Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Vidéos : les bases de la CNV (communication non-violente)

Bases
#
Profil

Green-Man-Outside

le vendredi 18 octobre 2013 à 01h54

Je m'intéresse à la CNV pour diverses raisons. Or, grâce à un ami j'ai découvert cette série (4x45 minutes et quelques) de vidéos sur youtube.

On peut y admirer le fondateur de la CNV, Marshall Rosenberg, en séminaire/atelier. Et franchement, malgré ses abominables chansons folks (!) c'est un régal. Par contre, faut comprendre l'anglais.

Je vous mets le lien vers la première, vous trouverez les autres dans les suggestions de big brother, pardon, google :
www.youtube.com/watch?v=loABGdbOXU0

Note particulière concernant l'amour : dans la deuxième partie ( www.youtube.com/watch?v=u6sSo7zfsss ) à la 13ème minute, vous assisterez à une scène que je considère personnellement comme anthologique.

Rosenberg, en quelques secondes, met au jour un point qui (selon moi) permettrait, bien compris, de révolutionner les rapports amoureux, qu'ils soient "mono" ou "poly".

[et comme j'en suis arrivé à la même conclusion tout seul, en plus ça flatte mon égo ^^ )

#
Profil

jeanfifi

le samedi 19 octobre 2013 à 20h32

très bonne 13ème minute
merci pour ce lien

Tu vois, ça me fait penser un peu aux "10 mensonges de la vie de couple" par Thalmann: mensonge numéro 8: "si tu m'aimais vraiment tu saurai ce dont j'ai besoin sans que je te le dise"
C'est valable aussi pour la sexualité: je crois que c'est Leleu qui en parle dans le "traîté des caresses" au sujet de la masturbation comme d'un outil de connaissance de soi, et de l'intérêt de partager en couple: informer l'autre de ses besoins, et l'aider à découvrir le corps de l'autre, "gratuitement", sans l'enjeu du "coït à tout prix".....

Mais que faire avec une personne qui est quasi convaincue que l'autre doit deviner?
.......les suggestions du genre "tu devrais écouter cette vidéo" seront malvenues et séparatrices, à mon avis.......

JP

#

(compte clôturé)

le samedi 19 octobre 2013 à 22h39

Les 10 plus gros mensonges de la vie de couple et le traité des caresses : deux livres que j'ai lu et que je recommande.

Aussi "Les secrets des femmes" (voyage au coeur du plaisir et de la jouissance) de Elisa Brune et Yves Ferroul que je recommande aux femmes ET aux hommes qui veulent découvrir la sexualité féminine.

Oui, la sexualité féminine est complexe et souvent la femme n'a pas exploré tout son potentiel et partager ses découvertes avec son partenaire est un délice... et je confirme le coït n'est pas systématiquement indispensable.

Je conseille aussi Osez pimenter la sexualité de votre couple de Marc Dannam, Osez parler sexe avec votre partenaire (tous les secret de la communication érotique) du Dr Barbara Keesling, LEs trois cerveaux sexuels (entre pulsion, émotion et réflexion : comment vivre sa sexualité) du Dr Catherine Solano et le magnifique vive les plaisirs sexuels de Yves Alexandre Thalmann

Pour ce qui est de la CNV "cessez d'être gentil, soyez vrai" de Thomas d'Ansembourg est super

#
Profil

Siestacorta

le samedi 19 octobre 2013 à 22h45

C'est vrai que c'est pas mal, cette 13ème minute. (je maintiens le suspense)
Et pour moi, c'est une des raisons qui me font plus poly que mono, en fait...

Maintenant, sur la CNV, je suis ambivalent. Autant j'aime ce désir d'être clairs, de pas laisser un non-dit / malentendu influencer plus sur la relation que ce qui est compris par chacun, autant, pour avoir tendance à être dans ce rapport-là, je crois qu'il y a parfois là-dedans un rapport de force passif-agressif qui peut remplacer le rapport de force des émotions brutes et des gros silences accusateurs, sans être pourtant plus sain.

Faudrait que je me penche plus là-dessus... Je sais que certaines émotions ont besoin d'être montrées en plus d'être dites, et que l'absence de coups de calgons et la négociation permanente, ça peut aussi faire foirer la relation.
Ya aussi un manque d'empathie, qui peut avoir lieu : répondre "tu n'es pas rationnel dans ce que tu exprimes" à quelqu'un qui vit quelque chose qui le remue, ça peut être une façon de se défendre de la vie émotionnelle, la sienne et celle de l'autre. Du coup, quand on a l'esprit un peu analytique, face à quelqu'un plongé dans l'émotion, on se met au-dessus en lui disant "c'est non-violent".
"Sécurité", dit le gardien au prisonnier.

Disons que si je voudrais m'y connaitre en CNV, dans l'idéal, ce serait pas pour échapper au conflit, "surtout pas de violence, pas d'éclats, pas de méchonceté, pas de mauvais moments rienquedubôhneurrr", mais plutôt un truc que je mettrai en route quand le conflit est déjà vécu, quand une partie de la tension a déjà commencé à péter : un outil dont les deux décident de disposer en même temps, pas juste le mien face à n'importe qui.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Green-Man-Outside

le dimanche 20 octobre 2013 à 00h00

SiestaCorta
Du coup, quand on a l'esprit un peu analytique, face à quelqu'un plongé dans l'émotion, on se met au-dessus en lui disant "c'est non-violent".
"Sécurité", dit le gardien au prisonnier.

Tout à fait d'accord sur ce point. Un pote m'a fait le coup il y a peu, et c'est assez désagréable. J'appelle ça jouer au jeu du psy (d'ailleurs il y a en AT un jeu nommé Psychiatrie) pour ne pas s'impliquer dans l'échange. Mais, d'une part les deux parties en présence sont censées exprimer leur besoin, et d'autre part c'est pour ça qu'on utilise le principe du médiateur.
[je ne dis pas qu'il faut nécessairement appeler un médiateur/thérapeute de couple à chaque conflit hein, mais dans les histoires qu'ils racontent sur ses interventions en collège, lycée, couple, conflit ethnique, on voit bien comment le tiers est nécessaire... aussi pour des raisons de connaissance psy que les protagonistes n'ont pas en passant]


Disons que si je voudrais m'y connaitre en CNV, dans l'idéal, ce serait pas pour échapper au conflit

Je ne crois pas qu'il s'agisse d'échapper au conflit. Il s'agit plutôt de le vivre sans rajouter de "violence" inutile au conflit de base. D'ailleurs, le bout du bout de la méthode CNV, c'est quand même que si les besoins en présence ne peuvent être satisfaits... on se casse.

Dans une des vidéos, Rosenberg a cette sublime puncline : ""If you want to avoid hurting other people, the only way I can offer you to do that is to become a nice dead person."

Malgré l'optimisme qui rayonne forcément un peu de la méthode, c'est pas un truc gniangnian genre on est tous frères vas-y tire sur le oinj. ;-)

Et de toutes manières, là aussi c'est probablement une approche centrée en vert en termes de Spiral Dynamics (comme l'est le polyamour selon mes modestes connaissance en SD). Et après "vert", il y a d'autres couleurs... qui n'excluent pas la violence. Bref, c'est un paradigme qui peut-être utile dans certains cas... mais pas dans d'autres.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 20 octobre 2013 à 00h20

J'aime bien la punchline. Un jour où j'aurai mon temps de cerveau disponible en même temps que mes neurones anglophones, je tenterai de regarder tout ça de plus près.

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 octobre 2013 à 11h19

La CNV, c'est comme tout. Il faut prendre ce qui convient et laisser le reste. Je n'ai pas vu la vidéo car j'ai un internet de grrrr, vu que je suis à la campagne sans adsl (merci France Télécom, merci le conseil général de la Côte d'Or qui nous a trouvé une solution de remplacement encore plus merdique que ce que l'on a fini par s'offrir, le satellite, enfin bref... c'est CNV comme coup de gueule). Par contre, j'ai lu attentivement le livre que j'ai précité et la CNV ne dit pas que tu ne dois pas exprimer tes émotions, ou alors je n'ai rien compris. Y a pas de gniangnian là-dedans, ou alors j'ai rien compris.

Il se trouve qu'avec mon mari, nous avions instauré, naturellement, une méthode très CNV (sans le savoir) afin de passer plus sereinement le cap mono/poly (me concernant) et je peux dire qu'au contraire, on s'en est envoyé dans les dents, avec force, mais sans violence. C'est plus une question d'état d'esprit je pense. Assumer justement ses émotions pour les faire ressortir, c'est je trouve très sain. Les exprimer pour en débattre sainement, je trouve cela sain également. Permettre à l'autre de s'exprimer sans que cela parte en c....., je trouve cela sain. Et justement, pas besoin de médiateurs et encore moins de thérapeutes, juste une volonté réciproque que le débat soit constructif pour chacun.

Après, c'est peut être moi qui n'est rien compris à la CNV. Pour info, il y a sur Dijon une poly qui organise des stage d'information mais surtout de mise en pratique. Malheureusement, moi, je ne peux m'y rendre pour des raisons perso. Je suis surprise qu'elle n'est pas réagi à ce fil de discussion...

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 20 octobre 2013 à 12h36

Oui, oui, c'est pour partie du le fait que la réciprocité choisie me semble nécessaire et pas toujours possible, que je partais.
Je crois qu'essayer d'appliquer la CNV à des gens qui ne sont pas dedans, qui n'ont pas choisi de la pratiqué en général où à ce moment là peut mal se passer.

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 octobre 2013 à 17h24

Ok je comprends, mais indiquer ce que l'on désire est un bon début. Ou bien indiquer ce que l'on veut justement éviter. "JE ne veux pas me fâcher avec toi..." en début de conversation donne le ton de la conversation.

C'est comme pour le désamour. Y-A Thalmann (oui je sais encore lui) indique dans son livre "garder intact le plaisir d'être ensemble, prévenir le désamour" et je cite donc "...trouver le bonheur auprès de cette personne résulte bien plus des efforts et des ardeurs combinés de chacun. Car il faut être deux pour tisser l'amour, alors que le désamour est avant tout affaire individuelle. Si nous ne pouvons pas, à nous seuls, maîtriser l'amour, il nous appartient au moins d'éloigner le spectre du désamour !"

Je crois qu'en matière de communication, c'est un peu pareil. J'encourage à lire ce livre afin de comprendre réellement la subtilité de ce passage.

Je connais une femme qui pensait faire évoluer son couple positivement en lisant "mars et vénus..." (livre que je ne recommande pas du tout, surtout si l'on veut y comprendre quelque chose à l'amour et aux différences de comportements humains, bref, c'est mon opinion perso au passage). Elle se lamentait car comme son conjoint n'avait pas du tout envie qu'on lui impose cette lecture, cela ne servait à rien qu'elle fasse, elle, cet effort... Ben oui, pourquoi m'améliorer puisque l'autre ne fait pas aussi cette démarche. Dans leur cas, je dirais aussi, pourquoi reconnaitre que moi je ne suis pas parfaite alors que l'autre ne daignera pas reconnaitre qu'il a aussi des défauts. Pourquoi vouloir créer une dynamique positive, à quoi ça sert, c'est certain... Ben, je confirme, rien n'a changé dans leur couple, c'est toujours aussi humhum.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion