Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le suis-je vraiment ?

#
Profil

Didix

le dimanche 16 décembre 2012 à 18h39

Bexi, merci.
Je suis gemeau et cela n'aide pas à la prise de décision...
Bref, tu as balayé toutes les alternatives qui semble se dessiner.
Cet après midi j'ai essayé de reparler du poly à ma femme : elle continue à comprendre que cela puisse exister, ne juge pas en mal mais m'oppose que cela ne peut exister que dans l'équilibre, s'il n'y en a pas un lésé. Et c'est ce rôle qu'elle ne veut pas jouer. Elle a peur de la solitude je pense. J'aimerai pouvoir la rassurer mais je ne sais pourquoi je n'ai pas l'inspiration. La crainte de lui tendre un piège involontairement ? En effet, parfois je me dis que si je passe plus de temps avec ma "maîtresse" je risque de basculer de son côté, en monogame.
Cela pause donc en effet la question de mes sentiments pour ma femme. Avant de parler de solution poly peut être sommes nous à la base ds une impasse affective... Dur !

#
Profil

bouquetfleuri

le dimanche 16 décembre 2012 à 19h01

Changer de partenaire, glisser d'une relation monoamoureuse vers une autre relation monoamoureuse, c'est un peu l'inverse de ce que permet le polyamour !

L'argument de la lésion détermine bien l'écueil à éviter. Bien sûr que personne ne doit être lésé, bien sûr que personne ne doit ressentir de sentiment de solitude, et pour cela, le travail à faire est bien de l'ordre de l'autorisation : c'est à votre couple, uni, qu'il revient de permettre une ouverture à une autre relation dans votre vie, directement expérimentée par toi et acceptée par ta femme. L'inverse se fera peut-être plus tard.
Vous allez bien être obligé de faire ce travail en parallèle puisque tu as commencé par le résultat.
Dans tous les cas, c'est la solidité du couple qui permet un point d'appui à ce levier amoureux, et seulement cela.
Le polyamour n'est pas une béquille pour couple bancal, jamais, sinon tout le monde se casse la figure, dans des configurations rarement heureuses.
Et si penses sérieusement manipuler ton couple avec ce projet de polyamour mal ficelé, tu risques quand même de passer à côté d'une sacrée chance, celle de connaître, ensemble, encore plus d'amour.
Peut-être que ni ta femme, ni toi, ni ton amoureuse ne méritez de passer à côté de cette chance.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 16 décembre 2012 à 19h17

Hm, c'est pas quantitatif, non plus. C'est vrai qu'un équilibre des amants aide à un effet mirroir, donc à se comprendre, et surtout s'organiser.
Mais on peut avoir un compagnon poly et équilibrer en vivant pour soi, sans forcément que ça signifie avoir un amant de plus. Loisirs, entourage, projets... Ya pas mal de possibilités pour qu'il n'y ait personne de lésé.

Je repense à ce texte, qu'on peut prendre comme une des "options" de la pratique du poly :
www.liberation.fr/societe/0101618815-plaidoyer-pou...

#
Profil

bouquetfleuri

le dimanche 16 décembre 2012 à 19h29

On est bien d'accord, Siestacorta. Le polyamour permet aussi de choisir une belle solitude.
Mais quelle que soit la manière de la vivre, la solution est toujours le fruit d'un dialogue.

#

judiith (invité)

le dimanche 16 décembre 2012 à 22h04

"mais je ne sais pourquoi je n'ai pas l'inspiration. "

Je pense que tu ne peux pas la rassurer parce que tu n'es pas sur toi même de ce que tu veux.

Tu as envie de vivre cette nouvelle passion, tout en gardant ta femme. C'est bien normal! Qu'elle soit d'accord, qu'elle te lâche du lest... Ca ne va pas être aussi simple, je pense... Et si elle prenait un amant, tu serais OK avec ça ?

#
Profil

LuLutine

le dimanche 16 décembre 2012 à 22h08

bouquetfleuri
personne ne doit ressentir de sentiment de solitude

Je mettrais un bémol quand même : il m'arrive très fréquemment de ressentir la solitude...

Ca arrive à tout le monde, même dans les couples exclusifs.

Tant que ce n'est pas un sentiment permanent, il me semble que ce n'est pas un problème. Ca se gère.

#
Profil

Didix

le dimanche 16 décembre 2012 à 22h33

Lulutine, qu'elle est ta situation ?
Sinon, je crois que si ma femme rencontrait qqn je la laisserai faire. Mais ça ne doit pas être facile...
Il y a un post concret sur ce que l"on ressent ?

#
Profil

bouquetfleuri

le dimanche 16 décembre 2012 à 22h33

Je faisais une distinction entre vivre une certaine solitude et ressentir ce sentiment d'isolement, d'abandon.
Ce sentiment-là ne doit pas exister, sinon cela signifie qu'on a mal préparé, mal parlé, mal organisé l'irruption d'une nouvelle relation, qu'on ne se sent pas assez partie prenante, partie prise et emmenée.
Sinon, oui, vivre quelques moments seuls, même longs cela se supporte très bien.
Même avec de gros manques...

#
Profil

LuLutine

le lundi 17 décembre 2012 à 00h32

bouquetfleuri
Je faisais une distinction entre vivre une certaine solitude et ressentir ce sentiment d'isolement, d'abandon.

Oui, voilà, mais ce n'était pas très clair je trouve dans le message d'avant, donc c'est mieux quand c'est précisé.

Sinon, je trouve que ça ouvre la porte à des abus du genre :
"Je me sens seul(e), donc tu dois quitter ton amant(e)"
"Je me suis senti(e) seul(e) ce week-end, ne me laisse plus seul(e) le week-end" etc.

"Arguments" qui pourraient s'appliquer même pour d'autres activités extérieures au couple (et pas seulement pour une histoire sentimentale).

Didix : actuellement je suis en relation amoureuse avec 3 personnes, avec qui je ne vis pas. Je m'en porte très bien, j'apprécie mon indépendance mais je ressens parfois de la solitude. A noter que je la ressentais aussi lorsque je vivais en couple avec quelqu'un, je n'estimais pas pour autant qu'il y avait forcément un souci. Ce sentiment est aussi lié, parfois, à tellement d'éléments extérieurs à la relation...

En ce qui concerne un éventuel post, je doute qu'il y en ait un spécifiquement consacré au sujet, mais je ne me rappelle pas de tous....il faudrait parcourir le forum ou bien chercher sur google avec des mots-clefs qui t'intéressent, en indiquant dans ta recherche : site:polyamour.info

#
Profil

Judith

le lundi 17 décembre 2012 à 01h02

Je me trompe peut etre mais moi, je ne te sens pas totalement convaincu, j'ai l'impression que tu te cherches, que tu es tombé amoureux et que tu aimerais bien pouvoir vivre cet amour naissant sans culpabilité, et sans non plus perdre ta compagne actuelle. Peut être que je projette... mais les propos tenus ici me semblent bien théoriques. Révéler à ta femme que tu as une maitresse, faire le pari qu'elle va comprendre, et que si elle n'est pas elle même dans cette démarche, elle trouvera ailleurs le moyen de compenser, tout ça parce que tout est dit et qu'on s'aime et se respecte...C'est bien beau mais c'est oublier que quand dans un couple, on n'est pas au même niveau d'évolution, l'un des deux doit faire le deuil du couple tel qu'il l'a toujours envisagé, et que ce deuil est cruel. L'amour, la tendresse, le respect ne résolvent pas tout. Es tu pret à affronter la douleur, l'éventuel rejet de ta femme, l'éventuel ultimatum : c'est elle ou moi ? Si oui, alors vas y sans hésitation. Sinon, donne toi du temps. Du temps pour savoir ce que tu attends vraiment de cette nouvelle relation, ce qu'elle (ton amante) en attend. Elle ne semble pas véritablement partageuse, si elle ne supporte pas de te voir avec ta femme, alors... Peut être qu'effectivement, tu es juste en train de commencer une autre histoire monogame. Es tu partant pour ça ?
Moi je ne suis pas d'accord avec ce qui s'est écrit plus haut, je pense que dire la vérité si on n'est pas certain d'en assumer les conséquences, c'est seulement se décharger d'un poids sur sa ou son conjoint(te). Par contre si tu ne supportes plus de vivre dans le mensonge ou du moins, la dissimulation, alors oui, tu vas devoir te lancer. A ta place, j'attendrais un peu...

#
Profil

Siestacorta

le lundi 17 décembre 2012 à 08h36

Attention, hein, quoi qu'on dise ici, c'est pas une pression, pas une Vérité Révélée. On en sait toujours moins que les témoins sur leurs relations, histoires.
Je crois que beaucoup de gens ici sont prêts à reconnaître, sinon à comprendre que mentir n'est pas nécessairement une attitude égoïste et irrespectueuse : on ne doit pas simplifier.

Bien sûr, ici, il y a une attitude globalement plus "pro-honnêteté".
Et souvent, on va répndre "le mensonge, c'est pas bon".
Mais non sans avoir déjà félicité les gens de réfléchir à une autre solution... Tout en encourageant à creuser leurs besoins et peurs, et à dialoguer et avancer progressivement plutôt que de foncer tête baissée.

Et enfin, faut se dire que si on ne cautionne généralement pas le mensonge, c'est pas juste pour faire la morale. Il est arrivé à beaucoup de poly de devoir se débattre avec la vérité, avec des amants exclusifs à qui s'était difficile à dire. Il nous est, pour la plupart, arrivé de devoir dissimuler, au au moins arrivé d'en avoir très envie.

Il y a bien sûr plein de gens pour qui dire la vérité part de la morale...
Même si on en trouve ici aussi, je souhaite attirer l'attention sur une autre motivation poly : lorsqu'on a un coeur poly, ce dont on protège l'autre (et surtout soi-même) par le mensonge finit par revenir en plus difficile à gérer. On parle de mensonge à longs termes, qui aboutissent souvent à ce qu'on aurait préféré éviter : devoir faire le choix de monogamie, avec l'amoureux ou avec le nouveau.

Une vérité poly assumée n'offre pas nécessairement une acceptation de la part de l'autre.
La vérité peut faire mal, elle se balance pas comme ça d'un bloc, on doit évidemment y aller en faisant attention à l'autre, à ce qu'on veut faire comprendre, à la portée à long terme.
Mais elle est au final souvent plus vivable et pratique que le mensonge ; parce qu'on se bouffe moins le coeur à culpabiliser, déjà, mais aussi parce que même si c'est lent, la construction sur la vérité tiendra mieux le coup, elle est fait d'un respect qui peut consolider l'avenir des relations.

Le mensonge, c'est un genre de garantie à court terme, à long terme c'est casse gueule.
La vérité est une prise de risque à court terme, mais une vraie assurance pour la suite.
Faut adapter le moment où on parle, de quoi, comment on le présente, bien sûr. Mais si on ne dit jamais à l'autre ce qu'on vit, on ne sait souvent pas soi-même ce qu'on est en train de faire. On crée une menace en suspens au lieux de pratiquer des choix.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Lili-Lutine

le lundi 17 décembre 2012 à 08h41

Siestacorta

Le mensonge, c'est un genre de garantie à court terme, à long terme c'est casse gueule.

La vérité est une prise de risque à court terme, mais une vraie assurance pour la suite.

Bien dit (+)

#
Profil

bouquetfleuri

le lundi 17 décembre 2012 à 10h04

Et la vérité, comme la raison, se trouve souvent à deux ou plus.
Je veux dire par là que sa propre vérité n'est pas intéressante si elle ne peut pas être entendue.
En revanche, faire se dévoiler une vérité utile, nécessaire aux yeux de chacun est un travail d'échange, une construction qui s'éloigne parfois de ce que l'on croyait être la vérité.

Je crois qu'on ne cherche pas la raison contre les autres, mais avec les autres.
Mais ce n'est jamais simple ou facile, parfois cela peut même être douloureux dans un premier temps.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Goldmund

le lundi 17 décembre 2012 à 15h36

Au mot de vérité ( trop sujet à joute philosophique) je préfère celui de sincérité. La sincérité d’une personne qui remet en question un fonctionnement amoureux , d'autant plus de long terme comme le tien Didix, est difficile voire douloureux à entendre pour la personne qui le reçoit; Et ceci quelque soit le degré de préparation et la somme des efforts délicats pour le lui dire.
Je pense qu'on se leurre en pensant qu'il y a un bon moment pour l'autre à recevoir cela. Par contre, et je suis en accord avec ce que dit Judith, le bon moment pour toi sera celui où tu seras en capacité d' assumer les possibles conséquences de tes paroles de sincérité et à les vivre en acte.

Mais peut être te faut-il , revenir à cet essentiel qui, à mon sens, sera en mesure de vous aidez à déterminer ce que sera votre avenir: l'amour .
Que dirais-tu de proposer à ta femme ( et pourquoi pas aussi à ta " maîtresse") de prendre le temps de vous parler d'amour sincèrement, honnêtement : posez-vous réciproquement quelques questions du genre : qu'est-ce que l'amour pour moi? comment je désire le vivre? Qu'est-ce que ce que nous vivons et avons vécu nous dit de ce lien ? qu'elle sont mes désirs pour moi-même ,pour l'autre pour le couple ? qu’est ce que je fais pour le faire vivre ?… Et plein d'autres questions à inventer qui vous permettront, si vous êtes sincères, de faire un état des lieux de votre amour. Car c'est bien de la réalité physique et de la force de celui-ci que toute autre ouverture pourra ou ne pourra pas être vécue.
Ta femme ( comme ta maîtresse) doivent pouvoir être sûre que ce que tu vis ailleurs n'est pas le signe d'un manque à combler, d'une frustration sexuelle, d'un amour déçu...ou encore d'une indécision ou d'une lâcheté pour pouvoir peut-être l'accepter un jour. Elles n'ont pas envie d'être trompée ni lésée sur les motivations qui te poussent aujourd'hui à vouloir vivre le polyamour. C'est légitime. Alors pose toi la question : qu'est-ce qui te motive sincèrement ?

Tu es à un carrefour, nul autre que toi ne peut choisir la voie qui sera la tienne, nul autre que tes amours ne pourront choisir la voie que chacune empruntera. mais ce qui est certain c'est que tu es au centre et que de ton positionnement résultera le reste. Je suis de plus en plus certain à te lire que tu sais ce que tu veux mais que ce sont les conséquences qu'elles impliquent que tu n'est pas prêt à assumer car tu as conscience que de trois tu risques de te retrouver seul. le temps peut-il t'aider ? dans cet optique je ne le crois pas! Je vois plus de risque d'enlisement, pire une acceptation quotidienne de cette insatisfaction.
Dans ma vie d'homme à deux reprises j'ai été confronté à des choix difficiles qui ont fait souffrir mes proches . Mais ces choix, tout douloureux qu'ils fussent aussi pour moi, je les ai fait en conscience parce qu'ils m'étaient vitaux. Et lorsque je vois aujourd'hui comme je suis heureux, je ne les regrette pas. Ce qui doit guider tes choix c'est ton désir d'être vivant , d'être en accord profond avec ce que tu es. Rien d'autre et surtout pas la peine ou la douleur que tes choix pourront entraîner. On n'agit pas pour les autres, on agit avec ou sans eux.
Pour moi, passé la souffrance dés premiers instants, la solitude dans lequel ces choix m'ont placés, l'incompréhension de certains proches, leur éloignement parfois c'est au final une libération qui s'est opérée, une véritable régénération.
Ma vie jusqu'a aujourd'hui, n'a rien eu de paisible , de linéaire elle fut pleine d'accidents de fausses routes, de désillusion mais aussi d'instants magiques où j'ai eu le sentiment d'être moi , serein et véritablement en amour. Ma vie n’a de sens aujourd’hui que dans cette recherche inlassable de sincérité.
L'amour ne tolère aucun frein, il avance, L'amour n'enferme pas il libère. l'amour n'est pas conditionnel il est don. Ce ne sont pas que des beaux mots pour moi c'est ce que je m'efforce de vivre au quotidien avec celle que j'aime. Nous n'avons qu'une vie osons la vivre en accord avec ce que nous sommes quelques soient les implications parfois douloureuse qu'elles impliquent notamment lorsque ceux que nous aimons ne peuvent nous suivre sur ce chemin.
Mais ma vision de l'amour et l'exigence qu'elle implique n'est peut-être pas la tienne. Mon désire Didix n'est surtout pas te dire qu'elle est la voie (celle que je décris est la mienne rien de plus) mais de t'amener à mettre en lumière celle qui te ressemble et qui te permettra d'être le plus heureux possible.

#
Profil

Judith

le lundi 17 décembre 2012 à 23h38

Goldmund
Ce qui doit guider tes choix c'est ton désir d'être vivant , d'être en accord profond avec ce que tu es.

J'adhère!

#
Profil

LuLutine

le mardi 18 décembre 2012 à 02h11

Réflexion du soir....espoir ?

Juste un vécu, un témoignage personnel, en faveur de la sincérité.

Ce soir, un ami s'est pris en pleine figure une colère qui ne lui était pas destinée. Juste parce qu'il a été sincère avec moi.

Casse-gueule à court terme, la vérité ? Ben oui, parfois !

Mais on s'en relève vite.

Ce qu'il y a gagné ? C'est qu'au final, je l'ai remercié...

Je suis toujours en colère. Mais ce n'est pas contre lui. Je ne me rappelle pas avoir été en colère contre quelqu'un de réellement sincère, d'ailleurs. Ce qui m'énerve, ce sont les mensonges, les trahisons, les manipulations, les déformations, les coups en douce...etc.

Bien sûr, chacun a sa personnalité. Certains peuvent préférer l'hypocrisie, bien qu'au fond j'en doute...

A long terme, je suis d'accord avec Siesta : une attitude sincère me semble bien plus tenable. Même si ça veut parfois dire se prendre dans la figure quelques baffes qu'on n'avait pas méritées...

A méditer ? Moi en tout cas, ça me fait cogiter...

#
Profil

bouquetfleuri

le mardi 18 décembre 2012 à 10h02

Je surligne ce que tu dis, LuLutine, l'exemple est éclairant. Et pour moi, la vérité, quelque soit son contour et sa signification, est tout simplement un choix écologique. Elle demande moins d'effort et offre plus d'efficacité, plus de liberté et moins de barrières à franchir.
Ce qui ne veut pas dire que c'est facile, mais simplement que c'est moins difficile que le mensonge, quelqu'en soit son contour.
La vie bien sûr n'est pas binaire et dans toute affaire où l'humain s'invite un équilibre est nécessaire jusque dans ses choix les plus principiels, mais en ce qui me concerne, le choix de la vérité éclaire beaucoup les autres.

#
Profil

Didix

le mercredi 19 décembre 2012 à 09h21

Salut à tous,
Beaucoup de choses précieuses.
Je crois que cela passe tellement bien avec ma "maîtresse" qu'elle pourrait comprendre une situation poly en fait. Son coup de calgon de notre dernière rencontre dans ce le lieu commun était dû à une forte envie d'être avec moi... Mais elle a reconnu depuis que sa vie seule était aussi importante.
Reste ma femme que je dois amener en douceur vers une situation de partage...
Mais comme vous dites cela dépendra aussi de mon envie d'être sincère et claire avec moi-même. Je ne dois pas en être loin car l'autre matin je me suis levé avec une force étrange et l'envie de gagner chaque jour en vérité et en sérénité vers le polyamour. J'ai attaqué la journée en disant à ma femme que cela ne pouvait plus durer, que je n'étais plus en accord avec moi-même et que du tout cela gâcher notre relation. A suivre donc.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 19 décembre 2012 à 18h52

Didix
J'ai attaqué la journée en disant à ma femme que cela ne pouvait plus durer, que je n'étais plus en accord avec moi-même et que du tout cela gâcher notre relation.

Tu ne dis pas comment ta femme a réagi ?

#
Profil

Didix

le mercredi 19 décembre 2012 à 22h11

Tu as raison...
Et bien en fait pour le moment avec des hauts et des bas j'en suis à intégrer le "truc" pour moi. Quant à ma femme, j'avoue qu'elle est discrète, ne réagit pas trop. Est ce parceque je ne suis pas assez clair ? Sans doute. À moins qu'elle veuille attendre de voir ou de savoir plus concret...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion