Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Compersion ? Le contraire de la jalousie...

#
Profil

titane

le vendredi 15 janvier 2010 à 12h29

la "défense" crispe souvent le problème... soulage temporairement... nou permet de souffler un instant... elle est nécessaire mais pas suffisante on est d'accord... une fois protégé, il faut analyser, décider et agir...

#

(compte clôturé)

le vendredi 15 janvier 2010 à 12h54

titane
la "défense" crispe souvent le problème... soulage temporairement... nou permet de souffler un instant... elle est nécessaire mais pas suffisante on est d'accord... une fois protégé, il faut analyser, décider et agir...

Le temporaire peut durer, faut pas se leurrer. Chacun avance à son rythme. On n'a pas toujours que ce chat-là à fouetter.

#
Profil

titane

le vendredi 15 janvier 2010 à 13h04

pauvre chat... en Haïti (avec toute ma compassion en ce moment) ils disent "j'ai d'autres cuisses à caresser"... cela correspond mieux au polytruc non?

oui le temporaire peut durer plusieurs vies... samsara...

#
Profil

lutevain

le vendredi 15 janvier 2010 à 17h24

lutevain
Attention quand même, pour ressentir de la compersion , à moins d'être fortement masochiste, je pense qu'il faut être soi-même dans un état de bien-être en harmonie avec les autres… Je ne pense pas que le fait d'être quitté et d'être heureux pour l'autre soit de la compersion…

Donc si je suis en harmonie avec ma douce, que nous vivons quelque chose de très fort ensemble, le fait qu'elle partage aussi des choses fortes avec d'autres ne me gênera pas, bien au contraire… ça c'est de la compersion…

Si en revanche je suis délaissé, bafoué, trompé et que je trouve ça bien, là ce n'est même plus du candaulisme, c'est du masochisme!!! … très peu pour moi!!!!

#
Profil

titane

le vendredi 15 janvier 2010 à 18h15

surtout si c'est toi qui "décides" de te sentir délaissé, bafoué, trompé... le jaloux se croit victime avant de se rendre compte que c'est lui le bourreau... le "juste" est délicat... il se situerait davantage dans les motivations de l'autre plus que dans mes propres réactions égotiques...

je sais j'aime bien compliquer les choses... pourtant ailleurs on me croit simpliste..

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 06 mai 2011 à 13h05

Tiens, je ressors ce vieux fil parce que grâce à une rubrique de blog, je viens de tomber sur un mot proche, à l'étendue plus large sans doute : "conjouissance" : "joie qu’on a d’un bonheur arrivé à quelqu’un d’autre".

Voicin un lien vers l'article qui discute de ça, en le mettant en parallèle avec les sentiments de compassion, de pitié... Pour expliquer que notre goût du bonheur est tellement mal pensé dans nos société qu'on a plus facilement un partage de la souffrance qu'un partage de la joie.

Bref, ça m'a intéressé, et ça m'a semblé être un mot qui peut être bien utile dans le vocabulaire polyamoureux...

#
Profil

LittleJohn

le vendredi 06 mai 2011 à 14h09

Je me réjouis de la résurgence de ce mot que je ne connaissais point ^^.

(ça en jette "je me conjouis de ta réussite au bac"...)

#
Profil

bliss

le lundi 09 mai 2011 à 23h29

héhé, je vais avoir du mal à le placer celui-là.... mais je vais essayer.:-)
" Je me conjouis chéri que tu sois si amoureux d'elle..." ( kof, kof... )
Sinon je suis aussi heureuse d'avoir pu rajouter ce mot ( compersion ) à mon vocabulaire, oui. Cela m'aide à parler à des amis de mon (non-)choix " poly". Ça ouvre des discussions. Justement parce que chez moi la compersion est quand même toujours accompagnée -encore- d'un peu de jalousie. Mais je travaille !

#
Profil

Siestacorta

le mardi 10 mai 2011 à 10h01

C'est probablement une répétition de ce qu'on a dit au dessus, et de lo'article de wikipedia : mais éprouver de la compersion n'empêche pas d'éprouver un peu de jalousie.
Les deux émotions se vivent à propos de la même situation, mais pas forcément au même moment, et ne se nourissent pas des même ingrédients intérieurs pour chacun d'entre nous.
Connaître sa compersion, essayer de la favoriser
Connaître sa jalousie, la dire (elle a un côté vampire, chez les poly : si au lieu de te la cacher tu en parle en plein jour, elle a plus de mal à survivre), et construire avec l'autre des modalités qui permettent de pas trop lui donner prise.

Cela dit, des deux actions, c'est quand même favoriser l'empathie (et la conjouissance, donc...) de la compersion, sa générosité, qui en nous rendant plus heureux, nous fera paraître la jalousie comme une "fausse alerte narcissique".

Et conjouissance, ça se conjugue pas, tel que je le vois.
Ca demande plus une redéfinition de "je comprend", moins intellectuelle et plus physique, où on com-prendrait, on prendrait pour soi et pour l'autre en même temps...

#

Amyitis (invité)

le lundi 19 mars 2012 à 18h45

Heureuse de découvrir ce mot ;.. je vis cela depuis quelques temps.. j 'aime deux hommes .;; chacun a une place mon cœur ... Ils m'aiment tout les deux et leurs désirs est de me rendre heureuse.. ils sont très amis et fait particulier , ils sont nés le même jour et la même année..!

Amyitis

#
Profil

sdvig

le lundi 30 juillet 2012 à 19h35

une chose ne me semble pas nommée dans cette discussion, c'est la possibilité d'un rapport pervers induisant un rapport de pouvoir et d'emprise sur l'autre : lui exprimer sa compersion, tel un acte généreux et empathique, maintient l'autre dans la dépendance. D'autant plus que le sujet qui fait publicité de sa compersion auprès de son ou sa partenaire ferait preuve de grandeur morale voire de noblesse : qu'il ou elle est beau ou belle d'être ainsi généreux(se) !
C'est quelque chose que je perçois actuellement dans l'attitude d'une connaissance qui me semble être un pervers extrêmement subtile. Il maintient une emprise sur sa partenaire en l'espérant être heureuse avec un autre, en lui disant qu'il est tellement heureux quand elle en aime un autre, en faisant aussi publicité de sa compersion auprès de sa société d'amis. Tout le monde le trouve tellement touchant et beau dans sa splendeur morale, et moi je ne vois que l'emprise perverse sur sa partenaire. Et elle répète comme un missel qu'il serait tellement heureux qu'elle aime un autre. Et j'imagine que si l'autre souhaite l'exclusivité d'une relation avec cette femme, il lui apparaîtra comme peu noble et désenchantant. Et elle retournera vers son maître. Qu'en pensez-vous ?

#
Profil

zina

le lundi 30 juillet 2012 à 22h29

Euh.... Ben je sais pas trop ce que je pense de ton exemple greg...

Personnellement, j'ai tendance à dire et répéter quand un truc me rends heureux, d'autant plus quand c'est de la compersion, de manière à rassurer ma partenaire sur mon état d'esprit et qu'elle se sente libre et sans nuages quand elle va voir quelqu'un d'autre.

J'ai pratiqué d'autres relations de la même manière par le passé, et deux ex-amoureux ont fini par accorder l'exclusivité à leurs nouvelles amoureuses envers qui j'éprouvais régulièrement de la compersion.

Je crois que je ne suis le maitre de personne, ou bien si c'est le cas faut vraiment m'enfermer de suite parce que j'en suis totalement inconsciente...

C'est surement une réponse égocentrée... Mais je veux juste dire que si il y a un rapport de force, c'est pas juste la compersion qui y participe.

La compersion, pour moi, c'est cool parce que ça aide à déculpabiliser, et ça encourage la multiplication de l'amour.

Après c'est comme tout... Quelqu'un qui est abusivement "gentil" en couvrant une autre personne de cadeaux ou autre, il va induire une dépendance, si celui qui reçoit le ressent ainsi et si l'entourage soutient cela. Pour autant, on ne dit pas que c'est la gentillesse qui est en cause... C'est l'excès et/ou les rapports malsains ou forcés dans une relation ou un groupe. J'imagine que pour la compersion c'est surement pareil...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 13 septembre 2013 à 21h56

D'après The Century Dictionary and Cyclopedia, le mot compersion est une forme obsolète du mot comparaison.

Je me dis qu'on pourrait rapprocher les verbes comparer et aimer dans ce cas, ça donnerait un verbe comme "comparaimer", mais je ne trouve pas ça super phonétiquement. Cela pourrait être de la "joielousie" aussi, si on veut inventer des mots...

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Granita

le jeudi 01 octobre 2015 à 19h12

greg
une chose ne me semble pas nommée dans cette discussion, c'est la possibilité d'un rapport pervers induisant un rapport de pouvoir et d'emprise sur l'autre : lui exprimer sa compersion, tel un acte généreux et empathique, maintient l'autre dans la dépendance. D'autant plus que le sujet qui fait publicité de sa compersion auprès de son ou sa partenaire ferait preuve de grandeur morale.....

zina

C'est surement une réponse égocentrée... Mais je veux juste dire que si il y a un rapport de force, c'est pas juste la compersion qui y participe.

La compersion, pour moi, c'est cool parce que ça aide à déculpabiliser, et ça encourage la multiplication de l'amour.

Après c'est comme tout... Quelqu'un qui est abusivement "gentil" en couvrant une autre personne de cadeaux ou autre, il va induire une dépendance, si celui qui reçoit le ressent ainsi et si l'entourage soutient cela. Pour autant, on ne dit pas que c'est la gentillesse qui est en cause... C'est l'excès et/ou les rapports malsains ou forcés dans une relation ou un groupe. J'imagine que pour la compersion c'est surement pareil.

Je fais monter ce fil parce qu'il m'a aidé aujourd'hui et peut peut-être aider quelqu'un d'autre ces jours-ci...

Je pense que le ton employé dans nos manières d'expliquer nos sentiments et la manière dont on fait les choses peuvent entraîner une interprétation malsaine (ou fausse) selon NOTRE point de vue.
Par exemple, je me sais généreuse. Très, trop peut être. Mais j'ai appris à ne pas être trop gentille pour ne pas me sentir, au bout du compte, "abusée" ou épuisée par l'autre (qui quelque fois ne demande rien). Bien que n'attendant pas que l'on me rende ce que je donne, j'ai tendance à espérer du respect et de la considération qui ne viennent pas forcément lorsqu'on a en face de soit quelqu'un de facilement généreux (bin oui, "trop bonne trop ...."
Il faut bien reconnaître que la bienveillance et la bientraitance n'est pas systématiquement accueillie avec bonheur par tous parce que considèré quelque fois comme un comportement suspect. Comme l'absence de jalousie ou la compersion peuvent ne pas être compris par tous.
Du coup, l'autre peut avoir envie de chercher les limites de cette bienveillance par l'autre et là ça risque de compliquer les choses....

#
Profil

LuLutine

le jeudi 01 octobre 2015 à 23h31

Granita
Bien que n'attendant pas que l'on me rende ce que je donne, j'ai tendance à espérer du respect et de la considération

Je suis pareille !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion