Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le rayonnement en disgrâce ?

Jalousie
#
Profil

bonheur

le samedi 18 mai 2019 à 14h45

Je met volontairement dans le thème "jalousie".

Etre rayonnant m'apparait comme mauvais. Quelqu'un qui donne sourire, joie, bonheur, positivité, est la bête noire des personnes jalouses.

Je ne parle même pas des coups de foudre inattendu qui provoquent des réactions toutes aussi inattendues ! Je parle uniquement d'une interaction heureuse, spontanée, avec des personnes lambdas.

Quand être naturellement heureux, bien dans l'interaction avec d'autres personnes se voient revenir à la figure son attitude... doit-on à l'avenir devenir froid et neutre en public ?

Doit-on se conformer à ce monde inexpressif, neutre, inhumain pour ne "blesser" personne ?

#
Profil

alinea7

le samedi 18 mai 2019 à 15h02

Il y a des gens pudiques qui mettent du temps avant de se sentir suffisamment en confiance pour s'ouvrir un peu. Et qui peuvent se sentir agressés par l'expansivité de quelqu'un, par quelqu'un qui rentre dans leur bulle sociale. Faut-il les tuer à la naissance ? Ou ont-ils le droit de ne pas être en affinité avec cette extraversion ?

J'aurais tendance à dire que chacun est tel qu'il est mais qu'on ne peut avoir l'attente de plaire à tout le monde. En vouloir à ceux qui n'aiment pas ce genre de comportement, c'est dommage : choisissent ils de réagir en fonction de qui ils sont eux-mêmes ?

#
Profil

bonheur

le samedi 18 mai 2019 à 15h20

C'est dommage en effet. Et trouver cela normal encore plus. Je suis en colère contre la banalisation et l'encouragement de cela.

Que l'on est des difficultés, je le comprend et je serai la première à tendre la main. Mais qu'une personne se sente agressée d'une attitude heureuse et non malveillante, je trouve que c'est un comble.

#
Profil

bonheur

le samedi 18 mai 2019 à 15h22

alinea7
Faut-il les tuer à la naissance ? Ou ont-ils le droit de ne pas être en affinité avec cette extraversion ?

Il y a une différence entre ne pas être en affinité avec l'extraversion (on ne peut pas tous l'être) et indiqué l'extraversion comme comportement désagréable voir nocif.

#
Profil

bidibidibidi

le samedi 18 mai 2019 à 16h26

bonheur
Etre rayonnant m'apparait comme mauvais.

Je pense que tu dis cela en réponse à la discussion "au fond du trou". Et non, ce n'est pas être rayonnant qui est mauvais, c'est allumer qui l'est. Et il y a une différence non négligeable entre les deux.

Être rayonnant, c'est laisser sortir son bien être et le transmettre. Allumer, c'est chercher à attirer le regard de l'autre, à prendre de l'attention.

#
Profil

Keya

le samedi 18 mai 2019 à 16h58

.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 18 mai 2019 à 18h20

Je crois que rayonner parce qu'on est extraverti et s'absorber dans la séduction, ça se recoupe que partiellement.
Clairement on peut pas tout contrôler, s'interdire d'être qui on est. Ca dispense pas d'être prêt à se cadrer un peu.
ex : si tu joues, tu dis que je suis là et qu'on est en relation, ou de temps en temps tu jettes un œil de mon côté et tu me laisses pas seul.e sauf si je te dis c'est ok (ça ça peut varier dans le temps, cette réassurance live), évite de l'emballer direct sans m'avoir un peu prévenu.e ... Bon c'est des exemples, à appliquer en fonction de chacun, yen a qu'un truc gênera d'autres pas. En gros, les "naturels" de chacun peuvent pas être empêchés, mais chacun doit faire avec le naturel de l'autre, donc inventer le truc entre les deux. C'est pour ça que dans chaque relation, on se comporte un peu pareil ET un peu différemment... Parce que ce qu'on fait avec et pour l'autre change.

(et sinon les comportements de séduction entre hommes et femmes ont pas forcément la même portée et le même enjeu mais c'est sans doute pas le sujet)

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le samedi 18 mai 2019 à 19h42

Je suis admirative de la différence qui est faite, car pour moi, je pense qu'il n'y en a pas. C'est plus la façon dont l'autre la ressent, cette "différence" qui fait qu'elle existe. Et comme dit Siestacorta, en admettant qu'il y en ai une, ça se recoupe (disons à un plus ou moins grand degré, suivant les cas).

Etre dans le contrôle ? Qui a toujours été dans le contrôle ? On vit en permanence dans le contrôle ? Et puis, comme tu l'expliques dans ton exemple YBED, même quand on a mentalement une barrière, on reste quand même dans l'attraction de l'autre. C'est ainsi ! Et non, ça ne veut pas dire autre chose que l'on vit bien la chose, l'instant et évidemment, que pour cela le reste du monde est inexistant. Si l'on reprend l'exemple de la caissière qui se fait envoyer à la figure ses sourires et ses regards. La petite copine est dans "elle séduit volontairement devant moi et donc elle me fait mal volontairement". Cette posture est fausse et impacte tout le monde. C'est là que je dis que le rayonnement est en disgrâce.

Donc rayonner et séduire, ont certainement plus que des recoupements partielles. En fait, n'est-ce pas plutôt le vécu de l'autre qui transforme et surtout place une étiquette là où elle n'est pas.

Dans ton récit YEDB, comment penses-tu que le commun vous est perçu ? Comme rayonnant ou comme étant dans un jeu de séduction ?

Tu n'y prend pas plaisir, est de ressenti de toi. Tout ressenti est légitime. J'ai eu un client qu'il a fallu remettre à sa place car il devenait vraiment lourd dans ces gestes en plus de l'être dans ses attitudes. J'avais eu l'intelligence, étant au travail, d'aller trouver ma patronne et questionner mes collègues. Au départ, elles disaient que non, rien de spécial. J'ai quand même pousser et oui, en fait, si elles étaient dérangées et je dirais plus que moi encore. Mais voilà, une femme ne se plaint pas d'un homme. Moi je dis qu'il faut indiquer explicitement si l'on est pas à l'aise avec un comportement. Pourquoi ? Ben parce que juste ça n'est pas perçu comme lourd par l'instigateur. Il faut qu'il le comprenne.

Je suis désolée des abus sexuels que certaines ont subi. Je ne crois pas en avoir subi. J'ai certainement un caractère trop direct. Et puis, retourner vers une personne à risques. Ou peut être cela ne m'impacte pas au point que je le ressente comme une agression. Je ne valorise pas mon corps à ce point, je pense. Quand on ne me demande pas mon consentement ou que l'on dépasse une limite explicitement formulée (et rappelée lors de l'acte lui-même), je me débarrasse de l'intrus. J'avoue que ça ne me formalise pas plus que cela. C'est désagréable, je fais face et basta.

La peur de blesser. Je dirai que c'est un autre sujet mais oui, on peut l'aborder ici. Tout comme les comportements de séduction entre hommes et femmes qui n'ont pas forcément la même portée ou le même enjeu. C'est aussi un sujet intéressant. On peut reprendre mon exemple de la caissière qui s'en prend plein la gueule, je n'en serai pas dérangée

#
Profil

Caoline

le samedi 18 mai 2019 à 20h37

Les violeurs non plus n'arrivent pas à se contrôler...
Du coup c'est acceptable, on ne doit pas leurs en vouloir, on doit les laisser être eux même ?
Pour moi c'est vraiment du delire de ne pas voir la différence entre être troublée, balbutier et avoir une attitude de séduction active rentre dedans même quand il n'y a pas de retour ou un retour négatif, ou quand il y a un retour positif devant une autre personne que ça blesse...
La première attitude peut être gênante, la seconde est une agression. Si on est pas capable de ne pas agresser il faut se faire soigner, se mettre ou être mis hors d'état d'agresser. Et ce n'est pas parce cette attitude de drague lourde est courante qu'elle est acceptable.

#
Profil

alinea7

le samedi 18 mai 2019 à 20h49

Caoline
Les violeurs non plus n'arrivent pas à se contrôler...
Du coup c'est acceptable, on ne doit pas leurs en vouloir, on doit les laisser être eux même ?
Pour moi c'est vraiment du delire de ne pas voir la différence entre être troublée, balbutier et avoir une attitude de séduction active rentre dedans même quand il n'y a pas de retour ou un retour négatif, ou quand il y a un retour positif devant une autre personne que ça blesse...
La première attitude peut être gênante, la seconde est une agression. Si on est pas capable de ne pas agresser il faut se faire soigner, se mettre ou être mis hors d'état d'agresser. Et ce n'est pas parce cette attitude de drague lourde est courante qu'elle est acceptable.

(+) (+)

#
Profil

Caoline

le samedi 18 mai 2019 à 21h01

@bonheur je trouve tes propos contradictoires, ça servait à quoi de lui dire à celui qui avait des gestes déplacés si c'est incontrôlable ?

#
Profil

Caoline

le samedi 18 mai 2019 à 21h09

Sinon pour revenir à ton sujet initial qui est loin d'être celui où tu voulais en venir Bonheur, oui je suis souvent jalouse des gens qui ont le contact facile, sont capable d'aller vers des inconnus, de leurs parler... jalouse dans le sens que j'aimerais avoir les mêmes capacités pas du tout que je leurs en veux de les avoir. Je trouve ça génial heureusement qu'il y a des gens comme ça, une de mes filles a cette capacité et ça m'impressionne toujours.

#
Profil

bonheur

le samedi 18 mai 2019 à 22h43

Caoline
Sinon pour revenir à ton sujet initial qui est loin d'être celui où tu voulais en venir Bonheur

Il y a eu complète déviation. Merci de le souligner.

Caoline
oui je suis souvent jalouse des gens qui ont le contact facile, sont capable d'aller vers des inconnus, de leurs parler... jalouse dans le sens que j'aimerais avoir les mêmes capacités pas du tout que je leurs en veux de les avoir. Je trouve ça génial heureusement qu'il y a des gens comme ça, une de mes filles a cette capacité et ça m'impressionne toujours.

Ce n'est pas être jaloux, c'est envier. J'y vois une importante différence.

Pour revenir au sujet initial. Je rebondis sur les propos de Caoline. Si ta fille se fait un jour remettre à sa place par une personne qui aura interprété sa façon d'être, cette capacité (impressionnante ?) qui lui serait reprochée ? Que penserais-tu ? Ta fille a un bon contact avec un inconnu et la copine vient lui balancer des reproches, comme si elle s'était mal comportée ? Imagine et restitue moi ton impression !

#
Profil

bonheur

le samedi 18 mai 2019 à 22h59

En fait, là où je veux en venir, c'est qui est néfaste ? La personne jugée trop à l'aise ou celle qui ne supporte pas les gens trop à l'aise, allant jusqu'à interprété leur attitude pour... (se venger ?) une raison qui m'échappe.

Que dire d'une personne qui se sent en insécurité par rapport à une inconnue et juste pour "ça".

Pour la fin de l'anecdote. Cette jeune femme n'a pas eu besoin de moi pour être remise "à sa place". Une mamie était la cliente suivante et s'en est chargée en exprimant qu'à elle aussi, je faisais des sourires et que j'étais tout le temps ainsi avec tout le monde et qu'elle doutait que je la drague. J'ignore pourquoi, dans ces situations, je laisse couler, mais souvent j'ai une bonne âme pour prendre le relais.

Le fait est que je ne sais qui plaindre le plus. Cette jeune femme insécure OU son copain qui devrait s'éteindre, juste parce que mademoiselle est insécure.

C'était là que je veux en venir. Une personne rayonnante se le voit reprochée comme de l'indécence. Je voulais exprimer cela et oui, en particulier à YBED. Je crois qu'elle juge vraiment mal son compagnon. Je crois qu'elle interprète beaucoup de son comportement. Certes, je ne l'ai pas en face de moi, je ne le connais pas, mais je trouve le sort qui lui a été réservé injuste. Je ne supporte pas les injustices.

D'ailleurs, dans l'histoire qu'elle indique ci-dessus. Elle dit se préoccuper de son amoureux de l'époque, mais cela ne l'a pas empêcher d'amplifier l'attraction en cours. Qu'elle se rassure, c'est toujours ainsi dans ces cas là. Mais en vouloir à quelqu'un d'être dans une situation d'interaction, je trouve cela injuste. Egalement, c'est facile de dire que l'on ne prête pas attention à une personne qui ne se manifeste pas. Autant je peux comprendre ce qu'elle a ressenti lors de ce partage à 3 (enfin, partage n'est pas le bon mot), autant qu'a-t-il fait de mal, autre que d'être bien et en accord avec lui-même ?

Même pour moi, empathe, si je suis en osmose relationnelle, mon intérieur ne peut être partout à la fois. J'y arrive dans les instants que je nomme "tous ensemble", mais là autant je prend mon pied, autant ce sont les personnes que j'aime qui mettent une limite et du coup, je le vis bien avec un bémol. C'est ce qui fait que j'admire ceux qui y arrivent.

#
Profil

bonheur

le samedi 18 mai 2019 à 23h01

Caoline
je trouve tes propos contradictoires, ça servait à quoi de lui dire à celui qui avait des gestes déplacés si c'est incontrôlable ?

Qu'il est conscience justement... et dans le cas présent, il lui a été gentiment demandé d'aller faire ses courses ailleurs.

#
Profil

Keya

le samedi 18 mai 2019 à 23h50

.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bidibidibidi

le dimanche 19 mai 2019 à 00h44

bonheur
En fait, là où je veux en venir, c'est qui est néfaste ? La personne jugée trop à l'aise ou celle qui ne supporte pas les gens trop à l'aise, allant jusqu'à interprété leur attitude pour... (se venger ?) une raison qui m'échappe.

Ton histoire ne permet pas de le dire.
Il manque juste un détail : Est-ce-qu'il y avait séduction active ? Si oui, la "personne trop à l'aise" est néfaste. Si non, c'est celle "qui ne supporte pas les gens".
Et par séduction active, j'entends pas séduction consciente. Donc, pour savoir s'il y a séduction active, il faut que la caissière nous dise si ça lui est déjà arrivé. Si non, alors elle est certainement tombée sur quelqu'un d'insecure. Si par contre ça lui arrive souvent, alors il faut qu'elle se pose des questions quant à son besoin de plaire qui la pousse à outrepasser les convenances.

#
Profil

Keya

le dimanche 19 mai 2019 à 02h19

.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Mark

le dimanche 19 mai 2019 à 08h33

Si je me tiens au rayonnement dans le contexte poly relationnel, oui, je trouve qu'il peut être "trop" envahissant pour un.e poly-acceptant.e.

Passer d'une bulle relationnelle à une autre me demandait un peu de temps de transition, d'atterrir en douceur d'une bulle et de me ré-approprier l'autre. Me défaire d'un état pour me rendre plus "disponible" pour l'autre.

Oui, on peut faire un travail sur soi, essayer de mieux appréhender à ne pas se sentir délaissé.e rejeté.e, en insécurité par rapport à l'indisponibilité temporaire de l'autre à son retour.

Non, le rayonnement de l'autre n'est pas toujours perçu avec facilité par celui/celle qui reste à la maison et oui, je pense qu'il est important de prendre cet état en considération.

Non, ton bonheur ne fait pas forcément le mien à cet instant T.

Et laissons pour une fois les mots de compersion et jalousie en dehors de la discussion? Parce que je pouvais avoir de la compersion, ne pas ressentir la moindre jalousie et être dans l'empathie mais pour autant ne pas sentir ma partenaire "de retour" pendant un certain temps. (edit: Affectivement, émotionellement, et je passe sous silence sexuellement)

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le dimanche 19 mai 2019 à 09h52

@YBED : du coup on est deux à être agacées :-/ . J'ai ouvert un fil de discussion à part pour poser un questionnement dans sa globalité. Que le fil que tu es initié soit à l'origine de ma réflexion, c'est vrai. Je regrette justement que tu te sentes visée ici et que le lien est été fait (ce n'est pas moi qui l'ai fait à la base).

Et oui, cette histoire de caisse est la mienne. Et pour moi elle rejoint bcp la tienne, mais seul toi peut le dire. Ton amoureux a des coups de coeur, et alors ? Si j'ai pu te faire percevoir ton chéri comme quelqu'un de normal alors que d'autres le percevait comme un nuisible, tant mieux. Ici on prend des exemples pour illustrer le débat général. Tu n'es pas dans ma ligne de mire, crois moi. C'est bidi puis toi qui avez ramené et fait le lien entre les deux discussions. A la base, je compartimentais justement.

Mon discours n'était pas contre toi. Mais bon, ce que je peux dire tout de même. Et du coup je ne sais pas si je dois le faire ici ou sur l'autre fil, c'est que dans tes propos d'origine, ton récit est majoritairement dans la négative. Alors je suis heureuse que tu sois dans une bonne considération de lui aujourd'hui. Parce que celle que tu décrivais étais au minimum, surtout pour un lien amoureux. Heureuse donc d'avoir contribuer à cela. Après, tu peux m'en vouloir si tu le veux. Je ne suis pas responsable de ton ressenti. J'ai fait ce qui me paraissait juste.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion