Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Epanouissement ou non dans le pluri- vs uni-amour

Engagement
#

Métazét_de_passage (invité)

le dimanche 11 mars 2012 à 11h52

Bonjour,

Je suis en train d'écrire un livre (déjà 80 pages A4 taille 12, environ) sous forme de dialogues philosophiques, afin de présenter un argumentaire en faveur du pluri-amour et de répondre aux objections monogamistes-exclusivistes.

Pour être complet, j'aimerais savoir s'il existe des études sérieuses ayant tenté de "mesurer" le degré d'épanouissement (en tenant compte de différents paramètres, et pas uniquement de l'épanouissement ressenti) des pluri-amoureux en comparaison des partisans de la monogamie stricte et rigoureuse...

Bien sûr, intuitivement, j'ai une idée sur la question, mais les intuitions sont loin d'être suffisantes pour convaincre ;) A fortiori vu l'objectif ambitieux que je me suis fixé : libérer une bonne fois pour toute l'humanité du carcan oppresseur du monogamisme-exclusivisme en conduisant une démonstration implacable et en apportant des preuves accablantes ! :D (moui, bon, j'ai bien le droit de rêver un peu...)

Cordialement,

Mikaël

#
Profil

PolyEric

le dimanche 11 mars 2012 à 12h56

Je pense que l'épanouissement d'un polyamoureux dépend fortement du fait qu'il ait trouvé ou non, des personnes avec lesquelles vivre le polyamour sereinement. Par suite, je pense qu'il faudrait étudier de façon distinct:

1) les polyamoureux qui ont trouvé les personnes avec lesquelles s'épanouir (et voir s'ils s'épanouissent plus que les monos qui ont trouvé l'âme soeur)

2) Les polyamoureux qui n'ont pas encore trouvé les personnes avec lesquelles s'épanouir (et voir s'ils sont plus épanouis que les mono qui n'ont pas trouvé l'âme soeur)

D'après ce que j'ai lu sur ce forum, tu vas avoir du mal à trouver assez de polys pour faire une statistique (surtout lorsque tu vas chercher ceux qui ont trouvé les personnes avec lesquelles s'épanouir).

Même si tu y arrives, tu auras du mal à démontrer que les polyamoureux heureux sont plus épanouis que les mono heureux.

Si un bonheur était plus heureux que l'autre, alors il serait facile de montrer que celui qui a moins de bonheur n'est pas vraiment heureux, donc qu'on ne compare pas des choses comparables. Bref, on ne peut pas comparer des bonheurs. Soit on est heureux, soit on ne l'est pas. Enfin, on peut éventuellement comparer des temps. Plus ou moins de temps de bonheur dans une vie, par exemple.

Félicitations pour ton courage à l'oeuvre, en attendant.

#
Profil

Apsophos

le dimanche 11 mars 2012 à 13h33

N'oublie pas de prendre en compte également toutes les relations dont le caractère "amoureux" fait débat ou est carrément rejeté, et pas uniquement du fait de leur non-exclusivité.

Mais faire une étude sérieuse (quantitative, pour montrer des *chiffres*) opposant un cas unique précis et ultra-majoritaire à des expériences diverses et très rares, ça n'a pas de sens. Si les relations non-exclusives suivaient un modèle, un ensemble de règles reconnues (comme chez certains "libertins", apparemment) encore ça irait, on pourrait les mettre dans le même groupe et ce groupe serait assez nombreux pour en faire des statistiques.

#
Profil

Dreltak

le dimanche 11 mars 2012 à 15h32

/-C-/Ce-que-les-professionnels-en-psychologie-devr...

Je sais pas si tu trouveras ton bonheur parmi les études et références faites dans cet article, mais sait ont jamais?

#
Profil

Caelur

le dimanche 11 mars 2012 à 15h40

Il semble également qu'une approche très qualitative serait plus pertinente pour démontrer ce que tu recherches. Après, je peux me tromper. Par contre, fait le nous savoir quand tu publieras, ce genre de lectures est toujours intéressante.

Après, mais probablement ironisais-tu, je ne sais pas peux/devrais montrer aux mono qu'ils sont enfermés dans un carcan-oppresseur. Bien souvent, ils ont plus besoin d'être rassuré par rapport au "danger" qu'il perçoivent pour eux-même dans le poly.

Reste que ce genre d'initiative est généralement excellente pour ceux qui se posent des questions. Cela aide à construire une réflexion, à ce rendre compte à quel point la notion de couple monogame exclusif est un construit social, et un construit d'une extrême force. Personnellement, c'est vraiment la lecture d'ouvrages (Simpère) qui a débloqué ma réflexion sur la question, tant le couple semble seule possibilité.

Sur la question de l'épanouissement, je n'ai pas de données sur là-dessus - elles seraient de tout façon très difficiles à produire - mais une intuition : la "qualité" d'une relation, qu'elle soit poly ou pas, dépend notamment fortement de la "confiance en eux", de la "sérénité", de la "bonne connaissance d'eux-même" des protagonistes.

Ce que je veux dire, pour aller vite, c'est que si on est avec quelqu'un pour combler un manque, notamment un manque à l'image de soi et à l'estime de soi, en général, c'est la catastrophe assurée. Il me semble qu'il faut d'abord travailler seul sur ces thématiques avant de pouvoir fonder qqch d'heureux

#

Popol (invité)

le dimanche 11 mars 2012 à 19h55

Métazet, même avec des icônes qui rigolent, j'ai un peu de la peine avec le message sous-jacent qui véhicule ta croyance...

Une démonstration implacable du fait que la monogamie/l'exclusivité est un carcan oppresseur, et avec des preuves accablantes, oh là là, mais on se dirait en pleine plaidoirie de série américaine.

Lâche un peu les monos, et vis ta vie de poly, va.

#
Profil

PolyEric

le dimanche 11 mars 2012 à 21h19

Popol
Lâche un peu les monos, et vis ta vie de poly, va.

Le fait d'écrire ce livre lui permettra peut-être de faire cela (ou le contraire).

#

Popol (invité)

le dimanche 11 mars 2012 à 22h29

Tiens, voilà Batman.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 11 mars 2012 à 23h18

Je trouve un peu excessif de dire que tous les monos sont dans un carcan qui les oppresse...

Certains sont très heureux comme ils sont !

Est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux être moins réducteur dans ton analyse MetaZet ?
Tu donnes l'impression de dire qu'un mono ne peut pas être heureux...or comme cela a été dit dans un autre sujet, certains le sont parfaitement !

A moins que j'aie mal compris ce que tu exprimais...

#

Métazét_de_passage (invité)

le mardi 13 mars 2012 à 20h27

@lulutine : Non non, je ne dis pas qu'on ne peut pas être heureux en étant mono, bien au contraire, et lorsque je parle de carcan oppresseur du monogamisme-exclusivisme, je n'entends pas la monogamie de fait ou de préférence personnelle, mais l'idéologie selon laquelle le seul modèle moralement recevable de l'amour c'est 1+1=2 ou encore l'intolérance à l'égard du pluri-amour lorsqu'il touche son propre conjoint (car beaucoup de personnes sont dans la situation suivante : elles acceptent tout à fait que chacun fasse comme bon lui semble en la matière... pourvu que leur propre chéri(e) soit monogame...).

@Dreltak : merci pour ce lien, c'est tout à fait ce que je cherchais ! Décidément, je n'avais pas suffisamment fouillé ce site...

@Popol : difficile de vivre sa vie de poly lorsqu'on est en couple avec une mono...

#

Popol (invité)

le mardi 13 mars 2012 à 20h31

Ce serait pas un peu pour convaincre ta dame, ce livre?

#
Profil

Apsophos

le mardi 13 mars 2012 à 20h36

On ne convainc pas les gens avec un livre, mais si on peut interpeler des gens en prenant une position peut-être exagérément provocante, ébranler les certitudes qu'on nous présente comme absolues, susciter la remise en question, sans pour autant appeler à l'adhésion stricte au crédo exposé (ce qui est voué à l'échec puisqu'un livre s'adresse à des gens instruits, conscients de la diversité des pensées), alors je pense qu'on devrait encourager l'initiative.

#

Métazét_de_passage (invité)

le mercredi 14 mars 2012 à 17h22

@Popol : Eh bien en toute franchise, il y a un peu de ça, mais je n'espère pas trop la convaincre directement, tout au plus avoir sous la main ce vers quoi la renvoyer si elle remet le couvert sur cette question (je préfère éviter le débat oral avec elle, sachant où ça mène...). Par contre, si j'arrive à convaincre un peu de notre entourage plus ou moins proche, ça peut peut-être avoir un effet bénéfique indirect.

#
Profil

lilitu

le jeudi 15 mars 2012 à 01h29

@ Métazét_de_passage

De ma toute petite expérience dans le domaine, écrire un livre, ça permet de se construire soi-même, et de donner une forme plus concrète à sa réflexion. Rien que pour cela c'est une expérience qui en vaut la peine. our la suite, je ne sais pas car je n'ai pas encore publié. Peut-être auras-tu plus de facilité à communiquer avec ta dame lorsque tu auras fini d'écrire...
Puis de donner à lire tout un argumentaire construit sur un sujet complexe, c'est beaucoup plus percutant que des discussions ou l'on ne peut qu'effleurer ce qui nous tient à coeur.
En ce qui me concerne, je sais que j'avais ébaucher un bouquin sur le mode argumentaire, et ça c'est fini en un mélange de mon vécu personnel, de petites histoires poétiques et de considérations existentielles. Comme ça j'ai l'impression de toucher à quelque chose de plus profond que le mental rationnel chez mes lecteurs potentiels...

#

Métazét_de_passage (invité)

le jeudi 15 mars 2012 à 21h47

@lilitu : exactement, je suis à 100% d'accord avec toi, notamment sur la fin de ton message. D'ailleurs, j'en suis un peu arrivé au même point que toi : cela fait des lustres que j'essayais d'écrire des esquisses de livres sur un mode purement rationnel et argumentatif, et ça se terminait toujours prématurément sans que je sois satisfait... Et là, j'ai décidé une toute nouvelle approche avec des dialogues philosophiques, et ça me paraît davantage prometteur, et comme tu dis, ça peut davantage persuader que le seul recours à des démonstrations froides et sèches...

Bon, en tout cas je viendrai vous tenir informés de l'avancée du projet...

A+

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion