Polyamour.info

Romy

Romy

(Canada)

Participation aux discussions

Discussion : Les sentiments par les hommes

Profil

Romy

le jeudi 04 novembre 2010 à 19h18

Est-ce que c'est indiscret de te demander sur quels aspects tu te racontais des histoires qui t'arrangeaient? Et qu'elles étaient ces histoires et le nouvel éclairage que tu en as fait?
Qu'est-ce qui t'a poussé à prendre la décision d'aller voir un psy?

Actuellement, la seule chose qui me perturbe est cet espèce de besoin d'excès. Besoin qu'il se passe quelque chose, une espèce d'allergie à l'ennui. Goûter à quelque chose et en vouloir plus, sinon, ça semble morne.

Voir dans le contexte

Discussion : Un polyamour réduit au silence

Profil

Romy

le jeudi 04 novembre 2010 à 18h14

Oui, je suis d'accord avec toi là dessus, c'est un chemin personnel, et on decide de s'y aventurer ou non. Ce n'est pas un chemin nécessairement facile, et si on plus on n'y voit aucun avantage pour nous-même, que de la souffrance, il est normal que l'on n'ait pas envie de se lancer là-dedans. Le "on a qu'une seule vie à vivre" vaut pour tout le monde, et la femme de Nestal n'a peut-être pas envie de consacrer une partie de sa vie à explorer cette avenue.

Mais on est bien d'accord, ça reste une question de volonté, d'envie, et d'éthique personnelle.

Voir dans le contexte

Discussion : Un polyamour réduit au silence

Profil

Romy

le jeudi 04 novembre 2010 à 17h22

Aussi, je ne serais pas étonnée que la femme de Nestal change d'avis le jour où elle rencontrera un bel inconnu (ça me fait penser au nouveau film de Woody: You'll meet a tall dark stranger...).

Voir dans le contexte

Discussion : Un polyamour réduit au silence

Profil

Romy

le jeudi 04 novembre 2010 à 17h18

Tentacara: Je ne vois pas au non de quoi, de quelle "nature", je pourrais faire aux mono ce que je ne tolérerais jamais qu'ils me fassent : leur expliquer comment vivre leur vie et prétendre savoir mieux qu'eux-mêmes ce qui leur correspond. C'est purement et simplement du despotisme.
Merci Tentacara de t'exprimer aussi clairement.

On en a parlé sur un autre fil, mais lorsque tu relèves des incohérences dans les dires des mono, dans leurs explications et leurs gestes...Lorsque tu entends un mono se plaindre que le mariage est une prison et raconter l'une des innombrables blagues sur le mariage...n'es-tu pas tentée de présenter l'option poly comme quelque chose qui se rapproche davantage de la nature humaine, qui est moins hypocrite? N'est-il pas plus fréquent dans la nature humaine d'aimer plusieurs personnes à la fois (ou d'éprouver du désir pour plusieurs personnes)? Ne pas le reconnaître est souvent se faire violence... Ou alors que c'est un choix volontaire, le choix de mettre une croix sur tout amour éventuel ou tout désir éventuel, par solidarité, par loyauté, au nom de l'engagement... Un choix qui se respecte, mais ça reste un choix, fondé sur l'éthique.
Je suis toujours étonnée de voir que l'on peut défendre la monogamie, tout en ayant eu plusieurs amours consécutifs où l'un doit obligatoirement effacer l'autre. Mon amoureux qui me sortait des arguments pro-monogames était pourtant dans mes bras alors que sa femme était à la maison.
Je trouve seulement qu'il y a énormément d'hypocrisie et que les monogames confondent le choix, la volonté, et leur nature propre.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Comment vivre libre en ayant tant besoin de contact ?

Profil

Romy

le jeudi 04 novembre 2010 à 16h46

Bonjour Houps,
On en reviens toujours à la question du besoin vs. envie.
Lorsqu'on a goûté à quelque chose et que c'était bon, l'envie de recommencer peut devenir obsédante. Et on se créé un besoin, un manque.
Laisser mijoter cette envie, ce besoin, ça ne fait que créer des attentes non comblées. Vaut mieux ne pas trop y penser alors, mettre ça derrière soi.
Peut-être est-ce que tu es due pour faire une nouvelle rencontre?

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Quand on se perd..

Profil

Romy

le mercredi 03 novembre 2010 à 20h08

Je suis d'accord. Ceci dit, Éparsentière a un autre questionnement que celui-ci...

Voir dans le contexte

Discussion : Quand on se perd..

Profil

Romy

le mercredi 03 novembre 2010 à 19h51

Ouais, mais je vais quand même pas te donner mes trucs... Sinon ça devient banal et ça perd de sa spontanéité...j'aime meiux laisser mijoter ça dans ma soupe de l'inconscience.
Je dirais,pour ne pas te laisser sur ta faim, que pour moi, tout passe par la lecture et par le "dire". Se raconter des histoires, les dire à haute voix si on est capable.

Voir dans le contexte

Discussion : Quand on se perd..

Profil

Romy

le mercredi 03 novembre 2010 à 19h38

Non. Merci quand même de l'invitation Titane.

Voir dans le contexte

Discussion : Les sentiments par les hommes

Profil

Romy

le mercredi 03 novembre 2010 à 19h35

Que je n'aie jamais senti le besoin d'aller me confesser chez le curé ne signifie pas que je juge ceux qui y vont, ni que je sois athée, ni que je n'aie pas la foi.
Juste que ma spiritualité et mes problèmes de l'âme ne regardent que moi.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Présentation et questionnement

Profil

Romy

le mercredi 03 novembre 2010 à 18h10

Oui, j'y réponds, car j'ai appris de mes erreurs...Mais justement, je me demande si mes insistances ont non seulement servi à rien, car chacun finit par faire ce qu'il veut, mais ont en plus contribué à son éloignement. Comme si ça faisait peur, ou qu'il ne se sentait "pas à la hauteur", car pas en mesure de sortir du schéma qu'il connaît.

D'un autre côté, je m'en serais voulue de ne pas avoir tenté d'expliquer, fournir de la "documentation", expliquer que ce n'est pas absurde ce que je propose. J'ai voulu en somme lui faire profiter de mes années de questionnements... Je n'arrivais pas à me taire lorsqu'il me disait: c'est impossible parce que... ou qu'il me sortait tous ses arguments pro-exclusivité.

Voir dans le contexte

Discussion : Présentation et questionnement

Profil

Romy

le mercredi 03 novembre 2010 à 13h43

Françoise, en lien avec ton commentaire, j'ai une question... (à laquelle les autres peuvent répondre aussi!)

Est-ce que tu dis qu'il ne faut pas essayer de les convertir parce que ça t'ai déjà arrivé d'insister auprès d'un de tes amoureux qui ne se considérait pas capable de te partager et que ça a foiré?

Moi j'ai essayé, je croyais naivement qu'il se rendrait à mes arguments :-) Il reprochait justement à son mode de vie en couple de ne plus avoir de temps pour lui, d'être enfermé, de ne plus avoir de désir...Il est desormais séparé. Or, je ne comprends pas pourquoi il veut reproduire cela avec moi en recommençant à nouveau une vie de couple routinière et traditionnelle. Je suis tombée dans le paneau de vouloir "expliquer", je lui ai offert ton livre...J'avais dans l'idée qu'il finirait par comprendre. Ah!...cet instinct de certitude qui me taraude. C'est difficile de laisser aller alors que ça pourrait être si simple. Mais je crois aussi qu'on ne peut pas vouloir pour quelqu'un, même si on est convaincu que ça serait pour son bien.

Voir dans le contexte

Discussion : Les sentiments par les hommes

Profil

Romy

le mardi 02 novembre 2010 à 18h07

Donc en fait, tu n'es jamais allé chez un psy, mais tu sais exactement comment ils s'y prennent ? ?
Ouais. Ça fait partie de mes petites certitudes qui me confortent.
Je ne suis jamais allée me confesser chez le curé non plus.

Voir dans le contexte

Discussion : Quand on se perd..

Profil

Romy

le mardi 02 novembre 2010 à 18h06

Je préfère voir la sexualité comme un jeu. Jouer comme des enfants. Et les enfants, même s'ils jouent, ne jouent pas toujours à des jeux gentils, doux et épanouissants, porteurs de sens...Ils sont naturels et inconscients.
Si tu définis spiritualité comme étant la pensée personnelle, ok. Mais généralement, le terme spiritualité est rattaché à un culte, une école de pensée. Or, pour moi, il n'y a pas de
"communauté" sexuelle, ça reste une question profondément individuelle, inconsciente.
Hors sujet. Et je me répète en plus...

Voir dans le contexte

Discussion : Quand on se perd..

Profil

Romy

le mardi 02 novembre 2010 à 16h42

La foi en la parole...la parole de mes amis. La confiance, sans les preuves tangibles.
Oui, c'est de la spiritualité, et je ne suis pas contre :-)
Ne me relance pas sur le sujet...Je t'ai dit: tape sexualité et spiritualité sur le net et va sur les liens. C'est ça que je n'aime pas, qui ne m'excite pas en tout cas.

Voir dans le contexte

Discussion : Quand on se perd..

Profil

Romy

le mardi 02 novembre 2010 à 16h29

Quand il y a un début de relation, c'est encore mieux...
Dans le sens que prendre la relation pour ce qu'elle est (rien), c'est plus embêtant.
Je blague. Je me parle à moi-même.
Des fois on croit qu'il n'y a rien, car il n'y a rien de tangible. Il faut avoir la foi...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Quand on se perd..

Profil

Romy

le mardi 02 novembre 2010 à 16h02

Si aucune des relations ne te satisfait, peut-être que c'est parce que tu les encadres d'avance, tu crées des attentes, tu les définies. Elles ne te satisfont pas "pleinement" ou 'complètement", mais il y a des éléments de ces relations qui te satisfont. Peut-être prendre ces relations pour ce qu'elles sont, profiter de ce qui va bien dans le relation et se boucher les oreilles pour le reste.

Oui, je sais, ça ne se fait pas en criant ciseaux...

Voir dans le contexte

Discussion : Les sentiments par les hommes

Profil

Romy

le mardi 02 novembre 2010 à 15h54

Oui, c'est un peu ce que je dis, aider à se comprendre.
Ou aider le client à résoudre ses difficultés psychologiques. Mais pour ça, le psy se fait une petite idée de la personne, lui suggère certaines pistes etc.
Mais justement, je considère qu'il n'y a que moi qui soit en mesure de déterminer ce que je veux vraiment. Si on prend l'exemple d'un mode de vie polyamoureux, comment me fier à un psy si la plupart que j'entends dans les médias (ou même mes amis psychologues) sont absolument convaincus qu'on ne peut pas aimer deux personnes à la fois, et que dans tous les cas, c'est malsain et source de conflits personnels?
Je n'arrive pas à croire à la neutralité.
La psychanalyse m'interpelle davantage que la psychothérapie ou la psychologie.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Les sentiments par les hommes

Profil

Romy

le mardi 02 novembre 2010 à 15h17

Je ne comprends pas...
C'est peut-être ça que tu veux dire? :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Un polyamour réduit au silence

Profil

Romy

le mardi 02 novembre 2010 à 15h07

D'accord! Ça s'explique alors!

Voir dans le contexte

Discussion : Les sentiments par les hommes

Profil

Romy

le mardi 02 novembre 2010 à 15h06

J'imagine que l'on peut être heureux et bien dans sa peau et aller quand même voir un psy.

Non, ce que je n'aime pas du psy, c'est que sa "fonction" est d'aider à te comprendre et qu'il a cette prétention aussi. Alors que les amis, ils écoutent et je prends leurs conseils s'ils font mon affaire; c'est un partage. En fait, je pense que je me connais mieux que le psy, et donc je n'arriverais pas à le croire, je ferais semblant de l'écouter. Personne ne percera jamais mon mystère...et ceux qui ont la prétention de le faire ne peuvent que se leurrer. J'ai un peu l'impression d'être rendue plus loin qu'eux dans la connaissance de mon moi!

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion