Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment avoir l'esprit ouvert en couple avec un poly ?

Monogamie
#

(compte clôturé)

le dimanche 20 juillet 2014 à 13h55

Bonjour à tous,

J'ai découvert ce site depuis peu et aurait besoin de vos conseils. Je suis tombée éperdument amoureuse d'un homme dont les valeurs et le mode de vie anticonformistes correspondent en tout point à mon idéal à une chose prêt : notre conception du couple. Nous formons un couple atypique : il est polyamoureux et moi exclusive dans mes relations amoureuses.

Cet homme a bouleversé ma vie et me pousse dans mes retranchements. J'ai conscience que ce genre de rencontres ne se présente que rarement dans une vie. Je veux donner toutes mes chances à mon couple de perdurer. Je me vois faire ma vie avec cette personne. Je me définie comme étant quelqu'un d'ouverte d'esprit mais le fait qu'il ne soit pas exclusif m'angoisse. Comment envisager un terme tout quitter pour le rejoindre dans le Sud et envisager une relation durable et équilibrée ?

J'ai une peur bleue de l'abandon et des maladies sexuellement transmissibles. Dois-je pour autant m'oublier et me résoudre à le partager ?
Comment apprendre à ne plus être jalouse ni possessive ? Je ne veux pas en venir à le détester. Les qu'en dira-t-on m'importent peu mais je ne ressens pas pour ma part le besoin de voir ailleurs mais tient à ce qu'il soit heureux.

Je suis d'autant plus troublée que mon ami, ascète et ermite avec de nombreux blocages sexuels découvre à peine la sexualité. Je suis sa 1ère relation sérieuse et la 2e femme avec qui il a des rapports sexuels. Comment dans ces conditions peut-il avoir la certitude d'être poly ? Ai-je des raisons de m'angoisser pour quelque chose qui releverait de l'hypothétique ? Je voudrais pouvoir le comprendre et le soutenir sans le juger.

Je serais curieuse de bénéficier des témoignages de poly ou monogames dans la même sotuation. Avez-vous déjà rencontré des partenaires ayant accepté votre différence ? Quelles limites vous êtes-vous fixés ?

Merci d'avance pour votre aide.

Bénédicte

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 20 juillet 2014 à 16h11

Bonjour !
Je viens de poster un pavé pour quelqu'un d'autre, mais promis, je reviendrai te répondre plus tard.

Sur un point :

Bénedicte
Je suis sa 1ère relation sérieuse et la 2e femme avec qui il a des rapports sexuels. Comment dans ces conditions peut-il avoir la certitude d'être poly

Peut-être que l'exclusivité était justement une des raisons pour lesquelles il n'a pas voulu entamer plus de relations, parce qu'il sait, cet ermite, qu'il peut désirer une indépendance plus forte que beaucoup d'autres gens, et qu'il ne paiera pas le prix de la contrainte exclusive pour être aimé, et ne souhaite pas le faire espérer.
Par ailleurs, s'il n'a pas beaucoup d'expérience, il a celle de ne pas s'être mis en couple quand "les garçons et les filles de son âge qui s'en vont main dans la mains deux par deux". Ses sentiments, à la différence de beaucoup de gens, ne l'ont pas poussé au couple, non pas parce qu'aucune fille chouette n'a croisé sa route, ni qu'il attendait la partenaire idéale destinée par l'univers à le combler amoureusement, mais peut-être parce qu'il a mis ce temps à imaginer dans quel cadre il serait capable d'avoir une relation, et que maintenant qu'il a réfléchi à ça, il est prêt à essayer avec quelqu'un qui accepterait ce principe.
Il a l'expérience d'avoir évité les relations jusqu'ici parce qu'il est un peu hors-normes, ça a autant de sens que de n'avoir commencé que des relations monogames plus jeune sans penser qu'on pouvait proposer ou se faire proposer autre chose !

Pour ce qui est de tes craintes d'abandon, de jalousie et de MST, je reprendrai plus tard, si d'autres n'ont pas réagi sur ces points.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bodhicitta

le lundi 21 juillet 2014 à 16h07

Benedicta7
Je me vois faire ma vie avec cette personne. Je me définie comme étant quelqu'un d'ouverte d'esprit mais le fait qu'il ne soit pas exclusif m'angoisse.

Donc, tu te vois faire ta vie avec lui en sachant qu'il est non-exculsif depuis le début, normal que ça t'angoisse tant que tu n'arrives pas vraiment à imaginer une relation non-exclusive dans les faits, l'inconnu fait peur!
Mai tu as envie de vivre cette relation, partie de là, vous n'avez qu'à la vivre et trouver votre fonctionnement qui vous convient et vous rende heureux touts les 2 fonctionnement qui peut (je dirais qui doit) être évolutif, du moins si le besoin s'en fait sentir.

Benedicta7
Je suis tombée éperdument amoureuse d'un homme dont les valeurs et le mode de vie anticonformistes correspondent en tout point à mon idéal

Benedicta7
J'ai une peur bleue de l'abandon et des maladies sexuellement transmissibles. Dois-je pour autant m'oublier et me résoudre à le partager ? Comment apprendre à ne plus être jalouse ni possessive ?

Les MST ? il n'y a pas plus de risque en relation poly qu'avec un mono... C'est pareil il n'y a qu'une solution: la capote!! au passage, dédramatise la capote rentre la dans un jeu offres lui en et essayez le préservatif féminin (je sais le prix :-( mais moins perturbant pour lui si il doit s'y faire) (bon pas trés joli m'enfin de rester lové l'un dans l'autre aprés c'est sympa aussi)
Surtout ne t'oublies pas! mais p t etre continu de réfléchir et de laisser tes fonctionnements à toi évoluer, en fait tu l'aimes car il est comme il est et sa vision du couple fait partie de lui, de sa façon d'etre atypique, qui t'a tant séduite

Benedicta7
Je suis d'autant plus troublée que mon ami, ascète et ermite avec de nombreux blocages sexuels

Un de mes chéris est bien souvent comme un ermite c'est aussi pourquoi je dis que c'est un ours, et les "blocages" était bien présents au début, il n'a jamais était trés porté par la sexualité (hihi maintenant tout va bien, il est bien décontracté sur le sujet :-D (+) ) ça faisait en effet 5 ans qu'il n'avait pas eu de copine car il ne voulait pas qu'on lui prenne la téte, et que personne ne soit en position d'exiger quelque chose de lui, il préférait se passer de relation et rester tranquillement à faire sa vie.
C'est pour ça que j'ai réussi à l’apprivoiser, car il à comprit que je n’accepte aucune exigence (si ce n'est de dire la vérité) et que par conséquence je ne suis pas exigeante que je respecte la vie et donc la liberté de chacun

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

MagentadeMars

le lundi 21 juillet 2014 à 16h40

La question n'est pas plus fondamentale : comment avoir l'esprit ouvert ?

On pourrait même voir un couple poly comme une occasion formidable : on confronte des situations où son éducation dit "c'est mauvais, malsain, inacceptable". Alors, c'est le moment à se calmer et de se poser la question "Pourquoi c'est tout ça ? Selon qui ?"

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bodhicitta

le lundi 21 juillet 2014 à 17h09

J'ai oublié de parler de l’abandon, j'ai bien plus peur d'étre abandonnée par quelqu'un qui me dit qu'il m'aime à tel ou tel condition.
Je me sens beaucoup plus sereine lorsque on me dit m'aimer tel que je suis et quoique je fasse avec qui que ce soit, et que je peux mettre des jupes courtes si ça me chante et sourire à tout les hommes que je veux!
Là je veux bien croire aux "je t'aime"

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

MagentadeMars

le lundi 21 juillet 2014 à 17h56

D'autant plus que si ma partenaire se fait tourner la tête par un autre, elle n'aura pas besoin de m'abandonner pour y goûter...

#
Profil

Leolu

le lundi 21 juillet 2014 à 18h17

bodhicitta
Je me sens beaucoup plus sereine lorsque on me dit m'aimer telle que je suis et quoique je fasse avec qui que ce soit, et que je peux mettre des jupes courte si ça me chante et sourire à tout les hommes que je veux !

Là je veux bien croire aux "je t'aime"

Très beau commentaire ! :)

Aimer, c'est laisser libre.
Plaire si on veut aussi être aimé.
Aimer, c'est observer, Plaire c'est attirer...
Mais on n'aime pas en enfermant, et on ne plait pas en retenant.

La peur de l'abandon se calme lorsqu'on a réappris à s'aimer en tout premier (se plaire, c'est plaire)
Et qu'on a découvert que les méthodes "indirectes" (observer, plaire) marchent mieux que les méthodes "directes" (enfermer, retenir).

Benedicta7
Je suis tombée éperdument amoureuse d'un homme dont les valeurs et le mode de vie anticonformistes correspondent en tout point à mon idéal à une chose prêt : notre conception du couple.

J'ai entendu un jour quelqu'un expliquer ainsi son polyamour :
"J'ai toujours été anarchiste. Je ne pouvais donc absolument pas admettre le contrat le plus conformiste qui soit : le couple monogame ! La famille autour d'un homme et d'une femme est l'élément de base de notre structure sociale. Si je voulais changer tout ça, il fallait commencer par là".

Et que cet homme ait eu ou pas une vie sexuelle auparavant, son raisonnement sans concession se tient et est logique, quelque part... Il ne s'appuie pas sur une envie, ou sur une peur, ou même sur une expérience, il s'appuie sur une philosophie précise. Qu'il applique donc à la lettre.

C'est, je pense, ce qui t'attire en lui.

Maintenant, à partir du moment où on décide de vivre réellement cet anticonformisme, il faut se demander ce que ça implique :
Liberté individuelle : pas d'exclusivité sexuelle.
Pas d'exclusivité sexuelle : d'autres partenaires.
D'autres partenaires : vie commune limitée et partagée (voir les règles du polyamour)

Ton anticonformisme à toi ne s'en tiendrait-il qu'aux grands organismes lointains (Etat, CAC40) et non aux petits organismes proches (famille, création d'activité) ?
A ceux que tu ne pourras jamais changer, et non à ceux sur lesquels tu pourrais agir réellement et concrètement ? ;)

#
Profil

bodhicitta

le lundi 21 juillet 2014 à 19h09

Leolu
bodhicitta

"Je me sens beaucoup plus sereine lorsque on me dit m'aimer telle que je suis et quoique je fasse avec qui que ce soit, et que je peux mettre des jupes courte(s) si ça me chante et sourire à tou(s) les hommes que je veux !

Là je veux bien croire aux "je t'aime"

Très beau commentaire ! :)

oups, ce serait un plus beau commentaire sans les fautes... :-/ mais merci!

Leolu
D'autres partenaires : vie commune limitée et partagée (voir les règles du polyamour)

Par contre là il m'a fallu du temps pour comprendre ce que tu voulais dire... "les régles du polyamour" me bloquait...

Magentdasmars
D'autant plus que si ma partenaire se fait tourner la tête par un autre, elle n'aura pas besoin de m'abandonner pour y goûter...

hé oui! (+)

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 21 juillet 2014 à 21h32

Bonsoir,
Je découvre à peine tous vos commentaires et j'en suis extrêmement touchée. J'avais peur d'être maladroite dans mes propos par méconnaissance du sujet et d'énoncer des stéréotypes qui aient pu vous heurter. Je suis touchée par votre empathie. L'ensemble de vous commentaires visent juste.

biodhicitta
Donc, tu te vois faire ta vie avec lui en sachant qu'il est non-exculsif depuis le début, normal que ça t'angoisse tant que tu n'arrives pas vraiment à imaginer une relation non-exclusive dans les faits, l'inconnu fait peur !

Oui j'ai peur de l'inconnu, de sortir de ma zone de confort et surtout de souffrir. j'aime les défis mais j'ai peur que cette épreuve-là soit au dessus de mes forces mais dans le même temps, je ne peux avoir la moindre certitude tant que je n'ai pas tout essayé.

Magentdasmars
On pourrait même voir un couple poly comme une occasion formidable : on confronte des situations où son éducation dit "c'est mauvais, malsain, inacceptable". Alors, c'est le moment à se calmer et de se poser la question "Pourquoi c'est tout ça ? Selon qui ?"

C'est toute ma vision de l'amour et du couple qui vole en éclat. Tout ce que mon éducation et la société m'a dictée comme dogme. Je perds toutes mes certitudes.

Leolu
Ton anticonformisme à toi ne s'en tiendrait-il qu'aux grands organismes lointains (Etat, CAC40) et non aux petits organismes proches (famille, création d'activité) ?
A ceux que tu ne pourras jamais changer, et non à ceux sur lesquels tu pourrais agir réellement et concrètement ? ;)

C'est peut-être dû à mon éducation un peu vieux jeux, mais pour moi le couple et la famille sont des valeurs refuges. Je réalise que même si je ne suis pas pro-mariage, que je suis assez conformiste quand il s'agit de parler d'amour. J'ai pourtant au cours de mes relations eu une grande latitude acceptant tantôt une relation purement platonique ou encore une relation à distance parcellaire qui ont toujours été subis et suscité en moi souffrance et frustration en faisant plus d'efforts pour m'impliquer et m'accrocher dans la relation que de raison. J'ai peur que le scénario se reproduise une nouvelle fois. D'un autre côté, j'y vois une chance de régler enfin mon problème de dépendance affective et ma peur viscérale de l'abandon.

Leolu
La peur de l'abandon se calme lorsqu'on a réappris à s'aimer en tout premier (se plaire, c'est plaire)
Et qu'on a découvert que les méthodes "indirectes" (observer, plaire) marchent mieux que les méthodes "directes" (enfermer, retenir).

En me rendant sur ce forum, je pensais que le problème venait de mon cher et tendre mais j'en viens à me demander si je n'ai pas moi-même un problème. Un gros problème de confiance en moi.

biodhicitta
Surtout ne t'oublies pas ! mais p t etre continu de réfléchir et de laisser tes fonctionnements à toi évoluer, en fait tu l'aimes car il est comme il est et sa vision du couple fait partie de lui, de sa façon d'etre atypique, qui t'a tant séduite

J'ai vraiment l'intuition que cette histoire vaut la peine d'être vécue même si elle me pousse dans mes retranchements. Je vais tacher de lâcher prise tout en exprimant mes peurs à mon cher et tendre. Je ne veux pas laisser mon angoisse prendre le dessus et m'empêcher de profiter de chacun des moments uniques que cette histoire extraordinaire a à m'offrir. Grâce à vous, je retrouve espoir

#
Profil

bodhicitta

le mardi 22 juillet 2014 à 11h14

Benedicta7
une relation à distance parcellaire qui ont toujours été subis et suscité en moi souffrance et frustration en faisant plus d'efforts pour m'impliquer et m'accrocher dans la relation que de raison. J'ai peur que le scénario se reproduise une nouvelle fois. D'un autre côté, j'y vois une chance de régler enfin mon problème de dépendance affective et ma peur viscérale de l'abandon.

P t etre que tu vivras cette distance différemment, avec moins de souffrance, et moins de frustration car tu sais que tout tes besoins, de tendresse, de sexe, d'amour, etc peuvent aussi étre comblés par d'autres personnes d'une manière ou d'une autre.
:-D quand au travaille sur toi, pour "régler ton probléme" de dépendance, je suis persuadée que oui, le polyamour est un "outil" extra, c'est la vision des relations quelles qu'elles soient qui peut évoluer! <3 (+) <3

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 22 juillet 2014 à 11h49

Benedicta7 !

J'avais bien enregistré ton adresse courriel, mais je n'aurais jamais pensé te recroiser ici ! Je ne me souvenais même pas qu'on avait parlé de non-exclusiviité amoureuse devant toi, avec S. !

Un an après et de l'autre côté du globe. :)

C'est fou...

Comme promis, je réponds à ton courriel d'ici la fin de la journée. Il faudra me dire de quel côté du monde tu es, maintenant.

Des bisous,
Benjamin.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Leolu

le mardi 22 juillet 2014 à 12h25

Benedicta7
C'est peut-être dû à mon éducation un peu vieux jeux, mais pour moi le couple et la famille sont des valeurs refuges. Je réalise que même si je ne suis pas pro-mariage, que je suis assez conformiste quand il s'agit de parler d'amour. J'ai pourtant au cours de mes relations eu une grande latitude

Je pense qu'effectivement, lorsqu'on a besoin de "valeurs refuges", de sécurité et de protections mutuelles, le couple traditionnel a de nombreux avantages : chacun est une béquille pour l'autre ou un encouragement, l'union en un même lieu permet des économies, les enfants bénéficient de stabilité, etc...

(les polyamoureux diront que chacun de ces points est présent aussi dans leur philosophie : les protections et encouragements sont multiples, la vie commune est possible avec l'amoureux ou le conjoint principal, les enfants en profitent avec bonheur...)

Mais cette "valeur refuge" qu'est le couple traditionnel peut paradoxalement se transformer en catastrophe lors d'une rupture (frustrations, désamours et haines durant le couple obligé de vivre ensemble, sous le regard des enfants, séparation conflictuelle avec partage des biens et des enfants, recherche de nouvelles "béquilles" jamais satisfaisantes ou célibat-refuge...)

Alors que les polyamoureux, centrés sur eux-mêmes mais très bien entourés, en pertes d'équilibre fréquents mais en réajustements habituels, subsisteront mieux à ces "catastrophes". C'est aussi un apprentissage à la responsabilité et à l'autonomie, chose que ne connaissent pas toujours les deux membres de couples traditionnels (tel mari psychologiquement désarmé sans compagne, telle femme désemparée sans travail)...

Par ailleurs, arrivés enfin en une époque de réelle liberté féminine, il y a une certaine logique à ce que la "valeur refuge" qui était traditionnellement la leur (le mari, la famille, la maison...) se reporte sur elles-mêmes avant tout.
Sinon où est la liberté si on laisse perdurer les schémas patriarcaux ? Car ne nous leurrons pas : dans un couple traditionnel, et même dans les couples les plus ouverts, la place des femmes a une fâcheuse tendance à redevenir ce qu'elle a toujours été (pas complètement, certes...)
Il faut donc rebattre les cartes un peu plus radicalement.
Et c'est ce que j'y vois, avec le polyamour.

Enfin l'Amour, le sentiment amoureux lui-même, unique et fusionnel, profond et intense, cet autre-soi-même qui nous fait tant de bien...
Comment peut-on imaginer pouvoir le partager ?
Hé bien en vivant cette passion, tout simplement. Sans entraves ni "toujours"... Et en observant ce qu'il devient au cours du temps, des deux côtés. On s'aperçoit alors qu'il s'atténue toujours, et qu'il y a les amours-confiance et les amours-passion, les amours-aventure et les amours-complice, les amours-ponctuels et les amours-toujours, etc...
Et qu'on ne peut en vivre qu'un à la fois.
Ou plusieurs ! ;)

#
Profil

MagentadeMars

le mardi 22 juillet 2014 à 13h12

Image intéressant, la béquille. Très utile, voir indispensable avec une jambe cassée, on ne veut pas passer toute sa vie avec. Ton kinésithérapeute va te conseiller de te remettre en équilibre sur tes seules jambes aussi vite que possible.

D'ailleurs, si tu penche toujours sur ta béquille, le jour où elle casse, c'est grave...

#
Profil

Semeur

le mardi 22 juillet 2014 à 15h32

Bonjour,

Benedicta7
C'est toute ma vision de l'amour et du couple qui vole en éclat. Tout ce que mon éducation et la société m'a dictée comme dogme. Je perds toutes mes certitudes.

Tu as là-dedans ta propre réponse. Ce qui t'a été «  dicté » n'est pas toi. Ce n'est pas une obligation que ça te corresponde. Chacun peut remettre en question ces «  dogmes » et se construire ses propres modèles, hors ou dans ceux qui existent déjà et sont transmis par la société et la famille.

En quoi est-ce «  mal » de perdre toutes tes certitudes ? C'est peut-être déstabilisant ? C'est peut-être triste ? Mais c'est surtout l'occasion de te trouver, de te construire, et devenir toi, telle que tu souhaites l'être.

Si ton amoureux anti-conformiste correspond à ton idéal, j'y vois là plus qu'un simple hasard ;-)

Benedicta7
D'un autre côté, j'y vois une chance de régler enfin mon problème de dépendance affective et ma peur viscérale de l'abandon.

Tu as tout compris. Et aussi quand tu écris que tu as peut-être un problème de confiance en toi. Là, tu me sembles en bonne voie pour le prendre à bras le corps, et le régler.

Ça sera peut-être difficile — et encore, c'est pas dit ! — mais en tous les cas, ça me semble clair, donc simple. Tu sais ce que tu as à faire. Reste à trouver comment le faire, mais ça pour moi, c'est le meilleur : c'est ton chemin, ton expérience… Et tu peux même le faire avec cet homme là. FONCE !

Au pire tu trébuches, ou alors ça foire. Mais tu n'en mourras pas, et tu te seras bien éclatée ! Même si en apparence ça parait difficile, je trouve personnellement que ce chemin — remettre en questions ses modèles, prendre soin de soi et de ses peurs… — est le plus beau et le plus riche qui soit.

#

(compte clôturé)

le mercredi 23 juillet 2014 à 22h46

Bonsoir,
Je suis effondrée. Mon amoureux vient de me quitter. Il a pris peur. J'ai dû le brusquer. Moi qui craignais de le perdre. Je suis servie. J'ai tout perdue

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 23 juillet 2014 à 23h31

Je ne pourrai pas te répondre ce soir, mais si tu veux, tu peux te confier plus ici.
Que sais tu de cette peur qui l'a pris ?

#

(compte clôturé)

le jeudi 24 juillet 2014 à 00h48

Il semblerait que nous sommes allés trop vite. Il a du mal à gérer le trop plein d'émotions qui lui viennent après chacune de nos rencontres. Il dit souffrir de mon absence quand je suis partie ce qui l'empêche de garder les idées claires et de se concentrer sur son moi profond. Au final il remet totalement en question le besoin qu'il avait de nouer toute relation qu'elle soit poly ou monogame. Il tient à se retirer dans "sa caverne" (au sens propre comme au figuré) car il tient plus que tout à sa liberté.
Voilà en substance le mail qu'il m'a laissé. Je n'ai même pas pu m'expliquer de vive voix avec lui. Il n'a décroché à aucun de mes appels.
Il a dû croire que je cherchais à le changer et à le contraindre. Pourtant je l'aime tel qu'il est et ne désire pour rien au monde le changer. J'étais prête à relever le défi de cette histoire d'amour et le suis toujours mais que faire s'il ne veut plus de moi. A quoi bon le supplier ? Il est libre après tout. Quel gâchi. Je n'ai pourtant fait que lui exprimer tout l'amour que j'ai pour lui et les concessions que je suis prête à faire pour nous deux. Je lui ai certainement trop donné ce qui l'a poussé à me fuire.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 24 juillet 2014 à 09h27

Ho bah oui, t'as décroché un compliqué :-)
Même moi qui me targue de pas être facile à vivre à moyen terme, je m'incline.

Je peux suggérer un truc ?
Lâche le tel, ça marche pas avec les ermites.
Tu devrais lui écrire que tu comprends, que tu le reconnais bien là dans cette retraite, même soudaine. Que tu sais qu'il vit intensément, et que t'imagines son "manque" et sa difficulté à l'accepter tout comme son besoin de liberté.
Tu lui dis qu'il peut être dans sa caverne tant qu'il veut, que tu n'as aucune envie de le forcer à en sortir, ni de t'y instller. Sa liberté fait partie de ce que tu aimes chez lui, si les retraites et l'isolement sont nécessaires à sa liberté, alors tu ne veux pas empêcher ça.
Si c'est une rupture définitive, c'est triste.
Mais si tu l'aimes en plus de l'amour romantique, si tu tiens à lui comme personne humaine, tu peux juste dire que quoi qu'il arrive, tu seras contente si, un jour de ressortie de la tannière, il donne des nouvelles de lui.
Même si c'est des nouvelles avec une autre fille ! parce qu'à priori ça voudra dire que son expérience avec toi l'a pas traumatisé au point de plus rien vouloir vivre, et qu'il aura assez aimé certain truc chez vous deux pour essayer de les retrouver.

Je crois que si tu lui dis un truc comme ça, en tant que poly-ermite, il saura l'apprécier, et te re-montrer une partie de confiance que tu crains d'avoir rompue. Crois-moi, s'il a eu un contact avec toi dans sa vie de retraite, il va pas l'oublier, et ça lui fera du bien que tu lui montre la solidité de ce lien humain.
Et peut-être que ça donnera du terrain pour cultiver une forme de relation amoureuse épanouissante, peut-être. C'est pas sûr, mais s'il y a un moyen d'aller vers par là, je crois que c'est celui-ci.

Quand à toi et toi... Ben tu peux prendre le temps d'utiliser un peu ce que tu as compris avant, tu l'as posté plus haut : que tu avais peut-être de la confiance en toi à améliorer. Essaie de savoir sur quoi, chercher comment agir dessus.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 24 juillet 2014 à 10h08

Je ne veux pas jouer les troubles faits, mais les amours à répétition, à épisodes, les histoires toujours en suspens, les amours auxquels certains disent oui mais enfin non, mais oui pour le moment, puis non, puis oui, certaines personnes ne supportent pas.

A chacun-e de considérer si on accepte des très hauts puis d'être mis au placard jusqu'à ce que l'autre daigne montrer le bout de son nez et ouvrir la porte du placard.

Tenir compte que certaines personnes ont BESOIN d'un oui clair et net, sinon autant dire un non clair et net.

#

(compte clôturé)

le jeudi 24 juillet 2014 à 22h09

Bonsoir,

Merci pour ces quelques messages. Je suis sonnée et je ressens un grand manque mais que je n'associe pas à une forme de dépendance affective. J'ai décidé de laisser mon amoureux rester dans sa grotte et vivre sa liberté sans le troubler par mes angoisses et mes états d'âme qu'il me faut apprendre à gérer seule. C'est la seule façon qu'il me reste de lui exprimer mon amour. Ça prendra le temps qu'il faudra. Advienne que pourra. S'il revient, ce ne sera pas par obligation mais parce qu'il l'a choisi.

Je ne ressens aucune rancoeur ni sentiment de revanche sinon de l'amour. Si j'en suis là c'est que je l'ai bien voulu. C'était un risque à prendre et même si je suis triste aujourd'hui je ne regrète de rien. Si c'était à recommencer je ferai de même. Au moins j'aurais vécu cette histoire intensément.

Merci de m'avoir lue

Bénédicte

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion