Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Moyens éprouvés ou à tester pour rencontrer d'autres polyamoureux

#
Profil

Clown_Triste

le mardi 22 février 2011 à 21h35

@Lulutine,

Permets-moi de préciser mon propos d'une manière que j'espère plus claire. Précisons aussi que je rebondissais sur les propos de Blusher dans le message au-dessus de mien.

En abordant une personne qui cherche une relation monogame et n'a jamais envisagé autre chose (je crois que ces personnes sont encore largement majoritaires), on prend le risque de se voir opposer un refus. Certes, on s'y habitue, mais l'expérience du rejet, même poli, est souvent difficile à vivre, décevante, désagréable.

Quand je parle d'"option", c'est par rapport à ce qu'évoquait Blusher :

On peut choisir de ne s'autoriser à s'intéresser de près et à avouer ses sentiments qu'à quelqu'un que l'on sait d'avance réceptif au polyamour, par crainte de rejets fréquents et douloureux quand la personne est d'orientation monogame.

On peut aussi décider d'oser et "d'y aller" dans l'espoir que la personne nous trouvera suffisamment intéressant pour questionner sa vision de l'amour. En faisant cela, on sait qu'on prend le risque d'être immédiatement "disqualifié" et rejeté. Mais, comme tu l'as souligné, on peut aussi avoir le chance de rencontrer quelqu'un prêt à une remise en question.
En parlant "d'attrait massif", j'ai bien mentionné que c'était souvent nécessaire, et non toujours. Simplement, plus la personne en face nous trouve intéressant/attirant, plus il y a de chance qu'elle accepte de faire un effort pour comprendre, pour se remettre en cause. Sinon, elle nous écarte simplement de son radar en nous étiquetant "zarbi à éviter" ;)
Évidemment, si c'est une personne polyamoureuse qui s'ignore, ça sera beaucoup moins compliqué que si c'est une personne profondément monogame rêvant d'un couple fusionnel éternel.

En parlant "d'attrait massif", je ne parlais pas forcément de "coup de foudre" ou d'envie de sauter sur la personne, là, tout de suite, en trompant son conjoint. Juste d'un intérêt fort qui fait dire : il / elle me propose autre chose que ce que j'attends, mais il / elle me plaît assez pour que je réfléchisse avant de dire simplement "non".

Sinon, à la fin, tu m'as paraphrasé ou simplement cité ?

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 22 février 2011 à 22h38

"paraphraseraiS", s'du conditionnel, a priori elle cite en se demandant si elle en trouvera l'occasion.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 23 février 2011 à 00h09

Clown_Triste
Sinon, elle nous écarte simplement de son radar en nous étiquetant "zarbi à éviter" ;)

Oui, je sais bien, beaucoup de gens m'ont déjà étiquetée...

Bon, pour l'histoire du choix, c'est vrai qu'on peut choisir de taire ses sentiments, et de faire "comme si de rien n'était", pour que ça ne se voie pas, mais n'en étant pas capable, j'avoue que j'ai du mal à envisager cette hypothèse (par contre, avouer des sentiments en sachant qu'il n'y en a pas en face ne m'a jamais posé problème...mais, va savoir pourquoi, j'ai parfois besoin de mettre les choses au clair, sinon je me sens mal).

Clown_Triste
Sinon, à la fin, tu m'as paraphrasé ou simplement cité ?

Juste cité, parce que je n'aurais pas dit mieux :) - et que si je l'avais dit, ç'aurait été une paraphrase.

#
Profil

PolyEric

le mercredi 23 février 2011 à 06h48

A propos de séduction, les femmes ne sont pas en reste, c'est le moins que l'on puisse dire. En inversant la théorie de Clown triste, on arrive à la conclusion que les femmes séduisantes possèdent le pouvoir de convertir les poly au mono amour.

Dans mon cas, c'est l'inverse qui se produit. Plus je suis séduit par une femme, plus je vais être moi-même, et donc, plus je vais être poly. Cette situation est très gênante pour moi dans les premiers instants de la relation, dans la mesure ou plus je vais être bien, plus je vais regarder ailleurs, ce qui ne manque pas de piquant. Bref, impossible de me convertir en usant de son pouvoir de séduction.

Voyons maintenant la situation ou j'essaye d'aborder une femme mono.

Dans ma tranche d'âge, de nombreuses femmes sont des déçus du monothéisme, pour ne pas dire des "traumatisées" du monothéisme, tout en semblant y adhérer à fond.

Autrefois, je me disais que c'était l'occasion d'amener la discussion sur le tapis avant de chercher à établir une quelconque relation. Je pointais la contradiction du doigt. D'un côté plein de problèmes, et de l'autre une adhésion sans faille à ce modèle périmé. Mais voilà. Bizarrement, si je fais ça, l'opposition est terrible.

Car ce qu'il faut comprendre, il me semble, c'est que l'adhésion d'une femme au monothéisme n'est pas entière du tout. C'est juste une croyance selon laquelle, lâcher ce modèle aboutit à être cataloguée de pute. Par suite, toute tentative de convaincre une femme de lâcher ce modèle revient à tenter d'attaquer son honneur, et son pouvoir séducteur vis à vis des hommes bien sous tout rapport.

J'en profite pour faire remarquer que le polyamour pose deux problèmes majeurs à une femme. "Ne pas être jalouse" et "Ne pas passer pour une pute".

Je parle de généralités qui bien entendu sont probablement totalement fausses chez une poly affirmée. J'en conviens mais je continue à parler de mon expérience qui malheureusement ne me fais pas rencontrer beaucoup de poly.

Que se passe t-il si je laisse démarrer la relation sans parler poly tic ? Et bien, une fois que la demoiselle a réussit son coup (m'avoir grâce à son invincible pouvoir de séduction), sa réticence à aborder la question poly est beaucoup plus faible, et cela n'a rien à voir avec mon côté séducteur !!! Je dirais même que mon éventuel côté séducteur joue davantage dans le sens de renforcer l'opposition que dans celui de favoriser la pénétration du sujet ! :-)

En effet, le côté séducteur de l'homme poly, aurait plutôt tendance à faire peur à une mono, car celle-ci peut penser qu'à être en permanence comparée (sur des sujets ou la séduction n'a pas beaucoup de pouvoir), elle risque de perdre l'homme convoité qui (à coup sûr ?) trouvera mieux ailleurs.

Car si les femmes sont assez sûres de leur pouvoir séducteur, elles ont en général des doutes sur leur pouvoir sexuel, et notamment sur leur capacité à pouvoir retenir un homme. Dans le stéréotype, les hommes sont censés quitter les femmes après avoir eu ce qu'il cherchait. Cette croyance pousse les femmes à faire semblant de ne pas avoir de besoin, voire à être contre la sexualité, dans l'espoir justement d'avoir une sexualité stable, ce qui est particulièrement contradictoire (elles essayent de jouir de ne pas jouir). Elles ont quelques problèmes à faire ça mais elles finissent bizarrement par y arriver.

Quoiqu'il en soit, les femmes que j'ai connues, ne croyaient pas tellement en leur capacité à retenir un homme par leur côté sexuel. Même quand elles arrivaient à me retenir, elles pensaient que ce n'était pas possible et qu'il y avait une arnaque qui allait leur tomber dessus, ou que ça n'allait pas durer, que je finirais par me lasser d'avoir tout le temps la même chose, ou que je trouverais mieux ailleurs, etc.

Bref, pour convertir une femme au poly, il vaut mieux ne pas être trop séducteur justement. Par contre, il faut s'armer de patience (moi je dis qu'il faut environ dix ans sans compter les prises de tête mémorables). Et sans compter les réprimandes que l'on subit sur ce site, à être traité de je ne sais quel affreux vilain qui ne laisse pas ces demoiselles penser par elles-même, comme si argumenter revenais à trafiquer les neurones. Pffit.

Et franchement, je me demande maintenant si ça vaut le coup tout ça. Je me demande si je n'ai pas perdu mon temps pour rien. Je me dis que j'aurais mieux fait de chercher une femme plus ouverte, plutôt que de m'acharner à chercher à convaincre celles avec qui je sortais.

L'autre option est aussi de faire avec ce qui est, plutôt que de vouloir changer les choses. Mais ça, ce n'est pas dans mon caractère. Et on en revient au choix. En ce qui me concerne, je n'avais pas le choix car j'étais comme ça, je voulais partager ma passion, mon bonheur, je ne pouvais pas faire semblant ni chercher ailleurs.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

tentacara

le mercredi 23 février 2011 à 14h29

Pour l'anecdote, je crois bien avoir pratiqué sans le savoir une sorte d'"inception" sur mon premier amoureux.

Nous nous sommes rencontrés pour la première fois il y a bientôt 5 ans lors d'un dîner improvisé avec une de mes très anciennes amies, son copain de l'époque et quelques uns de ses collègues (dont mon incepté).
Je parlai toute la soirée de ma vision de l'amour un peu décalée qui ne s'appelait pas encore polyamour dans ma tête, face à des gens que mes propos semblaient laisser bien froids. Il y avait bien ce beau mec là-bas, au bout de la table qui hochait la tête mais n'osait pas soutenir ouvertement le propos. Le lendemain, je m'envolais pour un an au Québec.

Un an après mon retour (deux ans donc après ce dîner), je retombe sur le beau mec au détour d'un site web. On s'écrit et le soir même, on se voit.. et il me reconnaît.
Les deux années passées avaient laissé le temps à ma graine d'idée de pousser. Il m'expliqua d'emblée qu'il était déjà dans une relation, ce qui loin de m'arrêter, me conforta dans l'idée que ce mec-là était pour moi.

Aujourd'hui, nous allons avoir un bébé, mon autre chéri sera son parrain, et la très ancienne amie qui a permis l'"inception" la marraine.
:D

Plutôt que de rencontrer des polys, mon conseil : fabriquez-les! Laissez grandir l'idée, touillez un peu, revenez dans quelque temps, et peut-être le miracle sera-t-il accompli . :)

#
Profil

LuLutine

le mercredi 23 février 2011 à 16h04

tentacara
revenez dans quelque temps,

Le temps c'est la clef (de beaucoup de choses d'ailleurs).

#

Tigre (invité)

le mercredi 23 février 2011 à 21h44

Eric:
"Dans ma tranche d'âge, de nombreuses femmes sont des déçus du monothéisme, pour ne pas dire des "traumatisées" du monothéisme, tout en semblant y adhérer à fond. "

c'est tres vrai mais pourquoi seulement les femmes: va faire un petit tour sur le pathetique mais pas ininteressant site "SOS cocu" que ma compagne m'a laissé un soir grand affiché sur l'ordi et tu constateras que les cocufié(e)s parfois aussi cocufieurs ne croient pas vraiment -réellement en la monogamie (en tout cas plus); en particulier sur le fil du forum "Croyez vous encore en la monogamie?"
La reponse est dans la question. Je l'ai parcouru à toute blinde et n'y ai pas vraiment vu de flagrante demonstration de ferveur promonotitude.

Je crois comme tenta que le temps est important et que la monotitude officiellement affichée n'est au mieux qu'un ideal abstrait au pire une soumission à la pression à la conformité (et je pense qu'hollywood fait plus de mal sur ce plan que l'Eglise de nos jours): c'est une institution: comme toutes les institutions elle se délite, soumise à la dure loi de l'entropie.

En attendant l'institution, fait beaucoup de casse, c'est sur.

#

(compte clôturé)

le jeudi 24 février 2011 à 00h10

Hier, une dame plutôt âgée m'aborde dans la rue pour me demander si je suis parente avec Claude Sempere, journaliste à la TV. Je lui dis que non, et que notre patronyme ne s'orthographie pas pareil. Elle acquiesce: "Ah bon. Je me demandais si c'était votre mari... ou l'un de vos maris! - Ni l'un ni l'autre, car tant qu'à faire, je les choisis avec des noms différents. -Vous avez raison, conclut-elle en éclatant de rire, sinon on ne s'y retrouve pas." Jamais il y a dix ans un tel dialogue n'aurait été imaginable avec une femme de cet âge dans ma banlieue plutôt "bourge". Preuve qu'à force de répéter les choses, de les écrire, de les vivre... et de ne pas avoir l'air totalement allumée, on fait doucement progresser les mentalités. Ce sera reposant pour les pluriamoureux si un jour ne se pose plus la question du "regard des autres". Ce n'est pas qu'on souhaite que tout le monde soit pluri (ce serait imposer une nouvelle norme), mais qu'on souhaite vivre comme on aime et aimer comme on veut sans susciter regards bizarres et commentaires désagréables. Eh bien, ça avance :)

#

amantparis (invité)

le vendredi 25 février 2011 à 15h09

Je ne m'attendais pas à "rencontrer" Françoise dans une discussion sur ce site. Mais à la réflexion, c'est logique. ;-)
En effet, les mentalités évoluent. Et je dois dire que, depuis que je mène une vie "peu fidèle", pas mal de femmes m'ont parlé de vos livres. Je viens tout juste de finir le "guide".

J'y ai trouvé écrit clairement, ce qui était déjà mon intime conviction sur bien des sujets. Oserais-je dire que le propos sur la liberté du couple y est inclus dans une réflexion bien plus large sur la liberté de penser et d'agir, sur le droit de disposer de son corps, sur l'hypocrisie de la société, et finalement sur la finalité de nos vies ? Sans flatterie, je trouve qu'il aurait sa place dans l'enseignement de la philosophie, bien plus utilement que Nietzsche ou d'autres...

Je pense être trop "formaté" par ma culture, ma vie, mon éducation, pour adopter un mode de vie si contraire a mes 20 premières années de conjugalité exclusive. j'en suis donc a une vie "modérement" adultérine, mais sans tromperie vis a vis de ma femme, puisqu'elle n'en ignore rien. Mais c'est bien grâce a elle, a son amour et a son intelligence, que j'ai pu me libérer du carcan (inconscient) dans lequel j'étais pris.

Ce sont des femmes comme elle et vous qui font notre monde bien plus doux. Soyez en remerciées.

#
Profil

amantparisien

le vendredi 25 février 2011 à 15h10

Désolé, je n'étais pas logué quand j'ai posté la réponse ci dessus...

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 25 février 2011 à 20h43

Si ta femme est au courant et qu'elle t'a aidé à sortir des carcans, je ne comprend pas bien où c'est adultérin ?

Je comprendrais si elle était au courant mais en désaccord et malheureuse, mais avec ces détails là...

Et sinon, touche pas à mon pote Nietzsche, sinon il va t'arriver des bricoles.

#
Profil

amantparisien

le lundi 28 février 2011 à 10h55

Je ne m'attache pas forcement a definir "strictement" ce que je vis.

J'entend par adulterin, un mode de vie ou l'exclusivité sexuelle est rompue, disons.
Ma femme est intelligente et comprehensive, mais pas heureuse de mes aventures.
Elle préférerai un mari fidèle.

Mais elle comprend mes tentations, mes envies, et dans la mesure ou je ne suis pas un "infidele compulsif", et au vu de ma tres longue fidélité passée, elle m'accorde ce qu'elle ne peut empecher.

Nous ne sommes pas un couple de lutins, au sens entendu par Françoise.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 28 février 2011 à 14h35

Ok.
Mais tant qu'elle est d'accord, et que, même si elle n'en a pas l'usage, tu lui accordes la même liberté, tu tends beaucoup vers un fonctionnement polyamoureux.

La notion d'adultère, c'est plus par rapport au couple au sens "juridique", le fait conjugal.
Si quelqu'un te confronte à la loi ou à un ordre moral, c'est ton propre regard critique, pas ta femme, ou ta famille, si je comprend bien. Utiliser ce mot "dur" est une façon, sans doute, de gérer la culpabilité de faire souffrir ton épouse.

#

(compte clôturé)

le lundi 28 février 2011 à 16h23

Par ailleurs, l'adultère ne concerne que les relations sexuelles et ce qui peut s'ensuivre /comme un enfant adultérin par exemple - ça ne concerne pas le fait d'aimer quelqu'un d'autre.

L'amour, c'est quelque chose qui se ressent - pas un acte qu'on peut accomplir, ni voir.

#
Profil

amantparisien

le mercredi 02 mars 2011 à 14h49

Siestacorta
Mais tant qu'elle est d'accord, et que, même si elle n'en a pas l'usage, tu lui accordes la même liberté, tu tends beaucoup vers un fonctionnement polyamoureux.

La notion d'adultère, c'est plus par rapport au couple au sens "juridique", le fait conjugal.

Si quelqu'un te confronte à la loi ou à un ordre moral, c'est ton propre regard critique, pas ta femme, ou ta famille, si je comprend bien. Utiliser ce mot "dur" est une façon, sans doute, de gérer la culpabilité de faire souffrir ton épouse.

J'emploie le mot "adultere", plutot par honneteté intellectuelle. Je ne me cache pas que je "faute" selon les criteres sociaux "officiels". J'assume le fait de n'être pas dans le moule.
contrairement a plein d'hommes qui se mentent a eux meme en minimisant l'importance qu'ils donnent a l'acte.
Je n'ai jamais voulu me rassurer en me disant que ce n'était qu'une histoire de c...
c'est bien plus que çà pour moi.

#
Profil

Elfe66

le mercredi 02 mars 2011 à 15h39

Hyo
Punaise, on y est tous sur adopte, c'est de la folie lol
Par contre on y croise aussi beaucoup de "queutardes" qu'arrivent pas à oublier leur ex. Sauf que généralement, elles assument moins ;)

Bonjour Hyo
c'est pourtant là que j'ai rencontré mes deux z'amoureux du moment, avec lesquels je vis une belle histoire d'amour, même si douloureuse avec l'un d'entre eux ... parce que complexe ... mais vous voyez en tout cas une (moi lol !) qui ne se considére pas comme une queutarde et qui est fidèle à ses Adopte-men, et eux aussi pour le moment ! ;-)
En tout cas j'ai toujours assumé ! :-)

#
Profil

Blusher

le mercredi 02 mars 2011 à 17h02

undefined
On peut aussi décider d'oser et "d'y aller" dans l'espoir que la personne nous trouvera suffisamment intéressant pour questionner sa vision de l'amour. En faisant cela, on sait qu'on prend le risque d'être immédiatement "disqualifié" et rejeté.

Pas "immédiatement. Au début d'une relation, ça passe assez bien, après quelques mois c'est une autre paire de manches.

Si la liberté amoureuse fait partie de tes valeurs centrales, il n'y a pas tellement d'autres alternatives que de prendre ce risque.

D'ailleurs, il me semble important de ne pas voir ça comme un risque mais comme une opportunité. Il s'agit d'une chance de réveler une confiance en soi inébranlable sur un sujet tellement tabou que la plupart des hommes l'évitent conscienceusement.

Déclarer à une femme d'avoir le goût de la diversité des etreintes, c'est une bouffée d'air frais pour beaucoup d'entre-elles. Elles ne sont pas dupes. Son ex l'a trompé avec sa meilleure copine? Son Père avait une affaire avec sa secrétaire? Rien de nouveau sous le soleil donc. Ce qui est nouveau, c'est que pour une fois, le mec lui annonce la couleur dès le début.

D'une, on fait plus facilement confiance à quelqu'un dont les intentions sont claires et avouées qu'à celui qui les dissimule tant bien que mal. La peur d'être trahie s'envole comme un mauvais souvenir. Au moins avec vous, elle aura la vérité, aussi déplaisante soit-elle.

Secundo, vous lui accordez, implicitement ou non, la même liberté. Etait-elle tentée de tromper son ex? Est-elle passée à l'acte? Les noeuds à la cervelle et les remugles de culpabilité en rentrant d'une soirée entre filles: finis.

Alors oui, ça vaut le coup de jouer cartes sur table. D'expérience, plus on est rôdé et sûr de son fait plus on emporte l'adhésion à ce mode de fonctionnement de la relation et ce en quelques mots.

J'insiste là-dessus 'en quelques mots'. Le long monologue sur la philosophie polyamoureuse peut vous faire passer pour une sorte de témoin de Jéhova. Je suis partisant de quelques phrases prononcées avec une assurance nonchalante. Plus vous faites long, plus vous avez l'air de vous justifier.

Voilà, maintenant, ça c'est vu d'un oeil masculin. je serais curieux de lire comment les filles s'y prennent; :)

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

tentacara

le mercredi 02 mars 2011 à 17h15

En ce qui me concerne, je m'y prends à peu près de la même façon. Voire même un peu plus radicale, vu que le plus souvent, ma vie sentimentale est connue de mon interlocuteur avant même qu'il soit entre nous question de séduction.
Je crois que ma façon d'aimer fait intégralement partie de ma personnalité. Si une personne me plaît, que l'attirance me paraît réciproque, je tiens beaucoup à me montrer sans fard. Je n'ai pas de temps ou d'énergie à perdre avec une relation basée sur une image contrefaite de qui je suis ou ce que je peux offrir et attendre. Cela m'est fort utile aussi pour moins souffrir d'un rejet. Si je ne plais pas en tant que moi-même, j'aime autant le savoir vite et je pars sans regret.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 02 mars 2011 à 22h58

tentacara
Je n'ai pas de temps ou d'énergie à perdre avec une relation basée sur une image contrefaite de qui je suis ou ce que je peux offrir et attendre. Cela m'est fort utile aussi pour moins souffrir d'un rejet. Si je ne plais pas en tant que moi-même, j'aime autant le savoir vite et je pars sans regret.

+1 (+)

#
Profil

Jena

le dimanche 06 mars 2011 à 00h47

tentacara
Pour l'anecdote, je crois bien avoir pratiqué sans le savoir une sorte d'"inception" sur mon premier amoureux.

Nous nous sommes rencontrés pour la première fois il y a bientôt 5 ans lors d'un dîner improvisé avec une de mes très anciennes amies, son copain de l'époque et quelques uns de ses collègues (dont mon incepté).

Je parlai toute la soirée de ma vision de l'amour un peu décalée qui ne s'appelait pas encore polyamour dans ma tête, face à des gens que mes propos semblaient laisser bien froids. Il y avait bien ce beau mec là-bas, au bout de la table qui hochait la tête mais n'osait pas soutenir ouvertement le propos. Le lendemain, je m'envolais pour un an au Québec.

Un an après mon retour (deux ans donc après ce dîner), je retombe sur le beau mec au détour d'un site web. On s'écrit et le soir même, on se voit.. et il me reconnaît.

Les deux années passées avaient laissé le temps à ma graine d'idée de pousser. Il m'expliqua d'emblée qu'il était déjà dans une relation, ce qui loin de m'arrêter, me conforta dans l'idée que ce mec-là était pour moi.

Aujourd'hui, nous allons avoir un bébé, mon autre chéri sera son parrain, et la très ancienne amie qui a permis l'"inception" la marraine.

:D

Plutôt que de rencontrer des polys, mon conseil : fabriquez-les ! Laissez grandir l'idée, touillez un peu, revenez dans quelque temps, et peut-être le miracle sera-t-il accompli . :)

Très mignon !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion