Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Quand il est malheureux avec une de ses amoureuses

#

(compte clôturé)

le mercredi 28 juillet 2010 à 21h40

L honneteté n'est pas forcement l 'apanage de gens qui crachent dans la soupe apres l'avoir trouvée bonne un certain temps!
C'est toujours une question de vocabulaire et de l'application de celui ci!
Etre honnete ne signifie pas la meme chose pour tout le monde.
Je reste honnete en assumant ce que j'ai dit et ce que j'ai fait!
Envers moi et envers les autres.
Certains ne peuvent pas en dire autant!

#

(compte clôturé)

le jeudi 29 juillet 2010 à 10h08

Le fil du départ etait l'empathie....compersion

on fini pas l'honneteté.... le sens est très vague par exemple : que dire de celui qui dit être fidèle a 4 femmes? .

c'est paradoxale la fidélité pour 4 n'est ce pas ??

Donc quand vous parlaient d'honnêteté avec plusieurs je trouve cela paradoxale.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 29 juillet 2010 à 11h18

Je ne vois pas le paradoxe de l'honnêteté avec plusieurs ?
Dans un sens, je trouve même ça plus facile à définir que l'honnêteté avec une seule personne...

#
Profil

titane

le jeudi 29 juillet 2010 à 12h03

Siestacorta
Je ne vois pas le paradoxe de l'honnêteté avec plusieurs ?
Dans un sens, je trouve même ça plus facile à définir que l'honnêteté avec une seule personne...

en effet....

et puis je pêux être honnête en assumant mes mensonges... non ?

#
Profil

titane

le jeudi 29 juillet 2010 à 12h07

si la situation et mon "instinct de survie" me propose comme solution possible le mensonge alors pourquoi pas ? si le bilan global est d'en limiter la souffrance ?

Si mes amoureuses me demandent de mentir pour des aisons qui sont les leurs, si j'ai envie de garder une certaines pudeur, discrétions et jardin secret, face à des curieux ou des inquisiteurs... je reste honnête dans mes mensonges...

Ce que je crains surtout c'est qu'au nom de la sacro sainte honnêteté on cherche à imposer un modèle moral qui camoufle à peine d'autres motivations moins honnêtes: surveiller, contrôler, se plaindre, gémir, manipuler....

Les "motivations" réelles sont pour moi plus importante que l'honnêteté de surface... la sincérité me parait plus "noble" que l'honnêteté...

bref...

(et dire encore une fois que c'était moi qu'on qualifiat de cureton alors que je deviens le diable...)

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 29 juillet 2010 à 12h42

Tu te diabolises tout seul, mon regard est pas si critique, là.

Pour moi l'honnêteté est autant une question pragmatique que morale. Je l'ai déjà dit, mentir peut permettre de ne pas faire mal, dans certaines circonstances, pourquoi pas. Mais plus le mensonge originel concerne de gens, moins il me semble pratique.

ET oui, l'honnêteté peut consister à assumer ses mensonges, disons en méritant la confiance que les autres ont dans nos mensonges, si on veut dire ça en paradoxe.

Parce que la confiance toute simple et naturelle de quelqu'un à qui on ment, on a vraiment intérêt à y mettre du sien pour qu'elle tienne.

#
Profil

titane

le jeudi 29 juillet 2010 à 21h08

Oui j'avoue j'ai un eu exagéré... mais je ne faisait pas référence qu'à ce fil et qu'à ta remarque.

Je crois que la confiance va au delà du mensonge, sinon on n'aurait confiance en personne, faut pas se le cacher... nos parents nous ont menti, nos amours en nous séduisant, ou en nous protégeant ou pour nous faire plaisir, à nos amis qui veulent nous remonter le moral, à nos enfants, nos collègues, nos patrons...

Bref... heureusement que l'on passe au dessus du mensonge et de la malhonnêteté.

Je crois que la sincérité dans le mensonge est dans la motvivation du mensonge et sur la compréhension que bien souvent consciemment ou inconscoemment c'est nous qui demandons de nous mentir...

Et je ne parle du pire mensonge: celui qu'on se fait à soi-même ! On exige des autres d'être honnête alors que bien souvent nous ne le sommes même pas avec soi-même...

Bref...

Tu as raison un mensonge peut devenir une prison, une angoisse, un stress

#
Profil

Drya

le mardi 19 octobre 2010 à 16h59

Je ressort ce fil, parce que ces derniers temps, on dirair que tout revient à ce principe: honnêteté:
Mais envers qui et par rapport à quoi? et qu'est-ce que ça signifie? (je reprends le coeur du débat du fil pour resituer).

Quand une relation est difficile: faut-il être "honnête" à 100%? est-ce que ça veut dire qu'il faut "tout" dire, tout ce qui est vrai (parfois difficile de savoir ce qui est "vrai", surtout question sentiments, c'est tellement emmêlé!)
Qu'est ce qui va permettre de résoudre/trouver les moyens de résoudre le problème - ou constater que le problème est insoluble?

Et quand on n'est pas concerné directement, à quel point est-il utile de s'impliquer? faut-il être "honnête" sur son propre ressenti? surtout si on est concerné indirectement....
A quel point peut-on/doit-on être sincère et/ou amener l'autre aux même réflexions que soi-même, pour être honnête avec l'autre et avec soi-même? La limite est subtile! Parfois on remerciera quelqu'un qui nous a forcé la main, parfois on lui en voudra toute sa vie de nous avoir manipulé.... en partie selon le résultat!

Bon, voilà, je suis en plein dans ce questionnement en ce moment, et sur le fofo la question revient souvent plus ou moins sous-jacente.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

titane

le mardi 19 octobre 2010 à 18h34

Bon là... je m'y aventure plus... j'ai déjà tout dis... ce mot est "suspect" pour moi...

Courage !

#

(compte clôturé)

le mardi 19 octobre 2010 à 18h38

dans l'honneteté c'est surtout pas de mensonge entre vous... Mais il est vrai que toute véritée n'est pas bonne a dire ou a entendre,

l'honnêteté pur et dur n'existe pas vraiment, car les non dit sont aussi des mensonges.

#
Profil

titane

le mardi 19 octobre 2010 à 18h41

pas de mensonge... le droit de na pas dire n'est pas un mensonge... et si l'autre ne veut pas vraiment savoir, alors c'est lui ou elle qui nous demande de mentir en toute honnêteté...

non vraiment ce n'est pas un mot qui sonne bien en amour... un artifice de "mono" pur et dur

#

(compte clôturé)

le mardi 19 octobre 2010 à 18h43

ben alors titane tu avait dit que tu n'avais plus rien a dire ;)

#
Profil

Drya

le mardi 19 octobre 2010 à 18h48

Hihihi! :D y'a toujours à dire.... et ça peut durer infiniment ^^

#
Profil

Romy

le mardi 19 octobre 2010 à 19h01

Moi j'aime bien quand on sait que l'autre sait qu'on sait. Et que personne n'a a le dire.

Non sincèrement, sans honnêteté envers soi-même, il ne peut y avoir honnêteté envers les autres. Et l'honnêteté envers soi-même, ce n'est pas une question de petits mesonges. On peut être honnête et mentir, jouer. Honnête dans le jeu.
C'est vrai que ce n'est pas toujours facile de savoir si on est honnête avec soi-même si on présuppose qu'il n'y a qu'une seule façon de faire et qu'il faut la découvrir. Alors là, la pression est grande et on se morfond. Mais si on considère que l'honnêteté, c'est d'accepter que la vie est un jeu et qu'il faut prendre des risques, en se fiant à son jugement, à son intuition, bien je trouve qu'on vit mieux.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 19 octobre 2010 à 19h09

Moi je dirais que l'honnêteté est importante, mais pour ne pas blesser l'autre parfois il vaut mieux ne rien dire.... enfin c'est mon sentiment....

Il y a des paroles blessantes, qui sont bien pire que de recevoir une claque...

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Romy

le mardi 19 octobre 2010 à 19h24

Plus que de ne pas blesser l'autre, je crois que c'est de ne pas avoir envie de perdre du temps précieux avec des choses qui ne sont pas importantes. Pas dans le sens de futile, mais dans le sens où ça n'a pas de signification particulière, ça ne change rien entre lui et moi.

Ne pas vouloir blesser l'autre, c'est une réaction un peu "paternaliste". Je crois que trop de gens s'autorisent de cette excuse pour éviter de parler et d'échanger. Si l'autre nous demande spécifiquement de raconter et qu'on sait que ça va la blesser, je préfère garder le silence. Qui ne dit mot conscent, ainsi, on fait comprendre que oui, il s'est passé quelque chose, mais que non, je ne raconterai pas les détails qui blessent inutilement. Le génie du silence.

Une petite histoire. J'ai rencontré un homme récemment qui a des maîtresses mais qui n'en parle pas à sa femme, parce qu'il considère qu'elle serait blessée et n'accepterait pas. Bon. situation assez classique qui ne me choque pas tant que ça. Je trouve seulement dommage que leur relation ne soit pas assez forte pour qu'il puisse en discuter, mais bon, rien n'est parfait. Ici, je considère que le type est honnête envers lui même, même s'il ne dit pas son honnêteté à sa femme.... Par contre, lorsqu'il me dit qu'il se force pour faire l'amour à sa femme une fois par semaine pour qu'elle n'ait pas de soupçon, même s'il n'a plus de désir pour elle, ça, ça me tue. C'est ici qu'il n'est plus honnête avec lui-même. Il fait des choses contre son gré, il ne se respecte pas, et il ne respecte certainement pas sa femme.

#
Profil

Drya

le mardi 19 octobre 2010 à 19h54

Hum, comme quoi.... Et s'il lui fait l'amour pour LUI faire plaisir, parce qu'en dehors du sexe, il l'aime quand même?

#
Profil

Romy

le mardi 19 octobre 2010 à 20h12

Je ne sais pas Drya...
Je sais que c'est le cas de beaucoup de femmes, qui n'aiment pas le sexe (ou n'ont pas appris à l'aimer, je ne sais pas) et qui font l'amour avec leur mari parce qu'il faut bien faire l'amour.
Je ne sais pas trop quoi en penser. Je sais juste que ce n'est pas pour moi.

Mais dans son cas, la raison principale est de sauver les apparences. D'abord, à l'entendre, elle n'y prend aucun plaisir. J'imagine bien, puisqu'il me dit que pour lui c'est comme de faire l'amour à une morte. S'il lui fait l'amour comme à un cadavre, ça m'étonnerait qu'elle prenne son pied. C'est horrible ce que je dis là. Mais c'est bien ce qu'il a dit, et je ne crois pas qu'il soit le seul à penser ainsi malheureusement.

#
Profil

Goffio

le mardi 19 octobre 2010 à 20h16

Rosalie
Par contre, lorsqu'il me dit qu'il se force pour faire l'amour à sa femme une fois par semaine pour qu'elle n'ait pas de soupçon, même s'il n'a plus de désir pour elle, ça, ça me tue. C'est ici qu'il n'est plus honnête avec lui-même. Il fait des choses contre son gré, il ne se respecte pas, et il ne respecte certainement pas sa femme.

A mon sens, quand on en est rendu à parler du besoin de "respect" en amour : c'est qu'il y a bien un mensonge, quelquepart. En l'occurence, c'est ici dans leur inaptitude à savoir réellement, partager leurs émotions : que se situe le mensonge.

Le vrai mensonge : c'est de prétendre encore au couple, alors que l'empathie n'y est plus, comme ici... Ou chez moi !!!

Le "respect" n'est alors plus qu'un concept, une idéologie, et sa perception virera de bord, selon la sensibilité de l'observateur : plus ou moins mono/PA.

#
Profil

Goffio

le mardi 19 octobre 2010 à 20h21

Rosalie
Je ne sais pas Drya...
Je sais que c'est le cas de beaucoup de femmes, qui n'aiment pas le sexe (ou n'ont pas appris à l'aimer, je ne sais pas) et qui font l'amour avec leur mari parce qu'il faut bien faire l'amour.
Je ne sais pas trop quoi en penser. Je sais juste que ce n'est pas pour moi. Mais dans son cas, la raison principale est de sauver les apparences. D'abord, à l'entendre, elle n'y prend aucun plaisir. J'imagine bien, puisqu'il me dit que pour lui c'est comme de faire l'amour à une morte. S'il lui fait l'amour comme à un cadavre, ça m'étonnerait qu'elle prenne son pied. C'est horrible ce que je dis là. Mais c'est bien ce qu'il a dit, et je ne crois pas qu'il soit le seul à penser ainsi malheureusement.

Le nombre de couples que je perçois vivre selon des apparences et un mode purement transactionnel, et sans plus aucune notion d'empathie : est effarant, je suis d'accord !

L'empathie : une notion fondamentale, pour bien considérer en face la vérité en amour et la vie sentimentale. Le besoin d'apparition du "respect" : montre que l'on en est déjà rendu assez loin, ainsi que de l'état d'être amoureux...

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion