Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

De potentialité à la réalité : comment accepter le polyamour ?

Monogamie
#

(compte clôturé)

le mardi 12 janvier 2016 à 00h36

Bonsoir à tous,

Je ne pensais pas réécrire de si tôt sur le forum tant je voulais mettre à distance le polyamour de ma vie et tant je refusais que le polyamour de mon amie devienne "mon problème", une obsession. Mais bon aujourd'hui j'ai peur de perdre pied, donc avant de prendre une décision hâtive sous le coup de l'émotion, je préfère vous écrire.

Mon ami s'en va demain pour 4 mois au Costa rica faire une formation de massage. J'appréhende énormément la séparation, peut-être plus que je ne devrais. On ne vit pas ensemble, on vit une relation à distance depuis 10 mois ponctuée tous les mois ou deux mois de rencontres. Donc 4 mois c'est peu et beaucoup à la fois.

Je connaissais ce projet de voyage depuis le début de notre relation. Ce qui m'angoisse c'est que pour la première fois depuis le début de notre relation, c'est que mon ami ira voir ailleurs. Il ne s'en ai pas caché. En fait, on est plutôt transparents l'uns envers l'autre. Peut-être trop. On se dit tout ou presque. On est très fusionnels. Je me surprends à rester cool. Il y a quelques mois ou quelques années, ce type de conversation m'aurait fait bondir. Pourtant pour moi, avoir un rapport quoique purement sexuel n'est pas aussi anodin que "jouer à une partie de tennis". J'aurais voulu que mon ami me propose de le rejoindre une quinzaine de jours mais il n'a saisi aucune de mes perches. Comme si voyager seul était pour lui l'occasion rêvée de multiplier les aventures sexuelles. J'ai l'impression que cela va être la fête du slip. J'ai du mal à rester indifférente et totalement sereine à cette idée même si je tiens à respecter son besoin de liberté. J'ai de plus en plus de mal à lâcher prise et rester dans le présent. J'ai l'humeur morose. Je commence à avoir de la tension.

Suite au dernier sujet que j'ai lancé sur le forum, je ne suis pas encore parvenue à aborder la question des limites même si j'ai pu faire part de mes craintes. Difficile de poser mes conditions alors que mon ami se refuse de s'engager et que l'on ne forme pas un couple à proprement dit. Il continue à nous mettre l'étiquette d'amis même si notre façon de fonctionner attesterait du contraire. Je suis parvenue à moins me formaliser à ce sujet. Ce qui compte pour moi, ce sont ses actes. On ne fait que se rapprocher. On communique beaucoup. Je sens qu'il baisse la garde. Mais chaque fois mon ami se dit être touché par mes propos sans pour autant me rassurer vraiment. Hier on a eu une vraie discussion sur le sujet. La seule chose qu'il m'a dit est qu'il souhaitait que je sois heureuse et que je ne me fasse pas de soucis en son absence. Que je devais continuer à vivre ma vie. Il a émis la possibilité de m'informer s'il avait des aventures. Je ne sais pas si je suis prête à tout entendre, en même temps j'ai peur d'être dans le déni et de vivre dans l'illusion. Lui m'a dit curieusement qu'il ne voulait pas savoir si jamais j'avais pendant son absence un rapport avec quelqu'un d'autre mais en même temps, je le perçois comme une énorme marque de respect et de confiance en me laissant cette part de liberté. J'ai tout de même insisté pour qu'il utilise à chaque fois le préservatif.

J'ai peur que notre relation en pâtisse si on commence à avoir des secrets l'un l'autre. Je veux continuer à lui faire confiance et continuer à l'aimer sans condition. Je me suis rarement si bien sentie avec quelqu'un. Je suis amoureuse et j'Ai envie de donner une chance à cette histoire de perdurer.

Mais dans le même temps j'ai de plus en plus de mal à me projeter dans la relation. J'ai peur de faire des plans sur la comète. Je commence à avoir des attentes, je sais que c'est dangereux et que cela me conduira nulle part. Je me sens en insécurité affective. J'ai peur de ne plus être importante à ses yeux s'il a et entretient une proximité physique avec d'autres femmes. Plus j'y pense plus cela m'angoisse. Je commence à me dire qu'il est peut-être encore temps de mettre un terme à cette relation. Je ne suis pas complètement maso. Je ne suis pas obligée d'accepter l'impossible et de me torturer. Pas envie de me rendre malade. J'ai pas envie de prendre mes distances avec lui pour me protéger. Pas envie de faire le deuil de notre relation qu'il m'allait très bien comme elle était "avant". J'ai peur de ne plus y trouver mon compte.

Bref je doute.

Je serais ravie d'avoir le point de vue de poly et de mono.

Merci pour votre aide.

Benedicta7

#
Profil

Nurja

le mardi 12 janvier 2016 à 07h34

Pourquoi parles-tu de fête du slip ? Si vous vous voyez déjà une fois par mois (par deux mois), cela pourrait déjà être la fête du slip même sans ce voyage.

J'ignore pourquoi il n'a pas saisi "tes perches" pour le rejoindre 15 jours. Il est possible qu'elles n'aient pas été claires assez pour lui. Possible aussi qu'il ait juste envie de se retrouver avec lui-même. Ou possible qu'il ait envie de vivre cet expérience seul, quel qu'en soit la raison.

Je suis incapable de te donner un point de vue mono. Du point de vue poly, hormis le fait de se protéger vis-à-vis des IST et donc de te protéger, je ne vois rien de particulier.

Courage à toi

#
Profil

Siestacorta

le mardi 12 janvier 2016 à 08h55

Bonjour Benedicta,

En tout cas, tu en vis des choses, cette année. Pas facile, mais enrichissant, et t'as l'air d'avoir une tête bien solide, de ces points de vue ça augure bien.

Sur ton dernier post, j'ai accroché sur

Benedicta7
Difficile de poser mes conditions alors que mon ami se refuse de s'engager
(...)
Ce qui compte pour moi, ce sont ses actes. On ne fait que se rapprocher.
(...)
Je sens qu'il baisse sa garde.

Il est probablement sur la défensive sur son indépendance, sur l'engagement, et au moins ça a une qualité, il te fait pas des promesses de benêt qui ne tient rien ensuite.
Mais s'il est sur la défensive, est-ce que toi-même tu dois vivre lachose comme une guerre de positions, à essayer de sécuriser petit bouts de territoires par petits bouts de territoires ? Parce que ça détermine beaucoup les éventuels sentiments de perte.
Alors que, dans les actes, il semble se passer quelque chose d'important, même de sa part (il propose de la transparence donc il se préoccupe assez de ce que tu ressens pour pas faire comme si ça devait pas te toucher, il passe semble-t-il beaucoup de temps auprès de toi), cette espèce de tension vers "la Vraie Vie de Vrai Couple", au moment même où tu vois les actes, semble raconter que tu en doutes en permanence de l'importance du lien.
Et si ça se trouve, ça détermine des réflexes d'alerte chez lui plus forts qu'ils ne seraient si tu étais plus sur la santé dans la relation que dans une lutte de frontière contre le grand extérieur. C'est très attachant, un partenaire qui te dit qu'il est content pour toi, qui est tout à la joie d'être avec nous et prend plaisir à nous savoir heureux dans nos pérégrinations, kilométriques ou affectives.

Bon, si ça se trouve aussi, il est dans une phase de sa vie où oui, il a besoin et de beaucoup de liberté, et de faire la fête du slip. Et alors ? Avec toi, c'est un service militaire, ce qu'il va vivre ? Est-ce que tu considères toi-même que tu offres de l'enfermement ? Non, s'il est avec toi, en "ami", mais semble-t-il, intensément, c'est qu'il t'estime capable de partager le bonheur qu'il cherche, que tu as de la liberté aussi à prendre.
Alors oui, ici, tu viens nous parler des difficultés de lâcher prise, et c'est normal de pas s'en foutre, de s'inquiéter, de pas estimer que le polyamour c'est comme le saint-esprit, après on doute plus de rien... Non, on garde nos insécurités, nos attentes, on est frustré, comme dans toutes les histoires amoureuses.

Du coup, tout tient dans le dialogue (et pas à la minutes, on va dire, le dialogue renouvelable). Actuellement, le dialogue me semble limité par, d'un côté, un sous-entendu de "je veux pas qu'on parle de relation amoureuse" et de "l'autre "je veux être sûre d'où nous allons". Mais les demandes que vous allez avoir là-dessus ne parlent plus de vous, elles parlent de qui qu'aurai raison.
Si tu lis le forum souvent, tu as du entendre paler de CNV ? Communication Non Violente. Regarde ce que tu trouve sur Wikipedia.
Vos dialogues, pour l'instant, esquivent je crois un conflit, il y a un modus vivendi. Et ça peut être très bien comme ça, dans certains cas. L'histoire pourrait se vivre et bien se passer. Mais puisque tu tiens à en parler, alors tente de bien en parler avec lui. Dans la CNV, l'un des moyens de trouver de l'assurance dans ce qui se dit, c'est de pas confondre le besoin, la demande qu'on exprime, et la proposition qu'on peut nous faire.
Déjà, identifier le besoin... Par exemple, "que mon homme réponde au doigt et à l'oeil" iou "que mon homme ne regarde pas d'autres femmes" ne serait pas un besoin, c'est un fantasme de contrôle qui cacher le besoin d'être sécurisée sur les intentions d'un partenaire.
Bref, tu peux faire le tri dans tes attentes, tes peurs, exprimer un besoin, pourquoi il n'est pas rempli dans tel contexte, et demande que l'autre propose une façon pratique de faire qui n'entrave pas ses propres besoins.

Je détaille tout ça, alors que si je te lis bien, tu as déjà pas mal de capacité de recul, et que peut-être tu connais déjà les mécanises de base dont je te parle. Je dis pas que la CNV est la solution à tout, les sentiments restent à mon sens un grand bazar qui présente toujours de nouvelles surprises, et qui n'est pas un problème avec des solutions simples, juste de la vie à vivre.
Mais comme je te dis, je crains que vos perceptions soient faussées par des postures, que ce qui fait le lien soit ici considéré comme le nerf de la guerre alors que c'est les matériaux de construction.

Tu me diras si ça te parle.

#

(compte clôturé)

le mardi 12 janvier 2016 à 09h15

Bonjour,

Merci @Nurja pour cette première réponse.

Je parle de "fête du slip" parce que mon ami ne m'a pas caché avoir un fort appétit sexuel et que le cadre idyllique de ce voyage lui donnait envie de multiplier les conquêtes comme il le fait chaque fois qu'il voyage (c'est un grand voyageur). Sans vouloir surinterpréter j'ai l'impression qu'il change de personnalité quand il est en voyage, devenant moins introverti. J'ignore par contre s'il ne vit pleinement ses envies libertines qu'en voyage. Je n'ai pas envie de me voiler la face à ce sujet.

Oui on ne se voyait jusquici qu'une fois par mois voir tous les deux mois. On se dit tout ou presque donc s'il me dit que jusqu'ici il n'a vu personne d'autre je le crois.

Jusqu'ici nous n'avons jamais porté de préservatif sauf le premier mois de notre relation. On avait fait des tests des deux côtés. Lui comme moi on préfère le faire sans. Je pensais à son retour lui demander de refaire un test avant de reprendre des rapports non protégés. J'ai des a priori sur le port continu du préservatif au stade "avancé" d'une relation. j'estime que notre relation est sérieuse. Par contre, le polyamour de mon ami n'est pas mon choix et je ne veux pas en pâtir. Je ne sais pas dans quelle mesure je peux lui faire confiance s'il me dit qu'il se protège par ailleurs.

Au delà d'une protection contre les IST j'imagine que j'ai besoin d'une protection émotionnelle pour ne pas prendre personnellement et trop à coeur ce qui pourrait se passer.

#

(compte clôturé)

le mardi 12 janvier 2016 à 09h26

Désolée @Siestacorta. Je n'ai pas vu ta réponse tout de suite. Je vais la lire en détail et tenter d'y répondre quand j'ai un moment

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mardi 12 janvier 2016 à 15h41

J'aime bien ce qu'ont écrit les copains. Moi ce qui m'a particulièrement frappé dans le message initial c'est :

Benedicta7
dans le même temps j'ai de plus en plus de mal à me projeter dans la relation. J'ai peur de faire des plans sur la comète. Je commence à avoir des attentes, je sais que c'est dangereux et que cela me conduira nulle part.

Dans la logique de ce que disait Siesta sur la différence entre "besoins" et "demandes", est-ce que ce n'est pas ça le point sensible ? Mon sentiment est que dans une relation impliquante à longue distance comme la vôtre, l'insécurité émotionnelle est difficile à éviter, poly ou pas poly. Cette question de la projection, de l'avenir, vous en avez parlé ? Un rapprochement géographique à terme est-il envisagé par exemple ?

#

(compte clôturé)

le mardi 12 janvier 2016 à 23h31

Bonsoir,

Merci pour vos retours. Ils me sont très utiles. Vous considérez des aspects de ma relation que je n'avais pas envisagé.

@Siestacorta : en fait je ne pense pas vraiment à "une guerre de positions" quand je décris ma relation avec mon ami. Je ne cherche pas à tout prix à maintenir mes positions. Je veux juste une place dans sa vie.

"cette espèce de tension vers "la Vraie Vie de Vrai Couple", au moment même où tu vois les actes, semble raconter que tu en doutes en permanence de l'importance du lien."

En fait, je marche sur des oeufs. Je m'efforce de l'apprivoiser malgré mes peurs. Je n'ai aucune certitude en fait. Une seule chose est sûre pour moi, je me sens bien avec lui et je veux que notre relation perdure. Je ne comprends pas bien ce que tu entends par "un sentiment de perte". Tu veux dire un sentiment d'abandon ? Certainement, j'ai toujours été consciente d'avoir une tendance à la dépendance affective. Je me soigne comme je peux

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 12 janvier 2016 à 23h36

J'ai aussi très peur de le perdre du jour au lendemain, qu'il me délaisse pour une autre.

"Actuellement, le dialogue me semble limité par, d'un côté, un sous-entendu de "je veux pas qu'on parle de relation amoureuse" et de "l'autre "je veux être sûre d'où nous allons". Mais les demandes que vous allez avoir là-dessus ne parlent plus de vous, elles parlent de qui qu'aurai raison."

Je crois qu'en la matière j'ai renoncé à avoir le dernier mot mais il est vrai que tout n'est pas réglé pour autant. J'avais déjà entendu ici et là de la CNV mais je n'avais pas réalisé sé que je pouvais m'en servir dans la situation qui me préoccupe. Cela me donne encore plus envie d'explorer cette voie même si je ne saisis pas encore tout.

@Tcheloviekskinoapparatom :
"Mon sentiment est que dans une relation impliquante à longue distance comme la vôtre, l'insécurité émotionnelle est difficile à éviter, poly ou pas poly."

En fait j'ai toujours entretenu des relations longues distances. Limite, c'est le type de relation que je préfère pour l'instant car je suis quelqu'un d'indépendant. Mon insécurité affective vient plutôt de l'absence d'engagement. De là à imaginer un rapprochement géographique cela me semble pour l'heure difficile même si je rêve secrètement de vivre un jour avec mon ami. J'ai déjà du mal à le faire adhérer à l'idée de lui rendre visite quelques jours pendant son voyage au Costa Rica.

"Cette question de la projection, de l'avenir, vous en avez parlé ?"
Mon ami refuse de projeter dans l'avenir en tant que "couple". La seule chose qu'il m'a exprimé, c'est qu'en étant ami on était sûr que notre relation puisse perdurer une vie entière. Il ne parvient à se projeter que dans cette posture. Je lui ai pourtant avoué à demi-mots que je me voyais faire ma vie et fonder une famille avec lui mais j'ai renoncé à remettre le sujet sur le tapis de peur de lui faire peur. De même, et cela me mine, je m'interdis de lui dire "je t'aime" alors que j'en meure d'envie.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 13 janvier 2016 à 01h07

Benedicta7
Je ne comprends pas bien ce que tu entends par "un sentiment de perte". Tu veux dire un sentiment d'abandon ?

Oui, à peu près ça, ma phrase s'est arrêtée avant que finisse ma pensée. Je veux dire qu'on a peur de perdre la relation, donc oui, la peur de l'abandon ça correspond, désolé pour le flou.

La CNV, c'est juste un outil pour trier ce qu'on veut dire... S'assurer qu'on dit tout ce qui est important, sans contraindre l'autre à abandonner ce qui est important pour lui.

#

(compte clôturé)

le dimanche 28 février 2016 à 07h09

Depuis mon dernier post la situation a quelque peu évolué. Je me sens complètement pommée. Dans ma tête c'est les montagnes russes. Mes montées d'angoisse sont à leur paroxysme ces derniers jours et je ne sais pas comment gérer ça. Je comprends pas pourquoi je me mets dans tous ces états. J'ai des crises de larmes à répétition.

Je vais peut-être me répéter pour ceux qui ont déjà réagit à un autre de mes posts.

Je ressentais un manque d'affectif et d'ordre sexuel depuis quelques semaines déjà que j'avais exprimé à mon ami qui m'avait conseillé de ne pas les réprimer. Du coup je suis passé a l'acte il y a 15 jours. J'ai rencontré un homme sur Okcupid avec qui j'entretiens une relation que je ne souhaite pas pour l'instant sérieuse. C'est assez nouveau et inédit pour moi qui me suis toujours considérée comme étant mono et qui suis toujours restée exclusive à toute épreuve.

Depuis ressens un mélange de culpabilité et un sentiment de perte et d'abandon aussi. J'ai la désagréable sensation que mon ami s'éloigne de moi et prend ses distances depuis que je lui avoué cette relation. Il m'avait dit que je ne devais pas culpabiliser, que le sexe n'était pas sale, que ce qui comptait le plus pour lui c'est que je sois heureuse et qu'à son sens cela qu'il y ait une autre personne ne change rien à ce que l'on sent l'un pour l'autre... mais dans les faits je le sens fuyant. On s'est presque pas parlé de la semaine. Habituellement on est connecté 3 à 4 fois dans la semaine. Je le sais très occupé par ses cours de massage mais ses silences m'angoissent. Je ne sais pas comment lui exprimer tout ça car j'ai la sensation de beaucoup me plaindre en ce moment car je suis trop en demande. J'ai trop d'attentes. J'ai besoin d'être rassurée sur beaucoup de choses mais n'obtient pas de réponses de mon ami qui parviennent à m'apaiser durablement.

Mon sentiment d'insécurité affective me pèse beaucoup en ce moment. Je vis très mal le flou de notre relation. Au fond je crois que j'attends désespérément il me déclare sa flamme. Qu'il me rassure quant à ses sentiments et me dise que même s'il voit d'autres femmes, je reste importante pour lui. Mais ça je ne peux pas lui dire.

Ce qui me mets dans tous mes états ce week end c'est que je ne me sens pas soutenue par mon ami à l'approche d'un voyage en Inde que je vais faire seule dans 15 jours. Il sait pourtant le défi que cela représente pour moi. Ensuite j'ai vu un commentaire d'une femme sur son profil Facebook qui m'a déplu. Une femme qui lui disait qu'il lui manquait ce qui m'a fortement déstabilisée. A croire qu'il entretient une relation intime avec elle ce qui me rend jalouse. Je crains qu'il se soit passé quelque chose avec cette femme et qu'il ne m'ait rien dit. Ce que je considérerais comme une trahison et un manque d'honnêteté alors que moi il y a 15 jours j'ai fait pris sur moi pour lui avouer que j'en voyais un autre. Je l'ai interrogé sur la nature de cette relation mais sa réponse tarde ce qui ajoute à mon état de stress et de confusion. Il vient de rencontrer cette femme depuis quelques semaines qu'il a croisé dans une auberge de jeunesse je suppose. Ce qui me mets hors de moi c'est que cette femme se permette d'exposer ça sur son mur alors que moi ça fait des mois que je l'attends, ça va faire 3 mois que je ne l'ai pas vu et j'en souffre beaucoup. Je crois qu'il a du mal à l'entendre. Il qu'il m'évite parce que je vais mal.

Je ne sais plus quoi faire. J'ai peur de prendre une décision radicale. Je souffre trop. J'ai besoin d'être seule. J'hésite à couper les ponts ou à faire une pause de quelques semaines. J'estime qu'à ce jour cette relation est déséquilibrée et me renvoie trop à mes fragilités. Je vois pas comment observer ma douleur avec détachement et de façon objective car elle me submerge.

J'ai pas envie que cela affecte mon autre relation du moment. Je sens qu'elle est en train de dévier. Mon amant m'a avoué cette semaine qu'il se sentait bien avec moi et qu'il souhaitait qu'on continue à se voir quand mon ami rentrera. Jusqu'à présent notre relation était plutôt saine. Je ne veux pas me servir de lui pour passer le temps et me défouler quand je me sens seule ou en manque d'affection ou de sexe.

Peut-être que je devrais consulter un psy pour mieux comprendre pourquoi je suis en dépendance affective et m'attache constamment à des hommes qui ne peuvent pas satisfaire ce besoin. Par contre j'ai peur d'être jugée car je suis plutôt anticommuniste.

Merci d'avance pour votre aide

#
Profil

Lagentda

le mardi 01 mars 2016 à 23h53

Bonjour Benedicta....
En te lisant , on a effectivement qu'il y a beaucoup de mélange dans ta tête, des mélanges de ressentis désagréables : un peu de culpabilité, un peu de jalousie, un peu de peur de l'abandon, un peu de blessure narcissique et surtout beaucoup de noeuds dans la tête.
Bon après, n'oublions pas : l'écriture est un miroir déformant, au sens qu'on agrége tous les tourments d'une semaine, qui a eu par ailleurs des moments calmes ou bons)

De toute évidence, il transparaît une sorte d'insécurité affective, de manque de confiance en toi... j'ai l'impression que tu es assez systématiquement en recherche d'une validation par autrui : soutien dans ton voyage en Inde, importance de ce qui transparaît sur les réseaux sociaux, et surtout demande de mise en mot de la nature de la relation avec ton compagnon... Pas facile d'avoir le bon lâcher-prise...

Sinon, quel est le lien entre consultation psychologique et communisme ?

#

(compte clôturé)

le vendredi 04 mars 2016 à 20h39

J'ai fait une faute de frappe. Je voulais parler d'anticonformisme.

Oui tout est un peu confus dans ma tête. Surtout j'ai réalisé en parlant avec mon amis que je m'étais trompée sur toute la ligne. Il n'avait juste pas d'accès à Internet et cette femme n'était qu'une connaissance. Je crois qu'il est important que je consulte un psy.

Après je ne vois pas en quoi le fait de demander de l'aide sur ce forum fait de moi quelqu'un qui recherche l'assentiment des autres en permanence sur les réseaux sociaux. Je ne peux tout simplement pas parler de polyamour à mes proches qui ne feraient que me juger. Seuls mes plus proches amis sont au courant de mes relations libres.

Merci tout de même @Lagentda de m'avoir répondu

#
Profil

alex666

le dimanche 06 mars 2016 à 09h05

Je ne pense pas que c'etait une validation sur reseau sociaux dont parlait lagenda, en tout pas dans le sens "instagram" a coup de "dites moi que je suis belle!". Plutot que tu cherches, inconsciemment, du "dites moi que je suis pas folle et que ce que je fais/vis a un sens". En gros c'etait pas une remarque negative, je pense qu'il suggerait plutot que tu etais pas au fait de tes propres certitudes et que tu devais travailler sur ton estime de toi (pas juste dans le sens respect mais aussi conviction). Et pour le coup si je me trompe pas et que je lui prete pas des propos qu'il a pas eu, je pense qu'il a raison et que dans ce type de relation la reappropriation du "je" c'est encore plus important que le reste

#

(compte clôturé)

le dimanche 06 mars 2016 à 23h11

Je ne suis pas sûre de tout comprendre mais si je saisis l'idée, cela veut dire que tout passe d'abord par moi. Que je ne dois pas tout attendre d'une relation pour combler mes besoins. La relation qui prime c'est celle que j'ai avec moi même. Je pense que c'est le chemin que je dois suivre. C'est pour cette raison que je souhaite voir un psy.

Parler de réappropriation du "je", est-ce davantage s'affirmer ? J'essaie sur les principes de la cnv de formuler l'expression de mes besoin avec beaucoup de précaution mais je ne reçois au final aucune réponse ou esquisse de solution qui puisse me rassurée et je suis fatiguée de me répéter et de me plaindre.

J'ai décidé de prendre un peu de recul pendant quelques semaines et de penser à moi pour me recentrer quand ma relation à mon ami est actuellement source d'angoisse et d'insécurité. Je ne sais pas encore où cela me mènera ou si ma relation n'en pâtira pas ou y survivra. Je ressens de la culpabilité à cette idée.

Par contre comment parler de conviction ? Je ne pense pas être la seule sur ce site à n'avoir aucune certitude quand à ma/mes relations. Surtout quand dans mon cas il n'y a aucune étiquette ni accord sur des règles partagées ou un contrat moral. Je ne pense pas être la seule sur ce site à avoir des doutes.

#
Profil

Lagentda

le lundi 07 mars 2016 à 02h35

En termes de validation sur les réseaux sociaux, je ne parlais pas forcément de ce forum. Les échanges aussi sont courtois, ouverts et francs. Ils ne remplacent pas un rendez-vous chez le psy, mais ça peut venir à côté. Bref, ce sont des échanges plutôt chaleureux.
De mémoire, si j'avais cité les réseaux sociaux, c'est que tu évoquais des bouffées de souffrance au moment où tu avais des connexions moins fréquentes avec lui, et au moment où tu voyais cette femme poser sur le mur, et qu'au final, avec l'effet caisse de résonance des réseaux sociaux, on ne se rend pas compte qu'on a parfois affaire à une tempête dans un verre d'eau.
Mais, je te rejoins, Benedicta, sur le fait qu'on a tous des doutes. Et, c'est normal (et je dirais même sain) de savoir qu'on ne comprend pas toujours l'autre, qu'on ne voit que la partie émergée de l'iceberg.
Et, puis, oui, comme le disait Alex, l'objectif de réappropriation du "je" est central dans la quête de l'apaisement.

"Je ne suis pas sûre de tout comprendre mais si je saisis l'idée, cela veut dire que tout passe d'abord par moi. Que je ne dois pas tout attendre d'une relation pour combler mes besoins"... c'est ça...

Portes toi bien.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion