Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Poly amour : inné ou acquis ?

Bases
#
Profil

marisol

le mardi 26 janvier 2016 à 14h45

Bonjour,
j'ai 33ans et je vis une relation monogame depuis 17ans. Il y a 7ans, mon mari, appelons le M., a vécu une relation extra conjugale avec une collègue. Dans un premier temps cela m'a fait beaucoup de mal et puis, à mon grand étonnement, j'ai accepté et j'ai compris. Je n'en ai jamais voulu à cette jeune femme qui avait partagé sa vie pendant de nombreux mois. Je me suis sentie mal pour elle quand mon mari a choisi de rester avec moi. Je me suis dit qu'elle devait vivre des moments vraiment difficiles et je ne pouvais que comprendre qu'elle soit tombée amoureuse de lui.
Notre vie de couple a repris sur d'autres bases, pas moins solides. Juste différentes.
Aujourd'hui, c'est moi qui ait fait une rencontre. J'aime un autre homme, appelons le N.
Mon mari est dévasté et fait n'importe quoi ( rencontres hasardeuses sur meetic par exemple ) Il ne veut pas entendre que je les aime tous les deux.
Aucun des deux d'ailleurs n'accepte que je dise les aimer tous les deux.

Chacun veut que je choisisse. J'ai alors fait le choix de la raison. Je suis restée avec ma famille, mon mari et nos deux têtes blondes.
Mais N est un collègue ( bah oui, sinon c'est trop facile ) et c'est très difficile de faire entendre à mon mari que je respecte le choix que j'ai fait et que je suis claire avec N. Que de toutes façons je ne peux pas donner à N ce qu'il veut, à savoir une relation exclusive.
Je ne veux pas faire souffrir mon mari, encore moins mes enfants. Mais mon mari estime que ça ressemble trop à de la pitié cette façon de présenter les choses. Hors il n'en est rien. Aimer quelqu'un c'est se soucier de son bonheur et de son bien etre, c'est ce que je fais pour mon mari. Je ne supporte pas de le voir malheureux. Alors j'ai arrété ma relation avec N.
Mais c'est douloureux. Il me manque. Et j'en viens donc à ma question : peut on devenir poly amoureuse ? J'ai toujours été très soucieuse du bonheur des gens que j'aime. Et je me fiche que ce bonheur soit lié à moi, je veux seulement qu'ils aillent bien, avec ou sans moi. Je n'ai jamais attendu aucune reconnaissance pour quoi que ce soit. Si je peux aider, c'est toujours dénué d'intérêt. On me dit souvent que je suis trop naîve, que je vis au pays des bisounours. Toute petite on m'appelait Brigitte Bardot et on se moquait de ma sensibilité. Aujourd'hui je suis infirmière. J'adore mon job. Mais mon mari veut que je le quitte. Pour ne pas travailler avec N.
J'ai la sensation d'avoir tout gaché en avouant à mon mari mon amour pour N. Et j'ai rendu N malheureux. Car je ne peux pas lui donner ce dont il a besoin.
Je suis déprimée et fatiguée.

Ca me fait du bien de lire vos histoires sur ce blog. Et j'avais envie de partager la mienne.

Merci

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

gdf

le mardi 26 janvier 2016 à 16h51

Hello
Règle numéro 1 : il ne faut jamais regretter d'avoir été transparent avec ses amoureux. Tu n'as rien gâché, tu as juste fait éclater un absces qui était là et qui aurait éclaté de toute façon.

marisolpeut on devenir poly amoureuse ?

En un mot, oui. Mais en fait, je crois que tu l'es déjà. Ta façon d'accepter la relation de ton mari il y a quelques années, ta façon d'aimer 2 personnes aujourd'hui, ça me parait clair.
La bonne question est, ton mari peut-il évoluer pour accepter ton polyamour ? La réponse est, c'est possible mais pas gagné. Il peut accepter ou pas. Et s'il accepte pas, tu peux choisir d'y renoncer pour lui ou pas. C'est une réflexion qui prend du temps, pour lui et pour toi. Le plus important est que vous puissiez en parler honnêtement (cf règle numéro 1)

Gdf

#
Profil

Leolu

le mardi 26 janvier 2016 à 17h23

"Poly amour : inné ou acquis ?"

Je pense qu'il y a très peu de choses qui sont innées. Bien souvent, quand on se pose cette question, il faut revenir sur notre enfance pour se comprendre.

En l'occurrence, l'envie poly-amoureuse peut venir d'une empathie à toute épreuve, prélude à la compersion, et que je retrouve dans votre profil : infirmière, surnom "Brigitte Bardot", inquiétudes pour l'amante refoulée qui fut pourtant rivale, etc... Vous aimez les gens !

(l'envie polyamoureuse peut venir aussi de l'opposé : un égocentrisme militant chez un sujet sensible ;-) )

Donc "inné", non, mais "sensibilisé de nature", oui.

marisol
peut on devenir poly amoureuse ?

Une fois qu'on sait qu'on a "le coeur grand comme ça", donc, devenir polyamoureuse n'est plus qu'une question d'opportunité et de volonté (double opportunité : un deuxième amour ET un conjoint compréhensif)

Hélas, tout le monde n'a pas votre capacité à aimer tout le monde et donc à aimer d'amour plusieurs personnes... Il est plus facile de devenir polyamoureux lorsque c'est le conjoint qui a cette "empathie à toute épreuve"...

#
Profil

marisol

le mardi 26 janvier 2016 à 20h23

Merci à vous
C'est réconfortant de vous lire.

#
Profil

bonheur

le mardi 26 janvier 2016 à 21h42

Personnellement, je partage tout à fait ton hypersensibilité, ton côté bisounours. Je crois en effet qu'il a eu un impact sur ma vie affective, enfin sur ma vie dans son intégralité. Je crois que c'est en toi et que c'est important de ne pas nier cela, mais au contraire d'en faire une force.

Si tu ne connais pas, je t'invite à écouter la chanson de Julien Clerc "j'ai le coeur trop grand pour moi"...

Il existe de nombreux livres sur l'hypersensibilité.

#
Profil

samy

le mardi 26 janvier 2016 à 21h48

Bonjour marisol, je me reconnais en toi. Tout le monde m' appelait "sainte....et ensuite mon prénom". Je ne veux blesser personne mais j'ai fini par le faire... J'ai aimé quelqu'un d'autre et mon conjoint n'a pas pu l'accepter. Aujourd'hui nous sommes séparés, nous avons deux enfants aussi... La situation était tellement douloureuse, pénible et insupportable à cause de sa souffrance (se rendre compte qu'il n'était pas le seul que je pouvais aimer) que je ne voyais qu'une solution et c'était partir. C'était une décision dure et j'ai pris un an avant de pouvoir le faire. Aujourd'hui je n'ai aucune relation amoureuse. Je comprends que tu sois fatiguée... Ça doit être dur. Et pourtant je pense que c'est toi qui a compris le plus à l'amour dans votre couple. Une personne ne peut pas combler une autre à 100% et aimer plusieurs personnes n'est pas "mal", ni une arnaque. Je suis comme toi, je veux le bonheur des autres, parfois même quand ça empietine mon propre bonheur. Et je ne cherche aucune reconnaissance quand j'aide quelqu'un. J'ai aussi énormément regretté d'avoir dit que j'aimais quelqu'un d'autre... Énormément. Bon courage marisol, ça va s'arranger d'une façon ou autre.

#
Profil

Diomedea

le mardi 26 janvier 2016 à 22h56

Il me semble que ces deux hommes ont eu beaucoup de chance en te connaissant, et qu'ils ont beaucoup à apprendre de ta 'façon d'être' en amour (qui s'est sûrement raffinée suite à tes expériences, mais qui est surtout innée, je pense).
Pour ton mari tu ne peux pas 'recommencer' (en te décrivant comme capable d'aimer plus d'une personne au début de la relation) ; mais ce n'est pas trop tard pour lui d'essayer de te comprendre, d'apprendre et que vous évoluiez ensemble.
Pour des éventuelles futures relations amoureuses je pense que cette qualité en toi doit être dite et discutée, si possible même avant de devenir amants, afin d'éviter les besoins d'exclusivité d'autres partenaires.
Surtout reste aimante et généreuse comme tu sembles l'être!

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bonheur

le mercredi 27 janvier 2016 à 08h19

Diomedea
Surtout reste aimante et généreuse comme tu sembles l'être!

Oh que oui !!! Tu as ce don, ne le gâche pas !!!

Ce n'est pas tout le monde qui soit capable d'aimer ainsi et c'est en étant toi même que tu pourras offrir.

#
Profil

poisson_chocolat

le mercredi 27 janvier 2016 à 09h34

marisol
Et j'ai rendu N malheureux. Car je ne peux pas lui donner ce dont il a besoin.

On donne aux autres parce qu'ils en ont besoin ? Je n'en suis pas sûr. Je n'aime pas quelqu'un parce qu'il en a besoin. Je l'aime parce que c'est comme ça.

Surtout, plus ou moins dans la situation du mari, J'ai compris quelques petites choses qui m'aident bien.
-Il faut s'occuper de soi, pas de l'autre.
-Il faut aller vers ce qui nous fait du bien (qu'est-ce que j'ai toujours aimer et qui me fait du bien), par vers ce qui nous fait du mal (sentiment d'abandon, d'exclusion et tout le tralala). C'est pas en raclant le fond de notre désamour que l'on va s'aimer soi-même et encore moins se faire aimer par les autres
-Il faut se rassurer. La jalousie vient me toucher là où j'ai une mauvaise image de moi-même, à un point d'insécurité, là où j'ai peur. La monogamie sert juste à me protéger de cela. OU : je me suis juste servis de mon couple pour me protéger de ce qui me fait peur et, ce faisant, je vis à demi, à l'ombre de mon couple.

Bref, il faut s'autonomiser.

Concrètement, s'il y a un café poly dans le coin de part chez vous, envois-y ton mari, ou vas-y toi-même. Perso, ça m'aide beaucoup dans ma démarche d'accepter que ma compagne soit poly.

Et encore, si j'ai fait le choix d'accepter, c'est parce que le poly, ça me convient, ça me semble super raisonnable, et surtout, si je rogne trop les ailes de ma belle, nos rapports risquent de s'en ressentir. Je ne pourrais pas assumer qu'elle quitte son autre amoureux pour me protéger de la douleur de la jalousie. Comment que ça se passe, notre couple finirait par en pâtir et j'ai plus à gagner à accepter et à faire l'effort de m'ouvrir à moi-même que de refuser.

Cela, tout le monde n'en est pas capable, peut-être. Parce que ce dont on se protège fait trop peur ou je sais pas quoi ? Mais on peut quand même essayer !

Ma femme a suspendue un temps sa relation pour me permettre de cheminer. Je sais pas si c'est la meilleure solution. Ca m'aide en tout cas.

Bon courage. Continue d'aimer et ne te fais pas trop de mal

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

samy

le mercredi 27 janvier 2016 à 11h24

Jrg, c'est beau ce que tu écris! C'est exactement ça... tu es une personne ouverte et sensible, car tu es allé au-delà de ta souffrance de la jalousie (parfois je n'écris pas bien en franças, veuillez m'en excuser, ce n'est pas ma langue). c'est surtout cette phrase qui me touche: "Je ne pourrais pas assumer qu'elle quitte son autre amoureux pour me protéger de la douleur de la jalousie."

#

Moon2 (invité)

le jeudi 28 janvier 2016 à 08h27

Bonjour Marisol,

Je me permet d'intervenir car je pense être dans le même cas que ton mari.
Tu dis qu'il pense que c'est de la pitié. Que tu ne veux pas le voir malheureux. Mais est-ce vraiment de l'amour ?
Pourquoi l'aimes tu ? Peux tu décrire précisément les sentiments que tu as pour lui ?
ça m'aiderait à comprendre ma situation actuelle... Merci

#
Profil

marisol

le jeudi 28 janvier 2016 à 09h03

Bonjour Moon2,

les sentiments que j'ai pour mon mari sont une part de moi. Nous avons grandi ensemble, nous avions 16 ans quand nous nous sommes rencontrés,
j'ai vécu plus longtemps avec lui que sans.
Tous mes souvenirs sont ses souvenirs sont nos souvenirs. Ma vie c'est sa vie c'est notre vie.
Je n'imagine pas vraiment une suite sans lui. Rien à voir avec des préoccupations logistiques ou organisationnelles. C'est juste qu'il y a tellement de choses que je ne partage qu'avec lui. Nous avons des gouts assez atypiques en terme de musique, cinéma ou art. Notre entourage nous trouve " décalés ".
Lui et moi on s'est " trouvé ". Enfin je crois.
Et puis il y a nos enfants, on les a eu jeune, ils ont 9 et 11 ans. Et j'adore notre vie de famille. J'adore cette éducation et cette culture " décalée " qu'on leur transmet. J'adore voir notre ainé, un presque ado encore hésitant mais qui ressemble tellement à son papa. Et ma petite dernière qui est un doux mélange de nous deux. Avec la folie de son papa et la naiveté de sa maman. C'est mon p'tit saint bernard.

Mais aujourd'hui mon mari est irascible, déçu, fatigué et dans l'impossibilité d'accepter ce que je vis ( ou vivais plutôt ). Il dit qu'il comprend mais qu'il n'acceptera jamais de me partager. D'autant qu'il déteste N.
Alors je prends sur moi. Je sais que pour le moment j'en suis capable. Même si les questions incessantes de M. sont difficiles à gérer. Il est suspicieux et n'a aucune confiance en moi. C'est pour ça que je regrette d'avoir été si honnête. parce que maintenant il veut tout savoir. Il va jusqu'à me demander si j'ai pensé à N. dans la journée et si oui combien de fois... De toutes façons tout ça le rend fou. Je ne le reconnais plus. Je ne sais pas qui est cet homme avec lequel je vis aujourd'hui. Il fait n'importe quoi, il est despotique. dans l'hyper contrôle de tout.
Je n'arrive pas à le rassurer. C'est dur à vivre.
Je regrette vraiment de lui avoir parlé.

Voilà j'espère que c'est moins compliqué pour toi. Moins douloureux surtout.

Bonne journée

#
Profil

poisson_chocolat

le jeudi 28 janvier 2016 à 09h35

Quand on partage du pain, il en y en a plus que la moitié pour chacun. Quand on partage un amour, il y a un amour entier pour chacun.

Tu n'es que la cause accidentelle de la douleur de ton mari. La peur, l'insécurité, la douleur qu'il ressent et se traduisent en colère en suspicion à ton égard, ne concerne que peu ce que tu as vécu. Note, que je dis cela de derrière mon clavier. Mais la question que pourrait se poser ton mari et qui lui permettrait peut-être d'avancer, est "Qu'est-ce qui m'empêche de supporter cette situation.". En fréquentant des cafés poly, voir et constater que certains vivent trés bien cette situation, m'a permis de me poser la question en ces terme. DE ME RECENTRER SUR MOI et de ne pas faire de ma compagne la cible de ce que je pouvait ressentir.
A cela, pour répondre à la question de l'inné et de l'acquis, rien de biologique. L'être humain est dépendant. Tout petit, sans adultes pour s'occuper de lui, il n'aurait pu survivre. Si les premiers liens construits avec ces adultes ne permettent pas à l'enfant d'acquérir une image de lui suffisamment bonne, un socle de sécurité intérieur suffisamment solide, il lui sera difficile d'acquérir sa propre autonomie, de ne pas se mettre ensuite dans une situation de dépendance qui le protège et le rassure.
Je ne sais pas si c'est là que ça se joue. Mais, s'il te semble que c'est le cas, ce que tu peux faire, c'est essayer de l'accompagner doucement à comprendre que la jalousie vient le percuter dans SES PROPRES FRAGILITES à lui, que sa réaction dépend de ce qu'il est, plus que de ce tu fais ou a fait. Ceci pour qu'au moins il s'apaisent à ton égard. Une vie passé à rendre des comptes à son mari, ce n'est pas une vie. Plus aujourd'hui, j'espère.
Quand à ton honnêteté, le soucis que tu as eu de faire part à ton mari de ce que tu vivais, ne t'en veux pas trop. C'est le respect qui convient dans les relations.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

Moon2 (invité)

le jeudi 28 janvier 2016 à 09h37

Merci pour les réponses, je me rends compte que mon histoire ressemble vraiment à la tienne. Ma femme reste aussi avec moi, a fait son choix de rester avec moi mais je sais qu'elle aime aussi une autre personne. Je n'arrive pas à l'accepter et je suis aussi dans le doute constamment. J'aimerai lui faire confiance mais je doute de tout. J'ai essayé de me dire que ce serait possible pour moi de la laisser vivre sa vie de poly amoureuse mais je ne le suis pas et n'arrive pas à l'accepter. J'ai essayé...
J'ai aussi peur qu'elle me quitte ou qu'elle reste avec moi pour de mauvaises raisons. ma souffrance.

As-tu penser à le quitter ?
Ou penses tu le quitter un jour si tu n'arrives à contrôler ton amour pour l'autre homme ?
Ou quitter ton mari pour vivre vraiment ce que tu ressens, ce que tu es ?
Car dans tout ça, j'ai l'impression que tu ne penses pas à toi. En ton amour. Que tu t'oublies pour ne faire souffrir personne.

Merci de m'avoir répondu.

#
Profil

poisson_chocolat

le jeudi 28 janvier 2016 à 10h38

Perso, j'aurais du mal à assumer que ma femme mette un terme à sa relation à cause moi. Si je ne peux pas le supporter, je pense que c'est moi qui partirait. Plutôt partir que de rogner les ailes d'une hirondelle !

#
Profil

bonheur

le jeudi 28 janvier 2016 à 10h41

A une époque, j'ai été confronté à un mari qui fouinait partout (au début). J'en n'ai eu marre de cette situation car oui, c'était plus l'homme que je connaissais. La seule fois où j'ai évoqué l'idée de partir, j'ai parfaitement expliqué que c'était pour cette unique raison. Que si j'avais voulu caché des choses, je l'aurai fait, hors ce n'était pas le cas. J'ai indiqué que s'il reprochait ma franchise et ma transparence alors qu'il valait mieux que je parte immédiatement.

Moi aussi Marisol, je connais mon mari depuis tellement longtemps... J'avais 5 ans lorsque nous nous sommes retrouvés dans la même école et j'en avais 38 lors des faits que j'énonce ci-dessus.

Après cette discussion sévère de ma part (ça ne me ressemble pas), j'ai indiqué que tout ce qu'il voulait savoir, je le lui dirai... en tout cas tout ce qui impacterait notre vie commune... mais qu'il arrête d'aller à la pêche aux infos en fouillant dans mes affaires et en me suspectant de tous et surtout de ce qui n'existait pas.

En fait, dans ces cas là, il y a la part de vérité et il y a l'imaginaire de l'autre qui va bon train. C'est cet imaginaire (négatif évidemment) dont il faut se défaire. Personne ne peut se sentir aimer, valoriser, positiver en vivant sous surveillance permanente et ça ne provoque au contraire que cette envie de ne plus communiquer, de s'enfermer dans son désarroi.

Une astuce, elle vaut ce qu'elle vaut : l'humour. Avec mon mari, nous avions ensuite pris l'habitude de placer un mot "clé" au début de chaque phrase qui annonçait "attention ça va pas être agréable à entendre, mais le jeu veut que tu ne prennes pas ce désagréable comme une saloperie, juste qu'il doit être dit et débattu". On avait même poussé le vis à mettre un gage pour celui qui avait omis d'annoncer la discussion sans ce mot clé.

Ceci pour dire, qu'il faut parfois du désagréable pour déconstruire et dans notre cas il a fallu déconstruire 20 ans de vie commune et il y a eu du boulot. Mais finalement, nous avons déconstruit ensemble et surtout nous nous sommes entrainés dans une dynamique où chacun s'est reconstruit à sa façon, suivant sa vraie nature, mais ensemble.

Précision, pas de forum pour nous à l'époque et on déteste tout ce qui est psy, alors j'atteste que même à deux, et sans connaitre le mot polyamour (que j'ai connu 4 ans plus tard), on peut y arriver.

#
Profil

bonheur

le jeudi 28 janvier 2016 à 10h43

jrg, nous avons posté ensemble.

Je crois que mon mari pense également comme toi. Je suppose qu'il y a de cela (enfin une fois le choc puis l'épisode jalousie, je fouine, passé)

#
Profil

samy

le jeudi 28 janvier 2016 à 11h27

Je ne reconnaissais plus mon mari non plus. Il avait perdu le contrôle sur moi, sur sa vision d'amour et tout volait en éclats pour lui. Il était devenu anxieux, suspicieux et dépressif. Les questions incessantes, interrogatoires, jusqu'à l'harcèlement total m'ont fait très mal. Courage, ça doit être bien dur. je sais un peu ce que tu vis. Au bout d'un an je n'en pouvais plus et c'est toujours douloureux... J'aime bien vous lire, tous, vous m'aidez à mieux me comprendre, à apprendre et réfléchir sur la vie, sur la décision que j'ai prise.

#
Profil

Cocolight

le jeudi 28 janvier 2016 à 21h00

Bonsoir,

Touchée par ton témoignage, j'ajouterais aux judicieux conseils de jrq que si, depuis qu'il sait que tu as été attirée aussi par un autre, ton mari ne croit plus en ton amour pour lui, c'est parce qu'il n'a pas appris à s'aimer indépendamment de vous deux. Je ne lui jette pas la pierre : nous avons été élevé , dans la croyance que nous étions aimable si nous étions aimé et en + de façon exclusive. C'est un cheminement parfois long que de lâcher cette croyance. Passer de : "s'il ou elle ne m'aime plus, ou en aime aussi un autre, je n'ai plus de valeur" à : "ma valeur existe parce que je suis vivant et indépendamment du regard des autres" ne se fait pas en un jour. Ta présence et ta patience sont des cadeaux magnifiques mais ta capacité à supporter sa méfiance, son manque d'amour de lui, de toi et de votre joli famille, doit avoir des limites pour qu'il sente que toi tu n'es pas dépendante de lui, que tu veux avancer, avec lui de préférence et qu'il a l'opportunité de le faire, avec ton accompagnement, avec celui d'autres poly, avec des livres, avec un psy... Etre polyamoureux nécessite de construire un amour de soi véritable en regardant aussi les parties de nous qui sont restées dans l'ombre et qu'il faut intégrer pour ne plus les projeter sur l'autre. Tu ne peux pas le rassurer mais il peut utiliser cette "épreuve", pour apprendre à s'aimer et seul ce processus le rassurera. Tu lui offres déjà un beau lien d'amour, sincère, sensible, lucide et respectueux : c'est une chance dont il peut se servir, pour le bonheur de vous 4, et quoi qu'il fasse, continues d'aimer, ton prochain comme toi m'aime !

#
Profil

marisol

le samedi 30 janvier 2016 à 16h27

Tous vos conseils, toutes vos remarques sont pertinent(e)s et me rassurent dans le sens où c'est comme ça que je menais déjà ma réflexion.
Je me rends compte que "l'analyse" que je fais de tout ce qui m'arrive n'est pas trop à côté de la plaque...
Mais pour vivre une situation de polyamour il faut que tous les protagonistes soient partants. Et là, ce n'est vraiment pas le cas.

Je vous remercie pour l'attention que vous avez portée à mon histoire.

C'est réconfortant.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion