Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le polyamour ne préserve pas de tout...

Bases
#

(compte clôturé)

le jeudi 12 février 2015 à 10h16

J'ouvre ce fil car je suis frappée de lire ou entendre des propos mythiques sur le polyamour, qui ouvrirait à l'amour universel, sincère, partageux, plein de compersion, permettrait de vivre sa liberté amoureuse (adultère autorisé et franc), préserverait le couple originel puisqu'on ne se sépare pas forcément parce qu'on aime quelqu'un d'autre. Bref, le polyamour comme panacée amoureuse...
Tout ceci n'est pas faux: les polys sont dans l'ensemble des gens qui réfléchissent sérieusement à ce qu'est une relation amoureuse et à la signification des liens qu'ils nouent. Ils communiquent plutôt facilement et attentivement avec leurs partenaires (si les couples monogames communiquaient autant, il y aurait sans doute moins de séparations et de crimes passionnels :) . C'est vrai aussi qu'ils prennent le temps de réfléchir avant de se quitter et qu'ils sont attentifs à l'affectif autant sinon plus qu'au sexuel.
Cela dit, ce n'est pas une assurance tous risques. Plusieurs polys de ma connaissance se séparent ou divorcent, parfois avec fracas. Parce qu'on peut arriver à la fin d'une relation, ou avoir un conflit irréparable même quand on est poly! La non-exclusivité n'est pas la seule composante d'une vie de couple poly, d'autres comptent tout autant. A l'intérieur d'une relation poly où tout semble harmonieux, l'équilibre peut être ébranlé par un événement de la vie: naissance, chômage, maladie, décès... parce que ça modifie les priorités.
Chez les polys vieillissants, le sexe et la séduction peuvent passer au second plan ou au contraire devenir obsessionnels- avec, pour les hommes, la baisse de virilité qui les angoisse- et il faut alors trouver dans ses différentes relations ce qui compte vraiment en dehors du sexe, notamment avec les amoureux(ses) qui ne sont pas des compagnons ou des compagnes de vie. Savoir ce qui continue à nous lier... ou pas.
Bref, pour ceux et celles qui viennent ici dans l'espoir que le polyamour leur apporte le nirvana amoureux: le polyamour stimule l'amour, la tolérance et l'écoute, mais il n'est pas l'assurance de l'Ammûûûrrr éternel et sans nuages, ni de la sécurité affective.
En revanche, il est très stimulant de s'adapter aux aléas de la vie avec une logique de pensée choisie et réfléchie, qu'il faut en permanence adapter, sans dogmes ni certitudes.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 12 février 2015 à 10h28

Merci pour la piqure de rappel...

J'ajouterai : ici, quand on vous répond, on a juste à donner de l'écoute, de la bienveillance, le parti-pris que, pour certains, le poly, ça marche et que ça n'est en rien immoral ou anormal... mais aucune solution, aucune certitude.
Ce n'est pas forcément à cause de l'absence de PA que votre relation mono ne peut pas fonctionner, ce n'est pas grâce au PA que la relation serait bonne. C'est pour soi-même que c'est bon de constater qu'on aime comme ça, pas nécessairement pour la relation...

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bonheur

le dimanche 15 février 2015 à 18h14

Je crois que le bonheur est à savourer quand il est là... et il peut s'interrompre brusquement. Tout simplement parce qu'en amour, mono comme poly, il y a le "je", il y a le "tu" et il y a le "nous". En polyamour, la complexité est de maintenir un équilibre entre le "je pluriel" que le poly est par nature mais en particulier dans chaque relation, il y a les "tu" et il y a les "nous".

Aucune relation affective n'est simple, alors plusieurs...

Un mono peut faire preuve d'amour universel (ou alors nous n'avons pas la même définition).

On peut aimer sans sexe ou peu. L'asexualité n'est pas à proscrire et le sexe ne fait pas la relation. Donc, vieillir ne devrait pas inquiéter.

Je dirai que la nature de chaque lien, son équilibre, permet de pérenniser le "nous" et non l'inverse.

Bien sûr que non le polyamour ne préserve de rien, je pense plutôt que c'est ce compliqué l'existence et non ce la simplifié.

#
Profil

LuLutine

le lundi 16 février 2015 à 00h38

aimerplusieurshommes
J'ouvre ce fil car je suis frappée de lire ou entendre des propos mythiques sur le polyamour, [...] Bref, le polyamour comme panacée amoureuse...

Où ça ?
J'ai pas l'impression d'en rencontrer tant que ça, mais j'ai peut-être un filtre...

aimerplusieurshommes
Parce qu'on peut arriver à la fin d'une relation, ou avoir un conflit irréparable même quand on est poly  !

Oui, et puis on peut aussi être poly avec en face quelqu'un qui ne l'est pas, et du coup, on a peut-être encore moins de chances que ça se passe "bien" que si l'autre était poly aussi ?

#
Profil

bonheur

le lundi 16 février 2015 à 10h17

Si je devais faire une statistique personnelle (donc issue uniquement de mon vécu) puisque je ne "sélectionne" pas parmi les poly ou parmi l'individu lambda que la providence a eu le bonheur de placer sur mon chemin et qui me chamboule, je dirai que le fait que ça se passe bien dépend de soi et de l'autre et que même si les deux sont polys, ça peut se terminer par une séparation.

Dans tous les cas, il faut apprendre à connaitre l'autre. Dire "je t'aime" (à mes yeux un acte non anodin) et chercher ensuite à comprendre ce qui nous a poussé à aimer ??? L'expérience, et là ça ne concerne que moi, m'incite plus aujourd'hui à découvrir l'autre réellement, et ensuite dire "je t'aime". C'est plus, je crois, à cette condition, que l'on peut être assuré que ça ce passe bien. En effet, si le lien a pu être construit, qu'il est réel et pertinent, l'évolution vers l'amour sera plus positive et pérenne.

Quand je dis apprendre à connaitre l'autre, je parle en mois et même en années. D'ailleurs, si l'autre a à coeur de nous faire entrer dans sa vie, il nous fournira inconsciemment tous les matériaux nécessaires. Le fait d'être dans une optique de base mono ou poly, n'a rien à voir avec cela. Et puis, les polys que je fréquente (ou ai fréquentés) ne sont pas comme moi, donc rien n'indique que ça puisse "bien" se passer.

C'est mon constat, en tout cas.

#
Profil

LuLutine

le lundi 16 février 2015 à 13h23

bonheur
je dirai que le fait que ça se passe bien dépend de soi et de l'autre

Exactement !

bonheur
découvrir l'autre réellement, et ensuite dire "je t'aime". [...] Quand je dis apprendre à connaitre l'autre, je parle en mois et même en années.

D'accord aussi.
J'ajouterais que parfois les mois suffisent mais parfois non.

Parfois aussi, on "sent" très vite de quelle façon ça pourrait évoluer. Puis l'avenir nous donne raison....ou pas, mais il faut toujours (dans mon expérience) attendre de voir.
Ce n'est pas au bout de trois semaines ou trois mois qu'on "sait".

#
Profil

MagentadeMars

le lundi 16 février 2015 à 13h42

LuLutine
Ce n'est pas au bout de trois semaines ou trois mois qu'on "sait".

Et encore, il y a des rencontres et des personnes qui risque de tout bouleverser, me laisser à tout ré-évaluer. Je ne sais pas qu'il y ait un moment où on sait pour le futur. Par contre, il y en a où je suis absolument convaincu pour l'ici et le maintenant, et ça, ça peut arriver très tôt.

Pour savoir si cela va persister, ou se reproduire, ou si c'est le produit rare d'un alignement fortuit... il faut plus de perspective.

Il reste que quelqu'un.e qui ait pensé aux questions que relèvent le poly ait l'avantage... d'y avoir pensé. C'est peut-être tout ce qu'on peut dire, du fait que "polyamour" soit tellement une non-définition que deux personnes qui se disent tout deux poly peuvent très bien ne s'entendre pas de tout.

Pour abuser de Tolstoï, "monogamie est partout pareille, mais chaque polyamour vit sa vie de sa manière particulière"

#
Profil

bonheur

le lundi 16 février 2015 à 13h53

Oui. J'ajouterai que parfois l'amour est présent mais que sa concrétisation s'avère impossible de part la personnalité, ou la non volonté de s'investir. Ainsi oui, le poly a "l'avantage" d'y avoir penser.

Une relation se construit aussi sur du concret et pas seulement sur de l'émotion (qui est le déclencheur). D'ailleurs, j'ai constaté que plus l'émotion est intense, moins elle ouvre le champs des possibles au concret et moins cela se passe "bien".

#
Profil

LuLutine

le lundi 16 février 2015 à 13h59

MagentadeMars
Je ne sais pas qu'il y ait un moment où on sait pour le futur. Par contre, il y en a où je suis absolument convaincu pour l'ici et le maintenant, et ça, ça peut arriver très tôt.

Oh ben oui, l'ici et le maintenant, c'est souvent très clair, très vite.

Et par contre, le futur reste incertain.

Je crois qu'on dit exactement la même chose en fait. Avec des mots différents...

#
Profil

bonheur

le lundi 16 février 2015 à 18h17

C'est là que je conçois que je réalise le contraire (ce qui n'engage que moi en terme de pertinence)

#
Profil

Vaniel

le mardi 17 février 2015 à 13h23

Si le polyamour peut apparaître comme la panacée dans nombre de discussions, c'est, en partie, à cause d'une tendance à favoriser les anecdotes positives au détriment de celles négatives. Ces dernières ne sont pas forcément moins nombreuses. Pourquoi agir de cette manière alors que nous sommes loin d'être tous des optimistes ? L'une des raisons (la principale ?) est simple. Pour certains d'entre-nous (et c'est mon cas), très rapidement, notre pseudo ne nous rend anonyme que pour les personnes qui viennent de découvrir cet espace de discussions. Ajoutons à cela une tendance à l'endogamie (pas uniquement parisienne) et, même en changeant de pseudo et en restant flou, il peut y avoir une dizaine de personnes qui vont comprendre qui parle et à quelles personnes nous faisons référence. Il devient donc difficile, au minimum délicat, d'exposer ici ses problèmes. Pour ma part, je me limite sur le forum à des discussions théoriques et aux anecdotes joyeuses. Les problèmes impliquant directement une ou plusieurs de mes relations sont discutés dans d'autres espaces.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 17 février 2015 à 13h25

bonheur
Quand je dis apprendre à connaître l'autre, je parle en mois et même en années.

Ouais, en gros cinq ans: trois ans de "passion hormonale", un an où "ça passe ou ça casse", et la 5ème année pour commencer à construire sur du solide qui durera (pas forcément éternellement, mais longtemps). C'est après 5 ans que j'ose dire "je t'aime", et encore pas à tous.:-D
La durée d'une relation n'est pas une valeur en soi. Cependant, au-delà de 20 ans de liens, il se crée quelque chose de très particulier, difficile à définir: le bonheur de s'être connus jeunes et de se voir vieillir sans être adultes comme dirait Brel, avec toujours le souvenir des premières rencontres. Je connais ça avec 4 hommes seulement, mais c'est précieux <3

#
Profil

Junon

le mardi 17 février 2015 à 14h22

Je ne peux qu'appuyer les propos de Vaniel!

#
Profil

bonheur

le mardi 17 février 2015 à 21h14

aimerplusieurshommes
Je connais ça avec 4 hommes seulement, mais c'est précieux <3

Oui, c'est extrêmement précieux. J'aurai voulu connaître certaines personnes et me découvrir réellement moi, plus jeune, afin de valoriser encore plus et encore mieux. J'ai encore à vivre, heureusement, et je souhaite évoluer avec ces personnes magnifiques à mes yeux. J'ignore si j'ai dit "je t'aime" trop rapidement ? J'espère que non !

#
Profil

LuLutine

le vendredi 20 février 2015 à 02h38

bonheurJ'ignore si j'ai dit "je t'aime" trop rapidement ? J'espère que non !

Ce n'est pas parce que Françoise ou d'autres attendent cinq ans, que tu dois faire pareil ! ;)

Pour ma part il ne me faut pas forcément cinq ans...en fait ça dépend des relations. La plupart du temps j'ai besoin de plusieurs mois mais ce n'est pas toujours vrai.

Tu peux le dire au bout d'un jour ou d'une heure si tu veux ! :)

Ca dépend aussi un peu de ce que tu mets derrière ces mots...

Bon, on s'éloigne un peu du thème initial...

En relisant juste le titre de la discussion, le commentaire qui me vient c'est qu'il serait presque absurde : comment pourrait-on penser que le polyamour préserve de quoi que ce soit ?

J'aurais presque tendance à penser qu'il préserve moins !!! (que le monoamour)

Combien de remises en questions, de travail à faire sur soi, de jugements potentiels de l'entourage/la société à affronter, combien d'instabilités à endurer que ne vivent pas (ou moins) les personnes exclusives ?

Qu'on ose seulement venir nous dire que les polyamoureux choisissent une voie facile....car elle ne l'est pas ! C'est tout le contraire.

#

(compte clôturé)

le vendredi 20 février 2015 à 11h48

lulutine
Combien de remises en questions, de travail à faire sur soi, de jugements potentiels de l'entourage/la société à affronter, combien d'instabilités à endurer que ne vivent pas (ou moins) les personnes exclusives ?

C'est exactement ce que je défends dans ce post, Lulutine, que le polyamour n'est ni une panacée, ni une voie facile. Encore moins un moyen de "sauver son couple" (je ne supporte plus cette expression), ni de mettre du piment dans sa sexualité, ni de ménager la chèvre et le chou. Or, sur ce forum et dans les lettres que je reçois, j'entrevois souvent ces espoirs insensés mis dans le polyamour.

#
Profil

MagentadeMars

le vendredi 20 février 2015 à 13h22

C'est vrai qu'il y en a qui partent d'un principe philosophique ou éthique, font une argumentation autour et arrivent enfin à déclarer que la polyamour soit supérieure comme manière de vivre.

Ce qui peut bien être vrai, mais l'être humain est assez complexe et ne suit pas toujours les indications du logique pour faire des choix rationnels. En effet, il m'étonne que qui que ce soit y arrive sans faire un gros travail sur soi... en passant par la thérapie, le tantra, et juste un processus long de réflexion et expérimentation.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 20 février 2015 à 14h36

aimerplusieurshommes
C'est exactement ce que je défends dans ce post, Lulutine, que le polyamour n'est ni une panacée, ni une voie facile. Encore moins un moyen de "sauver son couple" (je ne supporte plus cette expression), ni de mettre du piment dans sa sexualité, ni de ménager la chèvre et le chou. Or, sur ce forum et dans les lettres que je reçois, j'entrevois souvent ces espoirs insensés mis dans le polyamour.

Justement je n'ai pas vraiment l'impression que ce soit courant sur ce forum...

Au contraire, pour peu qu'un(e) nouveau(elle) débarque en voulant justement "sauver son couple" (même si ce n'est pas forcément dit exactement comme ça) - ou autre idée que tu listes plus haut - il me semble qu'il y a toujours eu quelqu'un (comme toi justement, ou Siesta, ou d'autres...) pour lui signaler que le polyamour n'est pas THE solution à tous ses problèmes.
Que c'est juste un choix parmi d'autres, qui convient à certaines personnes seulement. Et aussi qu'on peut être poly et comme tu le dis plus haut, se séparer quand même, pour d'autres raisons.

Et puis celui qui veut une petite vie tranquille, qu'il ne choisisse pas un mode de vie poly. Je le lui déconseille très très fortement !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion