Polyamour.info

Clown_Triste

Clown_Triste

Bordeaux (France)

Participation aux discussions

Discussion : Les sites de rencontre

Profil

Clown_Triste

le dimanche 04 janvier 2015 à 17h26

Nurja
Sur chaque, peut-être pas, mais sur quelques sites oui.
Gleeden a l'avantage de regrouper des personnes qui ne cherchent, a priori, pas à former un couple traditionnel, l'inconvénient que les profils sont très très pauvres. Autre inconvénient : beaucoup de personnes semblent être plus dans une optique d'infidélité que de polyamour assumé. J'ignore si c'est payant pour les hommes.

Tu trouveras pas mal d'avis à propos de différents sites sur les autres sujets. Mais comme tu poses la question, j'en profite pour te répondre : oui, Gleeden est payant pour les hommes. C'est même, selon moi, affreusement cher (forcément, les infidèles qui constituent la cible doivent être prêts à sortir le portefeuille et payer de leur personne pour profiter de ce merveilleux service spécialisé).

Selon moi, OKCupid - gratuit pour tous - est un excellent site... si l'on est parisien et un peu anglophone.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Présentation Satellite

Profil

Clown_Triste

le jeudi 11 décembre 2014 à 16h53

@MagentadeMars :
Ça dépend : peut-être manque-t-il un morceau de la phrase. Pour ma part, par exemple, je dirais volontiers : "moi j'appelle ça une salope éthique" ;)

Bienvenue à toi, Satellite. Puisses-tu trouver ton équilibre dans tes relations, quelle que soit leur forme.

C.T.

Voir dans le contexte

Discussion : J'aime deux hommes… et je dois faire un choix que je ne veux pas faire. Au secours

Profil

Clown_Triste

le lundi 24 novembre 2014 à 22h10

C'est "marrant", aviatha, parce que justement je pensais à toi en écrivant ses lignes. Et en disant que Romarin, sans doute, connaissait ses limites.
Même s'il me donne l'impression, à la lecture des témoignages de Bergamote, d'avoir tranché rapidement quant au fait que c'était catégoriquement impossible. Alors que toi tu les as longuement mises à l'épreuve.
(Mais c'est mon interprétation).

C'est vrai que mon propos ne s'applique pas exactement à la situation. Dans mon souvenir, Romarin n'a pas cherché à interdire directement les choses. Il a plutôt manifesté le fait que pour lui ce n'était pas envisageable.
Dans le fond, j'y vois quand même une forme d'interdiction indirecte.
"Pour que notre relation puisse continuer, tu dois renoncer par avance, t'interdire, d'en avoir d'autres".

Et tu as raison : la forme de relation nécessaire au bien-être et à l'épanouissement peut être différente. C'est d'ailleurs mon sentiment ici : je l'ai dit dans ma première intervention, je pense que leurs besoins pour être épanouis dans la relation ne sont pas compatibles.
D'accord aussi avec toi avec l'idée qu'un cadre dommageable peut être aussi dur à vivre pour l'un que pour l'autre. Même si le côté "amputation" me semble plus évident pour une personne qui renonce à des activités et des relations spécifiques (on voit plus clairement qu'elle se "coupe" de quelque chose). Mais dans le fond, nous sommes bien d'accord.

J'ai fait attention à ne pas dire que Romain l'aimait ou non "vraiment". Car je ne sais pas ce que c'est qu'aimer "vraiment". Je pense qu'on a tous nos définitions.
Et j'ai envie d'inciter Bergamote à se poser aussi des questions sur les limites de l'amour de Romarin (elle sait beaucoup mieux que moi ce qu'il en est).

Enfin, je le redis, ma réaction est teintée par mes propres ressentis. Elle ne prétend ni à la neutralité absolue ni à la sagesse, d'autant que je ne vois les choses que par le petit bout de la lorgnette.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : J'aime deux hommes… et je dois faire un choix que je ne veux pas faire. Au secours

Profil

Clown_Triste

le lundi 24 novembre 2014 à 21h44

Oui, je comprends ton interrogation. C'est évidemment la raison pour laquelle tu te poses tant de questions.

Et j'ai conscience qu'en te répondant, ce sont aussi mes propres réactions, mes propres expériences passées (dans une situation un peu de ce genre) et mon propres ressenti qui jouent.

A titre personnel, donc, je trouve mortifère de renoncer à la demande express d'un tier à quelque chose d'à priori positif en soi (pouvoir aimer) et que je sens devoir vivre pour suivre ma trajectoire de vie personnelle.

A mon sens, ce n'est pas Tilleul le problème. C'est le fait que tu peux aimer quelqu'un d'autre que Romarin mais que celui-ci a décidé que pour lui c'était catégoriquement impossible si tu souhaitais pouvoir continuer à vivre ta relation avec lui.
C'est son droit, bien sûr. Il connaît ses limites, sans doute. Je l'espère.

Ceci dit, à titre personnel encore, je n'arrive pas à comprendre et j'ai donc du mal à accepter qu'on cherche à limiter, interdire, empêcher quelqu'un que l'on aime de vivre des choses qu'elle souhaite vivre (et qui, je le répète, ne semblent pas destructrices ou dangereuses en elles-mêmes).
Tu parles de ton amour immense pour Romarin.
L'amour qu'il te porte est-il aussi immense ?

En gros, mon intuition me souffle que si tu fais le choix d'abandonner le fait d'aimer (et de vivre cet amour) quelqu'un d'autre tant que tu seras en relation avec Romarin, tu vas t'amputer d'une partie de toi-même non pour une raison que tu comprends et acceptes intellectuellement et émotionnellement mais pour une raison qui compte pour quelqu'un d'autre.
En gros, ce sera ta décision mais basée sur ses arguments et ses limites.
J'ai du mal à imaginer que tu puisses être heureuse ainsi sur le moyen ou long terme.
(Mais je suis peut-être totalement à côté de la plaque car chacun de nous vit les choses différemment).

Quoi qu'il en soit, tu as raison de prendre ton temps et de ne rien décider à la va-vite.

Je te souhaite d'arriver à trouver la meilleure décision pour toi sur la durée.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : J'aime deux hommes… et je dois faire un choix que je ne veux pas faire. Au secours

Profil

Clown_Triste

le lundi 24 novembre 2014 à 19h35

Bonjour Bergamote,

C'est toujours difficile de donner un avis sur une situation dont on ne connaît que quelques éléments. D'un autre côté, ce sont parfois les regards "neutres" posés par des personnes à l'écart de la situation, détachées des puissantes émotions associées, qui nous aident à considérer différemment une problématique et à trouver sa résolution.

Pour moi, la situation est plutôt simple : Romarin conditionne son amour pour toi (ou en tout cas sa relation avec toi) au respect de conditions qui ne te correspondent pas. Tu avais le droit de t'interroger pour savoir s'il s'agissait de ta part d'une erreur, d'un "caprice" passager. Mais dans la mesure où tu as la conviction que ce n'est pas le cas, alors il me semble évident que cette relation qui dit "catégoriquement non" n'est pas faite pour vous faire du bien.
Le plus simple me paraît donc de préparer la fin de cette relation de couple dont le cadre t'est devenu une prison (ce qui, pour moi, ne signifie pas nécessairement la fin de tout échange - mais ça c'est à vous d'en décider). Tu n'as pas à le faire précipitamment, tu peux prendre le temps de réfléchir et planifier, continuer à faire de ton mieux pour ménager chacun car tu tiens à ces hommes. Mais, au passage, j'espère que tu tiens aussi à toi-même. Et que la culpabilité d'avoir embrassé un deuxième homme (ouh, quelle horreur !) ne te poussera pas à sacrifier celle que tu es vraiment pour correspondre aux demandes d'un tiers.

Je crois que c'est le genre de situation où l'on prend conscience que la première personne à se préoccuper de notre bonheur doit être nous-mêmes, il est très rare que les autres le fassent pour nous (sauf pendant notre enfance, si on a de la chance).

Il n'y a pas ici de solution miracle. Il me semble donc que le mieux est d'accepter la réalité actuelle de cette incompatibilité entre vous, d'en tirer les leçons une fois que la tornade émotionnelle se sera apaisée et de t'en servir pour mieux comprendre qui tu es, où tu vas, ton identité en dehors de l'amour de l'autre, de l'appartenance à un couple ou à une relation.

Je pense que beaucoup ici sont passés par des dilemnes et des moments douloureux comme ceux que tu affrontes. Sans pouvoir t'offrir la soluce magique qui résoud tout, je crois pouvoir dire que tu trouveras toujours ici écoute et soutien à distance (autant qu'un forum puisse le faire).

Bien à toi,

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Dictature

Profil

Clown_Triste

le dimanche 26 octobre 2014 à 15h18

Siestacorta, tu es surpuissant. Je passe mon temps à avoir envie de noter tes interventions dans mes petits carnets.
:)

C.T.

Voir dans le contexte

Discussion : Besoin de coups de pouces à Toulouse & dans le Sud-ouest pour rencontres polys

Profil

Clown_Triste

le dimanche 26 octobre 2014 à 13h45

De mon côté, j'ai fait quelques très humbles propositions dans un autre sujet par rapport au choix d'un lieu pour un potentiel café poly bordelais.
Je n'ai pour le moment pas vraiment la possibilité de m'investir plus avant (ou, plus précisément, ce n'est pas ma priorité dans l'immédiat).

Navré pour tes problèmes informatiques. J'avais jusqu'à très récemment un ordinateur portable que j'aurais pu te refiler... mais quelqu'un d'autre en a profité.
Quel genre de matériel cherches-tu ? (D'où viennent tes problèmes ?)

Idée : je connais une personne qui a réussi à réunir des fonds pour payer des frais de justice importants en organisant une collecte de dons sur le site GoFundMe.com.
Peut-être pourrais-tu en passer par là ? Je ne serais sans doute pas le seul à être prêt à te faire un petit don pour t'aider dans cette galère...

C.T.

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnement sur le choix de vie - 30 ans, polyamour et enfants

Profil

Clown_Triste

le lundi 13 octobre 2014 à 16h55

Bonjour Yolo,

Si tu as accès à Facebook, tu peux aussi aller voir du côté de Polyfamilles qui aborde, notamment, la question des enfants dans les familles polyamoureuses.

https://www.facebook.com/polyfamilles

C.T.

Voir dans le contexte

Discussion : Un nouveau café poly à Bordeaux ?

Profil

Clown_Triste

le mardi 07 octobre 2014 à 01h17

@GreenPixie :
J'aime aussi le projet du Samovar tel qu'il est exposé sur leur site. Je suis content qu'un lieu de ce genre existe, même si je n'y suis passé "en vrai" qu'une fois.
Merci pour l'invitation mais pour l'heure est il est assez peu probable que je sois disponible pour un café poly. Ceci dit, je serais heureux si la dynamique pouvait s'enclencher à Bordeaux grâce à tes efforts et ton énergie pour fédérer les bonnes volontés locales. C'est pour cela que j'ai fait quelques humbles propositions malgré tout...
(Et Siestacorta est très gentil de dire du bien de moi, même si je vois bien qu'il tente de m'avoir à la flatterie, le bougre ;- ).

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Un nouveau café poly à Bordeaux ?

Profil

Clown_Triste

le lundi 06 octobre 2014 à 15h49

Hello,

Je n'aurai pas le temps de participer plus que ça mais j'ai quand même une autre idée à vous soumettre : le Samovar, salon de tisane associatif et solidaire dont il me semble qu'il correspond relativement bien au cahier des charges ci-dessus (sachant qu'il sera sans doute bienvenue de prévenir les membres de l'association de la tenue de l'événement pour qu'ils l'annoncent ou au moins s'assurent que tout soit bien là le jour J).

Leur blog :
www.lesamovar.ouvaton.org/

Un article à propos du lieu :
www.lemague.net/dyn/spip.php?article6222

Dans tous les cas, bons vents dans les voiles des futurs cafés bordelais :)

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Un nouveau café poly à Bordeaux ?

Profil

Clown_Triste

le mercredi 01 octobre 2014 à 17h56

La Comtesse est effectivement un bar doté d'un vrai caractère et d'une ambiance "sombre" (peu de lumière) propice à une certaine intimité. C'est aussi un lieu très couru, souvent plein (et logiquement animé sans être non plus super bruyant), donc je pense qu'il faudrait envisager un rendez-vous tôt, peu après l'ouverture, et si possible pas lors des jours où les gens sortent traditionnellement (jeudi, vendredi, samedi).

Les boissons ne m'ont pas paru très bon marché (mais c'est parce qu'à l'inverse d'Apsophos je ne vais pas souvent dans les bars) et je pense que la seule nourriture fournie tient au cacahuètes qui les accompagnent.

Dans mon souvenir, l'ensemble du bar est sur un même niveau donc la salle me semble accessible aux personnes à mobilité réduite (mais un coup de fil pour vérifier sera bienvenu si le cas se présente).

Il y a quelques canapés au fond de la salle et le moyen d'organiser de grandes tablées... si le tout n'est pas déjà squatté par d'autres. Par contre, je ne peux pas dire que le confort m'ait laissé un souvenir grandiose.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Un nouveau café poly à Bordeaux ?

Profil

Clown_Triste

le vendredi 26 septembre 2014 à 11h58

Les Mots Bleus est un endroit agréable et qui, pendant un temps, avait un petit côté confidentiel. Mais, et c'est tant mieux pour eux, ils ont depuis connu le succès.
C'est donc très souvent bondé, sauf aux horaires les plus creux. Ce qui n'empêche pas d'y organiser une réunion en petit comité mais en terme de discrétion, ça risque d'être très limite.
Par ailleurs, c'est un salon de thé, donc pas d'alcool en effet.

C.T.

Voir dans le contexte

Discussion : Pour vous quelqu'un de sexy ressemble à quoi ?

Profil

Clown_Triste

le lundi 22 septembre 2014 à 23h18

tentacara
[...] Me faire draguer par un grand noir athlétique à qui on a raconté toute sa vie qu'il lui faudrait une femme qui me ressemble (grande, ronde, noire mais avec la peau claire, etc.) me laisse totalement de glace.

Et là, à travers tous les Internets, des milliers de grands noirs athlétiques pleurent toutes les larmes de leur corps et regrettent de ne pas être de petits caucasiens fins, bruns et en talons...
;)

C.T.

Voir dans le contexte

Discussion : Un nouveau café poly à Bordeaux ?

Profil

Clown_Triste

le lundi 22 septembre 2014 à 22h59

Une suggestion de lieu potentiel : le bar "Le Lucifer".
www.cityvox.fr/bars-et-cafes_bordeaux/le-lucifer_1...

Je n'ai eu l'occasion d'y aller qu'une seule fois (entre 19h et 21h en semaine, c'était quasi vide) mais je sais que le bar accueille déjà des groupes qui se réunissent autour de thèmes "alternatifs". Par ailleurs, la salle est divisée en plusieurs sections et il y a également une salle au sous-sol en cas de grosse assemblée.
Enfin, la carte (centrée sur les bières de toutes sortes) proposent des boissons à petit prix et quelques plats pour ceux qui auraient faim.

Attention : il y a régulièrement des concerts (visiblement le mercredi et le jeudi).

C.T.

Voir dans le contexte

Discussion : Vos pseudonymes!

Profil

Clown_Triste

le jeudi 11 septembre 2014 à 10h34

Il y a de nombreuses années - avant même mon arrivée ici, c'est dire ! - j'avais commenté un article d'une étoile loufoque de la blogosphère où elle racontait ses déboires amoureux avec deux garçons différents qui ignoraient tout de l'existence l'un de l'autre.
Mon commentaire se voulait réaliste mais comme il disait que cette situation me paraissait être "la recette parfaite pour un futur désastre", j'avais le sentiment de pouvoir passer pour un oiseau de mauvais augure, un triste sire. Or, sur le moment, impossible de me rappeler cette expression. Seul me venait clown triste. C'est donc ainsi que j'ai signé mon message... et un paquet d'autres ensuite, parce que finalement j'aime assez le petit côté paradoxal de ce pseudonyme.
(Mais, pour répondre à une question que l'on me pose souvent : je ne suis ni un clown, ni triste)

C'était vraiment très intéressant.

C.T.

Voir dans le contexte

Discussion : Incomprehension (tu m'étonnes)

Profil

Clown_Triste

le dimanche 31 août 2014 à 09h54

Hello "Une",

Il n'est pas évident qu'il puisse l'entendre, il n'a peut-être absolument pas envie de l'entendre, mais peut-être peux-tu inciter "ton bonhomme" à réfléchir sur le pourquoi de ces peurs, de cette obsession d'événements négatifs qui "vont arriver" alors qu'à priori rien dans le présent ne présuppose que ce sera le cas.

S'il est honnête avec lui-même, il admettra sans doute qu'il est angoissé, qu'il manque de confiance en lui, que finalement il est le vrai porteur et le vrai vecteur de sa peur.
Qui veut-il être ?
Quelqu'un qui n'aura jamais vraiment confiance en lui, quelqu'un qui aura toujours facilement peur ? Et qui donc comptera sur une compagne très dévouée et très rassurante lui tenant un discours d'amour absolu et exclusif même quand ce n'est pas (forcément) vrai ?

En gros, trouve-t-il bon pour lui de rester tel qu'il est en demandant à sa compagne d'être une béquille rassurante ?
D'être à tout jamais suspendu à la crainte d'un événement négatif plutôt que de se doter de la force d'y faire face ?

Ou bien peut-il envisager que cette situation montre chez lui une fragilité excessive (on en a tous, ça ne fait pas de lui un "faible" ou un "loser") et que ce révélateur peut l'inciter à travailler dessus, non pour te plaire, non pour accepter un mode de vie qui ne lui convient pas, mais pour devenir quelqu'un de plus solide et de plus heureux, plus à même de faire face à la vie ? (Et ce que ce soit avec toi ou sans toi, en fait).

Les "épreuves" douloureuses sont souvent aussi des occasions à saisir pour mûrir, grandir, porter un regard plus lucide pour soi-même et chercher à évoluer pour être plus heureux...
Peut-être que cette situation en fera partie...
Je le lui souhaite. Je vous le souhaite à tous les deux.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Café pique-nique poly à Bordeaux samedi 30 août 2014

Profil

Clown_Triste

le vendredi 29 août 2014 à 23h43

@GreenPixie,

Bon, il est fort improbable que je puisse me libérer à cette occasion mais j'avais quand même envie de saluer ton enthousiasme et ton dévouement pour organiser et faire exister cette rencontre poly bordelaise (et ce malgré la malédiction locale qui semble peser sur ce type d'initiative ;- ).

J'espère que ce sera un succès !

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Besoin de conseils / SVP

Profil

Clown_Triste

le vendredi 29 août 2014 à 16h01

lifeguard
et j'ai oublié de préciser que les limites ont été proposées par ma copine qui veut simplement savoir en couchant avec un autre homme durant un certain temps si elle a envie de profiter encore de la vie et vivre sa jeunesse ou de s'engager (car sa vision idéale du couple est mono-exclusive et elle ne souhaite absolument pas rentrer dans ce fonctionnement)

Bon, j'ai bien compris que c'est toi et non ta copine qui viens solliciter écoute et avis... mais je ne peux m'empêcher de rebondir sur ce message.
N'est-ce pas "dingue" quand on y pense qu'on parle de "profiter de la vie" ou "vivre sa jeunesse" quand il s'agit de coucher avec quelqu'un d'autre.
Est-ce à dire qu'ensuite la vie est finie, morne, qu'on ne peut plus "en profiter" ?
Est-ce à dire que seules les personnes jeunes peuvent désirer, faire des expériences, connaître plusieurs partenaires ?

Enfin, je suis frappé par le fait que - telle que tu la décris - ton amie continue à viser un idéal monogame exclusif et "ne veux absolument pas" vivre... ce qu'elle souhaite vivre actuellement (!).

Je me dis que cette confrontation entre le réel et un idéal peut être une bonne occasion pour elle, pour vous, de s'interroger sur le sens de ces expressions toutes faites (et insidieuses, à mon avis), sur la réalité de vos aspirations.
Veut-on le couple "exclusif monogame" parce que ça nous correspond profondément ou seulement parce que c'est le modèle qu'on nous a présenté comme idéal depuis l'enfance ?
Pourquoi faudrait-il être jeune pour "profiter de la vie" ?
Et donc, quand elle aura fini de "profiter", quel genre de vie s'attend-elle à vivre ?

Je le dis sans acrimonie, cette façon de penser me paraît très formatée, j'ai l'impression qu'elle ne lui est pas personnelle. (Je ne lui jette pas le pierre, je pense que c'est le cas de la majorité d'entre nous). Mais peut-être ces événements, même difficiles, vous permettront-ils justement de prendre conscience du carcan que vous ne voyiez pas, des idées que vous défendiez ou acceptiez sans qu'elles soient les vôtres.

Je vous souhaite en tout cas que cette expérience vous aide tous les deux sur votre trajectoire personnelle.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Je n'arrive pas à accepter

Profil

Clown_Triste

le mercredi 25 juin 2014 à 20h58

Il est évident que MMaddy est quelqu'un de cultivé et qui semble s'intéresser à la psychologie.
Mais moi, à 19 ans, j'ignorais tout à fait ce qu'était le mental dont etresoi fait mention dans son bienveillant message ci-dessus.
En fait, comme pas mal de monde, je pensais que mon mental (la voix de ma conscience qui résonnait 24h/24 dans ma tête) et moi, c'était la même chose.

Alors je trouve intéressant de préciser cette notion de mental comme étant une composant de notre être, mais une composante seulement, même si dans notre société elle tend à prendre toute la place et à vouloir gouverner le reste.

Un livre utile pour saisir ce concept est "Le pouvoir du moment présent" d'Eckart Tolle.
livre.fnac.com/a2896498/Eckhart-Tolle-Le-pouvoir-d...

J'ai également trouvé un article qui parle du mental et de la manière de s'en libérer (momentanément).
www.eckharttolle.fr/comment-se-liberer-du-mental

En espérant que ces précisions puissent être utiles.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Je n'arrive pas à accepter

Profil

Clown_Triste

le mardi 24 juin 2014 à 12h02

MMaddy
Je ne sais pas quoi faire. Si je le quitte je vais en souffrir terriblement, m'en vouloir de gâcher une si belle relation.

Bonjour MMaddy,

Je trouve ton témoignage touchant et, au passage, ta plume d'une élégance rare pour une jeune femme de 19 ans. La situation que tu décris est difficile et douloureuse, il est délicat de donner des conseils ou même des avis extérieurs qui puissent t'être utiles.

Je voudrais néanmoins rebondir sur la phrase que je cite plus haut parce qu'elle m'a fait réagit instinctivement dès que je l'ai lu.

La paradigme "rester / quitter" est souvent imprégné d'un côté "tout ou rien" qui va avec la norme monogame. Soit on vit avec quelqu'un et on partage tout, soit on quitte la personne et on ne partage plus rien.
Mais il peut être intéressant de ne plus penser de manière aussi tranchée et c'est ce que font, je crois, beaucoup de polyamoureux ou d'anarchistes relationnels. Et c'est peut-être une piste pour toi.

Visiblement, ton compagnon et toi vous aimez et partagez beaucoup de choses. Votre lien semble potentiellement assez fort pour exister en dehors d'un principe de vie commune, d'une relation de "couple marital". (Si ce n'est pas le cas, veux-tu d'une relation qui n'existe que parce que vous partagez le même logement ?)
Il me semble qu'il pourrait être libérateur pour toi d'envisager non pas de "le quitter" mais simplement de "t'éloigner", sans pour autant couper les ponts avec cet homme que tu aimes et qui t'aime, pour chercher une nouvelle forme de relation plus adaptée à la situation.

J'ai bien compris qu'aujourd'hui tu as "tout quitté" pour lui, tu es sans revenus et sans travail et tu ne connais personne dans cette nouvelle ville où tu l'as suivi. Cela peut sembler tenir du détail "bassement matériel" mais il me semble qu'au contraire cela pèse énormément. Car "le quitter" devient sans doute dans ton esprit "déménager, retourner auprès de tes parents, être forcée de revenir à un contexte de vie qui ne te convenait pas", etc.

Il me semble que pour vivre une histoire d'amour équilibrée, qu'elle soit exclusive ou non, il est beaucoup plus sain de ne pas être dépendant de son partenaire. D'avoir sa vie à soi, ses projets, ses accomplissements, ses buts personnels auxquels on peut associer l'autre ou les autres mais sans attendre après eux pour vivre et exister au monde.
On dit souvent que "pour être poly, il faut savoir vivre seul" mais j'ai envie d'étendre ceci à tout le monde, même les plus exclusifs des monogames. Je ne dis pas qu'on peut nécessairement bannir toute dépendance affective (nous ne sommes ni des robots ni des êtres parfaitement autonomes) mais elle me semble constituer une mauvaise base pour une relation sereine et profonde.

Même si ça peut sembler "à côté de la plaque", l'un des enseignements de cette histoire est peut-être de te montrer à quel point il est important que tu bâtisses ta propre existence et que celle-ci tienne debout et te permette d'être heureuse pour mieux y accueillir et y associer ensuite d'autres personnes.
Nous sommes tous tentés d'attendre "la bonne personne" qui par sa seule présence et son amour absolu et inconditionnel nous rendra heureux et validera notre existence (nous évitant, au passage, d'admettre que nous sommes responsables de nous-mêmes et les seuls à pouvoir faire le travail nécessaire pour trouver notre voie et notre bonheur). C'est le mythe de la fameuse "moitié" qui nous manque, comme si seuls nous n'étions que des demi-personnes. Et l'un des mythes romantiques/monogames les plus dommageables à mes yeux.

Il est possible qu'une partie de tes souffrances actuelles, et du désaccord entre ta réflexion intellectuelle et ton ressenti émotionnel, vienne de là.

Bref, pour essayer de rester dans le concret : en ce moment cette "belle relation" n'est pas si belle. En tout cas, tu souffres et il me semble légitime que tu fasses le nécessaire pour atténuer ou faire cesser cette souffrance.
Il ne s'agit donc pas d'idéaliser la relation : oui, il est possible que tu ne puisses la vivre telle qu'elle est actuellement (et légitime, ça ne ferait pas de toi une ratée ou une fille fermée d'esprit - comme tu as pu le voir, l'intellect est loin d'être le seul en jeu ici).
Il me semble que pour l'heure un combat intérieur pour essayer de te convaincre "d'accepter l'inacceptable" ne pourra pas aboutir. Si tu n'essayes de ne changer que toi, que ton ressenti, on voit mal par quel miracle cela pourrait se produire.
Et tu ne veux pas non plus chercher à changer ton compagnon (bravo, tu évites un énorme écueil !).

Donc, la seule chose sur laquelle tu peux travailler activement c'est de changer le contexte, la forme de la relation et sa place dans ta vie.
Intuitivement, je me dis qu'il serait bon pour toi de pouvoir t'éloigner, considérer cet homme et cette relation comme un plus merveilleux dans ta vie mais pas comme son noyau central. Or, aujourd'hui, c'est difficile. Mais c'est quelque chose sur lequel tu peux travailler, pour lequel tu as intérêt à oeuvrer quoi qu'il arrive dans ton avenir.
Plutôt que de tourner en rond, y a-t-il des actions positives que tu puisses entreprendre et qui soient bonnes pour toi, pour ta vie à toi ? Chercher un travail, reprendre des études ou une formation ? T'impliquer dans tes projets ou activités qui te tiennent à coeur ? Rencontrer de nouvelles têtes ou renouer avec des personnes précieuses pour toi ? Bref, vivre et enrichir ta propre vie en dehors de ta relation amoureuse.
Non pas pour "faire diversion" mais pour te donner une chance d'évoluer et de devenir, à terme, une personne indépendante, riche de sa propre existence, et capable de choisir ses relations et leurs modalités plutôt que de les subir (aujourd'hui, tu subis et tu es dans une situation ou dire "non" est très compliqué).

Je conçois que cela puisse paraître difficile, voire insurmontable dans ton état actuel. Mais j'espère que cet éclairage décalé sur ta problématique te permettra peut-être d'enrichir ta réflexion et de te donner des pistes pour te sortir de cette situation de souffrance.

En espérant lire, un jour prochain, par exemple, que tu vis désormais en colocation avec une super copine rencontrée lors d'un événement culturel majeur pour lequel tu faisais de l'animation bénévole dans ta nouvelle ville, qu'en plus de l'aide de tes parents tu as désormais ton propre petit revenu et qu'après une période d'éloignement salutaire ton compagnon et toi, très amoureux, vivez désormais une nouvelle idylle dont tu ne sais pas encore ce que l'avenir lui réserve mais dont tu profites au jour le jour.

Bons vents dans tes voiles ! (Et ne lâche pas la plume : )

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion