Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Un peu perdu...

Témoignage
#

Némésyn (invité)

le vendredi 12 octobre 2018 à 21h45

Bonjour,

Je venais vers vous car je me poses pas mal de question dernièrement sur ma vison du couple, de l'amour, de l'exclusivité, etc.
J'étais en couple et j'ai rencontré en début d'année dernière une personne pour qui j'ai éprouvé des sentiments (amour ou pas je ne sais pas). Au début je me suis automatiquement demandé si cela signifiait que j'aimais moins mon copain mais peu à peu mes réflexions ce sont déplacé vers d'autres questions. Je me suis pas mal renseignée sur la notion de polyamour et je me suis retrouvée dans certain de ses principes. J'ai été très maladroite dans tous ce cheminement auprès de mon copain. Mais malgré tous nous avons réussi à communiquer et à parler de tous ça ensemble tous du long. Nous avons passé tous l'été ensemble et je pensais avoir trouvé un équilibre puisqu'il acceptait le fait que je puisse voir l'amour différemment et éprouver des sentiments pour d'autres personnes du moment que cela n'était pas dit à ces dernières et qu'il n'y avait pas de relation sexuelle avec elles. Mais le retour aux études (nous sommes chacun sur une ville différente) m'a remise face au fait que j'avais bien plus de mal à gérer ça en réalité et d'ailleurs je n'ai pas su le gérer à ce moment.
Cela a provoqué un nouveau bouleversement. J'en ai tous de suite parlé à mon copain. Encore une fois ça a été dur pour lui mais il a été super. De mon côté j'étais assez déchiré. Je l'aime beaucoup et en même temps je sentais que j'aurais du mal à mettre de côté l'envie de développer d'autres relations et je ne savais pas si je le voulais. De son côté il savait qu'il ne pourrait pas supporter de "me partager" et que cela le rendrait malheureux au long terme. Alors nous avons décider de nous séparer dans l'idée de nous préserver et surtout de ne pas abimé plus notre relation qui jusqu'à la a été très épanouissement et pleine de joie. Nous continuons à nous parler beaucoup pour l'instant, même si il ne sait pas encore si il veut continuer ou si c'est trop dur pour lui. Honnêtement suivant les moments je suis plus ou moins perdu, j'ai l'impression de changer de vision tous le temps. C'est plein de remise en question et j'ai du mal à m'y retrouver. D'autant que même si certaines personnes de mon entourage sont ouvertes à ces questions ce n'est pas le cas de tous le monde. Mes parents à qui j'en ai parlé s'inquiètent beaucoup pour moi et ça me renvoie plus de stress qu'autre chose.
Voilà, je n'ai pas vraiment de questions précises mais j'aimerais beaucoup pouvoir échanger et rencontrer des gens qui connaissent peut être mieux les différents aspects du polyamour. Même si je ne sais pas si c'est exactement ce qui me conviendrais je pense que ça m'aiderait justement à y réfléchir, à avoir des regards extérieurs plus varié. Je suis en pleine recherche de moi même et j'aimerais que ça se fasse avec le moins de dégât possible pour les autres.
J'ai vue que il y avait parfois des café poly dans les villes, mais je suis en ce moment en Haute Savoie et je n'ai pas l'impression qu'il y en ait tellement vers ici. Je retourne dans mon centre de formation à Grenoble régulièrement mais je ne sais pas si il y en a qui s'organise souvent ?
Dans tous les cas je vous remercie si vous avez lu tout ça et juste aussi pour le courage que vous m'avez donné par la lecture des articles et des discussions.
Bonne soirée à vous !

#
Profil

Caoline

le samedi 13 octobre 2018 à 07h51

Un petit message pour te dire que je trouve ça très beau de voir que tu te questionne et tiens vraiment compte de l'impact sur les autres.
Je te souhaite un bon cheminement.

#
Profil

bonheur

le samedi 13 octobre 2018 à 14h06

Bonjour Némésyn,

Tu fais naturellement une démarche de polyamour. Déjà, tu dis les choses et tu es honnête. Bravo !

Ensuite, comme le souligne Caoline, tu te préoccupes d'autrui et de la qualité du lien. Wahoo !

Enfin, tu prends tes décisions pour le bonheur commun et non pour ce qui te convient. Super d'avoir ce courage !

Tu as une belle optique personnelle, je trouve.

Concernant le polyamour, outre ici, tu peux lire le livre d'Yves-Alexandre Thlamann (vertus du polyamour - la magie des amours multiples) ainsi que le livre d'Hypatia From Space (compersion : transcender la jalousie dans le polyamour).

#

Némésyn (invité)

le mardi 16 octobre 2018 à 00h05

Merci beaucoup à vous deux !
Ça fait chaud au cœur :)
Je me suis posé beaucoup de questions justement sur ce qui nous pousse à agir (intérêt personnel, soucis de l'autre). Et je ne trouve pas ça évident de faire la distinction. J'imagine que des réponses differentes peuvent être juste.
En tous cas je prend en note les livres conseillés !

#
Profil

Ame-Ours

le mardi 16 octobre 2018 à 00h30

Eh oui, les parents c'est parfois un peu prompt à s'inquiéter, c'est comme si c'était l'impulsion de base pour aider le rejeton qui en aurait besoin. Sauf que ça peut être crispant et contre-productif :-/ (et j'ai la "chance", ces temps, d'être simultanément des deux côtés du parloir !)
Tout un sujet à part entière, complètement hors carde ici :-D

Si tu es en Haute Savoie tu es peut-être à mi-chemin entre la Suisse et Grenoble. Je sais qu'il y a eu des rencontres à Genève ces derniers mois mais je ne suis pas sûr qu'il y en ait de nouvelles à l'agenda. Il y en a par contre une par mois à Lausanne, les prochaines sont le 13 novembre et le 11 décembre, tu en trouveras plus ici

#

Gaïa-O (invité)

le mardi 16 octobre 2018 à 17h43

Bonjour Némésyn !

Je parcours beaucoup ces forums en répondant rarement. Comme les autres, je suis favorablement impressionnée par le travail de prise en compte de l'autre, de sa sensibilité, de ton impact et je trouve ça absolument merveilleux - je ne le dis pas à la légère.

Pour ce qui est des questions que tu te poses, j'ai une réponse très agaçante pour toi : tu n'as pas fini. Et tant mieux. Tant mieux, parce que réfléchir aux relations polyamoureuses, comme beaucoup d'autres réflexions, c'est déconstruire des modèles qui sont perçus comme "normaux", et se rendre compte qu'ils sont très construits. Et il en va de même pour les réflexions féministes, intersectionnelles, anti-capitaliste, anarchiste, patati patata j'en passe et des meilleurs.
Je crois que si tu restes dans cette capacité de dialogue et de respect de l'autre, tu as de beaux jours devant toi. Y compris vis à vis de tes parents : si tu es aussi respectueux d'eux que de ton copain, tu sauras leur expliquer qui tu es, respecter leurs doutes, leurs angoisses - voire leur rejet - et souvent, leur laisser le temps d'admettre ta réalité et ta façon de voir les choses.

Avec ton copain, je te dirais: continuez de parler. La communication apporte très rarement de mauvaises choses. Il faut simplement que, si cela lui apporte trop souffrance, il sache te dire qu'il faut que ça s'arrête.

Il y a parler, et il y a l'expérience. Je crois que se rendre compte que quelqu'un peut être très attentif à toi, même en étant amoureux de quelqu'un d'autre, c'est une aventure fantastique. Le problème étant qu'il y a beaucoup de conceptions polyamoureuses différentes, et que certaines sont plus violentes, plus individualistes, et plus impérieuses que d'autres.

Il faut garder à l'esprit que tout le monde n'a pas besoin des mêmes modalités de relations : certains vivront le polyamour comme une consécration de la liberté, en minimisant au maximum les engagements qu'ils prennent. Il y en a d'autres - j'en suis - qui considèrent que chaque relation les engage absolument, autant qu'une relation exclusive. Il y a des personnes à qui le modèle de relation exclusive convient très bien - et les forcer à autre chose est d'une violence inouïe, d'autant plus dans un contexte d' "Injonction à la relation libre" (de nos jours, on est presque un réac' si on ne veut pas de relation libre).

Exemple tout bête : il est possible de recevoir plus d'attention et d'affection d'un amoureux A - lui même polyamoureux - que d'un ancien amoureux, parfaitement exclusif, B. Et ce, au bout du même temps de relation commune.

Il n'y a pas une vérité, mais pas mal de différentes, et très sincèrement, tant que tu te poseras des questions, tu ne risqueras pas de croire aveuglément à quelque chose qui ne te convient pas.

Ce qu'il faut garder à l'idée dans tes relations, selon moi, est la chose suivante : ce que tu exprimes à un moment M ne sera peut-être pas valable tout le temps. Il faut que la dialogue existe toujours, parce que dans six mois, tu ne seras peut-être plus d'accord avec ce que tu as dit à ce moment M. Et à ce moment, il faudra que tu sois capable d'exprimer ce changement.

Exemple : si j'exprime au début d'une relation la chose suivante : je ne veux rien savoir, cher amoureux, de tes autres relations, tant qu'elles n'ont pas d'impact sur ma vie. Si tu as une relation avec quelqu'un que je suis amenée à croiser, avec quelqu'un que tu vas aller voir le week-end, etc., je préfère que tu me le dises. Pour une raison très simple : je ne veux pas avoir de doutes, les week-ends et m'interroger sur ce que tu fais. Je ne veux pas me demander, à toutes les personnes que je croise avec toi, s'il s'agit d'ami-e ou d'amoureux-se. Pour moi, l'angoisse vient du doute, je suis capable de me faire des films, et je ne veux pas de ça. Mais je veux juste savoir si oui ou non, il y a relation amoureuse.

Et puis, je peux très bien, six mois plus tard, changer d'opinion. Je peux exprimer le fait qu'en fin de compte, je n'ai pas besoin de savoir, et que tu peux, selon ton envie, me le dire ou non. Ou alors, j'ai besoin que tu me parles davantage de tes relations, parce que si tu les rends plus réelles, plus palpables, je les fantasmerais moins, je les idéaliserais moins (tout en me dévalorisant).

Il y a beaucoup de nuances pour tout, et je crois qu'il faut être attentif à tout ça.

Dans tous les cas, je voudrais te remercier du soin que tu prends manifestement des autres, tout en cherchant ta voix et en t'interrogeant sur ce que tu veux: c'est très beau à voir.

Et pour l'anecdote : maintenant, j'utilise les mêmes modes de réflexions dans mes autres relations. Ma colocataire ne répond jamais à mes sms. Ca me frustre, parfois me stresse. J'en parle, et se produisent deux choses : d'une part, j'exprime l'effet que me font ses oublis. Elle explique son fonctionnement, le fait qu'elle lit puis passe à autre chose, et que c'est un effort, en fait, de prendre le temps de répondre, etc. Elle est attentive à me répondre lorsque je pose une question, en particulier, que j'ai besoin d'une information pour m'organiser. Et moi, j'apprends à admettre qu'elle ne répondra pas systématiquement, et à faire sans l'information si je ne l'ai pas au bon moment.

Ben franchement, c'est tout con, mais pour moi c'était pas gagné d'avance oô

Je te souhaite bon courage, et si tu as envie de discuter, n'hésites pas, j'adoooore discuter ;)

A bientôt !

#

Némésyn (invité)

le jeudi 18 octobre 2018 à 15h06

Oui tout à fait Ame-Ours ! Après avec l'expérience j'essaie d'avoir du recul la dessus et surtout que ce ne soit pas une cause d'éloignement parce que ça n'améliore généralement pas la situation..
Mais c'est vrai que ça doit être intéressant d'être des deux côtés pour mieux se rendre compte :)

Je regarderai pour les rencontres à Genève alors. Lausanne ça fait un peu loin pour moi...Merci en tous cas pour l'information ! Il n'y avait pas assez de monde sur les rencontres à Genève ?

Tout d'abord merci d'avoir pris le temps d'écrire tout ça Gaïa-O ! Je me doute que ça a pris du temps et je suis contente d'avoir d'autres pistes de réflexion :)
Je ne sais pas si je me positionne aussi bien dans la pratique concernant la prise en compte de l'autre que dans l'intention mais j'imagine que c'est déjà un premier pas.

Ahah ! J'avais déjà un peu perçu effectivement que les réflexions ne faisait que commencer. Et effectivement depuis que j'ai posté mon premier message j'ai pu expérimenter plus concrètement cette impression d'avoir perdu tout mes repères dans ma position dans les relations. C'est très étrange à vivre je trouve mais je me dis qu'il faut que je me laisse du temps pour construire d'autres repères tout simplement. En plus je suis en formation dans le travail social alors c'est vrai que la notion de normes ça me parle assez et que j'avais déjà eu des réflexions dessus par ailleurs.

Pour moi le respect de l'autre est effectivement important même si je pense que en pratique cela n'est pas forcément aussi simple que "le vouloir", mais j'essaie d'être vigilante à ça.Pour ce qui est de mes parents, je me répète un peu avec ma réponse précédente mais je pense effectivement qu'il est important de ne pas rompre les liens et entrer dans une "bataille de vision". Le temps changera peut être les choses, d'autant que mon ressenti et ma vision évoluera aussi.

Pour ce qui est de mon copain nous avions continué de parler et d'être présent l'un pour l'autre jusque là. Mais il a effectivement pris la décision de couper contact au moins pour un moment car c'était trop compliqué pour lui. Comme il me l'a expliqué autant continuer à lui parler ne m'empêchait pas d'envisager de vivre d'autres choses au vue de ma vision, autant ça l'empêcher lui de tourner la page puisqu'il ne conçoit pas la possibilité d'aimer plusieurs personnes.
Je le vis un peu bizarrement. Je suis triste de le perdre et en même temps j'ai l'impression d'avoir pris beaucoup de distance et de ne pas entièrement réalisé, peut être pour me protéger. En tous cas il garde une place très importante pour moi et si il pense que c'est mieux pour lui de faire comme ça je suis contente. Je ne veux pas l'empêcher d'avancer. J'espère juste pouvoir retrouver une proximité différente avec lui, amical, plus tard, si il en a envie.

J'ai encore du mal à situer dans quelle conception du polyamour je me retrouve le plus.
Effectivement comme tu le dis je pense que chacun a des besoins différent. Je pense que mon passé amoureux joue aussi un rôle dans la situation. Depuis mes 16 ans j'ai toujours été en couple et je n'ai pas forcément eu de période pour ne me construire qu'en fonction de moi. Alors je pense que j'ai aussi besoin en ce moment de ce côté de liberté en mettant de côté l'engagement dans des projets sur le long terme.
En même temps je pense qu'il peut y avoir des types d'engagement différents et pour ma part je sais que les autres ont quand même une place importante pour moi et que j'ai besoin d'avoir des relations dans lequel je met de l'investissement. Mais plus en terme d'attention que de projet. Je pense aussi que les types de relation peuvent être multiples et qu'en développer avec des engagements n'empêche pas forcément d'en vivre des plus légères. Bien sûr j'ai ce discours sans comprendre le fait que je pense qu'il faut inclure les autres personnes concernées dans la réflexion.
Et c'est vrai que mon copain me disait qu'il avait peur de toujours se retrouver avec une fille qui au bout d'un moment en vienne à proposer d'être dans une relation libre. Comme tu le dis il le vivait un peu comme une injonction. J'imagine que la meilleure façon de protéger ces personnes est d'être le plus transparent avec eux sur nos visions pour qu'ils puissent se protéger ?

Pour se qui est de se poser des questions je ne suis pas la dernière, j'ai plutôt du mal à mettre en pause :)

Merci pour l'idée à garder en tête. Effectivement je suis tout à fait consciente qu'on peut changer de positionnement mais ce n'est pas toujours évident de l'exprimer par peur que l'autre ne l'accepte pas et aussi un peu pour la culpabilité de ne plus correspondre à ce qu'on lui a présenté au premier abord je pense.
Vraiment je suis presque gêné de ces remerciements parce que je ne suis pas aussi au point la dessus dans la pratique je pense. Mais ça me fait vraiment plaisir que l'on sente que l'attention y est...

Ahah ! Oui complètement je pense que les questions que pose le polyamour peuvent tout à fait déborder sur nos manière de concevoir les relations en général. Et l'exemple des SMS me parle bien plutôt parce que je suis dans le cas de la personne qui n'y réponds pas systématiquement et que j'ai du apprendre à l'expliquer aux personnes.

Merci encore et ce serait avec plaisir ! Comme je l'ai dit je pense que c'est instructif de partager les vécus différents :)

#
Profil

bonheur

le jeudi 18 octobre 2018 à 16h43

Une seule expression me vient en vous lisant : wahoo !

#

Némésyn (invité)

le jeudi 18 octobre 2018 à 22h00

Ahah, ça ne va pas du tout je vais prendre trop d'ego :P
Je ne suis pas si sûr de moi défois je panique complètement en ayant d'avoir abandonné une relation qui avait vraiment du sens pour moi sans savoir ce que je trouverais après, que je risque de me faire abuser, de tomber dans une vision trop relativiste...Plein de peur :P

#
Profil

bonheur

le vendredi 19 octobre 2018 à 09h15

La peur n'évite pas le danger. Avoir conscience que tout le monde n'est pas "gentil", c'est se prendre en charge et prendre soin de soi. Tes peurs ont un rôle à jouer, comme un signal d'alerte. Ecoute tes sens !

#

Némésyn (invité)

le dimanche 21 octobre 2018 à 12h59

En même temps défois il est bon de dépasser sa peur non ?

#
Profil

bonheur

le dimanche 21 octobre 2018 à 14h28

Sans doute. Le signal d'alerte n'est pas là pour empêcher de vivre, mais pour se préparer à une éventuelle mésaventure.

Si on te dit à la météo d'être vigilant, c'est pour que tu te prépares (psychologiquement et matériellement), pas pour que tu ne vives pas... sauf alerte maximale, évidemment.

A toi de te connaitre pour apprécier le niveau d'alerte.

#
Profil

Nemesyn

le lundi 11 février 2019 à 19h43

Bonjour,

Après quelques mois je vous donne des nouvelles, aussi parce que j'aimerais encore avoir des avis ou savoir si des personnes ont vécues une situation similaire.

Depuis mon dernier message j'ai pas mal évolué dans mon positionnement je pense. J'ai eu une période où ce sont un peu enchaîné différentes rencontres et où j'ai été très stressée, angoissé. Je pense du fait de ne pas avoir une personne sur laquelle me reposer, et en même temps de sentir que je perdais pied en me retrouvant face à moi même. Je me suis beaucoup posé la question de la dépendance affective (en quelque sorte faute d'autres mots). Aussi sur mon comportement, qui a tendance à faire "caméléon" face aux situations, et où j'ai des difficultés à identifier mes besoins, ce que je souhaite et du coup à le tenir. (Finalement il m'arrive de m'enfermer dans des situations que je ne souhaite pas faute de m'imposer au début). Sur ma difficulté à m'engager aussi, par peur de ne pas vraiment savoir ce que je veux je pense principalement et de vouloir préserver plus facilement la possibilité de changer d'avis (ce qui au final n'est rationnellement pas effectif, en plus de mettre les personnes en face de moi dans des situations difficiles ce qui ne me convient pas). Je me suis posé aussi la question de ce que je venais chercher dans les relations.
Voilà, plein de peur comme déjà dit avant, et un peu de mal à prendre du recul d'autant que c'est une année importante pour mes études et que je me suis retrouvé à gérer les deux en même temps, de manière assez inneficace du coup.
Vers décembre, nous avions repris contact avec mon ex du début (appelons le A) et il a été présent pour moi en tant qu'ami pour me rassurer un peu. D'autres part les relations que j'ai eu, pour certaines d'entre elles, ne se sont pas officiellement concrétisées car les personnes concernées ont rencontré une personne mono avec qui ils ont souhaité avoir une relation amoureuse exclusive. Ce qui m'a pas mal bouleversé.
Une relation avec, appelons le B, c'est par contre plus développé. Il était dans une philosophie semblable à la mienne et on apprenait à se connaître petit a petit.
Mais dans un même temps, la personne pour que j'avais eu un coup de cœur quand j'étais avec A, appelons le C, me restait beaucoup en tete. Et j'avais l'impression qu'il remettait en cause mes réflexions sur le polyamour car j'éprouvais pour lui quelque chose de très particulier.
Du coup j'avais du mal à me projeter plus dans une relation avec B, j'ai beaucoup remis en doute ma définition "d'aimer", de ce que j'appelais de l'amour, etc. J'en ai parlé avec B. Il savait que j'étais perdu et a été vraiment super, en soutenant toujours que l'important était que je fasse les choses pour me sentir bien, que l'on avait pas besoin de définir les choses, qu'il fallait faire en fonction du moment et que le reste se ferait dans un sens ou l'autre naturellement après.
Donc à ce moment un peu perdu, beaucoup de remise en cause de ma façon de voir les relations. De la valeur des relations aussi.
Dans cette période d'incertitude, en fin d'année j'ai revue pour le nouvel an A. Ça a dérapé et nous avons passé deux jours ensemble.
L'un comme l'autre on ne savait pas trop vers quoi allait, il m'a reconfirmé qu'il ne se voyait pas dans une relation autre qu'exclusive. En même temps il disait avoir conscience que je ne savais pas ce que je voulais, et que ce n'était pas grave que ce ne soit pas clair, qu'il savait dans quelle position il se mettait. Nous avons donc repris "une relation amoureuse" non défini et non officielle. Puis, très vite, quand je devais passer quelque jours chez B, A a montré à quel point c'était insupportable pour lui. De mon côté, j'avais l'impression de jouer sur deux tableaux, et de nourrir l'espoir que, en faisant perdurer la période "je ne sais pas*, je pouvais continuer à vivre le polyamour tout en restant avec A.
J'avais déjà fait part de la situation à B en lui disant que je ne savais pas encore comment me positionner. J'ai pris la décision d'arrêter de développer avec lui la relation que nous avions pour pouvoir vraiment donner une seconde chance à la relation que j'avais avec A.
B l'a compris, et encore une fois m'a soutenu me disant que si c'était ce que je souhaitais il m'aiderait en ce sens.

Toujours un peu pleine de doute, nous avons donc considéré être de nouveau officiellement ensemble avec A.
En même temps j'avais toujours mes questions par rapport à C mais pour résumer (parce que c'est déjà beaucoup trop long), il y a répondu, en m'avouant ne pas avoir été honnête avec moi au début. Le côté "magique" du coup de foudre que je pensais être réciproque a donc disparu et depuis j'ai l'impression d'y voir déjà un peu plus clair et d'avoir balayé une incohérence.

Aujourd'hui donc...Je suis avec A. Ça reste compliqué car beaucoup de mes repères et conception ont changé. Je ne vois plus du tout mes relations de la même manière surtout sur la manière de les classifier. La différence entre relation amicale et amoureuse par exemple est devenu presque inexistante et j'aurais plutôt tendance à expliquer une relation par les ressentis que j'ai quand je suis avec la personne et les activités et projets avec elle. C'est du coup assez perturbant parce que dans ce cadre l'exclusivité se définit difficilement et nous avons du mal à communiquer la dessus, d'ailleurs nous n'avons pas réussi à établir des limites vraiment claires mise à part celle sur les relations sexuelles (et encore que ce qui est défini comme sexuelle ou pas peut faire objet de litige je pense). Je continue notamment de parler à B et de le considérer comme une personne importante pour qui j'ai des sentiments. A est au courant et nous pouvons en parler, j'imagine que le temps nous permettra de mieux trouver nos limites à chacun. De son côté pendant notre rupture il a eu une relation de flirt. Il dit savoir qu'il existe une attirance réciproque avec cette personne, en même temps il dit que cela ne lui fait rien et qu'il ne veut être qu'avec moi. De mon côté cela me produit des émotions contradictoire car d'un côté je suis contente pour lui de cette relation mais en même temps le fait qu'il soit contradictoire sur sa manière de la considérer (importante et en même temps non) me perd un peu, et j'ai aussi la peur qu'il se tourne plus vers elle au détriment de notre relation puisque dans une logique exclusive. Il ne lui a pas dit que l'on s'était remis ensemble mais dit avoir mis de la distance. Et je lui fais totalement confiance la dessus ou sur le fait qu'il a envie d'être avec moi mais ça n'empêche pas d'avoir des craintes, a moi de les gérer :)
Bref...sinon toute cette passade m'a quand même appris que quand on voulait bien lâcher prise et faire confiance aux personnes il en naissait quand même de belle chose, pas forcément ce qu'on attendait, sous la forme où on l'attendait. Mais finalement ça me paraît important d'aimer les personnes pour ce qu'elles sont et pas pour ce qu'on recherche nous. Je me sens plus connecté à la réalité de cette façon. Du coup je ne sais pas trop où tout ça va mener. Je me dis que les personnes impliquées vont faire au mieux pour prendre soin des autres tout en exprimant leurs besoins...mais pas facile tous ça..

Écrire me permet de mettre des mots un peu sur tous ce cheminement...je ne suis pas sûr que tous soit compréhensible, c'est un peu en désordre, si vous avez pris le temps de tout lire chapeau et merci :)

#
Profil

Nemesyn

le lundi 11 février 2019 à 19h48

J'ai quand même l'impression d'être une girouette un peu dans cette situation, et j'appréhende le fait de blesser des personnes. En même temps je n'arrive pas à faire beaucoup mieux pour l'instant que d'essayer d'être le plus honnête avec les autres et moi même sur mes doutes (pas facile avec sois même non plus). J'ai l'impression d'avoir un grand besoin d'être rassurée, d'autant que j'ai déjà un rapport à la vie un peu particulier, avec une sorte de "détachement" récurrent assez stressant. Donc gros besoin de mettre du sens dans les choses :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion