Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment j’aime ?

Témoignage
#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 15 avril 2015 à 21h44

Je n’ai jamais vraiment su définir ce qu’est exactement le sentiment qui m’anime quand j’aime, bien qu’il soit souvent étiqueté comme étant soit d’amour, soit amoureux ou soit amical. Pour moi l’amour n’est ni ceci, ni cela, ou plutôt cela me plaît de croire qu’il n’est pas ceci, ni cela.

Y a t- il une échelle de valeur ? Comment mon « je t’aime » pourrait valoir plus qu’un autre ?

C’est difficile pour moi de savoir ce qu’est la qualité d’un de mes « je t’aime », ou de prétendre savoir en prendre la mesure. Il y a des échelles qui sont pourtant proposées, suivant ce qui est vécu certainement. Mais je ne m’y retrouve rarement, j’ai l’impression d’avoir en moi comme un curseur qui va et vient, non pas à sa guise comme un coquin qui s’amuse, mais plutôt comme une sensation de l’instant de ce que je vis là de suite avec cette personne.

En cet instant de ma vie j’ai plutôt le sentiment d’un état amoureux presque permanent en moi.

Du coup aimer sans me sentir amoureuse ? Je crois bien pourtant qu’à chaque fois que j’aime je suis amoureuse ☺ , d’hommes ou de femmes avec qui un instant d’intimité est partagé, qu’il soit sexuel, intellectuel ou émotif … ou les trois à la fois ☺ . Que cela soit une rencontre éphémère ou suivie je la vis ainsi.

Je « tombe amoureuse » à chaque belle rencontre.

J'ai tant et tant à vivre encore que je ne saurai ce que j’ai vraiment vécu, avec qui et comment qu’à mon dernier souffle ☺

Mes relations, éphémères ou suivies, celles sans projets ou sans trop d’engagements, les amicales, les intellectuelles ou les sexuelles (ou tout à la fois ☺ ) elles ne pourraient exister si je n’aimais pas les personnes, et si l’intimité est forte, même si elle n’est pas sexuelle (la relation) ou pas encore, je me sens vraiment amoureuse. C’est vraiment cette énergie-là qui me porte vers l’autre, sa rencontre et sa connaissance, c’est cette énergie-là toute particulière qui permet la beauté du moment et des échanges.

Quand je dis « je t’aime », c’est à chaque fois comme une respiration, cela me procure une joie particulière, quand je pense « je t’aime » sans le dire à haute voix à une personne, l’effet est presque identique. C’est juste bon à vivre, délicieux et plein de frissons.

Je ne « tombe pas amoureuse » facilement, même si cela m’arrive plutôt régulièrement, surtout par période il me semble, mes choix sont étonnants et variés. Peut-être même que je ne choisis pas, c’est comme une rencontre qui s’impose.

Pouvoir le vivre ainsi est libérateur pour moi. Pouvoir le partager avec ceux que j’aime, et avec vous ici, est un soulagement. Ne plus devoir me cacher de personne en public est une vraie réussite personnelle. Pouvoir en parler en famille, comme avec mes enfants ou ma mère, est comme une réparation intérieure de tout mon être.

Je suis gâtée car je suis aimée au pluriel de bien belles et différentes façons.

Pourtant parfois je souffre, parfois même terriblement.

Et cela m’interroge énormément !

Comment moi je peux encore souffrir dans une relation où j’aime quand j’ai déjà tant d’amour offert chaque jour ???

J’ai quelques pistes de réflexions : parfois j’accuse la société et son conditionnement, parfois je doute d’avoir réussi à déconstruire la morale et ses méfaits sur ma culpabilité, parfois il me semble que je cherche l’absolu en tout … Parfois je projette seule (sans emmener l’autre « pour de vrai » dans mes rêves) et me voilà souffrant de trahisons ou d’incompris quand je réalise que je me suis illusionnée, toute seule … Parfois cela ne me plaît plus de continuer une relation et cela m’attriste de perdre la flamme. Parfois la relation se distend et je me sens abandonnée … et j’en oublie ☺

Je ne sais plus où j’ai lu ça, mais cela me touche et me fait souvent réfléchir : « l’amour malheureux ne s’apprend pas, l’amour heureux s’apprend »

J’ai encore tant à apprendre, à expérimenter et à aimer !

Youpi !

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 16 avril 2015 à 00h56

Je t'aime <3 :)

#
Profil

bouquetfleuri

le jeudi 16 avril 2015 à 07h06

Tes mots résonnent dans notre vie comme un trésor lumineux, une chanson d'amour qui nous rend légers.
Youpi !

#
Profil

coquelicot

le jeudi 16 avril 2015 à 08h37

(+) <3

#
Profil

remi

le jeudi 16 avril 2015 à 10h39

:-D (+)
Profond et émouvant

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Nurja

le jeudi 16 avril 2015 à 11h16

C'est beau. :-)

#

(compte clôturé)

le jeudi 16 avril 2015 à 11h22

@Lili-Lutine
j’ai des doutes sur ma compréhension de ton ressenti: peux tu préciser stp?
Est-ce que c’est
quand j’aime, je souffre car aimer c’est souffrir un peu,
ou la “polygamme” de tes sentiments pluriels t’amènent des jugements de ton entourage ou de ton démon intérieur ou des retours de tes amants qui te font chuter amèrement?
Personnellement, j’aurais tendance à penser que la pluralité des relations affectives au sens large est plutôt un gage de résilience quand une de ces relations explose ou se désagrège (même si par ailleurs cela peut impliquer des risques de burnout aussi).
Sur la question, aime t-on sans être amoureux, j’oserais une analogie: le fait d’être heureux dans sa vie n’indique pas que l’on vit des moments de bonheur à chaque instant, plutôt le fait que l’on est disponible à ces “whaou moments” et confiant dans leur retour et/ou en mesure de les provoquer quand ils tardent.
Si être amoureux c’était être disponible à ses émotions amoureuses, confiant en leur retour ET en confiance dans la ou les relations intimes?

#
Profil

Apsophos

le jeudi 16 avril 2015 à 12h31

TL;DR: DOUZE

#
Profil

Lili-Lutine

le jeudi 16 avril 2015 à 12h48

:-)

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Lili-Lutine

le jeudi 16 avril 2015 à 13h14

Tigreminou
@Lili-Lutine

j’ai des doutes sur ma compréhension de ton ressenti: peux tu préciser stp?Est-ce que c’est
quand j’aime, je souffre car aimer c’est souffrir un peu,

Oh que non ! Aimer n’est pas souffrir pour moi, et j’espère ne le sera jamais ☺ Quand je parle de mes souffrances il s’agit plus de petits deuils que je fais, d’ailleurs il y a plein de petits deuils que j’apprends à faire ☺ . Aimer pour moi est plus un cheminement que je vis de plus en plus en conscience, peut-être même que ma liberté d’aimer aujourd’hui justement me permet de relier mes corps cœur et esprit ☺ . Je me sens encore en apprentissage ! Aimer au pluriel m’a ouvert une conscience et a donné du sens à ma vie d’une manière assez claire, comme si je devenais lucide. Il est peut-être encore tôt pour moi pour bien écrire et expliquer ce qui me traverse. Cet écrit fait partie certainement d’un processus en cours.

tigreminou

ou la “polygamme” de tes sentiments pluriels t’amènent des jugements de ton entourage ou de ton démon intérieur ou des retours de tes amants qui te font chuter amèrement?

Pkoi polygamie ici ? Concernant les jugements extérieurs ou mes démons évidemment je me suis tant « ouverte » à moi-même avec les autres que parfois j’en ai pris plein la gueule comme on dit ☺ Aujourd’hui cela ne se produit plus, je suis plus empathique peut-être , en tout cas la parole de l’autre si sa visée est de me blesser n’a plus du tout le même impact sur moi.

tigreminou
Personnellement, j’aurais tendance à penser que la pluralité des relations affectives au sens large est plutôt un gage de résilience quand une de ces relations explose ou se désagrège (même si par ailleurs cela peut impliquer des risques de burnout aussi).

Un gage de résilience ? Suivit de burnout ? Là aussi mon chemin de connaissance me permet aujourd’hui de mieux savoir ce qui est bon pour moi, pourquoi et comment cela se peut. Mes choix de vie, comme ceux de mon organisation, mes choix même matériels ou alimentaires m’offrent en ce moment la promesse d’un bien vieillir serein ( j’ai 53 ans )

tigreminou
Sur la question, aime t-on sans être amoureux, j’oserais une analogie: le fait d’être heureux dans sa vie n’indique pas que l’on vit des moments de bonheur à chaque instant, plutôt le fait que l’on est disponible à ces “whaou moments” et confiant dans leur retour et/ou en mesure de les provoquer quand ils tardent.

Rassures toi, je ne vis pas dans un état extatique permanent ☺ Quand je parle de mon ressenti en étant comme dans un état amoureux permanent, c’est comme une image je pense, cela veut dire que j’ai la sensation d’avoir mon cœur bien plus grand ouvert, et de voir le monde avec des yeux peut être par moment comme les enfants. Je suis aussi très consciente des malheurs et tourments du monde dans lequel je vis , mais aujourd’hui ma quête n’est plus la recherche d’un monde parfait ou d’amours parfaites etc. Elle est plus, me semble-t-il, dans l’acceptation qu’en faisant de mon mieux et suivant mes moyens je trouverai cet espace au milieu de mon monde et des humains qui me permettra d’être bien heureuse là où je suis tout simplement.

tigreminou
Si être amoureux c’était être disponible à ses émotions amoureuses, confiant en leur retour ET en confiance dans la ou les relations intimes?

La confiance j’essaye surtout de l’installer durablement en moi. À travers quelques expériences j’ai bien remarqué comment cela impacte mes relations, quelles qu’elles soient d’ailleurs. Il me semble que si je suis dans une posture permanente "d’attendre un retour" cela me causerait certainement plus de tourments que de joie ☺ . Et puis là où j’en suis je suis presque convaincue que mes émotions amoureuses ne peuvent exister que si l’autre m’y autorise, même si cela ne se peut que brièvement. Merci pour ton retour, mais sache que je suis en construction ☺ et que chaque jour qui passe m’offre souvent quelques outils ou connaissances supplémentaires pour m’aider à nourrir la flamme de mes envies de vie sans me brûler ☺ et tes mots y contribuent évidemment , comme tous les partages que je vis . Je grandis ☺

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

Tigre (invité)

le jeudi 16 avril 2015 à 13h23

Merci je comprends un peu mieux

En fait c'était poly-gamme ,un calembour pour refléter l'idée d'une gamme, d'une continuité de sentiments pluriels.
C'est toujours une petite honte d'expliquer des calembours pas droles, on s'habitue pas.

#
Profil

Lili-Lutine

le jeudi 16 avril 2015 à 13h28

Tigre
Merci je comprends un peu mieux

En fait c'était poly-gamme ,un calembour pour refléter l'idée d'une gamme, d'une continuité de sentiments pluriels.

C'est toujours une petite honte d'expliquer des calembours pas droles, on s'habitue pas.

(+)

#
Profil

LuLutine

le vendredi 17 avril 2015 à 16h53

Tigre
En fait c'était poly-gamme ,un calembour pour refléter l'idée d'une gamme, d'une continuité de sentiments pluriels.

Moi j'avais compris ;)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion