Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Dis...c'est quoi l'amour ?

#
Profil

Marie-Georges

le vendredi 03 janvier 2014 à 05h53

Je me sens plutôt comme Aviatha. Une fois que quelqu'un est mon amiE, y'a pas vraiment de chance que ça bouge vers autre chose. Mais pour moi ce n'est pas immédiat. Avant ça, je peux éprouver un intérêt non identifié pour une personne, avec ou sans désir, et avec le temps ça peut muter en amitié, amour ou tout autre chose.

Le lien que je vois entre amitié et amour, c'est que je m'appuie sur le sentiment d'amitié pour vivre mieux les situations polyamoureuses. Pour chasser la jalousie qui vient alors qu'on l'a pas sonnée, je trouve que c'est plus facile d'imaginer un instant que mon mec c'est mon pote, ça me décentre un peu et je peux à nouveau voir clair dans ce que je veux, à savoir que je lui souhaite avant tout des trucs chouettes etc.

Sinon, j'ai pas de définition... Je trouve moins intéressant de définir l'amour ou l'amitié que de décrire précisément une relation entre deux personnes, dans son interaction et ses spécificités (cela dit je vais vous épargner ça). L'amour ça n'existe pas mais les amours, si !

#
Profil

LuLutine

le vendredi 03 janvier 2014 à 20h47

Marie-Georges
Je trouve moins intéressant de définir l'amour ou l'amitié que de décrire précisément une relation entre deux personnes, dans son interaction et ses spécificités

Pas faux.... :)

#
Profil

Pinklady

le vendredi 03 janvier 2014 à 22h16

Dis c’est quoi l’amour ?

Je crois qu’il faut tout d’abord faire la différence entre :
- l’amour, qui est le sentiment
- la relation
- les diverses manifestations de ce sentiment au sein de la relation.
Pour moi ce sont ces manifestations qui définissent le type de relation et parfois l’intensité du sentiment.
Je me suis aperçue que bien des relations souffraient du fait que je n’avais pas fait la distinction entre tout cela.
Je peux éprouver un sentiment d’amour pour quelqu’un mais ne pas réussir à entrer dans une relation qui me satisfasse avec cette personne. Néanmoins, je peux ou non garder ce sentiment d’amour. L’amour n’implique pas que je sois en relation ni que je manifeste à l’autre ce sentiment.

Mais c’est quoi l’amour me direz vous ?

Un sentiment.
Et qu’est ce donc qu’un sentiment ? Est-ce de l’attachement ?
L’attachement n’est pas de l’amour mais peut être une de ses manifestations. L’attachement d’ailleurs peut exister sans amour et être du à de la dépendance affective ou autre.

Un sentiment est un état affectif du à une émotion dit le dictionnaire.
On peut donc penser que ce qui crée l’amour entre deux êtres c’est ce que suscite l’autre chez nous émotionnellement.

« Quand décidez vous qu'une relation bascule du mode amitié en mode amour...qu'est ce qui distingue la relation amoureuse de l'amitié forte pour vous ? »

Pour moi il y a l’amour et après il y a une relation d’amour ou d’amitié qui se détermine en fonction de :
- l’intensité des émotions suscitées
- du type d’émotions (tel le désir charnel)
- des affinités communes

L’amour ainsi défini est lié à nos émotions ce qui explique bien des souffrances et des amours impossibles (ou plutôt des relations).
Si j’ai une difficulté psychologique qui me rend fragile émotionnellement je risque d’aimer quelqu’un qui va déclencher en moi une émotion qui vient répondre à ma souffrance. Le risque est de penser qu’en entrant en relation avec cette personne là je vais apaiser cette souffrance. Ce qui peut être le cas ou pas.
La relation devient alors pathologique.

L’entrée en relation étroite avec l’autre ne devrait pas à mon sens répondre à un besoin émotionnel. Toutefois je vais pouvoir me guérir de ma souffrance émotionnelle grâce au miroir que constitue l’autre dans une relation. Il y a donc un équilibre subtil à trouver et surtout une prise de conscience de ses failles , de ses attentes dans la relation pour ne pas se perdre , souffrir et faire souffrir l’autre qui lui n’a pas la connaissance de la problématique.
A mon sens le plus sage serait d’entrer dans une relation d’amour que quand j’ai réussi à apaiser mes souffrances, à m’aimer moi-même, à avoir une image de moi suffisamment positive pour ne pas tout attendre de l’autre et de la relation.
La relation d’amitié est bien plus favorable à cet étayage car moins impliquant, moins exclusive, moins perturbante émotionnellement.

Je ne parle ici que de l’amour entre deux êtres laissant l’amour universel ( de toutes choses de tout êtres) être défini par des gens plus érudits que moi.
Je peux juste dire que pour moi l’amour entre deux êtres est une « vibration » , une énergie qui circule entre eux . En ce sens, elle fait parti de l’amour universel que j’assimile à l’énergie vital qui circule en toute chose. Énergie que certains appelleront Dieu, Lumière… bref …

J’ai tenté ici de synthétiser ma vision de l’amour en lien avec ma spiritualité. Pour moi tout cela prend de la cohérence vu ainsi à la lumière de mes expériences de vie.

#
Profil

Marie-Georges

le vendredi 03 janvier 2014 à 22h34

gg0125
A mon sens le plus sage serait d’entrer dans une relation d’amour que quand j’ai réussi à apaiser mes souffrances, à m’aimer moi-même, à avoir une image de moi suffisamment positive pour ne pas tout attendre de l’autre et de la relation.

C'est quelque chose qui est communément admis, qui semble d'une logique implacable, mais que je ne partage pas. Quand on a vécu plusieurs dépressions, on n'a pas tellement envie de se finir en se disant que nos propres incertitudes sont responsables de notre solitude ou de nos échecs sentimentaux successifs. :-) Ne pas être d'accord avec ça a été pour moi un réflexe de survie mentale. En effet, je me disais que si je devais attendre de m'aimer moi-même pour vivre l'amour avec quelqu'un, je pouvais tout simplement d'emblée faire une croix sur l'amour. Donc en période célibataire et down, j'ai refusé de penser ça. En fait j'ai bien fait : j'ai rencontré quelqu'un qui m'acceptait comme j'étais, avec mes médicaments, et notre amour m'a sorti des antidépresseurs. <3

Alors l'amour, c'est aussi la rencontre de deux névroses en harmonie, dont les effets négatifs s'atténuent mutuellement. :-)

#
Profil

Pinklady

le vendredi 03 janvier 2014 à 23h24


Alors l'amour, c'est aussi la rencontre de deux névroses en harmonie, dont les effets négatifs s'atténuent mutuellement. :-)

Cela peut en effet . Mais j'ai aussi connu des dépressifs qui emportaient l'autre dans leur tourmente. Tout dépend de la connaissance que l'on a de sa problématique et donc du recul que l'on est capable de prendre pour ne pas mélanger son problème avec celui de l'autre , pour ne pas projeter sur l'autre ce qui n'est pas bref .. pour ne pas se mentir . Il faut juste être lucide sur le fait que la solution n'est pas dans l'autre mais en soi même.

#
Profil

Houba

le samedi 04 janvier 2014 à 03h06

Pour moi, le mot Amour est bien trop vague et le dictat de notre société a mis un enjeu trop fort sur ce mot brumeux.
Notre société, adorant gérer ses ouailles, veut des couples avec enfants, bien formatés et rangés dans des cases bien définies et fait donc tout ce qui est en son pouvoir pour renforcer ceci: Amour, communément, est lié a relation amoureuse / sexuelle / exclusive (couple) pour la majeure partie des citoyens et finalement, définit surtout un statut social.
Le bourrage de crâne fait par les séries TV, les films, les romans est constant sur ce sujet : jalousie, amour unique, mythe du prince charmant, La petite maison dans la prairie...etc...et tout ce qui est "déviant" a cette vision fait l'objet de séries...a cause de son fort pouvoir d'audimat uniquement ! On flatte le voyeurisme mais on n'oublie pas de renforcer les codes sociaux en vigueur...

Du coup, on dit plus difficilement un "je t'aime" a un-e ami-e très proche qu'a une relation "amoureuse". Ceci créé un schisme , une cassure entre la relation dite amicale et celle dite amoureuse.Et comme il y a cassure...on sent sent obligé de dire : "je viens avec MON amie" (oui, c'est bien la mienne a moi qui m'appartient personnellement !)...plutôt que "je viens avec une amie", histoire de bien faire comprendre a l'autre l'énorme différence de statut social...on renforce le système en soulignant cette cassure.
Je pense que toute relation "amicale" est susceptible de se développer en relation plus forte.
A mon sens, on aime...plus ou moins...et c'est tout.
Il faut juste garder à l'esprit que l'expression "je t'aime" a un sens par personne...et ne qualifie pas cet amour ! c'est comme si 2 personne se fixaient un rendez-vous...mais sans préciser le lieu et le jour...peu de chance de se rencontrer vraiment !
Alors au final, ne sachant que faire de ce mot "amour", de ce "je t'aime" que l'on ne pourra que difficilement lancer a son collègue de boulot que l'on apprécie beaucoup pour son humour et ses conversations, on se contentera d'une bonne tape dans le dos et d'un "sacré toi !" afin d'éviter un bourre-pif (réaction limbique due a l'erreur d'étiquetage social)...mais c'est bien dommage !
Vous avez aussi sûrement remarqué qu'il était moins dangereux de lancer un "je t'aime" a une tartelette au citron avant de lui prouver avec férocité ce que l'on entend par là ! forcément, le statut social d'une tartelette au citron...
Au final, l'Amour que l'on ressent pour une personne, difficilement descriptible pour nous même, s'exprime par un "je t'aime" à géométrie variable, ne décrivant rien, et est reçu par le destinataire qui le traduit par sa définition propre du concept...le tout se trouvant confronté au regard "social" de l'entourage...mais comment voulez vous que l'on s'en sorte !
Aimons nous...sans nous ranger dans des cases avec des règles du jeu pré-établies. Aimons nous...librement et pleinement !
Ne laissons pas définir l'intensité de nos relations au travers du filtre dichotomique de notre société...ayons des amours intenses platoniques, des amours moins intenses basée sur du sexe, des amours basées sur des névroses, d'autres basées sur l'intellect et d'autres sur du corporel...la seule condition étant que personne dans la relation ne soit lésé.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Houba

le samedi 04 janvier 2014 à 09h58

Et je viens de tomber sur un fil de 2010 ( /discussion/-jn-/Les-7-degres-de-l-amour )...confirmant l'horrible sort infligés a nos sentiments par notre langue par rapport a d'autres langues (et pour le coup, antique).

Réduire toute notre palette d'aimer, de la tarte au citron jusqu’à la plus sublime relation...en un seul mot...en 2013...résume bien notre incapacité a faire exister notre ressenti au milieu de cette société qui l'a trop longtemps nié, au détriment de l'intellect scientifique tout puissant.

Recréons des mots pour changer notre monde...(lisez "Les langages de Pao" - www.belial.fr/blog/les-langages-de-pao - très instructif)
Si nos académiciens ont accepté "bombasse" ; "chelou" ou "clasher"...ils auront bien la sagesse d'accepter les nuances de l'amour !

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Reiki69

le samedi 04 janvier 2014 à 10h22

Bonjour à toutes et tous,
Pour moi, avant de parler "d'amour humain", il serait bon de considérer que l'amour est tout d'abord PARTOUT... au + profond des atomes qui organisent la matière du monde dans lequel nous vivons...
L'amour est donc au + profond des atomes de carbone, hydrogène, oxygène, calcium, fer, soufre,... qui constituent NOTRE propre matière corporelle...
Essayer d'entrer en contact avec avec eux, vous sentirez sans doute comment ils vibrent intensément pour vous... et vous rayonnerez davantage !!!
Coeurdialement,

#
Profil

regis13

le samedi 04 janvier 2014 à 10h49

Je me suis posé la question sur l'amour moi aussi, comment j'aime mes amoureuses et j'ai trouvé des articles de Sternberg et des équations pour y répondre. Je sais les littéraires vont trouvés ça bidon ! mais quand même j'arrive moi à m'y retrouver dans mes sentiments avec mes amoureuses !

Stenberg parle d'un triangle ! dans lequel il décrit la relation amoureuse :

avec :
1) Aspect physique : la passion "c’est le carburant, l’énergie, le désir. C’est l’appel du corps, la motivation. Elle conduit à l’état amoureux, à l’attirance physique et à l’acte sexuel. Elle implique un niveau élevé d’activation physiologique"

2) Aspect affectif : l'intimité "c’est la création des liens affectifs, l’ouverture à l’autre, la confiance.
c’est avoir une relation privilégiée et privée. Elle concerne les sentiments de proximité, d’attachement, de chaleur humaine, et s’exprime par le besoin de la présence de l’autre avec lequel on se sent en communion"

3) Aspect cognitif, Engagement "c’est décider de rester avec l’autre malgré les sacrifices que cela risque d’impliquer dans le temps. Et c’est aussi décider qu’on fera les efforts nécessaires pour la durabilité de l’union. Elle s’exprime à la fois dans le court terme (décision d’aimer quelqu’un) et dans le long terme (décision de maintenir cet amour)."

et à partir de là, il est possible de se situer dans la relation :
1 : Pas d'amour

2 Intimité seule = Amitié. L’affection décrit aussi bien l’intimité entre deux personnes, dans l’amitié par exemple, que certaines relations amoureuses.

3 Passion seule = Désir. L’engouement est constitué de la seule passion. C’est le coup de foudre, le sexe pour le sexe.

4 Engagement seul = Partenariat. L’amour vide caractérise les relations où il n’y a que l’engagement, par exemple dans certains mariages arrangés dans d’autres cultures

5 Intimité + Passion = Romantisme. L’amour romantique est fait d’intimité et de passion, mais l’engagement y est absent.

6 Engagement + Intimité = Complicité. La camaraderie, quant à elle, conjugue intimité et engagement. La passion y est absente ou a disparu, mais on a pris la décision de rester ensemble.

7 Passion + Engagement = Admiration. Passion et engagement décrivent bien l’amour béat : celui qui se développe comme une tornade, mais sans relation intime. Parfois il peut durer quelque temps.

8 Engagement + Intimité + Passion = Amour. Enfin, l’amour complet réunit les trois aspects. On le recherche, mais c’est plus facile de l’atteindre que de le faire durer.

:-)

#
Profil

Houba

le samedi 04 janvier 2014 à 11h36

intéressant...on retrouve presque le "découpage" du fil de 2010 concernant les 7 degrés de l'amour...cela fait grosso-modo entre 7 et 9 mots a inventer...je vais créer un fil de ce pas pour une création collective de vocabulaire...
...
...
voilàààà : c'est ici: /discussion/-MY-/Le-Langage-de-l-amour-modifions-n...

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

bodhicitta

le samedi 04 janvier 2014 à 14h04

J'aime beaucoup ce qui est dit !!

Reiki69
L'amour est donc au + profond des atomes de carbone, hydrogène, oxygène, calcium, fer, soufre,... qui constituent NOTRE propre matière corporelle...
Essayer d'entrer en contact avec avec eux, vous sentirez sans doute comment ils vibrent intensément pour vous... et vous rayonnerez davantage !! !

Pour moi il n'y a pas d'amour sans harmonie et vis versa
rappelez vous, nous ne faisons qu'observer et comprendre ce qui est. Donc si vous avez une vie de famille, vous vous observez et vous comprenez dans ce cadre. Si vous vivez seul, vous gagnez une intimité avec ce cadre là. en couple mono/poly dans ce carde là La spontanéité qui va s'installer peu à peu va vous faire découvrir la vie tel qu'elle est.

C'est à partir de votre propre réalité que tout va se déployer. La présence va modifier vos rapports avec vos proches comme avec ce avec lesquels bous travaillez. Vous allez etre plus à l'écoute des autres à mesure que vous serez plus à l'écoute de vous-méme.
La présence génére l'harmonie...

La fidélité, qui préoccupe beaucoup de gens :-/ n'est pas un probléme. Plus vous allez vivre pleinement, plus le désir va se trouver en frémissement continu, avec ou sans objet. Ce frémissement va venir de vous de votre conscience, de votre coeur et va abreuver vos proches comme ceux qui vous croisent. Méme ceux assis prés de vous dans le bus vont en profiter.

Lorsque vous vous abreuvez de plus en plus à votre propre fontaine, il n'y a plus d'insatisfaction, il n'y a donc plus de demande exterieure car c'est l'ensemble de la vie qui vous aporte le frémissement amoureux.
rayonnons...

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 05 janvier 2014 à 18h06

gg0125
On peut donc penser que ce qui crée l’amour entre deux êtres c’est ce que suscite l’autre chez nous émotionnellement.

Ce que l'autre suscite chez nous, oui je m'y retrouve bien.

Par exemple, on peut en venir à éprouver de l'amour pour quelqu'un qui suscite de l'empathie chez nous.

J'ai facilement de l'empathie pour les gens que j'aime. Est-ce qu'à l'inverse, j'aime facilement les gens pour qui j'éprouve d'abord de l'empathie ?

Bon c'est pas évident, parce que les deux émotions je crois, peuvent naître simultanément et s'entre-alimenter...sans forcément que ça se fasse au niveau conscient (ou pas à 100%)...en tout cas j'ai des réflexions qui tournent autour de ça en ce moment...

#
Profil

Leolu

le mardi 07 janvier 2014 à 16h32

regis13Engagement + Intimité + Passion = Amour. Enfin, l’amour complet réunit les trois aspects. On le recherche, mais c’est plus facile de l’atteindre que de le faire durer.

Je me demande si on ne pourrait résumer ces distinctions (les 3 qui se mêlent ci-dessus ou les 7 du lien précédent) en seulement deux éléments (la flamme et l'eau) :

- L'amour-passion, qui naît du désir, de l'admiration, du fait d'être choisi (donc d'aimer être aimé), du miracle de la réciprocité, de la difficulté d'être ensemble parfois alors que le besoin est impérieux...

- L'amour-complicité, qui peut compléter le premier, au bout d'un moment, pour le faire durer, mais qui peut aussi naître d'une simple amitié, voire d'une complicité amicale-amoureuse telle qu'il y en a beaucoup dans le polyamour. Ce n'est pas là un absolu, mais une toile de fils qui se tissent avec le temps, se déchirent et sont patiemment reconstruits.

J'ai un peu plus de mal à situer l'engagement, dans ce schéma. Pour moi, il y a engagement dès lors qu'on accepte de nommer la chose "amour", qu'elle soit physique, ou basée sur la répétition, ou sur l'envie de faire durer cet élan premier. L'engagement ne serait donc pas ce qui forge la solidité du lien (c'est plutôt l'amour-complicité) mais juste le fait d'acter "être en amour". Le début.

Parce qu'un engagement fait de contraintes auto-imposées (ou contractuellement imposées) ne me semblerait pas sain. C'est la confiance en l'autre (et sa réciprocité) qui devrait nous pousser à accepter des choses. Et non l'obéissance en un "principe" artificiel.

Donc deux amours complémentaires : l'un animal et impulsif, instinctif et mobilisateur... et l'autre plus ancré sur la durée et sur la connaissance de l'autre, sur la confiance et le don de soi.

#

(compte clôturé)

le mardi 07 janvier 2014 à 16h59

Amour = déclic intérieur amenant, une fois l'effet passionné estompé, à une amouritié à caractère spécifique. Personnellement le déclic perdure et octroie à l'amour son éternalité.
Amouritié = complicité, attention, attachement important sincère et désintéressé.
Couple = amour et projet commun à long terme, voir vie commune.
Affectivité = amour ou amouritié n'amenant pas à une sexualité aboutie.

Personnellement, l'engagement est un mot qui serait plutôt négatif car toute relation est amenée à se modifier et à évoluer en fonction notamment de l'évolution individuelle de ses membres. Avoir des enfants ensemble est un projet commun vis à vis de l'autre et une responsabilité vis à vis de l'enfant, tant que celui-ci n'a pas acquis sa capacité à devenir responsable de lui-même. Les juges pour mineur et les avocats en font leur gagne-pain.

L'amour de soi = le plus important
L'amour universel = comme le dit F. Pagny "savoir sourire, à une inconnue qui passe, n'en garder aucune trace, sinon celle du plaisir ; savoir aimer, sans rien attendre en retour, ni égard ni grand amour, pas même l'espoir d'être aimé" : cette définition me convient bien.

Il existe aussi l'amour filial, l'amour pour une entité ou une croyance. Je laisse définir cela à d'autres.

#

(compte clôturé)

le jeudi 09 janvier 2014 à 13h02

Pour moi, un premier pas pour distinguer l'amour de l'amitié est dans l'odorat: je peux faire exactement les mêmes choses avec un amie ou avec une amoureuse, l'odeur me donnera des sensations assez différentes!

petitphoenix.wordpress.com/2013/03/26/le-sexe-et-l...

Puis il y a une correspondance entre les formes mentales: l'amour arrive souvent entre deux personnes dont les formes mentales s'emboîtent à perfection!

www.youtube.com/watch?v=Cbk980jV7Ao

Et puis il y a tout l'ensemble des sentiments qui s'affolent quand on est amoureux: l'amour, la passion, la peur, l’orgueil, les souvenirs, chacun avec sa voix... l'amour avec sa voix douce, la passion avec sa voix puissante, la peur avec sa voix grave...

www.youtube.com/watch?v=uIT6vdjsqsc

#

(compte clôturé)

le jeudi 09 janvier 2014 à 14h49

Le-prince-charmant
...chacun avec sa voix... l'amour avec sa voix douce, la passion avec sa voix puissante, la peur avec sa voix grave...

Maintenant je comprends pourquoi je déteste les voix graves... aussi pourquoi je n'ai jamais intégrée cette voix grave à mes propres émotions... suis-je naturellement dépourvue de voix grave au point de ne pas comprendre que d'autres en est une ?

Oui, tout s'affole quand on est amoureux, quand il y a ce déclic intérieur. Il y a cette certitude qui s'installe même si l'on nage en plein flou. Pour moi, renier l'amour, c'est contraire à ma nature. Comment combattre ce qui est naturel et évident ? Comment rejeter, anéantir, ce qui existe, ce qui a lieu d'être ? Qui devrait décidé à ma place, puisque personne, même pas moi, peut influencer cela ?

Le chamboulement intérieur c'est cette confiance aveugle et ce sentiment de sécurité immédiat qui se crée. Un bonheur aussi, involontaire, incontrôlable, inédit et merveilleux.

=>"Toi, je ne te connais plus". Pourquoi je me fous que les autres me détestent, y compris celui à qui j'étais censée tenir et que ces quelques mots me touchent autant ? Pourquoi son approbation, ou du moins son non mépris m'est si important ? Pourquoi je me sens blessée alors qu'en cet instant j'emmerde la Terre entière, purement et simplement ?
=>Une voix, un regard et la certitude est là, persistante presque 30 ans après, même en l'absence totale de nouvelles de l'autre...
=>Se retrouver dans une pièce avec une bonne cinquantaine d'inconnus et s'obliger à regarder ailleurs afin de ne pas mettre l'autre mal à l'aise et dès que l'on n'y prête plus attention suffisamment, se surprendre à nouveau à le regarder d'une manière contemplative. Observer la salle se vider et espérer que l'avenir fera que je puisse l'admirer encore et encore... merci au destin de m'avoir permis de partager autant...
=>Une attention particulière, un sourire exceptionnel, une galaxie dans ses yeux et comment faire face, impossible. Regarder l'heure, se demander avec angoisse s'il arrivera où si le destin professionnel l'aura conduit ailleurs, alors que je désire vivre "sans montre". Avoir un cerveau mieux réglé qu'une horloge, dans le seul espoir d'échanger un sourire, un mot gentil, un simple bonjour... Des jambes qui tremblent, comment j'ai pu monter ce fichu escalier ? Comment j'ai pu oser l'aborder pour lui donner ce précieux petit quelque chose ? Je suis un électron libre, je vais exploser, reprendre une respiration normale, une chaise, s'assoir, se calmer, qu'est-ce qui m'arrive ? Un sourire, des larmes d'émotions, je me serai maudit à jamais si je ne l'avais pas fait...
=>Etc...

L'amour, ça peut être ce genre d'histoire mais l'écrit ne peut décrire avec suffisamment de justesse et d'intensité... l'amour c'est ça et tellement plus que cela.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 09 janvier 2014 à 18h05

J'ajoute un mot concernant les odeurs, enfin je veux dire l'odeur naturelle du corps. J'y suis extrêmement sensible. Il y a un amis (bcp plus que cela) et aussi un amour dont je suis accroc d'engouffrer mon visage dans leurs torses. J'aurai tellement aimé garder des habits de deux amours non vécus à leur juste valeur (histoire deux et trois). J'ai un ami (enfin plus que cela) qui n'a pas d'odeur, ou alors je ne la perçoit pas et ça me déboussole un peu. Il compense très largement par une attention et une affection à mon égard hors norme, même à distance.
Bon après l'odeur de mon compagnon de vie, je la hume avec toujours autant de plaisir et de bonheur. L'odeur de l'histoire numéro 2 (c'est pas poétique, je sais) revient faire son effet même des années plus tard et la veste de numéro 3 je m'en suis imprégné largement autant que sa voix et d'autres caractéristiques de sa personnalité. Aux enchères, je paierais cher pour cette veste, si son odeur, son empreinte y figure.
Lorsque je lave les habits (surtout ceux de boulot) de mon chéri de mari, j'y engouffre toujours mes narines avec toujours autant de bonheur.
Rien que pour ça je voudrais faire des lessives :-D :-D :-D
Par contre, de là à dire que cela dicte mon déclic intérieur ou que j'aurai envie de sauter sur l'autre, je dirai qu'il me faut quand même plus. Après oui, c'est un facteur à mes yeux indiscutable et non contestable mais qui perdure beaucoup plus de deux ans (si je reprends le lien cité par le-prince-charmant)

#
Profil

coquelicot

le jeudi 09 janvier 2014 à 18h34

Gcd: je te comprend et j adhere l amour passe d abord par le nez!!
Il est inconcevable pour moi de sentir le parfum de E (pour ne pas le nommer au cas ou personne ne saurait) sur la peau d un autre .

Si par hasard c etait le cas ca me perturberai alors soit je lui en offre un autre ,soit ce sera tahiti douche (a la vanille en souvenir de.......)
Ca me bloque totalement.

Un homme qui sentirait la lavande , non plus ,rattachée a mon pere

Comme moi je ne peut pas porter celui qui évoque ma mére;

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 09 janvier 2014 à 19h16

Heu, non on ne se comprend pas je crois. Je parlais de l'odeur NATURELLE de l'autre (et mm de soi). L'odeur dégagée par le corps, et non par un artifice quelconque, mm si un gel douche parfum chocolat (par exemple :-D ou lait d'ânesse pour une peau douce et figue pour l'envie de croquer). S'il est parfois dans le jeu de "s'enduire" d'un parfum qui évoque quelque chose à l'autre, l'odeur naturelle du corps est délicieuse. Je ne parlais donc pas d'artifice dans un but ludique ou de séduction mais de la vraie odeur de l'autre. Quand L (que je ne citerai pas) enlève ses habits de boulot, qu'il trouve qu'ils puent la transpiration, moi je passe derrière toute narine dehors et c'est encore mieux si je le choppe avant qu'ils ne les enlèvent (ses vêtements). Après, je n'ai rien contre les odeurs "artificielles" si elles ne me dérangent pas car certaines me file des maux de tête pas possible. La lavande, je ne supporte pas, tout simplement pour cela.

D'ailleurs nous avons cette sale manie de vouloir toujours masquer les odeurs corporelles alors qu'elles ont un intérêt important. Cet avis n'engage que moi, évidemment.

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 09 janvier 2014 à 19h47

Le-prince-charmant
Pour moi, un premier pas pour distinguer l'amour de l'amitié est dans l'odorat : je peux faire exactement les mêmes choses avec un amie ou avec une amoureuse, l'odeur me donnera des sensations assez différentes !

Pas faux. J'ajouterais aussi la texture de la peau, je crois que j'y suis assez sensible.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion