Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour à distance

#
Profil

titane

le samedi 26 juin 2010 à 09h41

lisea
C'est très bien dit !

Mais je sais que part écrit il est pas toujours facile de se comprendre, les quiproquos sont facile. Peut être ne suis je pas douée non plus.

Message modifié par son auteur il y a 2 jours.

Comme dans toute communication amoureuse... Il fait caler deux discours l'un sur l'autre... Même avec des caresses il peut y avoir des malentendus... Il faut se lancer, et rectifier les malentendus avec humilité et douceur.

Non?

#
Profil

LuLutine

le lundi 28 juin 2010 à 14h32

lisea
Mais je sais que part écrit il est pas toujours facile de se comprendre, les quiproquos sont facile. Peut être ne suis je pas douée non plus.

Je te rassure, tu ne me sembles pas moins douée que les autres, moi incluse !

Quand je m'embrouille avec un amoureux, c'est souvent lors d'une discussion par internet (donc à distance). En reprenant les choses plus calmement plus tard (et dans l'idéal en face-à-face), en général nous nous rendons compte des malentendus : l'un a compris ceci, l'autre ne voulait pas dire cela, etc.

De l'aveu de pas mal de personnes autour de moi (monos compris), c'est très courant !

Je me dis que c'est sans doute pour cela que certains vivent mal les relations à distance (trop d'embrouilles, de malentendus...).

L'écrit gomme le langage non-verbal, qui représente facilement 80 à 90% de la communication, et en tous les cas plus de la moitié (désolée, pas de références sous la main, mais google et wikipedia seront des amis pour qui aurait le temps de réétudier la question).
Imagine que pour envoyer un message tu supprimes un mot sur deux ! Le destinataire risque d'avoir du mal à te comprendre : il va devoir supposer, interpréter ce que tu as voulu dire...en lisant quelqu'un on fait exactement la même chose !

En conclusion tu as parfaitement raison : se comprendre par écrit c'est plus difficile !

titane
Donc juste attention à nos fomules... "pour de vrai"....

Oui...d'où la présence de guillemets dans mon message...

#
Profil

LittleJohn

le lundi 28 juin 2010 à 14h40

Bizarrement, à distance et dans une langue qui n'est à aucun notre langue maternelle (l'anglais), nous arrivons à nous comprendre.

Et, peut-être justement parce que cette langue ne nous est pas "naturelle", nous l'utilisons - et la lisons - au premier degré (les blagues sont explicites) ce qui nous éviterait les incompréhensions (?)

#
Profil

LuLutine

le lundi 28 juin 2010 à 14h44

LittleJohn
Bizarrement, à distance et dans une langue qui n'est à aucun notre langue maternelle (l'anglais), nous arrivons à nous comprendre.

Moi j'ai dit que c'était courant (de ne pas se comprendre), mais pas systématique !

Et la plupart du temps j'arrive à ne pas créer de malentendu avec mes amoureux en discutant avec eux à distance. Heureusement !
Mais tout de même, je préfère le face-à-face... :)

Je crois qu'en fait à distance on peut être tenté de prêter à l'autre des intentions qu'il n'a pas...ce n'est pas forcément conscient...alors peut-être qu'il faut se retenir d'interpréter et si quelque chose nous blesse ou nous dérange, lui demander de préciser, reformuler ce qu'on a compris..."Est-ce que c'est ça que tu veux dire ?"...

#
Profil

LittleJohn

le lundi 28 juin 2010 à 14h49

LuLutine
...alors peut-être qu'il faut se retenir d'interpréter et si quelque chose nous blesse ou nous dérange, lui demander de préciser, reformuler ce qu'on a compris..."Est-ce que c'est ça que tu veux dire ?"...

C'est en effet ce que je me force à faire :)

#
Profil

Boucledoux

le lundi 28 juin 2010 à 15h52

Quand je m'embrouille avec un amoureux, c'est souvent lors d'une discussion par internet (donc à distance). En reprenant les choses plus calmement plus tard (et dans l'idéal en face-à-face), en général nous nous rendons compte des malentendus : l'un a compris ceci, l'autre ne voulait pas dire cela, etc.

Marrant, j'ai eu il y a quelques mois des expériences exactement inverses. Dans une situation très tendue, très passionnée ou chaque discussion partait en live sur des malentendus , nous retrouver sur un chat qui dépersonnalisait un peu et dépassionnait un peu la discussion nous avait aidé... au moins un temps

#
Profil

lutevain

le mercredi 07 juillet 2010 à 02h21

Un petit bonjour polyamoureux à distance depuis Jacmel, en HaÏti.
Ma compagne étant restée en France, mes amoureuses aussi, je vis pour 3 semaines une relation totale avec ce pays meurtri bien au-delà de tout ce qu'on a pu montrer dans les media… mais les Haïtiens restent gais au-delà de la souffrance… avec un e dignité rare!
À bientôt

#

Anna (invité)

le vendredi 09 juillet 2010 à 10h27

Bonjour,

Personnellement je connais aussi le PA à distance et pour moi c'est tout simplement un grand 8! Des bas très bas et des hauts très hauts!
Un plein d'émotions fortes qui font presque replonger en adolescence...Depuis que j'ai ce genre de relation, je ris plus et plus fort et puis je pleure aussi davantage, en version "désespérée - ma vie est finie". Une ado quoi.
Mais je ne renonce pas et avec le temps je me tempère un peu - ou j'y travaille.
Croire aussi que les relations PA ont de l'avenir m'aide à avoir un peu moins mal au coeur dans les tourbillons du grand 8...

Et puis les SMS tous les jours, toutes les heures, avec des mots profonds (parce qu'en quelques lettres il faut aller droit au but..!) ça a parfois un petit goût de paradis :-)

#

(compte clôturé)

le vendredi 09 juillet 2010 à 11h45

t' as interet a avoir l illimité.
les sms ca n'a l'air de rien mais c'est une connection morale au monde exterieur.

#

(compte clôturé)

le samedi 10 juillet 2010 à 21h51

lutevain
Un petit bonjour polyamoureux à distance depuis Jacmel, en HaÏti.
Ma compagne étant restée en France, mes amoureuses aussi, je vis pour 3 semaines une relation totale avec ce pays meurtri bien au-delà de tout ce qu'on a pu montrer dans les media… mais les Haïtiens restent gais au-delà de la souffrance… avec un e dignité rare !
À bientôt

Lutevain, merci d'être passé pour donner des nouvelles. Bon courage et prends soin de toi.

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le jeudi 07 août 2014 à 16h52

Allez hop je ressuscite ce sujet qui après tout doit concerner un certain nombre d'entre nous.

En lisant la discussion d'il y a quelques années, ce qui me frappe c'est qu'on y parle guère de ce qu'il y a de particulier dans les relations à longue distance pour les polyamoureux.
Perso, j'y étais assez voire même beaucoup réfractaire (aux relations à longue distance), après des expériences particulièrement galère à l'aube de ma vie sentimentale.

Aujourd'hui - je raconterai peut-être pourquoi plus en détail, mais plus tard - voilà que... la question se pose. Et je vois ça de façon beaucoup plus apaisée. Simplement parce que la personne concernée est quelqu'un en qui j'ai confiance, en particulier au niveau de la communication. Et aussi du fait du polyamour, du fait que la terrible binarité des relations mono dans les relations à distance (la jalousie, mais aussi la question à 20 000 dollars : on fait un effort pour habiter au même endroit, ou bien on fait une croix sur la relation ?) n'a pas lieu d'être.
De fait, je ne sais pas si je suis dans une relation à distance à l'heure qu'il est : oui, non, peut-être ? Beaucoup de mails échangés, une intimité, et même des activités créatives en commun (en ligne, musicales). Et ce n'est pas très grave de savoir si je suis dans une relation "brevetée" ou pas, comme ce n'est pas très grave dans mes relations à courte distance : un des très grands bénéfices du polyamour pour moi c'est la fluidité des relations : amour/amitié/tout ce qu'il y a entre, au-dessus et en-dessous.

#

(compte clôturé)

le jeudi 07 août 2014 à 18h12

Je crois en effet que pour qu'une relation à distance (à cause d'un éloignement géographique ou à cause d'autres raisons) peut être belle et pérenne uniquement si la communication est possible. Nous avons en effet actuellement des outils permettant cela. Si l'on aime l'écrit... si l'on préfère l'oral... les deux aussi c'est bien...

Cette relation est possible également si elle ne nécessite pas de sexualité aboutie, ça me parait évident. L'affectif, la découverte de l'autre, le suivi de l'évolution de chacun primera (pour moi, c'est l'essentiel d'une relation extérieure à mon couple principal)

Donc, une relation épistolaire peut être magnifique, je plussoie... puisqu'elle ne nécessite pas d'être obligatoirement fréquemment en présence.

Non, tu n'es pas dans une relation brevetée, ça existe déjà !

#
Profil

Leolu

le jeudi 07 août 2014 à 18h29

Tcheloviekskinoapparatom
Et ce n'est pas très grave de savoir si je suis dans une relation "brevetée" ou pas, comme ce n'est pas très grave dans mes relations à courte distance : un des très grands bénéfices du polyamour pour moi c'est la fluidité des relations : amour/amitié/tout ce qu'il y a entre, au-dessus et en-dessous.

Oui, "ce n'est pas très grave" est un très bel adage qui simplifie tellement la vie ! (+)

Mais il ne faut l'appliquer que pour ces choses qu'on voudrait trop améliorer, pas pour celles qui nous pourrissent la vie.

"Ce n'est pas très grave si on est loin, ou qu'on se voit peu..." OUI
"Ce n'est pas très grave si je passe toujours après l'autre et qu'il dirige ma vie" : NON

Ce minimum de lâcher-prise qui évite qu'on se mette la pression et qu'on complique toujours tout, là où chacun ne recherche que du bonheur !

#
Profil

MagentadeMars

le vendredi 08 août 2014 à 09h37

A mon avis, si c'est loin d'idéale, la relation à distance soit plus possible pour un-e poly. Chez les monos il faut choisir entre un contact physique rare ou changer d'amant-e :-(

D'ailleurs je pense que la relation que l'on puisse amener avec une personne à distance est nécessairement d'un autre type que celle avec un-e voisin-e... et dans le poly on a la possibilité d'avoir plusieurs types de relations. Donc la relation à distance devient possible pour une personne poly, même si cela ne lui serait pas suffisant comme relation unique.

#
Profil

bodhicitta

le vendredi 08 août 2014 à 10h38

Tcheloviekskinoapparatom
la terrible binarité des relations mono dans les relations à distance (la jalousie, mais aussi la question à 20 000 dollars : on fait un effort pour habiter au même endroit, ou bien on fait une croix sur la relation ?) n'a pas lieu d'être.

Oui la distance n'ai plus une raison pour mettre fin à la relation, car on gagne en autonomie, ainsi que le fait de nouvelles relations qui peuvent naitre sans devoir mettre fin à la relation.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 29 août 2014 à 02h02

J'entretiens une relation qui est devenue relation à (très très grande !) distance quand la personne concernée est partie à l'étranger...pour une durée a priori indéterminée (du moins, pour ma part je ne connais pas la durée)...

Mais on échange de temps en temps des messages, et je sais que cette personne me préviendra quand elle repassera pas trop loin de chez moi (ou sinon elle se fera trucider - virtuellement bien sûr, étant donné qu'on n'aura pas pu se voir :P !).

Je suis contente quand je reçois des nouvelles dans lesquelles j'apprends que cette personne va bien et vit des expériences heureuses et épanouissantes.

Et si cette personne me manque pas mal, ce n'est pas au point que ce soit une souffrance. Par contre ça rendra sans doute les retrouvailles plus intenses (au moins de mon côté, car je ne suis pas dans sa tête bien sûr).

P.S. : si tu te reconnais, je t'embrasse très fort <3

#
Profil

ScottBuckley

le lundi 26 janvier 2015 à 18h41

Bon soir,

Si certain-es d'entre vous ont envie que l'on re-parle de ce sujet, ici sur le forum, je suis + que partant !

L'idée est d'explorer ensemble la manière de vivre, ressentir, ... de gérer ses relations affectives + ou - lointaines, 'à distance' :
> comment les entretenir, les nourrir, ces relations ?

A quelle fréquence ? avec quels modes de transports, et quels outils (lettres papier, emails, skype...) ?

( et si vous êtes sur Paris mardi 27 janvier 2015 au soir, on pourrait en parler ensemble à la Cantada à partir de 19h, ou une autre fois à Paris ou aussi à Toulouse (+) avec plaisir soyez les bienvenu-es ! )

#

(compte clôturé)

le mardi 27 janvier 2015 à 00h33

Bonsoir à tous et toutes,
J'interviens assez peu sur ce forum mais là, je me sens pleinement concernée. J'ai une relation que l'on peut dire "à distance", bien que nous n'habitons qu'à 45 minutes l'un de l'autre. Nous nous connaissons et sommes amoureux l'un de l'autre depuis 19 ans (bou ça commence à faire !!), pourtant nous n'avons qu'une quarantaine d'étés. Oui d'étés, saison où nous nous voyons le plus car saison ou nous nous réunissons en tribu d'amis dont nous faisons partie tous les deux.
Il a vécu bien plus loin (3 h de route) mais, bien que liés, la relation n'était pas aussi "proche".
La distance n'a jamais posé de réel problème car nous avons toujours ou presque été en couple. Nous savons attendre pour nous voir, l'occasion d'un de nos deux anniversaire, pour nous voir que tous les deux, ce qui suffit à nous remplir pour quelques semaines voir quelques mois jusqu'à la prochaine bringue en groupe d'ami(e)s.
Outre la distance, c'est la temporalité qui est importante entre nous. J'ai l'impression que plus le temps passe et plus nos sentiments s'étoffent et notre lien s'épaissit, grandit et s'enrichit.
Nos discussions par mail, messages sms, ont fait suites aux courriers que l'on s'envoyaient par le passé. Toute cette communication participe à la magie de la force de cette relation et la liberté que l'on a pour lire et relire ces échanges.
Pour nous, la distance n'a jamais été un problème parce qu'on a pris conscience, malgré les expériences et les autres rencontres, qu'elle fait partie, elle aussi, de notre histoire.

#
Profil

LuLutine

le mardi 27 janvier 2015 à 01h13

Granita
J'ai l'impression que plus le temps passe et plus nos sentiments s'étoffent et notre lien s'épaissit, grandit et s'enrichit.

C'est vrai tellement souvent de mes relations...

Et parfois, le temps a passé, on se revoit, et c'est toujours aussi bien, voire mieux qu'avant.

A condition de faire confiance au temps, de ne pas vouloir tout tout de suite, mais bien sûr d'être à l'écoute aussi (ne pas penser non plus que le temps va faire les choses "tout seul", je pense que la patience et le dialogue - volontaires ou "naturels" comme ceux que vous me semblez avoir eu - ont un rôle très important à jouer aussi).

Bref, ça ne m'étonne pas du tout, et d'ailleurs je trouve cela d'autant plus "normal" avec la distance. Votre relation si elle ne s'est pas construit sur la proximité s'est construit dans le temps.

#

(compte clôturé)

le mardi 27 janvier 2015 à 10h36

Oui, cette notion de temps, en amour, est multiple. Il peut créer une distance supplémentaire (la passion s'étiole, la relation routinière des habitudes qui s'installent irrémédiablement...) ou au contraire être un facteur, comme il l'est dans cette histoire (mais pas que celle-ci ), de rapprochement je peux dire. Il permet la réflexion, comme cette notion de distance. Et le fait de n'être pas que dans le "faire" c'est à dire dans le fait de vivre une relation, mais être limite OBLIGÉ de penser cette relation (parce qu'éloignée geographiquement) la fantasmer, la réfléchir, amène la prise de recul relative au temps. Le fait de limiter (diminuer) les rencontres physiques, cela laisse la place à quelque chose d'autre qu'il faut inventer (ou pas !). Et du coup, je pense que quand on parle distance, on ne pas que y rajouter cette temporalité, mais qui est nécessaire et pleinement active dans toutes nos relations, même amicales.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion