Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamoureuse heureuse !

#

(compte clôturé)

le dimanche 07 août 2011 à 02h41

Tiens, au fait, pas plus tard qu'avant-hier, j'ai eu droit à un super joli moment poly', avec tout plein de câlins qui vont bien, pendant plus de six heures.

Je les dois en grande partie à des amoureuses plurielles heureuses et contagieuses. Merci à elles, amoureuses ou amies.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

prince_lutin

le jeudi 11 août 2011 à 11h11

En accord total avec ce fil !

Je constate une fois de plus que lorsque le polyamour est partagé au sein d'un couple, le bonheur n'est vraiment pas loin ;) (+)

Signé : un membre du monde des bisounours :)

#
Profil

Fleur

le dimanche 14 août 2011 à 11h18

Siestacorta
Ya un biais, dans cette remarque sur les témoignages : les gens heureux n'ont pas d'histoire. Pas grand chose à raconter de neuf, puisque, souvent les évènements heureux, on a plus envie de continuer à les vivre que de prendre du temps sur son bonheur pour en parler.
C'est un peu ce que veulent dire les chinois avec cette expression : "je vous souhaite une vie intéressante". Du point de vue chinois/confucius (un philosophe très amateur de poulet au gingembre), une vie intéressante, où il se passe des trucs, c'est une vie malheureuse. Une vie heureuse est sans évènement, un bonheur "fixe".

Dire que les gens heureux n'ont pas d'histoire, je trouve ça très réducteur !! Une vie sans évènement c'est une vie ennuyeuse et non pas heureuse !
On peut avoir plein de choses à faire, avoir plein d'amis, avancer, construire des projets, réussir ou être en échec, voir des êtres chers disparaître, être en désaccord avec sa famille, ..., et avoir quand même une vie heureuse !! (et heureusement :-) )
En fait, je pense surtout que ce qui permet de se sentir épanoui, bien dans sa peau et heureux c'est d'une part, le travail qu'on fait sur soi et pour soi (être en accord avec soi, ses valeurs,..) et d'autre part, la manière dont "on s'écrit sa vie" : Les personnes à tendance pessimiste vont plutôt, pour un évènement, une histoire, garder en mémoire les aspects négatifs et passer outre les aspects positifs alors que pour les personnes à tendance optimiste, ce sera l'inverse. Ce que je veux dire, ce n'est pas tant l'évènement qui est heureux ou malheureux mais plutôt la manière dont on l'interprète ^^.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 14 août 2011 à 23h56

Ben sur le fond je suis assez d'accord !

Mais quand je dis "pas d'histoire", en fait, je pense à "suite d'évênements qu'on raconte".

Et, de fait, en fiction ou en réalisme, les récits avec des évênements difficile et des épreuves sont plus facile à narrer (faut pas renifler en prononçant le double R) que les histoire de bonheur ou tout est bien qui continue bien et finit bien.... donc en fait, l'émotion positive est moins facilme à transmettre en continue qu'une alternance positif/négati ; et on a pas forcément d'ailleur l'impulsion de partager la positive, parce qu'on est déjà dans le bien-être, donc on a pas besoin d'en faire le récit pour l'augmenter.

Mais c'est pas mon opinion sur le bonheur, c'est juste pour expliquer avec cette forme récurrente des récits, en général sur plein de sujets, pourquoi on trouvera pas non plus tant que ça de récits de bonheur poly.... Pas plus qu'on trouve, proportionnellement, une majorité de récits de bonheur mono....

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

agapante

le lundi 15 août 2011 à 22h20

Pour ma part, je prends plus de plaisir à raconter à mes amis ce qui va bien dans ma et la vie que le contraire !
Comme j'aime bien déconner, c'est dans ma logique.
Je ne vais pas dire qu'il n'y a pas d'ombre de temps en temps mais en général, j'arrive à résoudre mes soucis toute seule ou j'en parle à mon mari.
Il est toujours de bon conseil donc en général, on perce l'abcès et zou !
J'évite de me plomber l'esprit avec des futilités ( c'est de cet ordre en général, soyons sincère ! ) .
Je préfère rester sur du positif et aller de l'avant. Je le fais pour moi mais aussi pour les autres.
Il n'y a pas de raison, il faut partager quand on est heureux !

#
Profil

LuLutine

le samedi 20 août 2011 à 11h01

agapante
Pour ma part, je prends plus de plaisir à raconter à mes amis ce qui va bien dans ma et la vie que le contraire !

Moi aussi, mais ici nous sommes sur un forum d'entraide, pas (nécessairement) dans un groupe d'amis.
Donc je ne viendrai sans doute pas ouvrir un sujet pour dire que tout va bien ^^

#
Profil

Fleur

le samedi 20 août 2011 à 12h00

Heuuu... Un forum d'entraide ?????? Sans vouloir être péjorative, ce n’est pas toujours l’impression que ça me donne.
Sinon, certes, je n'ai pas pris le temps de tout lire, mais c'est indiqué où ?

#
Profil

LuLutine

le mardi 23 août 2011 à 14h25

Disons que pour moi, c'est implicite que tout forum du net a - entre autres - un rôle d'entraide et d'information. Et c'est principalement comme ça que je l'utilise.
Si je veux parler de ma vie à mes amis, quand bien même seraient-ils sur le forum, je les contacterais par un autre moyen...

#
Profil

Fleur

le mardi 23 août 2011 à 15h16

Je pensais que ce site était un site d'intérêt, où chacun peut exprimer ses sentiments, ses avis ou ses demandes… en rapport avec le sujet du polyamour, incluant l'aide ou l'entraide.

S'il faut juste demander ou apporter de l'aide pour écrire sur ce forum, ben... je trouve ça dommage et beaucoup moins intéressant ! Autrement dit : si le site est réservé uniquement à l'entraide, pour le coup, c'est un peu exclusif !! :-/ (mais LuLutine, tu as rajouté « rôle d’information » sur ton dernier post )

LuLutine
Donc je ne viendrai sans doute pas ouvrir un sujet pour dire que tout va bien ^^

Dire qu'il existe des polyamoureux(ses) heureux(ses), c'est peut être aussi de l'aide apporté à ceux qui en doute et c'est aussi un pied de nez pour les détracteurs (ça me fait penser à l'interview de Luc Ferry qui disait que ça ne tiendrait pas 2 ans cette histoire amoureuse à 3)...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 23 août 2011 à 16h44

Attention lecteur-internaute si vous lisez ce qui suit, vous allez connaitre la fin de jackie Brown, ce qui serait dramatique si vous n'avez pas vu ce Tarantino excellentissime.

Tout à fait d'accord avec Siesta: les "histoires" heureuses au sens particulier de recit sont rarement vraiment passionnantes si les incidents dramatiques les epreuves ne donnent pas un minimum de rythme et de sens à l'intrigue: une "bonne" histoire a peu ou prou toujours la meme trame: etat initial, incident(s) dramatique(s) qui mettent à l'epreuve les héros/héroïnes jusqu'à l'acme/climax puis la resolution des problemes initialement posés par le romancier/réalisateur/ maître du jeu/dramaturge.
Les recits qui s'ecartent trop de cette "regle" se rapprochent souvent d'autre chose de plus poetique (qui a sa légitimité propre on est bien d'accord) ou de l'essai...
J'ai d'ailleurs réalisé recemment à ma grande surprise qu'un de mes films préférés Jackie Brown résolvait l'intrigue amoureuse de manière malheureuse (putain mais pourquoi il va pas en Espagne avec elle!!! j'arrive toujours pas à comprendre) et que la tension entre l'histoire d'amour qui ne se fait pas et le triomphe materiel de Jackie faisait le charme particulier de ce film (ça plus De Niro en abruti fini aussi...).

La jalousie comme tous les "obstacles à l'amour" est évidemment un des ressorts dramatiques les plus efficaces qui soit...

Mais ça fait toujours du bien de lire de temps en temps (sans trop en abuser quand même sinon faut que je me fasse une injection d'urgence de films de zombies ou un repas chez mes parents) des histoires bisounours sans épreuve pour les héros et l'Amouuur....

#

(compte clôturé)

le mardi 23 août 2011 à 17h14

Accord avec Fleur.

La vie heureuse de polyamoureux exposée concrètement est un point d'appui certain pour tous ceux qui réfléchissent sur ce sujet dans leur vie.

Mais en prenant garde d'admettre que les expériences des uns ne sont pas nécessairement valables pour d'autres. C'est soi qui bien sûr tranche seul dans son analyse et ses choix.

Et il est vrai que les faits concrets balaient d'une chiquenaude les uniformateurs-moralistes-détracteurs qui voudraient que le monde entier tourne comme ils l'entendent. Comme des gosses de 4 ans qui veulent dicter leur loi dans la cour de récré. Ce n'est pas différent.

Je suis polyfidèle avec deux compagnes depuis un temps plus que certain... (26 a et bientôt 9 ans).

Et il est vrai que les détracteurs dans mon entourage sont aujoud'hui célibétaire ou en couples recomposés 3, 4, 5 fois... En précisant que je n'ai jamais "détracté" un couple mono, à chacun sa forme personnelle de bonheur . C'est toujours dans l'autre sens qu'on vient vous chercher des noise, vous n'avez pas remarqué ? Et je soupçonne même les plus violents détracteurs d'être secrètement envieux.

Cette violence provient, à mon sens, de la contradiction entre le désir désordonné qui aiguillonne et l'incapacité à le réaliser (moeurs, conditionnement, pressions familiales, culpabilité etc). Comme il a été établi que les homophobes les plus violents présentent les traits d'une homosexualté latente et dialectiquement refoulée.

Ce qui ne veut certes rien dire sur la pertinence de tel ou tel mode comme système universel.
L'individu est complexe. Le progrès aujourd'hui est que d'autres modes de relation amoureuse sont disponibles pour répondre à ses aspirations les plus intiimes. Encore faut-il reconnaitre honnêtement ce que l'on est et ce que l'on veut et le déclarer nettement à l'autre.

En ce qui me concerne, la raison première de séparation en France étant réglée (jalousie, ego malmené, délaissement par l'autre etc...) , on peut s'engueuler ensemble sur les autres sujets classiques et passionnants de couple.

Car le couple poly n'est certainement pas différent du couple mono sur les autres sujets : la reconnaissance de l'altérité, l'existence de rapports de forces, le transfert de ses névroses et contradictions sur l'autre, l'action des conditions difficile de vie etc... Je le sais, j'en suis la preuve et en rigole souvent quand sont réglés ces utiles conflits.

Mais il apparait qu'à partir des trois composantes du polyamour - la confiance/estime de soi (essentiel pour ne pas subir la jalousie qui est la demande exhorbitante de la confirmation de soi par l'autre) le respect intégral de la vie de l'autre et l'échange ouvert et libre - on est plutôt très bien outillé pour se frotter aux autres soucis de couple.

C'est donc une expérience d'un beau fixe ennuyeux que je vous livre. On vous refera un point détaillé dans 10 piges. T'es partante Agapante ?

#
Profil

Fleur

le mardi 23 août 2011 à 19h58

De toute évidence, les histoires heureuses n’intéressent pas grand monde, c’est sur : ça peut paraître nian-nian. Il en est de même, pour moi en tout cas, concernant les demandes d’aide répétées. Je ne remets pas en cause la douleur des personnes qui viennent sur ce site, bien au contraire, mais souvent je trouve ça ennuyeux et les schémas de résolution sont souvent les mêmes. J’en conviens, si ça ne m’intéresse pas, je ne lis pas !

De manière plus constructive, il me semble évident qu’écrire juste «  je suis heureux » n’est pas suffisant, il faudrait préciser comment ou pourquoi on y arrive. Parce qu’il ne faut pas se leurrer, nous avons tous des problèmes, des ennuis, des soucis, des histoires de cœur qui nous affectent (mono ou poly)…. Ce qui distingue une personne bien dans sa peau c’est, peut être et entre autres, qu’elle arrive à résoudre ses propres problèmes.

D’autre part, pourquoi on aime lire et être à l’écoute des personnes en souffrance ? On se dit qu’il y a pire que nous :-) . Mais surtout, ce besoin de reconnaissance. On a tous besoin d’être reconnu d’une manière ou d’une autre pour ce qu’on est ou ce qu’on peut faire. Se faire reconnaitre comme étant polyamoureux par exemple. A ce titre, les forumeurs qui répondent aux appels au secours des âmes en détresse sont reconnus pour ce qu’ils peuvent apporter, c’est gratifiant ! C'est un plaisir de savoir qu’on peut servir à quelqu’un et accessoirement, d’avoir des compliments ou d’être remercié … L’avantage supplémentaire à aider les personnes virtuellement, c’est que sur un forum il n’y a pas à s’engager sur des relations pérennes (hormis les personnes qui se connaissent ou se rencontrent) et ça n’engage à rien d’autre que quelques mots écrits sur un post….

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

oO0

le mardi 23 août 2011 à 21h11

Wow O_O

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 24 août 2011 à 05h12

Fleur
Ce qui distingue une personne bien dans sa peau c’est, peut être et entre autres, qu’elle arrive à résoudre ses propres problèmes !

heu, qu'elle arrive à résoudre "seule" ses problèmes, c'est le sens de la phrase ?
donc, au choix, on est bien dans sa peau parce qu'on a ça naturellement, ou on est bien dans sa peau parce qu'on est meilleur que les autres et qu'on assure un max à tout résoudre sans demander à personne ?
Non, je caricature un poil, mais je "crains" de comprendre ça ?

D’autre part, pourquoi on aime lire et être à l’écoute des personnes en souffrance ? On se dit qu’il y a pire que nous :-) . Mais surtout, ce besoin de reconnaissance.
(...)
L’avantage supplémentaire à aider les personnes virtuellement, c’est que sur un forum il n’y a pas à s’engager sur des relations pérennes (hormis les personnes qui se connaissent ou se rencontrent) et ça n’engage à rien d’autre que quelques mots écrits sur un post….

Là, je sais pas bien si tu poses ça pour expliquer, ou si ça veut aussi dire que puisqu'il y a des avantages à soutenir par forum, et que c'est plus facile, ça veut dire implicitement que ça vaut pas grand chose ?

PArceque , bon, ce que tu dis est vrai, mais incomplet :

- ça aide vachement de se livrer, et d'avoir des oreilles qui écoutent. J'ai déjà réussi à retomber sur mes pieds par chat, certaine nuits de déprime, avec juste des inconnus complets qui me lisaient. Juste sortir les triples fumantes.
- celui qui écoute et conseille a une satisfaction narcissique... ça c'est clair (j'adore ça). Mais ça ne le conduit pas à pipoter pour autant. On répond généralement quand ça nous touche. Et il se trouve que sur un forum où on parle d'un sujet précis, comme le polyamour, des situations ou on SE reconnait, yen a.
- oui, c'est plus facile de faire ça sans revoir les gens. Mais aussi, ça donne un regard "frais" sur les situations. On arrive à lire dans une confidence ce que la personne ne voit pas quand elle a le nez dans le guidon, et ce qu'on ne lui dirait sans doute plus si on la voyait régulièrement, par respect, résignation, ou parque nous-même on ne voit plus "l'éléphant dans le salon"

Voilà, j'espère avoir pas trop été trop brut, parce que je sais pas si je dois interpréter ton post comme une revendication "débrouillez-vous et embêtez pas les autres avec de la psycho de comptoir", ou si c'est juste des arguments que tu poses...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Fleur

le mercredi 24 août 2011 à 10h06

Siestacorta
on est bien dans sa peau parce qu'on est meilleur que les autres et qu'on assure un max à tout résoudre sans demander à personne ?

"être heureux" ne veut pas dire "meilleur que les autres" mais juste arriver à obtenir cet état, pas forcément seul. Mais je connais aussi des personnes qui sont malheureuses parce qu'elles choisissent de l'être et qui se complaisent à rester dans cet état.

Dans ce fil, je lis :
- des personnes qui sont heureuses
- des personnes qui y répondent. Je simplifie : exprimer le bonheur, aucun intérêt ou, c'est bien mais à petite dose parce que pas trop intéressant (je voulais dire que j'étais assez d'accord, et que ça pourrait être bien de préciser pourquoi on est heureux).

Pour le reste, je voulais juste voir le sujet par une autre fenêtre et dire à l'inverse des fils heureux, pourquoi les fils de demandes d'aide étaient plus intéressants :

Il y a donc les personnes qui demandent du soutien et celles qui y répondent. Demander du soutien sur un forum, c'est un moyen comme un autre et je suis persuadée que les personnes y trouvent leur compte, c'est souvent retranscrit d'ailleurs. Je ne porte aucun jugement, je dis juste (à l'instar du fil polyamoureuse heureuse) que ce n'est pas ma tasse de thé, mais il y en a pour tous les goûts non ?
Je m'attachais ensuite aux forumeurs qui répondent aux demandes d'aide, et j'exprimais pourquoi c'était plus intéressant d'intervenir sur ces fils.

Siestacorta
Voilà, j'espère avoir pas trop été trop brut,

Non. Visiblement, j'ai dû mal exprimer mon idée.

Siestacorta
je sais pas si je dois interpréter ton post comme une revendication "débrouillez-vous et embêtez pas les autres avec de la psycho de comptoir", ou si c'est juste des arguments que tu poses...

Juste des arguments.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

superpseudo

le mercredi 24 août 2011 à 12h34

Alterity
Comme il a été établi que les homophobes les plus violents présentent les traits d'une homosexualté latente et dialectiquement refoulée.

Etabli??? Par qui et par quelle méthode?
Sans doute de simples divagations de psychanalystes...

Désolé de rebondir sur un point qui n'a aucun rapport avec le fil.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 25 août 2011 à 01h58

Non. Visiblement, j'ai dû mal exprimer mon idée.

Pas forcément. Mais en ce moment, on a deux ou trois intervenants qui argumentent beaucoup pour dire que finalement, le polyamour n'a aucune pertinence, pour eux, mais ne devrait même pas en avoir une pour nous.
Du coup, je pense être dans un mode un peu plus "combatif" que d'habitude : j'attaque personne, mais je cherche qu'à me défendre, comme disait Coluche.
Donc j'ai eu une réaction sur ton post sur ce mode-là.

Bon, ya aussi l'éthique assez "vitaliste- individualiste" qui s'en dégage, un côté "débrouille-toi". Que je connais bien, creuse souvent... Et que j'apprécie de cerner, à la fois dans son efficacité (je fais souvent chier les gens pour qu'ils se sortent les doigts du c. ) et dans ses limites (prendre sur soi c'est souvent prendre aussi ce qui va nous faire tomber).

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 25 août 2011 à 02h06

superpseudo
Etabli?? ? Par qui et par quelle méthode ?
Sans doute de simples divagations de psychanalystes...

Désolé de rebondir sur un point qui n'a aucun rapport avec le fil.

établi, je sais pas... Mais disons que c'est récurrent : tu vois des militaires, ou des leaders de trucs à conflits (bandes, tribus, milices, soldats en pays occupé) qui on un discours super viriliste, des comportements violents de mecs qui se laissent pas marcher sur les pieds ha mais moi on me fait chier je tape et on fait le con dans ma rue je tape aussi, et je que je te traite de tantouze, et que je pense qu'ils sont pas comme nous, un peu malade, quoi.
Mais un jour, ha, on coince un enfoiré, et tiens, pour le punir de sa sale gueule, on va l'humilier, on va le mettre tout nu, on va lui dire de nous sucer, le sodomiser...

Oh.
Oui. Non parce qu'il faut encore bander, pour y arriver, à ça, hein.

Ben si il s'agissait d'en arriver là ? Ya des tas de moyens de le faire sans autant de mauvaise bière et de roulement de mécaniques. Ha, c'est pas homo ? Ha bon.

Donc, non, pas établi... Récurrent. Un petit tour dans les plaintes de viol posées par des hommes en commissariat devrait te convaincre...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 25 août 2011 à 09h45

.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 25 août 2011 à 09h49

.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion