Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Connaissez vous les partenaires de vos partenaires?

Bases
#
Profil

Noemi

le vendredi 06 mars 2009 à 10h05

C'est tout un paquet d'histoires à raconter et d'autres questions qui vont avec cette question....

C'est Siestacorta qui m'a donné l'idée pour cette discussion, en remarquant que dans un texte américain (*) l'auteur part du principe que "les partenaires qui ont en commun leur amoureux DOIVENT se croiser, et s'attendre à se rencontrer, volontairement, comme des amis.

Ça me paraitrait génial si ça arrivait, mais ça me viendrait pas à l'idée de pousser dans ce sens, à moins que l'une de mes partenaires me le demande... " (citation Siestacorta)

Ça dépend des relations, mais ce(s) partenaire(s) du partenaire ont quand même une place plus ou moins grande dans sa vie, donc ça sera sympa de les rencontrer au moins une fois, non? Après il peut y avoir aussi de la curiosité.
Pour les jaloux, plus ils savent de leur ""concurrent"", moins ils peuvent se l'imaginer comme superman/supernana.

Personnellement, je connais les deux cas: mes deux amoureux qui évitent de se croiser d'un coté et de l'autre des rencontres avec les copines de mes copains ou mes amoureux. Je préfère de loin que tout le monde connait tout le monde.

(*) le texte en question est www.practicalpolyamory.com/images/14_steps_to_open... mais l'idée que les partenaires devraient se rencontrer est très répondu aux USA.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 06 mars 2009 à 12h06

aaaarg, on me cite, on me ciiiite !
(explosion pétaradante d'égo)

*se la joue à fond*

Ha oui, et bien, certes....

*reprend ses esprits*

D'accord. C'est plus sympa qu'elles se rencontrent. Je serai probablement dans mes petits souliers. Et je crains qu'elles ne soient aux aguets de détails critiques. Mais oui, au fond, ce serai bien. Et même plutôt utile, si on en croit le texte, qui dit que ça aide à démystifier l'image qu'on peut se faire du "tiers".

Disons que l'après me laisse plus sceptique, je ne les vois pas trop se croiser d'elles-mêmes, et entretenir une amitié autonome. En partie parce qu'effectivement, mes relations avec chacune les sépare plus qu'elle ne les unit... Et aussi parce que j'aime bien, moi, que ce soit un peu compartimenté tout ça.

#

Perlimpinpin (invité)

le vendredi 06 mars 2009 à 15h35

En fait si les deux femmes ou les deux hommes qui
se rencontre deviennent amies (is)c'est 'Le Paradis assuré".
Ou si deux personnes déjà amies (is) rencontre quelqu'un
qu'elles ou qu'ils se partageront avec l'accord du troisième
luron, c'est le "Paradis assuré".
Sinon, souvent, c'est le départ de celle ou celui qui doit partir.
Hé Hé!

#
Profil

LuLutine

le vendredi 06 mars 2009 à 15h50

Je n'ai pas encore de partenaires multiples et mon ami non plus...mais chacun, nous aimons quelqu'un d'autre (les sentiments ne sont pas réciproques) qui fait partie de nos amis.
Je connais donc la femme qu'il aime et il connait l'homme que j'aime.
Ce sont des amis que nous fréquentons assez régulièrement.

Je dois avouer que je n'aime pas trop l'attitude de la femme qu'il aime parce qu'elle a des comportements trop ambigus à mon goût alors qu'elle est en couple, exclusive, et prétend ne pas être intéressée.
Ces comportements ont fini par m'énerver, principalement parce que j'ai le sentiment qu'elle laisse trop de faux espoirs à mon ami (on connait tous des femmes - voire des gens tout court - qui "disent non" et qui "font oui", et ce sont les actes les plus parlants !). Suite à ce comportement mon ami ne sait pas toujours clairement quoi penser, et ce n'est pas facile pour lui.

Au moins, avec l'autre homme que j'aime, les choses sont claires. Même s'il est parfois un peu câlin (mais pas qu'avec moi, très loin de là), il a adopté une position très claire et je le vis bien. Il n'agit pas en contradiction avec ses paroles...il maintient ses distances.
J'ai l'impression que notre amie, elle, se sent obligée d'être plus gentille (étant déjà pas bien méchante à la base, il y a juste des jours où elle ne réfléchit pas, mais ça c'est autre chose) avec mon ami parce qu'il l'aime...et je pense que si elle lui faisait sentir qu'il n'est pas différent des autres, il arrêterait de fantasmer.

Pour sortir de cette grosse digression et revenir au sujet, j'ajouterais que j'ai eu un coup de foudre il y a un peu plus d'un an pour quelqu'un que je ne connaissais pas, et que mon ami n'a jamais vu. Mais comme rien n'est encore fait de ce côté-là, je ne peux pas (encore) répondre à la question du sujet.
Cela dit j'y ai déjà pensé et si jamais une relation se développait entre nous (amitié ou amour, peu importe), je pense que ça ne me dérangerait pas que mon ami actuel et lui se rencontrent...voire, je préférerais cette solution ; cependant je ne les pousserais pas à la rencontre, ça se ferait uniquement s'ils le demandent ou si l'occasion se présente...

Je crois que le vrai casse-tête a lieu quand l'un veut absolument rencontrer l'autre mais que l'autre ne le veut pas....quelqu'un a déjà été dans cette situation ?

#

(compte clôturé)

le vendredi 06 mars 2009 à 16h35

Il y a des gens que j'ai envie de rencontrer parce qu'on m'en parle avec ferveur, ou douceur. Ou les deux...

D'autres avec lesquels ça n'est tout simplement pas possible pour des raisons qui échappent à ma volonté.

Et d'autres avec lesquelles je ne sens aucun intérêt.

Si l'idée c'est de pouvoir évaluer son ou sa rival(e), ou contrôler la situation de quelque manière que ce soit, je dis Ah là là, bonjour la pétaudière.

Mais si à travers moi ou à travers eux, d'autres peuvent se rencontrer et se faire du bien, l'idée est plutôt encourageante. Ceci dit, ce ne serait peut-être pas aussi simple...

Tu as déjà vu ou connu la problématique que tu évoques, lulutine?

#

Interpelée (invité)

le vendredi 06 mars 2009 à 18h28

Je peux partager mon expérience sur ce point, qui au final, est un peu ambivalente...

J'ai rencontré l'amoureuse de mon copain, un peu par hasard, bon déjà parce qu'ils se sont rencontrés à une soirée chez nous, mais après parce qu'on avait des potes en commun, et on a été invités tous les trois à une soirée alors que mon copain et elle venaient juste de se mettre ensemble, et on a pas voulu faire exprès d'éviter cette rencontre...
C'était un peu impressionnant, je ne savais pas trop comment me comporter, ni elle ni lui d'ailleurs, mais au final, l'alcool aidant certes, nous avons sympathisé, et même plus que ça puisque nous avons fini la soirée à nous embrasser, elle et moi, avec lui aussi des fois...
Nous sommes rentrés chez nous avec elle, et avons passé des jours ensembles à ne rien faire d'autre qu'être nus et s'amuser ensemble...
C'était délicieux et divin, physiquement, esthétiquement, mais aussi intellectuellement, car c'était la première fois que nous vivions une telle expérience!
Nous avons continué sur cette lancée, nous voyant régulièrement à trois, notre porte étant toujours ouverte à cette jolie demoiselle avec qui je m'entendais bien de surcroit.
La relation entre elle et mon copain commença à s'étoffer, ils devinrent amoureux l'un de l'autre, tandis qu'elle et moi ne partagions pas de sentiment amoureux, mais continuions à entretenir des relations câlines et amicales, nous nous voyions pour boire un verre sans notre copain, comme des amies, simplement.
A la suite de ces moments toutes les deux, comme je rentrais rejoindre notre copain chez nous, je sentais qu'elle avait envie de rentrer avec moi, et je lui proposais alors de passer chez nous, et elle y restait du coup pour la nuit la plupart du temps.
Puis nous décidâmes elle et moi que notre copain devrait faire l'effort d'aller la voir chez elle plutôt que de toujours la voir chez nous, ce qui était parfois importun pour tout le monde.
C'est ce qui se passa, mais elle continuait à venir de temps en temps chez nous, en passant par là, sans que ce soit prévu. Nous continuions à nous voir régulièrement à trois, avec d'autres amis aussi, pour les cinés, restau, soirées etc...
Et puis, cette situation a commencé à me peser, ainsi qu'à notre copain, car si quand nous étions trois individus cela donnait des moments géniaux et vraiment épanouissants, quand nous devenions deux couples, c'était vraiment dur à supporter. Notre copain se sentait sur-sollicité, et l'une d'entre nous toujours défavorisée (ou peut être juste moi...)
Bref mon copain et moi décidâmes de réduire ces moments à trois, ce qui vexa profondément la jolie demoiselle...
Depuis nous avons beaucoup plus compartimenté, et j'avoue que cela me convient parfaitement, et ne m'empêche pas d'avoir des relations très cordiales avec la jolie demoiselle...
Je crois qu'elle le vit moins bien, mais entre aussi en ligne de compte que j'habite avec notre copain, officiellement, et pas elle, mais c'est une autre problématique...

Bref, je suis très heureuse d'avoir vécu ces moments à trois, mais heureuse aussi d'être passée à autre chose.
Et aujourd'hui que mon copain a rencontré une autre demoiselle, nous pensons à y aller en douceur pour ce qui est de la rencontre...

Voilà, désolée d'avoir été si longue, j'ai résumé un an et demi de relation à trois là!

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 06 mars 2009 à 18h55

Impressionnant, Inter.
Vous avez dû forcer un peu le naturel, mais cette histoire est "une histoire" plus qu'une histoire de polyamour, c'est génial.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 06 mars 2009 à 19h04

Salut Clémentine,

"Tu as déjà vu ou connu la problématique que tu évoques, lulutine ? "

Et bien non mais je me dis que ça peut très bien arriver un jour...du coup, je me demande ce qu'on peut faire dans ces cas-là (oui, j'ai le don de me poser des questions par rapport à des choses qui n'arriveront peut-être pas, je suis comme ça ! ;-))..

#

Perlimpinpin (invité)

le vendredi 06 mars 2009 à 19h19

WHAHOOOOO!....
Quelle confiance il faut avoir l'un en l'autre.
Quelle confiance il faut avoir en soi
Quelle confiance il faut avoir en la providence.
ça c'est du Polyamour comme j'aimerai le vivre...

#

Interpelée (invité)

le vendredi 06 mars 2009 à 19h21

@ Siestacorta : j'ai certainement grossi le trait et découpé cette histoire en "étapes" qui ne se sont pas succédées si limpidement, mais ça reste quand même très proche de mon vécu, avec le recul que j'ai à cet instant :)

#
Profil

Sandra

le mercredi 11 mars 2009 à 14h36

Pour compléter l'intervention de Noémi, je préciserai aussi que cette question a été évoquée lors de la dernière réunion du 21 février dernier, et que le fait de rencontrer voire vivre avec les partenaires de ses partenaires ou non a amené le distingo entre "polyamour", "amours plurielles", "lutinage", "monogamies en série" ...

Que vive l'Amour !

#

... (invité)

le jeudi 12 mars 2009 à 22h29

Oui en effet, déterminer ces différences serait

tellement plus simple pour se comprendre.

Bonsoir...Sorelle

#

(compte clôturé)

le jeudi 12 mars 2009 à 22h38

Mais... c'est ce qu'on fait depuis le début... en essayant de nous comprendre les uns les autres, à travers ce que nous racontons de nos trajectoires, nos ressentis. Conclusion : continuons !

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 13 mars 2009 à 09h19

J'ai eu une première réaction : "ah ben oui, mais moi je fais pas du lutinage, l'étiquette polyamour est quand même plus lisible".

Et je me suis dit "haaan, ça doit être là-dessus que françoise est intervenue lors de la soirée : elle utilise lutinage parce qu'elle nomme sa pratique à elle, et ne préfère pas revenir sur une démarche d'étiquetage, parce que la précision ne lui convenait pas"

Et voilà pourquoi je lis par-ci par là l'observation d'un manque de rigueur intellectuelle.... Certains livrent décriraient le polyamour ou le polyamowry, et on peut y chercher une référence pour décrire et éprouver nos pratiques.

C'est ça ?
Aaaaah ouiiiii d'aaaaaccoooooord... :-)

Bon
Ben je fais mon rebrousse-poils, mais quand il s'agit de sentiments humains, de comportements, ou de débat d'idées, les livres de référence... ne font que rendre compte d'un passé plus ou moins récent, et attendent la publication d'un prochain livre, dans lequel tel ou tel mot aura connu un changement de sens.

Exemple : le mot volonté ne signifie pas du tout la même chose chez Freud, Spinoza ou Nietzsche. Quand on discute, on met la définition du mot qu'on emploie en référence, mais cela n'implique pas que les autres emplois du mot soient faux.

C'est pour cela qu'ici, je passe beaucoup de temps à décrire ma pratique, et ce que je ne fais pas, pour que, malgré la relative jeunesse du mot polyamour en français, on sache d'où je parle.

Bien sûr, il ne me viendrait pas à l'idée de dire à quelqu'un "ça, ce n'est pas du polyamour" quand ses pratiques non-exclusives et transparentes sont affichées, même si elles ne s'appliquent pas de la même manière que moi !

Il n'y a pas de tables des commandements en polyamour, au contraire, il s'agit d'une émancipation par rapport aux carcans antérieurs. Ca ne nous empêche pas, évidemment, de prôner l'honnêteté, la sincérité et la profondeur dans nos actes et sentiments.
On parle de choix éthiques, moraux, de pratique sociales. Tout cela est au pluriel. Tant mieux...

#
Profil

polykini

le samedi 25 septembre 2010 à 14h11

Comment décider si le PA est vraiment pour moi ?
Je suis sure de vouloir la non-exclusivité mais j'ai encore des réserves sur le poly.
Je n'ai pas envie de connaitre ses partenaires.

Peut-être qu'il faut y aller progressivement :
- non-exclu c'est à dire liberté assumée mais discrétion maximale ne pas savoir quand ni avec qui
- puis poly "light" :-D mais sans connaitre les partenaires, savoir quand mais pas avec qui
- puis poly accompli : tout se dire : qui quand et même comment
- super-poly : tout le monde est ami !!!

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 25 septembre 2010 à 14h40

Il y a 12 000 pratiques différentes, pour tout ça.
Il n'y a donc pas de Table de la Loi qui t'oblige à présenter les uns aux autres, ni à faire que ça se passe selon des normes précises, ni à arriver à "tout le monde est amoureux de tout le monde" sinon Bestrafung durch Auspeitschen !

Les constantes sont l'honnêteté sur le fait que tu n'es pas exclusif, et la liberté pour l'autre de ne pas l'être. C'est le "fond" de l'accord. Après, sur ce que tu précises et ce que tu montres, c'est ton choix, en fonction de toi, de l'autre, des circonstances...

#

(compte clôturé)

le samedi 25 septembre 2010 à 17h42

j'aimerais bien connaitre ses autres partenaires, sur les trois j'en connais une seule, et j'ai plutôt de la compassion que de la jalousie.

En plus je connais par coeur son planning et je sais avec laquelle il se trouve en ce moment .. avec qui, quand mais certainement pas comment car cela reste de son intimité, cela ne me regarde pas et je pense que je ne supporterais pas de savoir...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

polykini

le lundi 27 septembre 2010 à 15h38

en fait j'ai été confrontée à la situation suivante :
je suis célibataire et poly-curieuse, je rencontre un homme, on a une belle histoire fusionnelle et là un mois et demi après le début de l'histoire on rencontre une femme par des amis, ils ont une aventure. et moi même si je suis pour le principe, je trouve cela difficile car je suis en plein NRE. j'accepte tout de même de savoir qu'il passe du temps avec elle mais là où ça devient pénible c'est de se retrouver au même endroit tous les 3 et
de sentir qu'il ne sait pas avec qui il a envie de câlins.

il y a une discussion quelque part sur le forum que je n'arrive pas à retrouver qui concerne le moment de la relation où de nouveaux partenaires entre dans la danse.
je voudrais connaitre l'expérience de ceux qui ont vécu ce genre de situations.
car c'est délicat de traverser ce passage, de dé-fusionner au moment où on est emporté par les émotions, entre passion et sentiment amoureux.

#
Profil

Drya

le lundi 27 septembre 2010 à 16h52

Hmmm... je suis pas dans ta situation, mais globalement, je réserve les moments fusionnels aux moments où on est seuls: quand on est avec des amis, je préfère le traiter comme un ami parmi d'autres. Un peu par pudeur et un peu pour avoir une relation plus globale avec tout le monde présent.

#

(compte clôturé)

le mercredi 29 septembre 2010 à 16h47

Drya
Hmmm... je suis pas dans ta situation, mais globalement, je réserve les moments fusionnels aux moments où on est seuls : quand on est avec des amis, je préfère le traiter comme un ami parmi d'autres. Un peu par pudeur et un peu pour avoir une relation plus globale avec tout le monde présent.

Pour moi c'est pareil, sauf que j'avais de plus en plus de mal a le vivre donc par respect pour moi, mon ami a évité les rencontres avec les autres.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion