Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Mon copain m'annonce qu'il a une autre femme dans sa vie et veut vivre en polyamour

Jalousie
#
Profil

Camcam

le dimanche 20 juillet 2014 à 14h23

Bonjour à tous,
je poste ce message sur ce forum car je suis confrontée à une situation à laquelle je ne pensais pas être confrontée un jour et j'ai besoin de vos conseils.
Je suis en couple avec mon chéri depuis 3 ans dont un peu plus de 2 où nous habitons ensemble. Il y a 15 jours, mon cher et tendre m'a avoué qu'il me trompait depuis 5 mois avec une autre femme. 5 longs mois où je m’inquiétais pour lui du fait qu'il rentre tard en me prétextant des soucis de travail. Jamais je n'aurais pensé qu'il puisse me faire ça, lui, si aimant et attentionné, et nous, si proche et pourtant tellement dans la communication.
Philosophiquement, le polyamour est un concept que je trouve plutôt intéressant et n'ai jamais pensé que la longévité et le bonheur se trouvait forcément dans la monogamie, mais de là à y être confronté de façon violente et à devoir l’accepter dans son propre couple, il y a un fossé énorme.
J'ai tout à fait compris le concept de polyamour, mon chéri m'a énormément rassuré et prend en compte mes craintes, qui sont si naturelles, j'ai très bien compris qu'il m'aimerait toujours énormément et que son comportement à mon égard serait toujours le même. Je connais aussi très bien sa personnalité, je comprend ce qui le pousse à vouloir entreprendre ce mode de relation et je sais que je peux accepter d'y venir si c'est essentiel à son épanouissement, et peut être mais là je m'avance peut être, que moi aussi je pourrais m'y épanouir.
Mais voilà dans la pratique, d'y être confronté du jour au lendemain en ayant le sentiment de subir, devoir avaler la trahison de ces 5 derniers mois, avoir toujours voulu vivre en monogamie, tout ça fait que c'est extrêmement plus difficile dans la réalité, et mon problème c'est "l'autre", celle avec qui il a déjà commencer derrière mon dos à créer une relation intime, avec qui il partage de bons moments et avec qui il créé des souvenirs qui m’exclut. Tout ça je le gère, extrêmement mal..le fait de savoir que des mots doux sont soufflés à une autre que moi, que son regard tout amoureux ne m'est pas exclusivement destiné, ça me rend malade et profondément triste.
Ce weekend, il m'a demandé s'il pouvait lui envoyer juste un mail pour lui dire ce qui s'était passé entre nous (parce que depuis qu'il m'a tout avoué, je lui ai demandé de ne plus la voir pour le moment). Après l'avoir questionné sur le pourquoi du mail, il m'a répondu que c'était uniquement pour donner des nouvelles sur ce qui se passe entre nous depuis la grande annonce, la rassurer et se rassurer en même temps qu'elle l'attendrait bien. J'ai fini par accepter à condition qu'il ne lui en envoie qu'un seul. Je sais qu'il va s'y tenir, car comme il me l'a si bien expliqué, le principe de ce nouveau mode de relation est vraiment basé sur las transparence et l’honnêteté. Le problème est que je me fais des films sur ce qu'il va lui dire, imaginer les mots doux qu'ils s'échangent me rendent dans un tel état de stress. Étant tellement mal, j'ai craqué et ai consulté ces mails (chose que je n'avais jamais faite). J'ai lu ce long mail qu'il lui a envoyé où effectivement il décrit ce qui s'est passé ces deux dernières semaines mais ponctué de mots tendres, des choses que nous-même nous nous disions au début de notre relation et même des mots doux qu'on se dit toujours. Et là je n'arrive vraiment pas à me dire que ces mots-là, que j'aime tant entendre ne seront plus jamais destinés uniquement à moi, et ça me rend folle d'angoisse..De plus, il lui parle de choses et de moments qui lui font penser à elle, et parfois se sont les mêmes choses (notamment la musique ou un livre) que l'on partage aussi. Il lui dit même qu'il l'a aperçu lorsqu'il était dans la rue avec moi, et qui aurait eu envie de se jeter dans ses bras....comment digérer ça ? Comment inhiber ce sentiment de jalousie qui m’habite ? Comment gérer le fait que je ne suis plus "la seule" dans sa vie ? J'en ai lu des choses sur déconstruire la jalousie mais là j'avoue ne pas savoir comment gérer. J'ai aussi peur que cette nouvelle relation puisse l'éloigner de moi et prendre de l'ampleur par rapport à notre couple, par exemple qu'il commence à vouloir vivre aussi avec elle. Je sais que cette peur peut être la même qu'un couple en monogamie, mais elle est quand-même très présente. Et aussi, je sais que le but ce genre de relation n'est pas pour hiérarchiser, mais j'ai peur que les moments qu'il passe avec elle, il les ressente de façon extrêmement intense car plus rare, et donc possiblement mieux que ceux que nous avons...

Merci énormément à ceux qui auront pris le temps de lire mon long message. Je pars peut être un peu dans tous les sens et je pense aborder plus d'une problématique, mais si vous aviez des pistes de conseil, je suis preneuse.

Cam.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 20 juillet 2014 à 15h55

Bonjour !

Quelques réflexions, utiles je sais pas, bienveillantes sûrement.

- c'est normal que tu te sentes mal en ce moment. Pas parce que sortir de la monogamie c'est mal, mais parce que c'est un gros changement de ta vie, de toute façon, et qu'il y a eu une période de mensonge, même s'il a fini par engager le dialogue avec toi. Ton partenaire, tel que tu le présentes, semble faire les choses "au moins pire" (l'idéal c'est de parler poly avant de passer à la non-exclusivité, mais c'est pas un concept assez répandu et reconnu pour voir ça souvent), mais la confiance est abîmée, et il y a de l'incertitude dans l'avenir, c'est contraire à tes attentes de départ...
Ce que je tiens à dire, c'est que même si moi ou d'autres ici pouvons te parler du cadre poly, te faire de l'écho, ça ne minore en aucun cas que c'est douloureux. Je crois que ton compagnon le comprend, mais c'est important que vous sachiez aussi que cette peine n'est pas forcément seulement "contre" l'amante, contre ton mari : ta vie a des chances de changer, et tu flippes. Oui, du jour au lendemain c'est dur... et apparemment c'est pris en compte. Ca ne signifie pas que ça doit s'arrêter ou que si ça continue ça cassera tout pour toi, mais que tu es encore en train d'accuser le choc. Parler avec ton compagnon, parles nous ici, peut-être ailleurs, ça peut t'aider sur ce temps-là.
Félicitations, parce que c'est le chemin que tu empreintes toi-même, alors que dans beaucoup d'histoires, le choc est suivi de réactions parfois aussi destructrices.

- tes craintes et ton rejet s'incarnent dans l'idée que tu te fais de l'amante et de sa relation avec ton mari. Elle est l'élément déclencheur, donc tu imagines qu'elle a une influence sur les évènements beaucoup plus forte que toi.
Comme je te dis, l'intensité de ce que tu ressens n'est pas liée à qui est cette personne, ni comment elle a rencontre ton mari : ce serait n'importe qui, une fille moche, bête avec les oreilles de Jumbo, tu n'aurais pas moins peur. Elle aurait le même rôle à jouer dans la suite qu'une richissime héritière, Docteur en Neuropsychiatrie et Es Lettres, modèle de lingerie et ceinture noire de Kâmasûtra, : naze ou extra, ton compagnon éprouve un sentiment pour elle.
La question, c'est comment lui veut vivre, comment lui voudrais que le polyamour se passe (il ya mille façon de le faire, comme il y a mille façon d'être en couple mono) quelle place il te donne, quelle place il voudrait lui donner, quelle place elle voudrait, quelle place tu veux... Et celles que vous ne voulez pas.

Ce serait bien que ton compagnon te dise si lui sait ce qu'elle veut, et ce qu'il en pense.
Un des trucs qui peut-être pas de suite, mais par la suite, devrait avoir lieu, c'est que tu la rencontres.
Que vous parliez.
D'abord, ça te ferait sortir du fantasme. Tu réfléchiras à la situation avec quelqu'un de réel dans la tête, pas des ombres agrandies par l'éclairage de tes craintes.
Ensuite, ça les oblige eux à être aussi dans le concret de cette idée de polyamour : est-ce qu'ils veulent ça, quelque chose où on doit dire à chacun ses attentes.
Ca ne t'engage pas à accepter un mode de vie polyamoureux par la suite, ce serait à préciser en proposant une telle rencontre. Ca vous pousse à tenir compte des uns des autres par la suite, que ce soit dans un essai de polyamour ou que ce soit dans des choix d'exclusivité à gérer.

Un point : si vosu décidez d'avancer ensemble sur ces questions, quelles que soient les réponses, je te recommande de ne plus lires ses mails. Je semble un peu indiscret de te dire ça sans te connaître, mais à la lecture je te crois capable de comprendre pourquoi je me le permet.
Ca n'apporte rien que tu ne puisses savoir autrement, et ça risque de te donner un mauvais rôle : pour que lui puisse continuer à construire avec toi, il faut qu'il se sente respecté dans son effort actuel, malgré la blessure initiale qu'il ta infligée. Pas excusé, mais écouté. Si tu lui donnes de la confiance, ce geste confiant t'aidera toi-même à faire du solide et de "l'aimant" avec lui, quelle que soient vos décision,
Rétablis la confiance par le dialogue avec lui puis avec elle aussi peut-être : regarder dans les mails et pourrir ça dans ta tête sans lui dire a trop de chances de créer un conflit.

J'ajoute une note optimiste : vous semblez très mûrs, toi et ton amoureux. Vous agissez vraiment pas mal, étant données les circonstances. Et vous vous aimez. Je pense que lui ne te détestera jamais, même si tu lui montres que tu souffres, même si ça passe par des mauvais moments, et que tu ne le comprends pas. Il fera tout pour trouver quelque chose avec toi, dans la mesure de ses moyens. Je le connais pas, mais je pense pas me tromper.
Et telles que se sont déroulées les choses, le cadre pour que ça soit difficile mais pas apocalyptique est là, puis, peut-être que ça peut devenir encore meilleur (vous allez encore mieux vous connaître avec les dialogues qui vous attendent).
Encore une fois, félicitations pour ton désir de compréhension, pour le respect mutuel que vous montrez actuellement (lui respecte tes demandes de temporisation/ toi tu doutes pas de ses sentiments), pour la façon dont tu arrives à poser de bonnes questions constructives malgré l'angoisse.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 juillet 2014 à 18h20

Bonjour Camcam,

Je n'ai pas la patience de Siestacorta, ni sa capacité à écrire simplement des choses compliquées, je vais donc me contenter de te donner mon avis sur un point qu'il a abordé : le fait de lire les mails de ton chéri.

Je te confirme que, si tu peux prendre sur toi, la meilleure chose à faire est de ne plus lire ses mails. Je parle d'expérience, l'ayant fait une fois dans ma vie : pas volontairement, simplement mon mari avait oublié de se déconnecter de Gmail avant de fermer le navigateur internet et quand j'ai voulu aller consulter ma boîte, je suis tombée dans la sienne. Et donc j'ai lu des mails qu'il avait échangés avec son amante de l'époque (époque où, contrairement à aujourd'hui, je ne vivais pas bien le fait qu'il partage une intimité sexuelle et affective avec une autre que moi).

En bref, dans l'état dans lequel tu te es aujourd'hui, lire ses mails ça revient à verser de l'acide sur une plaie : ça fait très mal et ça ne sert à rien. Comme tu le décris très bien, ça va juste entretenir les craintes que tu éprouves, alimenter les scenarii que tu échafaudes déjà très bien toute seule. Et en plus, à moins de lui dire que tu as consulté ses mails, il va te falloir porter le poids de tout ce que tu as appris et que tu n'es pas censée savoir.
Si tu le peux, évite donc de le refaire, même si tu risques d'en avoir envie.

Pour finir, je rejoins Siestacorta pour t'exprimer mon admiration devant ton désir de compréhension et de questionnement malgré toute l'angoisse que la situation présente pour toi. Bon courage.

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 juillet 2014 à 18h44

Bonjour,

Pour en savoir plus sur moi, il suffit de cliquer sur mon pseudo et de lire.

Je pense que chaque humain et chaque situation est unique, donc donner des conseils... Je considère que tu seras capable de prendre et de laisser ce qui te semblera opportun. Je t'indique donc des sources de documentations afin d'alimenter ta réflexion. En générale dans ces situations il y a le cerveau (l'intellectuel), le coeur (les sentiments, les émotions) et le viscéral (ce que tu peux et ce que tu ne peux pas). Seul un équilibre entre les trois permet une bonne acceptation. Ainsi, lorsqu'une personne se découvre poly (parfois tardivement, moi j'avais 38 ans), la personne avec laquelle une vie commune avait été entreprise doit également faire un travail de recherche de soi, d'identification. Pourquoi ? Parce que la question : oui, mais moi dans tout ça ? viendra obligatoirement à un moment donné.

Donc, afin de TE découvrir et de LE comprendre, voici quelques titres de livres :

- Vertus du polyamour de YA Thalmann
- Les 10 plus gros mensonges sur l'amour et la vie de couple de YA Thalmann
- Garder intact le plaisir d'être ensemble de YA Thalmann
- Les gens heureux ne s'inquiètent pas de savoir si c'est vrai... ils se racontent de belles histoires de YA Thalmann
- Vive les plaisirs sexuels de YA Thalmann
- La polygamie pourquoi pas ? de Catherine Ternaux
- Aimer plusieurs hommes de Françoise Simpère
- L'intelligence du coeur d'Isabelle Filliozat

4 fils de discussion sont issus de ce dernier livre car, en matière d'amour, 4 points essentiels m'ont parus importants. Tu peux y accéder en indiquant leur intitulé [Ode à la JOIE ; Amour et Responsabilité ; Amour et Respect ; Amour et Gratitude] en haut à droite de ton écran à la place de rechercher puis tu lances la recherche avec la flèche.

#
Profil

jojodlacolo

le mardi 22 juillet 2014 à 13h12

Coucou
je ne voudrais pas passer pour quelqu'un qui ne sont sais pas de quoi il parle et les conseils de certains ne s applique pas forcément a d autre. La meilleure chose que je puisse te dire c'est DIALOGUE le fait de parler ensemble de s' expliquer de mettre les choses a plat peut et fait le plus grand bien crois moi!!! ;)
LE sentiment que tu éprouve j oserait dire naturelle car je le vis moi même cette impression que tout fou le camp et que il ya des milliers de choses qui se bouscule dans ta tête au point de croire que ton homme veuille partir..... Je dirais normal !!! Mais en parlant avec ton chéri et en expliquant que cet état de fait peut être réciproque cela te permettra j espère comme moi de te partir sur des bases saine....
cancan le dialogue est très important,plus de silence et de non dis nous avons adopté cela ma femme et moi pas d' interdit relationnelles ou sexuelle dans les DEUX sens car tu as aussi le droit d être polyamoureuse comme chacun de nous
si j ai pu t aider tant mieux et courage ma belle

#
Profil

laliloulou

le mardi 22 juillet 2014 à 13h37

Bonjour Camcam,

Je n'ai pas l'habitude de répondre à des discussions, mais ce que tu exprimes aujourd'hui me touche beaucoup.
En effet, pour vivre le polyamour de façon profonde et heureuse, je sais combien il est long et douloureux le chemin pour se libérer des souffrances que tu évoques.
Tu es en train de te rendre compte que tu n'es plus l"Unique" et en même temps, je te confirmes que tu es "Unique" et le restera toujours aux yeux de ton compagnon. L'amour qu'il te porte est unique et il t'aime pour ce que tu es. L'amour qu'il éprouve pour son autre relation est lui aussi unique et différent de ce que vous vivez ensemble.
Je vais te faire part d'une métaphore que j'utilise souvent dans mon entourage, qui fait sourire mais qui en général parle beaucoup.
Comme je suis très gourmande, j'adore les gâteaux! ;-)
Mon gâteau préféré est le millefeuille. Mais j'adore aussi le baba au rhum et la tarte au citron.
Si je ne devais manger plus que du millefeuille toute ma vie, je pense que je finirai par ne plus en avoir envie aussi souvent, et que les autres me manqueraient beaucoup... Mais il resterait certainement mon préféré.
Je pourrais tout aussi bien d'ailleurs aimer autant le millefeuille que le baba au rhum, voire, folie, la tarte au citron :D
Il est pour moi exclu de faire la moindre comparaison entre eux, car ils sont uniques et je les aime pour des raisons différentes...
Je sais, c'est un peu naïf et pourtant cela illustre bien les désirs et les amours multiples que nous pouvons rencontrer. Et puis ça fait sourire et ça dédramatise ;-)
Une dernière chose importante. Essaye, même si c'est difficile, de ne pas lire les mails et les textos de ton ami. Cela ne peut que te faire souffrir plus encore.
Tu es très courageuse et ouverte au dialogue. Bravo et bon courage à toi.

#
Profil

jojodlacolo

le mardi 22 juillet 2014 à 13h43

Si je ne devais manger plus que du millefeuille toute ma vie, je pense que je finirai par ne plus en avoir envie aussi souvent, et que les autres me manqueraient beaucoup... Mais il resterait certainement mon préféré(+)

tt a fait d'accord avec çà !!! tres bien dit laliloulou

#
Profil

Leolu

le mardi 22 juillet 2014 à 14h39

laliloulou
Si je ne devais manger plus que du millefeuille toute ma vie, je pense que je finirai par ne plus en avoir envie aussi souvent, et que les autres me manqueraient beaucoup... Mais il resterait certainement mon préféré.

J'ai eu l'occasion de raconter le polyamour ainsi à des profanes.
Pas avec des gâteaux, non, mais avec nos enfants ou nos amis, tous différents et pourtant uniques et indispensables.
Hé bien c'est un discours qui ne passe pas très bien.
"L'amour filial ou amical n'a rien à voir avec l'amour du couple".

Il me semblerait donc judicieux de raconter (ou de répéter) ce que les polyamoureux trouvent réellement dans chacun de leurs amours et qui les rend uniques et indispensables. Cela serait plus parlant, je crois...

#
Profil

Semeur

le mardi 22 juillet 2014 à 15h05

Bonjour Camcam,

je rejoins tout ce qui a été dit par Siestacorta et les autres. Étant moi-même dans une situation où je passe de la monogamie à quelque chose de plus ouvert (tout n'est pas encore défini, mais en cours de discussion…), je ne peux que t'inviter à parler, parler, et… te reposer !

La nouveauté «  brutale », nos projections, le stress, les contraintes de la vie quotidienne (travail, et pour nous, les enfants…) ont pourri pas mal de discussions dans notre couple.

Nous avons constaté qu'après une ou plusieurs bonnes nuits de sommeil, nous prenions les choses beaucoup mieux. Pas que ça les rende plus facilement acceptables, mais plus facilement discutables sans que ça tourne au conflit.

Ça peut paraître benet comme conseil. Mais ces discussions nous sont tellement «  vitales », elles touchent à nos désirs et nos peurs profond(e)s ainsi qu'à nos modèles relationnels, que nous avons eu souvent du mal à faire la part des choses, à savoir quand s'arrêter de discuter. Le repos est essentiel.

Appuyant les pistes de gcd68, je te conseille de lire :
- «  parle moi… j'ai des choses à te dire » de Jacques Salomé, pour assoir les discussions de couples sur des bases saines, avoir un vocabulaire commun avec ton amoureux et y voir plus clair, que le contexte soit «  mono » ou pas.
- «  vertus du polyamour » de YA Thalmann (ça se lit assez vite si tu as déjà fait du développement personnel)
- «  guide des amours plurielles » de Françoise Simpère. Plein de réponses à des questions essentielles, sous forme de textes courts, de témoignages. C'est rafraichissant, et très rassurant.

Je rejoins l'idée d'arrêter de lire les mails de ton amoureux, au moins sans son accord. J'ai cru un moment moi-même que la transparence était nécessaire au relations plurielles, mais ce n'est pas systématiquement vrai.

La transparence complète implique de tout savoir, implique que l'autre doit tout dire et ça peut vite tourner à l'inquisition. Ça empiète nécessairement sur ses libertés. Chacun a son jardin secret et doit le garder, que l'on soit en relation exclusive ou pas. Le curseur est à trouver entre vous, pour chaque relation.

Le fait que ton amoureux ne t'ai pas quittée malgré une autre relation amoureuse est un indicateur important de son amour pour toi, selon moi. Le fait qu'il en aime une autre ne signifie pas qu'il va partir. Ça reste possible, mais pas évident du tout. Cette idée a la vie dure dans notre société, mais c'est plus culturel qu'autre chose.

Nous sommes tous capables d'aimer plusieurs personnes. J'en suis la preuve vivante, et beaucoup d'autres sur ce forum aussi ;-) J'aime plusieurs personnes, je ne vais pas quitter ma femme pour autant, ni aimer moins mes enfants, ni passer radicalement moins de temps avec eux, d'autant qu'ils en ont besoin.

À la lecture de tes peurs — qui sont tout à fait naturelles, mais n'en reste pas moins que des peurs, et non la réalité — tu sembles peut-être avoir besoin de prendre un peu soin de toi. N'aies pas peur de tes peurs, confrontes-y toi, et tu verras qu'elles vont passer.

«  Ne croyez rien [de ce qu'on vous dit] tant que vous ne l'avez pas vécu et expérimenté vous-même » (Bouddha, via Françoise Simpère ; mais Siestacorta nous l'a rappelé il y a peu sur un autre fil). Si ça se trouve, ça va beaucoup mieux se passer que tout ce dont tu as peur ;-)

En espérant que vous trouviez une voie épanouïssante… Il est clair que vous semblez avoir un contexte personnel favorisant. Prenez le temps nécessaire pour creuser vos peurs, en parler à l'autre, ajuster vos désirs, exprimer vos besoins… Votre relation n'en sera que plus enrichissante.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Camcam

le mardi 12 août 2014 à 16h15

Merci à tous pour vos conseils et votre soutient qui m'ont énormément apportés.

La phase d'acceptation de la tromperie étant plutôt passée, je commence à être à l'aise avec l'idée que je ne serais plus jamais l'unique mais unique et qu'il sera primordial pour moi d'y trouver mon compte. Sans ça, j'ai bien conscience que notre relation sera déséquilibrée...
Je n'ai plus l'impression de subir et ai commencé à faire une liste de tout ce que cela peut m'apporter, de penser à ce que moi je veux et aussi de pouvoir me protéger au cas où (c'est à dire admettre la réalité, que même si j'en ai pas envie, que lui non plus et qu'on s'aime très fort, on ne s'est pas ce qu'il peut se passer dans l'avenir et que l'on doit tous deux savoir à quoi (et non à qui) se raccrocher en cas de rupture.

J'ai lu le livre de Françoise Simpère "le guide des amours plurielles" et comprend beaucoup de choses sur le conditionnement romantique et me rend compte que même si je n'ai jamais cru au prince charmant, je me suis fait une idée assez fausse de l'Amour. Je suis désormais convaincue que la dépendance affective fait plus de mal que de bien et, polyamour ou non, tout le monde gagnerait à travailler dessus.

J'ai aussi écouté et ré-écouté l'émission tous les chats sont gris de france inter qui avait pour invité Françoise Simpère (quelle femme!)
Ces interventions m'ont profondément marqué et ses paroles sont pleines de sagesse.
Elle parle également en toute fin d'émission des avantages d'un état à garder sous contrôle la structure existante du couple. Ça donne vraiment matière à réfléchir.

Avec mon compagnon, nous nous retrouvons, avons de profondes discussions, nous passons de très bons moments et nous nous disons de magnifiques choses qui m'aident énormément à accepter tout ça et à avancer. Il me parle sans me mentir de ses envies, pour notre couple, et aussi ce qu'il aimerait avec elle, et même si cela fait parfois du mal (sûrement parce que je ne suis pas encore capable de tout entendre), je préfère qu'il me parle de tout ce qui lui tient à cœur et qu'il réponde à toutes mes interrogations et mes craintes, comme ça j'ai le sentiment de pouvoir mieux connaître ce que je suis prête à accepter ou non.

Mais je suis souvent assaillie de grands moments de doute, avec mon accord, ils ont repris contact, et même si je suis sûre que le travail que je fais est bénéfique pour moi, j'ai souvent peur de ne plus pouvoir gérer ce que j'ai accepté ou que j'accepterai.

Merci encore à vous tous pour votre aide précieuse !

#
Profil

Leolu

le mardi 12 août 2014 à 16h30

Camcam
je ne serais plus jamais l'unique mais unique

penser à ce que moi je veux et aussi de pouvoir me protéger au cas où (c'est à dire admettre la réalité, que même si j'en ai pas envie, que lui non plus et qu'on s'aime très fort, on ne s'est pas ce qu'il peut se passer dans l'avenir et que l'on doit tous deux savoir à quoi (et non à qui) se raccrocher en cas de rupture.

Je suis désormais convaincue que la dépendance affective fait plus de mal que de bien et, polyamour ou non, tout le monde gagnerait à travailler dessus.

(+) Trois points qui me semblent primordiaux (+)
(et les hommes aussi devraient se méfier de la dépendance affective)

#
Profil

Pinklady

le mardi 12 août 2014 à 18h32

Tout a ete tres bien dit précédemment je ne rajouterai rien si ce n'est bravo pour le courage que tu as d'essayer de comprendre. Je pense que pour arrêter de fantasmer sur cette autre il vaut mieux la connaitre.Bon courage à toi.

#
Profil

Atior

le mardi 12 août 2014 à 20h27

J'ai été impressionné et vraiment touché par ton témoignage.
D'abords parce que cela ravive effectivement le moment ou j'ai vécu la même chose.
Mais surtout avec la vitesse ou tu as intégrée tout cela !
C'est d'autant plus difficile quand il n'y a pas simplement une relation sexuelle entre eux.
Il est possible qu'il y ait d'autres moments douloureux mais j'ai l'impression que tu as beaucoup de ressources.
Bon courage

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

jojodlacolo

le mardi 12 août 2014 à 20h35

Respect, juste respect....;)

#
Profil

boucledor

le mercredi 13 août 2014 à 23h44

Bonjour camcam,
Je suis également touchée par ton témoignage qui me ramène à mon propre "combat" contre la jalousie, les angoisses, les scénarios catastrophe qu'il m'arrive d'échafauder quand je pense à la relation que mon conjoint entretient à l'extérieur de notre couple...

Ça peut paraître benet comme conseil. Mais ces discussions nous sont tellement « vitales », elles touchent à nos désirs et nos peurs profond(e)s ainsi qu'à nos modèles relationnels, que nous avons eu souvent du mal à faire la part des choses, à savoir quand s'arrêter de discuter. Le repos est essentiel.
Je suis d'accord avec Semeur, le repos est salutaire... A l'inverse, les nuits sans sommeil, toutes ces heures passées à "se rendre malade", à gamberger, à tourner en rond...empêchent d'avancer et d'avoir les idées claires... et j'en sais quelque chose! Dans les premiers temps qui ont suivi la découverte de la liaison de mon mari, j'avais l'impression de ne penser qu'à ça (et ce n'était pas qu'une impression!)... je dormais peu et mal, me réveillais triste et fatiguée le matin, cela me poursuivais toute la journée et rebelote le soir suivant... Pendant cette période et pour éviter des discussions trop fréquentes, j'avais un besoin vital de coucher sur le papier toutes ces idées et toutes ces réflexions qui envahissaient mon esprit... j'ai écrit quantité de lettres à mon mari car j'avais besoin de le faire... Mais cela m'a fait beaucoup de bien aussi d'écrire sur ce forum car j'ai pris conscience que même s'il était primordial de communiquer avec son partenaire pour avancer ensemble face à ce genre de situation, il fallait aussi éviter de trop "parler de ça" pour continuer à VIVRE la relation. Le fait de partager ses angoisses et son questionnement avec d'autres personnes, qui en plus sont de bon conseil, est très important et ôte parfois un poids qui risque de peser sur la relation qu'on veut justement préserver...
Bon courage à vous! Le chemin est sans doute long et semé d'embûches, mais si l'amour est là, tout est possible...

#
Profil

Camcam

le mercredi 28 janvier 2015 à 16h39

6 mois ont passé depuis, et on y est, je baisse les bras et décide de le quitter...

J'ai bien intégré tout ce qui était propre au polyamour, ai bien compris les tenants et les aboutissants, était prête à vivre dans une nouvelle configuration, mais ce qu'il exige, l'égalité parfaite, dans tous les domaines, c'est trop pour moi. Je tiens trop à être la relation principale et n'arrive pas à trouver d'autres alternatives pour compenser.
C'est déjà tellement difficile de pardonner et d'oublier les mois d'infidélité et de mensonge, alors ajouter le fait qu'il m'impose son rythme avec elle (à savoir une soirée sur 2 en semaine + la moitié du weekend) ça devient impossible à vivre pour moi. Et si moi ne suis pas disponible un soir où l'on aurait pu être ensemble, je ne peux m'en prendre qu'à moi-même...

Comment faire lorsqu'on entend dire la personne qu'on aime : "C'est bon, on s'est vu hier soir, je peux bien aller la voir ce soir", ou pire "Il faut que j'apprenne à arrêter de te mettre en priorité". Qu'est-ce que cela signifie ? Ces phrases me hantent et ça m'horrifie de voir qu'il semble se "forcer" à penser de la sorte, comme s'il s'entraînait à faire rentrer dans sa tête les principes nécessaires à son nouveau mode de fonctionnement...

Je n'ai pas envie de tenir un agenda pour savoir quels soirs je suis autorisée à voir mon conjoint, je n'ai pas envie qu'elle et moi ai sa garde alternée. Ce n'est pas ma conception des relations.
J'ai compris où était ma limite. Je peux avoir de la compersion, accepter une autre relation, mais uniquement si je vois que je reste la relation primaire, et là, lui ne veut aucune hiérarchisation ; il me le montre autant dans l'organisation du temps que lors des événements autres. Si une semaine, il y a le moindre truc qui penche en ma faveur, il faut que je sache que la semaine d'après, un élément me sera retiré pour remettre la balance à niveau.

De plus, j'ai l'impression de ne plus être qu'un élément du décor. Un soir sur deux il me montre l'envie qu'il a d'aller chez elle, et le reste du temps, quand il est chez nous, il fait de l'ordinateur. J'ai le sentiment de le forcer à faire des activités avec moi. Et une fois l'activité faite, lui retournera sur son pc jusqu'à temps que je le re-sollicite à nouveau pour faire un truc ensemble. Et je dois me complaire dans cette situation, d'avoir l'impression d'être avec une personne qui est fou d'amour pour une autre qui représente la relation sans contrainte, et à côté, qui ne montre que très peu d'élan envers moi, qui semble vouloir de moi être la femme vacante à la maison, disponible s'il a la gentillesse de vouloir faire un truc avec moi, là ou au contraire, j'attendais plus de passion et d'amour en réaction à la situation.

Et lui reste sur ses positions, et refuse catégoriquement de revoir le rythme, alors qu'il est tout à fait conscient que cela me fait souffrir et que ça va mettre fin à notre relation. Parce que c'est ce qu'il veut et aussi (surtout?) parce qu'il sait (il me l'a dit lui même) que si on revoyait le rythme, cela entraînerait des conflits avec son autre relation. Dur pour moi de penser qu'il n'est pas influencé, et que son choix, malgré toutes ces contestations, se porte vers elle
Il préfère se dire que ce n'est pas le temps le problème, qu'on pourrait trouver une alternative sans toucher à l'agenda, et que mon problème c'est la non-exclusivité en elle-même et nos conceptions des relations qui diffèrent.
Il y a sûrement des choses vraies sur lesquelles il a raison mais il n'empêche que le rythme est quand même trop important pour moi, et le fait qu'il minimise mes besoins en me prétextant que ce n'est pas la vraie raison, me donne le sentiment de ne pas être entendue ou comprise.

C'est trop dur, je n'y arrive plus, la situation me rend trop malheureuse, je suis tellement focalisée sur ça depuis des mois, que je n'arrive à rien faire d'autre dans ma vie.
Je perds mon énergie, ma gaieté, j'ai l'impression de devenir aigrie, je n'aime pas la personne que je deviens et pense être assez lucide pour voir que je me fais du mal et dire stop.

Par contre, je pense continuer à venir régulièrement sur ce site où je trouve beaucoup de réflexions très intéressantes.

#
Profil

Camcam

le mercredi 28 janvier 2015 à 16h46

S'engager dans une relation amoureuse, ça doit être avant tout par rapport à ce que cela t'apporte à toi, comme bienfait, et si tu sens que ça ne t'apporte plus de peines que de joies, pourquoi continuer ?

#
Profil

Lagentda

le jeudi 29 janvier 2015 à 00h31

Bonjour Camcam. J'ai lu ton témoignage touchant, témoignage en deux temps, ce qui est intéressant, parce que cela montre une évolution : les relations ne sont pas figées.

Lui, en tout cas, semble figé sur une idée très mathématique de partage du temps. De ce que tu raconte, je comprends que ça puisse te peser. Ce qui semble être particulièrement problématique, c'est le fait que vous n'arriviez pas à vous entendre sur ces choix de partage du temps. On croirait qu'il n'entend pas ta souffrance. J'imagine que tu lui as demandé, mais que trouve-t-il de si satisfaisant à un partage aussi compté du temps passé avec elle et du temps passé avec toi ?
Ne se fait-t-il pas une illusion en confondant équilibre mathématique et équilibre émotionnel ? Ou, alors, est-ce que c'est lié à une nécessité d'arbitrer entre deux situations conflictuelles ? Peut-être que elle, aussi , met une pression similaire à la tienne, en en voulant plus. Et, lui, ne trouve pas d'autre solution satisfaisante que de se mettre à mi-chemin, ce qui lui permet de se dédouaner à bon compte de tout reproche sur l'inégalité de traitement,, enfin croit-t-il.

Lui as tu déjà parlé de tes projets de séparation ? Si oui, comment a t-il réagi ? Il ne s'agit pas de faire du chantage, mais de se poser la question, lui, comme toi (et aussi elle) de ce que ça pourrait gérer comme dynamique pour toi, pour lui, pour elle, si vous étiez séparés. Et, ça pourra aussi te permettre d'identifier les différentes raisons qui le retiennent avec toi.

En tout cas, bon courage... (et comme tu l'as bien dit, "si tu sens que ça ne t'apporte plus de peines que de joies, pourquoi continuer ?", je rajouterais peut-être un "comme ça" pour rester plus ouvert)

#
Profil

Camcam

le jeudi 29 janvier 2015 à 10h58

Oui je lui ai dit que j'envisageais de quitter notre appartement et qu'on se sépare.
Ça l'a rendu triste, a voulu qu'on cherche des solutions mais sans toucher au temps passé avec elle. Je lui ai présenté pourquoi c'était important pour moi d'y revenir, il a compris ma souffrance, mais lui préfère me laisser partir que revenir sur ça. Il m'a assuré qu'il ne voulait pas la voir tous les jours, que ce rythme entre eux allait toujours être la même si on était séparé. La différence c'est qu'il serait libre d'aller dormir chez elle (chose avec laquelle j'avais beaucoup de mal à accepter) (et au passage s'il dort chez elle ça veut dire qu'ils se voient tous les jours mais bref) et qu'ils vont pouvoir sortir librement en ville sans s’inquiéter de croiser une de nos connaissances qui n'est pas au courant de la situation (qui apparemment était une source de conflits entre eux).
Du coup, j'ai l'impression que ce à quoi il tient avec moi et qu'il aime chez moi, c'est insuffisant par rapport à tout ce que notre séparation va lui amener en retour. Et que le fait qu'il refuse de trouver un terrain d'entente sur le temps confirme mes dires. Et pour lui, ce n'est pas lui qui me rejette mais moi qui abandonne.

C'est cette fréquence son équilibre émotionnel. C'est satisfaisant pour lui parce que ça correspond à la façon dont il a envie de mettre en place ses amours multiples. Il me dit que des concessions il en a déjà fait pour moi, qu'il sait que c'est difficile mais qu'il est amoureux d'elle aussi et que maintenant il veut faire passer ses envies en premier.
Il m'a dit qu'il ne me demandait pas de changer ce que j'étais si je n'y arrivais pas ou si je ne le voulais pas mais qu'en retour, je ne pouvais pas lui demander de changer ce que lui est.
Mais moi je ne veux pas le changer, j'aimerais juste qu'on trouve une solution pour continuer à être ensemble, pour concilier nos envies et nos besoins..

#
Profil

Lagentda

le jeudi 29 janvier 2015 à 23h46

Ah, camcam, je compatis. Tu as l'air de quelqu'un de très bien, et tes sentiments t'honorent. Tu as su être patiente.
La situation est inconfortable, il est vrai. C'est toi qui semble souffrir le plus (même si bien sûr, ça n'exclut pas qu'il ait fait des efforts de son côté, qu'il ait fait preuve de contrôle). Et parce qu'il te faut des solutions à ton malaise, c'est toi qui porte la décision de la séparation. Et, pourtant, comme tu le dis très bien à la fin de ton message, tu as envie d'être avec lui (trouver une solution pour continuer) peut-être plus que lui, enfin, d'après ce qu'il te semble.
Je pense que la séparation (au moins temporaire) est la bonne solution (à condition bien sûr que ça ne soit pas une galère pratique) pour rebattre les cartes :

-de son côté (comme il l'a expliqué. Néanmoins, par exemple je ne suis pas sûr que la séparation avec toi suffira à lui enlever la gêne qu'il a peur de ressentir si des connaissances le croise en compagnie d'elle)
-de ton côté également. Tu vas devoir te réinventer en dehors de lui. Et je suis sûr que tu vas y arriver à terme. Et tu seras surprise de découvrir la femme que tu as en toi.

De plus, je me demande s'il n y a pas une forme de NRE (New Relation Energy) dans la dynamique de la relation qu'il a avec elle. Pas sûr, qu'en cas de NRE et d'essoufflement de celle-ci (à cause ou pas de la nouvelle donne), il ne soit pas plus lucide sur sa nostalgie de votre relation.
Bref, il ne faut rien espérer, mais rester ouvert.

Et, évidemment, tout se dire, c'est ça qui est important dans ce genre de situation de crise et de sortie de crise.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion