Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

[Lexique] Amour libre et polyamour?

#
Profil

Siestacorta

le mardi 09 octobre 2012 à 14h34

Sur Wikipedia, l'amour libre et rapproché de l'union libre, et des communauté anar-socialistes du XIXème siècle.
L'idée était de revendiquer l'existence d'une relation amoureuse sans passer par un mariage.
Par extension, on aboutit à la non-exclusivité, puisqu'il n'y a plus de promesse de fidélité...

Et les hippies ont repris cette tendance-là. Il y a là, entre les libertaires du XIXe et les hippies, une certaine connotation de "communautés dissidentes", on vit en groupes.

Il y a, comme le soulignait Paul Eaglott, une petite ambiguïté, entre amour libre, où la liberté est large, et l'amour libre "historique" où on parle d'une pratique spécifique de liberté, dans un cadre social spécifique.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 11 octobre 2012 à 13h35

Je dois avoir des discours décourageants, j'ai parfois l'impression d'être "the closer" de certains échanges...

#
Profil

soirie

le jeudi 11 octobre 2012 à 14h07

le niveau de cette réponse est intelectuellement assez élevé, avec des références historiques et sociologiques! JJe ne pense pas que ça ferme la discussion mais ça peut interroger les gens et demander un temps de réflexion! e pense que l'ensemble des réponses m'ont éclairées mais ce n'est pas encore assez clair:
Je comprend que polyamour et amour libre sont assez proches et compatibles , L'amour libre est une position pour un non engagement, union sans engagement pour contrecarré l'idée du mariage, celle du polyamour est davantage du côté de la non-exclusivité! Mais tout ça n'est pas incompatible!

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 11 octobre 2012 à 14h10

Merci de l'écho, en tout cas :-)

#
Profil

PolyEric

le jeudi 11 octobre 2012 à 20h57

T'inquiète pas Siesta, ça n'a rien à voir avec toi. Il manque de monde ici, et par rapport à "l'époque", les discussions sont beaucoup plus courtes qu'avant. Moi j'ai trouvé, que ton intervention était intéressante et positive, t'a qu'à voir.

#
Profil

PolyEric

le jeudi 11 octobre 2012 à 21h21

soirie
L'amour libre est une position pour un non engagement, union sans engagement pour contrecarré l'idée du mariage

Je ne suis pas certain que le mot "libre" veut dire "contre un enfermement particulier". C'est plutôt un mot qui exclue "toutes les formes d'enfermement".

En apparence, le mot parait négatif car "être libre" est le contraire de "être prisonnier/prisonnière", mais le fait que le mot "libre" puisse se penser comme une totalité (être contre toutes les formes d'emprisonnement), fait que l'on peut le positiver, c'est à dire le voir comme un plaisir, celui de n'être contre rien du tout, le plaisir de tout prendre, le plaisir de tout accepter.

On peut aussi le comprendre comme "ne pas avoir de conflit interne" donc "ne pas ressentir de gène", donc "ressentir du plaisir". En effet, lorsqu'il y a de la gène il n'y a pas de plaisir, donc l'absence de gène autorise le plaisir, il n'y a plus d'entrave.

En ce sens, l'amour libre peut vouloir dire "amour sans entrave".
On voit bien la nuance avec le polyamour qui veut plutôt dire "aimer en le disant".

Le dire ? Est ce une entrave ?

Si on le ressent comme une obligation de parler, c'est donc une gêne, et donc on pensera que le polyamour n'est pas de "l'amour libre".

Si on le ressent comme la liberté de le dire, ou comme une "non obligation de le cacher" alors on pensera que le polyamour est de "l'amour libre", c'est ce point de vue que j'adopte.

Si un jour, je n'ai plus envie de dire que j'aime, alors j'abandonnerai le polyamour sans scrupule.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 12 octobre 2012 à 08h02

Eric_50
T'inquiète pas Siesta, ça n'a rien à voir avec toi. Il manque de monde ici, et par rapport à "l'époque", les discussions sont beaucoup plus courtes qu'avant. Moi j'ai trouvé, que ton intervention était intéressante et positive, t'a qu'à voir.

Merci... Me suis automodéré pour pas donner une version plus provoc'.
Peut être que c'est le manque d'houspillage qui donne moins envie de réagir ?

#
Profil

Bittersweet

le lundi 06 avril 2015 à 10h43

Désolé de faire remonter ça mais bon j'ai lu tellement de choses dingues...

L'amour libre a été conceptualisé par les anarchistes de la fin du XIXème siècle. Il a traité de nombreuses approches libertaires des relations amoureuses comme l'union libre, la tolérance vis à vis des "fornications", le néo-malthusianisme, la camaraderie amoureuse, le communalisme sexuel ou ce que l'on nomme aujourd'hui le polyamour.

C'est cet amour libre là qui a inspiré celui des années 70, qui a explosé avec le flower power. Toutefois les intellectuels changèrent, d'un côté c'était pas un mal vu que certains anars sont vraiment très chiants, d'un autre si c'était pour se farcir des gourous sectaires comme Osho c'était pas non plus une grande amélioration. Mais cela a eu son efficacité, plus qu'au XIXème.

Aujourd'hui on entend de plus en plus parler de polyamour, qui simplifie en ne s'occupe que d'un pan de l'amour libre et ne se prend pas la tête avec les théorisations complexes des anarchistes (dont les divers courants on aussi multiplié les approches).

Le respect, l'importance que tout le monde soit au courant et dans l'acceptation véritable des consensus... l'idée même qu'il n'y a pas de règle établie mais éventuellement des ligne servant de guide, et que chaque relation est différente et nécessite donc des réévaluations de ce que l'on croit établi, tout ça est fondamentalement anarchiste et libertaire.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

r144521 (invité)

le mardi 22 janvier 2019 à 17h45

Excusez moi de déterrer ce sujet, il me semble que la réponse se trouve dans l'énoncé, le polyamour implique la multiplicité, l'amour libre aussi en grande partie, mais qu'est ce qui empêcherait un couple qui s'aime un temps, de se sentir libre sexuellement a deux sans se cacher que un jour ils pourraient l'un ou l'autre tomber amoureux de quelqu'un d'autre sans pourtant arrêter d'éprouver pour l'autre, ce qui induirait ou non (selon les avis du "trio" ou "quatuor") de commencer a pratiquer l'amour libre multiple ou de quitter l'un pour l'autre ne ressentant plus de sentiments forts, le but étant quand même dans toutes ces théories amoureuses de respecter l'autre il me semble, si ce courant découle d'un communisme amoureux, il implique de traiter ces pairs comme des camarades, donc de ne pas les trahir (la trahison n'étant pas dans ces théories la rupture, mais le manque d'honneteté). Peut être que ces analyses sont trop personnelles, je suis ouvert au débat. Bien sur tout cela relève de la nuance.

#
Profil

artichaut

le jeudi 25 avril 2019 à 16h31

Histoire de prolonger les refléxions (et possible définition) sur «  L'Amour libre », je cite deux textes trouvé via ce forum.

Vaniel (#)
A propos de l'utilisation du mot "amour libre" par les anarchistes, on peut renvoyer à un article éclairant d'Anne Archet (disponible ici ).

Hofmann (#)
Un texte que j'ai écrit sur l'amour libre

Les deux textes, donc :
- Amour libre, par Anne Archet le 16 oct 2012
- L'amour Libre (texte), par Hofmann, le 19 sept 2014

Le premier, très théorique, est "paradoxalement" (pour parler d'amour libre) très axé sur la sexualité :

Anne Archet
L’expression « amour libre » est utilisée depuis la fin du XIXe siècle par les anarchistes pour désigner l’ensemble de leurs propositions en ce qui concerne la sexualité et sa régulation sociale.(…)
Ainsi, l’amour libre a pris tant de significations divergentes au cours du XXe siècle qu’on peut difficilement parler de discours spécifiquement anarchiste sur la sexualité. Par exemple, les anarchistes ont utilisé le terme amour libre successivement et simultanément comme synonyme d’union libre, de néo-malthusianisme, de tolérance envers les vices privés, de camaraderie amoureuse, d’alternative à la famille patriarcale, de communalisme sexuel ou de polyamour.
Le point commun des divers discours anarchistes sur l’amour libre est de s’opposer à l’approche absolutiste de la régulation de la sexualité.

Le second, très personnel, peut, si l'on veut, se résumer à sa conclusion :

Hofmann
En gros, c'est simplement la liberté de faire ce que l'on veut, après en avoir discuté sincèrement, et en respectant l'autre et soi-même.

Ces deux textes ne recouvrent aucunement le sujet, mais participent, je trouve, de ce que l'on met aujourd'hui sous les vocales "couple libre", "union libre", etc … à savoir une pratique le +souvent centré atour de la sexualité, à partir d'une sorte d'accord tacite minimal de non-exclusivité.

Et il n'est pas aberrant, historiquement, de relier ça à « l'amour libre », même si, ça semble paradoxal, qu'un terme utilisant le mot amour évoque principalement des pratiques pensées en lien avec la sexualité.

#
Profil

artichaut

le mercredi 01 mai 2019 à 02h21

Audren Le Rioual, du site « Les Fesses de la crémière », fait une distinction entre couple ouvert et couple libre. C'est ici :

Le petit glossaire de la crémière
Le couple ouvert
Un couple ouvert (qui pour moi est la traduction exacte de ‘open relationship’) est un couple qui ne s’impose pas l’exclusivité sexuelle mais qui en revanche préfère mettre des gardes-fous concernant les sentiments : pas de relations extra-conjugales suivies, pas d’amour en-dehors du couple. La distinction d’avec les libertins, c’est qu’en général, ils préfèrent vivre leur liberté sexuelle chacun de son côté, avec différents arrangements en termes de transparence : il y a ceux qui se racontent tout, y compris les détails croustillants (ceux-là sont les plus proches des libertins), certains se disent juste avec qui (histoire de ne pas avoir l’air d’un con quand on croise l’amant à la kermesse de l’école), certains ne disent ni ne demandent rien (pour se ménager un réel espace privé, et peut-être un peu pour éviter de trop réveiller la jalousie).

Le couple libre
Quant au couple libre, c’est un couple dans lequel chacun est libre (le Marquis de la Palisse n’aurait pas dit mieux). On ne s’impose ni l’exclusivité sexuelle, ni l’exclusivité affective. Chacun s’engage pour un projet commun (sans ça, ce n’est pas un couple, c’est juste deux amoureux) qu’on rediscute en permanence et que chacun s’efforce de ne pas trahir. On ne se promet rien d’impossible et dès que l’un ou l’autre sent qu’il risque de faire une entorse au projet, on en parle. En-dehors de ce projet commun, chacun vit sa vie comme il l’entend. Le projet peut concerner une part plus ou moins grande de la vie de chacun (amour, sexe, enfants, temps, argent, maison, travail, amis, sorties, famille, etc.) – chaque couple est libre de définir le projet à loisir. Puisqu’il n’y a plus d’exclusivité sexuelle ni affective, l’un peut être polyamoureux tandis que l’autre est monogame, les deux peuvent aussi être libertins, les possibilités sont vastes comme la liberté.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion