de petits chevaux : l'image est fausse, à mes yeux, car je ne cherche pas une "stratégie" pour "gagner" (je laisse ce genre de choses aux mecs fans de "seduction coaching", méthodes techniques que je n'aime Pas), je ne cherche pas à "avoir" ; je cherche à être, à relationner différemment, à travers des arts expressifs, non verbaux et/ou verbaux, pour se rapprocher subtilement d'êtres aimés.

Please, ne me dites pas "comment je devrais faire", > Mais plutôt : comment vous avez fait concrètement(+) , dans tel cas précis (au début d'une grande et.ou intense relation, par exemple), ce sera mille fois plus parlant (+) , pour moi.

Côté comparaisons, je suis plutôt dans un univers créatif, artistique, interactif, pictural, mélodique, avec des relations uniques (en série limitée à un seul exemplaire) qui se tricotent, se colorent, se défont, se relient entre elles... des fils de pelotes de laine & de couture, des écharpes relationnelles....

Un choix de matières très vastes, mouvantes, mais presque infini, et du coup troublant.

C'est un nouvel art de relationner que je recherche, à travers mille et un exemples affectifs concrets, qui m'inspireront mes propres prochains pas, pour mieux ' apprivoiser ' mes relations affectives ( façon Petit prince et renard de Saint Exupéry < quel chef d'oeuvre ce livre ! ) , pour mieux apprendre à les connaître.

Dites-moi ( s'il vous plaît :-D ) quelles couleurs & nuances, quels mots précis, quelle ambiance vous avez créé, à tel moment, à un ou deux et +, pour voir évoluer telle relation affective subtile, et je me construirai ma propre gamme de couleurs et nuances, de formes d'expressions uniques, adaptées, en m'inspirant librement de vos expériences concrètes.

Pour me toucher, il faut me parler d'exemples vécus, de freins ressentis, de scènes colorées, dessinées, de trucs & astuces subtiles qui ont marché pour vous, non pas pour "gagner", mais pour avancer, évoluer.

Ainsi, l'exemple de ' la main sur le dos ' de bodhicitta8 (même s'il est trop brièvement décrit à mon goût) me parle : merci ! :-D , car je vois exactement quelle forme d'expression elle a utilisé (un geste, non verbal, avec un aspect tactile, sur le dos...), dans un cas précis, et en quoi cela a pû la toucher, cette forme de langage là.

En espérant ne pas avoir été trop bavard ( sorry :-/ ) , et en souhaitant avoir éclairci ma recherche de témoignages, puis plus tard votre cheminement...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

oO0

le samedi 14 décembre 2013 à 03h32

GreenPixie
Or j'ai entendu de très nombreuses copines et femmes me dire qu'en matière d’approche et/ou de séduction (plus ou moins explicite), il était hors de question qu'elles fassent le 1er pas (pour différentes raisons, notamment : a) pour ne pas paraître pour une "fille facile" ; b) pour ne pas se prendre un rateau ; c) parce qu'elles sont trop timides ; d) parce qu'elles ne pensent pas mériter telle personne ; e) parce que la tradition veut que ce soit à l'homme de proposer, et à la femme de décliner ou d'accepter...)


Si je puis me permettre, GreenPixie, les nombreuses personnes qui te disent cela n'iront pas bien loin. Un jour, lassé d'entendre ce genre de propos, je me suis permis de les contredire avec amie en qui j'avais assez confiance que pour le faire. (Une amie à propos de laquelle je me suis posé les questions que tu te poses.) Sa réponse m'a complètement surpris. Faute de faire ce premier pas, elle avait parfois le sentiment de ne pas avoir choisi les hommes de sa vie, juste eu le choix de personnes qu'elle n'aurait pas choisie si ces personnes ne l'avaient pas choisie. Bref, elle avait l'impression de n'avoir vécu que des relations de second choix.

Pour ma part, je trouve amusant de démonter les arguments cités ci-dessus. Je me contenterai du premier.

a) Pour ne pas paraître une fille facile ? C'est quoi cette image des hommes qui prennent les filles qui font le premier pas pour des filles faciles ?!? Oui, il y en a, mais est-ce une raison pour que ce soit cette image qui prévalent des hommes ? Non seulement, ce préjugé est aussi insultant que blessant pour un homme, mais incohérent : les hommes qui cherchent des filles faciles n'attendent pas qu'elles fassent le premier pas. Bref, par peur du loup, elle se donne deux fois plus de chances que le loup ne les croquent sinon plus encore. L'incohérence de ce préjugé ne plaide pas en leur faveur, mais en plus son caractère insultant voire blessant n'invite pas à faire le premier pas, tout au contraire, à faire un pas en arrière. C'est ce que je fais pour ma part peu importe la qualité de la personne que j'ai en face de moi : je n'ai aucune envie de passer mon temps à lutter contre des préjugés - lutter n'est pas relationner.

Enfin, je ne passe mon temps à démonter ce genre d'arguments qu'avec des personnes proches, pas des personnes que je rencontre : l'argumentation passe pour de la manipulation. Pour ces personnes proches, je constate que chaque fois qu'elles affrontent ce qui sont des peurs (a, b, c, d, e, etc.), elles prennent leur vie en main : elles obtiennent des réponses aux questions qu'elles se posent même si ce n'est pas celles qu'elles auraient préférées. Et lorsque c'est la réponse qu'elles souhaitaient, ce n'est qu'en continuant à faire le premier pas que leur relation évolue.

Le premier pas, une question comme la question de l'oeuf et de la poule.

Pour revenir encore une fois à ces personnes proches, je constate qu'elles attendaient souvent que l'autre fasse le premier pas alors que l'autre avait fait son premier pas même si ce n'était pas le premier pas attendu. Quel pouvait être le premier pas qu'elles attendaient, elles ne le savaient d'ailleurs même pas. C'est moi qui devait leur faire remarquer que la personne avait déjà fait au moins un pas vers elles et que c'était à leur tour d'en faire un pour que ça marche. La question n'est pas de faire le premier pas, mais simplement de faire le pas que l'on se sent capable de faire et de voir si l'autre nous emboîte le pas ... ou pas.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

oO0

le samedi 14 décembre 2013 à 03h36

GreenPixie
Il va de soi que les personnes pour qui tout va très bien et qui n'ont aucun souci de ce côté là ne sont peut-être pas concernées par ce fil de discussion... quoique !  : je parie qu'autour d'elles il y a des ami-es qui leur ont confié des expressions de sentiments difficiles, des évolutions pas évidentes, des tournants relationnels pas évidents à négocier à 45° ou 90° (en évitant les virages à 180° ou autre qui nous envoient dans le décor).

Il faut pouvoir être capable de faire un virage 180° car ce peut être le pas suivant pour l'autre personne. Il faut juste ralentir l'allure et c'est tout à fait possible de prendre ce virage à 180°.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

oO0

le samedi 14 décembre 2013 à 07h06

GreenPixie
Je me reconnais assez bien dans son caractère puzzle & multi facettes, car elle ne sait pas toujours comment elle réagira à telle proposition audacieuse précise, en fonction du contexte, et qu'elle évolue malgré tout sans peur vers des chemins inconnus, sans trop d’a priori ni cases préjugées.

Une partie de son ' soi intérieur ' ET de ses relations sont imprévisibles. Là où certaines personnes mettraient des ' stop ! j'ai peur : on recule et on reste en mode statu quo linéaire ! ', elle se & nous questionne, écoute, argumente, réécoute, évolue, et avance à pas de chat, tantôt calme et posée, tantôt hyper sociable & avec toujours une personne unique en tête ou un réseau avec qui te mettre en lien : elle m'impressionne agréablement, et j'en suis très admiratif.

Et elle est loin d'être la seule de mes relations à avoir ce côté multi facettes, une belle personne et avec malgré tout ce côté iceberg, en grande partie immergée, telle une montagne que l'on voudrait approcher sans savoir par quel côté l’aborder.

> Voilà pourquoi j'ai créé ce fil de discussion : pour comprendre comment me rapprocher de telles personnes (+) , qui font bien partie de mon paysage affectif, depuis des années, et qui me troublent tout à la fois.

L'autre est un miroir, ce que tu peux reconnaître de toi chez elle peut peut-être l'aidée autant à se connaître que te connaître.

Reste que ce que tu écris, ici, est typique de ce qui devrait être adressé à la personne concernée, mais dont les mots pour en parler ne se trouvent qu'en s'adressant à des tiers. Le point de vue que tu peux avoir sur elle ne peut sûrement que lui faire du bien. Tu serais étonné de la différence entre le point de vue qu'une personne peut avoir sur elle et le point de vue que les autres ont sur elle. Ce point de vue peut être encourageant car, généralement, le point de vue de soi sur soi se concentre le plus souvent sur ce qui ne va pas chez soi. De même, cela peut lui faire du bien de sentir qu'elle a une place dans ton paysage affectif même si c'est plus de place qu'elle peut en occuper.

Je peux aussi complètement me tromper :-D

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

bodhicitta

le samedi 14 décembre 2013 à 10h13

GreenPixie
Ainsi, l'exemple de ' la main sur le dos ' de bodhicitta8 (même s'il est trop brièvement décrit à mon goût) me parle : merci ! :-D , car je vois exactement quelle forme d'expression elle a utilisé (un geste, non verbal, avec un aspect tactile, sur le dos...), dans un cas précis, et en quoi cela a pû la toucher, cette forme de langage là.

Hum désolée, j'suis vite allée au lit fatiguée...
Je vie mes relations en prétant une grande attention à l'harmonie qu'il y a dans cette relation et ça trés consciemment en ce moment beaucoup de mes refléxions tournent autour de l'harmonie.
Si je fait rentrer quelque chose de nouveau dans la relation, touché, discutions intimes, autour du plaisir etc... Je vois alors comment réagit cette harmonie.
un peu comme

MetaZet
Comment t'en rapprocher ? Eh bien en t'en rapprochant :) Comment te rapproches-tu d'une personne qui t'intéresse intellectuellement ? En entamant des échanges intellectuels avec elle... Comment te rapprocher d'une personne qui t'intéresse affectivement ? En entamant des échanges affectifs avec elle.

Quand au contact physique (main dans le dos ds exemple) bin quand le courant passe, que les énergies circulent, ça active trés souvent les rouages de l'amour et la sensualité.
Le touché est un peu comme un robinet qui peut laisser couler tout les désirs
Dans mon cas (toucher un ours) j'ai bien fait attention qu'il n'ait pas l'impression qu'il y a un retour obligatoire, enfin une réaction cherchée. Vraiment aucune obligation, tout est possible, méme 360°... sinon il ne pourrait pas prendre conscience que lui (aussi) veut ce rapprochement.
Mon exemple de main dans le dos, n'oblige pas à une réaction en retour, on peut facilement ignorer une main dans le dos. Par contre il y a bel et bien un contact, qui aura p t etre "besoin" d'étre réanimé... si l'envie s'en fait sentir

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

bodhicitta

le samedi 14 décembre 2013 à 11h07

GreenPixie
Côté comparaisons, je suis plutôt dans un univers créatif, artistique, interactif, pictural, mélodique, avec des relations uniques (en série limitée à un seul exemplaire) qui se tricotent, se colorent, se défont, se relient entre elles... des fils de pelotes de laine & de couture, des écharpes relationnelles....

Un choix de matières très vastes, mouvantes, mais presque infini, et du coup troublant.

C'est un nouvel art de relationner que je recherche, à travers mille et un exemples affectifs concrets, qui m'inspireront mes propres prochains pas, pour mieux ' apprivoiser ' mes relations affectives ( façon Petit prince et renard de Saint Exupéry < quel chef d'oeuvre ce livre ! ) , pour mieux apprendre à les connaître.

chez les ours aussi je tricote et en méme temps on discute, on dévoile une part d'intimité...
Cette diversité de forme qu'elle peut prendre, oui est 8infini8 et ça ne me fait pas peur! bien au contraire! et ça ne me trouble pas car ça m'aide à etre dans le présent... et etre attentive à l'harmonie...
j'ai pas "carpe diem" graffé sur ma maison pour rien...
et le petit prince, on me le lisait au lit petite pour m'endormir, depuis je l'ai tjs...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Anarchamory

le samedi 14 décembre 2013 à 11h17

Voilà, 100% d'accord avec bodhicitta (je parle surtout du message de 10h13). C'est un peu le principe du kino, un des rares trucs qui me paraît sensé en coaching de séduction, sauf que je dirais qu'il ne faut pas le calculer/préméditer. Par contre, je pense qu'on est nombreux à être inhibés dans la mise en œuvre de cette communication tactile et émotionnelle, à cause de représentations erronées. Et on est nombreux —mais peut-être un peu moins, et surtout de prime abord— à s'en offusquer, si on en est l'objet. Donc, du coup, il y a sans doute une forme de déconditionnement à opérer. Il faut s'entraîner à laisser parler extérieurement ce que l'on ressent intérieurement, et il faut aussi, en même temps, parvenir à doser cette expression en fonction des réactions de la personne en face. Au début, cela peut paraître un peu artificiel, mais après, cela devient une deuxième nature. Idem pour la personne en face, qui peut d'abord se demander ce qui nous arrive et ce qu'il lui arrive, mais qui, normalement, devrait finir par se laisser aller au fur et à mesure. Je pense que beaucoup de gens (*) ne sont pas rétifs à des calinoux quand ils comprennent qu'ils ne sont pas des demandes pour plus, qu'ils sont libres de les refuser sans que cela crée de malaise, qu'ils sont libres de les accepter mais de refuser davantage, sans que cela crée de malaise, etc.

Je pense aussi qu'une sorte de kino verbal est envisageable. Quand je me sens en confiance avec quelqu'un, et que je l'apprécie, je n'hésite pas à le lui dire, à lui exprimer l'affection que j'ai pour lui, à le complimenter sur les qualités que je lui trouve ; si je trouve qu'une femme est belle, charmante, et que j'ai un minimum confiance entre notre relation amicale, je le lui dis, je ne garde pas cela pour moi. Bon, je ne le dis pas forcément "brut de décoffrage", mais je le fais comprendre. Parfois, cela peut susciter le trouble, voire une forme de "raidissement" parce que cela a été perçu comme une demande, et la personne en face se sent obligée, si elle ne souhaite pas (au temps T) répondre favorablement à cette demande qu'elle a cru percevoir, de faire une mise au point. A mon sens, ce n'est pas grave : on ne lui a rien demandé, il suffit de le préciser, et du coup, ça permet de détendre les tensions, et d'avancer. En effet, la personne en face finit par se lâcher aussi, à comprendre qu'elle peut m'exprimer son affection et son appréciation sans risque et sans peur. Je dis "quelqu'un", "une femme", "une personne", "on", etc. mais je te dis tout cela en pensant à un exemple vécu précis.

En conclusion, la relation a bel et bien évolué : c'est passé d'une relation plutôt classiquement amicale, à une relation amicale teintée d'affectivité.

(*) Beaucoup de gens, mais pas tous les gens, ou pas avec tous les gens.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

naturistes

le samedi 14 décembre 2013 à 12h56

combien d entre vous on lu le dernier livre de john irving(preque tous ses romans parlent du polyamour) le dernier "a moi seul bien des personnages" est bien dans la question. quand on aime un etre on peut lui apporter toutes les facettes dont il a besion mais il se peut qu il est des désirs multiples; le héros est amoureux a la fois d hommes, de femmes, de transexuels, de jeunes de vieux. personne ne peut le remplir completement
biensur c est un extreme faconné pour etre exemplaire; mais tous avons plus ou moins des desirs complementaires.
le polyamour n est ce pas accepter cela chez l etre que nous cherissons?

#
Profil

bodhicitta

le samedi 14 décembre 2013 à 13h38

MetaZet
Quand je me sens en confiance avec quelqu'un, et que je l'apprécie, je n'hésite pas à le lui dire, à lui exprimer l'affection que j'ai pour lui, à le complimenter sur les qualités que je lui trouve ; si je trouve qu'une femme est belle, charmante, et que j'ai un minimum confiance entre notre relation amicale, je le lui dis, je ne garde pas cela pour moi. Bon, je ne le dis pas forcément "brut de décoffrage", mais je le fais comprendre.

Je pense que là tu touches un point trés important.
Parceque ça donne confiance en soit de s'entendre dire qu'on fait du bien qu'on a un role dans la vie affective de l'autre et quelqu'il soit, qu'il fait du bien.
Certaines personnes ont peur de ne pas pouvoir "donner" assez à l'autre, préférent ne rien donner du tout de peur que ce ne soit pas assez.
bin de dire d'exprimer le fait que cette relation quelqu'elle soit apporte beaucoup de bien, reste libre d'évoluer, mais fait du bien. Aide à donner confiance en leurs possibilités de faire du bien, et donc faire du bien dans une relation et une distance qui leurs est encore confortable. De là la relation rentre dans une dynamique positive, on se fait du bien, on ose d'avantage, étre soit et à l'instant, sans aucune pression

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 18 décembre 2013 à 02h34

GreenPixie
pour ma part je suis en partie différent en fonction de l'environnement, de la ou des personnes qui se trouvent en face de moi, de ce qu'elle vient de traverser (un deuil, une rupture), de l'ancienneté ou fraîcheur de notre relation, de l’énergie lumineuse qu’elle dégage !...

Bah oui moi aussi hein !

Mais l'idée de "je fais évoluer la relation", ben malgré tout ça me pose problème. C'est juste ça que j'essayais de dire !
Pardonne-moi si je me suis mal exprimée (je ne dors pas en ce moment, comme tu l'as sans doute remarqué), je n'ai jamais dit que c'était facile pour tous !

Mais que je ne comprends vraiment pas en quoi on peut se poser la problématique ainsi...ou qu'en tout cas, ça me gêne.

En fait ça rejoint ce que dit MetaZet sur la vision "joueur de dames". Tel que tu l'as formulé initialement, ça me fait vraiment penser à certaines personnes qui veulent à tout prix "séduire" telle ou telle personne...alors qu'on n'a pas le contrôle sur l'autre ! Ca m'évoque la manipulation (dont j'ai trop souvent été victime, du coup je réagis ptet un peu vivement, désolée, chat échaudé, tout ça...).

Cela dit :

GreenPixie
l'art de relationner que je recherche ici n'a Rien d'une partie de Jeux de dames,

Je pense que MetaZet l'avait bien compris, quoiqu'il en soit c'est l'impression que nous donne ta première formulation.

---------------------------------

MetaZet
Être soi-même, je ne pense pas que ça soit équivalent à se connaître

Suis d'accord.

MetaZet
Quand tu conduis une automobile, tu n'es pas en train de conscientiser chaque geste que tu fais (tourner le volant, débrayer, enclencher la vitesse, mettre le clignotant, appuyer sur l’accélérateur, freiner, etc.) avant de l'accomplir

Moi si...mais bon, moi je ne sais pas (plus) conduire ! :P

En fait GreenPixie cherche des cours de conduite ! Ah j'ai compris :) ! Merci MetaZet ! C'est ça en fait !

Pour nous ce sont des automatismes, mais lui il ne sait pas interagir avec les autres, il a besoin d'apprendre ?

Je ne rigole qu'à moitié...je me demande dans quelle mesure cette comparaison n'est pas pertinente.

---------------------------------

GreenPixie
notre ' je ' et ses règles changent en permanence

Je ne peux qu'être d'accord...!

---------------------------------

GreenPixie
j'ai entendu de très nombreuses copines et femmes me dire qu'en matière d’approche et/ou de séduction (plus ou moins explicite), il était hors de question qu'elles fassent le 1er pas

Ah, je trouve ça dommage.

Je suis une extraterrestre pour ma part :P :

GreenPixie
a) pour ne pas paraître pour une "fille facile" ;

Je dois être une fille facile...

GreenPixie
b) pour ne pas se prendre un rateau ;

J'en ai pris un certain nombre, et je suis encore vivante (wouhou) ^^
Tu peux répandre la nouvelle ;)

GreenPixie
c) parce qu'elles sont trop timides ;

Je dois pas être trop timide... ;)

GreenPixie
d) parce qu'elles ne pensent pas mériter telle personne ;

Ca va, je me suis guérie de ça (enfin je crois). Même que je pense pouvoir mériter plusieurs personnes :P :D

GreenPixie
e) parce que la tradition veut que ce soit à l'homme de proposer,

Ah, la tradition. J'en ai mis une partie à la poubelle, je le crains.

GreenPixie
comme le dirait une belle amie : entre deux femmes, ou entre deux hommes, qui devrait se conformer à cette "tradition" dominante pour séduire ?

Ouais, je suis d'accord avec toi hein.
Bon, j'ai eu la chance (?) d'être éduquée (pas forcément explicitement, mais au moins implicitement) dans l'idée que "si tu ne fais pas la démarche, les autres ne le feront pas pour toi : c'est à toi d'oser". Et on m'a inculquée cette idée bien que je sois une femme.

Du coup, si un être me plaît, homme, femme, chat ou autre, ben je m'en rapproche...en m'en rapprochant. Je me suis pris pas mal de râteaux de la part de pas mal de chats d'ailleurs ^^ !
Mais ça va, j'ai survécu, puis maintenant je suis habituée ! A bien y réfléchir, le harcèlement de rue dont on parlait ailleurs...je le vis de la part de beaucoup d'hommes, mais en fait moi je harcèle les chats !!!
Tiens, j'y avais jamais pensé sous ce jour-là. (En plus je suis un peu comme certains hommes avec les femmes : tous les chats me plaisent ! Bref... :P )

GreenPixie
A bas cette tradition

Nous sommes bien d'accord !

---------------------------------

GreenPixie
qu'est-ce que je ressens pour cet être aimé ? vers quelle relation je voudrais tendre ? comment lui dire ? [...]comment cet être aimé a perçu ce que je lui ai exprimé, au fur et à mesure de nos échanges, de nos rencontres ? quel est le prochain pas que je pourrais amorçer ?

Oui, ça ce sont de bonnes questions je trouve. Ca me semble très constructif, bien plus que ta formulation initiale.

Je le redis, ce n'est pas du tout la démarche qui me gêne, et comme je l'ai dit dans mon tout premier message, j'ai peut-être mal interprété en première lecture (cela dit je pense qu'on peut facilement interpréter ainsi, d'où l'intérêt de soulever le problème, et tu vois, MetaZet avait compris comme moi...).

Je trouve en effet très intéressants les nouveaux questionnements que tu proposes. Par contre pour ça je n'ai pas de recette miracle, car je sais juste que...je le fais.
Je me pose les questions que tu as écrites plus haut, et j'y trouve mes réponses, celles qui conviennent, à moi, à l'autre (si possible, car je peux toujours faire des erreurs d'appréciation !) et à la situation.

Bon, tu le reconnais toi-même :

GreenPixie
je ne cherche Surtout Pas de "formule magique / générale" (ça n'existe pas à mes yeux).

Mais...du coup, je ne vois pas encore tout-à-fait l'intérêt de ce fil, dans sa formulation actuelle. Si ce n'est de poser clairement les questions. Parce que chacun aura une réponse individuelle, particulière et mouvante (qui change en fonction du temps et des personnes en présence, notamment). Pas de réponse générale, comme tu le dis si bien...pourtant, c'est à mon sens ce qu'induit le titre de ton fil et son contenu initial.

En passant...wow, la personne que tu décris, je trouve qu'elle me ressemble ^^
Mais en fait, on est pas tous et toutes un peu comme ça ? Multi-facettes ? (Et j'ai aussi le côté iceberg. Un très gros iceberg. Même si certains gagnent le droit de voir sous la surface, et pas d'autres ;) )

GreenPixie
Voilà pourquoi j'ai créé ce fil de discussion : pour comprendre comment me rapprocher de telles personnes (+)

Euh....bah je le redis : c'est une formulation qui me fait penser que tu cherches des conseils "standard". (Oui j'ai bien compris que tu dis que ce n'est pas le cas...)
Je pense que tu te poses les bonnes questions et que c'est à toi d'y trouver tes réponses. Ce fil a le mérite de mettre en lumière le questionnement, ensuite à chacun de se l'approprier et d'en faire quelque chose ?

Les questions, sont parfois plus importantes que les réponses...non ? ;)

Je t'avouerais que par le passé (plutôt lointain, genre à l'adolescence) je me suis posée de tels dilemmes : "Comment me rapprocher de telle personne ?".
J'ai demandé des conseils. On n'a pas pu me donner de recette, ni même de vraie piste (et ce bien qu'on m'ait donné des vécus concrets). J'ai fini par trouver mes réponses.

Peut-être que c'est pour ça que je ne vois pas ce qu'on peut développer sur le sujet tel que tu l'as initialement proposé.

Pour se rapprocher, il y a le physique, le verbal...et d'autres choses sans doute (j'en oublie forcément, je suis fatiguée) ? Il s'agirait de choisir l'un ou l'autre (ou encore un autre mode) en fonction de ce qu'on "capte" de la sensibilité de la personne, de son fonctionnement ? Puis, de là où tu te sens à l'aise aussi...moi, j'ai tendance à favoriser le verbal, du moins dans un premier temps. Soit en m'exprimant "cash", directement, soit par sous-entendus...

Le physique, ça rejoint l'exemple pris par bodhicitta plus loin :

bodhicitta8
on peut en faire passer des trucs dans une main sur le dos...

---------------------------------

GreenPixie
oh non je n'oublie pas ' l'autre '

Cher GreenPixie, te connaissant, j'en suis certaine ;)
Mais ta première formulation me semblait ambigüe en ce sens, alors j'ai préféré souligner cette ambigüité.
Les gens qui lisent ne te connaissent pas tous ! Donc c'est aussi bien que cela soit dit et précisé clairement je trouve ! :)

GreenPixie
je dis simplement que ça part souvent d'abord de soi,

Ben, l'autre est un autre soi (enfin, il n'est pas toi, mais il a un "soi" lui aussi) ! Donc ça peut aussi partir de l'autre !

Statistiquement, il est vrai que pour un homme qui souhaite entrer en relation avec une femme, ça va plus souvent "partir de" l'homme, pour les raisons que tu évoques plus haut... bon mais du coup, pour une femme, le "ça part souvent d'abord de soi" devient potentiellement faux !

Après dans l'absolu, même si tu as une femme en face de toi, ça peut partir d'elle aussi bien que de toi.

---------------------------------

GreenPixie
je cherche des témoignages & retours d'expériences de personnes qui, face à une situation de relation affective
assez précise, ont réussi à progresser

Ben, ça m'est arrivé à de nombreuses reprises (enfin, si je comprends ce que tu veux dire, parce que toi, tu restes dans le vague), et ce qui a joué est évoqué sur un autre fil auquel j'ai répondu récemment : c'est la triade du temps, du dialogue et de la patience :)

Tout simplement (oui bon désolée, c'est peut-être compliqué pour certains, alors que c'est une vision simple pour moi, ce qui ne veut pas dire que ce soit facile, ce sont deux choses différentes !).

Je plussoie donc bodhicitta :

bodhicitta8
c'est le temps qui aide, j'ai rien trouvé de mieux

GreenPixie
Ou sont restées bloquées

Bah, si l'on peut dire, je suis bloquée dans une relation "amicale" où la personne (beaucoup plus jeune que moi) m'a dit être dérangée par l'écart d'âge entre nous. Mais connaissant cette personne, je suis assez persuadée qu'en fait il n'y a pas de désir de son côté. (D'aller "plus loin" que la relation actuelle.)

Du coup, je ne sais pas si ça rentre dans tes critères : je suis "bloquée" dans le sens où si ça ne dépendait que de moi, la relation prendrait une autre tournure, probablement. Mais je ne suis pas bloquée, dans le sens où ce n'est pas parce que l'autre s'interdit ou n'ose pas...

...ou bien, si c'est vraiment le cas, pour l'instant la personne n'est pas "mûre" pour ce type de relation avec moi, et je respecte ça (l'histoire du consentement, tout ça, mais je ne t'apprends rien ;) ).

---------------------------------

GreenPixie
A mes yeux, il n'y a que les exemples concrets et vraiment très précis qui me parlent, des vécus, les vôtres, dessinés jusque dans des détails, les notes de tête de parfums...

C'est bien gentil, mais tu postes un sujet vague, général, et tu demandes des exemples précis, concrets aux autres...

Pour ma part (mais c'est personnel), j'y ai ressenti une incohérence. Je vais essayer d'expliquer.

Est-ce que si tu pars de ton exemple concret, tu n'as pas plus de chances de récolter d'autres témoignages concrets ?

Pour ma part en tout cas, il me semble que je fonctionne pas mal ainsi : j'ai plus de probabilités de répondre à quelqu'un par du "général" quand il énonce du "général", et par du particulier quand il énonce une situation particulière. C'est un peu du donnant-donnant, si tu veux ; une réciprocité, un équilibre.

Tu ne t'exposes pas, tu comprends. Et tu voudrais que nous, on s'expose ? C'est ça que je ressens.

Il y a quelques mois à peine, un ami (cette étiquette ne convient pas, mais je simplifie) se disait touché que je lui confie des pensées, ressentis, vécus etc. très personnels.
D'autant plus que nous ne nous connaissions pas depuis longtemps. Je lui ai rétorqué : "C'est toi qui as commencé !". Ce qui était vrai. :)
C'était lui qui avait commencé à me parler, aller vers moi. Bon, ça m'est arrivé de spontanément faire des confidences à quelqu'un qui ne m'en avait pas faites, mais là, il se trouve que ça s'est plutôt passé dans l'autre sens.

Alors, tu peux nous proposer ta situation concrète, prénoms (modifiés si tu veux) et situation(s) précise(s) à l'appui...

...ou bien poster un nouveau fil sur le forum, en demandant "Comment faire évoluer ses fils de discussion ?" ^^ :D

Car oui, j'ai le sentiment que c'est un peu le problème. Tu veux que ton fil évolue, sans y mettre de toi-même (du vrai toi, du vécu concret). Que les autres y mettent des bouts d'eux-mêmes que toi, tu refuses de mettre.

Je me plante peut-être complètement hein, mais je le ressens comme ça. Je ne me sens pas forcément d'être hyper concrète, hyper spécifique et précise, pour répondre à quelqu'un qui lui n'a pas "misé" de la même façon...

Bref, je ne sais pas si c'est clair, j'espère que oui.

Puisque tu dis :

GreenPixie
je ne cherche Surtout Pas de "formule magique / générale" (ça n'existe pas à mes yeux).

Ca n'existe pas non plus aux miens (et je l'ai dit plus haut).
Alors, sois spécifique ! Le titre de ton fil, sa formulation première, me conduisent justement à penser que c'est ce que tu cherches...
(Oui, je sais pour te connaître un peu que ce n'est probablement pas le cas, mais c'est une raison de plus que ça me gêne de le comprendre ainsi, et je n'ai pas été la seule.)

---------------------------------

GreenPixie
je cherche à être, [...] pour se rapprocher subtilement [...]

Là, ça me pose un problème. Même si je sais pas bien formuler. Et si tu cherchais juste à être ? Point. Pas "pour se rapprocher", non. Juste "être". Et on s'arrête là. Tu as déjà essayé ?

Car tu as beau t'en défendre, tu retombes dans une formulation qui me fait penser à tous ces "coachings séduction" que tu rejettes (autant que moi probablement)...

Je crois qu'on est d'accord, dans la vie il est question d'être. Se rapprocher pour moi, bien sûr c'est agréable (et ça arrive souvent), mais c'est superfétatoire. Si si.
Bien sûr qu'en étant on peut se rapprocher. C'est même comme cela que ça arrive selon moi. Mais je ne cherche pas à "être" pour me rapprocher...je ne sais pas si tu vois la nuance ?

Dans chaque instant je m'efforce d'être. Etre présente, être à l'écoute (des autres et de moi). Que je sois seule ou avec d'autres d'ailleurs.

Donc ta question c'est quoi ? "Comment être ?"

GreenPixie
ne me dites pas "comment je devrais faire", > Mais plutôt : comment vous avez fait concrètement

Et toi ? Comment tu as fait ? Concrètement ? (J'entends, même si ça n'a pas marché.)

Comment espères-tu qu'on te donne la recette de notre soupe aux champignons si tu dis juste vaguement que tu t'intéresses à la cuisine ? Tu vois ce que je veux dire ? Sois plus spécifique, toi aussi. Les autres le seront...

GreenPixie
Pour me toucher, il faut me parler d'exemples vécus,

C'est bizarre mais...moi aussi. Alors vas-y, commence. :)

GreenPixie
Ainsi, l'exemple de ' la main sur le dos ' de bodhicitta8 (même s'il est trop brièvement décrit à mon goût) me parle

Pour ma part, ton message n'aborde pas un questionnement assez personnel à mon goût. Même si hein, je suis persuadée que c'en est un. Mais je ne le vois pas, je ne le ressens pas, je ne sais pas quoi répondre. Tu restes dans le vague, alors moi aussi. Et bodhicitta aussi (bien qu'elle soit déjà bien plus précise que nous).

---------------------------------

bodhicitta8
Quand au contact physique (main dans le dos ds exemple) bin quand le courant passe, que les énergies circulent, ça active trés souvent les rouages de l'amour et la sensualité.

"Les rouages de l'amour" je ne sais pas (je ne suis pas sûre de ce que tu veux dire, bodhicitta) mais la sensualité, je plussoie... (+)

Pour ma part je ne suis pas tactile au premier abord avec les gens, donc très souvent le contact physique n'est pas ce qui vient en premier chez moi, j'utilise plus fréquemment la parole. Question de conditionnement probablement, comme l'évoque MetaZet.

Et je plussoie bodhicitta pour finir, parce que ce qu'elle dit c'est trop bien ^^

bodhicitta8
Certaines personnes ont peur de ne pas pouvoir "donner" assez à l'autre, préférent ne rien donner du tout de peur que ce ne soit pas assez.
[...]exprimer le fait que cette relation quelqu'elle soit apporte beaucoup de bien

Ca, je l'ai exprimé à un ami il y a des mois de cela...et il s'est dit très touché. Je lui ai écrit, en fait. Sur du papier (tiens voilà, y a le verbal, le physique, et parmi ce que je n'avais pas encore cité, il y a l'écrit ; et c'est pas pareil de donner/envoyer des écrits papiers, qu'un email ou un message instantané !).

Notre relation continue d'évoluer. Je sais que très probablement (on va dire 99.999...%) cette relation en restera "au stade de l'amitié" (ami exclusif et "pas intéressé"). Ce qui n'empêche qu'elle évolue. Et qu'elle me rend heureuse. Et que je peux confier à cet ami tous mes secrets de poly...si c'est pas un bel exemple d'ouverture, de relation riche et positive et...je ne trouve pas tous les mots...avec une personne qui ne partage pourtant pas les mêmes convictions amoureuses/relationnelles !

#
Profil

ScottBuckley

le mercredi 18 décembre 2013 à 11h04

Bonjour à vous,

et Merci déjà pour vos messages, vraiment.

Juste quelques mots pour dire :

- Oui, LuLutine, ce serait en effet peut-être plus facile pour toi de comprendre mon questionnement précis, si je me dévoilais davantage ( ... sur un forum public...) ....

.... Mais nous avons notre part d'opacité paradoxale ! , n'est-ce pas ?

Et Siestacorta a assez largement dit ce que je pensais et ressentais à ce sujet ( merci à toi Siesta pour ta franchise et lucidité :-D ) , je partage beaucoup son point de vue :
/discussion/-DA-/Notre-opacite-paradoxale/

Comment réduire cette part d'opacité ici ?

Faut-il se créer d'autres pseudos, d'autres profils, changer les prénoms, le style d'écriture, la ville d'origine, et brouiller les pistes, pour pouvoir témoigner ici " en ligne / délocalisé / nulle part " sans pour autant risquer de se brouiller avec nos propres relations "IRL" / ' dans la vraie vie ' / localement ( = pas uniquement "en ligne") ?

En tout cas LuLutine, je te remercie aussi pour tes contributions et questions, qui ont le mérite elles aussi d'écouter et de chercher à creuser pour aller plus loin.

... Maintenant, comment moi et chacun-e de nous peut participer à chaque fil de discussion ici, en mettant peut-être un peu plus de soi (pour ne pas rester dans des discours généraux/théoriques, qui pour ma part ne me parlent pas toujours intimement, car me semblent ' désindividualisés ' ), sans en dire "trop peu" ni "trop" non plus ?

Vaste menu !

( quand j'arriverai à formuler de façon concise un nouveau message, pour réagir et/ou répondre notamment aux vôtres, je le ferai, dès que possible... là en cette fin décembre le temps me manque un peu plus... )

... mais je ne veux Ni de "cours théoriques généraux" Ni de "cours de conduite" (ô non!), Ni de "diktats/fais-ci fais-ça" .

En revanche :

. des sources d'inspirations,

. et/ou vos passages préférés du livre ' La Salope éthique ' , qui feraient écho ou répondraient en partie à ces questions-là,

. des liens vers des blogs ou autres sites que ce forum, que vous aimez, et qui répondraient en partie à cette recherche de vécus/évolutions de relations affectives / intimes / sans étiquette,

. et des témoignages (comme ceux de la brochure ' La fabrique artisanale des conforts affectifs '),

>> ça oui je suis + que preneur !

à bientôt donc (+)

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 18 décembre 2013 à 14h44

Tu dis que tu ne veux pas te dévoiler sur un forum public...et bien désolée de te dire que je trouve dans ce cas déplacé de demander aux autres de le faire.

Pour ma part j'estime être déjà allée très en détail (par rapport au fait que la lecture est publique, et d'ailleurs au moins une personne citée s'est reconnue, mais rien de négatif je te rassure :) ) et ne peux fournir plus.

Pour the Ethical Slut, je pense être allée moins loin que toi dans la lecture, pareil pour la fabrique des conforts affectifs...

Conclusion, pour ma part a priori rien à t'apporter d'autre ! On pourra discuter en privé si on se croise un de ces 4 ! :)

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 18 décembre 2013 à 14h48

lulutine
"Les rouages de l'amour" je ne sais pas (je ne suis pas sûre de ce que tu veux dire, bodhicitta) mais la sensualité, je plussoie... (+) // Notre relation continue d'évoluer. Je sais que très probablement (on va dire 99.999...%) cette relation en restera "au stade de l'amitié" (ami exclusif et "pas intéressé"). Ce qui n'empêche qu'elle évolue. // Bah, si l'on peut dire, je suis bloquée dans une relation "amicale" où la personne (beaucoup plus jeune que moi) m'a dit être dérangée par l'écart d'âge entre nous. Mais connaissant cette personne, je suis assez persuadée qu'en fait il n'y a pas de désir de son côté. (D'aller "plus loin" que la relation actuelle.)

quand je dis "Quand au contact physique (main dans le dos ds exemple) bin quand le courant passe, que les énergies circulent, ça active trés souvent les rouages de l'amour et la sensualité."
je veux pense qu'une main dans le dos peut apporter un tel, bien etre, soulagement, réconfort, que ça peut donner un nouveau point de vu sur le bonheur, sentiment de bonheur, que cette relation apporte. Je viens de parler de sentiments... de là ça peut aller loin.

Ton 1er exemple, évolue coté complice et qui sait comment la suite sera??
le 2éme ou tu dis qu'il y a un blocage "à cause de l'age" ... "ou bien, si c'est vraiment le cas, pour l'instant la personne n'est pas "mûre" pour ce type de relation avec moi, et je respecte ça"

Je ne pense pas que tu sois bloqué puisqu'il y a une relation entre vous, une dynamique, évolution
Pour que ça continue faut que les 2 membres de la relation soit honnétes avec eux méme et en soit.
C'est là que ça rejoint ce que je veux dire plus haut, de se rendre compte que l'on vie de façon agréable une main qui peut etre vécu de façon sensuelle, ou non, peut dévoiler des sentiments qu'il pensait bien avoir enterré.
Donc faut d'abord que la personne s'en rende compte, l'admette donc "analyse" ce sentiment et de là il peut devenir capable d'oser, laissé vivre une nouvelle dynamique

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion