Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Tu l'attends car un jour il sera ton régulier...

Témoignage
#
Profil

Romy

le mardi 04 mai 2010 à 02h10

J'ai découvert recemment la chanson de Jeanne Cherhal "Un couple normal'...Cette chanson m'interpelle, car j'ai déjà été la femme de l'amant de cette fille (enfin, pas Cherhal, mais la narratrice de la chanson). Je m'interroge sur la responsabilité des couples PA qui ont un projet de vie et une famille face aux autres partenaires qui n'ont pas de projet de vie avec personne et qui aimeraient bien en avoir un. Mon mari avait une copine qui était au courant de mon existence et qui comprenait et acceptait le mode de vie PA, mais qui, malgré tout, était toujours dans l'attente de quelque chose de plus, d'un quotidien avec mon mari, d'un projet de vie, et éventuellement, j'imagine, d'un enfant de lui. Je me suis sentie responsable, car j'avais peur qu'elle finisse par croire qu'elle avait "perdu son temps" à attendre quelque chose qui n'arriverait probablement pas. Je me suis parfois demandée si mon mari ne devraient pas prendre l'initiative de rompre pour qu'elle puisse trouver quelqu'un avec qui elle aurait pu avoir une famille. Je nous voyais comme un couple fort et diabolique qui faisait souffrir les gens autour de nous, cette fille notamment. Je sais bien que, dans la mesure où mon mari ne lui faisait pas croire qu'il ne m'aimait plus et qu'il allait divorcer éventuellement (comme ça semble être le cas dans la chanson), elle connaissait la situation et l'acceptait telle quelle. Mais est-ce que mon mari n'avait pas une part de responsabilité de ne pas lui donner de faux espoirs? En l'encourageant par exemple à rencontrer d'autres hommes?

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 04 mai 2010 à 07h44

Salut de l'autre côté de la terre...

Je comprends le mood; mais voilà ce que j'ai à y répondre.

On n'est responsable que de la moitié de la relation et de ce qui s'y passe. En l'occurence, je vois deux axes de réflexion: pour le premier, tu ne faisais donc pas partie de cette relation-là, au sens strict du terme; tu étais une composante du paysage de ton mari, qui lui, était responsable de la moitié de la relation qu'il avait avec cette fille.

Deuxième axe: l'autre moitié était portée par cette fille, qui avait certainement un truc à comprendre d'elle-même si elle s'était engagée dans cette relation, sachant tout ce que tu décris.

On ne peut ni grandir, ni comprendre à la place des autres, juste leur laisser faire leurs expériences. Dans leur cas (notre bien que je ne dis pas "votre" cas, car j'estime que tu n'avais pas à prendre sur toi la responsabilité de quoi que ce soit), c'est ton mari qui devait mesurer les choses. Toi, tu n'étais "que" sa compagne.

Maintenant, je vais t'embêter un peu avec une idée qui me passe comme ça par la tête: tu as décrit votre couple comme fusionnel, si je me rappelle bien. Je pense qu'un fil comme ça peut te mettre sur la voie non pas de la fission, mais d'une vision plus claire du fait que vous êtes malgré tout des personnes bien distinctes. Ce qui arrive à l'un peut affecter l'autre, oui; et un peu de recul pour s'individuer, ça fait pas de mal non plus.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion