Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Libérons le verbe aimer ! ☺

Témoignage
#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 27 mars 2013 à 14h25

Ce mail reçu d’une amie je le partage avec vous ce matin, voici quelques un de ses mots, entre parenthèse plus bas, et ma réponse ensuite, qui du coup m’éloigne un moment de son histoire que je connais bien, et qui m’emmène plus vers quelques explorations que je vis actuellement aux travers de mes différentes rencontres et partages, amicales et amoureuses, et vers quelques autres réflexions et questionnements que j’ai bien envie de frotter aux vôtres , les miennes peuvent paraître rudes et aussi incomplètes, ça c'est sûr! Et les vôtres peuvent l’être en retour sans complexe !
Après tout libérer même un mot c’est une petite révolution qui demande quelques organisations ou stratégies entre nous hihihihih et qui vaut bien quelques batailles non ? Vous vous doutez bien que le but de mes propos est loin de la manipulation ou d'obscurs stratagèmes, juste je vous parle gentils Lutins comme à des copains.

Vous saurez bien compléter mes écrits, les critiquer même, et apporter quelques plus à nos échanges, c’est toujours passionnant de vous lire ! Et moi je crois bien que j'ai encore beaucoup à partager avec vous sur ce fil , mais cette fois plus légèrement sur les significations , implications etc ... de ce mot si joli et plein que l’on s’applique pourtant parfois à emprisonner, à affamer, à canaliser, et même de se retenir de le souffler au creux d’une douce oreille ou de l’exprimer à plein poumons quand c’est là et que ça déborde ! Alors c’est quoi ce mot que l’on ne peut pas conjuguer en un « je t’aime » retentissant sans se sentir piégé ou même pire sans se sentir détenteur de ce pouvoir sur l’autre qui peut le punir ou le récompenser ? Le faire fuir ou nous coller aux baskets ? Pourquoi, pourquoi ce n’est pas écrit sur nos dicos que c’est gratuit et sans attente, sans contrainte, sans engagement, sans promesse de toujours ??? Moi je vous aime et je t’aime et je nous aime … je le dis je te le dis et bon Dieu que c’est bon de mettre un peu plus de volume à mes "je t’aime" ! Allez dansons ensemble sur cette mélodie qui me libère, là hahahahahaha

"
"
"

« --- Nous sommes toujours dans la même situation. Il a une copine qui voit un peu plus que moi, je crois.
Et moi, je n'ai pas d'autres amoureux, j'aimerai bien...en avoir plusieurs comme toi :)
Facile à dire, je n'ai déjà pas suffisamment de temps et encore certaines peurs et blessures pour expérimenter ces échanges.
Je dois essayer d'approcher ma vérité ; qu'est ce que je recherche, ce que je veux vraiment ?
Est-ce qu'il y a de l'amour entre lui et moi ?
J'ai des incertitudes par rapport à nos sentiments. Je n'arrive pas à tout décrypter.
Je sais que c'est mon meilleur ami, que l'on s'attire. Je ressens un sentiment de paix, de joie, quand je suis avec lui.
On adore être ensemble.
Il fuit le quotidien, il fonctionne comme ça, dans sa vie sentimentale; alors dans notre situation, cela l'arrange bien (ce n'est pas péjoratif), nous sommes vraiment dans la magie des premiers instants, comme si s'était notre premier rendez-vous..
Ceci est parfois fatigant émotionnellement pour moi, et déstabilisant.
Il y a plusieurs façons d'aimer, et il n'y a pas de mode d'emploi, n'est ce pas ? Chacun se doit se débrouiller avec son histoire, je le sais bien…. »

"
"
"

Chère amie,

LIBERONS LE VERBE AIMER ! Rendons lui sa souplesse et offrons nous ses amplitudes avec confiance !

Aimer …. Ce petit mot en soi est une envolée toute autant douce qu’effrayante, tout autant chargé de promesses pleines de félicités que de peurs paralysantes… enfouis en soi … seulement en soi !

Aimer librement sans aucune entrave cet autre, ces autres … Aimer pleinement comme on rêverait de le faire pourtant tous, on sent fortement bien
en soi que ce potentiel existe … mais mais mais …. Le plus souvent on s’en empêche ! Le plus souvent inconsciemment.

Aimer c’est se donner, s’offrir … se dénuder l’âme en somme, donc exposer ses fragilités et ses défauts, ses complexes et ses parts sombres, parfois honteuses, etc … C’est là tout le nœud qui en soit se fige et se durcit au fil du temps car lourdement chargé de nos vécus et de nos peurs non élucidées que l’on entasse trop rapidement sans jamais prendre le temps de les ranger et de les dépoussiérer avec bienveillance. Tabou tout ça, ne pas toucher à ce qui fait mal… à ce qui nous renvoie à ce que nous détestons de ce moi ! Plutôt tourner le dos avec fierté et dédain !

Ne pas réfléchir à ça c’est gâcher son présent! Ne pas se remettre en question c’est foutre en l’air tout doucement mais surement sa vie !

Notre dernier souffle de vie, nos dernières pensées quand notre âme s’envolera et que notre cœur s’arrêtera de battre, ne pourront être apaisés et en paix si nous n’avons pas chacun mis en marche ce processus de réflexion et de remise en question pour changer de notre vivant chaque jour ce regard malveillant que nous avons sur nous même.

Nous sommes pétris et englués à de vieux réflexes de survie, et pour aimer cet autre, ces autres , les réflexes de nos éducations mono-amoureuses et judéo-chrétiennes nous chargent de culpabilité et d’interdits … faire , paraître , ne pas toujours dire et parler ou demander = souffrances = frustrations …

Alors que nos vies ne devraient être qu’expériences de vie et non réflexes de protections, qu’élans de vie et de confiance et non paralysies ou interdits…

Tu le sais, je le sais … Tous nous le savons, et pourtant souvent on reste fermement accroché à nos rêves de prince et princesse, cet idéal d’éternité amoureuse, être l’Unique de quelqu’un … La première de ce quelqu’un, la principale …

Alors évidemment que cela empêche et interdit toute audace de libertés heureuses et pleinement satisfaisantes pour soi, interdit même de se projeter dans le réel !

Alors il est plus confortable de rester sur sa chaise bancale, avec ses inconforts et ses maux de cœur que de prendre le risque « insurmontable » d’être déçus par un nouvel investissement que l’on considère d’un œil critique et méfiant, hasardeux et inquiétant… pour un long temps. La méfiance, l’immobilité et nos peurs de nous tromper ne feront jamais de nous des êtres épanouis et rayonnants.

Ah et puis il y a aussi cette peur fantasmatique et cauchemardesque d’être déçue, encore trompée, ne pas savoir faire , nos disponibilités enchaînées à nos priorités ! Au point que cela devient évident que nous ne sommes pas en capacité de savoir ce qui est bon pour soi … Et puis c’est évident aussi que de se prendre un « râteau » ou des « reproches » on en meurt … On se fige et se durcit encore plus ….

Alors restons sur nos déséquilibres… ceux qu’on connaît bien ou qu’on subit par masochisme ???? Pas trop de choix non si on ne fait pas
d’introspection, de remises en questions, si on ne s’autorise pas quelques audaces et courages ?

Les être lumineux regardés à la loupe ne sont pas ceux des couvertures de magazines, ce ne sont pas ceux pour qui la carrière, le paraître social priment sur leur moi profond.

Ce sont des êtres fragiles, et oui !, généreux et ouverts à l’expérience de la rencontre avec l’autre, ouverts à l’inattendu, curieux sans a priori, ils savent tous que derrière ces façades ou ces carapaces affichées parfois avec arrogance, il y a chez ces autres des fissures, des cassures, des plaies, ils connaissent bien ce secret qui fait pousser des fleurs à ces endroits-là si délicats et si fragiles… Mais approcher quelqu’un qui se barricade … pas simple.

Ces êtres étonnants de lucidité dans notre monde actuel, sont nombreux mais discret, parfois même transparents hihihihi

Les approcher c’est pourtant facile, les voir aussi c’est souvent facile ...mais mais mais... leur apparence n’a pas l’éclat habituel normatif attendu ou reconnu dans notre société … Ils sont parfois déroutants, ils nous offrent tout d’eux sans condition, comment est ce possible ? Pas de troc, pas de négociation, pas de compromission ? Ça existe des êtres comme ceux là sur notre planète ???

Ah mais comment a-t-on fait pour échapper au réel de nos existences pour ne plus voir, ne plus sentir, ne plus ressentir ce qui nous fait humain ???

Oui il y a plusieurs façon d’aimer, beaucoup ont réfléchi et écrit à ce sujet, il y a des formes variées, des statistiques, et même des classements … etc … !

Mais moi, toute seule, juste avec mes expériences présentes et passées, mes erreurs et mes souffrances présentes et passées, mes réussites et mes
beaux et tumultueux amours sereins présents et passés, juste avec mon peu de culture, juste avec mon moi profond j’aime à croire qu’aimer se veut ou pas, pas d’économie, pas d'hésitation, pas de compromission, pas de retenues …

Alors oui c’est dur d’aimer et d’être aimé… Ce n’est jamais du n’importe quoi ou du n’importe comment pour moi, c’est souvent déstabilisant un temps, c’est parfois douloureux, parfois je fais des erreurs et même des grosses… Mais toujours au milieu d’une tempête ou d’une déprime je garde le cap, j’ai confiance en ma lucidité de plus en plus, j’ai l’expérience de mes doutes et de mes douleurs, je maintiens fermement mon existence en main , solidement accrochée à mon réel , à la personne que je connais de moi et que je découvre encore un peu plus chaque jour.

Aimer c’est OSER
Aimer c’est se LAISSER FAIRE
Aimer c’est se FAIRE CONFIANCE
Aimer c’est AIMER L’INCONNU
Aimer c'est AIMER ÊTRE SEUL AVEC SOI

Aimer c’est prendre des risques
Aimer c’est se connaître mieux auprès de cet autre, ces autres
Aimer c’est aussi souvent de l’amitié amoureuse qui engendre parfois un bel amour
Aimer ce n’est pas un absolu inhumain,
Aimer c’est voir cet autre là qui nous interroge et accepter sans condition ou projection sa connaissance

Aimer pour moi c’est me laisser surprendre par une rencontre, par une relation et des échanges qui me donnent l’envie et la curiosité de vivre ce quelque chose que je ne connais pas encore

Aimer c’est à chaque fois diffèrent et c’est toujours unique !

Je ne suis pas l’unique de quelqu’un mais je suis bien moi unique comme l’est cet autre ! Alors cet autre que je regarde et commence à apprécier et
qui attise ma curiosité mérite mes attentions comme il mérite ma connaissance.

Pourquoi me priver, m’empêcher ?

Ma route ou mon parcours sont parfois truffés de chemins de travers, j’aime aller là où justement ma curiosité m’emmène, j’aime ces échappées, qui soit changent mon parcours, ou soit me font reprendre ma route tranquillement.

Aimer quelques heures ou un long temps ? Chaque fois que j’aime c’est toujours avec curiosité, envie et désir, toujours sans projection, j’aime à le vivre ainsi car ce besoin d’aimer de mille et une façon, est l’essence même qui me construit et me fait devenir plus grande, plus solide et plus lucide, c’est ce qui est le meilleur pour moi , pas pour tous ?

Je crois que je sais mieux aujourd’hui qu’hier ce qui m’anime et m’illumine = ma curiosité avide de l’autre qui ne tarit pas.

Alors aimons allègrement sans pudeur et sans peur, sans appréhender de pseudo-lendemains malheureux que nous ne pourrons jamais connaître avant, aimons sans barrière comme le dit si bien un de mes amoureux !

Je me répète hihihhi on ne meurt pas quand une histoire s’arrête ou se modifie, on grandit, on s’élargit, on se comprend, on appréhende son monde avec de nouvelles forces, et hop on reste un être désirant !

Et voilà, j’oublie pleins de trucs, j’oublie en t’écrivant que tu n’es pas moi, j’oublie que ce que j’écris n’est qu’une lettre écrite comme cela sur un moment propice dans ma matinée, j’oublie que demain je pourrais l’écrire autrement, j’oublie que je peux te froisser ou te choquer …. Bref je me suis laisser faire en confiance et ça c’est si bon de le pouvoir avec toi!

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Bexi

le mercredi 27 mars 2013 à 18h00

Merci Lililutine pour ce partage … j'adhère totalement … juste avant de le lire j'ai écrit un message à un ami qui semble freiner ses élans, car dans un idéal rêvé et peut-être pas assez dans la «  vraie » vie (mais je me trompe peut-être sur lui, c'est juste une impression), voici un extrait de ce message :
«  dis toi que l'on a qu'une vie (enfin peut-être pas mais celle que l'on vit là autant la vivre le plus à fond) et que moins on se met de limite plus on est libre et heureux (mon adage du jour !), et que la chose qui me paraît essentiel est bien l'amour que l'on partage...  sans retenue, sans peur, parce que finalement c'est simple et naturel, on l'a juste parfois oublié ... »

Oui, libérons le verbe aimer, Lililutine ! Comme tu le dis (je remets tes mots car ils sont bons à relire !!) :
«  de ce mot si joli et plein que l’on s’applique pourtant parfois à emprisonner, à affamer, à canaliser, et même de se retenir de le souffler au creux d’une douce oreille ou de l’exprimer à plein poumons quand c’est là et que ça déborde ! Alors c’est quoi ce mot que l’on ne peut pas conjuguer en un «  je t’aime » retentissant sans se sentir piégé ou même pire sans se sentir détenteur de ce pouvoir sur l’autre qui peut le punir ou le récompenser ? Le faire fuir ou nous coller aux baskets ? Pourquoi, pourquoi ce n’est pas écrit sur nos dicos que c’est gratuit et sans attente, sans contrainte, sans engagement, sans promesse de toujours ?? ? Moi je vous aime et je t’aime et je nous aime … je le dis je te le dis et bon Dieu que c’est bon de mettre un peu plus de volume à mes "je t’aime" ! Allez dansons ensemble sur cette mélodie qui me libère, là hahahahahaha »

Et en référence à la dernière discussion sur les «  mes (chéris) », «  mon Bouquetfleuri », je te dis à bientôt, ma Lililutine.
Tiens? Justement notre Bouquetfleuri vient encore d'écrire une phrase qui me colle au coeur, citation, car cela va bien dans ce sujet : «  J’ai découvert l’infinité amoureuse quand j’ai cessé de vouloir maîtriser ce sentiment, quand j’ai accepté de me perdre au creux de son attention. »
Je crois que là, on est proche de l'extase … amoureuse … !

Libérons le verbe aimer, libérons l'amour infini qui est en nous … laissons le s'exprimer, agir, être ...

#
Profil

bouquetfleuri

le jeudi 28 mars 2013 à 08h21

Libérons le verbe aimer.
Libérons-le, ce joli mot enfermé dans une prison dorée au milieu de tant d’autres concepts quotidiens et d’usage, jouir, profiter du temps présent, choisir, laisser aller, découvrir, papillonner…

Rendons au verbe aimer sa liberté et sa totale puissance, déconditionnons-le, n’acceptons plus de le mettre en regard de chacun des gestes qui l’expriment.

Aimer, c’est transformer toutes les contraintes en plaisir.
Aimer c’est une philosophie de vie, c’est un état d’être, c’est prendre la mesure de sa propre énergie.
Aimer, c’est transformer la liberté de l’expérience en expérience de la liberté.
Aimer, c’est accepter de n’être plus jamais oublié.
Aimer, c’est désaliéner son être pour en faire le premier interlocuteur de la nature.
Aimer, c’est devenir le tabernacle de la vie, la résonnance de toutes les cultures.

Et cela n’empêche ni de jouir de tous les plaisirs, ni de profiter du temps présent, ni de choisir, ni de se laisser aller, ni de découvrir, ni de papillonner…
Il est temps de libérer ce joli verbe, cette parole et (je reprends les mots de LiliLutine) d'oser, de faire confiance, de se laisser faire, d'être seul avec soi

Libérons le verbe aimer et avançons vers cet absolu d'humanité.

#
Profil

Pinklady

le mercredi 03 avril 2013 à 19h55

Merci pour ces mots...je n'en rajouterai point vous dites tout cela si bien...<3

#
Profil

artichaut

le jeudi 26 septembre 2019 à 18h02

…un autre post sur l'amour : Dire je t’aime

#
Profil

choeurAcoeur

le vendredi 27 septembre 2019 à 09h47

C’est absolument magnifique cette réflexion. Merci pour le partage.

Cela apparaît comme un idéal, mais comment l’atteindre ?

Comment passer les barrières de sa propre construction pour enfin se libérer ? Enfin se sentir libre d’aimer et de laisser aimer celle avec qui je construis ma vie aujourd’hui ?

J’aimerais dire je t’aime naturellement comme cela vient, et cela vient souvent. J’aimerais imaginer que ma compagne puisse dire je t’aime de la même façon. Je nous aimerais si libres.

C’est moi qui ai ouvert la voie du polyamour dans notre histoire de couple et j’ai pourtant tellement de mal à me libérer d’un sentiment d’exclusivité que «  j’aimerais » garder auprès de ma compagne. C’est terrible car j’ai beau lire, entendre, travailler sur moi, je reste cependant insécurisé. Mon cœur refuse l’alignement avec mon intellect ! Nous tâtonnons tellement ma compagne et moi, pétris par nos peurs...

Merci Lili Lutine et à tous pour montrer ce chemin, mon post est écrit à l’encre de mes difficultés actuelles mais j’espère l’emprunter bientôt, bientôt, je ne puis reculer aujourd’hui sur cette voie qui résonne tellement en moi. C’est un beau chemin.

Belle journée à vous.

#
Profil

Lili-Lutine

le vendredi 27 septembre 2019 à 11h59

Tu as déterré @artichaut, mon vieux post sur libérons le verbe aimer (+)

C'était pour moi, et à cette époque là, il y a plus de 6 ans quand même, le début , le tout tout début de ma prise de conscience sur mes difficultés à savoir de quoi on parle exactement entre amoureux.ses quand le verbe aimer s'invite dans une relation par l'un.e ou l'autre, surtout par l'autre dans mon cas :-/

Et aussi le tout début de mes interrogations sur les liens entre le patriarcat et le romantisme, leurs codes et modes d’emplois et leurs possibles emprises et diverses violences entre amoureux.ses et dans les autres formats de relations sexo-affectives en générale. ...

Aujourd’hui je n’ai pas encore tout résolu de mes énigmes sur ces vastes sujets de ce qui se dit, comment ça se dit, pourquoi ça se dit ...sur le verbe aimer, les sentiments , les émotions, bref...

Mais comment ça fonctionne tout ça en vrai ? en toi, en moi, en vous ??

Ce que je vis aujourd’hui, là de suite, dans une de mes relations, c’est de sentir et depuis seulement quelques semaines, et assez distinctement en moi, des sentiments bouleversants pour cette personne, c’est comme une éclosion bourgeonnante de bulles pétillantes d’amours, qui m’autorise enfin, de tenter de faire du son avec le verbe aimer, et de ressentir et de vivre cela sans que ça m’attriste ou me fasse trop peur... me fasse fuir ou la fasse fuir :-D

Bon, cette personne je la connais depuis plus de 3 ans, et nous avons cheminé chacun.e dans nos vies, et dans notre relation, sans jamais abimer une seule fois notre beau lien.

Et depuis que j’ai la conscience que ce sont des sentiments que j’ai fabriqué en moi , comme le résultats ou les conséquences de toutes mes belles émotions avec cette personne (sans être contrainte, sans avoir été influencé, sans que l’on me l’ai demandé ou obligé, sans que cela me soit reproché d’être « aromantique » comme ce fût le cas dans certaines de mes relations passées) j’ai pu alors traverser plusieurs phases pour pointer et décrypter en moi, ces états particuliers dont j’entends souvent parler entre amoureux.ses, et hop j’ai commencé à ressentir aussi ,et en plus, des sensations de sentiments amoureux pour une autre de mes relations sexo-affectives bien plus ancienne !

Depuis je me sens encore par moment vulnérable, parfois fébrile, parfois encore un peu « apeurée » par ce qui me traverse, ne sachant pas encore toujours si ce sont des émotions ou des sentiments joyeux ou tristes, bienvenus ou inquiètants, c’est encore souvent hésitant et flou, mais je sens bien qu’en moi quelque chose a bougé et que j’aime ça et je pense là de suite que je vais beaucoup beaucoup aimer, et de plus en plus, ressentir les sentiments amoureux, les recevoir et les exprimer!

J’apprivoise, et en même temps, le verbe aimer et les sentiments amoureux !

Ce qui pour moi est vécu , par moment, comme une multitude de grands sauts dans le vide !

Faut beaucoup de confiance pour moi pour le pouvoir dans une relation, beaucoup de confiance en moi et en l'autre, et beaucoup de beaux vécues ensemble aussi!

Ce qui actuellement est le cas, et depuis plusieurs années pour certaines, avec les quelques relations sexo-affectives qui m'accompagnent sur mon chemin de vie, et avec lesquelles j’ai la joie de construire, et avec chacune, à petits pas lents et tout doucement, des perspectives de lendemains qui me ravissent de plus en plus, de mieux en mieux <3

Une fois que je peux comprendre, et dans chacune de mes relations sexo-affectives, à mon rythme et sans pression, comment tout ça fonctionne en moi, en l'autre, ça me fait rudement du bien d'y voir un peu plus clair!

Je démêle actuellement je pense ,et très lentement en moi, la pelote noueuse de mes ressentis, où s’entremêle encore souvent, des confusions, des oppositions, voir des batailles, entre tous mes ressentis émotionnels et tous ceux de mes sentiments.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

artichaut

le vendredi 27 septembre 2019 à 13h10

Lili-Lutine
Tu as déterré @artichaut, mon vieux post sur libérons le verbe aimer (+)

Et oui, c'est un sujet, infini…

Lili-Lutine
Aujourd’hui je n’ai pas encore tout résolu de mes énigmes sur ces vastes sujets de se qui ce dit, comment ça se dit, pourquoi ça se dit ...sur le verbe aimer, les sentiments , les émotions, bref...
Mais comment ça fonctionne tout ça en vrai ? en toi, en moi, en vous ??

Mes lectures du moment tourne autour de ça…

Je vais tâcher de vous en partager quelques-unes.

…et déjà, il y a ça : un texte de Corinne Monnet qui à l'aide du livre l’Idée moderne d’amour de Pascale Noizet, décortique la fonction de l’amour dans le monde hétéro-patriarcal : à savoir asservir les femmes au patriarcat. Il s'agit bien sûr de l'amour normé dogmatique et dominant que d'aucun qualifie d'amour romantique (et hop un 2ème texte) pour bien le nommer et le différencier d'autres formes d'amour possibles.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion