Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Une relation secondaire peut-elle durer (vraiment) dans le temps ?

Bases
#
Profil

LNJ

le mardi 19 septembre 2017 à 13h04

Bonjour à tous,
je m'interroge sur la durabilité d'une relation qui ne serait que "secondaire" à une relation principale. J'arrive à 7 ans avec mon deuxième homme et, la phase passionnelle étant désormais terminée (bien qu'elle ait duré très longtemps, sans doute justement parce qu'il n'était pas simple de se voir !), je trouve que la relation est devenue poussive.
On n'a, forcément, rien construit ensemble, mon premier mec tolère mon polyamour mais n'est pas polyamoureux lui-même, donc ma deuxième vie est en "bouche trou" de ma vie principale, sans doute ce qui explique la situation actuelle. Je précise à toutes fins utiles que mon deuxième mec n'est pas non plus polyamoureux et que sa vie affective ne dépend que de moi, ce qui a tendance à me mettre beaucoup la pression, parfois.
Du coup, je suis preneuse de vos retours sur vos propres expériences : l'un(e) d'entre vous est-il (elle) dans la même situation que moi, avec davantage de recul peut-être, pour me dire si un avenir reste possible avec mon deuxième mec et dans quelles conditions ?
Merci !!

#

(compte clôturé)

le mardi 19 septembre 2017 à 13h36

Bonjour lnj,

Je suis preneur de conseils sur ce qui t as permis de durer 7 ans moi :) :) :)
Merci

#
Profil

Toinou

le mardi 19 septembre 2017 à 13h48

La question à mon sens est même : Une relation peut-elle durer (vraiment) dans le temps ?

Secondaire ou non, amoureuse ou amicale, etc.

#
Profil

calinou696

le mardi 19 septembre 2017 à 15h30

La réponse est dans la question. Une relation peut durer si on construit quelque chose.
Famille, projet professionnel, passion/activité en commun ... ?

#
Profil

Toinou

le mardi 19 septembre 2017 à 16h09

je ne vois pas en quoi la réponse est dans la question ?
Mais même en "construisant", je ne vois pas en quoi ça serait un gage de durée infinie.

Pour ma part je pense que toute relation à une fin. Mais qu'ils en existent quelques unes qui ont plusieurs débuts :)

#
Profil

gdf

le mardi 19 septembre 2017 à 16h18

"Lorsque l'on renaît, il faut bien mourir de temps en temps"

Ender

#
Profil

calinou696

le mardi 19 septembre 2017 à 16h46

"On n'a, forcément, rien construit ensemble"
Donc une fois passée la phase passionnelle qui peut durer + ou moins longtemps, il ne reste apparemment pas grand chose.

La question n'est pas de trouver une durée infinie, mais qu'elle dure dans le temps, plusieurs années.
C'est sur que 7 ans sans rien construire c'est deja beau !

Pour répondre à la question, mon avis, c'est qu'il faut p-e essayer de construire quelque chose ensemble si le gout vous en dit.
Ou juste rester en contact.
Mais si la relation ne vous apporte plus rien du tout à l'un ou à l'autre... mais 7 ans, il y a certainement une sorte d'amitié forte entre vous. Enfin ce que je ressens dans ce que tu dis, c'est que tu as besoin d'air. Lui dire, respirer et aviser ensuite!

#
Profil

bonheur

le mardi 19 septembre 2017 à 17h22

Perso, c'est le vraiment (donc la parenthèse) qui me chiffonne. Une relation est de toute façon une construction à deux. D'autre part, on ne peut rester constamment à un niveau élevé de relationnel.

Je suis mal placée pour prôner la longévité puisque aucune de mes relations secondaires n'a perduré plus de 4 ans et c'est toujours moi qui ai faite mes adieux.

Cette question d'ailleurs est ce qui m'empêche actuellement d'aller de l'avant et de construire à nouveau des "nous".

Pour moi, c'est soit je quitte soit l'amour perdure, mais laisser place à une "amitié" après "l'amour", c'est impossible. J'aurai au moins appris cela. Je peux faire évoluer une amitié en amour mais certainement pas l'inverse ou faire un retour en arrière.

Il y a, par contre, ce qu'autrui m'aura laissé et ça c'est beau :-D . Je sais que ça, ça reste et ce n'est pas anodin. L'amour est conservé si aucun des protagonistes ne le renie ou ne le piétine.

#
Profil

Contigo

le mardi 19 septembre 2017 à 20h03

LNJ, je suis moi-même la "secondaire" depuis plus de 10 ans, et je n'ai "forcément" rien construit avec lui sinon notre relation. Je suis donc de l'autre côté de ton miroir. A te lire, j'ai la sensation que tu estimes déjà que ta relation telle qu'elle est est déjà finie. Sans doute parce que du coup tu me mets face à mes propres peurs.
Mon Homme me dit toujours (surtout quand il m'arrive de devenir poussive) qu'il comprend qu'il puisse me manquer certaines choses qu'il ne puisse pas me donner, et que c'est à moi de choisir ; partir ou rester. Il est certainement comme Bonheur, soit il quitte soit l'amour perdure.
Tu aurais envie de quoi toi ? Et lui, vous en avez parlé ?
I

#
Profil

bonheur

le mardi 19 septembre 2017 à 20h17

Ce que j'ai exprimé également, c'est que si le "nous", le lien s'arrête (je quitte), le ressenti et donc l'amour lui reste, notamment à travers les souvenirs et ce qui est mis à ma disposition pour faire perdurer ces souvenirs (objets, photos, carte postale de vacances, symboles...). Je ne cesse pas "d'aimer", je cesse de me faire du mal quand le lien fait apparaitre des incompatibilités trop importantes pour être résolues et pour le bonheur réciproque perdure.

#
Profil

Contigo

le mardi 19 septembre 2017 à 20h47

Je l'entendais bien dans ce sens Bonheur, rien de péjoratif, un simple constat d'une similitude entre ce que tu exprimais et ce que mon Autre m'a exprimé a sa façon lors d'une longue discussion récente. J'en ferai peut-être un autre post, si j'arrive à exprimer.

#
Profil

bonheur

le mardi 19 septembre 2017 à 21h59

Je précisais car je pense que la décision de quitter ou non ne doit pas être un frein à la conservation de cette beauté. Ce serait tellement dommage et pour le coup tuerai définitivement ce qui a existé. Je connais des personnes qui ont besoin de dévaloriser et même anéantir pour tourner la page et j'ai toujours trouvé cela "stupide" (enfin, moi je le considère ainsi. D'autres en on peut être réellement besoin, je ne sais pas).

Je comprends, finalement, tout à fait le ressenti de cet-te Autre.

Il est toujours difficile de s'exprimer sur ce qui nous touche et impacte notre vie sentimentale. C'est un chalenge de réussir...

#
Profil

Diomedea

le mercredi 20 septembre 2017 à 06h01

Bonjour @bonheur

"Pour moi, c'est soit je quitte soit l'amour perdure, mais laisser place à une "amitié" après "l'amour", c'est impossible. J'aurai au moins appris cela. Je peux faire évoluer une amitié en amour mais certainement pas l'inverse ou faire un retour en arrière. "

Pour moi et pour ma partenaire, c'est tout le contraire : car pour nous tout 'amour', que nous avons envie de vivre (individuellement ou ensemble) ou que nous avons vécu, est le fruit d'une amitié où l'amour passionnel a trouvé sa place. Ensuite, il nous est essentiel de nourrir et développer l'amitié entre amoureux autant que tous les vives joies de la passion.

Pour les relations où ce côté passionnel diminue ou disparait, il reste presque toujours l'amitié originelle, avec sa propre forme d'amour, qui continue à s'épanouir. Nous ne le sentons pas du tout comme un 'retour en arrière', c'est simplement la reconnaissance de la réalité de l'évolution, soutenue par l'envie de ne pas gaspiller.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le mercredi 20 septembre 2017 à 07h24

C'est aussi, pour ma part, dans un soucis de conservation que je quitte. Et justement également par soucis de la reconnaissance de ce qui a existé. Je crois que chacun-e à sa façon d'évoluer. Je ne suis pas du tout parfaite et ce n'est pas du tout un plaisir de demander à une autre personne de nous laisser la quitter. Simplement, quand c'est indispensable, il faut le faire. Peut être que je m'investis trop ?

#
Profil

Diomedea

le mercredi 20 septembre 2017 à 07h46

Je t'entends, @bonheur, merci.
Pour nous deux, bien sûr parfois c'est nécessaire de "quitter" ... mais quitter quoi???
Quitter la personne en question, ou quitter des éléments de la relation qui sont devenus usés ou caducs? Nous sommes plutôt dans cette deuxième configuration. Et nous sommes du genre à s’investir beaucoup...
:-)

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le mercredi 20 septembre 2017 à 08h11

J'ai peu de temps et une grosse journée de travail.

Oui, quitter ce qui pourrit, épuise... le "nous" et soi à travers ce "nous". Parfois on attire l'attention d'autrui sur ce qui fait mal mais on obtient rarement de retour (en tout cas pas dans les cas que j'ai vécu). Sans doute ai-je une mauvaise communication !

#
Profil

LNJ

le jeudi 21 septembre 2017 à 13h47

Contigo
LNJ, je suis moi-même la "secondaire" depuis plus de 10 ans, et je n'ai "forcément" rien construit avec lui sinon notre relation. Je suis donc de l'autre côté de ton miroir. A te lire, j'ai la sensation que tu estimes déjà que ta relation telle qu'elle est est déjà finie. Sans doute parce que du coup tu me mets face à mes propres peurs.
Mon Homme me dit toujours (surtout quand il m'arrive de devenir poussive) qu'il comprend qu'il puisse me manquer certaines choses qu'il ne puisse pas me donner, et que c'est à moi de choisir ; partir ou rester. Il est certainement comme Bonheur, soit il quitte soit l'amour perdure.
Tu aurais envie de quoi toi ? Et lui, vous en avez parlé ?
I

Mon homme me dit qu'il ne souhaite garder aucun contact si notre relation "amoureuse" devait s'arrêter, il ne croit pas en l'amitié, il dit que ça lui ferait trop mal. J'aurais personnellement tendance à invoquer la "plasticité" du polyamour, avec des relations qui peuvent être moins fortes à certains moments et reprendre lorsque les astres sont mieux alignés.. Mais je me dis que je suis égoïste de demander ça, il n'a pas l'âme polyamoureuse, il m'attendrait sans rien vivre de son côté. Je suis un peu torturée par l'idée de le perdre, il fait désormais tellement partie de ma vie..

#
Profil

LNJ

le jeudi 21 septembre 2017 à 13h50

Diomedea
Bonjour @bonheur

"Pour moi, c'est soit je quitte soit l'amour perdure, mais laisser place à une "amitié" après "l'amour", c'est impossible. J'aurai au moins appris cela. Je peux faire évoluer une amitié en amour mais certainement pas l'inverse ou faire un retour en arrière. "

Pour moi et pour ma partenaire, c'est tout le contraire : car pour nous tout 'amour', que nous avons envie de vivre (individuellement ou ensemble) ou que nous avons vécu, est le fruit d'une amitié où l'amour passionnel a trouvé sa place. Ensuite, il nous est essentiel de nourrir et développer l'amitié entre amoureux autant que tous les vives joies de la passion.

Pour les relations où ce côté passionnel diminue ou disparait, il reste presque toujours l'amitié originelle, avec sa propre forme d'amour, qui continue à s'épanouir. Nous ne le sentons pas du tout comme un 'retour en arrière', c'est simplement la reconnaissance de la réalité de l'évolution, soutenue par l'envie de ne pas gaspiller.


Message modifié par son auteur hier à 6h.

Oui, mais n'as-tu pas le réflexe de chercher à remplacer toute passion qui s'éteint par une nouvelle ? Ta première relation supporte-t-elle cette recherche, voire l'aboutissement de cette recherche ? il faut vraiment être sur la même longueur d'onde, voire trouver quelqu'un d'autre en même temps.. Sinon, j'ai peur que ce soit dur à vivre..

#
Profil

Diomedea

le jeudi 21 septembre 2017 à 16h30

Hello @LNJ

"Oui, mais n'as-tu pas le réflexe de chercher à remplacer toute passion qui s'éteint par une nouvelle ?"
Non, pas du tout!!! Je n'ai jamais cherché une passion de ma (longue! ) vie.
Dame nature semble bien faire son travail et mes 'plus belles histoires d'amour' (comme disait Barbara) m'ont attendu sur les chemins du hasard, à travers les activités passionnantes, inattendues au coin de la rue...
La fin d'une passion n'a jamais laissé un vide à combler - le tout pour moi est de ne pas vivre ces fins avec amertume mais de garder le cœur 'en amour', en état d'aimer l'amour, d'aimer ses proches : à mon avis l'amour appelle l'amour, et un cœur aimant en appelle d'autres tout simplement.

"Ta première relation supporte-t-elle cette recherche, voire l'aboutissement de cette recherche ?"
Et donc, car je ne cherche jamais un autre amour (celui que je vis avec ma partenaire étant déjà sans faille ou manque) ma partenaire n'a pas à supporter cette situation de "chasse" et donc de "capture".
Dans le cas d'un autre amour qui arrive spontanément, ce n'est jamais facile mais toutefois possible entre nous.
"trouver quelqu'un d'autre en même temps" : la synchronicité des histoires pour l'un et pour l'autre semble être la situation idéale mais l'idéale est rarement au rendez-vous dans la vraie vie, n'est-ce pas? Donc il faut s'en accommoder, avec élégance et bienveillance...

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

loumalive

le jeudi 21 septembre 2017 à 23h53

Coucou LNJ,
Ça fait depuis ton premier post que je suis ce fil, très intéressé, mais hésitant à participer, de peur de ne rien pouvoir y apporter... Mon temps disponible a encore fait le reste...
Je me pose exactement un questionnement similaire, comment luter contre cette impression très désagréable d'une relation qui évolue, de fait, de par le temps disponible, jusqu'à paraître un «  bouche-trous» de l'autre? Comment la vivre et la faire évoluer pour qu'elle garde sa beauté, sa richesse, au delà de la NRE?
Je n'ai pas eu la chance d'arriver à faire durer une relation secondaire 7 ans, moi tout ce que j'ai pu faire c'est 7 mois...
Mais je crois comprendre et ressentir parfaitement ce que tu veux dire, j'ai toujours pensé que c'est mon manque de disponibilité qui a un peu bouzillé l'histoire vécue, ou du moins m'a empêché de pouvoir réagir plus rapidement et calmement... ce qui nous aurait évité les déchirures et mélodrames finaux...
Je n'ai pas de solution, c'est vraiment un point qui m'interroge aussi beaucoup.
Bien sûr, d'un point de vue théorique dans chaque relation vécue, si l'amour, l'attachement l'envie de partager avec l'autre est là, si chaque lien se nourrit, si chaque relation vécue tisse son fil propre, il ne doit pas y avoir de raison de ne pas pouvoir en vivre plusieurs.
Mais dans la pratique, dans chacun des cas, il faut que l'équilibre soit tenable pour chacun, que chacun puisse vivre son amour sans étouffer dans le carcan temporel que l'autre peut donner.
Mon amoureuse était aussi mono, très indépendante (vie célibataire depuis une quinzaine d'années), mais mono et seule...
Les bouts de vie à deux que je pouvais lui consacrer (ben oui, j'ai aussi un boulot, une vie de famille avec 3 enfants, une belle avec qui je conserve une relation), se sont avérés peu à peu insuffisants... Je courrais d'un cœur à l'autre, des enfants au boulot, sans cesser de nourrir chez elle un manque de plus en plus grand... Pourtant nous parlions, échangions énormément. Je finissais par polluer ses temps à elle de mes absences, ça a fini par peu à peu teinter nos moments ensemble de rancœur, a réveillé chez elle des crises d'angoisse ravageuses.
Je m'en veux encore de l'avoir amenée dans un tel tourbillon morbide, je l'aime toujours, ça me fait toujours mal de penser que ce n'est pas possible, mais je sais que l'on ne peut pas vivre une relation saine équilibrée pour chacun.
J'aurais bien aimé avoir pu garder un lien amical, fraternel, mais avec le lien charnel, inconscient, reptilien, que nous avons tissé, je sais que j'aurais énormément de mal à contenir mes élans, je sais aussi qu'elle ne pourrait pas faire autre chose que rêver à le revivre aussi.
C'est pour moi une déchirure, encore aujourd'hui (ça fait un an), mais je pense que la seule solution pour qu'elle puisse se reconstruire, c'est que je disparaisse complètement de sa vie.
Donc l'amitié après l'amour, c'est une belle idée, mais si le lien a été fort, si ce n'était pas une relation «  légère» ( en écrivant ça je ne sais pas trop ce que ce pourrait être...), je crains que ce ne soit pas trop possible en fait dans la réalité...
J'ai aussi essayé, avec une autre amoureuse connue il y a trois ans, je ressens toujours quelque chose, je ne suis pas l'aise, j'espère toujours... Elle semble arriver à jouer la normalité, nous avons des amis communs et nous croisons quelquefois, mais joue-t-elle ? Que ressent-elle? Le vit-elle bien ? Je ne sais pas et n'ose même plus la questionner...
C'est sans doute aussi lié aux personnes et à la nature du lien tissé, ça me laisse personnellement un peu songeur, mais c'est peut être possible pour certains.
Je me sens sur ce sujet, dans un contexte différent, mais très proche de ce qu'exprime Bonheur, qui le dit très bien.
J'ai comme le dit Contigo été un peu choqué de voir que tu quasiment enterrais déjà ta relation, je te trouve dure de considérer qu'après 7 ans vous n'auriez «  rien» construit... Pour moi on construit toujours quelque chose, surtout sur cette durée. Bien sûr ce n'est pas une maison, une famille, mais si le lien a perduré, c'est bel et bien qu'il s'est construit et qu'il existait.
C'est peut-être ce qu'il faut chercher aujourd'hui, retrouver ce lien, voir en quoi il mérite de vivre encore, en quoi il est important pour toi et s'il a encore un sens aujourd'hui, et vers où il pourrait encore évoluer. C'est aussi à toi de le faire exister si tu le souhaites. Bien sûr dans toute relation il y a des hauts et des bas, je ne vois pas pourquoi les polyamoureux seraient à l'abri de ça, on évolue sans cesse, et nos relations ne sont pas toujours synchronisées, mais à nous aussi de cultiver, de nourrir, de faire suivre les liens qui nous sont chers.
Si vraiment les trajectoires s'écartent, alors oui, on peut se poser la question, mais dans ce cas ça devient vite un constat commun, on peu au moins l'expliquer, l'accompagner, ça ne résout pas tout mais ça peut rendre les choses infiniment moins violentes à vivre.

Quant à remplacer une passion par une nouvelle, c'est sans doute un réflexe, pour éviter de se confronter soi-même à la fin de l'histoire d'avant, espérer que l'autre en fasse autant pour atténuer la rupture, pour tenter de la rendre indolore...
Mais n'est-ce pas aussi pour se donner l'illusion d'être toujours dans un ascenseur qui monte, pour sauter de NRE en NRE... Je ne sais pas si cela peut permettre de construire plus, si réellement ça change la donnée du problème, je crains que ce ne soit qu'une fuite un peu éperdue, un leurre... Mais bon chacun a sa vérité...

Bon voilà pour quelques réflexions... qui n'engagent que moi, bien sûr ! Il y aurait beaucoup à dire sans doute sur tout ce que tu soulève, mais désolé, pour ce soir je n'ai plus de temps...
D'autres apporteront sans doute leur éclairage, qui complétera sans doute mieux ce que j'ai pu dire...

Merci d'avoir levé ce questionnement, fais attention à toi et aux tiens, belles vies à vous tous !!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion