Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Présentation et questionnement

Témoignage
#

(compte clôturé)

le samedi 30 octobre 2010 à 02h12

Bonjour à tous !

Ca fait quelque temps déjà que je lis le forum, et aujourd'hui je saute le pas, je m'inscris !
Je suis marié depuis 5 ans, et vis avec ma femme depuis 7 ans. Notre conception de l'amour a petit à petit évolué, et nous nous reconnaissons aujourd'hui dans le polyamour.
Ma femme vit depuis quelque temps une relation avec un autre homme sur un mode "amitié plus", et vient de nouer une nouvelle relation très récemment.
De mon côté, j'ai été très amoureux d'une autre femme il y a plusieurs mois, mais ce n'était pas réciproque... Je ne suis pas dans une situation de polyamour actuellement mais je me sens de nature polyamoureuse.
Voilà pour la rapide présentation...
Quant au questionnement, il concerne le nouvel amant de ma compagne. En effet, il a une conception de l'amour "classique", je veux dire conforme aux normes sociales, à savoir monogamie exclusive à vie. Il comprend le point de vue du polyamour mais n'est pas lui-même pour l'instant dans cette optique-là.
Evidemment, difficile de faire pour lui le chemin qui mène au polyamour en quelques jours alors qu'il nous a fallu plusieurs années.
Vous êtes-vous déjà trouvés dans cette situation, et comment cela a-t-il évolué ? Que lui dire et quelle attitude adopter ?
Je crois qu'il a peur de s'engager dans une relation qui risque de le faire souffrir s'il n'arrive pas à changer son point de vue (mais il souffrira si l'amour qu'il nourrit à l'égard de ma compagne n'aboutit pas), ou qui risque de faire souffrir ma femme s'ils commencent quelque chose mais l'interrompent faute de pouvoir accepter le fait que ma femme soit polyamoureuse.
Moi, dans tout ça, je souhaiterais que leur relation puisse s'épanouir car de ce que m'en a dit ma compagne, ils sont vraiment très amoureux l'un de l'autre, et ce qui rend la rend heureuse me rend heureux.

#
Profil

Gin

le samedi 30 octobre 2010 à 09h17

Salut bhd4 !
et bienvenue :)

pour commencer, bravo à toi et ta femme pour l'ouverture dont vous savez faire preuve !

je n'aurai pas de point de vue particulier à te donner car je ne suis pas une polyamoureuse en couple... cependant, la position du nouvel amant de ta femme m'amuse : il est pour la monogamie exclusive... mais il se tape une femme mariée !

ouais, bon, ok... il n'est pas le seul, on en a tous rencontré plein des gars et des filles comme lui... c'est intellectuellement malhonnête mais classique.

j'espère qu'il aura l'occasion d'évoluer lui aussi, et d'admettre qu'il est déjà dans une situation différente de son prétendu idéal puisqu'il a déjà choisi de tomber amoureux d'une femme mariée et polyamoureuse...

sinon, attention, cet homme est potentiellement dangereux ! il voudrait donc, pour vivre son idéal conforme aux normes de la société, détruire ton couple et changer ta femme.... ouille ouille ouille !!

#

(compte clôturé)

le samedi 30 octobre 2010 à 10h34

Salut Gin, merci pour l'accueil !

Gin
cependant, la position du nouvel amant de ta femme m'amuse : il est pour la monogamie exclusive... mais il se tape une femme mariée !

Oui, enfin pas tout à fait : leur relation en est à ses balbutiements, et justement il hésite à s'engager davantage du fait d'une situation qui ne correspond pas à ses a-priori sur l'amour.
D'ailleurs, je crois qu'une des choses qui le trouble dans cette situation, c'est que lui a la sensation de vivre un amour impossible ("je ne peux pas aimer une femme qui en aime déjà un autre"), mais que ma femme lui rétorque que non, ce n'est pas un amour impossible... Ca collerait plus avec sa vision des choses si elle lui avait répondu soit "c'est impossible parce que je suis mariée et que j'en aime un autre" soit "je suis mariée mais je divorce pour toi". Là, la réponse de ma femme, inattendue pour lui, fait qu'il se retrouve perdu.

Gin
j'espère qu'il aura l'occasion d'évoluer lui aussi, et d'admettre qu'il est déjà dans une situation différente de son prétendu idéal puisqu'il a déjà choisi de tomber amoureux d'une femme mariée et polyamoureuse...

Choisit-on de tomber amoureux ?
Evoluera-t-il, n'évoluera-t-il pas, grande question. Finalement chacun est libre de sa vision des choses, et si le polyamour n'est pas quelque chose pour lui, nous ne pouvons évidemment pas le lui imposer... Mais sans cette acceptation par lui du polyamour, au moins du fait que ma femme soit polyamoureuse, je ne vois pas comment tout ça peut évoluer...

Gin
sinon, attention, cet homme est potentiellement dangereux ! il voudrait donc, pour vivre son idéal conforme aux normes de la société, détruire ton couple et changer ta femme.... ouille ouille ouille ! !

Hmmm... effectivement, je pense qu'en l'état actuel des choses, il conçoit difficilement sa relation avec ma femme autrement que dans une acception classique (on se marie, on a des enfants et on fait toute notre vie ensemble), mais je ne sais pas s'il y a un réel danger. Les souffrances potentielles pour les uns et les autres, je les perçois, mais j'ai confiance en l'amour que ma femme et moi nourrissons l'un pour l'autre et sur l'énergie de ma femme a défendre et vivre ses conviction.
Pas simple, pour l'instant, c'est certain. Dangereux ? Je ne crois pas.

#
Profil

Gin

le samedi 30 octobre 2010 à 10h45

bhd4


Oui, enfin pas tout à fait : leur relation en est à ses balbutiements,

ah oui, ok ok... j'ai encore mordu trop vite ;)

Choisit-on de tomber amoureux ?

j'en suis persuadée !
pour moi tout est une question de choix dans la vie, on a le choix pour tout... mais bon, je suis peut-être un peu "spéciale"... et puis c'est certain qu'on n'est pas toujours conscient des choix que l'on a et que l'on fait...

je ne sais pas s'il y a un réel danger. Les souffrances potentielles pour les uns et les autres, je les perçois, mais j'ai confiance en l'amour que ma femme et moi nourrissons l'un pour l'autre et sur l'énergie de ma femme a défendre et vivre ses conviction. Pas simple, pour l'instant, c'est certain. Dangereux ? Je ne crois pas.

ben c'est cool alors !
je pense que vous avez toutes les chances d'être heureux, vu la confiance et la conscience que vous mettez déjà dans vos actions...

bon courage sur le chemin :)

#

(compte clôturé)

le samedi 30 octobre 2010 à 10h59

Bonjour et bienvenue!
La situation que vous vivez est très courante: les pluri-amoureux étant plus rares que les monogames infidèles, on a plus de probabilités de rencontrer ces derniers que les premiers. Parmi tous les hommes que j'ai connus, je crois que deux ou trois seulement ont été d'authentiques et francs Lutins. Pour les autres, c'était simple: j'ai toujours expliqué clairement ma façon de vivre et dit que je n'avais pas l'intention de quitter mon mari, sauf si je rencontrais un homme qui me comblerait à 100% ce qui me semblait utopique, personne n'est universel. (à ce stade de la discussion, certains se vexent et rompent, c'est leur droit, même si ça m'a parfois fait de la peine). Ensuite, je disais bien ô combien je les aimais et ô combien ce que nous vivions ensemble était unique (comme toute relation l'est d'ailleurs). A ce second stade- qui peut précéder l'autre, d'ailleurs- beaucoup se sont dit qu'après tout c'était super cool d'aimer et d'être aimé sans briser un foyer (ça les culpabilise souvent tout de même...) sans risquer de se faire révolvériser, et sans enjeux, juste par amour, en somme. Ceux qui ne l'ont pas supporté ont rompu, progressivement pour la plupart.
Ce que je veux dire, c'est que tu n'es pas responsable du bonheur des autres: la seule responsabilité, c'est d'être très clair et sincère, de bien dire ce qu'on vit, mais ensuite, le choix des autres d'y adhérer ou pas est leur responsabilité. Traitons nos amoureux (ses) comme des personnes autonomes, libres de leurs choix au lieu de les materner ou d'essayer de les "convertir", et tout ira mieux...

#

(compte clôturé)

le samedi 30 octobre 2010 à 12h48

Gin

bhd4
Choisit-on de tomber amoureux ?

j'en suis persuadée !
pour moi tout est une question de choix dans la vie, on a le choix pour tout... mais bon, je suis peut-être un peu "spéciale"... et puis c'est certain qu'on n'est pas toujours conscient des choix que l'on a et que l'on fait...

Oui, en y réfléchissant un peu, je pense que tu as raison... C'est vrai que si on creuse un peu, même pour des coups de foudres passionnels, il y a bien cachée une part de rationalité... donc un choix inconscient. Et puis même un non-choix est un choix. Bon c'est très existentialiste tout ça, mais ça me va bien : notion de responsabilité par rapport à nos choix, aussi.

Francoise
Ce que je veux dire, c'est que tu n'es pas responsable du bonheur des autres : la seule responsabilité, c'est d'être très clair et sincère, de bien dire ce qu'on vit, mais ensuite, le choix des autres d'y adhérer ou pas est leur responsabilité. Traitons nos amoureux (ses) comme des personnes autonomes, libres de leurs choix au lieu de les materner ou d'essayer de les "convertir", et tout ira mieux...

Merci Françoise pour l'accueil et la réponse !
Je n'en cite qu'une partie, celle qui je pense pose très clairement les choses que j'ai confusément essayé d'exprimer plus haut.
Après on se pose la question de comment parler de ça dans la mesure où c'est le nouvel amant de ma compagne qui s'inquiète de l'avenir de leur relation. Ce que lui répond ma femme pour le rassurer sur la force de son amour, l'idée que l'amour n'est pas quelque chose de fini et que si on en donne à un autre, on n'en donne pas moins au premier, sont des arguments de polyamoureux (pluri-amoureux, ai-je lu dans ta réponse, une raison à ce choix terminologique ?), qui, s'ils les comprend, ne le touchent pas profondément.
Le plus simple est bien sûr de ne pas se prendre la tête et de vivre les choses pleinement et sereinement, mais ça semble difficile pour lui.

#
Profil

LuLutine

le samedi 30 octobre 2010 à 12h57

bhd4
Choisit-on de tomber amoureux ?

Je n'ai jamais choisi d'aimer quelqu'un, ou non.
Je peux choisir mes actes, mais mes sentiments...pour peu que j'ai essayé, ça n'a jamais fonctionné.

Peu importe, c'est comme ça.

On peut aimer quelqu'un et choisir de ne pas avoir de relation avec lui/elle.
Le fait d'avoir une relation ou non ne change pas le fait d'avoir ou non des sentiments...

#
Profil

Gin

le samedi 30 octobre 2010 à 13h09

oui... je te suis...

...on peut je crois choisir l'intensité des sentiments envers quelqu'un, selon qu'on choisit de regarder assez profondément dans ses yeux jusqu'à y voir l'humain, ou selon qu'on choisit de ne pas croiser son regard.

on pourrait finir par aimer n'importe qui si on choisissait de se laisser aller vraiment à l'amour.

#
Profil

LuLutine

le samedi 30 octobre 2010 à 13h16

Gin
...on peut je crois choisir l'intensité des sentiments

Je ne crois pas non plus qu'on choisisse l'intensité, ou alors toi et moi n'avons pas la même définition de l'intensité.

Mais je crois qu'on peut choisir (un peu) nos pensées, et au lieu de se dire par exemple "il/elle ne m'aime pas, que je suis malheureux(se)", on peut se dire "il/elle est heureux(se), qu'est-ce que ça me fait du bien de le savoir", ou encore "je suis heureux(se) de ressentir ces sentiments positifs pour lui/elle, même si ce n'est pas réciproque, ce que je ressens personne ne me l'enlèvera et c'est une richesse", etc.

#
Profil

Gin

le samedi 30 octobre 2010 à 13h23

mouais... je te comprends...

moi je crois que je choisis tout ! hop là !

#

(compte clôturé)

le mercredi 03 novembre 2010 à 11h37

Bon... suite des événements : le second amant de ma compagne, celui que ne se conçoit pas autrement que monogame exclusif, vient de lui dire qu'il ne voulait pas continuer, parce qu'il ne supporte pas qu'elle soit poly. Pourtant il l'aime. Pourtant elle l'aime. Ils vont souffrir tous les deux, c'est trop bête. Que faire ?

#
Profil

LuLutine

le mercredi 03 novembre 2010 à 11h51

bhd4
Pourtant il l'aime. Pourtant elle l'aime. Ils vont souffrir tous les deux, c'est trop bête. Que faire ?

De ton côté, je dirais : pas grand-chose (à part être là pour ta compagne).
C'est à eux de savoir ce qui les fait le moins souffrir sur le long terme : rester ensemble et souffrir du fait que l'exclusivité n'est pas possible (il en souffrira, et elle en souffrira donc par ricochet) ; ou bien se séparer et souffrir de ne pas être ensemble.

#
Profil

Romy

le mercredi 03 novembre 2010 à 13h43

Françoise, en lien avec ton commentaire, j'ai une question... (à laquelle les autres peuvent répondre aussi!)

Est-ce que tu dis qu'il ne faut pas essayer de les convertir parce que ça t'ai déjà arrivé d'insister auprès d'un de tes amoureux qui ne se considérait pas capable de te partager et que ça a foiré?

Moi j'ai essayé, je croyais naivement qu'il se rendrait à mes arguments :-) Il reprochait justement à son mode de vie en couple de ne plus avoir de temps pour lui, d'être enfermé, de ne plus avoir de désir...Il est desormais séparé. Or, je ne comprends pas pourquoi il veut reproduire cela avec moi en recommençant à nouveau une vie de couple routinière et traditionnelle. Je suis tombée dans le paneau de vouloir "expliquer", je lui ai offert ton livre...J'avais dans l'idée qu'il finirait par comprendre. Ah!...cet instinct de certitude qui me taraude. C'est difficile de laisser aller alors que ça pourrait être si simple. Mais je crois aussi qu'on ne peut pas vouloir pour quelqu'un, même si on est convaincu que ça serait pour son bien.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 03 novembre 2010 à 16h56

Rosalie
on ne peut pas vouloir pour quelqu'un, même si on est convaincu que ça serait pour son bien

Moi je crois que tu réponds toi-même à ta propre question (citation ci-dessus).

Expliquer oui, expliquer pourquoi ça marche pour toi, les avantages que tu en retires....ensuite, c'est à l'autre de juger si ça lui convient ou pas.
Ce n'est pas à toi de lui asséner que ça serait tellement mieux pour lui (reconnais-le, toi-même tu détestes sans doute que quelqu'un te dise ce qui est mieux pour toi...même lorsque tu finis un jour par lui donner raison !).

C'est à chacun de faire son chemin, pas à quelqu'un d'autre de nous tirer de force sur un chemin qu'on ne veut pas ou qu'on n'est pas sûr de vouloir emprunter.

#
Profil

Romy

le mercredi 03 novembre 2010 à 18h10

Oui, j'y réponds, car j'ai appris de mes erreurs...Mais justement, je me demande si mes insistances ont non seulement servi à rien, car chacun finit par faire ce qu'il veut, mais ont en plus contribué à son éloignement. Comme si ça faisait peur, ou qu'il ne se sentait "pas à la hauteur", car pas en mesure de sortir du schéma qu'il connaît.

D'un autre côté, je m'en serais voulue de ne pas avoir tenté d'expliquer, fournir de la "documentation", expliquer que ce n'est pas absurde ce que je propose. J'ai voulu en somme lui faire profiter de mes années de questionnements... Je n'arrivais pas à me taire lorsqu'il me disait: c'est impossible parce que... ou qu'il me sortait tous ses arguments pro-exclusivité.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 04 novembre 2010 à 01h00

Rosalie
Mais justement, je me demande si mes insistances [...] ont en plus contribué à son éloignement.

Peut-être, peut-être pas. Lui seul le sait, et encore...

Rosalie
Je n'arrivais pas à me taire lorsqu'il me disait : c'est impossible parce que... ou qu'il me sortait tous ses arguments pro-exclusivité.

Moi non plus je n'arrive pas à me taire dans ces cas-là.
Mais j'essaye de parler de mon propre exemple (ou celui de gens que je connais) sans préjuger du fait que ce soit possible ou pas pour mon interlocuteur.
J'aurais même sans doute tendance à lui dire : "Les arguments que tu cites sont sans doute valables pour toi, et je comprends que ce n'est pas possible pour toi, mais ça l'est pour moi, car ma situation est différente."

Essayer de convaincre quelqu'un que ce modèle est viable pour moi, et/ou dans l'absolu pour certaines personnes : oui !

Essayer de le convaincre que ce modèle est viable pour lui: je ne suis pas lui, donc je ne peux pas le savoir, donc j'évite d'affirmer des choses dont j'ignore si elles sont vraies...

#

LILA (invité)

le lundi 06 décembre 2010 à 12h09

Bonjour à tous...
Je ne sais pas encore si je suis une poly-amoureuse, en tout cas, je suis tombée amoureuse d'un poly-amoureux...
Si intellectuellement je comprends tout à fait ce concept, je dois bien avouer qu'émotionnellement ce n'est pas toujours simple...
Pourquoi existe t il un tel fossé entre les raisons de l'intellect et celles du coeur?
Et surtout...Comment trouver un équilibre entre ces deux pôles?

En tout cas, par amour pour cet homme, j'ai cherché à comprendre, j'ai appris à voir autrement, et j'apprends encore à accepter...
je dois bien avouer que son positionnement m'interpelle à bien des niveaux... j'ai donc choisi de poursuivre notre histoire...
Intellectuellement et spirituellement par exemple je suis comblée... Mais j'ai bien l'impression que ce choix de vie réveille en moi certaines blessures...ou pour le moins les porte au grand jour.
Ce n'est pas confortable et parfois même douloureux à vivre...
Bref, je me sens coincée dans un paradoxe ingérable...Je ne veux pas nier cette nouvelle façon de vivre l'amour qui me semble effectivement plus juste et plus honnête...Mais je ne veux pas non plus perdre le respect de moi même en acceptant ce je ne sais quoi qui ne passe pas....

Comment situer tout ça? Comment trouver le juste équilibre?

#
Profil

titane

le lundi 06 décembre 2010 à 13h45

Intellectuellement et spirituellement par exemple je suis comblée... Mais j'ai bien l'impression que ce choix de vie réveille en moi certaines blessures...ou pour le moins les porte au grand jour. Ce n'est pas confortable et parfois même douloureux à vivre...

En effet, le passage n'est pas facile... et comme tu le dis ce passage "passe" par la réconciliation entre le coeur et l'esprit... entre "envies" et "difficultés"... je pense qu'il est impossible de faire un vrai changement "shift" sans mettre en branle les trois engrenages: changement de pensée (ta vision de l'amour comme tu le dis plus bas)... changement de discours (certains mots changent de signification et donc d'importance dans ton discours), et changement de comportement (ta façon d'aimer va alors changer nourrissant à son tour les deux autres engrenages)... Si tu semble avoir amorcer le changement de paradigme (ton idée de l'amour), ici c'est l'occasion de tester ton discours...

Je ne veux pas nier cette nouvelle façon de vivre l'amour qui me semble effectivement plus juste et plus honnête...Mais je ne veux pas non plus perdre le respect de moi même en acceptant ce je ne sais quoi qui ne passe pas....

Qu'il y a-t-il derrière cette peur de "perdre le respect de toi-même"? la sensation de "suivre" un autre et de "t'oublier"... pourquoi ne pas te poser la question non pas sur la "valeur" de ce "je ne sais quoi", mais sur pourquoi "ça ne passe pas"?

Ne voudrais-tu pas pouvoir choisir une fois "passé", en toute connaissance de cause?

La peur n'est pas forcément intrinsèque à son objet... de quoi as-tu peur vraiment?

#
Profil

Siestacorta

le lundi 06 décembre 2010 à 14h06

Bonjour, Lila. Bienvenue.

"certaines blessures", "je ne sais quoi qui passe pas"...
Je comprend bien que ce n'est pas facile d'être plus concret en venant parler sur un forum où tu ne connais personne, où tu as pas tes aises, mais les expressions que tu choisis renforcent le côté "je montre pas mes émotions négatives".

A travers le polyamour, tu peux gérer un peu différemment de d'habitude ces émotions, parce qu'il fait vivre un choix dont peu de gens parlent.
Le seul moyen pour que ça marche ou pour ne pas continuer la relation, mais en connaissance de cause, et pour combler ce fossé entre coeur et intellect : analyser ce que tu as dans le coeur, être en paix avec ce que tu as dans le crâne.

Il faut donc que tu connaisses précisément tes douleurs, et que tu puisses les exposer complètement (pas forcément ici, n'importe où tu te sentiras en confiance), pour voir comment tu peux vivre, quel est TON équilibre (yen a pas un qui conviendra à tout le monde).

Alors, dans quelle circonstance ce respect de toi risque-t'il d'être perdu ? Tu te condamnerais alors sur quel critère ?
Et quels sont les moments douloureux ?

#

(compte clôturé)

le lundi 06 décembre 2010 à 14h45

rosalie Est-ce que tu dis qu'il ne faut pas essayer de les convertir parce que ça t'ai déjà arrivé d'insister auprès d'un de tes amoureux qui ne se considérait pas capable de te partager et que ça a foiré ?

Je n'essaie pas de convertir les hommes que je rencontre, tout simplement parce que ce n'est pas mon rôle, je n'ai aucune envie de jouer les prêcheurs, ni de les materner. J'explique comment je vis et le bonheur que ça me donne (et les difficultés aussi), et ensujite, basta: à eux d'y réfléchir. Je ne leur donne même pas mes livres (mais plusieurs les ont lus). Après, leur choix de vie les regarde et par ailleurs j'ai toujours pensé que le pluriamour ne convenait pas à tout le monde et que vouloir le promulguer comme un "modèle", ce serait tout aussi déplaisant que d'imposer la monogamie comme modèle. L'avantage du pluriamour est d'ouvrir les possibles, y compris de pouvoir aimer des gens différents de nous sans leur dire "c'est pas possible avec toi parce qu'on ne s'entendra jamais". Cela dit, comme j'ai rencontré pas mal d'hommes mariés, ils devaient bien admettre qu'ils étaient capable d'aimer au pluriel, même si la culpabilité leur faisait cacher cette pluralité.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion