Polyamour.info

Clades

Clades

Paris (France)

Participation aux discussions

Discussion : Recherche correspondant.e.s

Profil

Clades

le lundi 06 décembre 2021 à 16h03

@Polyamour.info
Merci pour ce rappel de la charte.

Je ne pourrais affirmer connaître les réelles intentions de @Cmoi31 mais je ne pense pas me tromper en disant que faire des rencontres amoureuses n'est pas du tout le sujet ici. À travers le récit de son vécu, je vois ici une personne profondément monogame qui cherche seulement du soutien.

Quant à moi, si je peux assurer sur mes intentions, je suis déjà pleinement comblée sur le plan sentimental et n'ai aucune intention ni envie ni temps de multiplier mes relations. J'ai d'autres projets dans la vie qui me prennent déjà beaucoup trop de temps. Si j'avais un réel doute sur les intentions de @Cmoi31, je n'aurais jamais répondu à son appel, qui m'a touchée en de nombreux points.

Je comprends qu'un tel sujet puisse porter à confusion. Mais je pense que vous pouvez vous rassurer. Quand on a tout à déconstruire, le torrent d'émotions et le sentiment d'être hors des sentiers battus nous poussent à vouloir chercher du soutien chez des personnes au vécu semblable. Ce site est une des rares ressources où nous pouvons discuter avec des gens comme nous. Et nous vous en sommes reconnaissant.e.s pour cela.

En toute amitié. :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Recherche correspondant.e.s

Profil

Clades

le lundi 06 décembre 2021 à 10h00

Toutes mes excuses pour ce retard de réponse alors que tu me sembles visiblement en recherche de soutien urgent. D'autant plus que je t'avais proposé mon aide.

Je me suis mise à jour sur ta situation et ça alors ! Ton plongeon dans le polyamour est terriblement triste et torturé ! Je sens énormément de sacrifice, d'abnégation, de souffrance... dans la façon avec laquelle tu partages ton expérience.

En ce qui me concerne, j'ai parfois des doutes et des peurs qui ressurgissent. Mais en comparaison, ça reste occasionnel et très gérable. La solitude que je ressens est surtout due à un contexte récent de distance qui ne facilite pas les choses. Autrement, je vais bien et je n'ai pas l'impression de "subir" ou de me sacrifier par amour.

De ce fait je ne sais pas si mon expérience est comparable à la tienne. Sur la forme peut-être. Sur le vécu, absolument pas. Je ne suis peut-être pas le type de correspondante que tu recherches. Ou alors au contraire, comprendre comment moi je vis les choses t'aiderait à percevoir une autre voie. Mais je pense que dans ton cas, une thérapie reste aussi nécessaire car ta dépendance affective et ta dévotion pour ta compagne rendront difficile une vie sereine dans le polyamour.

Je me sens un peu désolée de le dire alors que je t'avais tendue une main bienveillante mais je partage l'avis de @bonheur : une correspondance en live ne me convient pas non plus. Une conversation écrite me sied davantage. As-tu trouvé une oreille attentive avec qui tu peux échanger dans un mode qui te convient ? Autrement, mon invitation tient toujours : si jamais le besoin de te confier se fait ressentir, je resterai très volontiers disponible par MP pour t'apporter mon éclairage et mon soutien.

Bon courage. Je suis de tout cœur avec toi !

Voir dans le contexte

Discussion : Recherche correspondant.e.s

Profil

Clades

le lundi 22 novembre 2021 à 14h35

Bonjour @Cmoi31

J'ai suivi ton histoire de loin. La mienne n'est pas si différente et de ce fait, je comprends l'objet de ta demande. Je connais ce besoin viscéral de parler, partager, quémander du réconfort pendant les coups durs comme dans les moments de joie. Or, quand tous nos proches ne comprennent pas ou ne sont pas au courant, on ne sait pas vers qui se tourner. Bien sûr, il y a notre partenaire mais ce dernier ou cette dernière vit des choses complètement différentes. Lui en parler peut nous faire d'autant plus prendre conscience de cette différence, même si la compassion est au rendez-vous. Au final, c'est naturel et rassurant de vouloir échanger avec des personnes qui vivent des choses semblables.

En ce qui me concerne, je ne me suis jamais sentie aussi seule que depuis qu'on a ouvert notre couple. Parler à mon compagnon est rassurant mais ce n'est jamais suffisant. Je constate qu'il fait de réels efforts pour comprendre et me soutenir. Mais sa tête est pleine de belles théories. Il n'a jamais eu l'occasion d'être confronté à la jalousie et au sentiment, aussi illégitime soit-il, que quelqu'un nous échappe. Et pour cause, je lui ai toujours été entièrement dévouée.
Oh c'est sûr, quand on lit des livres sur le sujet, ça paraît tellement logique et évident qu'on entretient l'idée que c'est simple. "C'est du bon sens !" comme on se plaît à répéter pour décrédibiliser les difficultés. Mais depuis quand nos sociétés et nos schémas sociaux sont construits sur la base du bon sens ? Moi, je trouve que le bon sens est fichtrement difficile à appliquer...

J'imagine que c'est la raison pour laquelle tu es ici, à partager ton histoire et tes difficultés... car tu cherches une oreille qui ne portera pas un jugement hâtif sur ce que tu vis et pourra te conseiller non pas à coup de théorie mais plutôt à coup de "essaie ça, j'ai essayé et ça a marché !". C'est toujours plus simple de suivre un guide qui connait la montagne qu'une personne qui se lance dans l'ascension sans jamais avoir quitté la salle d'entraînement...

J'ignore si je pourrais vraiment t'apporter de l'aide. Et mon emploi du temps reste relativement chargé. Néanmoins, force est d'accepter que dans ton cas comme dans le mien, un peu de soutien partagé est sans doute ce qui nous manque... C'est donc avec plaisir que je t'offre une oreille attentive et conseils si tu souhaites partager avec quelqu'un ton parcours et tes difficultés quand tu en ressens le besoin.

Je te transmets tous mes voeux de courage.

Message modifié par son auteur il y a 15 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : De couple mono à poly

Profil

Clades

le dimanche 14 novembre 2021 à 08h11

@Ven Je comprends ton argument et je suis d'accord avec toi sur le fond. Il est vrai qu'on ne peut attendre d'une personne qui subit une situation qui ne lui convient pas de prendre les choses avec le sourire. Maintenant, je n'ai pas dit que le chemin avec la lumière au fond du tunnel est déterminé. Il dépend de chacun d'entre nous. Peut-être que ce chemin là, pour certaines personnes, c'est la voie de la monogamie.

Maintenant, je mets un peu de nuance dans ce que j'ai dit : si la souffrance est inévitable, au moins avons-nous le pouvoir de la rendre plus ou moins gérable, longue et supportable. Autant faut-il reprendre les rênes de sa vie. Je suis convaincue que BunnyG se sentira mieux, peut-être pas dans l'immédiat mais sur du long terme, une fois qu'il aura fait un choix qui lui appartient, que ce soit celui se continuer cette relation, de la terminer, ou que sais-je ? Pour le moment et tant qu'il a l'impression de subir, ce sera effectivement difficile...

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : De couple mono à poly

Profil

Clades

le samedi 13 novembre 2021 à 22h33

Je pense que ce serait une erreur de penser que la souffrance est inévitable... Je crois sincèrement que nous avons le choix, le choix entre un chemin où tout nous rappelle à notre douleur et un chemin où on voit la lumière au bout du tunnel. Il faut cultiver la positivité. Je ne dis pas que c'est facile, je dis seulement que c'est possible...

Je dis cela en connaissance de cause. Pour moi, la transition vers le polyamour a été très brutale. Je vivais en complète fusion avec mon compagnon qui est encore à mes yeux le seul et unique. Du jour au lendemain, il a changé de pays. Deux mois plus tard, il l'a rencontrée. Je n'ai jamais eu mon mot à dire sur la fréquence et la nature de leurs rencontres. Dès le début de leur relation, ils passaient leurs nuits et weekends ensemble... Deux mois après leurs premières discussions, ça parlait déjà de vie commune et d'enfants...

Face à cette situation, il aurait été facile pour moi de m'effondrer. Il était dur de lutter contre l'idée que j'étais complètement remplacée dans son cœur.
Quatre jours.... c'est le temps qu'il m'a fallu pour prendre ma décision. "Tu le quittes ou tu assumes". J'ai décidé d'assumer, de faire le pari. J'ai écrit ma décision dans un carnet tel un contrat avec moi-même.

Peut-être est-ce ce qui te manque : une détermination. Ton choix n'est pas encore fait. Tu es encore empli de doutes. Sans doute as-tu besoin toi aussi de prendre du temps et du recul, te poser, peser le pour et le contre, réfléchir à tes propres valeurs, à ton intérêt dans tout ça... Pour cela, il faudrait peut-être que tu t'isoles quelques temps, en dehors de toute source d'influence, et que tu médites. Quitte à prendre des congés et partir seul dans un lieu neutre...

J'espère sincèrement que tu trouveras ton chemin dans le chaos de tes pensées...

Voir dans le contexte

Discussion : De couple mono à poly

Profil

Clades

le mardi 09 novembre 2021 à 22h03

Je trouve que ce que tu as dit à ta compagne est très bien formulé ! Selon moi, il est important d'insister sur le fait qu'un moment d'incertitude ou un pas en arrière ne remet pas forcément tout en question. Cela fait partie du processus. :-)

En revanche, je mets un peu de nuance quand tu dis que vous n'avancez pas au même rythme. Selon moi, ce serait une erreur de schématiser en disant "elle va plus vite que moi". Tout simplement parce que vous ne vivez pas encore exactement la même chose. Le jour où tu trouveras quelqu'un, il y a des chances qu'elle soit à son tour confrontée à certaines angoisses. Mon compagnon n'arrête pas de me dire "je suis sur un petit nuage... mais attendons voir quand ce sera ton tour...". Pour le moment, tu as l'impression de trainer la patte car tu es lesté du poids de toutes tes peurs qui ont ressurgi d'un coup. Ce n'est peut-être pas encore son cas. Donc dis-toi que si tu continues d'avancer, tout ce poids finira par s'alléger. Et comme tu l'auras toi-même vécu, tu pourras offrir un meilleur support à ta compagne si un jour elle se retrouve face à ses propres doutes.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : De couple mono à poly

Profil

Clades

le samedi 06 novembre 2021 à 17h04

Je me trompe peut-être mais j'ai l'impression que tu as fait beaucoup de chemin. Il me semble avoir compris que la situation est très récente. Et pourtant, tu parles de plusieurs partenaires pour ta compagne. Ce qui laisse à penser que ça s'est passé très vite. Mais ça ne t'empêche pas de veiller sans cesse à ne pas tout gâcher en la blessant parce que tu auras mis des limites. Tu as tout mon respect.

Veille quand même à ne pas t'oublier dans le processus. Dire que tu te sens en souffrance ou en insécurité, c'est tout à fait légitime. Ça ne signifie pas "on arrête tout". Ça voudrait plutôt dire "j'ai besoin d'aide ou de ralentir les choses". En ce qui me concerne, je ne compte pas le nombre de fois où j'ai dit "laisse moi le temps de processer l'information et on en reparle la semaine prochaine". Quand il est sur le point de prendre une décision (un weekend avec elle, une potentielle nouvelle relation et dernièrement, une colocation...), je lui demande de me consulter. L'idée n'est pas de soumettre mon veto, ce serait contraire à nos principes. C'est plutôt de prendre la température de mon côté avant de faire quelque chose qui me blesserait. Jusqu'alors, tout ce que je pensais impossible à accepter, après quelques jours ou semaines de réflexion, j'en pensais tout autre. Donc n'hésite pas à t'affirmer un peu sans culpabiliser. @bonheur le dit très bien. Il faut discuter et trouver son équilibre en prenant en compte les tierces personnes. Donc parlez autant que nécessaire, même si tu as l'impression de la gonfler parfois. C'est une situation temporaire. Ça ira sans doute beaucoup mieux après.

Pour répondre à ta question, j'ai commencé une thérapie pour "m'aider" à prendre confiance. Mais personnellement, je ne pense pas que ce fut déterminant. Je n'ai fait qu'une poignée de séances. J'ai toujours un gros manque de confiance. Mais bon. J'essaie de prendre la situation comme une opportunité de me débarrasser de ces choses inconscientes qui me pourrissent la vie et pas seulement du côté sentimental. Après je pense que ça dépend de la capacité de tout un chacun d'être autonome sur le plan du développement personnel.
Si tu as l'impression que ton cœur n'accepte pas ce que ta tête accepte, essaie de définir pourquoi. Souvent il se cache derrière certaines émotions des choses dont il faut mieux se débarrasser (angoisses, phobies, désir de contrôle, manque de confiance ou d'estime...).

Je rejoins @bonheur en disant que c'est génial que tu souhaites connaitre ses amoureux. En ce qui me concerne, ça m'a énormément aidée. Je souhaite que ça te soit bénéfique.

Enfin... ce sont des conseils basés sur ma propre expérience mais je suis loin d'avoir l'expérience et la légitimité. Chaque cas est unique et les réponses se cachent au fond de toi avant tout. :-)

Voir dans le contexte

Discussion : De couple mono à poly

Profil

Clades

le samedi 06 novembre 2021 à 02h02

Salut à toi BunnyG

Je me permets de répondre à ton message car ta situation fait écho à la mienne mais la façon dont tu ressens et vis les choses est en revanche complètement différente. J'espère pouvoir, à travers mon point de vue, t'apporter des pistes de réflexion afin de répondre aux questions qui te taraudent.

Je suis également en couple depuis 8 ans, première relation et ouverture récente au polyamour. Il a plongé dans l'expérience tandis que moi je n'en ai pas encore profité.

Ce qui fait la différence avec toi, c'est que je me suis refusée de trouver quelqu'un tant que je n'avais pas travaillé sur moi-même, en particulier en ce qui concerne les émotions négatives incontrôlables qui me prenaient subitement.
Pour cela, j'ai avant tout beaucoup lu, livres et témoignages, afin de m'assurer que le modèle correspond à mes propres valeurs et convictions. Cette phase a duré plusieurs semaines. Changer ses valeurs prend du temps... Une fois convaincue, ça a été tout de suite plus simple. La détermination était de mon côté.
En parallèle j'ai travaillé sur mes émotions négatives. Cela passe par la compréhension de ses peurs profondes et leur rationalisation. C'est un travail très personnel que toi seul peut entreprendre. Ça se pratique quotidiennement et ça passe par de bons réflexes. Une pensée négative difficile à chasser ? Un bon sommeil, un câlin, une discussion franche avec ta compagne, un journal intime.... à toi de développer ta technique qui te permet de chasser tes peurs irrationnelles.

Je faisais partie de ces personnes qui pensaient que l'amour unique était le plus parfait, qu'un seul être pouvait me combler, que les sentiments se devaient exclusifs.... donc autant te dire que je revenais de loin... Et pourtant, en quelques semaines, tout a changé en moi. Mais ce n'est pas sans travail ni temps. Ne t'attends pas à ce que tu ailles mieux du jour au lendemain, après un déclic. Deux semaines ? C'est vraiment rien. Donne toi du temps et sois patient.
Selon moi, ce serait une erreur de vouloir chercher une personne à tout prix. Certes ce serait plus simple car ton attention serait happée par une nouvelle expérience. Mais le travail sur toi passe à la trappe. Si l'occasion se présente, accueille-la. Le cas contraire, dis-toi que cela viendra quand ça viendra... Dis-toi que si vous avez choisi cette voie, il y aura des moments où vous sentirez des déséquilibres au niveau de votre vie sentimentale. Donc autant apprendre à les accepter. Vous ne pouvez pas toujours vous attendre et vivre la même chose.

Donc reprends confiance en toi avant tout. Ta situation est loin d'être désespérée. J'y suis arrivé malgré le fait que ça avait l'air vraiment mal barré pour moi (première relation, manque de confiance en moi, dépendance affective, potentiel de séduction proche de zéro...). Donc il n'y a aucune raison que tu ne viennes pas à bout de tes appréhensions toi aussi, avec un peu de temps, de patience, de travail et de bienveillance envers toi-même. Peut-être même qu'à la fin tu te rendras compte que tu t'épanouis dans ce genre de relation, avec ou sans relation annexe. :-)

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour non désiré.

Profil

Clades

le jeudi 04 novembre 2021 à 01h13

Ton histoire est assez bouleversante. Malgré mon regard extérieur, je comprends que tu aies du mal à accepter cette situation de polyamour à cause de la façon avec laquelle vous vous êtes lancés, teintée de mensonges et de perte de confiance.

Ton amoureux semble ne pas parvenir à respecter ton rythme, celui qu'il aurait fallu adopter pour que tu puisses embrasser cette situation pleinement. Pour utiliser une image, il te demande de courir un marathon alors que tu ne sais même pas courir 5 km. Par conséquent, te voici épuisée, psychologiquement. S'il avait pris le temps de t'apprendre à courir, en augmentant progressivement les paliers, peut-être aurais-tu aujourd'hui été capable de courir un marathon et d'y prendre plaisir ! Dans ton cas à l'inverse, c'est surtout de la souffrance.

Si tu tiens à votre relation, je pense que ce serait difficile pour vous de continuer dans un modèle exclusif. Il y a des risques que vous continuiez à souffrir, sous les voiles d'une illusion de sécurité que l'exclusivité vous offre. D'autant plus que ce n'est pas son réeel souhait.

Tu peux donner une nouvelle chance au polyamour. Mais cela sous réserve que tu le veuilles et que tu y croies.
Si cela est vraiment ton choix, vous pouvez retenter, mais pas n'importe comment. Faites table rase et définissez ensemble vos paliers. Certes, ça va être frustrant pour lui au départ car il voudra vivre cette relation pleinement avec cette autre personne. Mais c'est la condition pour ne pas réduire votre relation en morceaux... Tu peux lui présenter les choses ainsi. Que tu es prête à recommencer, mais cette fois-ci en définissant un cadre que vous définissez ensemble et que vous ferez évoluer ensemble. Sans pour autant t'oublier. Si ça ne fonctionne pas, il faut te préparer à la fin de la relation. Peut-être seulement temporaire, le temps que tu travailles sur tes peurs.

Dernière chose que je rajouterai : surtout ne culpabilise pas. La situation s'est imposée à toi avec une forme de violence. Déconstruire demande du temps. Déconstruire demande de la patience. On ne te les a pas accordés.

Ces conseils, je te les donne en tant que débutante dans le monde du polyamour. Néanmoins pour moi les choses se sont passées avec beaucoup de douceur. Je sais qu'on peut y arriver à condition qu'on nous prenne la main et qu'on marche à notre rythme.

Je te communique tout mon soutien.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Fréquence rencontres poly

Profil

Clades

le samedi 16 octobre 2021 à 08h22

Il est vrai que j'aurais tendance à me joindre aux avis de lau93 et de okami. Mais au regard de toutes vos réponses, il paraît évident que l'important est que chacun s'y retrouve et qu'il n'y a pas de solutions meilleures qu'une autre. C'est un équilibre que l'on doit trouver entre plusieurs personnes et cet équilibre peut varier en fonction des situations personnelles de chacun.

Pour vous donner mon exemple, après une relation longue de plusieurs années et un an de vie commune, nous vivons désormais dans deux pays différents. De ce fait, mettre des limites sur ce sujet dans notre situation serait complètement absurde. Je suis devenue celle qu'il voit une fois par mois et pourtant, je ne me sens pas menacée dans la priorité qu'il me donne, que nous devons à notre longévité et notre complicité assez exceptionnelle.

Vous dîtes vouloir placer les enfants en priorité. A partir du moment que cette volonté est claire pour tous et acceptée par tous, il ne devrait pas y avoir de problème. Maintenant, vous devez vous poser deux questions qui me semblent majeures :
- A quel moment considérez-vous que la stabilité familiale est menacée ? Et pour quelles raisons ? En effet, si vous avez décidé d'accorder une nuit tous les 10 jours par exemple, interrogez-vous : est-ce que passer à 2 nuits tous les 10 jours serait vraiment problématique ? La réponse à cette question, c'est vous qui l'avez, en fonction de votre planning familial et de vos obligations. Mais assurez-vous que c'est bien dans l'objectif de préserver la stabilité familiale que vous vous mettez ces limites et non pas pour de fausses raisons (insécurité, doutes...)
- Mettre des règles est-il vraiment nécessaire ? Si cela paraît trop rigide, rien n'empêche de discuter ensemble d'une "moyenne". Après c'est à lui de faire en sorte de respecter cette volonté, avec néanmoins quelques souplesses si jamais il y a des exceptions.

Je pense que l'idéal c'est qu'avec le temps, toutes ces règles ne soient pas nécessaires. Que vous sachiez où se situent les limites compte tenu de vos objectifs et en discuter si jamais il y a selon vous un débordement, en toute intelligence.
N'oubliez pas aussi qu'il y a une autre personne dans l'équation. Et prendre en compte son avis peut permettre de prendre une décision plus respectueuse des intérêts de chacun.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Couple ouvert à sens unique

Profil

Clades

le jeudi 14 octobre 2021 à 08h22

@bonheur

Heureuse de savoir que mon commentaire puisse être utile. :-) Et j'admets qu'échanger sur ce sujet fait vraiment du bien. Jusqu'alors, j'ai tout gardé pour moi et c'est un secret très lourd à porter. Peut-être un jour partagerai-je ici mon expérience...
Et merci pour tous les précieux conseils que tu donnes à cette communauté. J'ai beaucoup lu et te lire m'a énormément apporté. Je ne peux que conseiller à Talnari de faire de même et s'imprégner des témoignages de cette communauté. C'est riche d'apprentissage et cela permet de définir si oui ou non, c'est un mode de vie qui nous convient et qu'on a envie de vivre, tout en acceptant que tout ne sera pas tous les jours tout rose.

@Minoushka
Je te rejoins dans ton expérience et les conseils que tu donnes. Je pense que le premier point que tu évoques est extrêmement important. J'ai l'impression que Talnari ne parvient pas à s'identifier dans cette configuration de relation. Mais est-ce parce qu'il ne se retrouve pas dans ce modèle ? Ou parce que la pratique ne ressemble pas assez à la théorie ? Le fait est que... la pratique ne ressemble jamais exactement à la théorie. Mais cela vaut pour tout. Même pour un modèle monogame. Donc le plus important est de savoir ce qui correspond vraiment à notre intime conviction.

@lau93
Pour avoir lu ton expérience, je ne peux que confirmer la similitude de notre parcours, sur de nombreux aspects. :-) Et te lire m'a procuré la même consolation et beaucoup de courage. Je ne peux que te remercier d'avoir participé indirectement à ma transition vers le polyamour et je suis contente de savoir que nous pouvons nous soutenir, même en étant éloignées !
PS : Moi aussi mes moments difficiles arrivent généralement le soir. Généralement je ne tergiverse pas longtemps. Je vais dormir. J'estime qu'il n'est pas utile de gaspiller du temps et de l'énergie à ruminer. Ce n'est pas facile, il faut se forcer car notre cerveau nous fait croire que ressasser nos pensées négatives est la seule option qui s'offre à nous. J'y arrive de mieux en mieux. Et le lendemain je me dis de plus en plus : "ouf, ce n'était que passager !".

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Couple ouvert à sens unique

Profil

Clades

le mercredi 13 octobre 2021 à 09h04

Salut,

Habituellement je m'abstiens de commenter et préfère suivre ce forum dans le silence. Mais ton expérience fait tellement écho à la mienne que je ne peux m'empêcher de partager avec toi mon parcours et ainsi te donner quelques conseils pour t'aider à mieux gérer cette situation.

Tout comme toi, je suis en couple avec un homme depuis plusieurs années et suis aujourd'hui témoin de sa relation avec une autre femme. Tout comme toi, j'ai entamé un long parcours de déconstruction des schémas sociaux qu'on nous inculque depuis l'enfance et me suis confrontée plusieurs fois à la jalousie et la tristesse. Tout comme toi, il y a des jours ou je gère et il y a des jours où je ne peux contrôler mes émotions négatives qui m'assaillent sans crier gare, me donnant l'impression que tout s'effondre. Tout comme toi, je pense que la situation serait plus simple si elle n'était pas aussi asymétrique, mais le fait est que je n'ai connu que lui dans ma vie, que je n'ai pas de désir de construire une relation avec une autre personne et que je suis une vraie bille en relations sociales.

Et pourtant... j'y arrive, je sens une amélioration de jour en jour. Petit à petit, mes moments de détresse se font plus rares et je commence à ressentir une certaine forme de gratitude et de reconnaissance à l'idée que nous sommes arrivés là, lui et moi. Il a fallu du temps, mais pas seulement. On ne doit pas être passifs et penser que le temps guérira tout. Alors, qu'ai-je fait pour en arriver là ? Permets-moi de partager avec toi mon expérience qui pourra ainsi te donner des pistes d'action.

- Tout d'abord, je me suis concertée moi-même en me posant la question : est-ce que le polyamour est une philosophie à laquelle j'adhère ou l'ai-je accepté par défaut ? Pour y répondre, j'ai lu. J'ai le guide des amours plurielles de Françoise Simpère, j'ai lu des témoignages sur ce forum et sur des groupes de discussion sur les réseaux sociaux, j'ai écouté des podcasts... bref, je me suis imprégnée des valeurs et des expériences de chacun pour décider si oui ou non, c'est quelque chose qui me convient, qui fait écho à mes propres valeurs. La réponse a été finalement "oui" et cela m'a beaucoup aidée dans le sens où ma détermination, mon envie d'y arriver est plus grande et presque inébranlable. Ainsi, pendant mes moments de détresse, je n'ai quasi plus de doutes sur la validité du modèle car j'ai envie d'y croire. Si la réponse avait été "non", j'aurais envisagé la séparation. Car on ne peut subir une telle situation très longtemps.

- Parallèlement, j'ai fait un travail sur moi-même afin de mieux gérer mes émotions négatives. Dès que je sens que tout va mal, généralement quand je suis fatiguée, je vais dormir et attends le lendemain pour débriefer sur mes émotions et tout consigner à l'écrit. J'utilise notamment les colonnes de Beck (méthode pour confronter mes pensées automatiques avec des arguments rationnels utilisée en psychothérapie) et un journal intime où je consigne mes pensées. J'ajoute aussi que je suis suivie par une psychologue pour travailler sur ma confiance en moi ce qui m'aide aussi à travailler sur mes insécurités. Il m'arrive parfois d'avoir des moments plus difficiles que d'autres mais cela fait partie du processus. Je l'accepte, personne n'est infaillible.

- De même, afin de me libérer d'une forme de dépendance affective que j'ai avec mon compagnon, je sors, je vais voir des gens et tout ça sans lui. Plutôt réservée de base, pas très adepte des relations sociales, ce n'est pas toujours évident pour moi. Mon cercle social est très restreint. Mais cela m'aide à occuper mon esprit et me donner envie de consolider d'autres relations, amicales pour le moment, avec d'autres personnes.

- Pareillement, je discute. Je discute beaucoup avec mon compagnon. Parfois c'est long. Mais c'est nécessaire. Dès que j'ai un moment de doute, une frayeur, un besoin... je lui en parle. Mais je ne le fais pas n'importe comment. Quand je bouillonne intérieurement, je me donne un peu de temps pour me calmer et pour lui dire les choses intelligemment. Ainsi, il m'aide à rationaliser, à affronter mes peurs et à aller de l'avant.

- Enfin, je me projette mentalement. J'essaie d'imaginer la vie idéale que je souhaiterais vivre avec lui, elle et potentiellement d'autres personnes. Je pense positif. Je fais le bilan de ce que cette situation nous a apporté de bon : la possibilité d'être complètement soi-même en présence de l'autre et de vivre à fond ses émotions et ses sentiments, la possibilité de s'ouvrir au monde et aux nouvelles expériences, la chance assez exceptionnelle d'avoir accès à une partie du jardin secret de son compagnon, ce qui est une grande preuve d'amour... Je me lance aussi des défis, pas à pas et quand je me sens prête à les relever. Le prochain est de rencontrer son amie et de dédramatiser la situation avec elle car la situation est insolite pour elle aussi.

C'était un long message mais j'espère ainsi t'avoir donné quelques pistes d'action pour la suite, si tu souhaites continuer dans cette voie. Je suis convaincue que c'est possible, autant faut-il que tu le veuilles. Et pour cela je ne peux que te conseiller de travailler sur tes propres valeurs d'amour. Cela ne fera que te rendre plus fort en faisant grandir ta détermination. Et surtout, ne te précipite pas pour rencontrer quelqu'un dans le but de "rééquilibrer" la situation. Construis une relation quand tu te sentiras prêt et pas pour mettre un pansement sur tes blessures. Je pense que c'est important.

Bon courage, je suis de tout cœur avec toi !

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion