Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

De la compersion vers l'indifférence

Bases
#
Profil

bonheur

le jeudi 22 février 2018 à 10h56

Comment réagir quand la compersion se transforme en indifférence ?

#
Profil

Heika

le jeudi 22 février 2018 à 11h07

Je dirais, chercher à comprendre pourquoi.
Qu'est ce qui a changé chez toi, ton partenaire ou la situation pour que ta compersion se mue en indifférence ?
Dans le but d'y réfléchir, et éventuellement y remédier.

A mon sens la compersion étant une marque de l'amour profond et véritable, qu'elle se transforme en indifférence indique une sorte de détachement émotionnel. Après, est-ce à l'autre ou seulement à la situation... ?
Je suppose que chaque cas est unique.

#
Profil

artichaut

le jeudi 22 février 2018 à 11h41

bonheur
Comment réagir quand la compersion se transforme en indifférence ?

c'est toi ou l'autre qui ressent de l'indifférence ?

#
Profil

bonheur

le jeudi 22 février 2018 à 13h22

Le jour où je ressentirai de l'indifférence, même envers "un inconnu qui passe", je ne serai plus moi !

Le pourquoi, je le discerne (on ne cerne jamais complètement ce qui se passe en autrui). Pour ma part de "responsabilité", je dirai que comme je n'avais plus d'amour et que, dans la pratique, ça lui convenait, ben je l'avais laissé dormir. La complicité, la connivence ce sont perdues et ne se retrouveront pas.

Un détachement, oui c'est ça. Il ne se détache pas de moi mais du polyamour en général. La situation s'est dégradée du fait de ma santé, légèrement défaillante, qui en tout cas m'a changée.

Je dirai aujourd'hui, que son indifférence est une simplicité de vie avec laquelle je vais devoir composer, mais qui ne me convient pas. Je n'ai plus ce désir qu'il connaisse mes amours et ceux qu'il connait déjà, et bien je les verrai seule.

Par contre, les rencontres que j'organise à la maison, il trouve cela sympa (faut pas toujours chercher à comprendre)

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 22 février 2018 à 13h30

Tu parles de ton mari ?

#
Profil

artichaut

le jeudi 22 février 2018 à 13h30

tu parles de ton mari ?

#
Profil

artichaut

le jeudi 22 février 2018 à 13h30

(tiens on a fait la même, en même temps!)

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 22 février 2018 à 13h32

On est censé faire un voeu :D

#
Profil

bonheur

le jeudi 22 février 2018 à 13h38

Comme je n'ai personne d'autre actuellement, je ne peux parler que de lui (mais bon vous n'êtes pas dans ma vie, vous ne pouvez pas savoir)

Les voeux sont gentils, merci !

Je revois depuis peu un ex, mais on n'aborde pas l'amour, déjà on est dans la difficulté de se retrouver tout simplement (il n'a pas le temps, je retombe dans le même schéma). En fait, je suis mal avec toutes les relations, mais je ne laisse pas l'une minée l'autre. Ce phénomène de détachement, n'est pas nouveau, mais il n'était plus abordé puisqu'inutile. C'est revenu hier dans une discussion amicale. Je sais que désormais, quoiqu'il arrive, la compersion ne reviendra pas.

Il ne m'empêchera pas de vivre (heureusement), juste il s'en désintéressera. Ca craint ! Il y a une "fermeture" dans l'ouverture au bonheur de l'autre.

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 22 février 2018 à 13h46

Désolé de lire ça. C'est super violent. Après, comme tu le dis, on est pas dans ta vie. Donc je peux juste te témoigner mon soutien. En espérant que, contrairement à ce que tu penses, la situation puisse évoluer positivement malgré tout.

#
Profil

bonheur

le jeudi 22 février 2018 à 14h25

Merci de ce soutien.

La situation aura un futur, ingrédient indispensable à une quelconque évolution. J'en fais désormais mon parti de non complicité.

Il faut dire que, comme tous mes ex étaient dans une forme de dénie (Siestacorta explique cela très bien ce jour sur un autre fil de discussion) qui d'un côté arrangeait mon mari et de l'autre, il trouvait cela dommage car ça n'allait pas dans le sens de m'aider à assumer et à me sentir bien.

En gros, dans l'ambigüe tout le monde se sent plutôt bien, sauf moi.

#
Profil

Caoline

le jeudi 22 février 2018 à 15h21

Douces pensées.
Je trouve ça trop définitif de dire que ça ne reviendra pas, comment savoir ?
Si il te voyait à nouveau épanouie par une relation, il s'en réjouirait probablement pour toi. Là on ne peut pas dire que ce soit le cas pour le moment dans cette relation que tu essayes de faire renaitre de ses cendres.

#
Profil

bonheur

le jeudi 22 février 2018 à 16h54

Merci Caoline, toujours si gentille avec moi :-) . Il est vrai que tu connais mieux ma vie.

C'est un cercle vicieux. Aucune personne ne pourra se sentir bien avec moi s'il y a un non accompagnement de mon action contre "normative", donc la dissociation relationnelle me parait l'option la plus adéquate à l'avenir. Il ressentira de mon vécu ce qu'il en voudra, mais je ne devrai pas en tenir compte et "tracer MON chemin". La dynamique, il la suivra... ou pas.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 22 février 2018 à 18h07

Je vais faire comme tu fais souvent, donner mon opinion perso subjective qui n'engage que moi... et ajouter à ça le "si je me plante on peut le me dire et c'est pas très grave".

J'en remet une couche sur ça, même si tu as dû lire mes réactions assez souvent depuis le temps, le côté spéculatif que j'y met est fait pour aider, quitte à triturer des trucs bien persos, parfois moins délicatement que mes bonnes intentions ne me le laissent croire.

Donc... Je sens bien la peine et l'incompréhension envers cette indifférence.
Ce que tu écris et encore plus après avoir lu cette expression "action contre-normative" (bon, moi non plus je suis pas sûr de comment bien l'écrire), ça me fait penser que, dans beaucoup de tes positionnements dans les fils du forum, je t'ai vue de définir en "contre", affirmer ton individualité aussi dans un rapport assez combatif.

Autrement dit, je peux imaginer, à partir de ce que je lis, que tu préfères souvent un échange qui a lieu dans l'opposition que pas d'échange du tout.
Et je sais aussi que tu n'aimes pas qu'on te définisse avant que tu ne le fasses toi-même :-)
d'où un certain nombre de pincettes dans ce que j'écris là, parce que si je tente de faire ce que je fais souvent ici, c'est pas pour t'assigner un rôle, c'est vraiment en espérant que chaque point de vue proposé est un pas de côté, un regard qui peut être précieux.

Bref. Je ne sais pas quelle est la dynamique à long terme dans ce changement d'attitude de ton mari. Mais là où je veux en venir, c'est que ta sensibilité "contre", qui t'as si souvent permis de te construire et de te définir (et ça n'est pas idiot : Alain avait lancé ça un peu comme une provocation : "penser, c'est dire non"), peut aussi te rendre moins compréhensibles certains rapports qui demandent pas forcément le positionnement.

Dans mon hypothèse, qui n'est qu'une hypothèse (et maintenant j'arrête les précautions oratoires), certaines tensions que tu as parfois évoquées avec ton mari te donnaient plus de repères que l'indifférence.
Une compersion peu exprimée, "normalisée", plutôt que celle qui est fortement affirmée quand les échanges sont plus émotionnellement chargés, ça te parle plus, un peu comme on a parfois plus l'impression d'avoir mieux dépensé ses calories en faisant quelques centaines de mètres en côte plutôt que plusieurs bornes sur du plat. On l'a plus senti...

En pratique, je ne sais pas ce que devient le dialogue avec ton mari : il n'en veut explicitement plus, ou il n'y réagit plus ? Ce qui serait différent. Il n'aime peut-être plus de la façon que tu identifies comme celle de votre couple, tu parles de détachement et c'est peut-être une réalité, mais c'est peut-être aussi un lien qui a trouvé une autre forme. Ca ne vibre plus pareil, mais ça n'est pas coupé. C'est pas à quelqu'un qui promeut la possibilité de vivre ses sentiments de l'intérieur, indépendamment du devenir d'une relation, que je vais faire découvrir ça, mais il se peut que ce soit aussi utile pour comprendre ton mari.

Bref : même si tu es assez forte et construite pour faire tes choix sans attendre d'être validée, et que c'est même ainsi que tu te définis depuis longtemps, ne te laisse pas trop facilement croire que tu es de nouveau seule avec tes choix. Vous avez une relation ancienne et qui a résisté à pas mal de choses, peut-être que ce changement d'attitude peut aussi t'amener à trouver d'autre façon d'avancer. Sur du plat, mais dans un beau cadre quand même...

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le jeudi 22 février 2018 à 19h53

Merci pour ta réponse Siestacorta. Je suis un peu paumée dedans, va falloir que je relise pour tout saisir. L'illustration de la pente et du plat (l'effort fourni) me parle bien.

Merci pour les pincettes ! Je fais peur !!! Bon ok, j'ai une susceptibilité assez prononcée :-D (je le reconnais)

Pour mes décisions, j'aime être seule-accompagnée. Seule ça m'ira. En effet, les validations, je les fais individuellement, j'en informe et c'est tout. Enfin c'est ainsi désormais que j'entrevois mon avenir. Je serai plus autonome encore.

Le dialogue, il n'y réagit plus... je garde pour moi. Je n'apprécie pas la confrontation, je préfère la communication. Et face à une affirmation, il n'y a pas grand chose à débattre.

Première réaction à chaud. Je suis peut être complètement à côté.

C'est fou comme une phrase, alors que ça avait été discuté il y a quelques années déjà, refait soudain resurgi un tel merdier. On avait trop enfoui, certainement.

#

Polygonale (invité)

le vendredi 23 février 2018 à 00h32

Bonjour bonheur,

J'ai une autre hypothèse, qui n'engage que moi ^^

Bonheur je te vois très présente sur le site et très investi, dans tes échanges il transparaît une grande importance du polyamour dans ta vie, mais peut-être trop pour ton mari, non ?

Car je ne sais pas si tu en parles autant dans ton couple, mais cela est peut être pesant pour lui à la longue ? C est comme une passion quand c est trop, ça devient un poids pour celui qui la subit.

Après la compersion c est le top et c est sûr que c est dommage qu il ne l'a ressente plus. Mais franchement l acceptation c'est le plus important, on voit tellement de poly sur ce site qui aimerait juste cela, que la compersion ils ne y pensent même pas.

Et comme le dise d autres ce n est peut être pas immuable ^^

#
Profil

calinou696

le vendredi 23 février 2018 à 08h41

Je dirais comme Polygonale.
Il ne faut pas que le polyamour soit une obsession dans la vie.

Se contenter de ce qui est bien, au risque de tout perdre.
(et dans les histoires de couple, ca peut vite partir en vrille)

#
Profil

bonheur

le vendredi 23 février 2018 à 11h11

Merci Polygonale et calinou696. Je dirai que c'est le contraire. En dehors du temps très relatif que je passe ici, le polyamour n'est pas abordé, enfin plus abordé, du fait que je n'ai personne. De toute façon, parler à quelqu'un qui s'en fout, ça virerait au monologue inutile.

Ici je suis dans l'abstrait et aussi pour l'entraide. Dans mon couple, je suis actuellement juste moi et le polyamour ne transparait pas beaucoup.

Bon, on va me dire que pour qu'il y ai compersion, il faut qu'il y ai matière à se réjouir, et sans autres amours, ben pas de motifs de se réjouir. Juste, cette phrase me reste en travers de la gorge, d'autant que l'on avait déjà abordé le sujet à une époque (j'avais encore des personnes dans ma vie). Aussi, s'il ne voulait pas entendre parler polyamour, il ne fallait venir avec moi, puisque c'était dans le cadre d'un contact avec un poly... fatalement, on allait parler de cela. Pour ne pas participer au débat, ben fallait pas venir.

Pour ce qui est de faire renaitre de ses cendres quoi que ce soit, ce n'est qu'une illusion. J'ignore pourquoi on peut revenir vers moi ? Si c'est pour réitérer avec des composantes identiques, ça me laisse perplexe. (je suis passée du coq à l'âne)

Disons, pour reprendre ce qu'exprime Polygonale, simplement l'acceptation, c'est bien. Le bonheur commun, c'est tellement mieux, surtout lorsque l'on y a "gouter".

Pour ceux qui lisent, et surtout ceux qui sont en questionnement, je redis que la compersion est la situation qui convient le mieux, quand c'est possible évidemment.

#
Profil

Heika

le vendredi 23 février 2018 à 11h12

Pour continuer dans la foulée des précédents : comme on dit, "le mieux est l'ennemi du bien".
Après je t'avoue qu'en tant qu’indécrottable idéaliste, j'aurais bien du mal à me "satisfaire" d'une simple acceptation détachée (et pourtant dans mon couple mono-poly, l'acceptation est encore seulement en cours !). J'aurais personnellement l'impression comme tu le décris, de ne pas avoir de complicité vis à vis de ça avec mon partenaire de vie, qu'il ne cautionne pas vraiment ma façon d'être et préfère s'en tenir à l'écart en respectant mon choix, mais sans le "valider".

J'ai l'impression qu'encore plus que le fait de constater le détachement de ton époux vis à vis de ton polyamour, c'est plus le "pourquoi se détache-t-il ?" que le fait qu'il se détache qui te taraude et te tourmente.
Ta façon d'en parler me donne le sentiment que tu cherches dans sa compersion une sorte de validation, de légitimité à pouvoir vivre en polyamoureuse et que perdre sa compersion remet en question cette façon d'être toi avec lui. Comme si sa perte de compersion était un détachement, non de ta pratique du polyamour, mais de toi-même, de ton acceptation comme partenaire ( "ça craint, il y a une fermeture au bonheur de l'autre").

Peut-être est-ce le cas... mais pas forcément. J'aime beaucoup la métaphore de SiestaCorda sur le long plat et la pente ardue à ce sujet. Peut-être aussi ton mari a-t-il simplement tellement prit l'habitude de cette compersion qu'elle fait partie de sa vie de manière naturelle, qu'elle est devenue une sorte de routine pour lui et que c'est pour ça qu'il s'y sent "indifférent".
Tu dis toi-même : "Par contre, les rencontres que j'organise à la maison, il trouve cela sympa (faut pas toujours chercher à comprendre)" => une sorte de compersion "hors-routine" en somme.

Pour faire une métaphore : A force de marcher ou oublie que c'est un effort et on le fait totalement naturellement et sans avoir à y penser ou y réfléchir. On l'ignore/y est indifférent.
Pourtant il suffit de regarder un tout petit en apprentissage de la marche pour se rendre compte à quel point c'est compliqué et épuisant. Ça n'enlève rien au plaisir de marcher, on l'a juste totalement "acquis". Par contre casse-toi une jambe et tu verras à quel point marcher t'apportait et te manque. Peut-etre que tout simplement ton mari n'est plus vraiment conscient de sa compersion plus que réellement indifférent ?

En espérant ne pas t'avoir perdue un peu plus ;)

#
Profil

bonheur

le vendredi 23 février 2018 à 11h27

Heika
J'aurais personnellement l'impression comme tu le décris, de ne pas avoir de complicité vis à vis de ça avec mon partenaire de vie, qu'il ne cautionne pas vraiment ma façon d'être et préfère s'en tenir à l'écart en respectant mon choix, mais sans le "valider".

Je suppose qu'il y a de cela.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion