Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Amour, ce que j'entends par là !

Bases
#
Profil

bonheur

le dimanche 10 mai 2020 à 11h15

La question s'est posé, récemment, sur un autre fil de discussion :

/discussion/-Gj-/Poly-celibataire/page-2/#msg-1060...

"Les recherches et théories psychologiques sur les différents types d'amours, c'est un joli sujet, je trouve. :)" @Cogito

Les différents types d'amour. Une question qu'un poly aura, je suppose, à se poser un jour dans sa vie ? Je pose donc ici la question et l'ouverture des réponses de chacun-e :)

#
Profil

bonheur

le dimanche 10 mai 2020 à 11h20

Je relève ici 4 fils de discussion qui reflète une définition suivant la lecture d'Isabelle FILLIOZAT :

/discussion/-Rd-/Ode-a-la-JOIE/
/discussion/-Rf-/Amour-et-Responsabilite/
/discussion/-Rg-/Amour-et-Respect/
/discussion/-Rh-/Amour-et-Gratitude/

#
Profil

bodhicitta

le dimanche 10 mai 2020 à 14h06

Hum! Différents types d'amours... J'm'en étais rendu compte avant de découvrir le livre "les vertus du polyamour" avec ça le mot "polyamour" (clin d'œil @bonheur)
En effet je pense qu'il y a différents types d'amours (et de façons d'aimer) la dose de passion, de profondeur, d'implication (qui ne sont pas forcément liés corelaires), fait 1 piste.
Ce que j'ai constaté aussi c'est la dose d'amitié dans la relation qui fait différences... Ça va avec le reste je pense, mais justement. La nuance entre amour et amitié dépend de chacun, et dans l'amour, j'pense demander, avoir eu besoin de différents niveaux d'amitié.
Je reprends, j'ai presque oublié la romance, oui la dose de romance (pour pas dire romantisme trop emprunt de négativité malheureusement) cette dose entre en jeux aussi d'après moi
PS: merci @bonheur, d'avoir trié des discussions sur le sujet

Message modifié par son auteur il y a 9 mois.

#
Profil

bonheur

le dimanche 10 mai 2020 à 16h23

Il y a des complicités, connivences qui se font naturellement, instinctivement et réciproquement. Pour moi, c'est à la base de l'amitié.

Tu as raison @bodhicitta de rappeler l'amitié. Dans mon cas, s'il y a amour, il y a amitié, avec cette émotion complémentaire qui fait la différence. Pour reprendre ces 4 fils de discussion cités précédemment, la Joie n'est pas identique bien que présente dans les deux cas. Pour moi, au niveau ressenti, la différence est présente. Aussi, j'ajouterai l'inquiétude. J'ai des amis qui me donnent des nouvelles ponctuellement, tous les mois en gros, et ça me va merveilleusement. En amour, un mois sans nouvelle réveille en moi une inquiétude. Ce n'est pas malsain, un rien me comble. Par exemple, sur Skype, si je laisse un message et que je constate que le destinataire a lu, ça me suffit.

Merci aussi @bodhicitta pour rappeler la romance. Je ne conçois pas le mot romantisme comme négatif. Au contraire, j'aime de cette façon. C'est ma locomotive, mon moteur, mon déclencheur, mon bonheur. Je pourrai aimer sans rien. Juste ressentir et me réjouir. C'est la romance que l'on m'offre, que je reçois, qui me rapproche de la personne. Elle vient petit à petit ou immédiatement, peu m'importe. Sa simple présence est source de bienfait.

Comme le dit David Charles dans sa chanson "rien qu'un geste". "C'est une chanson romantique et non pas érotique". Pour ceux celles qui ne connaissent pas :
https://www.youtube.com/watch?v=FVBsIDGnKHc

Ce que la chanson n'exprime pas, c'est que ce type d'amour peut se vivre au pluriel. Rien ne détruit, surtout pas l'amour. L'amplification par contre oui. Et puis la complicité peut venir du désir de cet amour qui offre la joie, offre une joie commune entre métamour qui ressent individuellement pour la même personne, donc communément. La connivence des métamours, pour m'aimer, pour me charrier, me taquiner... :-D

Le jeu, l'humour, y compris dans les instants difficiles. Surtout dans ces moments-là ! Evidemment @bodhicitta.

@bodhicitta : heureuse de te lire de nouveau. J'aime très souvent ce que tu exprimes. Merci pour le clin d'œil (+) :-D

#
Profil

Cogito

le mardi 12 mai 2020 à 09h27

Merci @bonheur d'avoir ouvert ce fil.

De mon côté, j'ai trouvé ce fil /discussion/-jn-/Les-7-degres-de-l-amour/ qui met en premier post les différents ressentis amoureux dans la langue grecque.
7 à la base, 10 trouvés sur ce même fil.

J'ai, par mon historique, exploré les différentes façons d'exprimer la nostalgie amoureuse tout autour du globe. Entre la "saudade" portugaise exprimée dans le fado et le "natsukashi" japonais, il existe tellement de façon de décrire finement et différemment ce sentiment.

Mais, je me suis quelque peu penché aussi sur les différentes façons d'aimer afin de savoir mettre un nom sur le sentiment d'attachement qui a pu me faire souffrir. Au cours de mes recherches, j'ai pu croiser Abraham Maslow et sa pyramide, mais aussi une théorie particulière de John Alan Lee https://en.wikipedia.org/wiki/John_Alan_Lee : La théorie de la roues des couleurs de l'amour. https://en.wikipedia.org/wiki/Color_wheel_theory_o...

Cette proposition a ma sympathie par sa fluidité et le rapprochement que j'ai pu voir avec les différentes définitions des philosophes grecs.

Je suis en tout cas ravis de voir que ce sujet n'intéresse pas que moi seul et je serai ravi de vous lire. J'aurai bien vu un article commun qui puisse retracer ce que nous aurions mis en évidence ici, mais j'ai un doute quant à sa place sur ce site (syndrome de l'imposteur, quand tu nous tiens).

#
Profil

bonheur

le mardi 12 mai 2020 à 10h42

Merci Cogito pour ta recherche.

Concernant les 7 degrés, je crois qu'il ne faut pas tenté de se situer dans un degré mais dans une palette. Si on remplace degré par couleur, et bien on n'obtiendra pas (chez moi en tout cas) une seule couleur mais un mélange de couleur.

C'est bien que tu es voyagé ET observé, admiré, compris… Oui, Maslow… Ce sont des théories dont il faut extraire ce qui nous parle. Ca sert à cela les informations, les observations. Emmagasiner pour se rappeler ou se trouver dans l'instant.

La fluidité revient à ce que je nomme l'impermanence. La CNV l'évoque également. Rien n'est jamais figé.

Je laisse volontairement tomber le terme imposteur. Et je pense que "syndrome" (https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/syndrome/76170) peut avoir sa place ici.

D'ailleurs, quand on est amoureux on : "Ensemble de plusieurs symptômes ou signes en rapport avec un état pathologique donné et permettant, par leur groupement, d'orienter le diagnostic." ; "Syndrome biologique, ensemble des modifications biochimiques, physiques, sérologiques, bactériologiques caractérisant un état pathologique donné."

Moi, l'amour se lit sur mon visage, dans mon attitude… J'ai des symptômes et pourtant, peut-on dire que je subisse un syndrome ? Peut-on être "malade" d'aimer ? Je laisse volontairement la question ouverte !

#
Profil

bonheur

le mardi 12 mai 2020 à 14h44

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion