Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Ce sentiment d’être bien plus que monogame comment vous est il venu ?

Bases
#
Profil

Evoleela

le dimanche 03 novembre 2019 à 20h55

Bonjour,

Je suis inscrite depuis aujourd’hui sur le site et je me posais cette question....

J’ai lu quelques témoignages sur le site et j’ai cru comprendre que la plupart des personnes écrivant ici, sont ici «  par la force des choses », c’est à dire principalement par un begin pour une personne se qualifiant poly amoureux.

Personnellement, je ne suis pas en poly amour actuellement et je ne l’ai jamais été (ou sans m’en rendre compte) mais les dernières évènements qui me sont arrivés ces derniers mois me font me rendre compte que le polyamour est en moi, autant que la monogamie et la bisexualité.

Je m’explique, je sais que la jalousie est une notion qui ne m’a jamais caressé, justement, chez moi elle a un caractère plutôt coquine, et l’idée de partager un amour entre 3 personnes par exemple me paraît tout à fait possible.....enfin pour moi le sentiment d’amour c’est comme les enfants... ça s’additionne et l’arrivé du dernier n’efface pas le premier.

Alors, je vous pose la question, comment avez vous découvert votre polamour ?

#
Profil

TDC

le dimanche 15 novembre 2020 à 14h20

Comment ça m'est venu?

A force de constater que même des relations fortes m'enfermaient tellement dès le départ avec des projections multiples (les miennes, les leurs) que ça devenait un vrai repoussoir, au final.

#
Profil

artichaut

le dimanche 15 novembre 2020 à 14h48

Bienvenue ici @Evoleela

c'est marrant car ta question je l'ai entendu complétement en sens inverse :
Ce sentiment d’être bien plus que monogame comment vous est il venu ?

bien plus que monogame… tu veux dire ultra-monogame ??

du coup je me suis presque demandé ce que ça venait faire là

et puis j'ai compris en lisant la suite


mais du coup est-ce que être poly c'est être+ que monogame ? je ne sais pas…

à la limite, plutôt le contraire :
devenir monogame (car on le devient) c'est être moins que… l'infini des possibles qu'il y a avant qu'on devienne monogame (en cours d'adolescence le +souvent)

par contre je n'ai plu envie aujourdhui de dire/croire que cet infini des possibles, ce soit le polyamour

je pense que le polyamour est une tentative (estimable mais bancale) de retrouver cet infini des possibles


(déso je ne réponds pas à la question)

#
Profil

artichaut

le dimanche 15 novembre 2020 à 14h56

…et d'ailleurs le polyamour mainstream (dont l'amour à trois est un grand poncif) est souvent pensé/construit comme ce moment de l'adolescence : on essaye des choses, et puis à un moment y'a un retour à la normale, on revient sur terre, on redevient raisonnable, et on rentre dans le rang : trop compliqué le polyamour !

…alors que l'infini des possibles à bien+ a voir avec l'enfance qu'avec l'adolescence

#
Profil

barbu

le mercredi 18 novembre 2020 à 07h34

Je crois que j'ai senti l'évidence du polyamour dès ma première relation. Après une période fusionnelle très courte, je me suis rendu compte que j'éprouvais des élans du coeur vers d'autres.
Je ne connaissais absolument pas la possibilité du polyamour donc pour moi "j'ai envie d'une autre" signifiait "je n'aime plus la précédente".
Phase de serial-monogamie, avec beaucoup de culpabilité, de tristesse, de souffrance.
J'en etais venu à me considerer comme un anormal.
Quand j'ai entendu parler du polyamour, je l'ai proposé timidement à ma partenaire, elle a refusé et je n'ai pas poussé car je manquais encore de bases théoriques pour être sûr que c'etait une voie possible.
Une relation longue avec en filigranne cette tristesse de passer à côté de qqch.
10 ans plus tard, la même partenaire s'ouvre au polyamour. C'est le début de l'aventure!

#
Profil

bonheur

le mercredi 18 novembre 2020 à 13h14

Bonjour Evoleela,

Je suis intriguée par ton "logo". C'est manga ? L'un de mes jeunes adultes est fan ! :-D

Pour ma part, je pense être poly depuis... toujours. A 5 ans, j'étais déjà amoureuse !

J'ai évolué de relation en relation, avec parfois chevauchement, durant toute mon enfance, puis mon adolescence de "salope" et cette incompréhension de moi. Déjà parce que je suis souvent amoureuse. Ensuite parce que aimer ne m'a jamais empêcher d'aimer. J'ai d'ailleurs connu mon premier "coup de foudre" en 1985.

Je suis née en 1968 et ai connu mon mari (que je nomme aujourd'hui "chéri de vie", le mariage ce n'est plus opportun à mes yeux) quand j'ai été à l'école. Nous avons de beaux souvenirs de jeux entre autres ensemble (une histoire d'ours en particulier :-D ). Toutefois, pas d'histoire d'amour ensemble. Nous avons grandi toujours dans l'entourage de l'autre sans être ni de grands amis ni des amoureux. L'adolescence nous a rapproché (1986). Ensuite, études pour moi, travail pour lui, vie commune (1988) puis mariage (1989) et trois garçons (1990-1996-1997). En 1999, on fait construire enfin notre nid à nous, à notre image et surtout à la campagne.

En 2007, j'opère une réorientation professionnelle et je fais une formation pour adulte. C'est là que tout bascule. J'avais eu de belles amitiés profondes entre temps. Et je pensais qu'un camarade de formation en était devenu un. Puis, un jour, j'apprends qu'il a été hospitalisé suite à une rixe de rue. Comme il résidait lors des périodes de stage en entreprise à Bondy, mon sang n'a fait qu'un tour. J'ai eu cette peur irrationnelle qu'il lui arrive malheur (grave, je veux dire). Je suis passée en quelques secondes par des états intérieurs indescriptibles. Il en est ressorti, une fois avoir été rassurée sur sa santé, cette certitude que j'étais en fait amoureuse de lui. Le choc a été violent pour moi. J'ai gardé quelques semaines, puis j'ai lâché le morceau, à cet homme, à mon chéri.

Cet homme s'est alors éloigné de moi. Alors que nous étions "toujours fourré ensemble", je me suis retrouvée à ne pouvoir que constater qu'il me tournait littéralement le dos. Mon chéri, a reçu la nouvelle comme un choc. Il était effondré. Puis nous avons beaucoup parlé, échangé, en profondeur. J'ai dissipé sa plus grande crainte : divorce, vente de la maison, garde des enfants, pensions... J'ai dissipé une autre grande crainte : l'amour que j'ai pour lui. Je suppose que le fait que l'on se connaisse depuis longtemps a permis de mettre en évidence cette facette de moi que j'avais enfouie derrière des amitiés tronquées, pour répondre à la bienséance de la société.

En fait, mon chéri a pris contact avec cet homme, pour comprendre son attitude. Il ne voulait pas être un obstacle à notre bonheur, même si à l'époque, ça le rongeait. Et puis, sans retour, j'ai fais le deuil de cet homme, dont je garde encore quelques souvenirs, heureusement, pas que dans mes pensées. J'ai vécu du merveilleux et ne regrette rien à ce jour.

En 2008, mon chéri est d'accord pour que je reprenne contact avec mon coup de foudre de 1985, ne sachant pas trop où ça me mènerait...

En 2011, je me considérais comme monstrueuse d'être ainsi, surtout à l'encontre de mon chéri, qui pourtant vivait avec des bas, mais aussi de beaux hauts notre relation. Celle-ci était devenue plus belle et moins dans la contrainte du mariage et bel et bien de l'envie, la volonté, l'amour, la transparence, l'authenticité, la communication, la sincérité... Et puis, nous assistons à une conférence où le thème du polyamour est vaguement abordé. Je suis abasourdie par cette découverte. Aimer plusieurs personnes sans cachoteries ni dissimulations. Je précise que je n'ai jamais supporté les non-dits et les mensonges.

Je commande des livres, j'atterris ici et je fais un comming out en 2012, à plus de 40 ans (+) .

Donc, pour répondre à ta question, je dirai que ça ne m'est pas venu, puisqu'à l'intérieur de moi depuis... La connaissance et la reconnaissance de cette particularité, qui en a entrainé d'autres (je suis hypersensible, hyperémotive, philocognitive, ...), en compagnie de mon chéri qui a profité de mon évolution en matière de développement personnel pour prendre aussi son envol à sa façon (polyacceptant et monoamoureux par choix). La transition a pris des années et nos transformations sont belles. Etre soi, c'est merveilleux. Dire que tout est toujours facile, serait mentir. Non, il y a des inconforts, des besoins encore et toujours à communiquer, partager, dire, exprimer, expliquer.

Je lis beaucoup. J'ai reçu ce matin "Etre heureux, ce n'est pas nécessairement confortable - trouver le bonheur et non ce qu'on croit être le bonheur" (Thomas d'Ansembourg). Rien que le titre me convient.

Je ressens ce comming out comme une nouvelle naissance. Mes années de transition comme une gestation de moi. Voilà :-)

Message modifié par son auteur il y a 7 mois.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion