Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Consentement contre liberté

#
Profil

Caoline

le samedi 17 mars 2018 à 12h14

Bizbille
Non, il n'y a pas de "comme si c'était forcément signe d'un problème", je ne l'ai pas posé comme ça, ce n'est pas ce que je pense, et il ne l'a pas reçu comme ça non plus. Je ne lui ai pas demandé de changer, ni de faire une thérapie. Le fait est que ma façon de ressentir lui pose un problème, sa façon de ressentir me pose un problème, mais ce ne sont pas nécessairement des problèmes en soit, et encore moins des pathologies.
Je ne le lui ai pas imposé, je lui ai proposé, et il s'est saisi de cette occasion. Il n'y avait simplement pas pensé de lui-même, c'est tout. Il a pu découvrir ses propres conditionnements, mais je ne crois pas que parce qu'un comportement serait issu au moins en partie d'un conditionnement, alors il serait à rejeter.

D'accord, la façon dont tu en a parlé ici m'avait donné cette impression.

Et bien sûr qu'il faut faire avec nos conditionnements, ils font parti de nous, on ne peut pas forcément tout déconstruire.

#
Profil

Bizbille

le samedi 17 mars 2018 à 13h27

Caoline
D'accord, la façon dont tu en a parlé ici m'avait donné cette impression.

Et bien sûr qu'il faut faire avec nos conditionnements, ils font parti de nous, on ne peut pas forcément tout déconstruire.

Comme je l'ai dit plus haut, j'ai tout à fait intégrer le fait qu'il a la "capacité" de tomber amoureux de plusieurs personnes. Moi, à priori, je n'ai pas cette "capacité" là (enfin, il n'est pas exclu que je découvre ça un jour, mais jusqu'à présent ça m'est inconnu). Mais dans les deux cas, sans vouloir se forcer à changer, surtout pas, je trouve qu'il est intéressant de s'interroger sur le pourquoi et le comment de cet état de fait : quels conditionnements l'autorisent à, quels conditionnements m'empêchent de... En tout cas, mieux comprendre comment je fonctionne m'aide à mieux accepter le fonctionnement des autres, parce que je me rend compte que ce qui me paraît "naturel" et "évident" ne l'est en fait pas tant que ça. Mon compagnon s'est laissé embarquer par son enthousiasme en partie parce que pour lui tout paraissait "naturel" et "évident", d'autant qu'il me savait ouverte à la réflexion. Maintenant qu'il a pris le temps de réfléchir sur lui-même, il comprend que ce n'est pas si simple que ça...

#
Profil

artichaut

le samedi 17 mars 2018 à 13h47

J'ai l'impression que ce fil partit sur une trame très théorique, en arrive à une trame très perso-pratique.

C'est pas un critique, ou un reproche. Même en l'occurrence je trouve ça bien.
Je me dis juste qu'il faut parfois essayer de dénouer les deux. Et que nos réponses/questionnements sont à entendre ou nuancer avec cette double articulation.

#
Profil

Bizbille

le samedi 17 mars 2018 à 14h40

artichaut
J'ai l'impression que ce fil partit sur une trame très théorique, en arrive à une trame très perso-pratique.

C'est pas un critique, ou un reproche. Même en l'occurrence je trouve ça bien.
Je me dis juste qu'il faut parfois essayer de dénouer les deux. Et que nos réponses/questionnements sont à entendre ou nuancer avec cette double articulation.

Oui, le but de mon fil était une réflexion théorique, j'ai l'impression que l'on en a fait le tour à présent (encore que, les échanges que l'on a eu sur la conversation "pourquoi le polyamour ne marche pas pour moi" m'a remis le doute ! :D ).

Le fait est que l'on m'a rapidement donné des conseils sur comment gérer l'acceptation du fait que mon compagnon est polyamoureux, en interrogeant mes ressentis, ma relation... alors que ce n'était pas ma question de départ ! :D Sur ces plans-là, nous avons déjà fait un bon bout de chemin lui et moi. Cette histoire appartenant maintenant au passé, nous avons même pu en reparler longuement à tête reposée, il y a déjà beaucoup d'éléments que l'on a compris à présent. Mais du coup, comme je ne venais pas ici pour recevoir des conseils sur l'acceptation, je ne m'étais pas trop étendue sur le contexte dans mon post de départ, et j'ai eu l'impression qu'il fallait que je remette les pendules à l'heure en en racontant plus dans le fil... peut-être que je n'aurais pas dû ?

#
Profil

Siestacorta

le samedi 17 mars 2018 à 15h48

Bizbille
e fait est que l'on m'a rapidement donné des conseils sur comment gérer l'acceptation du fait que mon compagnon est polyamoureux, en interrogeant mes ressentis, ma relation... alors que ce n'était pas ma question de départ ! :D
(...)
Mais du coup, comme je ne venais pas ici pour recevoir des conseils sur l'acceptation, je ne m'étais pas trop étendue sur le contexte dans mon post de départ, et j'ai eu l'impression qu'il fallait que je remette les pendules à l'heure en en racontant plus dans le fil... peut-être que je n'aurais pas dû ?

Je pense que le mélange des deux genre, théoriques et personnels, est souvent bénéfique.
Si j'ai tendance à le favoriser, c'est pour pas me retrouver à donner des injonctions et des repères généraux inadaptés, et pas promouvoir du bonheur en kit quand, de fait, parler de polyamour c'est parler de relations humaines, de sentiments humains : tout le bordayl spécifique et éthique compris.

Et puis, même sans un premier temps de confidence, le ressentis perso pointaient déjà dans les demandes. Ne pas y répondre, quand on a l'oreille sensible à ça, c'est difficile, et peut-être contre-productif.

Et bon, ya un effet de polarisation, même si je tente de le compenser du mieux que je peux : si j'ai l'impression qu'on pousse les idées polyamoureuse vers un antagonisme avec les idées monogames (je choisis le terme justement parce qu'on parle d'un cadre d'idées), quand il s'agit plutôt de favoriser une écologie sentimentale diversifiée, je creuse la part de vécu pour pas rentrer dans le manichéisme, les pures revendications... L'opposition poly/mono, elle est déjà posée souvent, autant tenter de faire mieux que ça.

Par ailleurs... J'ai tendance à "fouiner". J'espère ne pas avoir imposé dans l'échange quelque chose à quoi tu ne consentais pas vraiment.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Bizbille

le samedi 17 mars 2018 à 19h14

Siestacorta
Je pense que le mélange des deux genre, théoriques et personnels, est souvent bénéfique.
Si j'ai tendance à le favoriser, c'est pour pas me retrouver à donner des injonctions et des repères généraux inadaptés, et pas promouvoir du bonheur en kit quand, de fait, parler de polyamour c'est parler de relations humaines, de sentiments humains : tout le bordayl spécifique et éthique compris.

Et puis, même sans un premier temps de confidence, le ressentis perso pointaient déjà dans les demandes. Ne pas y répondre, quand on a l'oreille sensible à ça, c'est difficile, et peut-être contre-productif.

Et bon, ya un effet de polarisation, même si je tente de le compenser du mieux que je peux : si j'ai l'impression qu'on pousse les idées polyamoureuse vers un antagonisme avec les idées monogames (je choisis le terme justement parce qu'on parle d'un cadre d'idées), quand il s'agit plutôt de favoriser une écologie sentimentale diversifiée, je creuse la part de vécu pour pas rentrer dans le manichéisme, les pures revendications... L'opposition poly/mono, elle est déjà posée souvent, autant tenter de faire mieux que ça.

Par ailleurs... J'ai tendance à "fouiner". J'espère ne pas avoir imposé dans l'échange quelque chose à quoi tu ne consentais pas vraiment.

J'ai l'impression que l'on a beaucoup sur-interprété mes ressentis ! Même si je suis encore un peu triste par rapport à la manière dont ça s'est passé et par rapport à l'autre dame de l'histoire, j'ai déjà accepté le fait que je suis avec un polyamoureux. On a déjà eu des discussions, et j'ai déjà dit dès le départ que nous avions trouvé un modus vivendi. Il y a des choses que j'ai moyennement bien pris, du genre "il a dû y avoir des signes annonciateurs avant l'annonce" euh non, il est poly, pas insatisfait ; "tu dois accepter" en fait, c'est un peu déjà fait, là ; "tu te sens délaissée" non, je n'ai jamais dit ça, et je ne l'ai pas ressenti non plus ; "voilà comment nous, nous avons trouvé un accord" euh, ce n'est pas ma question ; "tu dois travailler sur toi" je vous ai pas attendu pour commencer, t'sais ; "il faut penser à son métamour" mais qu'est-ce qui vous fait croire que je n'y pensais pas ?

Je n'avais pas spécialement envie de revenir sur tout ça, j'avais plus besoin de réfléchir sur ce point théorique pour mieux le comprendre (cela a été répondu) et expliquer les passages douloureux de cette expérience a réactivé certains ressentis, mais au final c'était quand même intéressant ! ^^

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion