Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Ah non mais pour moi c'est pas possible !

#
Profil

Papey

le lundi 21 juillet 2014 à 23h15

gcd68
Tout ceci n'empêche pas que l'association "amour" "coucherie" a ce don de m'exaspérer. Je suis ainsi et n'est aucunement l'intention de changer. Après, je n'ai jamais dit que je lui en voulais... sinon, j'en voudrais au trois quart de la planète.

Oui, je comprend ta réaction (je suis aussi d'accord avec toi sur le fond, ie. "amour" == "coucherie"), j'ai parfois la même quand j'entends des "vérités universelles" ou des "évidences" pas si évidentes. Je pointais juste le fait qu'il faut savoir passer au dessus de cette exaspération (ce que tu fais je n'en doute pas), pour ne pas rester figé, chacun dans sa conception et rendre toute la discussion stérile.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 22 juillet 2014 à 11h17

Papey
...pour ne pas rester figé, chacun dans sa conception et rendre toute la discussion stérile

Nous sommes d'accord.

#

(compte clôturé)

le mardi 22 juillet 2014 à 12h57

Quand quelqu'un est dans le "arrgh! Pour moi le polyamour." ne serait pas possible", j'ai tendance à répondre: "Ce n'est pas grave, il n'y a aucune obligation à avoir plusieurs amours. Moi, c'est l'inverse, j'aurais du mal à n'aimer qu'une personne, alors tu comprends pourquoi ça m'ennuie qu'on présente la monogamie comme seul modèle socialement acceptable."
Autre réponse: " On n'est jamais sûr de ce dont on est capable. Quand j'étais aquaphobe, je pensais que je ne saurais jamais nager de ma vie, et pourtant aujourd'hui je n'ai plus peur de l'eau et je fais de la plongée sous-marine. Beaucoup de gens ont découvert qu'ils pouvaient être polyamoureux quand ils sont tombés amoureux d'une personne autre que leur partenaire, sans pour autant cesser d'aimer celui (celle) ci. Avant, ça leur semblait impossible..

#
Profil

Semeur

le mardi 22 juillet 2014 à 15h49

aimerplusieurshommes
Ce n'est pas grave, il n'y a aucune obligation à avoir plusieurs amours. Moi, c'est l'inverse, j'aurais du mal à n'aimer qu'une personne, alors tu comprends pourquoi ça m'ennuie qu'on présente la monogamie comme seul modèle socialement acceptable.

Jolie réponse ! Elle appellera peut-être une sur-réponse de la part de l'autre (« oh, mais c'est parce que tu es volage, ou que tu n'as pas l'étoffe nécessaire pour aimer une seule personne »), mais n'empêche que je la trouve belle et que je répondrai volontiers à la sur-réponse par rien du tout car ça ne vaudra pas le coup, j'ai bien mieux à faire, et plus à aimer qu'à me battre.

Cela dit, je rejoins gcd68 sur amour ≠ coucherie. J'en ai marre de ça moi aussi. Sous prétexte que je suis un homme, si j'aime plusieurs femmes c'est que je veux coucher ici et là et que je suis incapable d'être sexuellement fidèle à une seule femme.

Comme si c'était impossible d'avoir simplement de l'amour pour plusieurs personnes. Impossible que le sexe reste à l'état de potentialité. «  Oh, tu finiras bien par coucher avec toutes ! ». Et même si c'était le cas, où est le mal ?!?

Et pour ce qui est de rester fidèle sexuellement à une seule femme, c'est comme de n'en aimer qu'une seule. Un «  super challenge », mais à part tester sans arrêt sa capacité à refouler ses propres désirs, et à limiter artificiellement l'amour qu'on peut partager avec les autres pour des raisons bassement matérielles (difficulté d'avoir plusieurs relations en // pour des questions de temps…), à quoi bon ?

C'est tellement plus riche d'aimer et d'être aimé de plusieurs personnes. Tellement plus enveloppant, tellement plus agréable dans les mauvais moments…

Didiou, des fois, que ça m'énnerve ces réflexions qu'on nous colle comme des baffes. Enfin, peut-être que c'est moi qui les vit comme ça. Je vais m'en aller y réfléchir à comment mieux les vivre de ce pas.

Bonne semaine à tous si on ne se revoit pas, je vais vivre loin d'internet pendant un petit mois.

#

(compte clôturé)

le mardi 22 juillet 2014 à 16h55

Semeur
Sous prétexte que je suis un homme, si j'aime plusieurs femmes c'est que je veux coucher ici et là et que je suis incapable d'être sexuellement fidèle à une seule femme.

Ben ouais, entièrement d'accord. Mais tu sais, quand tu es une femme, on a le même raisonnement à ton égard. Etre polyaffective et monosexuelle, ça parait tout simplement irréel pour beaucoup. Je suis un truc bizarre venue d'une autre planète. Aimer sans sexe, sans être asexuel, c'est possible puisque ça me correspond (vu que je ne suis pas toute verte avec des antennes).

Bonne déconnexion, profite bien... pour aimer... pourquoi pas...

#

(compte clôturé)

le mardi 22 juillet 2014 à 16h56

Comme Semeur, je plussoie cette belle réponse d'aimerplusieurshommes (+)

#

Anges 2 (invité)

le mardi 22 juillet 2014 à 21h56

Mais pourquoi fustiges-tu les "coucheries" ? Tu attribues une valeur inférieure aux coucheries par rapport à l'amour, mais c'est un jugement qui t'est propre. Coucher peut être aussi agréable qu'aimer. Ta hiérarchisation me paraît très normée !

#
Profil

Papey

le mardi 22 juillet 2014 à 22h15

Anges 2
Mais pourquoi fustiges-tu les "coucheries" ? Tu attribues une valeur inférieure aux coucheries par rapport à l'amour, mais c'est un jugement qui t'est propre. Coucher peut être aussi agréable qu'aimer. Ta hiérarchisation me paraît très normée !

Faux. Ce qui est dit c'est "amour ≠ coucheries". L'amour peur avoir un lien avec la coucherie, ou non, la coucherie peut avoir un lien avec l'amour, ou non. Mais les deux ne sont pas systématiquement liés. Il n'y a aucune hiérarchisation la dedans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 23 juillet 2014 à 10h21

Je confirme Papey. Je suis mono mais plutôt très sexuelle. J'adore cela et ne dénigrerai jamais. Je suis la première à vouloir une sexualité variée et épanouie. D'autant qu'en matière de sexe, il y a toujours à découvrir, s'enrichir et le plaisir est à prendre.

Simplement, traduire le mot "amour" qui a pour moi un sens propre, par le mot "coucherie", je ne suis pas d'accord. On peut aimer sans coucher ; on peut coucher sans aimer. Il n'y a dans ce constat aucun jugement, en tout cas pas de ma part et je ne crois pas non plus de la part de Papey (qui a déjà répondu également en ce sens).

Je crois aussi, en parlant de respect et de non jugement, que les asexuels aiment sans coucherie. L'on parle donc bien de deux notions distinctes. Définir le polyamour comme "tu couches avec plusieurs personnes", ben je suis désolée, non. Poly signifie plusieurs mais amour ne signifie pas coucherie, en tout cas pas à mes yeux.

Aussi, je ne hiérarchise rien. L'amour, enfin les amours, font partie intégrante de moi. C'est un état. La coucherie, est un besoin auquel je répond. Personnellement, je peux aimer sans ressentir ce besoin. Cela ne veut pas dire que ce n'est pas vraiment de l'amour que je ressens.

Chacun vit le polyamour à sa manière, suivant sa personnalité. Moi, je ne peux pas être polysexuelle. Je ne peux pas, tout simplement. Je n'explique pas, d'ailleurs le peu que je comprend de cela, je n'ai pas à le justifier ici, c'est intime et privé. Simplement, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne à ce niveau-là.

En conclusion, oui je m'insurge quand on traduit amour par coucherie.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 24 juillet 2014 à 12h35

Lili-Lutine
On n’est pas toujours dans le même rêve … :-/

Pas faux, le gars dont je parlais est un peu "dans son rêve". Et ne comprend pas que tout le monde ne fonctionne pas comme lui...

Pour revenir au sujet, c'est peut-être aussi ça que ça montre, le "Moi je pourrais pas !" de certains.

"Moi je ne pourrais pas", sous-entendu "Mais comment toi, tu peux ???" (Tu es un(e) humain(e), tu devrais donc fonctionner comme moi...)

Enfin, je pense que ces gens-là sont minoritaires quand même.

Et je plussoie aussi la réponse d'aimerplusieurshommes, dire "Ben oui c'est possible, et tu vois moi je ne pourrais pas être exclusif(ve)", c'est très bien. (+)

#
Profil

bodhicitta

le jeudi 24 juillet 2014 à 16h48

Lulutine
Pas faux, le gars dont je parlais est un peu "dans son rêve". Et ne comprend pas que tout le monde ne fonctionne pas comme lui...

Pour revenir au sujet, c'est peut-être aussi ça que ça montre, le "Moi je pourrais pas !" de certains.

ha oui (+) <3 (+)
Si dans ce "moi j'pourrais pas" il y a un rejet ou un jugement sur les autres façons de fonctionner, on y répond pas de la méme façon que si c'est juste un manque d'imagination.
Autre chose qui n'est pas facile là dedans, c'est que du coup il ne faut pas aborder la situation de la méme façon, et que de se tromper peut etre "fatale"...
Ca vient de m'arriver... une fraiche relation ou
>je pensais que c'était l'imagination qui lui manquait, pour arriver à imaginer une relation libre.
>alors que ce qui le "bloque un peut" c'est un soupçon de rejet. Un peu dans la recherche de l'amour romantique en fait.

Sachant qu'il avait prévu de bouger "tout" cet été, j'lui ai montré que j'étais libre, et qu'il ne fallait pas qu'il s’inquiète je ne lui enlèverai jamais sa liberté que si j'ai besoin de tendresse j' ai d'autres moyens d'en avoir.
Ce fut... une grossière erreur... :-/
Car j'aurai pu + lui montrer le coté romantique, que ça, et que je, peux aussi avoir... <3
Et moi je n'ai qu’insisté sur le fait que je sois libre! "et regardes des cheris j'en ai plein, n'ai pas peur de me laisser seule (je le suis rarement)"
Par c que ça lui a un peu fait peur...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

ScottBuckley

le lundi 28 juillet 2014 à 17h15

LuLutine
Salut GreenPixie,

Ta question me fait penser à cet article de l'Elfe.

Pour ma part, je dois dire que parmi les personnes à qui j'ai parlé de polyamour, c'est une minorité qui m'a fait ce genre de réponse.

Et celles qui ont dit qu'elles "ne pourraient pas" ne l'ont pas fait (en général) sur le mode défensif, mais plutôt après une réflexion personnelle qu'elles ont conclu tout haut "Moi, je pense que je ne pourrais pas / c'est pas mon truc / etc."

Bonjour LuLutine,

eh bien en fait -pour le moment- , je ne vois pas trop la différence entre ces deux réponses façon "Moi je pense que je ne pourrais pas", car elles me semblent toutes les deux surtout basées sur le même mental réflexif/intellect (bourré de "morale" culpabilisante et de cerveau reptilien / instinct de survie / peur de l'abandon), ...
... et non pas sur de l'intuition/ désirs / ouvertures.

Quand on a un ' coup de coeur ' intuitif & intérieur pour quelqu'un, lorsque nos yeux pétillent lors d'une danse par exemple, cela passe souvent avant ' la raison ' / morale extérieure / religieuse (qui va souvent filtrer voire censurer ce coup de coeur).

Les jeunes enfants (à la maternelle...) sont souvent un bon exemple de ' coups de coeurs ' assez naturels, non filtrés, car illes ne savent pas encore que c'est "maaaal/beurk" d'aimer au sens large XXL, sans peurs, ou d'avoir deux amoureuses/amoureux, alors illes en ont souvent deux ou trois, tant que personne ne les dissuade, sans le "qu'en dira-t-on".

En fait, quand on parle de polyamory, souvent, on appuie inconsciemment sur un bouton rouge chez la personne en face de nous, et elle nous parle alors très très vite de ses peurs à elle, de ses barrières sociales à elle, de ses habitudes de fermer les portes à double tour + digicodes & badges de "résidence sécurisée" (sic) ....
(on se croirait parfois chez le psy)

... mais hélas pas (ou trop peu) de ses possibles potentiels, de ses désirs & énergies intérieures, de ses frustrations affectives / sensuelles / sexuelles / fantasmes tabous , de son envie de sortir de ces schémas de relations exclusives dominantes & micro-ondables...
( ou alors elles en parlent une fois la rupture consommée et/ou le divorce en cours, après coup, mais pas pendant la partie conjugale )

Et comme la plupart (en tout cas parmi celles rencontrées de mon côté) n'ont - semble-t-il - jamais essayé de vivre leurs relations affectives de façon vraiment ouvertes et sans possessivité, elles ne ' (res)sentent ' pas ce que cela pourrait faire dans leurs coeur et corps de respirer & d'aimer tout autrement.

Et je comprends bien leurs peurs et ressentis (pour avoir été un mono bien formaté pendant de trop looongues années, biberonné au disney channel / prince charmant / Cendrillon & autres contes "à la recherche de L'Unique femme de ma vie") :
> comment changer de logiciel affectif, quand on ne voit autour de soi presque que des schémas exclusifs ?
comment désinstaller "windows" et sa fenêtre exclusive avec ses barreaux au rez-de-chaussée (installés par défaut dans la plupart des ordis), pour opter pour un pingouin en open source via linux ?

Même les films qui parlent de relations plurielles se terminent trop souvent par une 'bad sad end' (pas ou peu de "happy end" dans les films polyfriendly que j'ai vus), notamment dans des films que je ne citerai pas (pour ne pas gâcher/spoiler votre visionnage éventuel de ces films).

" The hunt is over " (la chasse est finie, tout comme le jeu des Chaises musicales affectives), déclarait un personnage dans une série (Girls ? peut-être) l'autre jour, sous-entendu :
" - Tu as couru les hommes/femmes de 18 à 28 ans, maintenant la récréation est terminée, tu es casé-e tu vas t'unir à elle/lui, tu vas avoir un enfant donc : oublie les galipettes & les relations plurielles et deviens responsable/ sérieux/ conformiste / exclusive " .

La jeune femme et le jeune homme deviennent souvent " une maman/un papa " bien rangé-es, et perdent beaucoup de leurs libertés de jeunesse, de leurs coupes de cheveux libres, + bye bye les cuites du vendredi soir...

Pourtant, je ne désespère pas, et puis il y a quand même des oreilles attentives, notamment parmi les personnes et couples qui sont 'revenu-es' du schéma fusionnel avec pertes et fracas, qui se séparent/divorcent à la trentaine ( comme des millions de familles monoparentales, qui apparaissent tous les jours ), et qui disent à présent : "on ne m'y reprendra plu(s) !" ,
.... et ça me donne de l'espoir pour la génération à venir (+)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Leolu

le lundi 28 juillet 2014 à 17h54

GreenPixie
et puis il y a quand même des oreilles attentives, notamment parmi les personnes et couples qui sont 'revenu-es' du schéma fusionnel avec pertes et fracas, qui se séparent/divorcent à la trentaine ( comme des millions de familles monoparentales, qui apparaissent tous les jours ), et qui disent à présent : "on ne m'y reprendra plu(s) !" ,

.... et ça me donne de l'espoir pour la génération à venir (+)

Qui te dit que la génération à venir ne débutera pas elle-même par l'amour Walt Disney avant d'en venir elle aussi à "on ne m'y prendra plus".
L'exemple de la génération précédente ?
Qu'ont fait les enfants des hippies des années 70 ? ;)

Pour moi, le polyamour naît de quelques jeunes progressistes, mais aussi et surtout de beaucoup de "vieux" désabusés après une première expérience...
Car c'est l'expérience personnelle et elle seule qui permet de comprendre la philo poly.

...sinon les gens seraient capables de comprendre naturellement le principe et les avantages dès qu'on les leur explique, sans avoir ce réflexe défensif "moi je ne pourrais pas", non ? ;)

#
Profil

bodhicitta

le lundi 28 juillet 2014 à 21h53

GreenPixie
n'ont - semble-t-il - jamais essayé de vivre leurs relations affectives de façon vraiment ouvertes et sans possessivité, elles ne ' (res)sentent ' pas ce que cela pourrait faire dans leurs coeur et corps de respirer & d'aimer tout autrement.

:-/ les pauvres... :-/

GreenPixie
comment changer de logiciel affectif, quand on ne voit autour de soi presque que des schémas exclusifs ?
comment désinstaller "windows" et sa fenêtre exclusive avec ses barreaux au rez-de-chaussée (installés par défaut dans la plupart des ordis)

Faut pas oublier que l'on vie dans ce qu'on décide de faire vivre.
Dans ma vie l'amour est libre, tout mon entourage le sait, J'en parle, je le vie, donc on le voit autour de moi.
<3 de toutes façons j'suis vraiment pas fortiche avec les ordi-trucs, donc là aussi un autre parallèle:
Contente de connaitre des gens qui peuvent m'aider à désinstaller Windows,
Contente de connaitre des gens qui m'aide à faire vivre une relation sans barreaux.

GreenPixie
( comme des millions de familles monoparentales, qui apparaissent tous les jours ), et qui disent à présent : "on ne m'y reprendra plu(s) !" ,
.... et ça me donne de l'pour la génération à venir (+)

oui, c'est bien en voyant mon exemple familial que je me disais que "c'est que des conneries tout ça"
Mon pére un coureur de jupons, m'a élevé en me disant "t’emmerdes pas avec les mecs"
Ma mére, dommage pour elle, ses relations pathétiques
:-/ Donc le formatage n'a pas bien marché sur moi... ou p t être plutôt, c'est la programmation normée qui buguait
<3 C'est les idées d'amours libres qui m'ont laissé croire en l'amour

GreenPixie
elles me semblent toutes les deux surtout basées sur le même mental réflexif/intellect (bourré de "morale" culpabilisante et de cerveau reptilien / instinct de survie / peur de l'abandon), ...
... et non pas sur de l'intuition/ désirs / ouvertures.

La vérsion "pour moi c'est pas possible à l'imaginer" est plus douce que " pour moi c'est pas possible, c'est pas normal!"
Dans le 1er cas on lui permet de l'imaginer... en lui racontant ou lui montrant
2éme cas on lui explique l’intérêt des normes (en passant par la politique si on a le temps, pourquoi ils cherchent à nous couper de nos instincts, de nos désirs, de nos façons de sentir, de vivre).

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 13 mars 2015 à 11h29

Je disais cette phrase avant...je ne pourrais jamais...
Avant quoi?
Avant que je passe un an d'introspection totale en hopital psy et en thérapies musclées et diverses poru soigner ma mémoire traumatique et mon sentiment d'abandon.
Sortie de ces deux poids, je me suis re posée la question. Est-ce toujours aussi impossible (pour moi je n'en doutais pas de pouvoir le faire mais pas de gérer l'angoisse pour mon autre partenaire poly)...Eh bien SI. C'est possible, enfin je pense, enfin je suis prête à tenter...car j'ai évolué. Je n'ai plus peur de mes peurs...Et surtout je sais que la balance affective sera différente et je suis tout àf ait sortie de la peur de l'abandon. J'ai compris que je me suffisais entièrement à moi meme, indépendante, donc je n'ai pas besoin des autres pour combler un manque mais au contraire pour m'enrichir à leur coté. Wow le trajet parcouru ;)

Au plaisir de vous lire

#
Profil

Apsophos

le vendredi 13 mars 2015 à 12h21

Aliaendel
hopital psy et en thérapies musclées et diverses

Vous voyez que mon idée de goulag peut fonctionner !

Troll à part, Aliaendel mes félicitations (argl je dis pas ça souvent) si tu as pu te rapprocher de ton "idéal de toi".

#

(compte clôturé)

le vendredi 13 mars 2015 à 15h20

Hahaha le conditionnement en hopital psy c'est quelque chose....mais aç c'est un autre débat, et j'ai réussi à ne pas rentrer dans ce conditionnement et à prendre les choses intéressantes pour mon évolution. Mais on dirait bien un goulag ça c'est sûr ;)

#

passeparlà (invité)

le samedi 14 mars 2015 à 11h41

Je dirais pour ma part que cette réponse me fait penser aussi à ce phénomène qui se produit lorsqu'on annonce qu'on est au chômage ou bien qu'on a un cancer.
Le vide se fait autour de vous.
Tout simplement parce-que ça n'est juste pas "entendable".
Certaines personnes pour des raisons qui leur sont propres ne peuvent pas entendre ce que vous tentez de leur dire.
La réaction je l'assimile à un besoin de se protéger.
En général lorsque j'ai affaire à ce type de réaction, je n'insiste pas.
Où bien j'y reviens par petites touches soft, histoire de ne pas faire "violence" à l'autre.
C'est aussi une forme de bienveillance. Un dosage, un tâtonnement avec l'autre. Car après tout moi aussi dans ma vie j'ai parfois eu et ai parfois du mal à entendre certaines choses.
Et je comprends que cela puisse être trop troublant ou perturbant.
En fonction de sa bienveillance aussi à lui ou elle. Je peux aussi parfois être en mode "je te bouscule" parce-que l'autre me bouscule, même si ça n'est pas dans mes principes à la base, on fait ce qu'on peut hein personne n'est parfait.

Et je me fie à mon intuition (qui s'aiguise au fil du temps il faut bien le dire) pour me rapprocher des personnes en capacité d'entendre lorsque j'en ressens le besoin.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion