Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour et identité maculine

#

(compte clôturé)

le lundi 13 septembre 2010 à 21h17

lam
J'espère ;-)

(+)

#
Profil

PolyEric

le lundi 13 septembre 2010 à 21h27

choupette
Les vannes vous pouvez vous les balancer en mp non ?
Nous on veut des echanges des discussions et pas regelements de compte a ok corral.

Faut le lire pour le croire.

#
Profil

PolyEric

le lundi 13 septembre 2010 à 21h30

Clown_Triste
...le problème c'est qu'Eric s'est donné pour mission d'assumer au mieux la place laissée vacante par Clémentine :-)

C'est justement ce que j'étais en train de me dire. J'ai été à bonne école. Mais apparemment, je n'en fais pas encore assez (puisque tu dis : "au mieux"). Il faut donc que je progresse encore, si je comprend bien...

#
Profil

PolyEric

le lundi 13 septembre 2010 à 21h39

amorgen
Ton problème Eric, c'est que tu veux convaincre ... là où la plupart ne demandent qu'à échanger.

Là, par contre, il y a de l'analyse et de la réflexion. C'est cours, mais qu'est ce que c'est bon. J'avoue que j'ai été agréablement surpris. Finalement ça valait le coup de foutre le bordel, ne serait ce que pour lire ça.

Bon, à mon avis, ce n'est pas tout à fait ça, mais il y a de l'idée. Il me semble que je cherches à me convaincre moi-même, à voir si ça tient la route. Et à priori, il n'y a pas trop d'arguments contre, juste des plaintes agonisantes qui demandent pitié. Donc c'est que ça doit tenir la route !

Je ne comprenais pas ce qui vous énervait. Merci pour ton aide. Vous n'aimez pas être pris pour cobaye, je comprend. Mais quand-même, un rien vous chagrine. Quelle bande de chochottes.

#

(compte clôturé)

le lundi 13 septembre 2010 à 21h52

Eric_49
Faut le lire pour le croire.

tout le monde peut changer!
tout le monde peut avoir envie de paix et de bonheur
JE peut etre decue par mes idoles
On te jette un os a ronger et tu te jette dessus comme si tu avait faim.
Va sy ronge fait toi les dents et les griffes.
Reviens quand tu sera calmé.
On est nombreux a apprecier ce que tu ecris,on suit pas te conseils a la lettre mais certain quand meme.
Alors quand Eric tout puissant redeviendra un simple mortel on reprendra les discussions.

#
Profil

LuLutine

le mardi 14 septembre 2010 à 00h51

amorgen
Ton problème Eric, c'est que tu veux convaincre ... là où la plupart ne demandent qu'à échanger.

Je ne sais pas si c'est un "problème" mais je crois que c'est effectivement ça...
Donc à la fin certaines personnes (dont moi) ne se fatiguent même plus à répondre car :

1 - elles ont une vie,
2 - elles ont le sentiment de ne pas être prises en compte de toute façon.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 14 septembre 2010 à 01h27

lam

[...] je me demande si pas mal de gens que l'on entends plus ne se sont pas simplement fatigués eux aussi ? :-(

LittleJohn
Oh, tu crois ? ^^

Message modifié par son auteur il y a 11 heures.

Fatigués, ou pas assez stimulés, c'est possible aussi. Parfois, tomber sur des gens pas du tout d'accord, limite pas bon esprit, ça fait mieux démarrer. On aime détester ce à quoi on répond... Que ça soit cordial ou plus abrupt, je crois qu'un forum y gagne toujours.
Eric m'agace, mais
1) c'est sans importance, ça me passera avant que ça le reprenne
2) cet aspect mou du genou que j'évoque, c'est pas forcément de lui que ça vient... Non qu'il y ait de vrais coupables : collectivement; à certain moments, nous pourrions prendre la responsabilité d'être plus heureux de nos désaccords.

(Cette phrase a bien un sens, mais si quelqu'un trouve le moyen d'être plus clair pour l'éclaircir, je m'en vexerai pas du tout, même je lui serai super reconnaissant, parce que là je me sens pas du tout de me creuser pour le faire.)

(EDIT tardif : et, en soi, d'accord avec lam, hein, le sujet est intéressant. Il y a même des occasions de répondre qui "devraient" m'intéresser. Et je suis reconnaissant à la même lam d'avoir tenté de lancer. La mayo ne prend pas, mais c'est pas la faute aux moulinettes).

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

lam

le mercredi 15 septembre 2010 à 11h41

Siestacorta
2) cet aspect mou du genou que j'évoque, c'est pas forcément de lui que ça vient... Non qu'il y ait de vrais coupables : collectivement; à certain moments, nous pourrions prendre la responsabilité d'être plus heureux de nos désaccords.

D'accord avec toi Siesta. Bien sur que si on était tou-te-s d'accord on se ferait ch... sévère. Il n'y aurait plus d'enjeux, plus de raison de se frotter aux autres pour évoluer, plus de vie quoi.

Je re-re formule (vous remarquerez les efforts de pédagogie pour être comprise ;-) ) pour Eric: ce n'est pas ce que tu dis qui est agaçant, c'est la manière dont tu le dis.
d'ailleurs, je ne vois aucune ressemblance entre ta place sur ce forum et celle qu'occupait Clémentine, la seule distinction commune dans votre manière de converser sur polyamour.info me parait être le nombre de posts par jour.

Je n'ai plus envie de venir ici pour subir ton omniprésente prose qui n'est associée à aucune remise en question. Là je ne vois plus à quoi ça sert de converser: je fais des efforts pour comprendre et me faire comprendre mais je n'en sens aucun en face.

Aller, je radote un pti coup: Je suis heureuse de discuter avec des personnes qui ne sont pas d'accord avec moi. Là où j'ai des attentes c'est donc pas sur le fond (les idées) mais sur la forme (la manière de les dire et de s'adresser aux autres).

Dernier chapitre

où Lam arrête d'être gentille, se permet d'être sarcastique et piquante et ne le fait pas en MP

Comme miss agrume, Lulutine et plein d'autres, vous l'avez surement déjà compris, je vous laisse en bonne compagnie sur ce fil, où je sens que les discussions sont tellement intéressantes, constructives et bien parties.
Il me semble que de puissantes et profondes réflexions sont en passe d'être impulsées par le grand manitou du forum qui, il faut quand même le féliciter pour cela, réussit bien son coup de convaincre tout le monde qu'il ne veut pas chercher à comprendre de quoi parle ce fil.

Sans arriver à amorcer une réflexion sur la construction des identités genrées, qu'est-ce que l'évolution associée des rapports humains me parait loin...
J'hallucine de voir dans un fil sur le lien entre polyamour et (dé)construction de l'identité masculine quelqu'un avoir une attitude tellement despotique et un discours paternalisant...

hein bande de chochottes? :-D :-D :-D

<3

Lam.

EDIT/ PS: si le sujet vous intéresse et que vous avez des réflexions, documents ou autres à partager sur ce thème je suis prenneuse! (me contacter en mp)

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 15 septembre 2010 à 15h13

Allez, lam, je te piège à la relance ?

Sur "pourquoi ce sont des femmes qui écrivent sur "l'identité masculine", lam disait donc, je paraphrase, que si les réflexions sur le l'identité masculine sont pas écrites par des mecs, c'est que dans un monde dominé par eux ils ont moins à la questionner.
Indépendamment du bien que ça leur fait d'être dans cette société.

C'est très vrai, mais ça peut se compléter.
Je crois que les hommes s'intéressent tout à fait à leur identité, mais que ce n'est pas sous la forme d'une étude critique que leur réflexion va sortir. Pour la même raison que tout à l'heure : pourquoi critiquer un système où ils sont gagnants ?
En revanche, ils peuvent :
-avoir réfléchi sur leur condition masculine en généralisant. Par exemple, une partie de la philo est comme ça. Le philosophe dit "l'Homme fait ci ou ça" : tu peux le prendre au sens genré. Du coup, une immense partie de la littérature EST une réflexion sur l'identité masculine.
- écrire sur l'identité masculine aujourd'hui... à d'autres titres : le rôle du père, qui préoccupe Tigreblanc, les écrits d'homme sur leur vie amoureuse, la question de l'homosexualité.

Cela dit, oui, ça manque un peu de synthèse... et hélas, quand le sujet est abordé de front, on tombe sur du Zemmour.

Pour répondre à l'autre question de Tigre, "le polyamour fait il bouger les rôles de genre", ce qui serait idéal, ce serait des "poly studies".
Des universitaires qui auraient mis en avant la réalité des polyamours dans la société, dans l'art, avant qu'on parle de polyamour.
Je pense au "Portrait d'un mariage", dont on a lu un extrait au café poly de lundi dernier. Il décrit un mariage du tout début du XXème siècle, en insistant beaucoup sur des pratiques bisexuelles. L'aspect poly nous parait évident ici et maintenant, mais à l'époque, c'était seulement une partie du questionnement...
Je crois que beaucoup de récit parlant de libertés de moeurs (ou de leur absence) décrivent le polyamour sans le nommer, qu'il faudrait passer beaucoup de temps à montrer que la situation n'a rien de neuf...

Enfin, je suis asse proche de l'intervention de "..." : c'est en tant que revendication d'individu que le polyamour remet en cause les rôles et les genres. C'est une revendication de liberté, c'est pour ça qu'elle se heurte à des carcans anciens : la femme amoureuse qui vit par la réussite du couple, l'homme qui doit maintenir sa sensualité dans des limites bienséantes...

Je me demande si, en posant le polyamour comme revendication, le féminisme ne se donnerait pas un moyen supplémentaire d'arriver à la société plus égalitaire qu'il appelle...
Le couple étant une sorte de micro société qui, en ne s'ouvrant pas, produit des rapports de domination très durables.

#
Profil

Drya

le mercredi 15 septembre 2010 à 17h18

WOuaaah, y'a à creuser!
Il me semble quand même qu'à force de lutter pour le PA, on le voit partout, même au "bout" de réflexions qui pourtant n'y mènent pas pour la personne qui exprime sa réflexion!
Autre chose: quand l'égalité (et non pas similarité) des genres est bien ancré dans ses principes, on établit d'office des relations de couple égalitaires - ce qui est très différent chez certains hommes et femmes (aussi d'ailleurs, dans le sens inverse) célibataires depuis longtemps: j'ai constaté une grande tendance au sexisme: les hommes qui ont des propos de plus en plus misogynes (alors qu'ils n'y croient pas vraiment, mais les ressortent à la moindre occasion), comportements paternalistes, lectures du même genre (Sacha Guitry, pour ne parler que d'un)... et bien-sûr l'exact miroir chez les femmes.
Certes c'est pour se rassurer, mais j'ai du mal à croire qu'ils/elles aient vraiment envie, au fond, d'être en couple....

#
Profil

Drya

le mercredi 15 septembre 2010 à 17h21

En fait, pour moi le couple (=partenaires de vie) implique forcément un principe d'égalité et de respect, donc mon propos est évidemment biaisé ^^
(donc mon post n'apporte peut-être rien finalement :/ )

#
Profil

Romy

le mercredi 15 septembre 2010 à 17h23

Moi j'aurais bien aimé partir un fil polyamour et philosophie...Mais il me semble que Siesta serait le mieux placé pour lancer la discussion...
Le concept de surhomme de Nietzsche ne pourrait-il pas s'appliquer au polyamour?

#

Clém' d'agrume (invité)

le jeudi 16 septembre 2010 à 21h54

Salut les schtroumpfs!

Ouais je vis plutôt ce que j'ai à vivre en ce moment, mais ici et là je lis mes préférés, les autres je zappe, pas la peine de s'embarquer à ramer à l'envers pour re-re-re-proposer les basiques de la communication. Le "missionnariat", j'ai donné.

Y'a des champions pour embarquer des trop-gentils dans des débats stériles...

C'est une bonne idée de recentrer les discussions sur des thèmes qui peuvent amener du progrès personnel... mais sans ancrage dans des situations réelles et vécues, qui nous aident à changer des comportements dont on ne se rend même plus compte parce qu'ils se fondent dans le paysage... moi je lâche la rampe.

J'aime bien progresser sur du concret.

Bonne continuation à tous!

#

(compte clôturé)

le vendredi 17 septembre 2010 à 20h22

Clém' d'agrume
Salut les schtroumpfs ! Ouais je vis plutôt ce que j'ai à vivre en ce moment, mais ici et là je lis mes préférés, les autres je zappe, pas la peine de s'embarquer à ramer à l'envers pour re-re-re-proposer les basiques de la communication. Le "missionnariat", j'ai donné. Y'a des champions pour embarquer des trop-gentils dans des débats stériles... C'est une bonne idée de recentrer les discussions sur des thèmes qui peuvent amener du progrès personnel... mais sans ancrage dans des situations réelles et vécues, qui nous aident à changer des comportements dont on ne se rend même plus compte parce qu'ils se fondent dans le paysage... moi je lâche la rampe. J'aime bien progresser sur du concret. Bonne continuation à tous !

je fait de meme puisque la liberté d expression n a pas lieu d etre ici
puisque quand on defend quelqu un on s en prend plein la gueule
puisque ce" que je dis est pris de travers
puisque je m en fou apres tout

puisque la vie est ailleurs et pas ici!
bon vent!
heureuse d en avoir connu certains!

#
Profil

titane

le dimanche 19 septembre 2010 à 07h12

Rosalie
Moi j'aurais bien aimé partir un fil polyamour et philosophie...Mais il me semble que Siesta serait le mieux placé pour lancer la discussion...

Le concept de surhomme de Nietzsche ne pourrait-il pas s'appliquer au polyamour ?

Nietzsche n'est pas le plus grand philosophe de l'amour! Mais oui il parle d' un amour forcément libre et spontané. Schopenhauer aussi malgré son incapacité à aimer et parle aussi de "volonté de puissance" qui parfois à un goût d'amour...

C'est la philo qui m'a ouvert à l'amour pluriel... La psycho a encore beaucoup de mal à se libérer de son héritage moralisateur et classe souvent des bases de l'amour pluriel comme des "dysfonctionnements"...

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 19 septembre 2010 à 13h46

Je suis pas un champion en philo, Rosalie... Ca m'intéresse, mais je suis pas doué pour mener longuement une maïeutique (alors que c'est le plus intéressant à faire), et je n'ai eu que quelques lectures éparses... Rien d'étudié, rien que je puisse dire avec certitude "j'ai compris".

Par contre, Titane : Schopenhauer, pour les petits bouts que je m'en rappelle, c'était pas un grand macho ?
Et aussi quelqu'un qui voyait dans l'amour une "ruse du génie de l'espèce", donc une illusion fabriquée pour pousser l'humanité à la reproduction et à la conservation...
J'y crois. Je crois à un tas d'autres choses sur l'amour, mais ça part illusoire aussi. A mon sens, cette illusion n'est pas que pour la reproduction, et surtout, elle n'est pas néfaste. Un peu comme l'illusion de beauté dans une œuvre d'art...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 19 septembre 2010 à 14h11

Rosalie
Moi j'aurais bien aimé partir un fil polyamour et philosophie...Mais il me semble que Siesta serait le mieux placé pour lancer la discussion...
Le concept de surhomme de Nietzsche ne pourrait-il pas s'appliquer au polyamour ?

Avec tous les débats qui s'ouvrent chaque jour, sur ce site, n'est ce pas une sorte de philosphie de pouvoir débatre de sujets variés comme on le fait tous avec des convictions différentes....??? Je pense que oui et j'adore pouvoir y apporter mon point de vue.

#
Profil

titane

le lundi 20 septembre 2010 à 21h10

Siestacorta
Je suis pas un champion en philo, Rosalie... Ca m'intéresse, mais je suis pas doué pour mener longuement une maïeutique (alors que c'est le plus intéressant à faire), et je n'ai eu que quelques lectures éparses... Rien d'étudié, rien que je puisse dire avec certitude "j'ai compris". Par contre, Titane : Schopenhauer, pour les petits bouts que je m'en rappelle, c'était pas un grand macho ?
Et aussi quelqu'un qui voyait dans l'amour une "ruse du génie de l'espèce", donc une illusion fabriquée pour pousser l'humanité à la reproduction et à la conservation...
J'y crois. Je crois à un tas d'autres choses sur l'amour, mais ça part illusoire aussi. A mon sens, cette illusion n'est pas que pour la reproduction, et surtout, elle n'est pas néfaste. Un peu comme l'illusion de beauté dans une œuvre d'art... Message modifié par son auteur hier à 13h.

Schopenhauer n'a jamais véritablement parlé d'amour mais de "sexualité" comme justement une "volonté" inconsciente contre laquelle on ne peut lutter et qui influence TOUT... Cependant en vieillissant son pessimisme maladif perdait de sa "volonté" et il a finit par proposer que nous devrions tous nous adresser aux autres en tant que "compagnon de souffrance" qui nous rappelle à plus de tolérance, de patience, d'indulgence, d'amour du prochain !

Oui oui il l'a écrit !

Nous sommes inéxorablement liés par la banalité de nos souffrances...

une étrange façon d'être optimiste en "l'amour'...

(dans Parerga et Paralipomena)

Peu de philosophes ont vraiment abordé l'amour mais se sont heurté au désir sexuel trop souvent comme une "perversion" ou "diversion" du travail intellectuel du philosophe...

La Banquet reste une belle référence philosophique je crois...

Mais on peu ouvrir un groupe de fils en proposant quelques réflexions "philosophique" sur l'amour multiple...

#
Profil

oO0

le mardi 21 septembre 2010 à 03h38

titane
Schopenhauer n'a jamais véritablement parlé d'amour mais de "sexualité" comme justement une "volonté" inconsciente contre laquelle on ne peut lutter et qui influence TOUT... Cependant en vieillissant son pessimisme maladif perdait de sa "volonté" et il a finit par proposer que nous devrions tous nous adresser aux autres en tant que "compagnon de souffrance" qui nous rappelle à plus de tolérance, de patience, d'indulgence, d'amour du prochain !

Oui oui il l'a écrit !

Nous sommes inéxorablement liés par la banalité de nos souffrances...

une étrange façon d'être optimiste en "l'amour'...

(dans Parerga et Paralipomena)

Du tout bon ! Du tout bon ! Tiens, pour le coup, je reviens au fil du sujet, l'identité masculine. En fait, une des choses qui m'a marquée face à la nécessité d'apprivoiser mon identité masculine, c'est la frustration, ô combien, cette identité était sujette à la frustration. Même si dans les faits, le masculin l'emporte en termes de harcèlement sexuel, dans l'imaginaire social, c'est l'inverse. La plupart des images genrées visent l'excitation masculine et l'adoption de cette image chez les femmes : l'image de la femme domine, pousse l'homme à l'excitation et les femmes à exciter. C'est très archétypal, mais je me limite justement aux archétypes des genres féminins et masculins.

Oui, alors pourquoi profiter de ce que tu viens d'écrire, Titane ? Et bien, justement parce que c'est principalement en adoptant le point de vue que tu traduits avec Schopenhauer que, même si la frustration n'a pas disparu pour autant, elle s'est solidement allégée pour être une couleur parmi toutes celles que l'existence peut en faire voir à chacun et chacune.

Le rapport avec le PA ?

Je ne sais pas, l'idée de pouvoir s'accompagner dans "ses joies et ses peines de coeurs" avec d'autres là où la jalousie est sensée faire ses ravages me fait penser à cet art d'être de bon compagnons de souffrance et de galère. Alors, oui, étrange péssimisme, mais si être optimiste, c'est manquer de réalisme et faire l'autruche, je préfère être un joyeux péssimiste. Non, mais qu'est-ce que cela fait du bien une fois qu'on arrive à rire des vertes et des pas mûres que l'existence nous en fait voir !

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Clown_Triste

le mardi 21 septembre 2010 à 11h03

RIP
[...] Alors, oui, étrange péssimisme, mais si être optimiste, c'est manquer de réalisme et faire l'autruche, je préfère être un joyeux optimiste.

N'est-ce pas plutôt un joyeux pessimiste ?

C.T.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion