Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Liberté sexuelle de mes partenaires

#
Profil

alinea7

le mardi 27 novembre 2018 à 01h16

artichaut

…et là j'ai l'impression qu'on rejoint le point de départ (de mon post) :
- Qu'est-ce que le sexe (ou la proximité affective) représente pour nous ?

et que l'on pourrait prolonger donc, en reprenant certains des termes d'alinea7 par :
- Comment se sentir bien et se sentir soi, tout en s'accordant avec les envies et non-envies de proximité affective des autres (amour, metamour & co) ?

Merci pour tes questions je les trouve très pertinentes.

J'avais préparé une réponse mais en l'écrivant je me suis rendu compte que c'était finalement assez personnel donc j'hésite à le publier. Pas que ce soit spécialement intime mais je me dis qu'il y a peu de chance que quelqu'un se retrouve dans ce que j'exprime. Il vaut sûrement mieux que chacun réponde pour lui/elle-même plutôt que lire une réponse inadaptée, parce qu'il n'y a qu'en cherchant ce qui se passe personnellement qu'on peut évoluer.
D'un autre côté je voulais pas laisser une participation aussi pertinente pour moi sans réponse :-) donc voilà merci.

#
Profil

IrisBubulle

le mardi 27 novembre 2018 à 03h09

artichaut
- Qu'est-ce que le sexe représente pour nous ?
Qu'est-ce qu'il révèle comme émotion ? Et pourquoi est-il si souvent le centre de la jalousie ? (même si voir le sentiment amoureux ou le contact physique peut provoquer la même chose)

Pour la partie "centre de la jalousie", je me répète quand à ce que j'ai dit plus tôt. C'est parce que très souvent on nous le vend socialement parlant comme LE truc qu'on fait "en plus" avec une personne qu'on "aime", que du coup c'est très "précieux" et "rare" donc forcément si on part de ce principe...ça ne peut que compliquer les choses dans l’amplitude des émotions déclenchées. "Oh cette chose de si unique que nous nous étions offert.e l'un.e à l'autre en plus de nos sentiments, maintenant cette personne va aller l'offrir à un.e autre ! " On peut se sentir comme dérobé d'un bien précieux...

Ou bien encore comme si c'était l'un des petits truc en plus qui fait que "ça tu vois c'est l'amour le vrai" et dont la magie s'écroule soudainement.

Tandis que paradoxalement que dans certains couples les partenaires aient des sex-friend, mais sans une implication plus grande émotionnel semble moins déranger.
-> "ça ne sera jamais comme nous, ce que nous avons est unique, notre "précieux trésor" reste intacte."

Donc je pense que c'est vraiment cet émotion, ce désir, de posséder quelque chose d'unique et de précieux qui pose problème.

Je trouve, et désolée de faire râler certaines personnes au passages, que c'est aussi très primale. Dès que ça devient physique j'ai presque l'impression que ça fonctionne en mode:

"la personne que j'aime se retrouve marquée de l'empreinte, de "l'odeur" de l'autre, elle ne fait plus vraiment partie de mon clan. (Pis encore...ça n'est plus ma "possession...) Et vu que nous sommes que 2 dans cette sorte de "meute", je m'en retrouve du coup exclu.e, patatrac ! "

D'où le côté "je prend ça a fond dans les tripes malgré mon intellect".

Ce que le sentimental uniquement risque très rarement de déclencher....

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

artichaut

le mardi 27 novembre 2018 à 09h58

alinea7
J'avais préparé une réponse mais en l'écrivant je me suis rendu compte que c'était finalement assez personnel donc j'hésite à le publier. Pas que ce soit spécialement intime mais je me dis qu'il y a peu de chance que quelqu'un se retrouve dans ce que j'exprime. Il vaut sûrement mieux que chacun réponde pour lui/elle-même

Ah dommage, ça m'aurais fait plaisir de lire ta réponse.
En même temps, c'est peut-être pour les même raisons que je n'ai pas non plus apporté mes bouts de réponses à ces questions…

IrisBubulle
ce désir, de posséder quelque chose d'unique et de précieux qui pose problème.

…à la fois "posséder" ça me fait penser au capitalisme et au consumérisme, …qui à tout intérêt à nous frustrer (ou nous convaincre que l'on est frustré.e) pour nous pousser à vouloir posséder (de préférence un truc impossible à obtenir), et donc à consommer sans fin

…à la fois "quelque chose d'unique et de précieux" ça me fait penser à… la vie
alors quoi ? ce serait la peur de la mort, qui nous pousse à vouloir posséder ?

et si on inversait la tendance ?

intégrer la peur de la mort (ou d'autres peurs associées : rejet, abandon, dévalorisation, misère affective et sexuelle, solitude…), en même temps qu'une réticence à la possession (et au consumérisme) dans nos relations ?

comment ça se conjugue tout ça, au delà des réponses (qui me semble) simplistes du christianisme (toujours moins ici et maintenant) ou du capitalisme (toujours plus, toujours plus vite) ?

comment éviter ces deux écueils ?

frustration vs libéralisme relationnel

#
Profil

Aina

le mardi 27 novembre 2018 à 10h49

artichaut

…à la fois "quelque chose d'unique et de précieux" ça me fait penser à… la vie

alors quoi ? ce serait la peur de la mort, qui nous pousse à vouloir posséder ?

et si on inversait la tendance ?

intégrer la peur de la mort (ou d'autres peurs associées : rejet, abandon, dévalorisation, misère affective et sexuelle, solitude…), en même temps qu'une réticence à la possession (et au consumérisme) dans nos relations ?

Très intéressant. Oui, je crois qu’effectivement le sexe renvoie à la Vie et à la Mort. Cela touche donc à des peurs fondamentales.
Dans mon cas ce n’est pas la relation sexuelle en elle-même qui m’a retourné les tripes mais le fait qu’elle puisse engendrer la Vie...

#

El (invité)

le mardi 27 novembre 2018 à 11h03

Mon homme se dit être en polyamour nous avons été un couple monogame mais à cause de la distance géographique et des épreuves , nous avons été dans une autre proximité mais sans séparation. La personne en polyamour avec mon homme est jalouse de moi, c'est mon homme qui le dit.
J'ai été blessée par la relation et comme j'aime mon homme qui est aussi le père de ma fille , je veux le comprendre.Il est vrai que je garde l'image de nous en couple monogame , bref je suis dans un conflit affectivo -relationnel où je pleure , ,je ris . Je ne veux pas vivre dans un milieu toxique ou pervers et j'ai peur qu'il se fasse manipuler et comment savoir qu'elle est dans une relation saine polyamour ou dans quelque chose de glauque?Mon homme m'en a parlé!Lorsqu’on évoque le polyamour souvent les gens disent oui c'est sincère, pas hypocrite et tout est bien sans contraintes pourtant dans ce que je vois , ce n'est pas le cas.

#

El (invité)

le mardi 27 novembre 2018 à 12h06

Il semble qu'elle ne veuille pas à ce que l'on ait nous aussi notre liberté sexuelle qui existe depuis 20 ans maintenant et comme je suis revenue on est plus dans une proximité géographique puisque l'on continue à se voir et qu'elle veuille que je dégage , elle accapare le temps.
Pour mon homme, il ne veut pas que j'entre dans la relation polyamour , je suis monogame avec lui.

#
Profil

IrisBubulle

le mardi 27 novembre 2018 à 13h24

artichaut

alors quoi ? ce serait la peur de la mort, qui nous pousse à vouloir posséder ?

et si on inversait la tendance ?

intégrer la peur de la mort (ou d'autres peurs associées : rejet, abandon, dévalorisation, misère affective et sexuelle, solitude…), en même temps qu'une réticence à la possession (et au consumérisme) dans nos relations ?

Justement c'est ce "memento mori" qui rend chaque moment chaque relation si précieuse. Pour moi j'ai compris que je ne me privais pas, que je n'allais pas être abandonnée, ni en misère affective ou sexuelle, au contraire au lieu de consommer, de posséder à tout prix des relations émotionnelles et sexuelles d'une qualité douteuses, j'ai préféré filtrer pour obtenir des choses qui demande certes plus de patience mais plus satisfaisante sur le long terme.

Dans ce cas pour moi, la relation, c'est un peu comme un arbuste. Quand on veut à tout prix le posséder, le garder prés de nous, parce qu'on a peur pour lui (à cause du froid, de la grêle, du trop chaud etc...) on le plante dans un petit pot, à l'intérieur....là ou ses racines sont limitées, circonscrite dans un périmètre physique restreint. Tandis que si on le met librement dans son jardin, ses racines peuvent grandir, pousser, cherche plus loin des éléments de vie, et nous en transmettre également les fruits sur le long terme. Sauf que tout arbuste à besoin de plusieurs éléments pour croître(eau, terre, lumière) et la liberté d'avoir ou non (selon les désir de la personne concernée) du sexe est l'un d'entre eux... on ne peut pas le supprimer.

aina

Dans mon cas ce n’est pas la relation sexuelle en elle-même qui m’a retourné les tripes mais le fait qu’elle puisse engendrer la Vie...

Et qu'est-ce qui a dérangé là dedans ? Le fait que les deux aient un enfant ensemble et que tu te retrouve du coup exclue ? Ou bien que tu doive en assumer une partie des responsabilité, voir que ça changerait votre vie de couple initial ?

Perso je pense que tu as eu peur de ça aussi parce que elle veut un enfant, et pas la personne avec qui tu es, donc risque qu'elle cherche à imposer ça d'une manière ou d'une autre non ?

Parce là encore,un grand n'importe quoi à l'heure actuelle, c'est qu'on fait aussi un consumérisme d'enfant. On imagine que ça va "cimenter" une relation, être un "projet" commun, rapprocher les deux partis, comme si c'était un accessoire ou un produit....c'est immonde.

Mais la relation sexuelle n'engendre pas systématiquement la vie. C'est ça le truc. Et quand bien même en quoi est-ce effrayant vis à vis de la mort ? Je ne comprends pas, je vous avoue.

#
Profil

Aina

le mardi 27 novembre 2018 à 20h50

IrisBubulle

Et qu'est-ce qui a dérangé là dedans ? Le fait que les deux aient un enfant ensemble et que tu te retrouve du coup exclue ? Ou bien que tu doive en assumer une partie des responsabilité, voir que ça changerait votre vie de couple initial ?

Perso je pense que tu as eu peur de ça aussi parce que elle veut un enfant, et pas la personne avec qui tu es, donc risque qu'elle cherche à imposer ça d'une manière ou d'une autre non ?

Alors déjà je suis confrontée au polyamour de mon chéri depuis très peu de temps, donc c’est déjà un premier travail d’accepter ça et j’ai besoin d’un peu de temps pour transformer mes conditionnements. J’ai décidé d’être «  polyacceptante » non pas par peur de le perdre mais bien parce que «  philosophiquement » ça me parle. Je ne possède pas l’autre et je l’aime libre.
Ensuite le désir commun était d’être à terme tous les trois, en tout cas de tester si c’etait agréable pour tout le monde (on s’entend très bien elle et moi). Étant donné qu’elle habite loin et qu’ils se connaissent peu, nous avons convenu qu’il serait judicieux qu’ils fassent davantage connaissance déjà tous les deux. Le hic est qu’elle souhaite très fort un enfant et n’a plus beaucoup de temps devant elle. Pour le moment ce n’est pas envisageable ni pour lui ni pour moi. Ma seule demande était donc qu’ils se protègent. Ce qu’ils n’ont pas fait, je vous passe les raisons.
Et LÀ, ça m’a fait vriller. La liberté sexuelle ok, mais dans le respect de tout le monde, et je ne me suis pas sentie respectée.
Alors est-ce que c’est la vraie raison qui m’a fait vriller? Je pense que oui, mais du coup par rapport au thème, je me dis que le sexe, non, ce n’est pas comme la joue ou le pied. Notre inconscient SAIT que l’implication peut être beaucoup plus grande.

Et du coup, quand on parlait de Vie ou de Mort, c’etait d’un point de vue psychanalytique (enfin pour moi en tout cas). Tout ce qui est blessure de rejet, d’abandon, etc est lié à la pulsion de mort, et tout ce qui est désir, procréation, plaisir à la pulsion de vie. L’orgasme étant peut-être entre les deux :-)
Je me disais donc que la sexualité pouvait réveiller malgré nous (entendre «  notre intellect ») des parts inconscientes blessées, ou non d’ailleurs, mais des parts inconscientes quand même, donc des réactions pas très contrôlées.

#
Profil

IrisBubulle

le mardi 27 novembre 2018 à 22h41

aina
Alors est-ce que c’est la vraie raison qui m’a fait vriller? Je pense que oui, mais du coup par rapport au thème, je me dis que le sexe, non, ce n’est pas comme la joue ou le pied. Notre inconscient SAIT que l’implication peut être beaucoup plus grande.

C'est normal d'avoir vrillé parce qu'on ne t'as pas respectée ni écoutée à ce sujet. Perso moi aussi je l'aurais très mal pris.

Oui ce sont des "zones" du corps, ou il y a plus de risques, par exemple celui des MST. Mais là encore, ayant des ami.e.s qui pratique d'autre choses entre elleux comprenant tout autant de risques d'en transmettre, je ne trouve pas que c'est LE seul point de focus de ce genre de problème.

La seul grande implication spécifique uniquement aux "organes sexuels" concerne le fait de procréer. (Et c'est un cas uniquement propre au relation hétérosexuel....) Dans ce cas, il suffit simplement de se protéger. Ce qu'iels n'ont pas fait dans ton cas, on est d'accord, c'est un problème. Mais de nouveau ce problème vient du comportement de la personne, pas de la nature même de ces organes.


Et du coup, quand on parlait de Vie ou de Mort, c’etait d’un point de vue psychanalytique (enfin pour moi en tout cas). Tout ce qui est blessure de rejet, d’abandon, etc est lié à la pulsion de mort, et tout ce qui est désir, procréation, plaisir à la pulsion de vie.

Enfait...non. En tout cas pas pour moi. La mort n'est pas négative en soit. Elle ne fait rien. Justement c'est sa nature propre: elle est inerte. Inévitable, certe, mais sans intentions. Sans émotions. La seule chose qu'elle puisse faire est de nous rappeler l'importance de vivre.

Les blessures de rejet, d'abandon, n’ont pour moi rien à voir avec une pulsion de mort, au contraire elles sont le fruit bien réel d'interactions entre les êtres vivants. Elles sont le produit de la vie, et en font partie au même titre que tout le reste.


Le hic est qu’elle souhaite très fort un enfant et n’a plus beaucoup de temps devant elle. Pour le moment ce n’est pas envisageable ni pour lui ni pour moi.

Dans ce cas typiquement cette personne pense à elle, elle ne pense pas à comment cet enfant sera accueilli, ni ce qui l'attendra. (Ni à vous du reste, parce que comme déjà dit c'est une énorme implication.)

Et bon la procréation au bout d'un moment...désolée, mais moi ça me fait tiquer. c'est pas les enfants à adopter, qui manquent, ça aussi c'est quand même ultra égoïste et nombriliste que de ne vouloir perpétuer que sa propre chaîne génétique au détriment de celleux laissé.e à l'abandon et des ressources qu'on consomme sur cette planéte.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

alinea7

le mardi 27 novembre 2018 à 22h57

IrisBubulle
Et bon la procréation au bout d'un moment...désolée, mais moi ça me fait tiquer. c'est pas les enfants à adopter, qui manquent, ça aussi c'est quand même ultra égoïste et nombriliste que de ne vouloir perpétuer que sa propre chaîne génétique au détriment de celleux laissé.e à l'abandon et des ressources qu'on consomme sur cette planéte.

Détrompe toi les démarches sont longues compliquées et coûteuses. Pour la France le délai est en moyenne de 5 ans et ils font attention à l'âge des parents candidats à l'adoption, à partir de 40 ans c'est plus compliqué, ils regardent l'intérêt de l'enfant et avec les problèmes de fertilité grandissants il y a pas mal de candidats. Pour adopter à l'étranger les délais sont plus courts mais il faut être mariés (sauf à s'appeler Angelina Jolie) et être prêt à accueillir des fratries y compris avec des profils plus difficiles.
Sans compter les difficultés inhérentes au vécu de l'enfant pour lesquelles tout le monde ne se sent pas les épaules.

C'était mon rêve d'adopter après avoir eu un enfant à moi mais on m'a fait comprendre que si je pouvais les faire c'était plus simple pour tout le monde : il y a plus d'excellents parents qui ne peuvent pas avoir d'enfants, que d'enfants.

#
Profil

alinea7

le mardi 27 novembre 2018 à 23h06

El
Il semble qu'elle ne veuille pas à ce que l'on ait nous aussi notre liberté sexuelle qui existe depuis 20 ans maintenant et comme je suis revenue on est plus dans une proximité géographique puisque l'on continue à se voir et qu'elle veuille que je dégage , elle accapare le temps.
Pour mon homme, il ne veut pas que j'entre dans la relation polyamour , je suis monogame avec lui.

El la discussion est bien lancée sur ce fil, je pense que tu recevras des réponses si tu crées un nouveau fil de discussion pour ta problématique.
Recopies juste exactement ce que tu as déjà posté, de cette façon tu auras un espace dédié. On s'emmêlera pas les pinceaux avec le sujet de ce fil.
Au plaisir de te lire :-)

#
Profil

IrisBubulle

le mardi 27 novembre 2018 à 23h30

alinea7
Détrompe toi les démarches sont longues compliquées et coûteuses.
Sans compter les difficultés inhérentes au vécu de l'enfant pour lesquelles tout le monde ne se sent pas les épaules.

C'était mon rêve d'adopter après avoir eu un enfant à moi mais on m'a fait comprendre que si je pouvais les faire c'était plus simple pour tout le monde : il y a plus d'excellents parents qui ne peuvent pas avoir d'enfants, que d'enfants.

Est-ce que j'ai dit où que ce soit que c'était plus simple d'en adopter que de procréer ? Nulle part.

Malgré les difficultés, je pense qu'on devrait plutôt le favoriser, l'encourager. Ce serait sortir d'un schéma égoïste de facilité, typiquement le "c'est plus simple pour tout le monde comme ça".

Donc je te dis bravo d'avoir essayé !

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

alinea7

le mardi 27 novembre 2018 à 23h52

IrisBubulle
Est-ce que j'ai dit où que ce soit que c'était plus simple d'en adopter que de procréer ? Nulle part.

Malgré les difficultés, je pense qu'on devrait plutôt le favoriser, l'encourager. Ce serait sortir d'un schéma égoïste de facilité, typiquement le "c'est plus simple pour tout le monde comme ça".

Donc je te dis bravo d'avoir essayé !
Message modifié par son auteur il y a 20 minutes.

Mais pourquoi le favoriser s'il y a déjà trop de personnes en demande ?

#
Profil

IrisBubulle

le mercredi 28 novembre 2018 à 00h00

Il y en a trop pour les infrastructures en place actuellement, je pensais plus à favoriser l'adoption comme processus dans son intégralité.

Parce que vu la difficulté que ça a l'air d'être à l'heure actuelle, les délais, et les prérequis, le peu de structure qui gère correctement la chose, on encourage du coup pas du tout la démarche.

Et si O surprise on arrive à faire que la majorités des personnes sans parents trouve une famille aimante, alors tant mieux et là je veux bien qu'on reparle de la procréation biologique. Mais on est en train de s'écarter complétement du sujet d'origine...

#

jeanne47 (invité)

le mercredi 28 novembre 2018 à 03h08

oui c'est sur

#
Profil

artichaut

le mercredi 28 novembre 2018 à 09h26

…oui vaste débat l'adoption, d'autant que en tant que poly (ou non hétéro) autant dire qu'à moins de se déguiser, les démarches sont justes pas faites pour nous

alors pour revenir au sujet du fil…

en arrivant sur ce fil "Liberté sexuelle de mes partenaires" je m'attendais à y trouver autre chose, à savoir :
indépendamment de la compersion, indépendamment de l'aspect sexuel (en quoi le sexe est différent du reste), je m'attendais à ce que ce fil questionne (creuse la question de) la "liberté", à savoir, comment/pourquoi nos partenaires sont libres (ou pas) de faire ce qu'ils/elles veulent…

mais peut-être que ça touche au relationnel, plus qu'au sexuel (car effectivement ce fil a choisis de questionner le sexuel)

je ne voudrais pas non plus détourner le fil de son sujet

#
Profil

artichaut

le mercredi 28 novembre 2018 à 09h36

en fait pour préciser un peu ma pensée sur les notions de liberté

quand quelqu'un.e (comme IrisBubulle) dit : je donne la liberté à ma partenaire de faire ce qu'elle veut sexuellement (oui je sais c'est pas exactement ce que t'as dis), no soucis

mais si, inversement, un partenaire, sous couvert de liberté, dis : "je fais sexuellement (ou relationellement) ce que je veux", pour moi ce n'est plus du tout la même chose (et même, pour moi, on quitte le champ du polyamour pour celui de "l'amour libre" …enfin appellez-le comme vous voulez : …"non-exclusivité dogmatique" si vous préférez)

#
Profil

Aina

le mercredi 28 novembre 2018 à 14h00

Ben moi je trouvais intéressant de creuser le «  pourquoi la liberté sexuelle de mon/ma partenaire » peut poser problème, et si elle n’en pose pas «  comment ai-je fait pour qu’elle ne m’en pose pas »
J’avais compris le fil dans ce sens mais c’est peut-être à travers mon prisme du moment :-)

Je persiste à penser qu’il y a plusieurs niveaux de l’être qui sont sollicités selon ce que vit la personne avec laquelle je partage mon corps.

Je parle pour moi, hein. Je rappelle que je n’ai qu’une relation en même temps, jamais testé le polyamour de mon côté.

Premier travail : l’autre est libre d’avoir des sentiments pour une autre. Oui, ça m’a fait mal qu’il lui dise des mots doux. Je me suis habituée. J’ai juste eu quelques petites discussions régulières avec mon ego. Si je devais situer la douleur, ça se passait au niveau du cœur. Si je devais nommer la blessure, je dirais sentiment de trahison.

Deuxième travail: l’autre est libre d’avoir des relations physiques avec une autre femme qu’il aime (désolée mais suis pas du tout prête à accepter des relations physiques sans amour, mais s’il l’aime vraiment alors oui). La reaction est faussée parce qu’il y a eu un manque de respect. Mais quand même, je crois que qqc s’est passé dans mon inconscient, provoqué par l’acte en lui-même. Je situe à douleur à l’arrière de mon crâne et si je devais nommer la blessure, je ne peux pas, je crois que ça se passe au niveau de la sécurité mais genre archetypale (l’homme qui couche ailleurs n’est plus là pour protéger). J’espere Que vous comprenez bien que ce n’est pas ce que je pense, c’est une tentative de compréhension de ce qui peut-être se passe au niveau de mes structures psychiques.
Je crois très sincèrement être capable de m’habituer à ça aussi, mais juste c’est un travail plus profond qui touche des choses dont je n’ai pas encore conscience.
Si c’est la sécurité primordiale qui est en jeu, ça explique pourquoi je suis beaucoup plus ouverte à une relation à trois que deux à deux. Quand elle ou moi on est malade, pas bien, qu’on a besoin de soutien, il serait là. Sinon, comme on est mono toutes les deux, il y en a toujours une des deux qui est seule. Je parle toujours des structures psy. J’ai vécu seule longtemps, ce n’est pas une peur pour moi.

Enfin voilà suis en réflexion métaphysique :-)

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

alinea7

le mercredi 28 novembre 2018 à 14h33

artichaut
en arrivant sur ce fil "Liberté sexuelle de mes partenaires" je m'attendais à y trouver autre chose, à savoir :
indépendamment de la compersion, indépendamment de l'aspect sexuel (en quoi le sexe est différent du reste), je m'attendais à ce que ce fil questionne (creuse la question de) la "liberté", à savoir, comment/pourquoi nos partenaires sont libres (ou pas) de faire ce qu'ils/elles veulent…

mais peut-être que ça touche au relationnel, plus qu'au sexuel (car effectivement ce fil a choisis de questionner le sexuel)

Je dis peut-être une bêtise mais pour moi c'est évident que ça touche au relationnel. Parce que concrètement il n'y a pas de liberté à donner, la liberté est là. Il y a éventuellement à accepter la jouissance de cette liberté, concevoir que la relation puisse adopter une forme acceptable dans ce schéma.
Même les monos savent bien que chacun est libre d'aller voir ailleurs, mais préfèrent se dire que l'envie ne viendra pas de faire usage de cette liberté. On n'est pas enfermé dans une pièce si on peut en sortir quand et comme on veut. La différence c'est que dans le mono amour si on sort on n'est pas sûr de pouvoir revenir.

Mais peut-être que justement les personnes qui acceptent plus facilement qu'un partenaire ait des relations sexuelles sont celles qui déconnectent bien le sexe et le relationnel.

#
Profil

Aina

le mercredi 28 novembre 2018 à 17h26

alinea7
concrètement il n'y a pas de liberté à donner, la liberté est là.

Complètement d’accord :-)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion