Polyamour.info

audren

audren

(France)

lesfessesdelacremiere.wordpress.com

Participation aux discussions

Discussion : Polyintimité ?

Profil

audren

le vendredi 16 mai 2014 à 21h59

Oui, j'aime bien aussi.

Ça me gène à chaque fois que je lis ou j'entends le polyamour présenté avec une insistance particulière sur le mot "amour", quand il est parfois précisé explicitement que ça n'a rien à voir avec le sexe. On y lit en creux le même genre de jugement dichotomique sexe-corps-plaisir-mal / amour-esprit-ascèse-bien qui sous-tend notre culture occidentale depuis trop longtemps.

Voir dans le contexte

Discussion : [Site] OkCupid : qu'en pensez-vous ?

Profil

audren

le jeudi 13 mars 2014 à 21h50

Pour info, je viens d'apprendre qu'OKCupid était récemment devenu encore un peu plus poly-friendly :

- dans le profil, on peut carrément préciser "open relationship" plutôt que "seeing someone + available"
- dans les détails, on peut préciser "strictly/mostly"- "monogamous/non-monogamous"

Voir dans le contexte

Discussion : Création d'un site de rencontres polyamoureuses

Profil

audren

le jeudi 13 mars 2014 à 21h50

Au fait, je viens d'apprendre qu'OKCupid était récemment devenu encore un peu plus poly-friendly :

- dans le profil, on peut carrément préciser "open relationship" plutôt que "seeing someone + available"
- dans les détails, on peut préciser "strictly/mostly"- "monogamous/non-monogamous"

j'ai l'impression qu'en ce moment, les mentalités changent comme 1.2.3 soleil.

Voir dans le contexte

Discussion : Création d'un site de rencontres polyamoureuses

Profil

audren

le jeudi 13 mars 2014 à 13h54

Je viens d'aller voir Kotango. C'est surtout un forum. Mais il se double effectivement d'une fonctionnalité de site de rencontres (fonction de recherche un peu élaborée pour trouver d'autres membres du forum).

Personnellement, mon souci avec un site juste "poly", c'est qu'il risquerait de confiner les rencontres dans un certain modèle poly un peu restreint. Ce que j'aime bien avec OKcupid, c'est qu'il est ouvert à une forme de continuum, depuis la monogamie stricte jusqu'au libertinage entre célibataires, en passant par le couple libre, le polyamour et toutes autres formes de relations non-standard.

Reste la barrière de la langue.

Voir dans le contexte

Discussion : Café poly le samedi 22 février 2014 à Toulouse

Profil

audren

le dimanche 16 février 2014 à 10h40

(cliqué sur le mauvais lien)
Je ne peux jamais le week-end.
Je vous souhaite de belles discussions

Voir dans le contexte

Discussion : L'autre ne comprend pas

Profil

audren

le jeudi 16 janvier 2014 à 20h50

Comme bouquins de référence, il y a aussi :

OPENING UP, de Tristan Taormino
MORE THAN TWO, de Franklin Veaux et Eve Rickert (à paraître prochainement)

Je ne manquerai pas de les lire et d'en parler sur les fesses de la crémière

Pour Sam, tu peux aiguiller ta femme vers mon blog et mon histoire perso (l'histoire d'un cocu devenu polyamoureux par la force des choses et l'amour pour sa femme) : lesfessesdelacremiere.wordpress.com/2013/04/03/ma-...

Comme conseils que j'aurais à donner à bien des couples qui se posent la question :

- du côté de la personne qui a envie d'aller voir un peu ailleurs -- est-ce que c'est juste une envie de découverte, de nouveauté, d'enrichissement, de contacts, ou bien est-ce que c'est les frémissements d'un profond besoin de changer d'air ? Dans le premier cas, le couple libre ou le polyamour vous feront trouver votre équilibre. Dans l'autre cas, ça sera simplement un tremplin, un prétexte pour partir.

- du côté de la personne qui voudrait garder l'exclusivité : votre partenaire exprime un besoin qu'il n'exprimerait pas si ça n'était pas un besoin fort (contraintes culturelles oblige, s'il en parle, c'est que c'est pas juste une idée comme ça, c'est quelque chose de vraiment important). De deux choses l'une, 1) soit c'est (comme dit plus haut) un besoin de diversité qui ne remet pas en cause votre couple, pourvu qu'il puisse être raisonnablement satisfait ; 2) soit c'est une envie de partir balbutiante et déguisée en polyamour. Dans le premier cas, de deux choses l'une : 1a) soit vous lui refusez la possibilité d'aller voir ailleurs, et son besoin enfoui risque de devenir insupportable jusqu'à avoir envie de partir pour de bon. 1b) soit vous mettez en place un arrangement de type couple libre (éventuellement par toutes petites étapes pour ménager vos appréhensions et vos insécurités, qui comptent autant que ses besoins). Et dans le deuxième cas (envie de partir pour de bon), de toute façon votre partenaire partira, quoi qu'on fasse.

Il faut peut-être un schéma pour mieux comprendre. De toute façon, je pense en faire un article sur mon blog un jour.

Bon courage en tout cas.

Voir dans le contexte

Discussion : La mesure du temps des amours... et pour soi!

Profil

audren

le mardi 17 décembre 2013 à 23h46

Siestacorta
Audren, je crois que ça te répond très directement, même si c'est qu'une approche.

Oui, c'est sympa mais je n'aime pas le style de l'écriture (bon d'accord, c'est juste mes goûts littéraires).

Et je n'aime pas trop l'idée que cette "réduction du temps de couple" soit promue principalement pour lutiner (oui, je comprends que l'article est humoristique). Parce que ce temps libre perso est vital pour la vie du couple et de chacun, indépendamment des amours et du sexe. Mais oui, c'est une bonne idée.

Voir dans le contexte

Discussion : La mesure du temps des amours... et pour soi!

Profil

audren

le lundi 16 décembre 2013 à 06h09

J'ai écrit un truc à ce sujet (un peu sur le mode lyrique, il est vrai) lesfessesdelacremiere.wordpress.com/2013/04/10/qua...

Pragmatiquement, je pense que notre culture monogame nous amène à amplifier outre mesure les heures passées avec nos autres amours, quand on compare ces heures :
- aux heures passées au boulot
- aux heures passées devant la télé
- aux heures passées à repasser (franchement, repasser...)
- aux heures passées en engagements divers (associatifs, sportifs, bien-être, etc.)

Mon avis perso, c'est qu'on ferait bien de faire avec le temps comme avec l'argent : au lieu de tout mettre dans un gros compte commun et de ne plus savoir sur quel temps on prend quand on veut en donner pour quelque chose, on pourrait avoir en plus chacun du temps "perso" (genre deux soirs par semaine, un week-end par moi) et dans ce temps perso, on fixe ses priorités. Si c'est le club de kayak, le cinéma, le coup de fil interminable avec ma mère ou bien une soirée avec mon amante.

Et pour répondre à l'une des questions posées (impossible de répondre à tout, surtout que Julien n'y répond même pas lui-même) : j'ai une amoureuse et une épouse. Je suis avec mon épouse 5 soirs par semaine et avec l'amoureuse 2 soirs par semaine. Ce qui simplifie l'arrangement, c'est qu'amoureuse ou pas, je suis absent deux soirs par semaine de toute façon. Et je travaille aux 4/5e (entre les RTT et le temps partiel, il y a une vraie mine de temps polyamoureux quand on décide qu'on peut aussi rogner sur le temps de travail).

Voir dans le contexte

Discussion : Plus de désir pour mon partenaire

Profil

audren

le jeudi 31 octobre 2013 à 07h35

@aimerplusieurshommes : la question était exactement "est-ce que vous diriez que le fait d'avoir souvent envie de sexe vous caractérise plutôt vous, plutôt votre partenaire, tous les deux, ou ni l'un ni l'autre ?"

L'étude s'est aussi posé la question de la corrélation avec l'âge plutôt qu'avec la durée de la relation (ce que je comprends de ce que tu soulèves comme problématique d'avancée dans la vie active / la parentalité / l'approche de la trentaine). Je traduis un morceau du bas de la page 8 :
"Ce déclin est-il lié à l'âge ? L'âge est évidemment corrélé à la durée de la relation (r = 0.32) mais il a n'a qu'un très faible effet pour prédire le désir sexuel dans une régression logistique*. L'évolution du désir sexuel en fonction de la durée de la relation n'est pas modifiée quand on ne retient que des couples des mêmes tranches d'âge (tableau IV, modèle 2), si bien que le déclin observé en fonction de la durée de la relation ne peut pas être attribué à l'avancement en âge. Il ne peut pas non plus être attribué à la cohabitation (tableau IV, modèle 3), au mariage, ni au fait d'avoir ou non des enfants."

*ndt : un truc de statisticien. Le tableau IV, modèle 2 (p34) examine de possibles corrélations avec d'autres variables. Quand il y a ns, ça veut dire "non significatif", sinon, il y a des ***

Bon, je propose de continuer l'exégèse de cette étude sur les fesses de la crémière un de ces quatre pour arrêter de troller ce débat ci.

Voir dans le contexte

Discussion : Plus de désir pour mon partenaire

Profil

audren

le mercredi 30 octobre 2013 à 05h52

Désolé. J'ai modifié mon message si tu veux réessayer.

Sinon, avec les mains, je vous décris le graphique :

Klusmann a interrogé 2000 personnes sur leur envie de sexe dans leur couple.

80% des hommes répondaient qu'ils avaient "souvent envie de sexe" avec leur partenaire, quelle que soit la durée de leur relation.

Côté femmes, le résultat était le même au départ : 80% de celles qui étaient en couple depuis quelques mois seulement disaient avoir envie de sexe souvent. Mais parmi celles qui étaient en couple depuis plus de 6 ans, il n'y avait plus que 20% qui disaient avoir envie de sexe souvent. Le plus frappant avec ce graphique, c'est le décrochage entre la courbe "hommes" et la courbe "femmes". La première reste à peu près horizontale à 80% (le désir des hommes reste globalement stable dans le temps) tandis que l'autre descend franchement, de 80% à 20% entre les femmes récemment en couple celles qui sont en couple depuis plus longtemps. Et je ne vois pas comment ça pourrait être un artefact statistique, vue la taille de l'échantillon.

Bien sûr, comme toutes les études, c'est à prendre avec des pincettes (Klusmann prend plein de pincettes) - il s'agit d'une population d'étudiants, jeunes, l'enquête est auto-déclarative, etc. N'empêche. Ça m'interpelle au niveau du vécu.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Plus de désir pour mon partenaire

Profil

audren

le mardi 29 octobre 2013 à 22h45

Le pluriel de "vécu", c'est "statistiques", non ? ;-)
Allez, un dernier lien et après je me tais (voir surtout le graphique p 36)
Sexual Motivations and the Duration of Partnership
C'est l'étude de Klusmann citée par Bergner, et effectuée sur près de 2000 personnes de 19 à 32 ans.

(le cite Researchgate fait un truc bizarre avec ce lien. Pour télécharger le pdf, il faut "copier l'adresse du lien" puis la coller dans la barre d'adresse d'un nouvel onglet - pas top pratique. Sinon, je mets le lien vers la recherche google qui donne accès au pdf : goo.gl/mA45ws)

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Plus de désir pour mon partenaire

Profil

audren

le mardi 29 octobre 2013 à 20h00

Je pense que "dix ans" est un peu optimiste. Ce qu'on lit un peu partout, c'est plutôt moins que ça :
"Dietrich Klusmann, a psychologist at the University of Hamburg-Eppendorf in Germany, examined several couples in long-term relationships. Klusmann found women experience a decrease in desire between the first and the fourth year of the relationship and it continues to decline as time progresses."

Voir dans le contexte

Discussion : Plus de désir pour mon partenaire

Profil

audren

le mardi 29 octobre 2013 à 06h27

Je cite le bas de la page 2 : "au bout d’un à quatre ans s’amorce chez les femmes une chute inexorable du désir si bien que le désir de l’homme se retrouve beaucoup plus haut. (On note cependant que les femmes qui ne vivent pas avec leur partenaire conservent leur libido bien plus longtemps que les autres.)"

Voir dans le contexte

Discussion : Plus de désir pour mon partenaire

Profil

audren

le mardi 29 octobre 2013 à 06h14

Et un lien pas du tout au hasard (mais long à lire) sur la "fatalité" de la baisse du désir :
lesfessesdelacremiere.wordpress.com/2013/07/18/un-...
(c'est la traduction d'un article du new york times à propos du livre-enquête de Daniel Bergner "What do Women Want" qui recense les résultats des recherches récentes sur le désir féminin, avec en toile de fond les essais cliniques du Lybrido.

Voir dans le contexte

Discussion : Plus de désir pour mon partenaire

Profil

audren

le lundi 28 octobre 2013 à 22h16

J'adhère à la réponse de Janis.

Dans mon cas, le désir de ma femme pour moi s'est un peu accru depuis qu'elle a son amant, mais il n'était probablement pas aussi bas que ce que tu décris et elle n'a jamais cessé d'être amoureuse de moi.

C'est déjà très délicat de vivre une relation exclusive quand il y a trop d'asymétrie dans le désir : pression pour l'un, rejet pour l'autre. C'est encore plus difficile à supporter quand la relation ne devient plus exclusive : au lieu de vivre avec quelqu'un qui a une faible libido, ton compagnon vivra avec quelqu'un qui a une vraie libido, juste pas pour lui. Si en plus de ne plus avoir de sexe il n'y a plus de sentiment amoureux, vous devenez colocataires, pas polyamoureux.

Je ne pense pas réaliste de croire qu'une situation de polyamour "fait accompli" et probablement asymétrique puisse améliorer quoi que ce soit. Et la triste réalité de la perte de désir (à moins qu'elle soit consécutive à une grossesse, mais tu as l'air de dire que ça remonte à avant), c'est qu'elle est le plus souvent irréversible, quoi qu'en pensent les thérapeutes.

Donc si c'était moi, ça serait la séparation avant de se détester trop fort et que ça rejaillisse sur votre enfant. A moins d'envisager le couple libre comme une transition en douceur le temps que ton compagnon fasse une belle rencontre de son côté, mais ça me semble un peu tiré par les cheveux.

Et mets les points sur les i avec ton amant pour ne pas retomber dans une relation exclusive et qu'il t'enferme à nouveau dans le même schéma. Car vous risqueriez de vous retrouver au même point dans deux ans.

Voir dans le contexte

Discussion : La frustration sexuelle masculine

Profil

audren

le mardi 03 septembre 2013 à 04h11

J'avais commis un article qui aborde un peu cette question. Hors de toute accusation de vénalité. La monogamie érode la libido (féminine, principalement), donc induit la frustration et exacerbe la jalousie.
lesfessesdelacremiere.wordpress.com/2013/04/19/le-...

Voir dans le contexte

Discussion : Le féminisme devrait-il dénoncer la norme monogame ?

Profil

audren

le jeudi 15 août 2013 à 17h09

Je ne crois pas que l'auteure de l'article (je n'ai fait que traduire) demande aux féministes de faire le boulot de critique sociale à la place des polyamoureu-x-ses. Je pense surtout qu'Angi Becker Stevens veut souligner que le polyamour est essentiellement un thème féministe (puisque la norme monogame est héritée de la société patriarcale). Et donc de même que le féminisme a été l'allié des mouvements LGBT, il y a matière à faire progresser l'idée de liberté et de non-exclusivité chère aux polyamoureu-x-ses en synergie avec des préoccupations féministes.

Voir dans le contexte

Discussion : Le féminisme devrait-il dénoncer la norme monogame ?

Profil

audren

le jeudi 15 août 2013 à 15h46

Attention, l'auteur précise bien qu'il ne s'agit pas de dénoncer la monogamie, simplement de remettre en cause la monogamie en tant que norme, en tant que seule possibilité, le plus souvent envisagée tacitement au début de toute relation, tellement on baigne dans cette image du couple exclusif, mutuellement possessif.

Et ce travail de dénoncer les stéréotypes culturels normatifs, ce sont bien les féministes et les homosexuel-le-s qui y ont le mieux contribué ces dernières décennies (à mon humble avis).

PS : on peut être macho et se dire "polyamoureux" parce que ça fait mieux que "polygame". Mais je ne pense pas qu'une polyamoureuse s'y tromperait ;-)

Voir dans le contexte

Discussion : Le féminisme devrait-il dénoncer la norme monogame ?

Profil

audren

le jeudi 15 août 2013 à 10h01

Le féminisme a su dénoncer la norme hétérosexuelle (donc critiquer les stéréotypes culturels hétéronormatifs et apporter son soutien aux voix des LGBT) comme un corollaire du patriarcat. Est-il temps qu'il s'en prenne à la norme monogame (donc critiquer les stéréotypes culturels de l'exclusivité et apporter son soutien aux voix polyamoureuses) ?

(discussion initiée par cet article)

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Café poly à Toulouse, le vendredi 14 juin 2013

Profil

audren

le samedi 08 juin 2013 à 09h34

Je n'y serai très probablement pas. Bonnes discussions à toutes et tous !

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion