Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Votre avis sur nos règles établies.

Bases
#
Profil

MoE

le lundi 28 novembre 2016 à 20h11

Bonjour,

Nouveaux ici et polyamoureux officiellement depuis peu, nous avons décidé d'un cadre assez peu strict pour débuter cette nouvelle aventure de couple.

D'abord un peu de contexte, nous avons tous deux 38 ans, 3 enfants, vivont ensemble depuis 18 ans mais nous nous sommes déjà connus à 14 ans en sortant ensemble 1 an à cette période, puis par épisodes jusqu'à 20 ans où nous nous sommes remis ensemble pour fonder un foyer.
Au cours de ces dernieres 20 années la route a été assez chaotique, avec des problèmes de santé assez graves pour tous les deux et des sentiments extra conjugaux sans passage à l'acte au moins à 2 reprises pour chacun de nous.
C'est suite à une histoire d'amour de ce genre que nous avions décidé il y a environ 5 ans d'essayer le libertinage. Dans un premier temps uniquement en couple, ce qui a été tres épanouissant puis nous avons voulu évoluer vers plus de liberté avec la possibilité pour chacun d'avoir des aventures d'un soir seul.
Là c'est devenu plus compliqué, avec la mise en place de quelques règles a l'emporte pièce, qui avec le recul n'avait pas vraiment été dictées par le bon sens mais par les émotions voire la jalousie.
J'avais (moi le mari) proposé ces règles... Et par frustration devant la difficulté pour un homme marié s'assumant de faire des rencontres au contraire d'une femme mariée je me suis retrouvé à les briser, une seule fois, mais déjà la fois de trop...
La crise résultante a été balayée par d'autre préoccupations plus graves (une grossesse et surtout ses complications) et le sujet a été mis sous cloche.
Puis l'année dernière une crise majeure a éclatée, ma femme, malheureuse de notre situation de couple se degradant de plus en plus, plombée par le quotidien et la maladie de son mari est tombée amoureuse de quelqu'un d'autre et a voulu partir s'installer avec lui. Par la suite nous nous sommes rendus compte que finalement nous aurions beaucoup de difficultés à nous passer l'un de l'autre finalement et apres une "pause" de 3 mois nous nous sommes remis ensemble.
Après environ 1 an et demi de reconstruction mais aussi la résurgence d'un amour d'adolescence pour moi (resté platonique à présent), le tout combiné à une psychothérapie ou j'ai ouvert les yeux sur mes propres contradictions, dont celle ci. Etre persuadé que l'amour est monogame mais sentir un besoin profond de passion amoureuse des premiers jours et projeter ce besoin sur d'autres... Ce site et la définition de l'amour quasi infini m'ont aidé aussi. Le concept est une découverte récente également, le mot m'a été soufflé cet été et je m'y suis intéressé (documenté) que cet automne.
Ma femme m'ayant déjà exprimé le souhait de revenir à du libertinage et conscient des limites de ce dernier par rapport à mes propres aspirations je lui ai donc proposé le polyamour, accepté par les deux parties au bout de 15 jours environ.

J'en viens (enfin) au fait, voici les règles que nous avons posé.
1. Peu de règles pour ne pas brider notre développement respectif
2. La famille toujours en premier
3. Nous ne comptons pas les "points" (rencontres, amants, lutins, amoureux potentiels)
4. Nous essayons d'équilibrer le temps libre par contre, que chacun puisse avoir du temps pour soi de manière équitable
5. Si un polyamoureux venait à venir au domicile, nous épargnons les enfants encore petits en le présentant comme un ami et en n'étant pas démonstratif en leur présence. Cette règle n'a plus lieu d'être, depuis environ 1 mois (en nov. 2017) les enfants sont totalement intégrés et au courant, évolution polyfamille ;)

Et c'est tout, en sachant que les règles ne sont pas figées et peuvent évoluer en fonction de nos ressentis, sans toutefois se laisser emporter juste par les émotions.

Qu'en pensez vous ?

En ps, j'ai mis ma localisation en profil, donc si des gens du coin veulent partager leur experiences ou me/nous rencontrer, ce sera avec plaisir!

MoE

Message modifié par son auteur il y a 10 mois.

#
Profil

Albaboun

le mardi 29 novembre 2016 à 14h23

Bonjour MoE,

C'est effectivement une base, qui je crois est difficile de réfléchir ou d'analyser sans connaître les personnes et leurs particularités. Je crois que la liberté sexuelle est cependant potentiellement très différente de la liberté affective, ainsi que ce que l'on peut vivre et ressentir dans ces pratiques. Il est difficile de prévoir ce qui sera vécu lors par vous lors de la découverte ou de l'exposition à cette liberté.

Un élément qui pourrait peut-être participer à initier cette évolution, en veillant au confort réciproque, autant qu'il est possible, serait d'ajouter une règle 2 avant "la famille toujours en premier" telle que:

2. Le peu de règles de départ laisse place à une attention/expression régulière des ressentis et vécus réciproques, pour éviter qu'une difficulté vécue ne puisse devenir une douleur régulière.

Je ne sais pas si cela vous parle, mais même si on peut imaginer ce genre de choses comme tacitement évidentes, les formuler permet d'éviter que l'une des personne impliquée ne le perçoive pas comme tel.

Bonne continuation en tout cas!

#
Profil

MoE

le mardi 29 novembre 2016 à 22h01

Bonjour Albaboun,

Ta remarque est intéressante pour l'ajout potentiel, mais cette composante est, dans notre cas, déjà pratiquée et régulièrement abordée.
Nous sommes passé par beaucoup de remises en cause qui ont permis de mettre à plat BEAUCOUP de choses et nous continuons à y travailler.
Après je vais de toute façon partager vos réponses avec mon épouse et si c'est pertinent à ses yeux, nous le rajouterons !
Merci pour ton intervention dans tous les cas.

#
Profil

curljoy

le mercredi 30 novembre 2016 à 15h55

bonjour,

Nouvellement inscrite et intervenant pour la première fois, je parcours ce forum depuis des mois déjà. Cela m'a beaucoup aidé dans mes discussions avec mon conjoint mais aussi à mettre de l'ordre dans mes idées et à approfondir mes réflexions.
Lui et moi ne sommes pas passés par la tromperie (si ce n'est la tromperie "mentale") ou le libertinage mais par une remise en question de notre mode de fonctionnement suite à l'apparition de crises personnelles, autant de mon côté que du sien ( attirance pour une tierce personne).
Après des semaines (voire des mois ) de discussions, suivi psychologique ( individuel et en couple), nous avons établi notre contrat il y a peu ( sans aucun passage à l'acte jusqu'à présent).
Donc notre contrat n'est pas fondé sur l'expérience mais sur la réflexion. J'espère que ça pourra t'aider quand même. C'est un contrat de base, vu que nous n'avons pas encore été confrontés à la réalité, et il est donc susceptible d'être modifié en fonction des vécus ultérieurs.
Voici en gros :
- sur les fondements de base "moraux" : confiance - respect - parole - écoute partagée - bienveillance - parler des ses peurs/craintes - la famille reste la priorité- ne pas rester seul avec ses ressentis - ça doit rester dans l'intimité
- pour la pragmatique :
- avec qui ? gens bien intentionnés (enfin, ça on espère...on ne peut y aller qu'à l'intuition ) qui acceptent la non-exclusivité
- pas de "coups d'un soir" (ce n'est pas une contrainte morale mais plutôt un aspect "sécurité" )
- ne pas se mettre en danger ou mettre en danger la famille
- utiliser les moyens de protection qu'il faut pour les IST
- tenir l'autre au courant au point de vue des horaires ( je suis une grande sorteuse et je suis donc susceptible de prolonger des sorties suite à cet accord mais je dois le prévenir)
- si il y a une remise en cause des nos sentiments mutuels suite à une rencontre , attendre au moins un an avant de prendre des décisions vis-à-vis de notre couple (prise en compte de la phase NRE). (Bon ça c'est peut être de l'utopie mais on voulait que ce soit dans le contrat quand même)
- si on a une déception amoureuse l'autre doit, dans la mesure du possible, l'affronter de manière bienveillante ( exacerber la composante "amitié' de notre amour)
- temps consacré aux "autres" : à définir
- ne pas nous oublier , renforcer l'intimité de notre couple en parallèle (et ça notre psy de couple nous y encourage fortement aussi bien sûr...)

Voilà,

En espérant que ça t'aidera un peu,

BAT

#
Profil

MoE

le mercredi 30 novembre 2016 à 22h42

Merci Curljoy pour ta pierre à l'édifice, je viens de lire ton post à mon épouse à haute voix et nous nous sommes rendus compte que beaucoup de vos règles sont finalement implicites chez nous parce que partant d'un principe de bon sens, mais je pense que dans notre cas l'expérience du libertinage nous a pas mal blindé de ce côté là, car même si nous avons eu de belles rencontres nous avons également été confronté de plein fouet à des gens peu recommandables et à la peur des IST. Ce que je peux vous conseiller de ce côté là et que nous faisons de manière quasi mécanique est de réaliser régulièrement des dépistages en CDAG, vous pouvez y aller en couple, vous serez accueillis sans jugement et avec ouverture d'esprit. Car même en se protégeant, ça permet de se tranquilliser l'esprit, ce qui est un moindre mal, sans parler de l'information globale qu'on y trouve sur les risques et pratiques associées.

Nous sommes pour notre part actifs depuis peu, ma femme a un amant de passage + une ribambelle de prétendants sur un site de rencontre et moi une relation platonique a distance, voire un ou deux rdv concrets en préparation.
Nous n'avons par contre pas interdit les "coups d'un soir" pour la simple mais bonne raison que nous n'avons pas la même approche. Paradoxalement je réagis de manière plus féminine en n'aimant pas particulièrement ce principe, alors que ma femme s'y épanouie !
Par contre quels sont les risques que tu/vous y associez?

Ps : un depistage régulier en CDAG est aussi une pratique respectueuse envers vos possibles rencontres ;) mais là c'est un reflexe vraiment acquis dans le libertinage où c'est quasiment normal de se balader avec son dernier resultat de dépistage dans la poche... Sans que ça dédouane de se protéger bien sur.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

MoE

le mercredi 30 novembre 2016 à 22h50

Je me permet aussi d'ajouter que notre intimité de couple a été boostée très largement depuis le début des discussions à propos du polyamour et encore plus depuis les premieres permissions!

#
Profil

Maxence_Lascombe

le jeudi 01 décembre 2016 à 09h02

Salut MoE :-)

Avoir un avis sur tes règles ... je ne saurais l'avoir.

Te dire que c'est une question d'équilibre et de choix entre vous deux. Dès lors ou il n'y a pas de ressentiment et que les équilibres sont préservés, il n'y à pas lieu de se prendre la tête.

Perso, j'aime les principes d'équités. C'est à dire que je me questionne sur ce que j'accepte, ce que je refuse. Ce faisant, c'est l'équilibre que je propose à Cunégonde, ma compagne au long cours. Les principes de réalités sont aussi à considérer.

Avoir du temps à soi, pas forcément pour aller à la rencontre d'autres amoureuses/amoureux. C'est essentiel. Un temps dont ni l'un ni l'autre est comptable vis à vis de ton couple de base.

(selon mon opinion/amha, ce qui suit n'est en aucun cas une injonction, juste mes bases)
Pour ce qui me concerne : donc ce qui est de facto ouvert pour Cunégonde
Il n'y à aucune obligation a fréquenter les amoureux de l'autre.
Il n'y aucune obligation à gérer les coups d'un soir ou d'un siècle. Bien heureux est celle ou celui capable à l'issue d'un premier corps à corps, de savoir s'il sera répété ou non.
Dans toute aventure, on est à minima deux ;)
Préserver la cellule de base (Cunégonde et moi)

Le reste est selon, au gré des rencontres.

Mon socle : Honnêteté, transparence, sincérité.
Honnêteté : Je ne cache rien, je n'exhibe rien. Je peux avoir des doutes.
Je ne m'interdit rien (relation homo, trio, SM, ...) conséquence de quoi, je donne ce que je veux/prends.
Transparence : Attention, ce n'est pas l'exhibition !! La transparence, c'est la capacité -selon moi- à répondre aux questions de mes amoureuses. Point. Libre à elles d'assumer mes réponses, mais je suis transparent. Je ne cache rien, je ne dissimule pas que j'ai plusieurs relations. Nais je n'exhibes pas, je ne commente pas lorsque mon amoureuse n'en as pas le désir, ou qu'elle exprime le souhait de ne pas être exposée. Simple respect de l'autre.
Sincérité : Faire attention à ne pas être dans la manipulation, mais dans l'authenticité, avec pour corrolaire, le fait d'assumer pleinement mes sentiments. (Amours, doute, désirs, envies ...)

Par expérience, je ne crois pas qu'il soit viable à long terme de poser trop de règles ou d'interdit. J'ai la chance de ne plus cohabiter à temps plein avec Cunégonde (nous faisons pays à part, là ou d'autre font chambre à part ^^). Cela permet d'offrir une certaine libertée de lieux pour vivre pleinement nos amours. Cependant, je ne me vois pas arriver avec une amoureuse alors qu'elle est présente. Question de respect, de ne pas lui "imposer" une présence non désirée/souhaitée. De facto, nos domiciles -en présence de l'autre- sont sanctuarisés. Pas de présence de tiers alors qu'on est "là".

En dehors de quelques détails, voilà les grandes "bases" de ma vie de poly.

Une recommandation ?
=> Ne pas croire à la synchronicités !!
Si tu as une réelle capacité et envie de vivre comme polyamoureux, alors tu dois accepter de passer du temps sans relations amoureuses alors que l'autre s'envoi en l'air et as des relations amoureuses. C'est facile -et confortable- lorsque tous les deux, vous avez des occupations de coeurs.
Les difficultés n'arrivent que lorsque l'un des deux n'est pas "en amour", qu'il est possiblement dans un célibat qui pourrait remettre en question l'aspect poly du couple.
C'est plus ce "déséquilibre" que je perçois comme périlleux pour nombre d'entre nous.

Si vous adoptez des régles, elles doivent être simples et non simplistes, mais surtout, survivre aux cas ou l'un est amoureux et aps l'autre, survivre aux différents cas de relations amoureuses (pourquoi pas toi, soumis à une femme ... pourquoi pas elle, en libertinage avec un de ses amoureux, pourquoi pas une escapade spéciale partouze pour Monsieur ... pourquoi pas une semaine de vacance câlins/feng shui avec l'amoureuse de Monsieur, pourquoi pas une relation homo entre deux hommes, deux femmes, pourquoi pas un/des trios ...) Tout prévoir est un écueil dans lequel il ne faut pas tomber.

"be safe" : du point de vue sanitaire, je ne me met pas en danger et je fais en sorte d'avoir un suivi régulier. Cela ne veux pas dire que je suis à zéro risque, pour la simple et unique raison que je suis comptable de mes aventures, pas de celles des autres avec qui j'ai des relations !! (Question de conscience des risques).

Ce n'est que mon témoignage, en aucun cas autre chose, surtout pas une leçon ;)

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

curljoy

le jeudi 01 décembre 2016 à 21h33

Hello MoE;

Merci pour ta réponse ;)
Effectivement certaines "règles " allaient de soi mais nous avons voulu les coucher sur papier de manière symbolique... une espèce de garde-fou.
Pour le dépistage en CDAG, j'avoue mon ignorance, je suppose que c'est un organisme français et que ceci explique cela ( je suis la petite belge du coin....). Je vais regarder s'il y a un pendant en Belgique, merci pour la piste...
Pour les "coups d'un soir", je n'y avais pas forcément pensé au début de notre discussion sur le contrat car je suis de nature confiante et n'y voyais pas trop d'inconvénient. Mon compagnon se méfie beaucoup plus du côté obscure de la nature humaine (lié a une enfance pas toute rose); et il a donc peur que je tombe sur quelqu'un de mal intentionné. Ca va peut être évoluer avec le temps et les expériences mais pour l'instant je me mets à sa place et je me dis que si les rôles étaient inversés, j'aurai peut être peur aussi de savoir ma femme seule avec quelqu'un qu'elle connaît à peine. Donc voilà, pour l'instant c'est établi comme ça mais comme toutes les autres règles que nous avons établies , elle est sujette à remaniement.
Pour finir, je me rends compte que, finalement, je ne tai pas donné mon avis, alors que c'était l'objet du post !
Vu mon inexpérience dans le domaine, je ne me sens pas la mieux placée pour t'en donner un. Je dirai juste qu'elles sont 'justes" de mon point de vue ;)

Bonne continuation !

#
Profil

MoE

le jeudi 01 décembre 2016 à 22h28

@Maxence, merci beaucoup pour ton témoignage très complet et inspirant. Je suis tout à fait d'accord avec ton fonctionnement et les limites auxquelles il faudra veiller..

@curljoy, désolé pour l'acronyme, ca signifie simplement : Centre de Depistage Anonyme et Gratuit, on en trouve dans tous nos (grands) hôpitaux publics.
Je suis sûr qu'un équivalent doit exister en Belgique. Quelques pistes ici : www.aideinfosida.be/index2.php ... après si vous n'avez pas de problème pour en parler avec votre médecin il peut aussi très simplement être le prescripteur, mais d'expérience, mon médecin de famille qui savait absolument tout de moi ayant pris sa retraite, j'étais bien content de trouver ces centres "anonymes" en attendant de bâtir une nouvelle relation de confiance avec mon médecin traitant. (On a aussi eu une très mauvaise expérience avec une ex-gynécologue de ma femme qui c'est permise de la juger selon ses propres critères de valeurs morales...)
Pour les possibles mauvaises expériences en terme de rencontre ça n'est malheureusement pas limité aux coups d'un soir... Nous avons simplement décidés, sans se donner de limite de temps, de juste se tenir au courant si une soirée pourrait se prolonger, histoire que l'autre ne s'inquiète pas. Et on sait plus ou moins avec qui l'autre sort, en étant plus sur nos gardes lors d'une rencontre nouvelle...

#

Invitée (invité)

le vendredi 09 décembre 2016 à 23h14

Bonjour Moe

Quelques réflexions sur les règles et une interrogation d'abord, ça veut dire quoi exactement, "la famille en premier" ? De façon concrète ? J'essaye de me mettre dans la position d'un(e) potentiel(le) amoureux(se) qui se verrait opposer ces règles, puisqu'il s'agit aussi de ça : les règles que l'on édicte à deux s'applique à plus de deux personnes. Ca veut dire qu'une soirée peut-être interrompue si un petit est malade ? Ou que le mariage de la cousine passe avant un coup de déprime d'une relation "secondaire" ? Une amoureuse ne pourra pas passer Noël avec toi ? Un amoureux ne pourra pas passer quelques jours de vacances avec ta femme si ça tombe en période de vacances scolaires ? Cette règle-là, elle gagnerait à être plus explicite… :-)

Les règles existent souvent parce qu'un couple qui "ouvre" sa relation cherche (et c'est naturel, humain) à protéger cette relation du changement que représente cette ouverture. Mais du coup, il y a comme un défaut congénital, c'est que les règles vont s'appliquer à des personnes qui ne les ont pas négociées. Alors oui, elles sont libres de les accepter ou pas, mais c'est tellement plus compliqué que ça… le moyen de résoudre ce paradoxe là pour moi, ça a été déjà d'édicter mes règles, pas celles de mon couple (je vis avec mon compagnon depuis 17 ans). Par exemple, pour moi, c'est : des règles liées à la contraception et aux risque d'IST. Je préviens mes partenaires lorsque je débute une relation, ou qu'une relation se finit. Je ne souhaite pas vivre avec quelqu'un, il se trouve que je vis avec le père de mes enfants, c'est un arrangement qui nous convient, mais si nous nous séparions, je vivrais seule. Donc la cohabitation avec un ou des amoureux n'est pas dans mes projets, autant le dire… et aussi, je ne veux plus d'enfants, donc un projet d'enfant n'est pas possible. Toutes les règles que nous avions édictées au début, avec mon compagnon, se sont cassé la gueule. Mais à quoi servaient-elles, si ce n'est à tenter (en vain) de nous protéger de nos peurs ? Elles n'ont pas résisté à la réalité, aux envies des unes et des autres, aux besoins des uns et des autres, aux circonstances, aux questionnements, aux échanges…

Bonne continuation à vous ;-)

#
Profil

MoE

le dimanche 11 décembre 2016 à 17h59

Bonsoir invitée,

Nous avons des enfants jeunes voire en bas-âge et ne souhaitons pas les mêler à notre (nos) vie(s) amoureuse(s). Nous avons fait cette erreur lors du presque divorce en leur expliquant beaucoup (trop) de choses. Il faut donc simplement conserver une cellule familiale à peu près normale jusqu'à qu'ils soient en âge de comprendre.
Alors oui les partenaires potentiels devront prendre le package tel quel, c'est aussi un petit sacrifice pour nous, puisque nous ajoutons une difficulté à rencontrer et potentiellement garder d'autres amureux(ses), mais c'est un choix assumé.
Merci quand même pour ton avis et ton expérience !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion