Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Passer d'un couple exclusif à un couple ouvert ?

Poly/Mono
#

Titine (invité)

le mercredi 12 janvier 2022 à 17h51

Bonjour, je n'ai personne à qui parler de ça, alors j'écris ici, vous m'avez l'air super ouverts ! Je ne sais pas trop dans quel thème mettre cela, excusez moi si je me trompe.
Je suis une femme en couple avec un homme depuis plus d'1 an, on avait commencé notre relation en tant que sex friends disons, puis nous sommes tombés amoureux. On s'est mis en couple un peu "naturellement".
J'ai toujours manqué de confiance en moi, je souffre d'anxiété, je stresse pour un rien et je me fais toujours plein de films. Et la plupart du temps, j'imagine que mon copain va me tromper. Il a déjà trompé ses précédentes partenaires, et je sais qu'il serait plus heureux en couple libre : on a eu pas mal de discussions à ce sujet. En plus d'1an de relation il ne m'a jamais trompée et je le crois ; seulement, nous ne voyons pas les choses de la même façon. Je suis plutôt exclusive, et je ne dévoile pas mon corps à "n'importe qui", j'ai besoin d'avoir une connexion disons. Or pour lui, le sexe ne veut rien dire : même s'il va voir ailleurs, cela ne veut pas dire qu'il ne m'aime plus, il arrive très bien à séparer amour et sexe. Je comprends son point de vue mais je ne le partage pas. Il n'a pas envie de réfréner ses envies, il a envie de profiter un max avant de devenir vieux (on dirait qu'il s'est mit une barrière à 30 ans, et qu'après c'est fini il ne pourra plus s'amuser). S'il est en soirée et qu'une fille lui plaît, il veut avoir la liberté de la draguer et coucher avec elle s'il en a envie. Il n'a pas envie de se mettre de barrières, mais comme il sait que cela va me faire du mal, il essaie de se retenir. Il se sent mal parce qu'il sait qu'il n'a pas confiance en lui : il sait qu'il ne peut pas se retenir. Sauf que l'idée qu'il couche avec qqn d'autre m'est insupportable, et il le sait, et il se sent mal de m'infliger autant de stress.
Après de longues discussions, j'ai accepté d'essayer de voir les choses comme lui : je suis persuadée qu'on se prend trop la tête sur le sexe alors que ça pourrait être chouette. J'aimerais me délivrer de cet esprit qui considère que coucher avec qqn en dehors du couple est impardonnable. Il m'assure de prendre mon temps. Mais récemment, il m'a confié douter de plus en plus de sa capacité à se retenir. Il sent qu'il va craquer. Et j'ai l'impression de faire une course contre la montre : il faut que je me dépêche de "changer de point de vue" avant qu'il n'aille voir ailleurs, car si j'ai changé de point de vue, alors j'aurais accepté l'idée et je ne souffrirai pas. Mais plus j'y pense plus ça me fait du mal. Il ne s'agirait que de sexe : il n'est pas question de polyamour, ou d'entretenir une liaison même purement physique. On s'aime énormément, il ne veut pas me quitter, et moi non plus, mais je doute. J'ai peur de sacrifier ma santé mentale en acceptant cela. Surtout que je ne sais pas comment faire, pas par quoi commencer. Je travaille bcp sur moi, il faut que je prenne confiance en moi, mais c'est un processus long, et j'ai peur de manquer de temps. Il m'assure que j'ai tout le temps qu'il faut, qu'il faut que je fasse ça pour moi, que je serai plus heureuse car je ne me ferai plus de films, je ne souffrirai plus de le voir donner de l'attention et de l'affection à une autre. Mais je n'y arrive pas, et je pleure dès que j'y pense.
Si vous avez une idée de ce que je dois faire svp, je suis preneuse. Je veux arrêter de me faire du mal.

#
Profil

bonheur

le jeudi 13 janvier 2022 à 14h41

Ton chéri, comme tu le dis toi-même, n'est pas dans le schéma du polyamour. Ca va m'être compliqué de répondre à ton attente d'autant que la séparation affect et sexe peut se faire aussi dans l'autre sens : aimer sans sexualité.
Je dis cela simplement pour alimenter ta réflexion.

Autrement, il existe une bibliographie concernant le polyamour.
/discussion/-bRf-/-Livre-elaboration-d-une-Bibliog...
Si tu es plutôt films, le lien existe en premier post de ce fil de discussion.

Autrement, sur le libertinage (sexe sans affect), il existe le livre de Pierre Des Esseintes "osez le libertinage"

#

Nena (invité)

le jeudi 13 janvier 2022 à 20h23

Tu pleures dès que tu y penses et tu as peur pour ta santé mentale ? Je ne sais pas quoi te répondre hormis que tu as besoin de te protéger... Pour le moment, cela semble trop dur pour toi. Avoir une bite n'empêche pas de pouvoir se retenir.

Sachant que cela te met dans des états de détresse, pourquoi te met-il la pression en te disant qu'il va craquer (tout en assurant être patient...) ?

Je ressens énormément de souffrance en te lisant. Les psychothérapies permettent de guérir plus rapidement de certaines blessures et de savoir où et comment poser ses limites, trouver des terrains d'entente ou s'il n'y en a pas, voguer vers des relations moins toxiques.

#

Titine (invité)

le vendredi 14 janvier 2022 à 01h00

Je me doute bien qu'il va me falloir de l'aide, pas seulement pour "régler ce problème" ; mais quelles seraient les choses que je peux essayer de mettre en place toute seule de mon côté ?

#

Nena (invité)

le samedi 15 janvier 2022 à 10h07

Peut-être que tu pourrais commencer par voir une psychologue pour te soutenir dans ta démarche ? Les délais d'attente peuvent être long alors je m'y prendrais dès maintenant si j'étais toi :)

Depuis combien de temps es-tu en relation avec lui ?

D'abord j'appellerais mes amies proches pour en discuter en tête à tête et obtenir leur avis sur lui. Peut-être qu'elles ont repéré des aspects positifs ou négatifs de sa personnalité et qu'elles n'ont pas osé t'en parler. Elles ont aussi peut-être des retours d'expérience à te confier.

Je partirais si possible 2 semaines ou au-minimum un we dans la nature pour réfléchir en faisant des randonnées sur l'ensemble de la journée.
A un moment seule j'irais dans un café et je ferais les choses suivantes :
1) est-ce que ce mode de vie est celui dont j'ai envie ?
2) quels sont les effets négatifs et positifs actuels pour moi de la situation ? Y a-t-il plus de négatif ou de positif ? Tu peux mettre une échelle de valeur à chacun des points négatifs et positifs (par exemple, 5 étoiles serait parfaitement positif ou complètement négatif. Sois honnête avec toi-même. Cela ne sert à rien de minimiser un point positif ou négatif ou de le maximiser)
3) quels sont les effets négatifs que j'envisage dans le futur ?
4) quels sont les effets positifs du mode de vie dont j'ai envie ?
5) quels sont les effets négatifs du mode de vie dont j'ai envie ?
6) quels sont les effets positifs du mode de vie dont je n'ai PAS envie ?
7) Y a-t-il plus d'effets positifs ou négatifs pour chacun de ces points ?
8) Suis-je capable d'encaisser ces points négatifs (là tu peux regarder les étoiles que tu as mise) ? Est-ce que je dois prendre des médicaments (antidépresseurs...) pour supporter ce changement de vie ?
9) Est-ce que j'ai la volonté de modifier l'éducation que j'ai reçue pour changer de mode de vie ?
10) Comment puis-je m'y prendre pour modifier mon éducation ?

Dans les relations libertines et le polyamour, il existe des gens très bien, mais aussi des personnes mal intentionnées qui souhaitent faire de l'autre leur objet. Les témoignages de tes amies te permettront de savoir à quelle catégorie appartient ton mec.

#
Profil

Clades

le samedi 15 janvier 2022 à 10h19

Je partage la position de @bonheur. On dirait bien qu'il ne s'agit pas là de polyamour.

Peu importe comment on appelle ça, le fait est qu'une relation se construit à deux. Ton petit ami a fait preuve d'ouverture avec toi et c'est une belle chose. Maintenant il ne faut pas que ça se transforme en chantage : "Je suis comme ça, tu l'acceptes sinon je te trompe". Tu as le droit de ne pas partager son point de vue et d'aspirer à autre chose.

Personne ici ne pourra dire ce que tu dois faire. La réponse est en toi. Si tu peux commencer par quelque chose, prends le temps de la réflexion : pose les options qui s'offrent à toi, mesure les, identifie d'avance les conséquences... Aide toi des livres conseillés par @bonheur. Ne te presse pas à cause de lui. Tu as le droit de demander 6 mois, un an de réflexion si tu en as besoin.

Néanmoins, il y a des choses que nous pouvons te déconseiller de faire (valables aussi pour le polyamour) :
- N'accepte pas tout en te disant que tu le fais par amour. Il n'y a pas grand chose de bon dans le sacrifice. Tes intérêts ont le droit d'être défendus et prendre la forme de règles. Si tu lui donnes le feu vert, il faut que ce soit par conviction et non par dépit.
- À l'inverse, je te déconseillerais d'ignorer ce qu'il t'a révélé. Si tu ne te sens pas à accepter une relation non exclusive, il faut que vous en parlez aussi. Et que tu sois claire sur le fait que cette voie n'est pas une invitation à la tromperie et que tu acceptes qu'elle peut aboutir à une séparation...

Bon courage à toi. Tu as tout mon soutien...

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

bonheur

le samedi 15 janvier 2022 à 11h49

@Titine,

L'idée de faire appel à un ami, c'est délicat. Déjà si vous avez des amis communs... c'est un peu demander à faire un choix et vite ça virera au dénigrement, faute de pire.

Sauf avoir des amis, ou un ami-e vraiment observateur et non conformiste, qui offrira un regard suffisamment neutre. Ce serait vraiment miraculeux. D'ailleurs, sortir des normes, permet justement de faire "un tri" dans ses amis. C'est là, quand on fait un comming-out que l'on prend conscience de qui est ami ou non, dans les faits.

En plus, nous vivons dans une société d'influenceurs qui savent tout mieux que tout le monde.

Un professionnel, c'est différent, il est censé être neutre et t'offrir justement un recul extérieur (entre autres).

Je sais que perso, si à l'époque de notre transition, chacun-e était venu semer son grain de sel, nous n'en serions certainement pas là aujourd'hui. Et j'indique cela au regard des réactions autour de nous, une fois les bases posées à l'intérieur de notre couple d'origine, et "rien à faire" des avis extérieurs. D'ailleurs, nous n'avions plus besoin d'avis, juste nous informions, ce qui n'a pas empêché les un-e-s et les autres de réagir, parfois avec "violence". C'est là, que rester souder prend tout son sens.

De cette époque, il nous reste une amie fidèle, et c'est beau, déjà.

Les conseils se font avec bienveillance. L'application des conseils, ben... c'est toi qui en paiera les conséquences.

Te questionner est une bonne chose, je trouve. Réunir des avis non stéréotypés, éventuellement aussi. Sincèrement je ne peux que t'inviter à te documenter sur tous les sujets hors normes. Ouvrir ton horizon. Fais toi TON opinion à toi, sans parasitage, sans influence.

Sortir des normes, demande de s'extraire des "évidences" (qui n'en sont qu'en surface) pour percevoir les situations sous un jour humain et non sous le dictat de présupposés formels, un peu trop, alors qu'aucune loi ne vient régir cela. La polygamie est interdite. Le mariage n'a rien à voir avec l'amour, c'est un acte d'Etat Civil régissant les biens communs et les filiations. Sauf que depuis que l'on se "marie par amour", on mélange un peu tout. Depuis, le cadre du "couple" est celui, mariés ou non, inscrit comme celui du mariage.

Je dis cela, car ton compagnon me parait vouloir vivre en célibataire, c'est à dire, sans engagement lié à ce processus et dictat. Toi tu veux du "normal". Après, ce n'est pas dérangeant en soi. L'un peut vivre à sa façon et l'autre d'une autre façon. Le hic, c'est le fait d'imposer ce que l'autre n'accepte pas.

Après, votre relation a débuté d'une façon atypique (sex friend), du coup il pensait sans doute que tu étais ouverte à cela ? C'est plus un questionnement. Là ou toi tu imaginais le "caser", lui désirait continuer sa vie, en t'incluant.

Je me trompe peut-être sur toute la ligne. Ce n'est pas en quelques mots que l'on peut s'immerger dans une situation, surtout en n'ayant qu'un seul "son de cloche". Je crois qu'en général, on découvre qu'un résumé ne vaut pas de connaître les gens vraiment.

#

Nena (invité)

le samedi 15 janvier 2022 à 14h46

@bonheur : je ne suis pas d'accord pour le rejet de l'avis des amies. Certaines choses peuvent être passées sous silence en bien ou en mal. Lors de ma première relation (j'étais jeune) j'avais décidé de ne pas me confier à mes proches qui peuvent voir des choses que nous nous refusons d'admettre. Je l'ai regrettée par la suite.
Depuis, je recommande au contraire systématiquement aux autres de se confier. On peut se prendre une claque mais c'est parfois salvateur. Si l'argument est creux, il est inutile de le retenir. Si par contre, la personne te répond "rappelle-toi la fois où il t'a cogné la tête contre la table au bistrot", cette chose que j'aurais refoulée ressortira.

Il me semble aussi que lire de la théorie et commencer sérieusement le cheminement devrait se faire sans contrainte, à partir d'un choix réellement libre, d'où la série de question transmise.
Avant d'entamer quelque chose, il me semble important de savoir s'il l'on est d'accord et prête pour ce commencement.
Ce point ne me semble pas éclaircit pour le moment.

#

Titine (invité)

le samedi 15 janvier 2022 à 17h06

Merci beaucoup pour vos conseils !
Pour répondre à @Nena et @bonheur, j'en ai déjà discuté avec des amis proches, mais ils ne m'ont pas jugée, ils comprennent, et surtout ne m'ont pas fait changé d'avis sur mon copain. Je sais qu'il ne cherche pas à me manipuler, il est profondément convaincu que nous - et surtout moi - serions plus heureux, lui parce qu'il n'aura pas cette peur de me faire souffrir, et moi cette peur qu'il me trompe et que je souffre. Et @Clades, je ne pense pas qu'il me fasse du chantage non plus, bien que cela se ressente comme tel.
J'apprécie le fait qu'il ait voulu m'en parler et être honnête pour "appréhender" la chose, même si c'est parfois dur à entendre, plutôt que de laisser faire et s'il s'était passé qqch, on aurait avisé sur le moment. À chaque fois qu'on parle de ce sujet, il me rappelle que ce n'est pas pour me mettre la pression, qu'il ne veut pas me forcer à faire quoi que ce soit, que c'est juste pour discuter, et je le crois, seulement ce n'est pas comme ça que je ressens la chose. Et de l'autre côté ça l'énerve car "rien ne change" (il s'est passé la même chose avec certaines de ses ex). J'ai l'impression que mon pour mon bien être et le bien être de cette relation, je dois changer. Et c'est dur ! Parce que je me suis convaincue toute ma vie que je ne changerai pour personne, les gens devront m'accepter comme je suis,et si non, tant pis pour eux. Mais à ces mots, il m'a répondu "tu ne veux pas changer pour moi ? Mais il faudrait que moi je change ?" et je n'ai pas su quoi répondre.

Sur tes conseils @Nena, j'y avais déjà réfléchi mais je vais coucher sur papier les points positifs et négatifs, je pense que j'y verrai plus clair.

#
Profil

bonheur

le samedi 15 janvier 2022 à 17h25

C'est la preuve que les mentalités "changent" et j'en suis heureuse. Tant mieux si c'est dans le sens du non-jugement. Après, les personnes qui se mêlent, qui ergotent, qui s'insurgent... ça existe. Et le jugement aussi. Quant aux conseils, je vous laisse imaginer ce que j'en pense.

C'est bien si ça ne vous revient pas en pleine gueule, contente pour vous deux ! :-) :-D .

#

Nena (invité)

le samedi 15 janvier 2022 à 18h12

@bonheur : c'est pas le sens même du développement personnel que de donner des conseils ? ;)

Heureuse Titine que tu t'accordes ce temps. Bonnes réflexions :)

#
Profil

bonheur

le samedi 15 janvier 2022 à 19h21

@Nena. Pour moi, pas exactement. Je préfère offrir des pistes de réflexion, des idées... Un conseil implique qu'autrui se plie à faire comme on a dit. Or, chaque personne a une situation différente et un entourage unique.

Je préfère qu'une personne se trouve elle-même que de lui dire comment elle doit se trouver. C'est évidemment une question de point de vue et peut-être de vocabulaire.

Pour moi développement personnel signifie je me cherche individuellement, donc je suis unique et les exemples ne peuvent s'appliquer à moi.

Déjà en faisant simplement un comming-out, en présence de mon mari (enfin chéri de vie), j'en ai pris plein la gueule, alors si j'avais exprimé ma transition au début, alors que je n'étais pas encore au clair avec moi-même, et mon mari non plus... ça aurait été un jeu de massacre. Pourtant je pensais certaines personnes proches (à l'époque) ouvertes d'esprit.

@Titine : les réflexions, à consommer sans modération :-D (+)

#

Jack Haddy (invité)

le dimanche 16 janvier 2022 à 06h53

Je rejoins totalement ce que dit bonheur quant au développement personnel (suis débutant en poly, mais pour le reste je pense m'en sortir pas trop mal ;-) )

Je suis convaincu qu'il se fait par les réponses que l'on trouve en soi, par ce que l'on découvre.

Très souvent, le problème n'est pas de trouver les bonnes réponses, mais de trouver les bonnes questions. (je dédie un paragraphe rien que pour cette phrase, elle me semble très importante)

Il n'est pas toujours possible de les trouver soi-même, ces questions, on peut vite tourner en rond et ne pas pouvoir mettre le doigt là où il faut. D'où l'intérêt d'échanges, de dialogue (les psys font ça très bien), dans un état d'esprit ouvert où l'on est d'accord de se remettre en question.

#
Profil

bonheur

le dimanche 16 janvier 2022 à 10h39

Merci @JackHaddy de ton propos que je partage.

La recette miracle type "je te conseille de mettre de la coriandre" n'existe pas en amour. Et quand bien même, certaines personnes aiment et d'autres pas.

Concevoir les relations humaines comme un concept applicable à tous ne me convient pas. Le tout étant de se chercher et un jour tout est clair, on s'est trouvé et enfin on peut avancer sereinement. Enfin, jusqu'au prochain beug, avec de nouveaux questionnements... C'est sans fin.

Pourquoi ? Parce que nous vivons, nous rencontrons, nous évoluons. Nous avons des prises de consciences et etc.

Etre bien entouré est essentiel. Mais les autres ne peuvent rien pour nous, à part en effet offrir un regard extérieur. Et à mes yeux aussi, l'essentiel est ce que l'on découvre de soi, en soi.

#

Titine (invité)

le mardi 15 février 2022 à 22h07

Bonjour à vous !
Auriez vous des recommandations de bouquins ou vidéos concernant la jalousie ?
Sauriez vous comment la contenir, la diminuer ? Par exemple des petits exercices qui ont fonctionné pour vous (je suis consciente que ça ne marche pas pour tout le monde, mais j'aimerais essayer plusieurs choses.)
Encore merci pour vos réponses, ça me fait très plaisir de me sentir écoutée.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 16 février 2022 à 10h54

@Titine, j'espère que tu trouveras des références. C'est bien de chercher dans cette direction, pour comprendre ce qui se passe de ton côté. Notamment comprendre que la jalousie est une émotion composée d'autres émotions.
J'ai peu de références moi-même, mais essaie toujours cette vidéo. C'est pas super développé mais ça donne pas mal de pistes.

Je voudrais souligner que travailler sur la jalousie, dans une relation non-exclusive, c'est qu'une partie de la question. C'est pas d'un côté un jaloux et de l'autre un autre qui n'a qu'à attendre que le jaloux s'occupe tout seul de "son" problème. Déjà parce qu'il se définit pas forcément par sa jalousie. Mais surtout, je veux dire que si ton partenaire ne fait pas les efforts vers toi de communication et de "lenteur progressive" dans les premiers temps, tout travail que tu feras en solo a quelques chances de jamais suffire.

Plus largement par rapport à ton premier post, la perspective dont vous discutez, ce serait donc un plan cul qui ne devient rien d'autre, voir rien dès le lendemain.

Le bon côté, c'est qu'il est assez clair sur ses désirs là, avant les faits, et qu'il les exprime. Beaucoup de gens font ça dans le désordre et sans honnêteté avec eux-même ni avec les autres. Je trouve que c'est une première preuve qu'il est fiable, qu'il est en confiance avec toi et que vous communiquez bien. C'est déjà de bonne bases !

Le côté plus complexe, pour revenir à l'alerte que représente une jalousie, c'est qu'en pratique il n'a pas rencontré la personne et ne peut donc pas savoir ce que ça lui fera : il ne peut connaitre que ses propres attentes. La personne sera ^ême pas quelqu'un de mieux que toi en ci ou en ça, ou quelqu'un destiné à être importante ou pas, juste une personne humaine qui fait réagir une autre personne humaine.

Et de suite, me vient l'idée que peut-être, tu as du mal à imaginer que ça se limite à du sexe à cause de votre propre expérience. Vous étiez un peu plus qu'un plan Q au départ de votre relation, mais c'était quand même ce pour quoi vous étiez parti. Dès lors, tu peux raisonnablement penser que le sexe n'est pas toujours que le sexe, pour lui.

Par ailleurs, l'idée de plan cul est une représentation biaisée.

Je ne dis pas que ça ne peut pas arriver pour lui. Je dis que même si finalement oui, il vaut mieux pas partir de l'idée qu'une interaction entre deux humains va rentrer gentiment dans le petit tiroir étanche qu'on lui alloue.

C'est possible pour lui - voir pour toi - d'envisager le libertinage ?
Ça non plus ça garantit pas qu'une rencontre se passe différemment que prévu, mais dans ce contexte plus défini, on a plus de probabilité de tomber sur des gens qui ne sont là que pour le sexe et attendent pas plus.

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

#

Titine (invité)

le mercredi 16 février 2022 à 13h53

@Siestacorta, merci pour ta réponse ! Il y a un passage que je n'ai pas bien compris :

"Je ne dis pas que ça ne peut pas arriver pour lui. Je dis que même si finalement oui, il vaut mieux pas partir de l'idée qu'une interaction entre deux humains va rentrer gentiment dans le petit tiroir étanche qu'on lui alloue."

Je n'ai pas bien compris non plus quand tu dis que je ne dois pas faire la travail seule : que devrait-il faire de son côté ?

Concernant le libertinage, je ne suis pas sûre que ça me convienne (ou alors je n'ai pas la bonne définition). Je ne lui ai pas encore" donné le feu vert", mais je lui ai dit mes conditions en qq sortes, ce que je pourrais accepter.
Entre autres : - un coup d'un soir spontané, sans garder contact
- pas qqn de notre entourage
- la protection !
- et ne pas ramener de filles chez lui

Il m'a dit être d'accord avec tout ça, même qu'il l'aurait fait sans que je lui demande.
J'ai commencé à lire "les amours infidèles", de Willy Passini. Je n'ai pas encore trouvé de psy malheureusement. J'essaie de maîtriser ma jalousie mais c'est très dur !

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 16 février 2022 à 14h13

Titine
Il y a un passage que je n'ai pas bien compris :

"Je ne dis pas que ça ne peut pas arriver pour lui. Je dis que même si finalement oui, il vaut mieux pas partir de l'idée qu'une interaction entre deux humains va rentrer gentiment dans le petit tiroir étanche qu'on lui alloue."

Je reformule : je ne dis pas que ton partenaire n'arrivera pas à commencer des relations qui se limiteront au sexe.
Mais je trouve que s'engager à s'en tenir qu'au sexe c'est oublier que des humains qui se rencontrent ont beaucoup de chances de faire plus que ce pourquoi ils sont allés se rencontrer.
On va pour acheter une pomme au maraîcher. Ben ya toujours une chance qu'on achète autre chose, qu'on parle d'un truc même banal, qu'on le trouve sympa/pas sympa... Je veux dire, même à ce stade très basique ça tient pas dans la limite de départ.
Ben avec le sexe, expérience intime s'il en est, c'est ça aussi, ça tient rarement dans les limites, et s'engager à "yaura du sexe mais rien d'autre" me semble toujours un peu ignorer que ces limites sont un peu trop artificielles pour tenir.

Titine

Je n'ai pas bien compris non plus quand tu dis que je ne dois pas faire la travail seule : que devrait-il faire de son côté ?

Communiquer, avant et après.
Se mettre d'accord avec toi sur le rythme et les occasions. Sur comment il va se comporter avec son téléphone quand tu es là. Ce sont des exemples de détails du quotidien où tu vas "vivre" un changement. Ben c'est pas parce que ce que vous imaginez est simple que ça demandera pas de parler. Et comme c'est lui qui bouge, il faut pas que ce soit seulement à ta charge de poser des questions, il faut qu'il explique, soit prêt à répondre, modifier ce qu'il peut...

Le libertinage : je fais un usage assez large du terme, juste le cadre où la non-exclusivité est censée être "seulement" sexuelle. C'est vrai que souvent ça veut dire être plus de deux.

#

Titine (invité)

le mercredi 16 février 2022 à 14h54

Ok je vois ce que tu veux dire, merci pour les précisions.
Je suis bien consciente qu'on rencontre des tas de gens et qu'il est impossible qu'une relation n'évolue pas ; cependant, moi qui suis vraiment nouvelle dans tout ça, j'ai besoin de poser mes limites. Et j'ai besoin de savoir si mon partenaire peut respecter ces limites. Après dans le futur si tout va bien, les choses changeront sûrement d'elles mêmes, mais à l'h actuelle j'ai encore peur que mon partenaire rencontre qqn et qu'il tombe amoureux. Cela ne veut pas forcément dire que notre relation devra se terminer, mais je sais de mon côté que j'aurais du mal à le "partager" (je sais que je ne dois pas vouloir le "posséder", il restera libre dans ses choix de toute manière, mais j'ai envie de le garder pour moi).

Donc voilà, encore bcp de questionnements, de doutes et pas assez de confiance en moi et en lui malheureusement.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 16 février 2022 à 15h04

Un point, pour tes recherches futures : tu as assez bien choisi l'expression "couple libre", même si pour l'heure c'est plus lui qui utilisera ladite liberté.
N'utilisez pas trop le terme "polyamour" si la situation finit par ressembler à la perspective dont tu parles, sans beaucoup d'implication sentimentale dans les rencontres.
C'est pas que c'est impropre, mais c'est que des gens qui utilisent le terme pourront entendre, si vous ne le précisez pas, que la non-exclusivité concerne aussi des possibilités de relations avec d'autres dimensions que sexuelles.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion