Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le polyamour, un choix chronophage…

Témoignage
#
Profil

Vaniel

le jeudi 16 mai 2013 à 19h14

…la preuve, au lieu de travailler, je lis les discussions du forum et, maintenant, je prends le temps d’écrire.

Je ne crois pas avoir vu ce sujet posé de la façon dont j’y pense depuis quelques jours. Au pire, s’il y a redites avec d’autres sujets, ce sera avec d’autres mots, avec mes impressions.

Je ne souhaite pas discuter du temps qui se divise entre plusieurs partenaires, sujet maintes fois abordé. Je désire parler de ce qui dans le choix du polyamour me semble chronophage, ce qui n’est, dans l’absolu, ni positif ni négatif mais nécessite de pouvoir et de savoir (ré)organiser son temps, ce temps dont nous ne disposons que trop peu quels que soient les « modèles » adoptés (bon, certains savent s’ennuyer mais moi je n’ai jamais su… et ce n’est pas forcément mieux). Dit autrement : peu importe que le polyamour soit vécu avec un ou plusieurs partenaires ou soit vécu seul, ce choix de vie me paraît demander de disposer d’un temps considérable pour y réfléchir soi-même et échanger ses idées avec les autres.

Je précise que je suis dans une démarche de réflexion sur le polyamour depuis seulement environ cinq mois (beaucoup d’idées étant cependant déjà plus ou moins développées avant ma rencontre avec le polyamour). Bien sûr, on pourrait me dire, et je l’ai pensé, que les débuts du polyamour prennent plus de temps. Je serais aujourd’hui plus enclin à concevoir le polyamour (ou, du moins, certaines formes du polyamour) comme un apprentissage permanent (parfois douloureux mais pas fastidieux), ce qui est tout à fait en adéquation avec mon idée du polyamour, c'est-à-dire non pas d’une absence de structure mais d’une structure en perpétuelle reconfiguration, parfois de façon inattendue. Je commence à voir que pour les routards du polyamour, les choses ne sont pas forcément plus simples car, à moins de figer une structure (comme souvent dans les relations monos ; ce n’est pas ici une critique, seulement un constat général et simplificateur), il y a a priori toujours de nouvelles questions (ne serait-ce que parce qu’il y a la venue de nouvelles personnes).
Je serais curieux de savoir quelle place occupe la réflexion sur le polyamour dans votre vie. De mon côté, sa empiète énormément sur mon temps de travail et sur quelques autres activités. Pour l’instant, ça va. Mais sur la durée ? Ce n’est pas comme si nous étions tous capable de se dire : « tiens, cet après-midi je bosse non-stop sans penser à autre chose que le boulot ». Remarquez ça nous pouvons tous nous le dire, de la à réussir à le faire…

Bon, je m’arrête là pour l’instant mais j’y reviendrais certainement (avec des phrases plus courtes et moins de parenthèses :)). Il faudrait parler du fait que le polyamour incite aussi à une redéfinition de soi-même dans des domaines divers et variés, ce qui prends du temps. Mais cet aspect a déjà été abordé sur le forum donc je m’arrête vraiment.

#
Profil

lam

le jeudi 16 mai 2013 à 19h25

Tout à fait d'accord, c'est chronophage. La preuve je lis le forum, je bosse, je poste parfois aussi, je m'occupe de mes relations et je fais mille autres choses à la fois dans une seule demi-journée

Vaniel
Ce n’est pas comme si nous étions tous capable de se dire : «  tiens, cet après-midi je bosse non-stop sans penser à autre chose que le boulot ». Remarquez ça nous pouvons tous nous le dire, de la à réussir à le faire…

Ce que ça m'évoque là immédiatement c'est... tiens donc des discussions sur la pensée arborescente ;-)
tu as l'air de penser "trop" toi aussi, ou je me trompe?

Sinon oui je suis d'accord sur le coté chronophage des choses qui nous font nous remettre en question, mais j'irai même jusqu'à généraliser ça à d'autres sujets que le polyamour. Selon les gentes ça peut prendre différentes formes, différentes portes d'entrée. Et personnellement ça me prend plein de temps mais j'ai pas envie d'arrêter de me remettre en question, de rester humble sur tout mon formatage que j'aurais jamais le temps de décrypter en entier.

C'est pas comme si on sortait vivant-e de tout ça à la fin :-) ...

#

(compte clôturé)

le jeudi 16 mai 2013 à 20h27

Peut être que c'est tout simplement parce que nous accordons beaucoup d'intérêts et donc de temps à notre vie affective (et à sa compréhension, d'où le temps passé sur ce site). Certains font de grandes randonnées en nature, d'autres ont des passions dévorantes, etc. Moi, c'est vrai, je consacre du temps à me comprendre, si possible à m'apprécier telle que je suis et à gérer ceux qui me sont chers. Je peux dire que je suis poly par "circonstances" mais depuis je me consacre beaucoup plus de temps et surtout que je m'accepte enfin et ça m'a demandé du temps (lecture, réflexion, etc...) mais comme je suis aujourd'hui heureuse et que je sais pourquoi, alors j'accepte que ma position de polyamoureuse soit chronophage. Enfin, je le ressens actuellement ainsi.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

alps

le jeudi 16 mai 2013 à 22h47

Il est bon de préciser qu'il s'agit d'un luxe et pas du plus important.

#
Profil

maripoza

le jeudi 16 mai 2013 à 23h17

Comme je suis d'accord Vaniel et comme je ne suis pas d'accord avec toi alps !

alps
Il est bon de préciser qu'il s'agit d'un luxe et pas du plus important.

C'est le plus important! si il n'y a pas de réflexion, de discussion, de documentation, d'échange, alors cela pour moi n'existe pas!

pour ma part je dirais que depuis quelques mois cela me prends le quart de mon temps disponible (en dehors de mes heures de sommeil donc!) forum, discussions avec mes amoureux, avec mes amis curieux ou inquiet, en lecture, consultation de forum, participation au café poly etc etc! mais sans ça je n'avancerai pas...! là par exemple, je bosse, je répond au forum, je regarde game of throne et je fais un câlin à mon mari ! pffffuit bon mais dans cinq minutes je ne me consacrerais quà une seule de ces activités! non mais il faut aussi savoir où sont ses priorités ! ;-)

#
Profil

tsampa

le vendredi 17 mai 2013 à 08h30

gcd68
[...], alors j'accepte que ma position de polyamoureuse soit nécrophage.

Quelle horreur ! Ça y est les zombies ont débarqué ? ;-)

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Vaniel

le vendredi 17 mai 2013 à 12h01

Iam
Ce que ça m'évoque là immédiatement c'est... tiens donc des discussions sur la pensée arborescente ;-)
tu as l'air de penser "trop" toi aussi, ou je me trompe ?

Je ne sais pas si je pense "trop". On va dire que je passe l'essentiel de mon temps à penser, au polyamour ou à d'autres choses. Le polyamour, de part sa complexité, donne constamment de nouveaux aspects à réfléchir, ce qui est pour moi très enrichissant... même si on va tous y passer ;)

Pour être précis, je me situerais davantage dans une dynamique de pensée rhizomatique plutôt qu'arborescente (on donne souvent "arborescent" comme un synonyme de "rhizomatique")... c'est un peu hors sujet ici, quoique...

alps
Il est bon de préciser qu'il s'agit d'un luxe et pas du plus important.

Difficile de ne pas répondre. Oui avoir du temps, de qualité, pour réfléchir est un luxe. Peut-être que ce n'est pas le plus important pour toi, mais ça l'est pour moi. Je sais que suis privilégié de part le temps dont je peux disposer. En même temps, j'ai choisi (j'ai pu choisir) un mode vie où j'ai du temps pour moi. Et, si l'on y réfléchit, en France, pour beaucoup de Français, il y a du temps facile à dégager (ne serait-ce que par la suppression de la télévision, en ce qui me concerne).

#
Profil

ScottBuckley

le vendredi 17 mai 2013 à 12h26

maripoza

C'est le plus important ! si il n'y a pas de réflexion, de discussion, de documentation, d'échange, alors cela pour moi n'existe pas !

pour ma part je dirais que depuis quelques mois cela me prends le quart de mon temps disponible (en dehors de mes heures de sommeil donc!) forum, discussions avec mes amoureux, avec mes amis curieux ou inquiet, en lecture, consultation de forum, participation au café poly etc etc ! mais sans ça je n'avancerai pas... ! ( ... ) non mais il faut aussi savoir où sont ses priorités ! ;-)

Oui, tout à fait d'accord : je dirai exactement la même chose pour moi que ce que vient d'écrire ci-dessus Maripoza, merci à toi ! (tu m'enlèves les mots de la bouche (+) )

Il y a des personnes qui peuvent s'offrir le "luxe" de passer chaque jour des heures devant des activités qui peuvent être "chronophages" : facebook + la télé nationale sur un écran plasma géant qui coûte un bras + des matchs de foot + surfer tout seul sur le web pendant des heures sur leur iphone : ce sont leurs priorités, ce sont leurs 3 à 5 heures quotidiennes passées à cela ( x 365 jours par an = 45 à 76 jours, 6 à 11 semaines, soit 1 à 2 mois par an, + quelques semaines de salaires à acheter tous ces écrans ) , et je les respecte, mais ce ne sont pas les miennes.
La vie est courte, et les écrans plats.

Pour moi, les relations affectives & les amours plurielles, ce n'est pas chercher à avoir "plus de relations", mais ' plus de meilleures relations ', qu'elles soient amicales, sensuelles, amoureuses, c'est leurs qualités qui comptent.
Et la qualité de notre communication relationnelle, émotionnelle.

Et si je dois passer une heure par jour à lire ' L'intelligence émotionnelle ' de Daniel Goleman (en poche chez J'ai lu), puis passer des heures à en parler à mes ami-es + sur un forum
(car l'éducation masculine est souvent privée de réflexion ou d'ouvertures sur nos émotions personnelles, et puis "un vrai garçon ça pleure pas" (sic) ),
... c'est parce que ce livre m'aura fait grandir personnellement et que j'aurai envie de partager cela avec les êtres qui comptent pour moi, et avec qui j'ai des émotions à partager (sans écran d'arrêt).

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 17 mai 2013 à 15h02

Désolée, c'est vrai que j'adore les zombies !!! J'ai corrigé, oups :-/

#
Profil

bouquetfleuri

le vendredi 17 mai 2013 à 15h12

Oui, le poly amour est un luxe, mais pour moi c'est le plus important, c'est même la seule chose qui compte.
Je dors en poly amoureux, je déjeune en poly amoureux, je travaille en poly amoureux, même quand je suis seul chez moi. Je passe mon temps à me penser en poly amoureux et je suis ravi de pouvoir le faire.
Parce que cela correspond à ce que je veux devenir (même si le terme de poly amoureux ne me convient pas) en permanence et que c'est pour devenir qui je deviens que j'ai mobilisé toutes mes énergies tout au long de ma vie.

Alors oui, c'est un luxe, qui se paie cher au regard des critères habituels fourbis par les autres... mais c'est un luxe vital comme il n'y en a pas beaucoup !
Il permet même de tomber amoureux en toute liberté, hahaha... Elle n'est pas belle, la vie ?

#
Profil

LuLutine

le vendredi 17 mai 2013 à 15h54

Un luxe vital. Très belle expression, bouquetfleuri !

#
Profil

Cendre

le vendredi 17 mai 2013 à 16h38

Je me sens moins seule.

Ho, oui, cela me prend du temps, beaucoup de temps.
De doutes, de lecture, de réflexion, de discussion, de rencontre, de dialogues, de remise en cause, d'arrangement.
Oui, j'étais plus productive quand j'étais dans mon huître relationnelle.
Et oui, c'est une forme de luxe que je m'accorde depuis que mes besoins "plus primaires" (de sécurité, entre autre) sont comblés (voir pyramide de maslow, même si j'ai pris du recul vis-à-vis de cette modélisation des besoins, elle apparaît assez juste pour moi dans ce contexte là)

Mais soyons clair, c'est quand même un luxe accessible à tout un tas de gens qui ne sont pas dans le besoin, c'est juste qu'en consacrant ce temps là aux réflexions polyamoureuses, on ne l'accorde pas aux autres critères de "réussite sociale" (comme gagner plus d'argent, avoir une télé plus grosse, ou avoir une maison décorée avec goût toujours impeccable, ou avoir de la conversation -un domaine d'expertise-, etc...)
Ce n'est qu'une question de priorité.
Privilégier l'être et pas se focaliser sur le paraître.

Un soir de février, un vendredi (c'était mon premier café poly), un homme m'a dit qu'il avait mis l'amour au centre de sa vie.
J'ai vu son sourire, son aisance, son ancrage dans le présent et son bonheur, (que j'ai toujours autant plaisir à lire quand je le lis ici).
Je souhaite vieillir aussi noblement.
Et pour ce résultat, investir du temps dans ses relations et dans les réflexions autour du polyamour me semble bien plus fiable que de chercher une quelconque performance...

Merci.

#
Profil

alps

le vendredi 17 mai 2013 à 17h51

Désolé je ne parlais pas de reflechir mais de mettre ses sentiments au centre de sa vie. Il faut d'abord avoir des revenus suffisant pour avoir une qualité de vie suffisante pour soi et ses enfants. Avoir une certaine hygiene de vie pour etc...

enfin je me comprends. J'ai parfois l'impression que vous etes un poil excessif quand vous parlez de vos besoins affectifs. C'est peut etre du à ma conception personnelle du bonheur. Pour moi ce sont de bons moments au milieu d'autres moments. Et j'ai pas l'ambition de trouver un bonheur constant dans ma vie. La vie a bien d'autres dimensions et on ne vit qu'une fois.

Le luxe on en devient très vite accroc.

Quant au fait que gérer plusieurs relation prenne du temps. C'est le frein essentiel de cette pratique je pense. Les gens n'ont ni le temps ni les moyens. Faire du sexe pour du sexe est bien plus pratique.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Vaniel

le samedi 18 mai 2013 à 00h27

Cendre
Oui, j'étais plus productive quand j'étais dans mon huître relationnelle.

+1

Réaction à chaud. Essentiellement par rapport au dernier message de alps parce que je partage globalement les avis des autres. Réaction envers ce que tu écris (la manière dont je perçois ce que tu écris) et non directement envers toi. Et, je ne fais que développer ce que bouquetfleury a écrit : le polyamour comme "luxe vital", jolie formulation :-)

Il faudrait être clair sur ce qu'on entend par "luxe". Je déplace temporairement le débat (pour mieux y revenir) à la question : "la culture est-elle un luxe ?". Cette question je la connais bien pour travailler dans la culture et être en relation directe avec les "publics". Oui, il est possible de survivre sans culture et, pour certains, il est possible de vivre sans culture. Pour ma part, et je ne suis pas le seul, sans culture je n'aurais fait que survivre et encore je n'en suis pas sûr. Je suis convaincu qu'il en va de même du polyamour. Certaines personnes auraient des difficultés, voir n'arriveraient pas à vivre, au sens premier du terme, sans le polyamour. Ce qui peut apparaître comme un luxe pour certains peut être une nécessité pour d'autres et vice-versa. Ok, c'est une évidence mais ça me semble avoir sa place ici.
Evidemment, il y a des problèmes fondamentaux à régler mais ne confondons pas tout et ne tombons pas dans les dérives de la rhétorique caritative.

Je n'ai pas l'ambition d'être heureux en permanence. Et, je ne pense vraiment pas que le polyamour soit un choix de facilité (un choix qui n'empêche pas a priori le sexe pour le sexe).

Le temps et les moyens, un certain nombre d'humains pourraient les avoir en faisant des choix ! Le seuil concernant la qualité de vie est variable d'un individu à l'autre. Le minimum pour moi est de me nourrir et de se loger. D'autre part, tu sembles prendre pour acquis qu'une vie se fasse avec des enfants, ce qui augmente les contraintes financières. Le choix de ne pas en faire est possible. D'un certains point de vue, faire des enfants est un luxe. En faire ou ne pas en faire, les deux peuvent être considérés comme des choix égoïstes selon les critères et les observateurs...

Je pense que faire le choix du polyamour, c'est faire le choix du partage (connaissances, sentiments, corps...). Et si ça prend du temps et bien finalement tant mieux, ça me paraît être du temps utilement consacré.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Junon

le samedi 18 mai 2013 à 13h25

Je suis quelqu'un d'extrêmement...arborescent, constamment en mouvement, active associativement, ludiquement, sportivement, socialement.
Le polyamour n'a fondamentalement rien changé à ma vie active, passé la première (brève) phase de doutes et d'interrogations via le forum...il m'a juste permis de me poser des questions sur la pertinence de mes choix de vie et mes priorités...et m'a confortée dans ceux-ci. Ce que je veux, fondamentalement, c'est une vie qui me plaise et me surprenne. Et c'est le cas!
Ce n'est pas un luxe mais une nécessité absolue pour moi.Ceci étant, il faut avouer que je ne suis pas portéé sur l'introspection...
(et je me rends compte que cette réponse est légèrement HS)

#
Profil

Anarchamory

le samedi 18 mai 2013 à 14h10

Junon
Ceci étant, il faut avouer que je ne suis pas portéé sur l'introspection...

Tiens, c'est curieux, j'avais eu nettement l'impression contraire... enfin on n'entend peut-être pas la même chose par introspection (je sais que certaines personnes me considèrent comme extraverti alors que je me considère au contraire comme introverti, ce que le test du MBTI m'a confirmé, à deux reprises même...).

#
Profil

Junon

le samedi 18 mai 2013 à 14h15

Et pourtant...non, je suis vraiment très peu portée sur l'interrogation, l'auto évaluation, etc. (ce qui ne me ferait pourtant pas de mal!) :-D

#
Profil

Anarchamory

le samedi 18 mai 2013 à 14h20

Junon
Et pourtant...non, je suis vraiment très peu portée sur l'interrogation, l'auto évaluation, etc. (ce qui ne me ferait pourtant pas de mal!) :-D

C'est vraiment curieux car d'habitude je ne supporte pas les gens qui ne se remettent pas en question, qui ne font preuve d'aucune auto-critique (pour préciser le sens que je donne, entre autre, à "introspection")... ça a même tendance à me faire fuir ! Maintenant, peut-être que tu es tout simplement parfaite, et que c'est pour ça que tu n'a pas besoin de ça :-D

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion