Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Questionnement sur le choix de vie - 30 ans, polyamour et enfants

Famille
#
Profil

sophie8

le lundi 13 octobre 2014 à 11h39

Bonjour,

Cela fait plusieurs semaines que j'hésite et me lance aujourd'hui.

Je suis avec un homme depuis 6 ans avec qui je souhaite rester pour que nous continuions à nous épanouir et nous compléter.

Mais il y a aussi l'autre. Un homme que j'adore, avec qui j'ai eu une belle histoire ces derniers mois et dont j'ai parlé à mon fiancé.

Je sens que le polyamour pourrait me convenir, voire me rendre très heureuse même si je vois les difficultés se profiler, ego, jalousie, perdre mon fiancé...

La difficulté à laquelle je n'ai aucune réponse est plus importante encore : à 30 ans, l'envie d'avoir des enfants devient importante et l'horloge tourne....

Comment concilier cela ? Y a-t-il une réponse à ce casse-tête chinois ?

Merci pour votre aide...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le lundi 13 octobre 2014 à 14h21

Bonjour Yolo, et bienvenue sur ce forum !
J'espère que d'autres polyamoureux/ses ayant eu des enfants répondront, mais en tout cas une première réponse : avoir plusieurs amoureux et avoir des enfants c'est possible.

Evidemment ça pose des questions spécifiques : avec qui faire l'enfant ? Rôle qu'auraient les différents hommes de ta vie par rapport à ton enfant par exemple. Co-pères ("compères" ?) ? Un père clairement défini et l'autre qui n'a aucun lien avec ton enfant ? Quelque chose entre les deux ? Comment gérer la période de la grossesse et des premiers temps avec la naissance ?

Bref des choses à définir et à discuter avec tes amoureux, avec aussi l'idée que les choses peuvent évoluer. Important du coup de travailler à quelque chose de fondamental dans toutes les relations, mais encore plus dans les relations multiples, et encore plus si il est question d'enfants : la communication entre vous, et la confiance.

#
Profil

Clown_Triste

le lundi 13 octobre 2014 à 16h55

Bonjour Yolo,

Si tu as accès à Facebook, tu peux aussi aller voir du côté de Polyfamilles qui aborde, notamment, la question des enfants dans les familles polyamoureuses.

https://www.facebook.com/polyfamilles

C.T.

#
Profil

ScottBuckley

le lundi 13 octobre 2014 à 18h49

Merci Yolo pour ta question bien touchante .

Sur le fil de discussions, à droite tu peux écrire "enfant" en mot-clef de recherches, et des fils comme celui-ci
( /discussion/-gX-/Polyamour-et-enfant/ ) apparaîtront par magie ;) .

Pour ma part je côtoie & travaille parfois auprès d'enfants, et je me pose des questions similaires aux tiennes. Aussi n'hésite pas à m'écrire un message perso si tu souhaites poursuivre cet échange, et je t'indiquerai mon adresse email perso à ce moment là.

Bon courage, tu n'es pas seule, loin de là !

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 13 octobre 2014 à 19h45

Bonjour Yolo,
J'ai conjugué polyamour et enfants et ça peut se faire, c'est sûr. Cependant, il y a des choix différents et toi seule peut y réfléchir avec les hommes que tu aimes:
- tu peux souhaiter faire une polyfamille, où tout le monde partage beaucoup de moments de vie et est impliqué dans l'existence de ton enfant, ou préférer dissocier la famille que tu vas former avec le père+ l'enfant, et tes autres amoureux avec qui tu souhaites vivre autre chose qu'une vie de famille.
- Tu vas "choisir" un père. Ce ne sera pas forcément l'homme dont tu es la plus amoureuse. Ce sera plutôt celui dont tu te diras "même si notre histoire d'amour merde un jour, je suis sûre qu'il restera un père présent et attentif." Il faut tenir compte aussi du désir réel d'enfant de cet homme, pas le désir "j'ai envie d'un enfant de toi parce que je suis amoureux", mais le désir "j'ai envie de voir naître et grandir un enfant et de m'occuper de lui".
- Certaines "polys" ne se soucient pas de savoir qui est le père de leur enfant et ont donc des relations sexuelles avec tous leurs amoureux, jusqu'à ce qu'elles soient enceintes. C'est une option qui te libère du choix du père, mais peut causer des problèmes à l'enfant lorsqu'il se demandera qui est son père biologique ( ce qui arrive très souvent). Je sais que j'ai pris soin d'être sûre de qui était le père de mes filles... Mes autres relations comprenaient très bien cela, et étaient tout heureux que je décide d'être mère (certains étant mariés et pères de leur côté) . Pendant la grossesse... aucun problème. De toutes façons c'est une période où les estrogènes prennent le pas sur la testostérone, l'émotion de ce qui se passe dans le corps prime sur le désir sexuel.
En gros, il y a de multiples façons de conjuguer amours et enfant, l'important étant d'y réfléchir avant la conception...

#
Profil

tentacara

le mardi 14 octobre 2014 à 16h11

Bonjour Yolo,
Je suis la maman d'une petite fille de trois ans que j'élève avec son papa et son parrain, mes deux amoureux depuis plusieurs années. Nous sommes polyamoureux tous les trois et tous impliqués dans des relations à l'extérieur de notre cellule familiale. Nos amours et nos amis sont pour la plupart présents dans la vie quotidienne de notre fille qui est entourée d'adultes aimants, intelligents et bienveillants pour elle et ses parents. Cette situation est très agréable à vivre et le fruit d'intenses réflexions en amont de la conception (quel papa? quelle famille? quelle place pour le compagnon qui n'est pas le papa? quel lien entre lui et l'enfant? entre lui et le papa? quid d'un autre enfant ? avec qui ? si et comment on habite ensemble? quelle place pour les autres amoureux? etc.) La question que tu poses en soulève une multitude d'autres dont les réponses ne peuvent se trouver qu'avec les personnes impliquées. Si tu as envie d'en discuter de vive voix, je crois que tu es une parfaite candidate pour un café poly confidentiel (notre nouveauté de l'année!) avec un nombre de participants restreint et une personne qui aurait une approche pratique, empirique de la situation. Si tu es sur Paris, je me ferai une joie d'y participer.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 14 octobre 2014 à 16h40

(+)

#
Profil

sophie8

le dimanche 19 octobre 2014 à 23h07

Bonjour et merci à vous tous pour vos gentilles réponses !

Je comprends donc qu'il existe des situations autre qu'un mari et un père d'un côté, et un "amant" de l'autre, sans que forcément tout le monde en souffre. Néanmoins j'ai l'impression que les difficultés et questionnements sont importantes face à un tel choix de vie. Notamment devant une situation que je suis probablement la seule à désirer dans l'histoire...

Time will tell et c'est pour moi encore juste une réflexion ouverte à laquelle effectivement le temps apportera bc de réponses.

tentacara
Merci pour ta suggestion. Je vie à l'étranger et n'aurait pas énormément l'occasion de passer dans le coin. Malheureusement. Partager ces questionnements qui sont très étranges pour moi serait un soulagement.

#

(compte clôturé)

le lundi 20 octobre 2014 à 20h34

Bonjour sophie8,

en tant que polyamoureuse mariée avec enfant, je peux essayer de répondre - en partie seulement, tant les possibilités sont vastes - à ta question.
Il est tout à fait possible d'avoir des enfants en étant poly - de même que c'est possible en étant grand reporter, concertiste professionnelle, ou présidente de la république. Ce que je veux dire c'est qu'il existe déjà beaucoup de situations d'existence dans lesquelles le fait d'avoir une vie trépidante est concilié avec la construction d'une famille - et la plupart du temps les questions premières à résoudre sont les mêmes : des questions de logistique. Qui garde l'enfant ? Qui s'en occupe au quotidien ? Avec qui vit-il ?
Mais il y a aussi évidemment des particularités.

La première c'est que sauf à vivre en communauté avec tous les amoureux/amis/amants réunis sous le même toit, ce qui n'est pas le cas le plus fréquent, l'existence d'un poly avec enfant est une suite de décisions qui mettent en question des hiérarchies de relations. Il est extrêmement difficile de concilier le besoin de l'enfant à avoir des parents présents avec le besoin du poly à avoir des relations suivies et régulières avec différentes personnes dont toutes ne cohabitent pas. Donc le poly passe un peu son temps à rééquilibrer dans un sens puis dans l'autre. Et le fait qu'il y a a priori deux parents n'est pas en soi une solution au problème puisque dans un couple de polys, chacun veut avoir sa vie, chacun donc aspire à sortir du foyer à intervalles réguliers, et il faut alors jongler entre trois contraintes : voir son enfant / voir l'autre parent / voir... tous les autres. Et un enfant a besoin de continuité... Pas d'improvisation, pas d'absence trop longue, ça pèse parfois et ça peut nuire à des relations qui impliquent des personnes sans enfants qui, elles, ne voient pas pourquoi elles devraient se priver d'un restau impromptu ou de vacances prolongées parce que toi tu as des enfants.
C'est la première particularité. La seconde c'est que le poly doit choisir avec qui il fait les enfants - et ça aussi ça n'est pas une situation à laquelle l'éducation qu'on reçoit dans une société mono nous prépare. Et même une fois que le choix est fait, les choses ne sont pas résolues une fois pour toute. Tu peux avoir choisi de faire des enfants avec une personne à un moment M de ta vie, et 10 ans plus tard te trouver à fréquenter une autre personne qui en souhaite - et avec qui toi-même tu te verrais bien en avoir. Ou alors c'est l'autre parent de ton enfant qui se demande si avec telle personne, ça ne lui ferait pas envie. Et là il ne s'agit plus seulement d'élargir un couple ou une relation, mais bien d'élargir une famille - et c'est loin d'être simple, et il n'y a aucun modèle tout prêt. Si la monogamie sérielle c'est pas considéré comme terrible terrible par les polys, c'est pareil pour la familitte aigüe - on ne va pas jeter la famille précédente et la délaisser pour en fonder une nouvelle à chaque relation un peu intense. Alors il faut bricoler - et les familles recomposées montrent déjà à quel point c'est difficile de bricoler sur ce genre de matériau.

Je n'écris pas du tout ce qui précède pour décourager qui que ce soit : avoir des enfants c'est bien, être poly c'est chouette, en tout cas ça n'est pas pire que des tas d'autres situations relationnelles ou familiales tout à fait mainstream mais bien plus merdiques. Mais il me semble important d'avouer franchement que oui, parfois, c'est galère - et que la présence d'enfants crée des contraintes tout à fait particulières qui s'ajoutent à toutes les autres, notamment des contraintes de temps et de présence. Les enfants posent la question, non pas tant de la famille, que du foyer : quelle va être l'unité de vie ? où va se jouer le quotidien et avec qui ?

Après la bonne nouvelle c'est que les polys sont à la fois les champions de l'organisation et les rois de la communication - sur le papier au moins :-D

#
Profil

anges

le lundi 20 octobre 2014 à 21h03

De nos jours, nombreux sont ceux qui veulent des enfants, qui ont choisi avec qui ils veulent en faire, et pour qui ça ne marche pas pour différentes raisons. Donc à mon avis, le fait de vouloir un enfant ne doit pas être le critère déterminant dans ton chemin de vie.

#
Profil

LuLutine

le mardi 21 octobre 2014 à 12h05

Janis
Et le fait qu'il y a a priori deux parents n'est pas en soi une solution au problème puisque dans un couple de polys, chacun veut avoir sa vie, chacun donc aspire à sortir du foyer à intervalles réguliers, et il faut alors jongler entre trois contraintes : voir son enfant / voir l'autre parent / voir... tous les autres.

A. et B., un couple poly.
Quand A. sort, B. s'occupe des enfants.
Quand B. sort, A. s'occupe des enfants.
Et quand ils décident de prendre un(e) baby-sitter...c'est pour sortir en amoureux !

Exemple réel.
Voilà voilà.

Après c'est clair que leurs autres relations sont plutôt "secondaires". Des enfants jeunes, ça demande beaucoup de présence.
Les autres relations doivent par exemple accepter quelqu'un qui vient dîner, reste faire des câlins et...s'en va à une ou deux heures du matin en disant "Sorry, je dois emmener les enfants à l'école demain matin, je ne reste pas dormir !" ;)

#

(compte clôturé)

le mardi 21 octobre 2014 à 20h42

@ Lulutine: j'ai exactement vécu comme ton exemple de coupe A+B. Je confirme que ce n'est pas toujours simple, mais comme souvent mes amoureux (et ses amoureuses) avaient aussi des enfants, chacun comprenait les contraintes et le manque de temps.
Bonne nouvelle: les enfants, ça grandit vite. Ils ont très jeunes leur propre vie, leurs potes, les vacances sans les parents ( colonie, stage de poterie, de sport...) et on retrouve du temps sans culpabiliser de ne pas être toujours avec eux.
Je pointe tout de même un problème: entre 11 et 16 ans, âge où le regard des autres est très important, il peut être difficile pour ces enfants d'expliquer à leurs potes que leurs parents ont plusieurs amours. Et difficile pour les potes qui croisent un ou l'autre des parents avec un amoureux (se) de ne pas dire "dis donc, ton père trompe ta mère" (ou l'inverse...)

#
Profil

Katouchka

le mardi 21 octobre 2014 à 22h24

Bonjour Sophie8,

J'ai deux enfants de 13 et 3 ans. Ils évoluent aussi dans un environnement "polyamoureux" et ça ne leur pose pas de problème jusqu'à maintenant et je suis toujours étonnée de la facilité qu'ils ont à s'y mouvoir.
Évidemment le temps que je passe avec mes enfants est prioritaire, j'ai peu de temps libre mais mes amoureux s'entendent jusqu'à maintenant très bien avec mes enfants donc quand ils passent du temps avec moi, ils en passent aussi beaucoup avec mes enfants.

#
Profil

bodhicitta

le mardi 21 octobre 2014 à 22h32

Dans mon cas, je pense que la seule suite à leur relation ne peut etre que poly (et j'espére qu'elle va vite se rendre compte qu'elle l'aime tjs, méme si c'est pas comme pendant ces 3 fameuses 1éres années...)
bref ou Des enfants en jeu et depuis notre relation, les choses s'apaisent, la communication revient, comme la paix dans la, donc les relations.

LuLutine
Les autres relations doivent par exemple accepter quelqu'un qui vient dîner, reste faire des câlins et...s'en va à une ou deux heures du matin en disant "Sorry, je dois emmener les enfants à l'école demain matin, je ne reste pas dormir !"

Je compends et ne voudrai qu'il en soit autrement, sa famille, ses enfants sont prioritaires. Mais il n'empêche, que je mets la limite là aussi, quitte à se lever à 6h du mat', si il y a le début, il y a la fin de nuit. .
ça n'empêche des siestes calines et coquines, mais je ne préfére pas me retrouver dans la situation ou j'ai l'impression qu'il n'assume pas, ou cache notre relation à sa chérie. (ça m'fait mal ça)

#
Profil

LuLutine

le mardi 21 octobre 2014 à 23h43

bodhicitta
Mais il n'empêche, que je mets la limite là aussi, quitte à se lever à 6h du mat', si il y a le début, il y a la fin de nuit. .

Bah, moi je comprends très bien qu'on préfère être chez soi le matin plutôt que de devoir se relever à 6h voire 5h du matin.
D'autant que je suis pareille : si j'ai un truc tôt le matin, je préfère être chez moi et, 90% du temps, je préfère dormir seule (c'est-à-dire que même si c'est l'autre qui vient chez moi ce soir-là, il sait d'avance qu'il ne dormira pas là !).

Donc ça me semblerait déplacé d'exiger que la personne reste toute la nuit. Bon, j'aime aussi dormir seule dans au moins 90% des cas, donc ça joue aussi ^^

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 22 octobre 2014 à 08h16

Héy, j'exige rien, je ne vais surtout pas taper de crise, mais je sais ou sont les limites de mon bien être dans la relation (je rappelle que chacun la sienne) donc ce que je ne préfére pas, il suffit de ne pas se voir le soir quand il y a les petits qu'il faut amener à l'école le lendemain, et qu'on n'a pas envie de mettre le réveille.
Perso j'adore m'endormir en câlinant, (au réveille j'aime bien aussi)...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 23 octobre 2014 à 01h32

bodhicitta
il suffit de ne pas se voir le soir quand il y a les petits qu'il faut amener à l'école le lendemain, et qu'on n'a pas envie de mettre le réveille.

Donc, à ma place tu aurais peut-être renoncé totalement à une relation. Oui je comprends.
Mon choix a été autre, c'est vrai que chacun(e) a ses limites personnelles. :)

#
Profil

bodhicitta

le jeudi 23 octobre 2014 à 07h38

LuLutine
à ma place tu aurais peut-être renoncé totalement à une relation.

Déjà non, à ta place... ça qui sait? toi, t'es la seule je pense.
Je me contente des nuits ou mon chéri a possibilité de passer la nuit avec moi...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 23 octobre 2014 à 14h46

bodhicitta
Je me contente des nuits ou mon chéri a possibilité de passer la nuit avec moi...

Je disais implicitement qu'à ma place, dans la situation évoquée, si tu t'étais contentée "des nuits ou [ton] chéri a possibilité de passer la nuit avec [toi]" tu aurais donc dû te contenter de zéro nuits.
Est-ce que ça ne réduit pas beaucoup les possibilités de relation ? ;)

#
Profil

bodhicitta

le vendredi 24 octobre 2014 à 12h03

:-/ hum, LuLutine c'est vrai que ça limite la relation... Des limites auxquelles on est obligé de s'adapter... comme on peut, faire au mieux pour chacun des membres et la relation elle méme.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion