Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Reconnaître la jalousie.. et après... Entretien sur la jalousie avec une chercheuse cnrs

Jalousie
#
Profil

Satellite

le dimanche 15 février 2015 à 11h04

Bonjour à tous, un lien vers cet article de jactiv.Ouest-France.fr à propos d'un livre qui vient de paraitre sur la jalousie. Il est écrit par Giulia Sissa, chercheuse au CNRS en histoire, anthropologie et philosophie du monde ancien.

m.jactiv.ouest-france.fr/actualites/societe/etre-j...

Je partage tout à fait cette idée que la souffrance due à la jalousie doit être écoutée, reconnue et pas enfouie, mais je trouve qu'il manque quelque chose dans l'article. Sur en comprendre la source et comment travailler dessus. Les psys étant davantage vus ici comme apportant culpabilité plutôt qu'écoute. 

Autre passage qui m'a étonnée "Notre culture a hérité d'une conception post-marxiste qui tend à assimiler l'autre à un objet, une propriété privée. Être jaloux serait l'expression d'une possessivité mal venue. Ne nous racontons pas d'histoires ! Quand on aime, on a envie d'être l'objet unique du désir de l'autre."
ce sont les deux dernières phrases qui m'interpellent. Je trouve que ça n'est pas parce qu'on reconnaît ressentir qqchose que cela le valide directement. Ok, la jalousie existe en nous, deculpabilisons de ressentir cette flopée de trucs qui fait qu'on est humain, mais ne nous arrêtons pas là. Pourquoi veut on justement être "l'objet unique du désir". On exprime souvent notre jalousie à notre partenaire pour le faire changer de comportement et que la jalousie cesse en nous. Mais pourquoi ne pas aussi réfléchir à ce qu'on peut changer en nous pour faire cesser cette jalousie. Accords et compromis entre les besoins des 2 amoureux.

Sinon qqun a t il lu le livre en question ? La il ne s'agit que d'un entretien avec l'auteure et elle développe certainement dans son livre davantage ces différents points.

Bon dimanche

#

(compte clôturé)

le dimanche 15 février 2015 à 11h40

"Quand on aime, on a envie d'être l'objet unique du désir de l'autre." Peut-être la chercheuse aurait-elle dû écrire: "quand J'aime, J'AI envie d'être l'objet unique du désir de l'autre". Pour ma part, être l'unique objet du désir d'un homme que j'aime me gêne, comme un honneur excessif et quelque peu étouffant, plus une énorme responsabilité (si je meurs, va-t-il cesser de vivre et d'aimer?), c'est sans doute le fondement de ma jalousie très réduite, même s'il m'arrive d'avoir des inquiétudes ou des pincements au cœur dans des situations précises. Mais en aucun cas je ne généraliserai ce qui est un sentiment très personnel. La jalousie peut être induite par le désir d'être unique, mais aussi par la crainte de l'abandon, le manque de confiance en soi, l'envie de posséder l'autre, et même tout simplement l'idée que "quand on aime on a envie d'être l'unique" véhiculée par l'idéologie dominante. Sur tous ces points on peut évoluer. Donc, ne pas nier la jalousie, mais savoir qu'elle est "apprivoisable".

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

bonheur

le dimanche 15 février 2015 à 18h03

Satellite
La il ne s'agit que d'un entretien avec l'auteure et elle développe certainement dans son livre davantage ces différents points.

En effet, toutefois, l'ouvrage dans son intégralité est sans doute pertinent. Merci pour cette référence.

Je préfère ne pas me prononcer sur l'article. De nombreux auteurs abordent ce thème notamment les psy ou chercheurs qui travaillent sur la compréhension de nos émotions.

#

(compte clôturé)

le dimanche 15 février 2015 à 19h12

A une époque, j'ai consulté (brièvement) une psychologue. Quand je lui ai parlé de mon mode de vie polyamoureux, j'ai eu droit aux réflexions : "la jalousie c'est naturel, regardez dans la nature, le lion il se bat quand on veut lui piquer sa lionne", "quand on aime on est forcément jaloux", etc.
Et quand j'ai essayé d'expliquer qu'à mes yeux la jalousie n'est qu'un symptôme, l'expression de peurs plus profondes (qui pour moi se résument toutes à la peur de l'abandon) et qu'on peut travailler dessus pour en atténuer les effets, l'apprivoiser comme dit Françoise, la réponse a été peu ou prou : "quand même, je trouve que le polyamour c'est surtout un moyen de mettre à distance vos émotions"... En gros, si on ne se laisse pas submerger par tous ce qu'on ressent de négatif, c'est qu'on met ses émotions à distance.

Alors en effet, y'a encore pas mal de chemin à faire en matière de gestion de la jalousie, d'envisager juste que ce soit possible.

#
Profil

bonheur

le dimanche 15 février 2015 à 22h29

Je crois que la psychologie, comme tous les domaines, évolue.

L'étude des émotions n'en n'est je pense qu'à ses balbutiements.

#
Profil

Chupapink

le lundi 16 février 2015 à 14h04

Shamal
.... la jalousie n'est qu'un symptôme, l'expression de peurs plus profondes ....... et qu'on peut travailler dessus pour en atténuer les effets, l'apprivoiser comme dit Françoise, la réponse a été peu ou prou : "quand même, je trouve que le polyamour c'est surtout un moyen de mettre à distance vos émotions"... En gros, si on ne se laisse pas submerger par tous ce qu'on ressent de négatif, c'est qu'on met ses émotions à distance.

Et oui, je suis d'accord. Pourquoi personne ne veut comprendre que la jalousie peut être apprivoisée et que en plus, on se sent mieux après (à mon sens bien sûr, je ne fais pas une généralité). Mais quand il m'arrive d'en parler, je vois bien dans le regard de mon interlocuteur un soupçon de scepticisme, un peu comme si je lui parlais chinois et qu'il hochait la tête pour faire croire qu'il comprend.
C'est un sentiment qui me semblait normal aussi, logique puisque qu'il était "à moi". Le sentiment de possession est bien présent en même temps que la jalousie. C'est comme quand quelqu'un convoite la même chose que toi, et que t'es prêt à tout pour l'avoir avant l'autre. Et une fois que tu l'as, il est hors de question qu'on te le prenne. Mais la peur de le perdre est encore plus forte finalement. Et je me suis rendue compte que c'est la même chose avec une personne que tu aimes (enfin presque). La peur de perdre l'être aimé est tellement forte que tu as l'impression de ne plus rien contrôler du tout, mais si tu laisses cette peur, si tu arrives à "laisser" cette peur de côté pour garder les sentiments que l'autre veut encore te donner, alors que tu pensais qu'il ne voulait plus t'en donner, et bien c'est open bar sur la sérénité des sentiments puisque tu sais finalement au fond de toi que tu ne seras pas abandonné.

#
Profil

bonheur

le lundi 16 février 2015 à 18h19

La jalousie est une émotion. Pour en savoir plus, il faut accepter d'étudier notre système émotionnel dans son intégralité.

#

(compte clôturé)

le mardi 17 février 2015 à 13h15

shamal
En gros, si on ne se laisse pas submerger par tous ce qu'on ressent de négatif, c'est qu'on met ses émotions à distance.

C'est effectivement ce qu'on te dit, comme si "mettre ses émotions à distance" était néfaste, et alors on conclut que le polyamour, c'est ne pas vraiment aimer, qu'apprivoiser sa jalousie, c'est refuser cette émotion si naturelle, etc. En fait, non. Les polys ne nient aucunement leurs émotions, ils essaient simplement de les comprendre et de ne pas se laisser gouverner par elles, ce qui peut avoir pour conséquence plutôt positive qu'ils ne revolvérisent pas leur partenaire quand ils ressentent de la jalousie et ne divorcent pas dans la semaine. Ça s'appelle prendre le temps de réfléchir. Les Bouddhistes conseillent aussi de ne pas se laisser submerger et dominer par les désirs, sans pour autant nier la réalité des désirs.

#

(compte clôturé)

le mardi 17 février 2015 à 18h40

aimerplusieurshommes
Ça s'appelle prendre le temps de réfléchir.

(+)
Oui, c'est exactement ça : prendre le temps de se poser au lieu de réagir dans l'urgence.

#
Profil

bonheur

le mercredi 18 février 2015 à 12h55

Pour reprendre la phrase mise en évidence par aimerplusieurshommes, je lis actuellement un tout petit livre mais extrêmement pertinent sur les émotions. L'auteur indique qu'une émotion n'est jamais négative et que chaque émotion est pertinente (en gros, c'est un peu plus complexe). Par contre, certaines émotions sont plus désagréables à vivre.

Je crois réellement que l'étude des émotions est indispensable si l'on désire vivre heureux.

Perso, mais là il ne s'agit que de mon mode de vie, je ne désire pas trop "intellectualiser" mes émotions et je n'hésite pas à me laisser submerger... ce qui n'implique pas que j'agisse sous le coup de l'émotion. Pour moi, chaque émotion a lieu d'être et n'a pas à être freinée, surtout pas. Je désire en ressentir l'entière vérité. Je considère, pour moi, que l'émotion est une part de moi, et donc elle n'a pas à être négligée, surtout pas par moi.

#
Profil

MagentadeMars

le mercredi 18 février 2015 à 13h49

bonheur
Pour moi, chaque émotion a lieu d'être et n'a pas à être freinée, surtout pas. Je désire en ressentir l'entière vérité.

Hmm. Il n'y a donc pas de fausses émotions ? Des réponses qu'on aient appris par habitude depuis l'enfance mais qui ne servent à rien d'utile ?

Par contre c'est vrai que si on veut voir d'où vient une émotion particulière, et de voir si elle est bien fondée (oui, elle risque de me quitter) ou non (sur-réaction liée à une peur d'enfance), il est nécessaire d'y faire face et de l'examiner avec autant de équanimité que possible... et freiner, ça peut forcer le truc d'aller dans les souterrains...

#
Profil

bonheur

le mercredi 18 février 2015 à 14h47

L'émotion vient de l'intérieur (c'est trop compliqué, j'invite chacun-e à faire sa recherche perso), bien que provoquer par le cerveau, blablabla...

Par contre, on peut se tromper sur ce qui est une émotion en interprétant un changement physiologique et sur ce qui n'en n'est pas une. Aucun émotion n'est fausse. Elle nous quitte si on a le désir de l'oublier. Une sur-réaction est comme tu le dis, une réaction et celle-ci peut être provoquer par notre mémoire (nos sens on une mémoire également, la mémoire est complexe) mais pas nécessairement une émotion.

Je pense avoir une excellente mémoire de mes émotions, c'est sans doute une particularité personnelle. Ne plus se rappeler d'un visage ou d'un nom mais du ressenti lors d'une situation précise qui aura déclencher l'émotion.

C'est mon optique actuelle et je suis loin d'être une professionnelle.

Egalement un apprentissage (une habitude d'enfance par exemple) est un acquis, une émotion est naturelle. Je n'ai pas opposé l'un à l'autre, je ne crois pas. Ce sont juste des domaines différents. Je crois que nous sommes tous "constitués" des deux.

Tout cela fait que chaun-e est unique et ne peut évoluer comme quelqu'un d'autre.

J'étudie "les émotions", ce domaine extrêmement complexe, depuis peu... par contre je les vis ainsi depuis aussi loin que je me rappelle.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 20 février 2015 à 15h42

Shamal
"quand même, je trouve que le polyamour c'est surtout un moyen de mettre à distance vos émotions"...

Euuuuh et elle a essayé ta psy, pour dire ça ???!!

Le polyamour, un moyen de "mettre à distance ses émotions" ??!

Un moyen de se les prendre en pleine face bien plus souvent qu'à son tour, ouais !

Qu'elle fasse un tour à polyland et qu'elle nous en donne des nouvelles (oui, on est des bisounours, un peu, mais notre vie est loin d'être un long fleuve tranquille, et comme le dit si bien Françoise sur un autre sujet, je polyamour ne préserve de rien !).

Tsss. Désolée, ça m'énerve un peu ce genre de jugement (en plus, est-ce que les psy ne sont pas censés éviter d'être dans le jugement ? Enfin je sais pas, je suis pas spy ^_^ moi... )

Jezebel
tu sais finalement au fond de toi que tu ne seras pas abandonné.

Ou bien que tu le seras peut-être, mais que tu peux y survivre !

Sinon, je trouve que l'expression :

aimerplusieurshommes
"mettre ses émotions à distance"

...ne convient pas, car je n'ai jamais eu la sensation de faire ça - ah, si j'avais su le faire, ma vie aurait été plus facile !
(Et ce n'est pas parce que mes émotions, dans 99% des cas, ne se voient pas "extérieurement", que je n'en ai pas ; je précise juste pour les personnes qui me connaissent un peu "en vrai" mais qui ne me connaissent pas non plus suffisamment pour savoir à quel point c'est un chantier à l'intérieur de moi.)

Je dirais en fait plutôt quelque chose comme toi, Françoise :

aimerplusieurshommes
[...]les comprendre et [...] ne pas se laisser gouverner par elles

bonheur
Pour moi, chaque émotion a lieu d'être et n'a pas à être freinée, surtout pas. Je désire en ressentir l'entière vérité. Je considère, pour moi, que l'émotion est une part de moi, et donc elle n'a pas à être négligée, surtout pas par moi.

Je suis assez d'accord, d'autant que les émotions refoulées, ça ne donne pas toujours de super résultats. Du moins dans mon expérience.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 21 février 2015 à 00h54

Ceci dit, polyamouriquement ou pas, on peut tenter de mettre ses émotions à distance sans savoir le faire, et que ce soit effectivement un problème, hein, je dis ça par expérience.

Par contre, je vois pas en quoi le PA serait plus symptomatique de ça que la monogamie.
On peut chercher une forme de distance avec ses émotions avec l'exclusivité, quand au contraire le PA est l'occasion (certes parfois en forme "terrain d'essai") de s'y exposer assez régulièrement.

Au pire, le PA, avec son côté raisonné et contractualiste, peut sembler être une forme de contrôle... mais ce contrôle n'équivaut pas forcément à de l'inhibition, ou de la fuite des émotions.
Si c'est le cas, c'est que la distance pré-existait largement au choix de vie amoureux.
Et sinon, désirer contrôler ses émotions n'est pas un problème en soi... sinon ça ferait déjà moins de client pour les psy, pour commencer.
C'est classer les émotions en bien/mal, le problème (ex : jalousie mal, compersion bien, oué, je nous autotrolle au passage !), et vouloir les traiter avant qu'elles s'expriment. Bref, chers psy, encore un effort pour comprendre les gens, allez, courage !

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le samedi 21 février 2015 à 01h33

Siestacorta
Au pire, le PA, avec son côté raisonné et contractualiste, peut sembler être une forme de contrôle... mais ce contrôle n'équivaut pas forcément à de l'inhibition, ou de la fuite des émotions.
Si c'est le cas, c'est que la distance pré-existait largement au choix de vie amoureux.

Suis d'accord

#
Profil

bonheur

le dimanche 22 février 2015 à 10h08

Je termine à l'instant un petit livre sur les émotions (2,99 €) intitulé "le décodeur des émotions". Il n'est pas long, bien écrit, petit format (s'emmène facilement partout dans une poche ou un sac à main), et est extrêmement pertinent.

#
Profil

bonheur

le dimanche 22 février 2015 à 10h11

Le livre d'origine à cette discussion : Giulia Sissa : "la jalousie, une passion inavouable : il ne faut pas avoir honte d'aimer chez Odile Jacob le 11/02/2015 collection sciences humaines 22,90 € [ISBN2738131077]

Cela m'interpelle de lire ce conseil : il ne faut pas avoir honte d'aimer...

#

(compte clôturé)

le dimanche 22 février 2015 à 15h15

Pour paraphraser la Rochefoucauld, je considère que la jalousie relève plus de l'amour propre que de l'amour. J'ai donc du mal avec ce titre que je comprends comme voulant dire que si on est jaloux c'est juste qu'on aime l'autre.
Autant je pense qu'il faut accepter d'être jaloux et ne pas se blâmer de ressentir cela, autant dire qu'être jaloux = oser aimer, ça ne me convient pas.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 22 février 2015 à 15h35

Shamal
Autant je pense qu'il faut accepter d'être jaloux et ne pas se blâmer de ressentir cela, autant dire qu'être jaloux = oser aimer, ça ne me convient pas.

Je plussoie !

#
Profil

bonheur

le dimanche 22 février 2015 à 18h08

Je crois qu'il faudrait lire le livre avant de se faire une opinion pertinente. Le livre est depuis peu sur le marché. Est-ce que quelqu'un l'a lu ?

En tout cas, avoir honte d'aimer, autant ne pas aimer. Je suppose par contre que les deux peuvent se concilier même si pour moi aimer rime plutôt avec liberté.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion