Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Réactions à l'article

La subversivité : éthiquement vôtre

Témoignage

J’ai eu entre les mains ce week-end le livre de Pat Califia, «  Sexe et utopie», et les quelques pages que j’ai pu en lire m’ont fait l’effet d’une bonne claque : l’écriture comme acte subversif, je prends. Et la première chose que je vais faire demain, c’est me procurer cette pinte de vitriol social, histoire de continuer à m’aérer l’esprit - prenons exemple sur l’historique levée du mythe, chez Guilain avant-hier, au sujet des trous dans le gruyère : ils ne sont dus qu’aux prélèvements par sonde, pour en tester la qualité. Heureusement que…

» Lire l'article

#
Profil

LuLutine

le mercredi 08 juillet 2009 à 08h11

J'adore <3

#
Profil

titane

le mercredi 08 juillet 2009 à 08h32

Bravo... un délice de te lire...(+)

#

(compte clôturé)

le mercredi 08 juillet 2009 à 08h46

Soyez subversifs! Merci du fond du coeur, LuLutitane.

#
Profil

titane

le mercredi 08 juillet 2009 à 10h20

aimer est le plus beau et le plus puissant acte subversif !

#
Profil

titane

le mercredi 08 juillet 2009 à 10h20

si être subversif est "se libérer"...

#

(compte clôturé)

le mercredi 08 juillet 2009 à 10h32

Ca peut aider... :-)

#
Profil

titane

le mercredi 08 juillet 2009 à 10h32

Enfin, ce que j'aime dans cet acte subversif, c'est qu'il ne juge pas, ne méprise pas, ne "lutte pas contre", ne 'lutte pas pour", ne divise pas, ne sépare pas, n'égalise pas, ne catégorise pas... au contraire... Il nous permet d'être dans notre créativité, nos gestes, nos silences, nos mots... il nous connecte les uns aux autres avec le seul dessein d'être ensemble ni par "compassion" , ni par "militantisme", juste parce qu'un plaisir est partagé et qu'avec ce plaisir on se sent vivant...

Ce simple constat "d'être avec" sans aucun autre but est le plus subversif des actes !... et ouis je sens que je vais paraître ringard mais les subversifs sont toujours ringards : aimez-vous les uns les autres... le reste suivra...

Idéaliser cette phrase serait prétendre la rendre impossible et justifierait nos fausses tentatives et surtout nos excuses pour pas le faire... je ne l'idéalise pas, j'essaye modestement et à ma manière selion mes capacités et mes limites d'aimer... pas facile, mais si enrichissant même le temps d'instants volés à l'éternité...

Je suis bien loin des "combats" de tous les jours. Mais je souhaiterais que l'amour soit un havre de paix, un espace où l'on ne soit plus obligé de "combattre", de "revendiquer", de "démontrer"... juste un espace où l'on puisse être et se "reposer" au vrai sens du terme... l'amour n'est pas une agitation...

Voilà mon amour subversif... il serait même subversif à la subversion !

#

(compte clôturé)

le mercredi 08 juillet 2009 à 10h56

Ben tu vois, moi je dirais que ce n'est pas aimer qui est subversif, mais se remettre au boulot d'amour tous les jours bien que l'on se sente jaloux, possessif, moins ardent qu'au début; moche de l'être, découragé de ne l'être aujourd'hui qu'un tout petit peu moins que hier, et juste un peu plus que demain; and son on.

Je ne promets jamais rien, que d'essayer de toute mes forces. Ca me permet de ne pas traiter quelqu'un d'utopiste en la matière, mais de me tenir derrière le garde-fou; ça me permet d'être un peu moins triste quand je sens que mon amour n'est plus aussi fort qu'avant, comme je voudrais qu'il le soie.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 08 juillet 2009 à 11h38

touffu et décoiffé, belle faconde !

(et en plus je suias d'accord avec les idées proposées)

#

(compte clôturé)

le mercredi 08 juillet 2009 à 11h58

J'ai aimé très fort découvrir l'image proposée comme en-tête, aussi!

#
Profil

titane

le mercredi 08 juillet 2009 à 12h07

hm... chacun ses combat en effet... mais "pas aimer" ou "mal aimer" me semble être une pente plutôt commune: on a tous du mal à aimer pour des raisons diverses et multiples... d'ailleurs nous disons la même chose: ton dernier message parle bien de cette difficulté quotidienne de libérer notre amour de nos contingences personnelles ou sociales ou économiques ou autres... il est bien là "l'acte héroïque" !

Aimé malgré soi, aimer malgré tout...

Notre différence, me semble-t-il, est probablement dans le regard que l'on pose sur ce "combat"... cette différence devrait nous enrichir puisqu'elle nous distingue... pour moi, ce combat se concentre dans la "non résistance" à l'amour car, pour moi, notre difficulté ou incapacité d'aimer provient de nos résistances: par peur, manque d'estime, fantasmes, mauvais souvenirs... que sais-je encore... bref de nos constructions personnelles...

Il s'agirait donc de "lâcher-prise" et "libérer" notre capacité non pas utopique mais naturelle à aimer... naturelle ? oui à partir du moment où on en sens l'envie, le désir... plus ou moins fort certes... selon...

Je retrouve beaucoup ce ressenti dans tes propos d'ailleurs... notre acte semble juste ne pas avoir la même "texture" pour le même objectif... non?

C'est ça qui nous rapprocherait finalement... et n'est-ce pas cela qui nous donne envie de participer à ces foras d'ailleurs ?

Je comprends que le discours "aimer" est ringard et utiliser à toutes les sauces même pour haïr et massacrer... et du coup que "ne pas aimer" apparraisse alors comme subversif et original... mais enfin...

Et puis je ne cherche pas à être subversif pour être subversif... si aimer est subversif c'est pas en soi, mais parce que tout le pousse en marge ou le contraint à rester de belles images ou icônes dans des livres pour enfants ou dans les films hollywoodiens...

Mais aimer, là comme ça, librement, spontanément et gratuitement... est vraiment subversif !!... l'acte ! pas le discours !

#

(compte clôturé)

le mercredi 08 juillet 2009 à 12h30

titane

Je retrouve beaucoup ce ressenti dans tes propos d'ailleurs... notre acte semble juste ne pas avoir la même "texture" pour le même objectif... non?

C'est ça qui nous rapprocherait finalement... et n'est-ce pas cela qui nous donne envie de participer à ces foras d'ailleurs ?

C'est bien possible... On est toujours tiraillé entre deux pôles: avoir les pieds dans la boue n'empêche pas d'avoir la tête dans les étoiles.

En ce moment j'ai plutôt l'impression de patauger dans la vase en sentant les petits crabes se carapater sous mes arpions...

#
Profil

Dreltak

le jeudi 09 juillet 2009 à 01h22

C'est sur qu'en soit-même, prétendre pouvoir aimer (dans le sens "amoureux" du terme, hein) plusieurs personne simultanément est un acte qui sent pour le moins la poudre. J'vois d'ici les poils hérissé d'un bon nombre.

titane
Je suis bien loin des "combats" de tous les jours. Mais je souhaiterais que l'amour soit un havre de paix, un espace où l'on ne soit plus obligé de "combattre", de "revendiquer", de "démontrer"... juste un espace où l'on puisse être et se "reposer" au vrai sens du terme... l'amour n'est pas une agitation...

L'amour n'est pas en soit une agitation, elle est simplement l'expression des personnes impliquées par ce sentiment, qui forcement seront influencées/blessées/..... par certains discours. Donc oui, agitons nous pour qu'on laisse enfin nos sentiments en paix!
"Celui qui aspire à une vie paisible s'est trompé en naissant au XXe siècle."

titane
Enfin, ce que j'aime dans cet acte subversif, c'est qu'il ne juge pas, ne méprise pas, ne "lutte pas contre", ne 'lutte pas pour", ne divise pas, ne sépare pas, n'égalise pas, ne catégorise pas... au contraire... Il nous permet d'être dans notre créativité, nos gestes, nos silences, nos mots... il nous connecte les uns aux autres avec le seul dessein d'être ensemble ni par "compassion" , ni par "militantisme", juste parce qu'un plaisir est partagé et qu'avec ce plaisir on se sent vivant...

A tître personnel, la bataille contre le CPE que j'ai mené avec d'autres est l'un des rares moments ou je me suis sentie vivant. Ne plus avoir l'impression d'être seul, isolé, mais agir ensemble. Il s'agit de quelque chose de similaire je pense a ce que tu décris titane, une energie qu'il serrait bien dommage d'isoler dans un espace. Enfin c'est que mon avis.

#

(compte clôturé)

le jeudi 09 juillet 2009 à 08h24

CPE, koiçéssa?

#
Profil

lutevain

le jeudi 09 juillet 2009 à 08h51

C'est franco-français, Contrat Premier Emploi…

#
Profil

titane

le jeudi 09 juillet 2009 à 09h46

Je comprends qu'à travers le militantisme on se sente "porté", "vivant" ou "utile"... on peut ressentir cela aussi dans un boulot enrichissant ou une vocation... c'est sûr l'amour n'est pas la seule sphère d'émancipation, ni de bonheur... mais j'ai du mal à comparer la chose...

#

(compte clôturé)

le jeudi 09 juillet 2009 à 09h48

Ce truc qui permet en France, à certaines entreprises, de licencier les collaborateurs de moins de deux ans d'âge en maison? (Et qui existe aussi en Belgique, sous une forme légèrement différente... c'est pas franco-français...).Donc un truc qui hérisse le poil à certains, je capte.

Qu'est-ce qui fédère les énergies au point de s'engager dans un combat groupé, ça touche quoi de profond pour qu'on aille au charbon (que ce soit soit le CPE, le polyamour, ou autre chose).

En somme, qu'est-ce qu'on fout là, pourquoi on se réunit, on attend quoi, on veut faire bouger quoi?

Vous attendez quoi, vous, profondément, individuellement?

#
Profil

titane

le jeudi 09 juillet 2009 à 09h49

Par contre, je ne renie en rien la nécessite d'expliquer l'amour multiple afin d'en libérer la pratique naturelle et spontanée... il y a plusieurs façon de plaidoyer, le promouvoir, d'expliquer, de démontrer... la "lutte" en est une... je serai plutôt un Gandhi qu'un Che Guevara... question de personnalité

#
Profil

lutevain

le jeudi 09 juillet 2009 à 10h31

Gandhi avait une grande force… et un amour de son prochain, c'est un de mes rares modèles. Pour le Che… je dirais que le personnage est moins intéressant que l'image… humainement parlant!

#

(compte clôturé)

le jeudi 09 juillet 2009 à 11h54

Ah là, on est dans le monde des idées, plutôt (même si Gandhi a aussi agi, même par la passivité de la non-violence).

Je pensais à "action concrète". Y a peut-être aucune action concrète à mener, remarquez... mais... quand même... le simple fait de coller les stickers est un acte de... de... heuh... manifestation réelle.

What else, George?

Répondre

Lire l'article

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion