Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Oui mais moi dans tout ça ?

Témoignage
#
Profil

wazza

le vendredi 21 février 2014 à 23h39

Je me lance le polyamour était un mot inconnu pour moi jusqu'il y a 2 mois. Alors comment la plus part des gens je farfouille sur Google, je lis des livres. Pourquoi ?
Et bien comme souvent l'autre en fait la demande. Pour résumer, je vie depuis 12 ans avec mon compagnon. Il a un enfant d'un premier mariage que nous élevons ensemble et je suis fière qu'il m'appelle maman, il a 17 ans. Nous avons eu un enfant ensemble qui a 9 ans. Mon compagnon, pour ne pas dire mon mari (on est pas marié, mais pacsé mais il n'a jamais supporte l'idée de la possession, ma femme, mon mari) est comme un pourrait dire est à la recherche de "spiritualité " et de paix intérieure., être en accord avec lui même. Depuis que je le connais il a toujours commencé ses relations amoureuses de manières chevaleresque par une relation d'aide (il est très doué voir surdoué pour démêler les conflits intérieur et relationnel de l'autre ) et moi compris. J'ai mis ca sur le fait qu'il n'a pas pu sauver son père décédé d'une longue maladie (il la soutenu plus de 6 mois a l'âge de 19 ans et est devenu soutient de famille ). Il est de nature généreuse il m'aide beaucoup à évoluer. Nous avons beaucoup évoluer ensemble en fait l'un pour l'autre (puisqu'il est passé par beaucoup de haut et de bas pour ne pas dire dépression). Il est excessif quand les choses vont bien (wouah) et excessif quand les choses vont mal.
Il ma trompé quelques temps après la naissance de notre fils. Il cherchait de l'affection ailleurs vu que j'étais centré sur mon fils. Pilule difficile à digérer mais digérer. Je me remet en question et tout redevient "normal". Les années passent et plusieurs années après il s'éprend d'une amie d'un amour "spirituel " d'une telle force... Il n'y a jamais rien eu entre eux pas même un smac comme il ma dit. Elle lui a demandé de choisir entre elle ou moi car elle en voulait plus. Il a arrêté de la voir. Il ne veut pas de possession. Mais elle est reste toujours dans sa tête pendant 5 ans (je viens de l'apprendre ). Il la voie de tant en tant depuis quelque temps et je pense qu'elle est devenue une vraie amie pour lui.
Depuis quelques mois dans sa quête de bonheur intérieur, il intègre un groupe sur un réseau social dans lequel il se reconnaît. Il s'est toujours sentie différent par rapport aux autres sur sa manière de pensée, incompris par la société, rejeté car différent car un peu surdoué et mal dans sa peau, un peu anarchiste , toujours à votre aider son prochain, il est capable de vous analysez et de trouver ce qui fait mal chez vous pour le soigner. Certains pourrait le qualifier de médium tellement il perçoit les émotions des autres. Et sur ce groupe il commence à converser avec une fille avec qui il dit des mots d'amours, peut être comme bien des hommes ou femmes sur des forums. Mais cela c'est arrêté très vite car dans son feeling il y avait un grain de sable.
Puis viens une autre, qui un soir ou plutôt une nuit lors de malêtre, l'aide. Et la les choses changent. Les messages privées, les sms, les appels, ,les skypes. Jusqu'à la rencontre.
Elle habite à 300km de chez nous et est très jeunes (ils ont 25 ans de différences ) et à des soucis de santé et autres soucis à l'époque (zorro est arrive). Cela fait deux fois qu'il va chez elle, ils ont passé un weekend end proche d'ici et un autre est à venir. Il l'aime, ils ont la même vibration, elle prend soins de lui, n'a pas été contrainte là-bas, ils ont eu des rapports (non protégé, car leur amour est "pur").
Mais je sais qu'il culpabilise. Car il l'aime et il m'aime. Alors j'ai beau lire, lire, lire, discuter avec lui (nous parlons beaucoup de la situation, même nous parlons plus qu'avant). Mais moi je souffre et subit pour l'instant cette situation. Même s'il ne m'avait jamais promis le mariage il y a 12 ans on n'avait pas non plus parle de polyamour. Je vis avec quelqu'un avec qui je ne me dispute pas, on a des relations sexuelle épanoui, des projets de vie ( on compte acheter une maison ) de voyages.

Je vais vous passez le couplet sur les violences que l'on peut s'infliger, sur mes émotions, les pleurs, les insomnies, le manque de confiance en moi, la perte de poids (quoi que la ). Mais s'est surtout ce vide quand on vie sa vie à travers l'autre, quand on a la sociabilité d'un ours, quand en fait on vie sa vie de mère, d'épouse , de travailleuse. Mais quand tout part, il y a le néant.

Alors comment s'adapter?
Est ce qu'on le peu?
Doit on en parler aux enfants (pour lui comme il n'y a rien de "mal"il n'y a pas de raison de ne pas en parler au enfants et de leur montrer une autre façon d'aimer pour ne pas souffrir par la suite de mono, ce qu'il a fait d'ailleurs )
Et si je n'étais qu'une monogame pure et dure ?
Et si je m'essayer au polyamour ? Serai je épanoui ? Comment le vivrait il ? Me "l'autoriserait il " ? (Car pour lui je ne le ferai que par "vengeance") comment rencontrer des personnes ?
Est ce que je dois tout savoir sur ce qu'il fait là-bas avec elle ? (Manque de confiance= vouloir tout contrôler et surveiller )
Faut il créer des règles ?
Comment ne pas le rendre otage de me tristesse ?
Il dit qu'il m'aime mais pourquoi ne m'envoie plus de sms, depuis qu'il est avec elle, téléphone aphone ?
Pourquoi ici il envoie des centaines de sms par jour, des appels et des skypes ?
Dois je me laisser conduire vers cette belle route, comme il le dit?
Comment faire ma résilience ?

Et il y a aussi du positif. Perte de poids je me sens mieux dans ma peau( bien qu'ancienne obèse je n'ai jamais eu la perception de mon corps), nous n'avons jamais autant discuter. Il cherche à me faire avancer à m'épanouir à me sentir mieux. Me dis de vivre quand il n'est pas la que nous n'avons qu'une seule vie et l'énergie que je met à pleurer est du temps perdu pour moi. Je m'ouvre un peu plus au monde et à lui. Quand les choses ne vont pas je les lui dits.

Désolé, c'est long à lire et pourtant j'ai essayé de résumé des années de ma vie, de notre vie.
Merci de votre lecture.

#
Profil

Green-Man-Outside

le samedi 22 février 2014 à 01h00

wazza
ils ont eu des rapports (non protégé, car leur amour est "pur").

Le sida aussi est pur.

L'amour sert vraiment d'excuse à tout et n'importe quoi en ce bas monde. La crise de milieu de vie aussi, apparemment.

C'est tout ce que j'ai à dire. Je laisse la parole aux autres membres sur la partie "technique" (amour, polyamour, mono, pas mono, etc.).

#
Profil

LuLutine

le samedi 22 février 2014 à 01h00

Bonjour et bienvenue wazza,

La description que tu fais de ton compagnon me fait beaucoup penser à un livre qu'on vient de me prêter (merci LiliLutine :) ) : "Je pense trop, comment canaliser ce mental envahissant" de Christel Petitcollin.
Peut-être que ton compagnon gagnerait à le lire ?

En-dehors de ça, je voulais répondre sur quelques points en particulier :

wazza
ils ont eu des rapports (non protégé, car leur amour est "pur").

Euh, oui mais non. Ca me semble problématique de ne pas se protéger. A moins qu'elle prenne la pilule et qu'ils aient tous les deux fait des tests complets (pas juste le HIV) ?

Ca veut dire quoi : "leur amour est "pur"" ?

wazza
Il dit qu'il m'aime mais pourquoi ne m'envoie plus de sms, depuis qu'il est avec elle, téléphone aphone ?
Pourquoi ici il envoie des centaines de sms par jour, des appels et des skypes ?

Là, je pense qu'on a clairement à faire à une NRE : New Relationship Energy, Energie de Nouvelle Relation.
En résumé, c'est la phase plus ou moins longue pendant laquelle on est totalement dingue de la personne, on ne voit plus qu'elle, on ne pense plus qu'à elle...

Peut-être es-tu déjà tombée sur cette notion dans tes lectures et recherches ?
Sinon, n'hésite pas à te documenter et à en parler à ton compagnon. Les polyamoureux connaissent bien ce phénomène et j'ai envie de dire que "normalement" (pas taper, j'ai mis des guillemets !) ils font en sorte de limiter l'impact de cette NRE sur l'autre partenaire (celui avec qui ils étaient déjà avant, avec qui ils ne vivent plus la NRE).

En résumé, une nouvelle relation peut prendre de la place dans notre tête, mais c'est à nous de veiller à entretenir les autres relations. Ton compagnon a peut-être besoin d'en prendre un peu plus conscience...?

Faut-il définir des règles ?

Oui, si vous en ressentez le besoin, si ça te tranquillise. C'est à discuter entre vous. Chaque relation a son fonctionnement propre.

Dois-tu t'efforcer de faire des rencontres amoureuses toi aussi ?

Je dirais plutôt non. Par contre, avoir ta vie, ton indépendance, ça oui. Faire des rencontres dans ce cadre, ou te rapprocher de personnes que tu connais déjà, très bien. Si ça débouche sur une relation amoureuse (avec quelqu'un à qui il faudra expliquer le cadre polyamoureux s'il ne connaît pas !), pourquoi pas.
Mais ce n'est pas une obligation.

Les partenaires en relation polyamoureuse n'ont pas besoin de chercher à tout prix une "égalité" dans le nombre d'autres partenaires qu'ils fréquentent chacun, ni même dans le fait de fréquenter d'autres personnes.

En résumé : ce n'est pas parce que ton compagnon fréquente quelqu'un d'autre que tu devrais faire de même. Par contre, très clairement, tu as aussi ce droit à vivre ta vie comme bon te semble.

Et les enfants dans tout ça ?

Première chose : je pense que leur en parler, avant que la situation ne soit suffisamment apaisée pour toi, est prématuré. Mais ce n'est que mon opinion.
J'ai tendance à penser que lorsque vous vivrez ça bien, c'est à ce moment-là que vous pourrez leur en parler sereinement, naturellement, leur montrer une situation saine.
Alors que si c'est pour voir que leur père a fait une rencontre et que leur mère en souffre...bof bof.

Cela dit je n'ai pas d'enfants, donc ça vaut ce que ça vaut, c'est juste mon impression.

Autre point sur les enfants : je suppose que lorsque ton compagnon s'en va, c'est toi qui t'en occupes ? (Enfin, pour celui qui est presque majeur, c'est peut-être pas trop nécessaire, mais pour l'autre ?)
Même si tu ne fréquentes pas d'autre amoureux, tu as le droit toi aussi d'avoir du temps pour toi, de ton côté, et de laisser les enfants à ton compagnon !
Enfin, peut-être le faites-vous déjà, mais au cas où, je voulais le préciser.

Voilà voilà, quelques points de réponses ; loin d'être des solutions, plutôt des pistes de réflexion à confronter à vos vécus et vos ressentis propres...

En tout cas, continuez à dialoguer, n'hésite pas à lui dire ce que tu ressens, et à inventer avec lui des solutions pour que tout le monde se sente le mieux possible. Elles existent, j'en suis persuadée.

#
Profil

wazza

le samedi 22 février 2014 à 07h46

Lu lutine le livre dont tu parles je le connais très bien et lui aussi. C'est moi qui lui ai offert car je trouvais qu'il lui correspondais bien. Il est son livre d référence. C'est pourquoi maintenant il "cultive sa différence" et ne veut plus rentrer dans les dictat de la société il en a trop souffert. Il veut être lui ce que je comprend avec sa manière de penser. Il a compris qu'il était différent des autres et ne veut pas ressembler aux autres. C'est pourquoi je l'aime.

Pour répondre à ta question amour pur. Est un amour pour lui qui est beau, que rien ne peut arrêter. Pas encore polluer par l'esprit malveillant des Hommes. D'où linutiliter de mettre un préservatif (Malgres que j'en ai acheter pour lui). Il a ses propres critères pas tant le physique mais le psychique. Une connection neuronale qui le rend en symbiose avec l'autre, la même corde vibratoire. Si je me souviens bien Tu rencontreras ce terme dans le livre. En fait je crois que moi je ne sais pas mettre les bon mots la dessus.

NRE je ne connais pas mais je vais pouvoir me documenter. Mais cela semble lui correspondre. Et pas que dans l'amour. Des qu'il commence une nouvelle chose c'est à fond et très energivore.

Pour les enfants tu as raison. Je me retrouve à "assumer" d'autant plus que mon esprit de maman fait que je ne peux les laisser. Enfin le plus petit car le plus grand se débrouille. Tu as encore raison en se moment s'est plutôt leur montrer papa a fait une rencontre et maman souffre.

Le temps pour moi comme tu le dis est important, je ne le fais pas assez mais j'apprends. J'essaye d'être "égoïste".

Merci de partager ma souffrance sans jugement. Car cela est très difficile dans parler à mon entourage car ils prendraient partie prie, pour eux dans notre société on ne vit qu'avec une personne.

Merci pour ces pistes de réflexions qui me permettent de faire résilience.

#
Profil

Boucledoux

le samedi 22 février 2014 à 10h27

Salut Wazza,

je ne vais pas ajouter grand chose sur ce qu'on dit les autres mais très vite pour insister quand même sur un ou deux points....

Pour moi, le polyamour ça veut d'abord dire le consensus (au moins la recherche du consensus) et l'autonomie des partenaires. C'est contradictoire, bien sûr mais ça veut dire discuter pour trouver des modalités qui permette à chacun-e d'avancer à son rythme et d'y trouver son compte. Donc oui, des règles à se fixer ensemble et il me semble que parmi ces règles il y a deux choses de base qui doivent être prise en compte :
- l'égalité : il ne peut pas y avoir de "droit" à sens unique. L'envie ou pas d'avoir d'autres partenaire ça te regarde toi et je vois mal comment lui pourrait décider que c'est moins légitime ("vengeance" ou autre)
- le respect et le soin aux autres partenaires et en particulier la protection et la prévention, en particulier s'il y a comme c'est votre cas une relation principale déjà très installée... Et la beauté de l'amour ce n'est pas un moyen de prévention et ça peut-être un prétexte recevable à 15 ans (et encore...) mais surement pas après...

Enfin, ton partenaire est manifestement embarqué dans un tourbillon enthousiaste qu'on peut comprendre (qu'on appelle NRE ou autre chose) mais tu dois faire attention à ce que cela ne se fasse pas au détriment de toi et de tes besoins. Poses toi, réfléchi à toi, à ce que tu veux pour toi et pose les limites et les demandes qui te permettrons de le vivre bien pour toi.

bon courage

#
Profil

CharlieBear

le samedi 22 février 2014 à 11h14

Bon, alors, la notion d'amour pur, là, je trouve que c'est un peu fort de café. Le préservatif fait partie de l"amour pur" parce qu'on prend en compte la réalité du monde et on essaye d'en protéger nos partenaires pour que cet amour dur le plus longtemps possible ! Le test complet s'impose, ça va de soi.

Je rejoins Lulutine sur la NRE, rappelle à ton compagnon que tu es là, et que même si vous vous connaissez depuis longtemps tu as besoin de son amour. même si il en aime une autre aussi. La démonstration d'amour faite au premier partenaire est importante dans la mise en confiance/phase d'acceptation de la relation, surtout quand le polyamour n'est pas une base de la relation, mais la démarche d'un seul des partenaires.

Tu as le droit d'etre "egoiste", d'etre triste, et d'en parler, si tu acceptes sa relation, il doit accepter ton ressenti aussi, il faut toujours communiquer, c'est très important, mais se laisser aussi mutuellement un jardin secret, il y a des choses qui ne sont pas à partager...

Bonne chance dans ta quete.

#
Profil

Junon

le samedi 22 février 2014 à 11h17

Eh bien, tout arrive, je suis pour une fois inconditionnellement d'accord avec GMO.
Sans vouloir enfoncer le clou, les rapports non protégés, pour moi, c'est la marque d’irrespect et le point non négociable d'une relation.
Bon courage à toi, Wazza.

#
Profil

bodhicitta

le samedi 22 février 2014 à 12h54

Je n'aurai pas mieux dis...

boucledoux
- l'égalité : il ne peut pas y avoir de "droit" à sens unique. L'envie ou pas d'avoir d'autres partenaire ça te regarde toi et je vois mal comment lui pourrait décider que c'est moins légitime ("vengeance" ou autre)
- le respect et le soin aux autres partenaires et en particulier la protection et la prévention, en particulier s'il y a comme c'est votre cas une relation principale déjà très installée... Et la beauté de l'amour ce n'est pas un moyen de prévention et ça peut-être un prétexte recevable à 15 ans (et encore...) mais surement pas après...

#

(compte clôturé)

le samedi 22 février 2014 à 13h21

Je n'ai pas tout lu mais je plussoie GreenManOutside : avoir des rapports sexuels non protégés sous ce prétexte, c'est immature. Perso, j'exigerai que dorénavant il se protège avec moi afin que je ne subisse l'inconscience de soi disant "adultes". La spiritualité, de ce que j'en sais, ne prône pas cela. D'ailleurs qui peut définir la spiritualité, qui est un terme "utilisé" à toutes les sauces et non défini. Ca me pose d'ailleurs problème avec l'un de mes proche.

Pour le reste, je dirais que ton homme est influençable et se cherche (se chercher est à mes yeux une bonne chose) mais pas intérieurement, surtout à travers les autres. J'ai des points en commun avec lui, notamment l'hypersensibilité (c'est fatigant, usant...) mais l'on ne peut se trouver qu'en soi, pas pour les autres.

En ce qui te concerne, Wazza, tu culpabilises beaucoup trop et toi aussi, tu ne t'occupes pas assez de toi. Toi aussi, tu as à te trouver, mais pas à travers lui. Qui tu es, est en toi...

Votre relation de "couple" me semble saine et pérenne.

Voilà MA réaction du moment suivant ce que j'ai lu (trop superficiellement je m'en excuse).

#

(compte clôturé)

le samedi 22 février 2014 à 13h22

Je rejoins les autres sur la question du préservatif: c'est de l'inconscience de ne pas se protéger, l'amour ne préserve absolument pas des mst, si pur soit-il.
Sinon, ton compagnon m'évoque une BD de Mafalda où Malfalda demande à un copain de classe "que veux-tu faire de ta vie?" - Je ne sais pas encore, mais ce qui est sûr, c'est que je ne veux pas me fondre dans la masse, je me sens différent." Mafalda coche une case et soupire: "Encore un qui va grossir la masse de ceux qui ne veulent pas être dans la masse." Ça s'appelle l'ego, c'est plus ou moins développé chez tout le monde et c'est comme tout: un ego équilibré est une bonne chose qui donne confiance en soi et permet d'avancer, un ego surdimensionné peut rendre égoïste et insensible à ce que ressentent les autres, tant l'egotiste n'a qu'un but: exister, lui. En convainquant les autres que ce qu'il fait est bon. Ce qui n'est pas forcément vrai, puisque visiblement tu souffres. Vu de l'extérieur- ce n'est pas un jugement mais un ressenti- il se conduit en guide spirituel avec toi et avec les autres filles qu'il a connues, plus qu'en partenaire égalitaire. Avec davantage d'adeptes autour de lui, il ferait un excellent gourou :)
De ton côté, à l'inverse, tu sembles avoir construit ta vie comme compagne et mère, sans avoir pensé à toi en tant que personne, autonome, intéressante, ouverte. Tu te traites toi-même d'ours. Ce qui peut être problématique face à un homme qui aime au contraire élargir ses possibles, chercher des voies différentes, etc.
A partir de là, raboter un peu de son ego de son côté, épanouir davantage le tien de ton côté pourrait établir un équilibre, mais c'est plus facile à dire qu'à faire. Bon courage (et protège toi même avec lui s'il continue à ne pas se protéger, ce serait trop bête d’attraper une saloperie)

#

(compte clôturé)

le samedi 22 février 2014 à 14h03

L'hypersensibilité amène l'individu a aider les autres, tout simplement pour s'aider soi. Cela ne veut pas dire que l'on se positionne en dominant. Je dirais qu'un hypersensible est plus fragile que les autres et que oui, il est très, trop souvent incompris sur ce point. Je dirai plus que l'ami de Wazza ferait un excellent adepte plutôt qu'un excellent gourou. Moi, d'après la description, je le verrai plus ainsi : comme quelqu'un que l'on peut manipuler simplement en jouant sur cette particularité. Aider n'a rien de répréhensible, surtout si on le fait autant pour aller mieux soi, que pour que l'autre aille mieux.

On pose ici un problème qui n'a rien à voir avec le polyamour (éventuellement avec la polyaffectivité, et encore...) mais l'hypersensibilité est quelque chose d'extrêmement difficile à vivre et oui, on se sent différent, je le confirme. Un hypersensible n'a pas d'autre choix que d'apporter son aide pleine et entière... ce qui n'a rien à voir avec "flatter son égo".

#
Profil

Siestacorta

le samedi 22 février 2014 à 14h06

Bienvenue Wazza.

+1 sur le fait que le préservatif et la pureté de l'amour, c'est complètement hors de propos. Les MST ne s'attrapent pas que lorsqu'on est impur.
Cette jeune fille nettement plus jeune, si lui il lui fait confiance, pourquoi pas, c'est con, mais admettons, mais ce qui peut arriver te concerne aussi toi. Et que ton homme ait envie d'être avec elle n'est, en soi, pas un argument de confiance suffisant.

Sinon, le profil du mec libertaire qui t'apprend la vie, qui sait tout bien et qui fait tout bien c'est pas sa faute si autour de lui ça merdoie parfois, j'ai l'impression de le croiser assez régulièrement sur ce forum. C'est fou comme ses copines ont envie de nous parler de leurs difficultés...
Ca veut pas dire que ce héros est un sale con, mais je crois que ça situe souvent les relations dont on entend parler comme ça comme des situations de dépendance, où on est en train d'éprouver les limites du cadre du mec Sauveteur et de la femme A sauver.
Le mec chevaleresque, qui est attiré comme un papillon par toutes les demoiselles en détresse...
C'est pas forcément un manipulateur. Parce que ce genre de mec peut faire vraiment du bien, parce qu'il peut être très sincère dans sa démarche. Mais à force d'agir sur ce mode, il coince ses relations. Face à lui, tu n'as plus de choix libre, soit tu es la victime pleine de gratitude, soit tu es l'ingrate qui refait des mauvais choix (le rendre "otage de ta tristesse"). Dans ce cadre, tu ne peux pas être quelqu'un qui a ses propres besoins, qui peut évoluer depuis le temps de tes doutes et de votre rencontre. Il te définit par tes doutes, tandis que lui se définit comme quelqu'un qui bouge. Ca te gêne pas que les rôles soient distribués ?

Et lui, s'il tombe amoureux que comme ça, du coup tu te remet en position de victime, parce que c'est comme ça que tu lui plais. ..
Lui avec tous ses hauts faits, il n'a jamais eu l'occasion de vivre ses sentiments sans se placer "au-dessus" de demoiselles en détresse, ce n'est pas vécu comme une relation qui a sa beauté propre, elle reste sur la beauté "chevaleresque". C'est rassurant pour lui (il a besoin d'être rassuré alors ?), plus facile pour les autres de s'appuyer pour lui, on regarde pas les dents du cheval, et on se retrouve face à un moment où cette histoire ne suffit plus à remplir vos vies.

Et là, il est excessif. C'est romantique, passionné, yeah, woknwoll, l'essence des choses, mais bon, curieusement, ça fait pas du bien.

Dans ton message, tu l'excuses beaucoup, tu cherches ce que tu fais de mal, tu pressens les difficultés que TOI tu aurais à t'adapter. A aucun moment, tu ne te dis que de sa part, il y a peut être des façons de faire plus délicates de sa part, plus attentionnées envers toi, qui t'aideraient... Tu pars du principe que ce qu'il fait est bien, que si tu le critiquais, ça voudrait dire le rejeter et lui donner l'occasion de s'éloigner de toi ?
Je crois que tant que tu te sens dépendante de lui, tu ne peux pas lui demander les bonnes choses pour avoir confiance en votre relation. C'est un peu paradoxal, dis-moi si ça te parle.

Enfin, si toi tu cherches une autre relation, ce serait "par vengeance" ?
- peut-être et alors ? Tu obtiendrais sûrement autre chose que ça en le faisant, et si tu ne souhaites pas de mal à ton héros, ça sera peut-être aussi du grain à moudre pour réfléchir sur relation et liberté
- dit-il ça parce qu'il te sent pas dans une recherche saine ? Dans ce cas, vu que lui est décomplexé et plein de qualités humaines et spirituelles (brrrrgnnnn - rien oublie ça ressortira peut-être plus tard), au lieu de te dire que c'est une mauvaise démarche, il peut faciliter celle qui serait la bonne, non ?

Bref, tu as sûrement un travail d'émancipation, de prise de confiance à faire, mais, contrairement à ce que tu sembles penser, je crois que lui aussi a énormément du boulot à faire pour que vous puissiez prendre cette "belle route" l'un avec l'autre.

#
Profil

wazza

le samedi 22 février 2014 à 23h06

Merci pour vos réflexions.
Je suis d'accord pour un consensus afin que nous soyons tous les 2 autonomes. Mais j'ai le sentiment que moi j'avance à 10km/h alors que lui est à 130km/h, puisqu'il s'épanouit dans cette relation et ne fait rien de "mal". Alors il y a un problème de décalage. Alors comment s'harmoniser ?

Pour ce qui est d'hypersensibilité, comme tu l'as dit il n'a pas d'autres choix que d'aider les autres car il s'aide lui même, mais du coup il est sujet au manipulateur. Même moi par ma souffrance, je le manipule et le culpabilise involontairement. Puisqu'il ne support pas l'idée de faire souffrir. Je ne sais pas comment vous faites pour vous sentir "non coupable". Je m'exprime mal, ce que j'essaye de dire c'est que vous vivez plusieurs relations. Mais quand vous vous découvreur polyamoureux comment vivez vous le changement ? Vivez vous bien l'alternance? Y a t'il une "l'officielle " je ne sais pas s'il y a un ordre. Un peu confuse j'en suis désolé.

Très belle remarque sur le sauveur. Il est comme tu dis sincère dans sa démarche. C'est en lui d'aider les autres et un jour je crois qu'involontairement je l'ai blessé quand je j'ai lui ai dis que je n'avais pas besoin de lui que tous mes problèmes étaient réglés (grâce à lui). Du coup zorro est peu être perdu. Mais le problème c'est moi qui m'enferme dans ce rôle de victime et il est le premier a me dire que je me pourrie la vie et que je dois en profiter. Eh oui tu as raison inconsciemment je suis de nouveau une victime. Merci de m'ouvrir les yeux.

Oui j'ai peur de le perdre, je suis dépendante de lui. Je souffre de son manque d'attention à mon égard, je lui dis mais il ne m'entend pas trop NRE. Alors qu'elle sont les bonnes choses à demander pour continuer ? Tout ce que tu dis me parle siestacorta.

J'avoue que pour l'instant je ne pense absolument pas a avoir une relation ailleurs. Je ne sais pas si j'en suis capable. Enfin oui j'ai envie de m'ouvrir et de voir d'autres personnes de discuter comme je le fais avec vous. Et le plus si affinité n'est pas l'ordre du jour. Pour moi parler derrière un clavier est plus facile que de vive voix.
Et comme tu dis y a du boulot car je suis persuader l'un comme l'autre on a envie de cette belle route, faut il en trouver le chemin.

Encore merci pour tous vos échanges, je vais finir par me trouver (la je suis en phase positive) et je m'excuse si je suis maladroite par les questions. Mais quel bonheur de pouvoir parler librement sans peur du regard d autres.

#
Profil

wazza

le samedi 22 février 2014 à 23h22

J'ai oublié une question , et oui encore une. Je pose des questions au polyamoureux sur leur expérience ( encore merci) mais celles et deux qui sont de mon "côté" comment vivez vous la chose ? Comment vivez vous la "réunification" (on se croierait dans kolanta) quand il revient de ses weekend end?
Merci

#
Profil

Leolu

le dimanche 23 février 2014 à 00h39

(EDIT : désolé, j'avais fait un hors-sujet malvenu :-/ )

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Green-Man-Outside

le dimanche 23 février 2014 à 01h18

Wazza
Y a t'il une "l'officielle " je ne sais pas s'il y a un ordre. Un peu confuse j'en suis désolé.

Je parle sous le contrôle des autres : il y a deux grandes tendances. Ceux/celles qui ont une relation primaire et des relations "secondaires". Et ceux qui, comme Vaniel ou Metazet sont plutôt orientés anarchie relationnelle.

Bien sûr, la notion de relation primaire est floue, la primauté pouvant être le fruit du topos (concubinage) de l'émotion (je suis foufou d'amour) ou du temps passé ensemble (à une époque je passais plus de temps avec la partenaire envers qui j'étais le moins engagé affectivement...). Et bien sûr, c'est la porte ouverte au fait que deux relations (ou trois) deviennent aussi importantes l'une que l'autre, glissant ainsi vers une oligarchie relationnelle plus qu'une hiérarchie pyramidale.

#

(compte clôturé)

le dimanche 23 février 2014 à 10h10

La culpabilité : oui, elle est difficile à gérer et à assumer. Il existe des livres abordant ce sujet. La liberté : oui, elle est difficile à comprendre, surtout pour l'autre, le non poly du couple.

Wazza, chaque individu est particulier. Là est peut être la difficulté pour toi. Si tu cherches à comprendre les autres à travers ton ressenti propre, tu vas droit dans le mur. Tu es honnête et ouverte d'esprit. Je dirais que tu as les capacités personnelles pour te rendre heureuse. Ce que ton compagnon veut peut être t'expliquer, c'est que ton bonheur, ton toi intérieur, devrait passer avant lui. Sur ce point je suis d'accord. Les attentes et les dépendances, il est possible de les réduire. Idem pour la jalousie et la culpabilité. De là à ce que ça disparaisse complètement... L'important est de pouvoir s'épanouir malgré tout sans que le parasitage ne vienne trop perturber.

L'harmonie peut subsister, même si vous n'avancez pas à la même vitesse. L'important c'est de continuer à prendre soin de soi et aussi de l'autre. D'ailleurs, pour moi, prendre soin de soi est essentiel pour prendre soin des autres.

Pour revenir sur l'importance des relations, je dirais aussi que chacune est importante, à sa manière. Par contre, aucune n'aura le même vécu, puisque les protagonistes sont différents et les histoires également. Personnellement, je sais aujourd'hui que je ne peux être autrement que polyaffective. C'est dans ma nature profonde. M'empêcher d'être qui je suis, reviens à créer une "barrière" entre moi et autrui. Là est ma quête de "liberté"... Je me sens libre si je peux être moi, vraiment moi. L'autre n'est pas obligé d'être comme moi. Par contre, malgré la jalousie, malgré la nature profonde de l'autre, si l'on exige que je change, le lien s'autodétruira de lui-même.

#
Profil

wazza

le dimanche 18 mai 2014 à 19h00

hello,
je reviens vers vous à la suite de mon post pour ne pas avoir à vous faire subir de nouveau mon histoire.
Juste vous parler de l'évolution de la situation.

Alors depuis je dirais que les choses et bien s'enveniment. Le sentiment d'être écrasé par un bulldozer. Je m'explique je vous passe le nombre de textos envoyés par jour presque je pourrais dire une centaine par jour mais la mon côté peste prend le dessus. Les skype qui durent quand je bosse. Après avoir demander un peu de discrétion il y en a moins quand je suis là. Comme il est en arrêt de travail depuis quelques temps alors ils se rejoignent tous les 15 jours pendant 3 ou 5 jours. Presque je commence à m'y habituer. Le problème c'est que depuis qu'il a décidé de changer de vie et être heureux (chose que vraiment je lui souhaite) c'est le chaos à la maison.
Le plus grand 17 ans ne veut pas en entendre parler. Il a dit à son père vie ta vie mais je ne suis pas d'accord. Mon fils qui était très complice avec son père s’éloigne (je dirais que lui et moi on se rapproche d'avantage). Il lui a présenté lors de compétition de sport. Pour lui cela à été difficile il lui a dit bonjour et au revoir (car il est polis). Il a même fait dormir dans le même hôtel que eux lors d'un déplacement. Je peux vous dire que pour moi cela est très dur et je m'efface, je crois que je ne serais plus capable d'assister à une course de mon fils. Malgré le fait que mon fils lui ai dit je ne veut pas la voir quand il fait une course, et bien son père revient à la charge avec elle, il lui a même proposé de dormir avec ou dans leur "baise en ville" que lui prête un ami a lui quand elle vient sur la région. Il a refusé et est allé dormir chez un collègue de sport.

Le plus petit lui réagit à sa manière. Déjà qu'il a du mal à tenir en place alors maintenant c'est pire. Sa maîtresse n'arrive plus à le gérer en classe il perturbe la classe, ne veut pas écrire ses cours répond à la maîtresse et est violent avec ses camarades. Alors après avoir discuté avec lui il me dit que d'une il s'ennuit en classe il faut copier des choses qu'il connait déjà puisque on les a travaillé à la maison. Et la 2ème il est en colère après son père qui passe selon ses mots son temps au café le matin avec ses collègues, la journée sur skype avec elle ou alors il est absent. Alors que son père refuse toute contrainte pourquoi lui il devait en avoir ? Il lui a même chanté il faut que t'oublie cette fille et soit heureux...

Et moi, je me perds, j'ai le sentiment de n'avoir plus de place. Pas de texto qui disent je t'aime, amour, tu me manques...c'est plutôt tu finis à qu'elle heure il manque du pain. Je m'éloigne je pleure intérieurement chaque fois que son téléphone sonne pour un message (peut importe qui l'envoie). Je supporte plus facebook. Je lui ai dis que je ne me sentais pas aimé que je voulais avoir moi aussi des messages, mais il dit comment il pourrait m'en envoyé alors que mon comportement ne lui donne pas envies de preuves d'amour (je le comprend). Sous prétexte qu'avant on ne s'envoyait pas 50 messages par jour pourquoi le faire maintenant.
Le soir on s’éloigne de plus en plus dans le lit. Il vient quand même vers moi pour me prendre dans ses bras mais je ne ressens pas son étreinte. Parfois il parle la nuit et dit mon baby d'amour et me prend dans ses bras, c'est comme une erreur de destinataire il ne ma jamais appelé ainsi.
Les rares fois ou l'on a fait l'amour, je suis tellement focalisé sur ses gestes, son regard que je ne sais pas s'il pense à moi quand on le fait. Mais c'est probablement mon côté dépressif qui parle. Mais que dire d'un homme qui ne vous regard pas quand il vous fait l'amour alors qu'il l'a toujours fait.

alors voilà ou j'en suis, pas amusant....Je ne sais pas si l'on dois se séparer malgré que l'on dit s'aimer. Prendre un peu de distance pour pouvoir se retrouver ou alors ne jamais se retrouver. Lui ne changera pas sa façon de voir la vie être aimé de plusieurs personnes et en aimer plusieurs. Ce que je respecte et comprend et ne veut pas le faire changer puisqu'il serait malheureux et ne veux pas vivre avec quelqu'un de malheureux. Je pense que j'aurais pu d’avantages intégrée se sentiments cette philosophie de vie, j'ai tellement appris de vous de livres (trop de livre à son gout du coup moins de naturel), mais j'ai l'impression que l'on ne m'a pas laissé le temps. J'ai été avalé par lui et son urgence de vivre. Il le revendique l'a présenté à des amis communs (voyez comme je vie il suffit de le faire et de se laissé aller, bande de naze vous faites tous en cachette) et je m'exclus car je ne suis pas capable d'assumer et subit une situation car je suis trop dedans pour prendre une décision. Comme je lui ai souvent dit je ne suis pas une première de ligne qui fait front et se bat pour soi et les autres, d’où mon besoin de temps et de confidentialité.
Alors il est le premier à me dire la vie est belle et que je dois juste regarder du bon côté.

Merci

#
Profil

aviatha

le dimanche 18 mai 2014 à 19h31

Je suis toujours pour regarder le comportement des enfants, ce sont de meilleurs indicateurs qu'on ne l'imaginent. Et là leur comportement est clair : "Papa n'est pas quelqu'un de respectueux".
Après, ils réagissent chacun à leur manière, le plus grand est le plus sensé (en même temps il est plus grand) et à mon sens il a un comportement très sain : tu fais ce que tu veux, mais moi ça ne me va pas, et je refuse que tu me l'impose, si tu me l'impose, je m'éloigne de toi. Pour le plus petit, bien sûr c'est plus brutal, parce qu'il est petit justement. Je ne sais pas si je suis la seul, mais je trouve cette réaction du petit "si papa a pas de contrainte pourquoi moi j'en aurais" comme un gros signal d'alarme, ça veut dire, maman, papa il fait n'importe quoi.
Perso, (début de phrase signifiant qu'il s'agit de mon avis très personnel), je trouve ton mari d'un degré d'égocentrisme et de cruauté rare. Son comportement (pas son choix, mais son comportement, la façon dont il gère ce choix) est en train de bouziller la scolarité du petit, il préfère contraindre le plus grand à l'éloignement plutôt que d'avoir un minimum de respect (de ce que j'ai compris, ton fils ne dit pas "je refuse que tu fasses ça", il dit juste "je ne veux pas la voir, surtout pendant mes compèts", et autant le premier cas ne le regarde pas, autant le deuxième est un point de vue qui se respecte), il te voit malheureuse de son "désamour" ou de ce que tu ressens comme tel et te dit que c'est ta faute (limite "mais t'as qu'à pas être malheureuse") et en plus il a le culot de dire à vos amis "oui, c'est tout simple, faut juste se laisser vivre", alors qu'il gère ça comme un branque en bouzillant tout le monde et en ayant manifestement rien à secouer.
Mais là j'ai qu'une envie, c'est de te choper par les épaules, et de secouer en te disant "mais réveille-toi, barre-toi pendant qu'il en ai encore tant !". Ce n'est pas un problème de polyamour, monoamour ou ce que tu veux, c'est de la maltraitance. Il a raison, la vie est belle, il faut juste que tu regardes du bon côté, c'est à dire du côté où il n'est pas.
Mon compagnon a fini par choisir de partir avec son autre amoureuse, et les mois, l'année qui a précédée a été pour moi un long chemin de croix, mais jamais il ne s'est permis ne serait-ce qu'un quart de ce que se permet ton mari. Et pas plus tard que la semaine dernière, malgré tout ce que je lui reproche et tout ce qu'il prend dans la tronche chaque fois que je le vois, il a tenu à passer chez moi, voir comment j'allais, si je supportais bien mes médocs, si je m'en sortais dans mon travail, s'il pouvait faire quelque chose pour m'aider. J'en suis au point de trouver mon ex, à qui j'ai dit texto que j'avais juste envie de lui coller une droit chaque fois que je le vois, plus respectueux, plus attentionné et plus prévenant que ton mari ne l'est avec toi et vos enfants réunis. Ça veut quand même dire qu'il y a urgence, me*** ! Peut-être que je m'emporte, je ne sais pas ce que vont en penser les autres (attend leurs avis pour faire la balance), mais là quand même, je trouve qu'on va loin dans le mépris de la personne humaine...

#
Profil

jayraymy

le dimanche 18 mai 2014 à 19h49

Bon ok il y a l'euphorie de la nouvelle relation tout ça mais il ne faut pas exagérer... tu manques d'amour et il ne veut pas l'entendre. Il te fait subir son mode de vie sans se préoccuper de comment tu le vis.
Le polyamour c'est très bien... quand tout le monde est d'accord, quand il y a du respect entre les personnes. Là ce n'est clairement pas le cas.

Je vois plusieurs attitudes possibles de ta part :
- tu décides que tu ne peux pas vivre avec un polyamoureux et tu le quittes.
- tu décides que tu es ok pour vivre avec un polyamoureux mais s'il respecte certaines règles et qu'il se préoccupe de toi (parce que si c'est vrai que tu n'as pas à lui imposer d'être exclusif, il y a plein de choses qu'il t'impose de manière violente qu'il ne devrait pas), et tu as une grande discussion (plusieurs, beaucoup) avec ton homme pour qu'il le comprenne bien.
- tu décides de le laisser faire comme il veut, de ne plus t'en préoccuper et de chercher ce qu'il ne te donne pas ailleurs.
- pleins d'autres choses auxquels je ne pense pas, c'est juste des pistes.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion