Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Il y a des amours heureux !

Témoignage
#
Profil

Goldmund

le mercredi 17 avril 2013 à 21h20

Tout a commencé par une attirance. Un autre homme dans le paysage amoureux de ma femme. Que faire ? Comment aborder cette réalité nouvelle dans notre couple monogame et heureux ? faire semblant de ne rien voir ? laisser faire ? interdire ? laisser arriver la jalousie ? Se laisser gagner par les peurs : celles de l’abandon, de la fin d’un amour, de n’être plus désirable et suffisant ? se séparer ?

Nous avons choisi de faire face à cette réalité ensemble.

Ce qui a permis cela c’est que ma femme ne m’a rien caché. Elle a su me parler de cette attirance avec confiance, simplicité et amour. Comme un événement naturel, évident dans la vie de toute personne adulte. Un événement qui aurait pu aussi bien être le mien.
Ce qui a permis cela c’est aussi que notre couple a toujours été dans le dialogue et la concertation. Nous n’avons jamais eu peur de dire à l’autre nos appréhensions, nos faiblesses, nos questionnements, nos émotions.

Nous avons alors cherché comment répondre à cette attirance.
La balayer comme un mal qui risquait de gangrainer notre amour ? la laisser vivre au stade de fantasme ? ou la laisser s’exprimer et se vivre librement ?

La culpabilité de ma femme était grande. Son caractère de feu, plein et entier lui faisait peur, car être de nouveau amoureuse risquait, malgré elle, de l’emmener loin de moi. Elle ne voulait pas me faire souffrir. Elle ne voulait pas me perdre et briser la paix et l’harmonie de notre petite famille.

Moi, j’étais curieusement plus serein. Nulle jalousie ne m’habitait. Ma femme ne m’appartenait pas, son corps, son esprit était le sien. De quel droit la retenir dans son élan ? de quel droit l’empêcher d’être amoureuse ? Est-ce aimer que d’interdire l’amour ? est-ce aimer que de penser que son corps et son esprit ne peut être que lié à moi seul parce qu’un jour nous avons décidé par amour de vivre ensemble et d’avoir des enfants ?

Oui, le risque existait de la voir s’éloigner mais la retenir était-il plus juste ? Si un amour ne résiste pas à un autre amour n’est-ce pas que cet amour n’a plus lieu d’être ? Pourquoi l’amour doit-il en chasser nécessairement un autre ? Et si l’ amour pouvait être pluriel ?

Nous avons alors cherché ensemble si d’autres que nous vivaient de pareils questionnement. Nous avons alors découvert ce site, puis les cafés poly…puis des ouvrages de référence et notre cheminement a commencé ou plutôt s’est poursuivi.

J’ai encouragé ma femme à aller au bout de son attirance. Elle est partie un week-end pour rejoindre cet homme qui l’attirait, illuminait son visage de mille feux lorsqu’elle l’évoquait. C’était beau. Je n’ai senti aucun pincement lorsqu’elle est partie. J’étais confiant et amoureux. A son retour elle m’a alors confié qu’elle n’avait pas pu lui dire son attirance. J’ai senti alors sa grande frustration de n’avoir pas été au bout de sa démarche. Je lui ai alors proposé qu’elle puisse le lui écrire. Ce qu’elle a fait. Nous avons tout deux attendu sa réponse avec fébrilité. Car elle pouvait changer notre réalité. Celle-ci fut malheureusement négative. Je me suis surpris à la consoler comme on console une amie déçue. Ce fut un autre beau moment. Cet épisode, loin de nous avoir séparés, nous rapprochait et nous ouvrait à une autre dimension possible de l’amour.

Quelques temps plus tard, ma femme s’est inscrite sur un site de rencontres par jeu plus que par conviction de rencontrer ici quelqu’un qui lui corresponde. Elle m’encouragea à faire de même, mais à ce moment là je n’en ai pas éprouvé le désir ni l’envie . Elle entama une discussion avec un homme, elle me partageait ses impressions, ses questionnements, ses doutes. Malgré son désir de rencontrer cet homme, il ne l’a pas suivi dans ce souhait et ce fut une nouvelle déception pour elle.

Elle se détacha alors de cette quête en se disant que si l’amour devait surgir il se ferait dans la « réalité ».

C’est alors moi qui décida de m’inscrire pour tenter des rencontres ! Ce revirement fut motivé par ma vie sociale peu développée et mon envie grandissante d’échanges et de partage.

Je rencontrai assez vite une femme avec laquelle j’entamais une relation par mail suivie. Une correspondance intime et riche, puissante et spirituelle. Un amour platonique mais dense.

Dans le même temps je m’inscrivis sur des sites de rencontres pour hommes. Depuis longtemps j’avais envie d’explorer une autre part de ma sexualité sans avoir jamais osé passer à l’acte. Ma femme connaissant ces attirances trouva cela tout naturel .
Je fus dans un premier temps un peu surpris et déstabilisé par la façon très lapidaire et pauvre des échanges, le côté uniquement sexuel des tchats. Je décidais de rester moi et de développer un peu plus, ce qui me valut du coup d’attirer des personnes ayant envie de partager plus que le sexe … ce qui me convenait tout à fait. Je rencontrai ainsi plusieurs hommes avec lesquels petit à petit des liens se sont créés … une relation suivie s’est mis en place avec trois d’entre eux.

C’est à ce même moment que ma femme rencontra un autre homme et que naquit une histoire d’amour.

Nos premiers rendez-vous d’amour en dehors de notre couple eurent lieu quasiment en même temps, simultanément ! Nous étions tous les deux heureux et fébriles. Nous n’en revenions pas que notre amour puisse aller jusqu'à nous réjouir du rendez-vous de l’autre.

Ces ainsi que nos histoires entrèrent dans notre quotidien sans heurt ni problème compliqué d’agenda. Simplement, comme une évidence.
Ce qui est beau, c’est que ces histoires, loin de nous séparer et d’amoindrir notre Amour, l’a au contraire renforcé et ouvert comme jamais.
Cela est sans doute très paradoxal mais c’est notre réalité.
Nos amours se nourrissent les uns les autres. Ils sont forts et uniques. Notre fidélité est intacte et propre à chaque personne que nous aimons.

La différence entre ces nouveaux amours et celui que nous vivons en couple depuis dix ans est que ces amours ne seront sans doute pas vécus dans le quotidien. Ils resteront comme des bulles d’oxygène « périphériques » qui nous nourrissent et insufflent la Vie et l’Amour dans le temps de notre histoire. S’ils sont périphériques, ils ne sont pas annexes. Ils sont pleins et entiers tout comme l’est le notre.

Aucun de ces amours n’est adultère. C’est en toute transparence, loin du mensonge et de la tromperie que nous avons choisi, ma femme et moi, de nous autoriser à les vivre. Notre confiance en l’autre et en notre Amour est sans aucun doute la force qui nous a poussés à oser franchir ce pas.
Ce pas était risqué, plein d’inconnu, comme un plongeon dans le vide.
Rencontrer un autre, vivre un amour naissant donc excitant et passionnel, ne provoquerait-il pas l’abandon progressif ou brutal de notre propre Amour ?

Il n’en a rien été jusqu'à présent, sans doute parce que notre vision de l’Amour n’a jamais été exclusive ni possessive. Nous n’avons jamais pensé que nous nous appartenions corps et âmes. Nous n’avons jamais considéré l’autre comme notre propriété.
Si notre Amour n’avait pas survécu à ce choix c’est qu’il ne devait pas y survivre. On ne s’accroche pas à un amour qui n’a plus de raison d’être !
Pour moi, l’Amour ne peut être tiède : il est ou n’est pas. Il n’y a pas d’entre deux.

Pour moi l’Amour doit permettre à l’autre de s’épanouir, d’être ce qu’il est, vivre sa personnalité, ses passions, ses attirances… Il ne peut être un frein à la vie et à la création. Aimer, pour moi, ce n’est pas renoncer. Le sacrifice ancré dans la pensée judéo-chrétienne n’est pas mon vocabulaire.
Aimer, pour moi, se conjugue avec liberté, ouverture de soi et ouverture vers les autres. Il est don et générosité. Il accompagne et révèle l’autre dans sa réalité et c’est dans cette réalité que le deux a un sens. Aimer c’est se sentir pouvoir exister sans l’autre. C’est vivre ce lien unique dans un amoureux détachement !

Nous n’avons jamais été aussi heureux qu’aujourd’hui et notre vie amoureuse aussi épanouie et puissante.

Pour nous, notre Amour est juste et beau, le partager l’est tout autant. Nous avons conscience de briser des tabous et de devoir affronter une pensée dominante qui est toute autre .... Nous assumons notre choix.

Notre désir de sincérité nous pousse aujourd’hui à révéler petit à petit à nos proches et à nos enfants ce que nous vivons … même si nos enfants sont encore petits ils sont en capacité de comprendre et de sentir ce qui se passe chez nous. Pour nous il n’est pas question d’éluder et encore moins de leur mentir… Ils n’ont, pour l’instant, manifesté rien de négatif. La simplicité avec laquelle nous leur en avons parlé et la réalité de notre amour les a visiblement rassurés. Nous restons cependant vigilants et attentifs aux signes qu’ils nous laissent.

Pour l’instant nos amis ont plutôt réagi avec respect et bienveillance. Ils ont compris qu’il ne s’agit pas pour nous de dire que ce que nous vivons doit devenir la norme ni que l’amour juste et vrai ne peut être que celui-ci. Nous n’avons aucune vérité à livrer. Notre témoignage n’est que l’expression de ce que nous sommes et de nos propres choix. A chacun de trouver la voie qui lui correspond et qui l’épanouit …Il n’y a pas qu’un chemin, qu’une vérité, qu’une vie.

Ce n’est pas parce que notre Amour était mort que nous sommes nés à d’autres Amours, c’est parce qu’il était vivant qu’il nous a ouvert à une autre dimension de sa réalité.

Aujourd’hui, la séparation entre le corps et l’esprit, prônée par beaucoup de philosophies et de religions, n’existe plus pour moi. Le corps n’est pas plus vil que l’esprit n’est sublime. Ils ne sont qu’Un dans une magnifique harmonie d’Amour. La chair n’est pas faible et méprisable, elle est ce qui nous incarne et nous ouvre à l’Amour dans une force créatrice et féconde.

Notre bonheur est grand.
Notre Amour débordant.

#
Profil

wacko

le jeudi 18 avril 2013 à 00h42

Aragon avait donc tort lorsqu'il disait : "Il n'y a pas d'amour heureux".

Très beau témoignage, profitez bien. :-D

Jolie problématique formulée avec des mots forts : Est-ce aimer que d’interdire l’amour ?

#
Profil

LuLutine

le jeudi 18 avril 2013 à 01h14

Magnifique témoignage Goldmund, merci ! :)

#
Profil

lutinette

le jeudi 18 avril 2013 à 10h15

Merci pour ce beau témoignage.

Une petite question me taraude: peux tu donner la durée approximative de cette "évolution" de votre amour?

#
Profil

bouquetfleuri

le jeudi 18 avril 2013 à 14h09

Continuez d'être lumineux !
Continuez d'être en vie, continuez de donner envie.

Merci pour ces mots délicieux à lire et à comprendre

#
Profil

Goldmund

le jeudi 18 avril 2013 à 18h46

Lutinette,

Entre la première attirance et la concrétisation de nos amours il s'est passé environ une année.

#
Profil

Lili-Lutine

le jeudi 18 avril 2013 à 18h51

Goldmund

Nos amours se nourrissent les uns les autres. Ils sont forts et uniques. Notre fidélité est intacte et propre à chaque personne que nous aimons.


Si notre Amour n’avait pas survécu à ce choix c’est qu’il ne devait pas y survivre. On ne s’accroche pas à un amour qui n’a plus de raison d’être !

Pour moi, l’Amour ne peut être tiède : il est ou n’est pas. Il n’y a pas d’entre deux.


Nous n’avons jamais été aussi heureux qu’aujourd’hui et notre vie amoureuse aussi épanouie et puissante.

Pour nous, notre Amour est juste et beau, le partager l’est tout autant. Nous avons conscience de briser des tabous et de devoir affronter une pensée dominante qui est toute autre .... Nous assumons notre choix.

Notre désir de sincérité nous pousse aujourd’hui à révéler petit à petit à nos proches et à nos enfants ce que nous vivons …

Pour l’instant nos amis ont plutôt réagi avec respect et bienveillance. Ils ont compris qu’il ne s’agit pas pour nous de dire que ce que nous vivons doit devenir la norme ni que l’amour juste et vrai ne peut être que celui-ci. Nous n’avons aucune vérité à livrer. Notre témoignage n’est que l’expression de ce que nous sommes et de nos propres choix. A chacun de trouver la voie qui lui correspond et qui l’épanouit …Il n’y a pas qu’un chemin, qu’une vérité, qu’une vie.

Ce n’est pas parce que notre Amour était mort que nous sommes nés à d’autres Amours, c’est parce qu’il était vivant qu’il nous a ouvert à une autre dimension de sa réalité.

Aujourd’hui, la séparation entre le corps et l’esprit, prônée par beaucoup de philosophies et de religions, n’existe plus pour moi. Le corps n’est pas plus vil que l’esprit n’est sublime. Ils ne sont qu’Un dans une magnifique harmonie d’Amour. La chair n’est pas faible et méprisable, elle est ce qui nous incarne et nous ouvre à l’Amour dans une force créatrice et féconde.

Notre bonheur est grand.

Notre Amour débordant.

Comme je comprends ce que tu écris ! Je le vis , je le respire , je le ressens
MERCI MERCI tes mots sont si doux et collent si bien à ma vie aussi :-D

#
Profil

Goldmund

le jeudi 18 avril 2013 à 18h59

Wacko.
Le poète n'a pas toujours raison en effet! même si Aragon demeure un grand poète que j'aime lire et relire.

#
Profil

Leolu

le jeudi 18 avril 2013 à 19h32

Voilà l'état d'esprit parfait qui convient pour un Polyamour simple et naturel.
Et cela donne une très belle histoire d'amour. Une histoire qui fait envie...

#
Profil

Bexi

le samedi 20 avril 2013 à 10h16

Je vis, depuis l'ancrage du polyamour dans la réalité, un tourbillon d'émotions, de sensations intenses, et là maintenant, j'ai envie de laisser faire, diffuser, en moi, autour de moi, ce plein de vie, d'amour, de bonheur d'être … ici et maintenant …

Il y a quelques mois je me posais beaucoup de questions sur ce qu'allait être la relation, entre Goldmund et moi, quand de virtuelle, notre aspiration polyamoureuse, allait devenir réelle, concrète. Je savais ce passage imminent le concernant, j'étais heureuse pour lui, de son bonheur, son plaisir évident mais je ne savais comment j'allais vivre réellement ce «  passage » de l'autre côté du miroir …
Je me rappelle m'être questionnée sur : comment je vais vivre, vraiment, ce partage d'intimité physique qu'il aura avec un ou une autre ? On me dit, à un café poly (!) (bienheureux cafés polys …!!) : «  mais cela n'a rien à voir, faire l'amour avec deux personnes différentes, cela n'a rien à voir ! » comme une sorte de langage différent …

Me remémorant ceci, il me semble que j'ai vraiment intégré cet aspect là. Peut-être plus facile à intégrer que le «  passage de l'autre côté du miroir » s'est finalement fait aussi pour moi, alors que je ne m'y attendais plus, de façon quasi simultanée? Mais je ne suis pas sûre, je pense que je l'aurais intégré sans cela …

Mais puisque de mon côté je l'ai expérimenté, que dire de «  ce rien à voir » ? Il y a, tout de même, «  quelque chose à voir » de l'ordre général de l'amour, du désir ... éléments communs des relations amoureuses … mais le «  rien à voir » est bien dans le langage, la façon d'exprimer l'amour et le désir présents …

Cela, j'ai déjà pu le vivre et l'expérimenter dans mes relations amoureuses plus anciennes, mais elle n'étaient pas simultanées, et je me suis leurrée, bien souvent, sur le caractère exclusif de la relation qui me semblait nécessaire pour la vivre sereinement et en confiance. Ce caractère exclusif était bien un leurre car contrairement à la sérénité et confiance voulues, il a engendré très souvent jalousie et possessivité.

Il me semblait de toute façon incompatible de vivre plusieurs amours, car, vu mon caractère entier et passionné, j'ai toujours été dans le «  tout » ou «  rien », donc impossible d'imaginer quelque chose qui ne peut être plein, entier, c'est-à-dire ne pas me donner, ne pas donner entièrement mon amour … sauf que,maintenant, c'est ce qui change considérablement ma vision, il m'apparaît que le «  polyamour » n'enlève absolument rien à mon caractère entier et passionné, je peux vivre des amours en donnant tout l'amour qui est en moi, pour la bonne raison que l'amour, que je ressens, au sens large du terme, ne peut se tarir ou s'épuiser … au contraire, plus il se donne, plus il me semble immense, et infini …

J'avais eu une impression similaire, même si on n'est pas en terme «  amoureux » comme je l'évoque ici, lorsque j'ai envisagé d'avoir un deuxième enfant … le lien que j'avais avec le premier né me semblait tellement fort, tellement incroyable, qu'il me semblait impossible que je puisse aimer autant un autre enfant. On se rend compte que le lien n'est pas le même (parce que c'est le premier, parce que c'est le deuxième, parce qu'ils sont différents ...) mais l'amour, lui, est incomparablement immense...

Voilà donc la clé de voûte des amours multiples, dont on m'avait parlée, que j'avais lue, entendue, perçue intellectuellement mais que je n'avais pas encore expérimentée dans les relations strictement amoureuses :
le caractère unique du lien qui nous lie à l'autre …
l'autre n'est pas l'unique amour, on n'est pas l'unique amour de l'autre, mais le lien, lui, est unique, non interchangeable.
Expérimenter ceci, le ressentir, me donne une force incroyable … une sensation de bonheur et de liberté indéfinissables, juste être bien, être juste, être bien … là, ici et maintenant …

Peut-on dire adieu, «  définitivement », à la jalousie, au sentiment de non-confiance, à l'écueil de la possessivité, aux relations trop dépendantes ?
Je n'ai pas de réponse, juste des bribes, des éléments de ressenti personnel :
Toujours au café poly j'ai entendu (par un être sensible très à l'écoute ... que je salue au passage ... !) «  oui, c'est possible, on peut se débarrasser définitivement de la jalousie ! Je l'ai moi-même évacué depuis de nombreuses années, alors que j'ai été très jaloux, auparavant … Il suffit, un jour, de la laisser derrière soi, parce qu'on l'a décidé » …
serait-ce donc si simple?? 

En tout cas, cela ne m'apparaît effectivement pas impossible. Il faut dire que je n'ai pas ressenti cette morsure vive depuis longtemps, et pourtant j'en ai vraiment vraiment souffert, dans mes relations précédentes …

Si j'imagine ou je sais qu'un de mes amours est avec un ou une autre, je ne me sens aucunement blessée, jalouse … ce que mes amours peuvent vivre ou ressentir par ailleurs n'est pas quelque chose de «  concurrent » ou qui enlève quoi que ce soit à ce que nous vivons dans la relation unique que nous avons créée et continuons d'inventer…

Ce type de réflexion, de ressenti, est fondamentalement nouveau pour moi … dans mes relations passées, cette évocation m'aurait empoisonné l'esprit, m'aurait donné des images obsédantes désagréables, m'aurait renvoyé à une peur incontrôlable … la peur de ne pas être l'unique pour l'autre .. maintenant je me demande plutôt pourquoi je serais l'unique amour pour l'autre, pourquoi finalement aurais-je cette prétention ?

Et l'évocation de l'autre, heureux avec un ou une autre, me renvoie à son bonheur, son bien-être, ce qui m'apparaît juste comme quelque chose de fondamental (le bien-être de l'autre, et peu importe le moyen qu'il a de le vivre) …

Quand on admet (ce qui me semble admissible par un très grand nombre de personnes) que l'on peut avoir de l'amour et du désir pour plusieurs personnes, on admet, si l'on accepte de le vivre, que l'on peut vivre sereinement ce désir et cet amour avec d'autres personnes justement, car cela s'exprime, comme je le disais, de manière différente …
je trouve ça extraordinaire, et infiniment riche, de développer un langage amoureux propre à chaque relation, c'est inventif … et c'est précisément ce qui fait l'unicité de la relation …

J'imagine que l'on peut vivre des relations plus ou moins longues … toutes les relations ne sont d'ailleurs pas vouées à durer, il y a parfois des instants d'amour très forts, une nuit sensuelle, des baisers qui en restent là, un désir mutuel qui s'assouvit mais ne perdure pas, tout ceci peut co-exister avec d'autres relations qui se tissent dans la durée, des relations non fossilisées, non maintenues «  à tout prix », des relations vivantes …

Rien ne me semble à rejeter, en tout cas … ce qui compte … est ce qui est bon pour soi … oui mais, oui mais .. et si l'on blesse l'autre, les autres ?
Bonne question, il ne s'agit pas de se déresponsabiliser, il s'agit bien là d'amour, et l'amour ne peut se vivre que dans le respect et la bienveillance vis-à-vis des autres, à mon sens …

Oui, parfois, la jalousie peut être attisée par une attitude, des mots qui ne sont pas toujours des plus bienveillants, c'est en cela qu'il faut faire attention … l'attitude, les mots employés, la bienveillance, tout ceci est fondamental, pour arriver à faire co-exister, réellement, plusieurs amours …

Je sais qu'en ce qui concerne Goldmund cela va au-delà d'une simple «  acceptation », il est réellement heureux pour moi, il aime et apprécie mon amoureux sans le connaître beaucoup, juste parce qu'il me sent heureuse …
je le comprends d'autant mieux que de mon côté, quand il me parle de son principal amoureux, j'ai une sympathie/empathie immédiate pour lui que je ne connais pas mais que j'aimerais connaître et que je serai sûrement amenée à rencontrer … pareil pour son amoureuse épistolaire qu'il a rencontrée en vrai il y a peu ...

Alors, je ne sais pas si la jalousie est «  définitivement » derrière moi mais en tout cas elle ne pourra plus avoir l'impact qu'elle a eu par le passé, si elle revient un jour … J'ai l'impression que je ne peux vivre, de toute façon, comme j'ai vécu l'amour auparavant, qu'il y a quelque chose d'irrémédiablement et de positivement changé.
La confiance en «  moi » n'est jamais totalement acquise, elle est fluctuante, mais la confiance en la vie, en l'amour me semble bien enracinée...

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

UrbanHymns

le lundi 22 avril 2013 à 11h57

Goldmun
Aujourd’hui, la séparation entre le corps et l’esprit, prônée par beaucoup de philosophies et de religions, n’existe plus pour moi. Le corps n’est pas plus vil que l’esprit n’est sublime. Ils ne sont qu’Un dans une magnifique harmonie d’Amour. La chair n’est pas faible et méprisable, elle est ce qui nous incarne et nous ouvre à l’Amour dans une force créatrice et féconde.

Avis partagé : si l'on considère que l'état d'amour nous apporte le bonheur, le même bonheur nous rend beau et cela se voit.
"Rien n'est plus séduisant qu'un homme heureux" _ Vincent CESPEDES - L'homme expliqué aux femmes.

À écouter : Benjamin BIOLAY - Vengeance. Cet album relate l'histoire amoureuse d'un homme qui tombe dans la douloureuse jalousie pour aller jusqu'à la vengeance. L'écriture de cet auteur nous fait doucement, au fil des chansons, ressentir la monté de la jalousie et de la douleur qu'elle provoque jusqu'au désamour. In fine, le vengeur est en souffrance, le jaloux malheureux... à méditer.

#
Profil

LuLutine

le mardi 23 avril 2013 à 01h17

Bexi
l'autre n'est pas l'unique amour, on n'est pas l'unique amour de l'autre, mais le lien, lui, est unique, non interchangeable.

Je retiens surtout cette phrase.
(Même si l'ensemble du message est...euh...génial ?)

Cette phrase qui montre bien que le reproche fait par certaines personnes exclusives aux polyamoureux est infondé :
"Vous avez plusieurs amoureux ? Mais alors, pour vous ce sont de simples numéros, ils sont interchangeables !"
Totalement faux. On ne peut plus faux.

Et je dirais même plus : c'est pour les personnes exclusives que les liens amoureux sont interchangeables. L'un chasse l'autre et le remplace...quelle horreur quand j'y pense !

Chaque relation est unique et apporte des choses différentes. On n'utilise pas une relation pour en remplacer une autre. Pourtant, c'est ce que font sans arrêt beaucoup d'exclusifs...et ils trouvent cela normal !

#
Profil

Bexi

le mardi 23 avril 2013 à 22h17

Juste une réflexion Lulutine, je suis gênée par l'opposition polyamoureux/ personnes exclusives ....
Tu dis pour les personnes "exclusives" que leurs liens sont interchangeables ... je ne crois pas cela. J'ai vécu des relations exclusives pendant 25 ans (j'ai maintenant 40 ans) et aucun lien n'a été "interchangeable" ... Chaque relation a été unique, pleine et entière ...
C'est juste que je me suis leurrée sur le caractère exclusif qui me semblait fondamental pour vivre une relation "pleine et entière" justement. Et puis les personnes avec qui j'étais n'auraient absolument pas été prêtes non plus à continuer une relation alors que j'en entamais une autre ... cela ne faisait tout simplement pas partie du fondement de la relation et il est très très difficile de changer le "fondement" de la relation... Je ne dis pas impossible mais très difficile ...
Avec Goldmund, on s'est toujours dit qu'il y avait cette possibilité un jour, cela s'est fait au bout de 10 ans mais dès le départ nous étions ouverts, quelque part, au polyamour ...

#
Profil

Bexi

le mardi 23 avril 2013 à 22h19

Quand on est dans l'amour sincère, qu'il soit "poly" ou "mono" , aucun lien, aucune personne n'est interchangeable ...

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

bouquetfleuri

le vendredi 26 avril 2013 à 23h58

Bexi
il m'apparaît que le « polyamour » n'enlève absolument rien à mon caractère entier et passionné, je peux vivre des amours en donnant tout l'amour qui est en moi, pour la bonne raison que l'amour, que je ressens, au sens large du terme, ne peut se tarir ou s'épuiser … au contraire, plus il se donne, plus il me semble immense, et infini …

J'aime lire et relire cette phrase qui m'explique bien pourquoi je me régale quand je vous rencontre et quand je vous lis.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 02 mai 2013 à 12h14

Bexi
Tu dis pour les personnes "exclusives" que leurs liens sont interchangeables ... je ne crois pas cela. J'ai vécu des relations exclusives pendant 25 ans (j'ai maintenant 40 ans) et aucun lien n'a été "interchangeable"

En fait, je ne voulais pas généraliser, mais j'ai sans doute écrit trop vite. Dans certaines phrases, j'ai bien précisé qu'il s'agissait de nombreuses personnes exclusives, mais bien sûr pas de toutes !

En effet, certains exclusifs considèrent bien les relations comme "non interchangeables", mais un grand nombre de ceux que je connais ont tout-à-fait cette conception, même si beaucoup s'en défendent. Et un certain nombre de ceux qui raisonnent comme tu le faisais étant exclusive, s'orientent comme toi vers des relations polyamoureuses, ou en tout cas plus ouvertes. Coïncidence ???

Au fond, je voulais surtout exprimer le fait que l'idée de l'interchangeabilité me semble beaucoup plus cohérente avec l'exclusivité qu'avec le polyamour. Que s'il était fondé de faire ce reproche aux polyamoureux de manière générale, alors il serait d'autant plus fondé de le faire aux exclusifs (toujours de manière générale).

Mais je ne dis pas qu'il faut faire ce reproche à l'ensemble des exclusifs, puisque la prémisse (on peut le faire à l'ensemble des polyamoureux) est fausse !

J'espère que c'est un peu plus clair...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion